« Appel au Socialisme » pour la société des sociétés (Gustav Landauer) ~1ère partie~

“Des ouvriers, travailleurs libres demandent une organisation libre et ceci ne peut pas avoir une autre base que celle de l’association libre, de la libre coopération. Ainsi, le système non-capitaliste implique un système non-gouvernemental.”

~ Pierre Kropotkine ~

“L’État est une condition, une certaine relation entre les individus, un mode de comportement ; nous le détruisons en contractant d’autres relations, en nous comportant différemment les uns envers les autres… Nous sommes l’État et nous continuerons à être l’État tant que nous n’aurons pas créé les institutions qui forment une véritable communauté (société).”

~ Gustav Landauer ~

 

Gustav Landauer, philosophe, essayiste, enseignant, journaliste, dramaturge, romancier, critique de théâtre, traducteur de Shakespeare, d’Etienne de la Boétie et de Kropotkine en allemand, militant anarchiste (1870-1919) ; il fut sans aucun doute celui qui introduisit le plus avant les idées de Pierre Kropotkine dans le milieu anarchiste allemand à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

Influencé par les idées de Kropotkine donc, mais aussi de Nietzsche, Proudhon, Tolstoï ainsi que par toute une branche du romantisme allemand et d’auteurs anglophones tels Goethe, Hölderling, Oscar Wilde, et Walt Whitman, Landauer a écrit une page spéciale dans la pensée anarchiste. En plus des nombreux articles et pamphlets écrits pour divers médias, notamment pour son propre journal “Der Sozialist”, il écrivit deux livres majeurs pour expliquer son concept de société organique contre l’État et sa “société des sociétés”. Le premier “Die Revolution” publié en 1909 fut suivi en 1911 de son œuvre majeure “Aufruf zum Sozialismus” ou “Appel au Socialisme”. L’ouvrage fut réédité en 1919 avec une nouvelle préface. C’est cette version dont nous vous proposons la traduction de très larges extraits qui seront publiés en quatre parties sur ce blog.

Grand critique du marxisme qu’il juge, après analyse et comme bien des penseurs anarchistes, être le fossoyeur du socialisme au nom du capitalisme, Landauer amena un concept novateur dans la pensée anarchiste moderne, concept que l’on retrouve dans la pensée et la pratique politico-sociale des sociétés originelles des continents, qui veut que la société précède l’État et qu’elle est par essence anti-autoritaire, associative, mutualiste et coopérative dans une forme organique que l’État a malgré tout conservé dans une polarité sociale toutefois négative. Ainsi Landauer ne pense pas que l’on puisse faire disparaître l’État dans un grand “Bang!” révolutionnaire, mais que l’État ne pourra disparaître qu’absorbé par la société ayant retrouvé l’esprit originel (Geist) et le changement d’attitude des individus librement associés. Pour Landauer, la révolution est un processus de régénération totale politico-sociale, une remise à niveau spirituelle qui commence avec l’individu pour s’étendre à la vie entière de la société, qui rappelons-le, est bien antérieure à l’État et son carcan autoritaire institutionnel et bureaucratique. Pour Landauer, un peuple ayant l’esprit sociétaire originel (Geist) et s’organisant de manière autonome hors de l’État est une “nation”, ce qu’il définit comme “Volk” (qui n’a bien sûr rien à voir avec le concept de “Volk” de l’idéologie nazie…)

Landauer préconise donc de restructurer la société depuis sa base populaire au moyen d’une auto-émancipation constructrice et progressiste abandonnant le capitalisme et l’État au travers de l’établissement de coopératives émancipées, mutualistes, auto-gérées, librement associées, disséminées et liées entre elles comme autant de graines d’un réseau pour un futur non aliéné. Le but étant simultanément de développer un réseau de communication agriculturo-industriel dont les communautés seront imbriquées les unes dans les autres au sein d’une “société des sociétés” aux communes librement associées au sein desquelles les formes artisanales et industrielles de production et la tradition agricole communale des sociétés pré-modernes seraient restaurées en tandem avec une petite industrie, le tout en rétablissant le lien organique unificateur rompu par l’État entre l’agriculture, l’artisanat, l’industrie ainsi qu’entre le travail manuel et intellectuel.

