Archive pour palestine résistance occupation coloniale

Trump ou Biden ?.. Pour la Palestine c’est jus vert et vert jus… Résistance vaincra !

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2020 by Résistance 71

 

 

 

 

Trump ou Biden… en Palestine, la même résistance à l’ordre du jour

 

Daniel Vanhove

 

4 décembre 2020

 

url de l’article orignal:
https://www.mondialisation.ca/trump-ou-biden-en-palestine-la-meme-resistance-a-lordre-du-jour/5651711

 

Dans l’agitation compulsive de nos ‘démocraties’ bâillonnées par des masques, où les libertés sont de plus en plus mises à mal, où la circulation des individus est réduite et leurs déplacements contrôlés, où des journalistes sont violentés par des forces de l’ordre ivres de leur impunité, où des représentants politiques n’ayant plus le moindre sens de l’honneur abusent de leur immunité alors qu’ils ne respectent pas le minimum de déontologie qu’exige leur fonction et ont dès lors perdu toute crédibilité, et où les citoyens découvrent soudain la fragilité de ce qu’ils pensaient définitivement acquis… ma lumière: la Palestine.

Petit bout de terre qui laisse indifférent la majorité de la population européenne au point que d’en parler vous fait passer pour un ringard. Et pourtant! Quelles leçons nous donne-t-elle, depuis les décennies où les puissants ont décidé de la dépecer au profit d’un énième projet colonial parmi tous ceux dont ils ont tiré parti tout autour de la planète, pensant ainsi s’exonérer de leur silence et parfois leur complicité face à la tentative d’extermination des juifs, handicapés, homosexuels, tziganes… sur le dos de familles arabes qui n’avaient participé en rien à ces crimes monstrueux.

Au-delà des événements quotidiens qui font les unes des médias sous contrôle, je continue mon travail d’information pour ceux qui le désirent sur la vie en Palestine et la résistance des Palestiniens, via un blog: http://mcpalestine.canalblog.com/ accessible gratuitement. C’est ainsi que relisant notes et documents divers, je suis retombé sur l’avant-propos de mon second livre publié en 2008 et qui me semble toujours aussi actuel. Voici ce que j’y écrivais:

«Au moment de boucler cet ouvrage, resurgit une question, lancinante, obsédante, qui m’a poursuivi à chaque étape de son écriture: est-il bien utile d’ajouter encore dans le brouhaha médiatique déjà tellement envahissant, un avis supplémentaire sur la dégradation continue de la situation en Palestine, et de manière plus large, sur les tensions grandissantes dans le monde? D’autant quand cet avis émane d’un citoyen anonyme, n’ayant ni aptitude particulière, ni autorité sur le cours des choses dont il traite. 

Y a-t-il donc un quelconque intérêt à émettre cet avis, puisque manifestement, cela ne changera rien à rien? L’écriture ne sert-elle pas alors tout simplement de catharsis, permettant de se libérer des pressions internes liées aux difficultés croissantes à vivre dans une société qui génère tant d’injustices, qu’elles sont à l’origine probable des déséquilibres majeurs qui la menacent? 

En outre, aborder certains sujets ne requiert-il pas une formation solide, vérifiée et mise à jour, en même temps qu’un regard documenté sur le passé? Entourés, pour ne pas dire envahis, de «spécialistes» et d’«experts» en tous domaines, avais-je dans mon coin, les compétences nécessaires pour entreprendre un tel travail? Cela ne relevait-il pas d’un défi presque impossible à réaliser, tant certains éléments manqueraient inévitablement à l’entreprise?

