Archive pour amérindiens palestiniens victimes génocide

Résistance au colonialisme: Il est grand temps de reconnaître que Palestiniens et Amérindiens = même combat…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, économie, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 mars 2017 by Résistance 71

“En 1979 vint la révolution en Iran. A cause de notre conférence à Genève et de nos liens amicaux très étroits avec l’Organisation de Liberation de la Palestine (OLP), l’American Indian Movement (AIM) eut une certaine crédibilité dans cette partie du monde. Tout comme l’OLP, nous sommes vitalement intéressés à retrouver notre terre et notre souveraineté.”
~ Russell Means, 1995 ~

«Élevée est notre âme et sacrés sont les pâturages.
Et les étoiles sont mots qui illuminent,
Scrute-les, et tu liras notre histoire entière  »
~ Mahmoud Darwish ~

Ces deux peuples sont tous deux victimes du dogme religieux criminel et génocidaire du « peuple élu en terre promise ». En ce qui concerna la Palestine, il s’agit en plus d’une falsification historique.

~ Résistance 71 ~

 

A lire notre traduction de très larges extraits du livre de Steven Newcomb « Païens en terre promise », version PDF, sur une mise en page de Jo de JBL1960:

Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte

 

Amérindiens et Palestiniens un combat commun pour la justice

 

Ramzy Baroud

 

Septembre 2016

 

Source:

https://resistanzblog.wordpress.com/2016/10/02/amerindiens-et-palestiniens-un-combat-commun-pour-la-justice-chronicle-palestine/

 

Des milliers d’Américains autochtones (ou  » Amérindiens « ) ont ressuscité l’esprit combatif de leurs ancêtres alors qu’ils tenaient un rassemblement unitaire sans précédent pour contester la profanation par une compagnie pétrolière de leur terre sacrée dans le Dakota du Nord.

Compte tenu du poids de son contexte historique, ce moment a été l’un des événements les plus émouvants dans l’histoire récente.

Le bras de fer, impliquant 5000 manifestants autochtones américains dont les représentants de 200 tribus et groupes de défense de l’environnement, a été largement édulcoré dans les bulletins d’informations en étant réduit à une question de détails techniques – concernant les questions de permis et de poursuites judiciaires.

Un combat inégal

Au mieux, les tribus rassemblées et la compagnie pétrolière sont traitées comme si elles étaient à parties égales dans une lutte prétendument équilibrée.  » ‘Dakota’ signifie ‘amical’ et pourtant, il semble qu’aucune des parties n’a été trop amicale à l’égard de l’autre », écrit Mark Albert sur le site ouèbe du réseau de télévision US CBS.

La nation Dakota est à juste titre alarmée par la perspective que ses réserves d’eau soient polluées par l’énorme pipeline qui traversera quatre États et s’étirera sur plus de 1770 km.

L’ « autre côté » est la société Energy Transfer Partners, dont la construction du Dakota Access Pipeline au coût de 3,7 milliards de dollars, porte atteinte aux droits territoriaux des tribus amérindiennes, détruisant des cimetières sacrés et menaçant de polluer les principales ressources en eau de larges communautés amérindiennes.

Craindre de futurs déversements dans la rivière Missouri n’a rien d’une exagération. Les USA sont aujourd’hui aux prises avec des crises de l’eau, en partie à cause de l’abandon d’infrastructures mais aussi à cause de nombreux déversements de pétrole et fuites de gaz naturel.

La récente crise de l’eau à Flint dans le Michigan, et le déversement de pétrole dans un passé récent par la compagnie British Petroleum dans le Golfe du Mexique – dont le corollaire ont été de graves crises humanitaires et environnementales – ne sont que deux cas récents parmi les plus notoires.

Mais le problème est beaucoup plus profond et la situation ne cesse de s’aggraver.

La pollution des ressources en eau est devenu un problème à l’échelle nationale

Des données obtenues par le réseau d’informations CNBC auprès de l’Agence gouvernementale de protection de l’environnement, ont montré que « seuls neuf États US-américains signalent des niveaux tolérables pour la santé, de plomb dans leur approvisionnement en eau. Ces États sont l’Alabama, l’Arkansas, Hawai’i, le Kentucky, le Mississippi, le Nevada, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud et le Tennessee « .

Comme si cela n’était pas suffisamment préoccupant, le gigantesque pipeline de pétrole brut traversera plusieurs de ces mêmes États, pouvant encore limiter leur nombre.

Les débats sur les risques potentiels de la construction du pipeline sont monnaie courante depuis des années. Mais la question, a gagné une couverture nationale et internationale lorsque les tribus amérindiennes se sont mobilisées pour protéger leurs terres et leurs ressources en eau.