Pour nos lecteurs assidus, tout ceci doit sans doute avoir une résonnance particulière, car oui, Résistance 71 est très sensible aux idées et à la méthodologie de Gustav Landauer et de Pierre Kropotkine, deux penseurs et militants qui ont grandement fait avancer l’Idée pour que l’Anarchie, la société organique organisée, égalitaire, anti-autoritaire, spirituelle et émancipée soit enfin le phare de la liberté humaine et donne à l’humanité la paix élusive à laquelle il aspire tant.

Laissons donc la place à Gustav Landauer, assassiné par les fascistes du Freikorps dans une cour de prison bavaroise le 2 Mai 1919, après avoir été arrêté suite à l’échec de la révolution pour une Bavière des conseils populaires libres.

A notre connaissance, c’est la toute première fois que ce texte majeur de l’anarchisme a été traduit en français.

Bonne lecture à toutes et à tous !

 

~ Résistance 71 ~

 

La fiche de Gustav Landauer sur Wikipédia:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustav_Landauer

 

 

Appel au socialisme

 

Gustav Landauer (1911)

 

Larges extraits du texte de la seconde édition de 1919

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Janvier 2016

 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

4ème partie

 

Préface de la seconde édition de 1919

 

C’est avec une profonde amertume que je déclare: il est maintenant très clair que j’avais raison dans cet “Appel au Socialisme” ainsi que dans mes articles publiés dans mon journal “Le Socialiste”. Une révolution politique ne s’est pas encore produite en Allemagne.

[…] Toutes les couleurs de partis sociaux démocrates marxistes, dans toutes leurs variétés possibles, sont incapables de pratiques politiques, de la constitution de l’humanité et de ses institutions populaires et d’établir un gouvernement représentant le travail et la paix, tout comme ils ne peuvent pas atteindre une compréhension théorique des faits sociaux, comme ils l’ont démontré de manière si horrible auparavant, pendant et après la guerre, de l’Allemagne à la Russie, de leur enthousiasme militariste à leur règne de terreur sans esprit et sans création aucune.

[…] De plus, le capitalisme n’a pas montré le progressisme anticipé (par les marxistes) de se transformer lentement et paisiblement en socialisme de lui-même, il n’a pas non plus produit le socialisme par son effondrement miraculeux et soudain.

[…] Le gouvernement s’est effondré, le socialisme est la seule possibilité de sauvetage. Il n’a certainement pas résulté de la floraison du capitalisme ; c’est l’héritier et le fils répudié attendant à la porte derrière laquelle le corps de son père non-naturel se décompose. Le socialisme ne peut pas non plus être ajouté au corps splendide de la société comme un apex de la richesse nationale et d’une somptueuse économie ; non, il doit être créé presque de rien parmi le chaos ambiant.

[…] Tout ce que je dis ici au sujet de l’effondrement ne s’applique pleinement qu’à l’Allemagne du présent et aux nations qui, volontairement ou non, ont partagé cette destinée.

[…] La révolution ne peut être que politique. Elle n’obtiendrait pas le soutien des masses réduites en esclavage si elles ne désiraient pas se libérer de l’oppression sociale et de l’austérité économique. Quoi qu’il en soit, la transformation des institutions sociales, des relations de propriété, du type d’économie, ne peuvent pas venir par le moyen de la révolution. Pour ces choses, l’action d’en-bas ne peut que secouer, détruire et abandonner quelque chose ; l’action d’en-haut, même par un gouvernement “révolutionnaire”, ne peut qu’abolir et commander, tandis que le socialisme se doit de construire, d’ériger et d’organiser un nouvel esprit. Cet esprit prévaut puissamment et ardemment dans la révolution.

[…] Il demeure un danger que le vieux schéma et l’imitation vide de sens s’emparent des révolutionnaires et les rendent superficiels, radicaux incultes, à la rhétorique hurlante et aux gestes violents, qui ne savent ni ne veulent savoir, que la transformation de la société ne peut venir que de l’amour, du travail et du silence… De plus, la liberté politique, la maturité, la fièreté honnête, l’auto-détermination et une cohérence organique corporatrice des masses le tout provenant d’un esprit unifiant, des associations volontaires dans la vie publique, tout ceci ne peut être parachevé que par un grand ajustement de justice économique et sociale, par le socialisme. Comment pourrait-il y avoir une richesse commune des véritables communautés dans notre ère, dans laquelle le christianisme affirmé l’égalité de tous les enfants des hommes, en origine, en droit et en destinée ; comment pourrait-il y avoir une vie publique libre, infiltrée par l’esprit dynamique tout satisfaisant des hommes progressistes et enhousiastes ainsi que des femmes fortes et spirituellement profondes, si l’esclavage, la rupture culturelle et l’ostracisme persistent sous toutes les formes et déguisements possibles ?