Dans le même temps, je n’ai eu de cesse de me rappeler cette demande explicite de mes amis palestiniens lorsque je les interrogeais sur ce que nous pouvions faire en pratique, chacun là où nous sommes, pour les aider dans la reconnaissance de leur juste résistance et pour les soutenir dans la création de leur Etat. «Trois choses», me répétaient-ils, inlassablement: en priorité, s’informer correctement, et donc ne pas prendre d’emblée pour vérité ce que les grands médias relaient avec souvent, effet d’annonce tapageur. Ensuite, si possible, venir en Palestine pour vérifier ce qu’il en est, et pour nous soutenir moralement car les autorités israéliennes nous persuadent que l’impunité dont elles bénéficient est la preuve de notre abandon par la Communauté internationale. Enfin et surtout, au retour dans vos pays, témoigner de ce que vous aurez vu et entendu; exercer les pressions nécessaires sur vos gouvernements; être notre voix puisque nous ne pouvons pas sortir de notre enfermement pour venir dire nous-mêmes, l’insoutenable enfer dans lequel l’occupant nous maintient depuis des décennies.

C’est probablement cette demande que je tente humblement, de relayer ici. Avec, comme espoir, qu’au bout de ce livre et malgré ses lacunes, le lecteur soit un peu plus et un peu mieux informé, et se sente peut-être moins dépassé par les évènements qui font l’actualité. Qu’il ne ressente plus autant, cette désagréable impression de subir les choses, mais qu’il puisse y prendre une petite part, en meilleure connaissance de cause… et contrer de la sorte, l’objectif des puissants de ce monde, qui est de nous décourager à leur résister.

Dès lors, comment taire le tumulte de mots qui se bousculent dans ma tête, chaque jour, dès l’instant où je songe à la Palestine?

Comment bâillonner les souvenirs qui surgissent, parfois en pleine nuit, quand je pense aux conditions infra-humaines dans lesquelles l’ensemble d’un peuple est maintenu prisonnier dans son propre pays?

Comment enfouir les images qui dansent derrière mes yeux quand je revois    les visages de tous ces gens qui m’ont accueilli si cordialement quand je me hasardais à leur rencontre?

Comment museler ma rage quand j’entends les déclarations mensongères lancées par quelques prétentieux technocrates à l’encontre d’une population occupée et brimée?

Comment contenir ma colère quand je découvre l’incompétence et l’apriorisme de certains journalistes censés rapporter les faits et non leur misérable avis?

Comment calmer ma fureur quand j’assiste aux ballets lamentables d’une diplomatie européenne aussi lâche qu’impuissante face aux diktats américains dans la région?

Comment apaiser mon courroux face au deux poids deux mesures dans le traitement des choses qui touche à ce lopin de terre déclarée trois fois sainte?

Comment modérer mes réactions devant tant de mauvaise foi exprimée par quelques intellectuels qui glosent dans un maniérisme dissimulant à peine leur suffisance quand ce n’est pas leur racisme?

Comment ne pas dénoncer tant d’injustices quand elles s’étalent d’aussi criante façon, où que le regard se pose?

Comment ne pas ruer dans les rangs quand tous les responsables s’appliquent à la banalisation et l’oubli d’une insupportable situation?

Comment adoucir ma hargne devant l’impunité dont jouit cet arrogant occupant à l’abri des USA, probablement l’Etat le plus «terroriste» de la planète?

Comment supporter un tel silence, une telle passivité au sujet de la Palestine et des Palestiniens quand tout hurle à tout rompre en moi?… 

Ce m’est une position impossible… 

Et, comme exprimé dans mon précédent ouvrage, je n’aurai de cesse de dénoncer une situation dont nous sommes tous, peu ou prou, responsables, tant que justice ne sera rendue aux victimes de nos erreurs et de nos lâchetés!

Enfin, cet avertissement au lecteur: dans notre modèle de société, plus que jamais à l’heure de la «mondialisation», tout rapport est devenu économique. Je voudrais m’arrêter une fois, dix fois, cent fois sur cette notion dont la plupart d’entre nous semblent sous-estimer les conséquences terribles, pour qu’en fin de ligne, ce livre soit bien compris: la dégradation catastrophique de la situation en Palestine est à mettre en perspective avec la situation dramatique du monde, résultat de politiques sordides menées par une poignée de puissants. Aucun évènement dans notre village désormais «globalisé» n’est isolé. Aucun n’est produit du hasard. Aucun n’est inscrit dans un destin illusoire. Bien au contraire, tout est lié. Conséquence de nos décisions, de nos choix, le plus souvent dévoyés. Ce que je vais tenter de décrire…»

‘La Démocratie Mensonge’ – 2008 – Ed. M.Pietteur – Extrait

Avec la ‘crise sanitaire’ comme prétexte, la plupart des gouvernements ont pris des mesures inédites à l’encontre de leurs populations. Et celles-ci interloquées et excédées au bout de quelques mois, découvrent, sans le savoir, une petite partie, une toute petite partie de ce qui fait le quotidien des Palestiniens depuis des décennies. 

