Nouvel Ordre Mondial: La Chine rachète Syngenta et pousse pour les OGM, la solution finale globale est en marche…

 

La Chine impérialiste et les brevets

 

Mai 68 repris par les 7 du Québec

 

29 juillet 2016

 

url de l’article:

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-chine-imperialiste-et-les-brevets/

A lire sur le sujet:

« Chine, Syngenta, OGM contre le monde »

Chine et colonialsme au Canada

 

 

 

La Chine a acheté Syngenta, le premier producteur au monde de semences qui l’est devenu en privatisant et brevetant toutes les semences mondiales ! Et qui ne se prive pas d’attaquer en justice Kokopelli, et autres vendeurs de semences agricoles.   La Chine a acheté Syngenta suisse pour 43 milliards de dollars, l’un des plus gros monstres égal à égal avec Monsanto américain et Bayer allemand !   Avec cela, La Chine met tous les agriculteurs du monde entier en otage et obligé de lui payer pour chaque utilisation de semence.

La multinationale ChemChina la plus grosse entreprise de Chine (fortune 500) qui finance tous les politiciens en Chine et donc dicte la politique a acheté Syngenta :  ChemChina est un conglomérat de chimie chinois, la plus grosse multinationale de produits chimiques et agrochimiques en Chine et fait partie du rang des FORTUNE 500 dirigé par le PDG Ren Jianxi, membre du Parti communiste chinois qui fait partie des familles régnantes en Chine.  Ren Jianxi a reçu des nobels prestigieux en Chine, et a eu différents postes très importants au sein du ministère chinois. Son rôle politique au sein de la société en Chine est l’un des plus influents.

Syngenta impose ses pesticides néonicotinoides qui tuent les abeilles. Or les abeilles rapportaient 22 milliards d’euros à l’agriculture européenne.   En février 2016, ChemChina annonce l’acquisition de Syngenta, une entreprise suisse de produits de pesticides et de semences, pour 43 milliards de dollars, ce qui en fera la plus grosse acquisition d’une entreprise étrangère par une entreprise chinoise.

La Chine va « faciliter » la plantation à l’échelle industrielle de maïs et d’autres organismes génétiquement modifiés lors des cinq prochaines années, ont annoncé mercredi les autorités.

Syngenta est connu pour faire la loi à Bruxelles et à Washington pour imposer ses pesticides néonicotinoides néfastes pour les abeilles et privatiser les semences.  Syngenta et Bayer étaient furieux quand l’Union Européenne avait d’abord refusé certains pesticides cancérigènes néfastes pour les abeilles. Mais avec de l’argent, on obtient tout.

Surtout maintenant que la grande puissante multinationale chinoise qui fait partie des Fortunes 500 du globe a acheté Syngenta.

Syngenta maintenant achetée par la multinationale ChemChina qui fait sa loi en Chine, aura un pouvoir qui pourra surpasser celui de Monsanto.

A tel point que celui-ci inquiet, fait monter les enchères pour trouver un acheteur lui aussi pour augmenter la puissance de sa multinationale et son influence dans le monde.   En Russie, pays, qui interdit les OGMS ce genre d’achat par une entreprise russe aurait été inacceptable, mais en Chine, acheter Syngenta, Monsanto et toute la clique est parfaitement toléré !

La Chine fait l’inverse de la Russie et joue le jeu des lobbies des producteurs de pesticides, qui compte parmi ses membres Bayer, Monsanto, BASF, Dow, DuPont et Syngenta. jeu de Monsanto, de Bayer et de Syngenta. Enfin surtout de Syngenta, puisque la Chine vient d’acheter ce dernier.

Le club le plus privé au monde qui se réunit tous les ans en Suisse à Bâle réunit les banquiers centraux d’Angleterre, des USA, d’Allemagne, de Chine, etc… mais curieusement pas le banquier central de Russie.

La Chine achète les forêts françaises. Ce n’est pas pour les entretenir, mais les abattre, car elle a besoin du bois pour faire des planches et des meubles. La Chine est donc devenu un acteur majeur de déforestation en France.

Dans l’Indre, une société chinoise a acquis cinq exploitations agricoles totalisant 1.700 hectares de terres. Profitant d’une faille juridique, elle a contourné les instances chargées du contrôle du foncier agricole et contribue au développement d’une agriculture sans paysan.