[…] Le besoin de socialisme est là, il existe. Le capitalisme s’effondre, il ne peut plus fonctionner. La fiction que le capital fonctionne a explosé comme une bulle de savon ; la seule chose qui a attiré le capitaliste pour son type de travail, au risque de sa fortune et le leadership et l’administration de son entreprise, à savoir le profit, ne l’attire plus. L’âge de la profitabilité du capital, de l’intérêt et de l’usure est fini, les bénéfices fous de la guerre ne furent qu’une danse de la mort. De nouvelles formes de travail doivent être développées, libérées du tribut payable au capital, créant sans cesse de nouvelles valeurs et de nouvelles réalités, récoltant et transformant les produits de la nature pour les besoins humains.

Les révolutions et leur longue et douloureuse tout autant qu’oppressive pré-histoire nous ensignent que seuls la plus extrême des détresses, seulement le sentiment de grand désespoir amène la masse humaine à la raison, celle qui, pour les hommes sages et leurs enfants, vient toujours naturellement. Quelles horreurs, ruines, duretés, pestes, conflagrations et cruautés sauvages devons-nous attendre, si même en cette heure du destin, la raison, le socialisme, le leadership spirituel et la conformité à l’esprit n’entrent pas dans l’esprit des Hommes ?

[…] L’impératif de l’esprit qui mène la révolution peut nous aider en grandes mesures et accomplissements. Soumettez-vous à cet esprit ; les intérêts mesquins particuliers ne doivent pas le freiner ; mais sa mise en application est considérablement ralentie par un tas de gravas qui s’est empilé sur les coditions et même les âmes des masses. Un chemin est ouvert, plus ouvert que jamais, pour aider à la révolution et à l’effondrement du système actuel: commencer sur une petite échelle et volontairement, immédiatement, de tous les côtés, vous êtes appelés, vous et vos amis !

[…] Réalisons que rien, rien dans le monde n’a plus de pouvoir de conquête que la bonté. Nous étions politiquement retardés, étions les plus arrogants et les plus provocateurs des laquais ; les dommages qui en résultèrent pour nous avec l’inévitabilité de la destinée nous a remonté contre nos maîtres, nous ont mené vers la révolution. Nous mènerons la voie vers le socialisme, comment pourrions-nous montrer le chemin si ce n’est par l’exemple ? Le chaos est ici. De nouvelles activités et tumulte pointent à l’horizon ; les esprits s’éveillent, les âmes s’élèvent vers la responsabilité, des mains entrent en action. Puisse la révolution amener une renaissance. Que des nouvelles personnes incorruptibles se lèvent des profondeurs et des ténèbres, qu’ils ne fassent pas défaut à nos nations.

[…] Rien ne vit, rien que nous ne fassions pas nous-mêmes, rien de ce que nous ne faisons de nous-mêmes. La création (humaine) vit, pas la créature, seulement le créateur. Rien ne vit si ce n’est l’action de mains honnêtes et la gouvernance d’un esprit pur et véritable.

Munich le 3 janvier 1919

Gustav Landauer

 

Pour le socialisme

Chapitre 1

 

Quiconque appelle le socialisme doit penser que le socialisme est quelque chose qui est absent ou peu s’en faut, qui n’existe pas encore ou qui a cessé d’exister. Alors on pourra objecter: “Bien sûr le socialisme, la société socialiste n’existent pas. Ils ne sont pas encore là, mais de grands efforts sont faits pour son avènement, visions, connaissance, enseignements sur le comment il doit arriver.” Non, le socialisme que j’appelle ici ne viendra pas de la sorte. Plutôt par socialisme j’entends une tendance de la volonté humaine et une vision des conditions et manières qui mènent à son accomplissement.

[…] qu’est-ce que le socialisme ? Que veulent dire les Hommes lorsqu’ils emploient ce mot ? Qu’est-ce qui entre sous ce vocable aujourd’hui ? Sous quelles conditions, à quel moment de la société, de son développement, peut-il devenir réalité ?