Face à des mesures bien pires que le citoyen occidental lambda ne peut même imaginer, la réponse des Palestiniens contre son oppresseur israélien a toujours été la résilience, la résistance, la solidarité. La Palestine devrait nous inspirer durant cette période difficile. Nous n’arriverons pas à renverser les paradigmes actuels imposés par la caste aux manœuvres si chacun ne s’occupe que de ses petites affaires. Il nous faut retrouver une solidarité que les égoïsmes bien entretenus – selon la devise: diviser pour régner – ont mené aux séparatisme et communautarisme actuels. Si le 1% arrive à ses fins, c’est parce qu’il s’est organisé pour détenir tous les leviers de commande. Et il est impensable que l’écrasante majorité, les 99% d’en face ne puisse s’organiser à son tour pour renverser le cours des choses, sauf par manque de solidarité et par égocentrisme forcené.

Alors, Trump ou Biden au pouvoir… pour les Palestiniens – pas leurs instances officielles corrompues comme les nôtres, évidemment! – ce sera la même résistance à l’ordre du jour. Et ici, Macron ou Le Pen au pouvoir – et en amont, les instances de l’UE – il en sera de même. Soit nous ne voyons chacun que le bout de notre trottoir, soit nous nous organisons et nouons des liens pour créer la solidarité qui permettra de renverser ces imposteurs et en mener certains devant les tribunaux, afin de retrouver une réelle ‘démocratie’ que ceux-là ont trahie à de multiples reprises. Ne croyez pas que ce soit impossible, parce que ceux auxquels nous nous opposons sont bien plus fragiles que d’aucuns le pensent. Ils n’ont que l’usage de la force pour se maintenir dans leurs palais. Mais ils y tremblent quand la détermination populaire gronde à leurs oreilles.

La population palestinienne doit rester un exemple de résistance. Une lumière pour tous ceux qui s’inscrivent dans le refus d’obtempérer et de s’écraser face aux injonctions iniques des tenants du pouvoir. Avec l’objectif de détruire cet ordre qui nous asservit au profit d’une poignée de parvenus… qui ne méritent que de croupir de longues années derrière les barreaux!

 

Guerre coloniale en Palestine: La résistance palestinienne humilie le « dôme de fer » de l’entité sioniste…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 7 mai 2019 by Résistance 71

 

La tactique gagnante de la résistance pour briser le “dôme de fer” israélien

 

Al Manar et Press TV

 

6 mai 2019

 

url de l’article: http://french.almanar.com.lb/1353981

 

Entre les 4 et 6 mai 2019, sur un total de près de 700 missiles palestiniens tirés contre Israël, seuls 173 ont été interceptés. C’est plus qu’une catastrophe quand on sait l’écart gigantesque entre le coût d’un missile du Dôme de fer (80 000 dollars) et le coût d’un missile palestinien  (300 à 1000 dollars), estimaient les analystes israéliens, approuvant à mots couverts ceux des colons sionistes qui dénonçaient leurs officiers pour s’être servi d’eux à titre de « bouclier humain » en les plaçant sous la protection d’une « passoire » dénommée « Dôme de fer »!

Le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam revient sur ce nouvel échec du soi-disant bouclier antimissile israélien face à la Résistance et explique comment celle-ci a su le franchir.

« La tactique qui nous a aidée à percer le bouclier et à atteindre nos objectifs a consisté à maintenir une puissance de feu élargie impliquant de nombreux missiles tirés en un laps de temps compact. La puissance de la charge a fait le reste », a souligné Abou Obaida, le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam

« Avec une haute puissance de destruction, les missiles que Qassam a tirés sur les cibles israéliennes, ont causé de lourds dégâts au régime sioniste et changé de tout en tout le rapport des forces. Surtout que des dizaines de missiles ont été lancés de façon coordonnées et simultanée, ce qui a pris de court à la fois les radars et le dispositif d’interception du bouclier israélien ».