La Chine achète les forêts et terres agricoles dans monde entier et fait le jeu de l’oligarchie qui ne veut rien laisser aux 99%. Et va bientôt utiliser l’ONU pour asseoir sa légitimité en tant que leader mondial de l’humanité.

En Chine sont cultivés 3.5 millions d’hectares d’OGM

http://picriogm.weebly.com/les-ogm-…

Les États-Unis, l’Argentine, le Brésil, le Canada et la Chine restent les principaux producteurs de plantes transgéniques.

http://www.ogm.org/Tout%20savoir/Hi…

L’État chinois vient de faire l’acquisition de près de 30.000 km² de terres arables en Ukraine, soit un domaine cultivable aussi grand que la Belgique tout entière… !l’Ukraine prévoit donc de céder à la seconde puissance mondiale 5% de son territoire, 9% de ses terres arables et une superficie équivalente à la Belgique pour combler les besoins gargantuesques de l’Empire du milieu

la Chine achète le plus grand territoire agricole d’Australie pour 255 millions de dollars https://fr.express.live/2016/04/21/…

Il est devenu clair comme le jour que la Chine est un pays capitaliste comme les autres, et qui ne songe qu’à ses propres intérêts au détriment de celui de son peuple, et des autres peuples, car en achetant des multinationales étrangères qui détruisent déjà le monde à petit feu et nos abeilles, et privent nos paysans du droit d’utiliser leurs semences il devient clair, que la richesse de l’élite chinoise devient un fardeau tout comme la richesse de l’élite Rotchild pour l’humanité.

**********

Voici déjà comment était Syngenta avant d’être acheté par la ChemChina et le pouvoir d’influence qu’il possédait déjà avec Bayer :

« Les producteurs de pesticides –Syngenta et Bayer en tête- joueraient leur va-tout auprès de la Commission européenne, des Etats et de l’agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) afin de contrer les risques d’interdiction qui pèsent sur les néonicotinoïdes [JDLE], fortement suspectés dans l’effondrement des colonies d’abeilles. Lettres à l’appui, c’est ce que dénonce Corporate Europe Observatory (CEO), qui traque les lobbies dans les instances européennes. L’association a pu consulter des documents envoyés à différents commissaires européens et à l’Efsa par Syngenta, Bayer et l’ECPA[1], afin d’infléchir le processus de régulation comme le cours de l’expertise scientifique. Les courriers sont consultables sur le site de CEO (en anglais) et permettent de mieux saisir comment avancent dans la coulisse les dossiers dans lesquels se mêlent intérêts économiques, scientifiques et sanitaires.

La palette des arguments est vaste, qui va de la pression amicale au dénigrement, des menaces de poursuites à la campagne de communication classique. Dans un courrier envoyé en novembre 2012 aux commissaires à l’agriculture et à la recherche, Syngenta tente de décrédibiliser les méthodes scientifiques employées par l’Efsa pour évaluer les trois néonicotinoïdes les plus couramment utilisés. Et de dépeindre un tableau proche de l’apocalypse si ces pesticides venaient à être interdits (des pertes de 17 milliards d’euros en 5 ans, une chute de 40% de la productivité pour le maïs, le blé d’hiver, des betteraves à sucre ou des tournesols, des banqueroutes en pagaille, etc.).

Peu de temps après l’interdiction par la France de son produit-phare, Syngenta écrit au commissaire Dalli : « Les interdictions sont faciles à décider, mais dures à lever. Une interdiction du Cruiser OSR et des autres néonicotinoïdes se ferait sans aucune base scientifique crédible et n’aurait absolument aucun impact sur l’amélioration de la santé des abeilles ». Au détour de sa missive, Michael Mack -le PSG de Syngenta- mentionne comment, il y a encore deux semaines, il partageait le repas dominical du président américain, du président du Conseil européen et du président français lors de la rencontre du G8 à Camp David. « Nous avons discuté de la contribution du secteur privé, notamment les entreprises de recherche et développement comme les nôtres, à l’égard de la sécurité alimentaire, en particulier en direction de l’Afrique, où nous sommes nous-mêmes engagés à dépenser 500 millions de dollars (382 millions d’euros) sur 10 ans. »

La science –soutenue par Copa-Cogeca (un lobby agricole à Bruxelles), l’association européenne des semenciers (qui regroupe les multinationales du secteur) et l’European Crop Protection Association, et financée par Bayer et Syngenta- est appelée à la rescousse, avec une étude publiée sur un site dédié au « traitement des graines par les néonicotinoïdes ». L’étude conclut à la contribution socio-économique et environnementale significative de ces insecticides pour l’agriculture européenne et l’économie au sens large.

Syngenta ayant pu consulter le communiqué de presse de l’Efsa avant sa publication mi-janvier–et ne le trouvant pas du tout à son goût [JDLE]- l’entreprise tente de le faire réécrire, sous peine de poursuites judiciaires. « Ce communiqué de presse est inexact et contraire aux conclusions de l’Efsa », fait valoir Syngenta au fil de plusieurs courriers de plus en plus « furieux », commente CEO. A tel point que l’entreprise exige de pouvoir consulter les brouillons du communiqué de presse, des correspondances internes et les notes d’une réunion préparatoire qui s’est tenue à l’Efsa. Celle-ci s’exécute. Avant de voir sa directrice directement prise à partie par l’entreprise.

Les pressions sur l’Efsa ayant eu peu d’effets, des courriers démontrent que Bayer et Syngenta vont opter pour une opération de dénigrement. « L’Efsa a des connaissances limitées en agriculture », écrivent-ils, comme le rapporte CEO. Et de s’alarmer : si ce type d’évaluation des risques était généralisé, « il deviendrait impossible de maintenir l’enregistrement du moindre pesticide ou d’obtenir l’enregistrement de nouveaux produits ». Enfin, les semenciers s’offrent une opération de communication à peu de frais, en proposant de planter des prairies fleuries [JDLE] –accréditant l’idée que c’est le manque de nourriture qui serait à l’origine de l’effondrement des colonies- et en plaidant pour la poursuite des recherches sur les causes de ce déclin massif.

Le 26 avril ou le 2 mai prochains, les Etats devraient voter à nouveau sur l’interdiction des trois néonicotinoïdes analysés par l’Efsa. CEO affirme que les Etats sont désormais l’objet de toutes les attentions de la part des marchands de pesticides. « Si les Etats membres ne parviennent pas à atteindre une majorité qualifiée sur la proposition [de limiter pendant 2 ans l’usage du chlothianidine, de l’imidaclopride et du thiamétoxam et des semences enrobées pour les seules cultures non attirantes pour les abeilles], la Commission pourrait l’imposer. Pendant ce temps-là, l’industrie des pesticide fait durement pression sur les Etats membres pour atteindre une majorité qualifiée qui rejetterait la proposition et bloquerait l’interdiction. Les semaines de bataille à venir seront cruciales : les intérêts de l’industrie prévaudront-ils sur la survie des abeilles ? », s’interroge CEO.

[1] Le lobby des producteurs de pesticides, qui compte parmi ses membres Bayer, Monsanto, BASF, Dow, DuPont et Syngenta.

http://www.journaldelenvironnement….

10 Réponses to “Nouvel Ordre Mondial: La Chine rachète Syngenta et pousse pour les OGM, la solution finale globale est en marche…”

  1. […] Nouvel Ordre Mondial : La Chine rachète Syngenta et pousse pour les OGM, la solution finale globale… […]

  2. J’ai retranscris dans son entier votre article ci-dessus en 2nde partie de ce billet à tiroirs = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/29/fallait-pas-ouvrir-la-boite-de-pandore/
    Notamment pour bien faire comprendre qu’un N.O.M. sino-russe ou russo-sino-turque est un N.O.M. est qu’à ce titre il faut le refuser. Car ceux qui prétendent qu’un N.O.M. russo-sino aurait de la gueule et serait préférable à un N.O.M. 100% USraël doivent comprendre que NON c’est NON…
    J’ai remis la vidéo du Sarkozy éructant « Personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer » (au N.O.M.) et pour bien faire comprendre que nous sommes tous concernés et que ça urge, un peu, quand même, non ?

  3. souhaiteétésansmoustiquesOGM Says:

    Un petit ajout sur Syngenta:
    Syngenta soutient financièrement Oxitec!