[…]

Chapitre 2

Le socialisme est la tendance de la volonté de personnes unifiées pour créer quelque chose de nouveau et pour parvenir à un idéal. Voyons donc ce qu’est l’ancien système et ce que la réalité préalable était, dans notre ère. Pas notre temps dans un sens limité à maintenant, quelques années ou quelques décennies, mais plutôt notre époque, remontant au moins 400 ans.

[…] Certains corrupteurs divulguent la doctrine que les Hommes, mais aussi les animaux, les plantes et le monde entier, sont en progrès constant, dans un mouvement vers le haut partant des plus bas niveaux de la vie aux plus hauts, des pires abîmes de l’enfer vers les plus hauts cieux et qu’ainsi, l’esclavage, l’absolutisme, la servitude, le mercenariat, le capitalisme, la dureté et la dégénérescence, toutes ces choses étant supposées n’être que des étapes progressistes vers le socialisme. Nous n’adhérons aucunement à une telle illusion soi-disant scientifique. Nous voyons le monde et l’histoire de l’humanité de manière totalement différente. Nous l’expliquons aussi de manière différente.

Nous disons que les nations ont leur âge d’or, les points culminants de leur culture, et qu’elles descendent une fois de plus de ce piedestal. Nous disons que notre peuple d’Europe et d’Amérique ont été de ces nations déclinantes depuis un bon moment, approximativement depuis la “découverte” de l’Amérique.

Les nations atteignent leurs périodes de grandeur et s’y maintiennent lorsqu’elles sont empruntes d’un esprit unique. Ceci aussi sonne faux aux oreilles de ceux qui s’appellent socialistes de nos jours alors qu’ils ne le sont pas ; nous venons juste d’en voir un aspect furtif dans leur accoutrement darwiniste , ces adhérents de la soi-disante conception matérialiste de l’histoire. Nous traiterons tout cela ci-dessous, nous devons poursuivre pour le moment, mais nous croiserons encore le chemin du marxisme et nous nous arrêterons un peu plus tard pour lui dire ses quatre vérités en face et lui dire essentiellement qu’il est un fléau de notre temps et qu’il diabolise le nouvement socialiste !

C’est l’esprit, l’esprit des penseurs, l’esprit des hommes submergés par l’émotion, de ceux qui souffrent grandement, l’esprit de ceux dont l’auto-conscience et l’amour fusionnent dans une grande connaissance du monde, c’est cet esprit qui a mené les nations à leur grandeur, à l’unité et à la liberté. Des individus a érupté une nécessité intrinsèque de s’unifier en une attitude commune avec leurs frères humains. Puis la société des sociétés fut là, communalement fondée sur l’association volontaire.

Ainsi quelqu’un pourrait demander comment l’Homme a t’il pu atteindre cette intelligence et cette vision d’abandonner son isolation et de se joindre à ses compatriotes d’abord sur une petite échelle, puis en groupes bien plus conséquents ?

La question est stupide en soi et ne peut être posée que par des professeurs actifs dans des temps de déclin, car la société est aussi vieille que l’Homme ; elle est le tout premier fait. Où que les Hommes aient été, ils se joignaient en hordes, en clans, en tribus, en guildes, en nations. Ils migrèrent, vivèrent et travaillèrent ensemble. Ils furent des humains individuels agglutinés ensemble par un esprit commun, qui est une compulsion humaine naturelle et non pas imposée de manière extrinsèque (même ce qui est appelé “instinct” chez les animaux est un esprit commun).

Mais cette compulsion naturelle de la qualité unificatrice et d’esprit commun, jusqu’à maintenant dans l’histoire de l’humanité, a toujours eu besoin de formes externes: des symboles religieux et de cultes, des idées de foi, des rituels de prière ou toutes choses de ce genre.

Ainsi l’esprit l’esprit est toujours connecté dans les nations avec un manque d’esprit et une pensée symbolique profonde ayant une opinion supersticieuse. La chaleur et l’amour émanant de l’esprit unificateur prend ombrage du dogme religieux froid et rigide. La vérité, émanant de telles profondeurs qu’elle ne peut être exprimée que par imagerie, est remplacée par le non-sens de la litéralité.

Ceci est suivi de l’organisation externe. Les organisations de l’église et séculière de la coercition externe gagnent en force et croissent continuellement en empirant: sefvage, féodalisme, les départements variés de l’autorité, l’État.

Ceci mène immanquablement à un déclin de l’esprit qui anime les peuples et de l’immédiateté qui coule des individus et les mène à l’unité. L’esprit se retranche dans les individus.

[…] Les temps où la race humaine a le plus resplendi dans l’histoire subséquente sont ceux où cette tendance de l’esprit à inonder des peuples vers les ravins et les dépressions des individus a juste commencé mais n’a pas encore progressé très loin: où l’esprit commun, la société des sociétés, les liens d’inter-relation entre les multiples associations bondissantes de l’esprit, fleurissent pleinement, mais où des personnes de génie se sont aussi révélées, bien que toujours contrôlée par le grand esprit des peuples, qui ne sont pas banalement en extase devant leurs travaux, mais les acceptent plutôt comme le fruit naturel de la vie communale et s’en réjouissent.

L’âge d’or de la Grèce antique et le Moyen-Age chrétien furent de telles époques.

Ce ne fut pas un idéal, ce fut une réalité.

[…] Nous sommes les peuples de la chute et donc, de ce type de chute dont l’avant-garde ne voit aucun sens qui pointe au-delà de cette vie terrestre… Nous sommes les peuples qui peuvent remonter la pente une fois de plus et ce uniquement par un esprit singulier: l’esprit de justice dans les choses terrestres de la vie communale. Nous sommes les peuples qui pourraient être sauvés et ramenés à la culture seulement par le socialisme.

Chapitre 3

Ainsi notre époque se tient entre deux âges. A quoi cela ressemble t’il ?

Un esprit de cohésion, et oui, oui ! vous avez remarqué que le mot “esprit” revient beaucoup dans ce livre. Ceci se produit sans doute parce que les hommes de notre temps, surtout ceux qui se proclament “socialistes”, disent le mot “esprit” si rarement et agissent en accordance. Ils n’agissent pas spirituellement et donc ils ne font rien de réel ni de pratique. Comment pourrait-il faire ou accomplir quelque chose de pratique, eux qui pensent si peu !

[…] Il n’y a pas d’esprit connectant toute vie avec l’éternité, sanctifiant nos sens, rendant nos fonctions corporelles divines, chaque activité une joie, une cause d’exubérance et d’extase.

Qu’y a t’il ? Dieu, qui a créé le monde, dont le fils a sauvé le monde du pêché… assez de tout çà ! Assez de ces vestiges mal interprétés d’un symbolisme qui eut un sens autrefois, des vestiges, des réminiscences qui sont maintenant prises au sens littéral et pris pour croyances jusqu’à la dernière virgule et la dernière lettre de ce conte miraculeux. Assez de tout cela. Cet esprit est un faux esprit, n’a rien à voir ni avec la vérité ni avec la vie. Si quelque chose est plus que probablement faux, alors ce sont ces idées dans leur totalité.

Et nos érudits, intellectuels et universitaires le savent pertinemment. Si le peuple, une grande partie du peuple, est pris dans l’esprit d’un mensonge ruineux, alors combien de nos intellectuels sont-ils emmêlés dans l’esprit du mensonge, de la déception et de la couardise ?

A l’école, les enfants sont éduqués au moyen de faux enseignements et leurs parents sont obligees de laisser la pensée de leurs enfants être déformée. Un fossé horrible s’est ouvert entre les enfants des pauvres, qui sont maintenus dans la vieille religion de force et les enfants des riches, à qui on donne toute sorte de semie-connaissance et un doute léger. Les enfants des pauvres sont supposés demeurer stupides, dociles, timides, tandis que les enfants des riches deviennent semi-éduqués et frivoles.

Comment fait-on le travail de notre temps ? Pourquoi le travail est-il fait ? qu’est-ce que le travail ?

Seulement quelques rares variétés d’animaux connaissent ce que nous appelons le travail: les abeilles, les fourmis, les termites et les humains.

Le travail est technique ; la technique est un esprit commun et une pensée anticipatrice. Il n’y a pas de travail sans esprit, anticipation et communalité.

Quelle est la nature de la communalité qui régule notre travail ?

Cela ressemble et est en fait ceci:

Quelques personnes possèdent la terre et en conséquence la possibilité d’habirtation, d’industrie, d’agriculture et d’activité ; la terre et conséquemment les matières premières ; la terre et conséquemment le moyen de travail hérité du passé. Ces quelques personnes cherchent le pouvoir économique et personnel sous la forme de la propriété foncière, de la richesse monétaire et de la domination d’autres hommes.

Ils sont la cause de ce que les choses sont produites, comme ils le croient, en accord avec la situation respective du marché et que celui-ci va accepter avec l’aide d’une grosse armée d’agents et de représentants de commerce ou en langage courant, des bonimenteurs, des grossistes, des vendeurs, des commerçants, des publicités de presse, et des posters, des feux d’artifice et des emballages attractifs.

[…] La vaste majorité des humains est déconnectée de la terre et de ses produits, de la terre et des moyens de production, de travail. Ils vivent dans la pauvreté et l’insécurité. Il n’y a aucune joie ni sens à leur vie. Ils travaillent pour des choses qui n’ont aucune connexion avec leur vie propre. Ils travailent d’une façon qui les rend insipides et tristes. Beaucoup, des masses entières d’humains, n’ont souvent pas de toit au dessus de leur tête. Ils ont froid, faim et meurent misérablement.

Parce qu’ils sont mal nourris, sous-alimentés et n’ont pas de logement adéquat, ils attrapent la tuberculose ou autres maladies de promiscuité et meurent avant leur temps. Et ceux dont la santé survit les effets de ces conditions de pauvretee, la pollution de l’air et les maisons infectées de maladies, ils sont souvent détruits par l’épuisement, les poussières toxiques, les substances et vapeurs empoisonnées des usines.

Leurs vies n’ont aucune connexion avec la Nature, ou si peu. Ils ne font pas l’expérience d’eux-mêmes, ils ne savent pas ce qu’est être enfantin.

[…] L’État existe afin de créer l’ordre et la possibilité de continuer à vivre au sein de tout ce non-sens dénué d’esprit, de la confusion, de l’austérité et de la dégénérescence. L’État, avec ses écoles, ses églises, ses tribuanux, ses prisons, bagnes, l’état avec son armée et sa police (NdT: et son monopole de la violence sinon “légitime” du moins… “légitimée”…), l’état avec ses soldats, ses haut-fonctonnaires et ses prostitué(e)s.

Là où il n’y a aucun esprit et aucune compulsion interne, il y a forcément une force externe, une régimentation, un État.

Là où il y a un esprit, il y a société. La forme dénuée d’esprit engendre l’État. L’État est le remplaçant de l’esprit.

Quel sorte d’esprit nous permet-il de rester en vie ?

L’esprit qui élève les individus en une totalité, en un tout cohérent, en un peuple, est appelé aujourd’hui une nation. La nation en tant que forme coercitive naturelle de la communauté biologique est un esprit fondamentalement beau et ineffaçable, impossible à éradiquer. En revanche, la nation amalgamée avec l’État et avec sa violence exacerbée et intolérable est une insulte artificielle et une stupidité malsaine et pourtant, c’est un ersatz, un remplacement pour l’esprit (manquant), un équivalent psychique des esprits intoxiqués aux vapeurs d’alcool qui sont devenus le poison habituel et quotidien des humains d’aujourd’hui.

L’État avec ses frontières et les nations avec leurs conflits sont des substituts pour un esprit non existant du peuple et de la communauté. L’idée de l’État est une imitation artificielle de l’esprit, une illusion, qui accouple des objectifs qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, qui n’ont aucune racines en un tel terreau, comme l’ont les merveilleux intérêts d’un langage et de coutumes communes, les intérêts d’une vie économique (nous avos vu ce qu’est la vie économique aujourd’hui !) avec un certain territoire. L’État, avec sa police, toutes ses frontières et ses institutions régissant la propriété privée, n’existent pour le salut de l’Homme que comme un misérable substitut à l’esprit sociétaire et aux groupes humains ayant un but commun.

[…] L’État ne s’établit jamais au sein de l’individu. Il n’est jamais devenu une qualité individuelle, il n’a jamais été volontaire. Il réside plutôt dans le centralisme du commandement et de la discipline au lieu d’être dans le centre qui régit le monde de l’esprit: c’est à dire la pensée libre, pulsant comme un battement de cœur et indépendante dans le corps vivant d’une personne. Il y a longtemps, il y avait des communautés, des groupes tribaux, des guildes, des confréries, des corporations (NdT: au sens médiéval du terme), des sociétés, elles, furent toutes stratifiées dans une société cohérente. Aujourd’hui, il y a la force, la lettre de la loi et l’État.

Et l’État, qui en plus n’est rien, afin de cacher son néant, se drape mensongèrement du manteau de la natiobalité et connecte mensongèrement cette nationalité, qui est un lien spirituel délicat entre les hommes, avec une communauté occupant un territoire géographique qui n’a rien à voir avec lui et qui n’existe pas, cet état ainsi cherche à être un esprit et un idéal, une transcendance incompréhensible en la manière pour laquelle des millions de gens se massacrent les uns les autres dans un enthousiasme sanglant et morbide. Ceci représente l’extrême, l’épitôme de la non spiritualité qui a été introduit parce que le véritable esprit d’unité a péri et a cessé d’exister. Et pourtant, on nous affirme que les hommes n’avaient pas cette horrible superstition au lieu de la vérité organique de l’unité spirituelle naturelle, ils seraient incapables de vivre, car ils suffoqueraient dans la honte et la dégradation de cette non-vie et de cette désunification ; ils deviendraient poussière comme de la crasse séchée.

Voilà à quoi ressemble notre époque. Elle se situe entre deux âges.

[…]

A suivre…

19 Réponses to “« Appel au Socialisme » pour la société des sociétés (Gustav Landauer) ~1ère partie~”

  1. J’ai rédigé un billet que je n’avais l’intention de trop diffuser, mais à la lecture de cet article, je suis tellement en accord avec tout ce qui est écrit, du début à la fin que je me permets de vous le coller ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/27/la-maison-qui-pue/ Car précisément j’en viens à la même conclusion, bon avec des mots simples et une réflexion pas aussi abouti que Kroptkine ou Landaeur, je n’ai pas cette prétention, non ; Mais, in fine, l’idée est là que ; « Quelques personnes possèdent la terre et en conséquence la possibilité d’habitation, d’industrie, d’agriculture et d’activité ; la terre et conséquemment les matières premières ; la terre et conséquemment le moyen de travail hérité du passé. Ces quelques personnes cherchent le pouvoir économique et personnel sous la forme de la propriété foncière, de la richesse monétaire et de la domination d’autres hommes. » Je suis vraiment d’accord avec ça, et mon petit billet d’humeur, à mon bien modeste niveau sous-tend cette assertion. Enfin, il me semble, non ?

  2. Peut-être pas Zola en tant que tel, mais dans l’esprit « Thénardier » absolument…
    HS : Est-ce que ces 10 points sur Israël sont tous vrais ? http://www.wikistrike.com/2016/01/dix-faits-que-tous-devraient-savoir-a-propos-d-israel.html

  3. […] Nous ne disons pas autre chose lorsque nous affirmons que l’avenir de l‘humanité passe par les occidentaux émancipés de l’idéologie coloniale se tenant main dans la main avec leurs frères colonisés de tous les continents pour construire ensemble, solidairement la société des sociétés. […]

  4. […] main avec leurs frères colonisés de tous les continents pour construire ensemble, solidairement la société des sociétés. Le temps n’est plus seulement à la critique mais à l’action, le progrès passe par […]

  5. […] Nous ne disons pas autre chose lorsque nous affirmons que l’avenir de l‘humanité passe par les occidentaux émancipés de l’idéologie coloniale se tenant main dans la main avec leurs frères colonisés de tous les continents pour construire ensemble, solidairement la société des sociétés. […]

  6. […] L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie coloniale, se tenant debout, main dans la main avec tous les peuples colonisés du monde pour que s’opère un changement de paradigme politique menant, enfin, à la société des sociétés. […]

  7. […] Maintenant changez le mot « Mexique » et remplacez le par n’importe quelle autre nation… L’effet est le même. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous des colonisés! et que l’heure est venu de briser les chaînes de l’esclavage moderne et de nous tenir debout, émancipés de l’idéologie colonialiste, aux côtés de nos frères et sœurs plus colonisés que nous, car ce n’est qu’une question de degré au bout du compte et que l’avenir de l’humanité passe par l’union sacrée entre les peuples colonisés pour un changement de paradigme politique et la mise en place de la société des sociétés. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s