En 48 heures de combats, près de 700 missiles ont été tirés contre les colonies du sud d’Israël et à mesure que le rayon des bombardements israéliens s’amplifiaient, les frappes aux missiles visaient des cibles israéliennes plus distancées de Gaza et plus proche du centre d’Israël.

Pour la première fois depuis 70 ans, les missiles palestiniens ont visé des maisons, des usines et des bâtiments dans les colonies et la presse israélienne évoque même l’incapacité dans certains cas à « se mettre à temps à l’abri ».

En Israël les médias restent trop vagues sur le bilan des dégâts tandis qu’ils n’avancent qu’un bilan de 4 morts et de 115 blessés.

Un simulacre de déploiement en vue d’une opération terrestre a eu lieu sur les frontières avec Gaza impliquant la 7e brigade blindée de l’Armée israélienne et les forces dites d’élite de Golani, mais selon le site israélien DEBKA, Tel-Aviv n’a pas osé s’y aventurer, rapatriant le tout au bout de deux heures.

Une trêve a ainsi été conclue lundi à 4h30 (heure locale) sous l’égide de l’ONU et de l’Égypte, engageant Israël à signer les accords prévoyant la levée du blocus de Gaza. Ce qui veut dire que le régime israélien entre pleinement dans une nouvelle ère, non pas celle promise par le Deal du siècle mais celle où « l’adversaire se mesure à lui et a de quoi le faire acculer ».

En effet, des dizaines de missiles tirés en 48 heures ont frappé le sud, l’est pour s’étendre au nord d’Israël sans que la « défense antimissile tri-couche » israélienne puisse servir à grand chose.

Dans une interview avec le journal israélien, Jerusalem Post, l’ancien chef du département de la recherche des renseignements militaires, Yaakov Amidrror reconnaît que le Dôme de fer n’a pas été en mesure d’intercepter tous les missiles lancés depuis Gaza et il invente pour cette contre-performance diverses raisons.

Selon lui, il y a d’abord la distance de tir : certains missiles ont été lancés depuis des zones limitrophes aux colonies, ce qui a privé Dôme de fer d’avoir le temps nécessaire pour entrer en action d’interception. Mais le manque de temps ne serait pas la seule raison de l’échec du Dôme de fer. Les particularités de la conception de ce système lui feraient échapper aussi « les projectiles destinés à des zones qu’il considère comme vides ou inhabitées ». Il a donc un problème de localisation, a déclaré l’expert militaire israélien arguant que cela avait été le cas du véhicule blindé israélien qui avait été visé et détruit par le missile Kornet de la Résistance palestinienne à Yad Mordechai, près de la frontière avec Gaza.

« Du point de vue du système, il s’agissait d’une zone ouverte sans personnes. Nous n’interceptons pas de telles roquettes », a justifié Yaakov Amidrror sans vraiment convaincre le public israélien qui sur les images de la vidéo diffusée de cette opération, voit un train passer juste derrière le véhicule, ce qui veut dire que le Kornet palestinien aurait bien pu cibler non seulement le blindé mais aussi le train. Un deuxième véhicule blindé israélien a d’ailleurs été visé, le lundi 6 mai. À ceci s’ajoute une autre faille : Les interceptions effectuées par le système n’ont pas fait exploser les charges des roquettes ce qui confirme son échec ».

Le Dôme de fer est un système de défense aérienne mobile israélien, développé par la société Rafael Advanced Defense Systems, conçu pour intercepter des roquettes et obus de courte portée. Le système a été créé à l’origine pour faire face aux attaques de roquettes lancées depuis la bande de Gaza et le Liban.

= = =

Lectures complémentaires:

Paulo_Freire_Extension ou Communication

Leducation-comme-pratique-de-la-liberte_Paulo_Freire_1965

La Bible Déterrée Israel Finkelstein

Zenon_Inversion

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem