Archive pour la couronne britannique city de londres

Nouvel Ordre Mondial: La Chine adoubée par la City de Londres…

Posted in actualité, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 4 novembre 2015 by Résistance 71

… ce qui confirme bien que Wall Street n’est en fait qu’une succursale de la City et l’a  toujours été. Pékin, après des années de tractations en coulisse est entré dans les petits papiers de la City de Londres, de sa Banque d’Angleterre/Vatican gérée par la famille Rothschild, bref la « Couronne » quoi. En fait rien n’a vraiment changé depuis le XIXème siècle et les deux guerres de l’opium menées par l’empire britannique pour asservir la Chine.

Les masques commencent vraiment à tomber à notre sens…

— Résistance 71 —

 

La City de Londres soutient la mondialisation du Yuan

 

Par Ariel Noyola Rodríguez –

 

Le 30 octobre 2015 – Source Russia Today

 

url de l’article en français:

http://lesakerfrancophone.net/la-city-de-londres-soutient-la-mondialisation-du-yuan/

 

Le gouvernement chinois favorise l’internationalisation de la monnaie du peuple (Renminbi, RMB) à travers une politique d’alliances qui ignore les barrières idéologiques. Initialement les efforts de la diplomatie du yuan seront axés sur l’Asie-Pacifique, cependant, dans un deuxième temps, ces efforts devront nécessairement se tourner vers l’Occident pour gagner son soutien.

La visite que le président Xi Jinping a effectuée à Londres, entre le 19 et le 23 octobre, a posé les bases de la fondation d’une époque dorée entre la Chine et le Royaume-Uni, bases sur lesquels les deux pays s’appuieront pour donner une impulsion au yuan comme monnaie de l’économie mondiale.

Pékin désire que le yuan devienne une monnaie de réserve mondiale. Bien que le chemin pour parvenir à la pleine convertibilité soit encore très long, la Chine a vu augmenter la présence de sa monnaie plus que tout autre pays au cours des dernières années. Le yuan est aujourd’hui la deuxième monnaie la plus utilisée pour le financement du commerce, et la quatrième la plus sollicitée pour effectuer des paiements transfrontaliers, selon les données de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT, pour son sigle en anglais).

La stratégie du géant asiatique pour augmenter le poids du yuan dans l’économie mondiale est sous-tendue par le gradualisme. Pas de précipitation chez les dirigeants chinois. Le Parti communiste [de la Chine] est conscient que tout faux mouvement pourrait provoquer une guerre financière contre lui. En effet, aussi bien la Réserve fédérale que le Département du Trésor des États-Unis résistent fortement à une diminution de l’influence du dollar et de Wall Street dans la finance mondiale.

Le gouvernement chinois prend des précautions, car pour atteindre les objectifs à long terme, il est préférable de procéder étape par étape et furtivement plutôt que de prendre des risques élevés. Pour cette raison, dans un premier temps, la Chine s’est assuré le soutien du continent asiatique, soit par la signature d’accords sur les swaps (échanges) de devises, soit par la mise en place d’accords de compensation directs entre banques, soit en accordant des quotas d’investissement aux investisseurs institutionnels pour leur participation au programme en yuan (Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor Program).

Dans un deuxième temps, le gouvernement chinois tourne son regard vers l’Europe du Nord. Pour positionner sa monnaie dans le groupe des opérateurs majeurs, la clé est l’assistance technique des pays occidentaux. La Chine a commencé à relever le niveau de son partenariat stratégique avec le Royaume-Uni, qui malgré le déclin de son économie, est toujours chef de file dans la gestion de la finance internationale. Ce n’est pas rien que la City de Londres ait le plus grand marché des changes dans le monde, et réunisse le plus grand nombre d’opérations de gré à gré.

Mi-2013, le Royaume-Uni est devenu le premier pays à promouvoir l’utilisation du yuan en Europe. L’Allemagne, la France, la Suisse et le Luxembourg sont entrés en compétition par l’installation de banques de règlement directs (RMB offshore clearing banks) afin de faciliter l’utilisation de la monnaie du peuple. Cependant, aucun d’eux ne constituait une menace grave pour le Royaume-Uni. La ville de Londres a enregistré plus de la moitié des transactions libellées en yuans dans l’ensemble du continent européen.