    Les asticots OGM d’Oxitec débarquent dans l’Union européenne
    http://www.infogm.org/5701-les-asticots-ogm-debarquent-dans-l-union-europeenne

    « Le moustique OX513A (c’est son nom de code) à été créé par une entreprise de biotechnologies britannique nommé Oxitec, en partenariat avec la fondation Bill Gates.
    L’Union Européenne prépare le financement d’un projet similaire nommé Infravec.
    Oxitec à d’autres OGM insectes et vu, comme notamment la mouche de l’olive, le ver rose et la mouche des fruits. Qui causent des dégâts dans les cultures. Si le moustique OX513A réussis le paris lancé, on pourrait bientôt voir apparaître de nombreux « nuisibles » OGM, et voir les sauvages disparaître. »

    http://bioactu.unblog.fr/2014/06/28/un-moustique-ogm/

    Les papillons OGM d’Oxitec pour les choux et le colza
    http://www.infogm.org/5732-etats-unis-bientot-des-papillons-ogm-pour-sauver-les-choux-et-les-colza

    Le virus Zika est apparu dans tous les pays où Oxitec a lâché ses moustiques génétiquement modifiés (Brésil,Inde, Malaisie, îles caymans, Floride http://abcnews.go.com/Health/outbreak-locally-transmitted-zika-virus-confirmed-continental-us/story?id=40989431).

    Le ministère de santé de Malaisie avait cependant refusé les moustiques OGMS d’Oxitec
    http://www.infogm.org/5788-malaisie-abandon-moustique-OGM-contre-dengue

    Mais la pression, les moustiques OGMS ont fini par être relâchés en Malaisie quand même
    http://www.rtl.fr/actu/sciences-environnement/des-moustiques-genetiquement-modifies-pour-lutter-contre-la-dengue-en-malaisie-7654694601

    Oxitec dénie cela, et finance la propagande sur internet pour accuser de complotistes tous ceux qui mettent un lien entre l’apparition du virus Zika et les moustiques génétiquement modifiés.
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3425381/Are-scientists-blame-Zika-virus-Researchers-released-genetically-modified-mosquitos-Brazil-three-years-ago.html

    http://www.slate.fr/story/113651/zika-virus-theorie-complot-ogm

    http://www.liberation.fr/planete/2016/02/06/zika-ou-comment-le-virus-de-la-theorie-du-complot-s-est-propage_1431412

    Le virus Zika est en réalité l’arme biologique créé par Oxitec, Syngenta, et Monsanto

    Dans cette carte ici, on peut voir que l’épicentre (là où les millions de moustiques OGMs ont été relâchés) correspond aussi à l’épicentre du plus grand nombre de malades atteints du virus Zika.
    http://www.activistpost.com/2016/01/zika-outbreak-epicenter-in-same-area-where-gm-mosquitoes-were-released-in-2015.html

    Mais cela ne déboussole pas moins Oxitec la multinationale britannique achetée par la multinationale américaine Intrexon qui veut à nouveau créer de nouveaux moustiques OGMs pour cette fois lutter contre le virus ZIKA.

    http://www.franceculture.fr/emissions/l-humeur-du-matin-par-guillaume-erner/zika-ou-la-querelle-des-dieux

    Puis, En 2016, l’OMS oblige les états à accepter les moustiques génétiquement modifiés d’ Oxitec cette fois-ci contre le virus Zika.
    sources https://en.wikipedia.org/wiki/Oxitec

    http://www.genewatch.org/uploads/f03c6d66a9b354535738483c1c3d49e4/Regnbrief_fin2.pdf

    seuls les sites suisses en parlent en allemand des liens étroits entre Syngenta et Oxitec :
    « L’entreprise Oxitec britannique a développé des insectes génétiquement modifiés pour l’agriculture. La petite entreprise est étroitement liée à la société agricole suisse Syngenta.

    Avec le soutien financier et le personnel de Syngenta , Oxitec a développé les ravageurs des plantes modifiées. Dans les îles Caïmans, ainsi qu’en Malaisie et au Brésil, la société dont la direction se compose d’anciens membres du personnel de Syngenta, a déjà sorti sur une grande échelle des insectes génétiquement modifiés.

    Cette population d’insectes génétiquement modifiés a pour but de s’accoupler avec la population naturelle et de ne pas produire une descendance viable.

    Si les plans de la commercialisation de ce ravageur insecte génétiquement modifié est mis en œuvre, des millions d’insectes génétiquement modifiés devaient être utilisés dans l’agriculture.

    A propos des olives, les tomates, les agrumes et le choux, si des larves génétiquement modifiés s’accouplent avec des larves normales, on espère que la descendance ne sera pas viable.

    Le rapport controversé ONG montre également le lobbying agressive (ex-) personnes Syngenta.

    Par exemple, de graves conflits d’intérêt pour ce groupe de travail de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, les lignes directrices pour l’évaluation des risques d’insectes génétiquement modifiés créés.

    Pas étonnant montre les déficits importants projet de directive. Par exemple, l’impact des insectes génétiquement modifiés sur la production alimentaire ne sera pas considérée.

    Les « produits » Oxitec- sont conçus de sorte qu’ils meurent déjà au stade larvaire, leurs résidus peuvent donc être contenus dans les tomates, les olives et l’avenir de carbone.

    Les insectes dynamiques de génie génétique pourraient, en collaboration avec ses usines être réparties de façon incontrôlée dans d’autres fermes et d’autres pays.

     Le rapport a également documenté des problèmes de corruption à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a permis à Oxitec de libérer des moustiques génétiquement modifiés sans avoir besoin du processus d’approbation habituel ni d’ obtenir des autorités brésiliennes un permis pour la libération de 16 millions de moustiques génétiquement modifiés.

     Helen Wallace, directeur de Gene Regarder avertit que: « Le public sera choqué quand il découvrira que les insectes génétiquement modifiés peuvent être libérés sans surveillance adéquate. il est important de veiller à des lignes directrices fondées sur le risque d’exclure tout conflit d’intérêts dans la prise de décision. »

    source en allemand
    https://www.testbiotech.org/node/732
    et ici exceptionnellement genewatch en parle dans un rapport en anglais:

    « Oxitec est une société britannique produisant (GM) insectes génétiquement modifiés dans le but de créer un marché mondial des insectes génétiquement modifiés pour la libération ouverte dans l’environnement.

    Il est soutenu par le société de pesticides et de semences multinationale Syngenta.

    Les insectes GM de Oxitec comprennent GM les moustiques et les insectes parasites agricoles GM. Oxitec a déjà publié plusieurs millions de GM les moustiques en plein air dans les îles Caïmans, la Malaisie et le Brésil, mais Syngenta est intéressés principalement dans le marché des OGM nuisibles pour l’agriculture.

    D’autres groupes de recherche sont également travaillant sur les moustiques GM et des milliers d’autres espèces d’insectes pourrait être génétiquement modifié à l’avenir, y compris les insectes utiles comme les abeilles.

    A partir de 2006, Oxitec a fait équipe avec multinationale des semences et des pesticides Syngenta pour adopter une nouvelle stratégie pour faire vendre ses insectes génétiquement modifiés sur le marché.

    Ils ont choisi d’essayer d’établir une publicité favorable et les processus réglementaires pour d’abord libérer GM (génétiquement modifiés) moustiques avec l’objectif déclaré de réduire la dengue tropicale de la maladie de la fièvre. En mêmetemps, Oxitec a travaillé avec les organismes de réglementation pour faciliter la libération d’autres insectes génétiquement modifiés dans l’avenir.

    Parmi les employés d’Oxitec qui sont des anciens employés de Syngenta qui ont rejoint Oxitec en 2006, il y a:
    -le PDG de Oxitec, Affaires Réglementaires et chef de l’entreprise
    Le président de Development.
    -23 membres d’Oxitec
    – et l’un de ses autres membres du conseil d’administration sont également un employé d’ex-Syngenta
    -les consultants Oxitec comprennent Colin Ruscoe, ancien directeur du site de Syngenta Crop Protection, qui est président du British Crop Production ancien chef de Council.
    – 24 membres d’Oxitec du développement des affaires (de 2006 à 2010), Ann Kramer, est un autre ex-Syngenta
    employé. Kramer a évolué la stratégie de Oxitec de se concentrer sur la santé publique et pour entrer au Brésil et négociations menées de l’entreprise avec le government.25 US

    De Mars 2009 à Juin 2011, Oxitec a reçu des fonds de recherche directement à partir de Syngenta pour la transformation génétique de lépidoptères (un grand ordre d’insectes qui comprend les mites et les papillons) L’intérêt de 26% de Syngenta dans l’entreprise Oxitec apparaît à ce jour d’environ 2006,
    Oxitec a développé une méthode pour les insectes d’ingénierie génétique  »
    source en anglais http://www.genewatch.org/uploads/f03c6d66a9b354535738483c1c3d49e4/Regnbrief_fin2.pdf

    Oxitec c’est la plus dangereuse multinationale du monde entier. C’est l’entreprise qui fait des insectes génétiquement modifiés à travers le monde avec l’autorisation de l’OMS qui lui permet de relâcher sans le consentement des états concernés.
    Il fait tout: moustiques OGM, larves OGM, mouches OGM, vers à soi OGM, papillons transgéniques.