La mobilisation des tribus a été accueillie par une violence étatique. Au lieu de prendre en compte les importants griefs des tribus – en particulier ceux dans la réserve de Standing Rock qui se trouve à seulement 1,5 km au sud de l’oléoduc – le gouverneur de l’État a convoqué tous les  oranes de répression et mobilisé la Garde nationale. Des lacrymos ont été utilisés contre les manifestants, qui ont été tabassés, arrêtés et pourchassés par des hommes armés en uniforme.

Aux USA, quand les gens s’opposent aux grandes entreprises, la violence d’État est apparemment la réponse la plus fréquente, déployée contre des personnes désarmées, dans l’unique but de protéger le grand bizness.

Une mobilisation des plus impressionnantes

Mais n’oublions pas un élément essentiel : la mobilisation et l’unité entre les tribus amérindiennes ont été les plus impressionnantes depuis des décennies. Alors que les chefs et les représentants de tribus venus de tous les USA continuaient d’arriver sur les terrains de campement, l’esprit collectif des nations amérindiennes était relancé avec force.

En fait, la mobilisation actuelle des tribus amérindiennes dépasse de beaucoup la lutte contre une entreprise avide de profit et soutenue par l’appareil agressif de l’État. Il est question en vérité de l’esprit des peuples autochtones de cette terre, qui ont subi un long génocide visant à leur élimination complète.

Les voir debout une fois de plus, avec leurs familles, montant leurs chevaux drapés de plumes, luttant pour leur identité, est une cause de célébration. Aux peuples opprimés partout dans le monde, ils apportent l’espoir que l’esprit humain ne sera jamais détruit.

Le génocide des Amérindiens, semblable à la destruction ininterrompue de la nation palestinienne, est l’un des points les plus bas atteint par la morale humaine. Il est particulièrement décourageant de voir à quel point il est toujours nécessaire de se battre pour faire reconnaître cette grave injustice.

Un génocide qui n’a jamais cessé

Pendant 500 ans, les Américains autochtones ont subi toutes les tentatives imaginables pour les effacer de la surface de la planète. Leurs nombre est tombé de dix millions avant l’arrivée des Européens en Amérique du Nord, à moins de trois cent mille au début du 20e siècle. Ils ont été exterminés par les guerres coloniales et ravagés par les maladies venues de l’étranger.

Les appels à détruire les Amérindiens n’étaient pas suggérés mais plutôt clairement affichés. Par exemple, Spencer Phips, lieutenant-gouverneur de la province de la Baie du Massachusetts a publié cette déclaration en 1755 au nom du roi George II: « Les sujets de Sa Majesté doivent saisir toutes les occasions de poursuivre, capturer, tuer et détruire la totalité et chacun des Indiens précités. »

La liste des prix pour les scalps des autochtones assassinés était la suivante : « 50 livres pour les scalps d’adultes de sexe masculin; 25 pour les scalps de femmes adultes, et 20 pour les scalps des garçons et des filles de moins de 12 ans.  »

Cette politique génocidaire contre les Amérindiens s’est poursuivie sans relâche.

Un siècle plus tard, en 1851, le gouverneur de Californie Peter H. Burnett, a fait cette déclaration: « Une guerre d’extermination continuera d’être menée entre les deux races jusqu’à ce que la race indienne ait totalement disparu « .

Les méthodes d’extermination étaient variées, allant de l’assassinat pur et simple et la distribution de couvertures infectées par les maladies, à, comme c’est le cas aujourd’hui, la menace sur leur ressource la plus vitale : l’eau.

Pourtant, d’une certaine manière, l’esprit de Sitting Bull et Crazy Horse et de nombreux et courageux chefs et guerriers parcourent encore les plaines, exhortant leur peuple à se lever et à poursuivre un combat très ancien pour la justice et les droits.

Amérindiens et Palestiniens

Les Palestiniens ont toujours estimé que l’héritage des Amérindiens est semblable au leur.

« Nos noms: les feuilles aux branches de la parole divine; les oiseaux qui montent plus haut qu’un coup de pistolet. Vous qui venez d’au-delà de la mer, voulant la guerre; ne coupez pas l’arbre de nos noms; ne lancez pas vos chevaux enflammés à travers les plaines « .

Ce sont quelques-uns des vers du poème séminal du poète palestinien Mahmoud Darwich : « Discours de l’Indien rouge. »

Je me souviens du jour où cet impressionnant morceau de littérature arabe a été publié intégralement dans le journal palestinien « Al-Qods». A l’époque, j’étais un adolescent dans un camp de réfugiés à Gaza. Je l’ai lu avec beaucoup d’appréhension et de vertige – soigneusement, lentement, et à plusieurs reprises.

Ceux qui ont pu le lire l’ont récité à voix haute à ceux qui ne le pouvaient pas.

Beaucoup de larmes ont été versées ce jour-là, surtout parce que nous savions tous trop bien que nous étions les « Indiens rouges ». Ils étaient nous-mêmes.

Bien avant que la théorie critique féministe ait inventé le terme « intersectionnalité » qui soutient que l’oppression est interconnectée et qu’une institution oppressive ne peut pas être analysée isolément des autres, les Palestiniens, comme les autres victimes de la colonisation génocidaire, en ont toujours connu cette vérité.

Les Palestiniens perdent leurs vies, leurs terres et leurs oliviers tandis qu’ils résistent aux chars et aux bulldozers israéliens. Leur réalité est la répétition d’expériences similaires auxquelles ont fait face – et continuent de faire face – les Amérindiens. En ce 21e siècle, la lutte des Amérindiens et des Palestiniens reste une seule et même lutte.

« Élevée est notre âme et sacrés sont les pâturages.

Et les étoiles sont mots qui illuminent …

Scrute-les, et tu liras notre histoire entière  »

… a écrit Mahmoud Darwish pour les Amérindiens. Et pour les Palestiniens…

Publicités

Colonialisme occidental et son outil sioniste: Amérindiens et Palestiniens même combat contre le génocide (Paul Craig Roberts)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 22 mai 2016 by Résistance 71

L’Israël sioniste cache ses crimes derrière ses campagnes de diffamation des diseurs de vérité

Paul Craig Roberts

11 Mai 2016

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/05/11/zionist-israel-hides-its-crimes-behind-its-smears-of-truth-tellers/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Il y a plusieurs années, deux éminents universitaires américains écrivirent un livre “The Israel Lobby”.

Le livre faisait cas d’une affaire largement sous-estimée, à savoir que le lobby israélien avait bien plus de pouvoir sur le gouvernement et les médias américains que cela n’était nécessaire aux Etats-Unis et à Israël, dans la mesure où il réduit au silence des critiques constructifs qui sont des amis d’israël. Ces deux universitaires furent diabolisés par le lobby israélien qui affirmait qu’ils se faisaient les avocats du retour de l’holocauste.

Le lobby pro-Israël se présentait comme juste une toute petite chose insignifiante incapable de résister à tous ces nazis qui montaient à l’assaut d’Israël et dans le même temps, le congrès des Etats-Unis passaient unanimement des résolutions outrancières que lui avaient remises le lobby israélien (NdT: appelé au pays du goulag levant l’AIPAC ou l’American Israel Public Affairs Commitee, l’équivalent du CRIF en France en plus puissant…)

Un bon nombre d’anciens sénateurs américains ainsi que d’anciens députés, incluant quelqu’un comme Cynthia McKinney, ont publiquement déclaré qu’ils furent sortis de leurs fonctions par le lobby d’Israël pour avoir critiqué les actions du gouvernement israélien, comme par exemple la tentative du gouvernement israélien de couler le navire américain USS Liberty (en 1967), une attaque israélienne qui tua ou blessa la majorité de l’équipage américain.

Au lieu de défendre la marine américaine, le gouvernement américain si couard avait si peur d’Israël que le président américain (NdT: Lyndon Johnson) et l’amiral responsable de l’enquête, père du sénateur va t’en guerre John McCain, se sont précipités à la défense d’Israël et ont couvert l’incident. (NdT: Ici Roberts ne dit pas tout… Il a été établi que le gouvernement américain savait pertinemment ce qu’il se passait car il en était le COMMANDITAIRE… Cette attaque israélienne, tentative de faux-drapeau, car l’Egypte devait en être blâmée, n’aurait jamais pu avoir lieu sans l’aval de la Maison Blanche…)

Le maquillage de l’affaire a eu tant de succès que peu d’Américains aujourd’hui savent qu’un navire américain de la marine fut décimé et quasiment coulé par une attaque aérienne israélienne impliquant des avions et des torpilles et Washington n’a même pas officiellement protesté (NdT: et pour cause, les Israéliens auraient eu beau jeu de montrer que les commanditaires de l’attaque étaient les Etats-Unis eux-mêmes !…). Vraiment !?! Les USA sont une super-puissance et leur gouvernement froussard ne peut même pas tenir tête à Israël ?

Que croyez-vous qu’il arrivera à ces lâches siégeant à Washington quand ils devront confronter à cause de leur arrogance, la puissance de la Chine et de la Russie ?

Pas étonnant donc qu’après 15 ans de conflit sans raison, les Etats-Unis ont été battus par quelques milliers de guerriers légèrement armés en Afghanistan et que le “mission accomplie” prononcée par l’imbécile Deubeuliou Bush demande maintenant l’intervention de la super-puissance russe pour être accomplie.

Seule la Russie peut mettre fin au terrorisme créé au Moyen-Orient par les abrutis de Washington. Les imbéciles de bas étage de Washington promeuvent le terrorisme afin de vampiriser le contribuable américain pour payer les bénéfices au complexe militaro-industriel et de la sécurité, celui-là même contre lequel le président Eisenhower nous avait mis en garde il y a près de 7 décennies.

Les Américains sont si incompétents qu’ils devraient juste dégager de la scène, rentrer chez eux et se planquer sous leur lit tant ils sont terrifiés des “terroristes”, en très grande partie une invention des néo-conservateurs, de leur propagande et de leur agenda.

Il ne faut juste qu’une invention propagandiste, un évènement faux-frapeau, pour faire trembler de trouille la si “puissante Amérique”.

Je suis d’un seul coup devenu un “antisémite” lorsque j’ai commencé à faire observer que le traitement infligé par Israël aux Palestiniens ressemblait grandement au traitement réservé par l’armée de l’Union (nordiste) sous les ordres des généraux Sherman et Sheridan, aux Indiens des grandes plaines de l’Amérique. Un génocide plein pot et grandeur nature.

Un officiel israélien m’a écrit pour me demander pourquoi je critiquais Israël de faire aux Palestiniens ce que le gouvernement des Etats-Unis avait fait aux Amérindiens. En d’autres termes, le monde occidental et Israël dont les membres ayant soi-disant souffert de l’holocauste, n’étaient pas obligés de faire quelque progrès moral que ce soit en un ou deux siècles. Quoi que ce fut que les criminels de guerre de l’Union aient fait aux Indiens des plaines (et autres) au XIXème siècle, est parfaitement OK pour Israël de faire aux Palestiniens au XXIème siècle.

Voilà pour ceux qui croient en un progrès moral.

Le mot “antisémite” a perdu son venin, parce que toute critique justifiée du gouvernement sioniste israélien est étiqueté d’antisémitisme. Le mot a été tant et tant utilisé et mal appliqué qu’il est devenu inutile, obsolète. En fait, se retrouver étiqueté “d’antisémite” par le lobby d’Israël revient à être officiellement déclaré comme une personne à la haute conscience morale.

En ce moment, le lobby d’Israël est à l’œuvre pour détruire quiconque est associé avec la campagne du mouvement BDS (Boycott, Divestement and Sanctions), qui est un effort de sanctionner Israël pour son génocide en Palestine. Le musicien populaire Roger Waters est une des rares personnalités courageuses à soutenir ce mouvement.

Waters dit que bon nombre de ses collègues artistes qui ont protesté autrefois contre la guerre du Vietnam et contre l’apartheid en Afrique du Sud (NdT: régime grand ami d’Israël du reste…) “font dans leur froc” devant Israël pour protester ce que l’ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter a appelé “l’apartheid israélien”.

Les républicains, les conservateurs et le lobby israélien n’aiment pas Jimmy Carter parce qu’il parle honnêtement, c’est pourquoi je le respecte.

Il n’y a absolument aucun doute sur le fait que les Palestiniens ont eu leur pays volé. Maintenant ils ont été confinés dans des ghettos, comme les Amérindiens aux Etats-Unis au XIXème siècle le furent dans des “réserves”. Ceci est un fait simple et évident. Mais quiconque cite cet état de fait est immédiatement étiqueté “antisémite qui veut tuer tous les juifs” par le lobby d’Israël.

En d’autres termes, c’est l’Israël sioniste qui pratique le génocide, mais une personne qui mentionne ce fait est accusée de vouloir faire aux juifs ce qu’Israël fait aux Palestiniens.

Israël, grâce à la totale couardise du gouvernement de la “seule super-puissance mondiale” ainsi qu’aux médias et industrie du spectacle américains largement contrôlés par les israéliens, a toujours pu s’en sortir au moyen de ce pur exercice du pouvoir de la propagande et de l’intimidation.

Mais çà ne marche pas avec Roger Waters.

Soutenez Roger Waters, un des grands musiciens de rock de cette ère alors qu’il se soulève pour les Palestiniens, contre les crimes monstrueux de l’Israël sioniste:

http://mondoweiss.net/2016/05/musicians-destroyed-palestinians/

Cela me stupéfie toujours de constater combien le courage a disparu du monde occidental. Des Américains insouciants ont perdu leur liberté au profit de la désinformation et de la peur. Un peuple si froussard n’a aucune perspective devant les peuples russe et chinois.

Le monde occidental, enfouit dans la propagande et le mensonge compulsif est maintenant entré de plein pied dans les poubelles de l’histoire. Il n’existe plus.