Comme l’économie britannique est embourbée dans la stagnation, et menacée de près par la déflation (baisse des prix), le gouvernement de David Cameron insiste désespérément pour renforcer ses liens avec les pays d’Asie-Pacifique, et surtout avec la Chine qui, malgré son ralentissement au cours des dernières années, continue à contribuer pour 25% à la croissance du produit intérieur brut mondial (PIB).

Pour le chancelier de l’échiquier du Royaume-Uni – et favori du Parti conservateur pour le poste de Premier ministre en 2020 – George Osborne, le monde d’aujourd’hui est confronté à une nouvelle configuration géopolitique et économique, dans laquelle la Chine joue un rôle de premier plan. Le commerce ne se concentre plus seulement entre les États-Unis et l’Union européenne. Voilà pourquoi, pour la City de Londres, le commerce et les opportunités d’investissement avec Pékin passent avant le mandat d’alignement sur l’agenda de Washington.

Une preuve en est que, en mars dernier, le Royaume-Uni a rejoint les fondateurs de la Banque asiatique d’investissements pour les infrastructures, menée par la Chine. Cette institution a mis fin à la domination de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement en Asie [qui sont sous influence américaine]. Jim O’Neill, un ancien employé de Goldman Sachs qui a inventé le terme acronyme BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en 2001, est maintenant conseiller au Trésor britannique ; car assurément il est clair que la prospérité économique doit être cherchée dans la région asiatique.

Alors que les États-Unis ont déployé une flottille de guerre dans l’archipel de Spratley, accusant la Chine d’espionnage cybernétique et de manipulation du taux de change, le Royaume-Uni a émergé comme le principal partenaire de la Chine à l’Ouest. L’âge d’or entre les deux pays n’est pas nouveau, il s’est consolidé rapidement au cours de la dernière décennie. Entre 2004 et 2014, le commerce entre la Chine et le Royaume-Uni est passé de 20 à 80 milliards de dollars, tandis que les investissements chinois sur le territoire britannique ont augmenté à un taux annuel de 85% depuis 2010.

Lors de la visite du président Xi Jinping à Londres, entre le 19 et le 23 octobre, le gouvernement de David Cameron a gagné beaucoup d’oxygène pour son économie. La Chine a promis des centaines de millions de dollars d’investissement, depuis la construction de la centrale nucléaire de Hinkley Point jusqu’à la mise en service d’un train à grande vitesse qui reliera les villes de Londres et de Manchester. La possibilité de connecter les opérations des marchés boursiers de Shanghai et de Londres donnera aussi à un plus grand nombre d’investisseurs l’accès aux titres financiers libellés en yuans.

Le soutien du gouvernement de David Cameron sera décisif dans les prochaines semaines. Le Royaume-Uni a déjà annoncé qu’il votera en faveur de l’inclusion du yuan dans les droits de tirage spéciaux (DTS), le panier de devises créée par le Fonds monétaire international (FMI) en 1969, qui comprend actuellement la dollar américain, l’euro, le yen japonais et la livre britannique.

Selon les estimations de divers analystes cités par Reuters, si le FMI approuve l’entrée du yuan dans le panier de devises internationales, la demande mondiale en renminbi atteindra l’équivalent de 500 Mds de dollars et, par conséquent, la monnaie chinoise sera stockée dans les réserves des banques centrales à hauteur d’environ 5%, bien au-dessus des dollars australien et canadien (chacun avec environ 2%), mais toujours bien en dessous de l’euro (20,5%) et le dollar américain ( 60%).

En bref, les États-Unis ne réussiront pas à empêcher l’essor du yuan. Les turbulences sur le marché boursier de Shanghai ces derniers mois n’ont pas eu d’impact sur la confiance du Royaume-Uni dans le développement de l’économie chinoise, bien au contraire, le pari est maintenant plus ambitieux : grâce à la City de Londres, Pékin est sur le point de réaliser la mondialisation du yuan sur une échelle sans précédent …

Ariel Noyola Rodríguez est économiste, il a fait ses études supérieures à l’Université nationale autonome du Mexique. Contact: noyolara@gmail.com. Twitter:@noyola_ariel.

Publicités

Message à la COURONNE (Mohawk Nation News)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 13 juin 2015 by Résistance 71

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Message à la COURONNE: Ramène tes enfants à la maison

 

Mohawk Nation News

 

 10 Juin 2015

 

 article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/06/10/crown-take-your-children-home/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note de Résistance 71:

Nous saisissons l’opportunité de ce billet de MNN pour expliquer de nouveau ce qui doit être compris par le mot “couronne”. Il y a deux aspects à la “couronne”, le premier est le sens courant qui lui a été donné par extension et par manœuvre de brouillage des cartes: celui de la famille royale britannique, représentée depuis plus de 50 ans par la reine Elizabeth II d’Angleterre de la maison des Windsor/Saxe-Coburg-Gotha. Pour la vaste majorité des gens y compris les Britanniques, lorsqu’on parle ou lit au sujet de la “couronne”, tout le monde comprend: la famille royale. Celle-ci est la représentante de façade de la véritable couronne, qui est une entité commerciale et économique et à laquelle la famille royale britannique est sujette et soumise. La COURONNE (écrit en lettres majuscules symboles d’une entité commerciale, par ses détracteurs et dénonciateurs) est la City de Londres et sa Banque d’Angleterre gérant les intérêts du Vatican. En 1694, le roi d’Angleterre Guillaume III d’Orange privatisa la Banque d’Angleterre qui se retrouva gérée par les banquiers du Vatican, depuis lors la City de Londres, cité indépendante ne répondant ni du Royaume-Uni ni de la famille royale depuis plus de 800 ans, est devenue le centre financier du monde et l’est toujours aujourd’hui. La City, aussi appelée “le square mile le plus riche de la planète”, est dirigée par un Lord Mayor et ses 12 conseillers. Elle dispose de ses propres lois, de sa propre police (tout comme le Vatican et le District de Colombia au sein de la ville de Washington) et si la reine (ou le roi) d’Angleterre désire rentrer à la City, elle/il ne peut le faire que sur invitation, accompagné(e) par le Lord Mayor qui rencontre le monarque à la grille d’entrée de la City et de son temple. Le monarque britannique entre à pied en suivant le Lord Mayor de la City en signe de soumission. La City de Londres à un envoyé spécial siégeant au parlement britannique en permanence.

La véritable “couronne” est la City de Londres et son cartel de banques privées. La COURONNE est la créatrice et la contrôleuse de la Banque d’Angleterre, du FMI, de la Banque de la Réserve Fédérale américaine, de l’UE et de sa BCE. Toutes ses colonies travaillent pour elles directement ou indirectement: le Royaume-Uni, le Canada, les USA, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, tous les pays du Commonwealth. Les colonies au-delà des océans sont régies par la loi de l’amirauté, loi commerciale, s’appliquant uniquement à des entités commerciales.

-[]-[]-<I>-[]-[]-

A la COURONNE: Nous comprenons vos gens. Ils nous manquent de respect. Ils pratiquent l’assassinat, le kidnapping, le viol, la manipulation et toute forme de génocide. Notre terre-mère doit-être débarrassée d’eux. Renvoyez-les à la maison de manière pacifique.

Tous nos problèmes ont commencé avec vos colons s’établissant ici et qui ont volé nos terres en trahissant notre accord originel datant de 1701 (NdT: Guswenta ou traité Wampum Deux Rangées). Ils ont mis en place une dictature, l’emprisonnement, la corruption, le vol de tout, la destruction environnementale et toutes les formes possibles de préjudices et de racisme.

Votre représentant légal, le juge Murray Sinclair de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), a tranché pour l’extermination totale de nos peuples pour vous protéger. Sa recommandation est que vos enfants coloniaux gardent le contrôle de nos terres volées, de nos ressources et de notre souveraineté. Les INDIENS entrepreneuriaux, vendus au système, sont déjà en train de nous opprimer, de nous assassiner, de nous assimiler et de nous annihiler et ce avec un soutien para-militaire. Mr Sinclair est un pur produit du système des pensionnats pour Indiens, élevé comme le bon contre-maître afin de retirer la pression de la COURONNE, des églises et de tout le monde qui puisse bénéficier des profits du génocide. Si nous refusons l’exonération de génocide programmée par la CVR, les services ordinaires pour assurer notre survie et nos besoins de base seront coupés,

La CVR ne représente en fait aucunement la vérité, ni la réconciliation, ni la compensation, ni la justice. Sinclair nous appelle “Canadiens” (NdT: La confédération iroquoise a refusé en 1924 que ses membres soient “naturalisés” citoyens des Etats-Unis ou citoyens canadiens… Ils n’ont jamais changé d’avis depuis…). La COURONNE parle par sa bouche. Le système pédophile de pensionnats pour Indiens l’a formaté avec succès pour qu’il continue à aider et être complice du génocide de nos peuples.

En accord avec Kaia’nereko:wa, la grande Loi de la Paix, notre terre, nos possessions et tous les profits faits sur notre dos doivent nous être rendus par les voleurs. Aucun or ou argent ne peut acheter notre souveraineté. Nous ne sommes pas à vendre, pour quelque acheteur que ce soit (NdT: ceci est un avertissement pour les “nouveaux colons” pouvant arriver, les anciens cédant leurs avoirs moyennant finance, pour se retirer au soleil…) Kaia’nereh:kowa va s’occuper de ceux qui continuent de défier la loi de la terre.

Le traité Wampum Deux Rangées ou teiohateh, est caché dans une de vos petite pièces dans le palais. Si vous voulez personnellement vous réconcilier avec nous, montrez nous la ceinture wampum originale de 1701 qui vous fut présentée à Albany à cette date et qui amena vos enfants au Canada. Alors seulement pourrons-nous commencer à renégocier le contrat de location.

http://www.youtube.com/watch?v=MzE0nUMxpoI

WHITE LEAVING AMERICA.

Voice of Russia interview of kahentinetha.

New US internet law.

C-50 Vancouver Observor.

Résistance à l’idéologie dominante: Comprendre le cœur du problème: La City de Londres…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 20 janvier 2014 by Résistance 71

Cet article est à mettre en relation directe avec deux de nos articles publiés récemment, ici et ici.  Il convient aussi de compare cet article avec l’article que nous avons publié il y a quelques jours sur la Banque du Vatican pour comprendre que le Vatican et sa puissance financière acquise après avoir pillé le monde pendant des siècles, est également au cœur même de la City de Londres, grand centre de contrôle de la finance mondiale et des crimes commis en son nom, puis redirigés sur nos noms…

Attaquer l’empire, c’est attaquer ses piliers idéologiques et financiers. C’est à la City de Londres (pilier financier), au Vatican (pilier de l’idéologie religieuse et de la finance) et à Washington DC (pilier militaire), qu’ils se trouvent.

Boycott, désobéissance civile, union et… Un grand coup de balais général se doit d’être effectué.

— Résistance 71 —

L’empire de la couronne (britannique) et l’entreprise corporation de la City de Londres

Julian Websdale

 

Novembre 2013

 

url de l’article:

 

http://humansarefree.com/2013/11/the-british-crown-empire-and-city-of.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La politique mondiale aujourd’hui est gouvernée par le Vatican, mais aussi par l’empire de la Couronne. Le monde moderne de la soi-disante civilisation occidentale a commencé à la fin du XVIIème siècle avec la floraison de l’empire britannique. Cet empire a en fait commencé plusieurs siècles plus tôt avec la création de la City de Londres, qui est aujourd’hui une corporation, entreprise vieille de 800 ans, qui contrôle les finances d’une entité appelée “la Couronne”. Cette entité est la créatrice et la contrôleuse de la Banque d’Angleterre, de la banque de la Réserve Fédérale américaine, de la Banque Mondiale, du FMI, de l’Union Européenne et de nombreux cartels et entreprises dans le monde. L’identité de la “Couronne” est un secret bien gardé et la Banque d’Angleterre de la Couronne a pris le contrôle des Etats-Unis durant l’administration de (Teddy) Roosevelt en 1901-09, lorsque ses agents, qui étaient en fait des agents de la Couronne (JP Morgan), prirent possession de 25% des affaires commerciales et financières américaines.

La Couronne n’a jamais été le roi ou la reine d’Angleterre depuis la création du corps entrepreneurial, mais la monarchie britannique en est la figure de proue pour la Couronne, domine le parlement de Grande-Bretagne et a autorité sur les premiers ministres au travers un ordre de chevalier du Vatican appelé “Ordre de la Jarretière” (NdT: Ordre fondé par le roi Edward en 1348. La devise de l’ordre est une devise française “Honni soit qui mal y pense”, elle figure aujourd’hui, écrite en français sur tous les passeports britanniques avec l’autre devise de la royauté “dieu et mon droit”, également écrite en français sur les passeports britanniques…). Quoi qu’il en soit, la Couronne n’est pas le roi ou la reine d’Angleterre, qui sont une monarchie établie du corps entrepreneurial de la City de Londres.

La Couronne est le directorat de la corporation et la Grande-Bretagne est dirigée par la Couronne, la City de Londres qui contrôle la Banque d’Angleterre, une entreprise privée (NdT: dont la famille Rothschild est un des actionnaires majeurs). Il y a un État privé existant en Grande-Bretagne au centre même de Londres. Cette cité, située au cœur de Greater London, est devenue un état souverain en 1694 lorsque le roi William III d’Orange privatisa la Banque d’Angleterre et la livra aux banksters du Vatican qui dominent aujourd’hui le monde de la finance.

La corporation de la City/Couronne n’est pas sujette à la loi britannique ; elle a ses propres tribunaux, ses propres lois, son propre drapeau (NdT: tout comme le Vatican et la troisième cité état de la trilogie: Washington DC, créée bien plus tard), sa propre force de police. La corporation de la Couronne est aussi séparée de la ville métropolitaine ; sa police se déplace dans des véhicules rouges et les uniformes sont différents de la police de Londres Métropole.

La Couronne de Londres héberge également la Banque d’Angleterre privatisée et la banque Lloyd’s of London, le London Stock Exchange (la bourse de Londres) et toutes les banques britanniques. La City héberge également les bureaux de 385 banques étrangères, dont 70 banques américaines ainsi que les journaux de Fleet Street et les monopoles de publication. La City contrôle le monde des médias et le renseignement mondial.

C’est depuis la City de Londres et le QG de la Franc-Maçonnerie britannique, supervisé par la monarchie britannique et le duc de Kent, que la franc-maçonnerie mondiale est gouvernée. Ceci inclut l’ordre du Grand Orient Maçonnique et le rite écossais de Washington DC.

En 1945, la Banque d’Angleterre fut nationalisée par le gouvernement travailliste (“socialiste”) et n’est plus soi-disant une banque privée, bien qu’elle gouverne la réserve fédérale américaine. Elle est contrôlée par les Rothschilds, qui sont les banquiers du pape, les gardiens de la trésorerie du Vatican.

La City de Londres possède également son Lord Mayor (Maire), différent du maire courant, qui a le pouvoir dans la corporation de la Couronne. Lorsque la reine désire faire des affaires dans la City, elle rencontre le Lord Mayor à Temple Bar. Temple Bar et ses franchises associées viennent de ce qui est appelé les “Four Inns of the Temples of Courts”, le temple intérieur et le temple intermédiaire.

Le logo du temple intérieur est un cheval blanc sur le sceau d’un soleil éclatant de l’ordre des jésuites. Le cheval blanc est un symbole de l’empire britannique, de l’Ordre de la Jarretière, de la corporation de la Couronne et est le même cheval blanc qui est le symbole du CFR (Council on Foreign Relations). Le cheval blanc est un symbole de l’ordre des jésuites: Pégase. C’est l’ordre des jésuites qui gouverne l’honorable société du temple intérieur. Le temple intérieur est le groupe qui est au cœur de la gouvernance de la corporation de la City de Londres.

La Terre entière est gouvernée par la Couronne, au travers des colonies de la Couronne qui appartiennent à la City de Londres (NdT: comme le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Commonwealth en général…), l’empire de la Couronne. Celui-ci gouverne l’Afrique et continue de gouverner la Chine et l’Inde. Les colonies sur Terre sont justes des colonies de la Couronne, les Etats-Unis d’Amérique sont des états de la Couronne.

Ceci dit néanmoins, il est d’une importance vitale de se rappeler ce qui suit. L’empire de la Couronne utilise la loi du commerce (alias la loi maritime internationale ou loi des contrats) comme moyens de contrôle. Cette loi ne s’applique pas à des personnes hommes et femmes souveraines et libres.

Votre nom, lorsqu’il est épelé totalement en lettre capitale d’imprimerie, comme par exemple le mien: JULIAN WEBSDALE, est une entreprise, une corporation, un trust créé par le gouvernement au travers du ministère des finances à votre naissance. Chaque fois qu’un enfant né, une entreprise/un trust est créé utilisant son nom en lettres capitales d’imprimerie.

Ils font ceci parce que les gouvernements sont des entreprises et ils opèrent sous la loi commerciale, la loi des contrats. Les lois passées par les gouvernements ne s’appliquent qu’à des entreprises et non pas à des entités vivantes, qui respirent, des hommes et des femmes de chair et de sang libres et souverains, dont les noms sont épelés en majuscules et minuscules, comme dans Julian Websdale ou julian websdale. L’homme et la femme vivants, souverains sont sujet à la loi commune, au droit coutumier et non pas au droit commercial introduit par les gouvernements au travers de la législation.

Par Julian Websdale, HumansAreFree.com.

Additional Source: YouTube Video; –