    En Espagne, le gouvernement Catalan s’oppose à Oxitec qui veut relâcher ses mouches génétiquement modifiés pour les oliviers.
    http://www.bastamag.net/En-Espagne-le-gouvernement-catalan-refuse-de-lacher-des-mouches-OGM

    On sait déjà que les mouches tropicales peuvent provoquer la myiase. (des asticots qui imprègnent le corps humain en étant piégés dans les culottes humides étendues sur les terrasses, ou le sol humide (salle de bain).

    Bill Gates investit dans les moutisques OGMS :

    la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) est chargé de l’autorisation des moustiques OGM et elle a dit que les moustiques OGMs n’étaient pas dangereux. http://www.popsci.com/fda-opens-public-comment-on-oxitecs-gm-mosquitoes

    Parce que l’un des directeurs Jeffrey B. Kindler d’Intrexon qui a acheté Oxitec l’entreprise des moustiques OGMs est l’ancien conseiller général de McDonald.
    Et que l’un des directeurs d’Intrexon Robert B. Shapiro est l’ancien directeur de Monsanto.

    le PDG milliardaire d’ Intrexon Randal J Kirk emploie également comme vice président l’ex directeur de l’institut national de cancer des USA, Dr. Sam Broder.

    Cela lui a permis de faire accepter par la FDA, l’AZT dans le médicament contre le SIDA, molécule extrêmement toxique sur le marché et qui empêche les cellules humaines de se répliquer.
    Elle diminue le système immunitaire.

    Intrexon a fait un accord avec Aquabunty pour les saumons génétiquement modifiés.

    source https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    Intrexon, est un des principaux fournisseurs avec Monsanto de la nourriture génétiquement modifié aux USA et doit évidemment demander toujours l’accord de l’accord de la FDA ( Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux ) qui lui accorde toujours la permission avec empressement. Mais qui est beaucoup moins tendre avec les vendeurs de Zéolite et de jus de sureau. http://mai68.org/spip/spip.php?article11015

    Source https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    Source https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    Sinon voici la preuve que Bill Gates investit dans les moutisques OGMs:
    « Des essais controversés ont eu lieu aux îles Cayman, puis en Malaisie et au Mexique, menés par la firme Oxitec (en) en partenariat avec la Fondation Bill Gates, avec comme objectif de réduire la prévalence de la dengue. L’Union européenne finance un projet de recherche sur le sujet, Infravec, auquel participe Oxitec[3].

    Pour combattre la dengue, le gouvernement Brésilien a décidé en 2012 de produire 4 millions de moustiques mâles transgéniques par semaine qui seront lâchés dans la nature. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Insecte_g%C3%A9n%C3%A9tiquement_modifi%C3%A9

    L’ONU rapporte fièrement :
    Des chercheurs Australiens de l’université de Queensland, financés par la Fondation Bill & Melinda Gates, ont reçu en décembre l’autorisation réglementaire afin de relâcher des moustiques porteurs d’une bactérie qui empêche le virus de la dengue de se multiplier [as has the Malaysian Ministry of Health].
    https://fr.sott.net/article/1267-Bill-Gates-finance-l-autorisation-de-moustiques-genetiquement-modifies-afin-de-lutter-contre-la-dengue

    Or le danger des moustiques males OGMs c’est qu’ils bouffent le tétracycline (composant d’antibiotiques dans la nourriture animal qui mal absorbé par l’organisme est éjecté dans le caca des animaux).
    Ce tétracycline dont ils ont été nourris à la naissance et qui ont permis leur développement à l’âge adulte. » Ce médicament est indispensable pour leur croissance, explique Oxitec. »
    source http://www.bastamag.net/Des-millions-de-moustiques-OGM-sur

    Un gène a été introduit dans l’ADN des moustiques OGMS afin de les rendre dépendants d’un antibiotique : la tétracycline. Sans cela ils ne peuvent survire et cela permettrais sur long terme à les faire disparaître, endiguant la pandémie de dengue.

    http://bioactu.unblog.fr/2014/06/28/un-moustique-ogm/

    Problème, la tétracycline est présente partout!

    La tétracycline, le fameux antibiotique dont dépendent ces insectes, est très largement présente dans les eaux usées et dans la viande issue d’élevage industriel. « Or, les moustiques qui transmettent la dengue se reproduisent dans des environnements largement pollués par les eaux usées, souligne Christophe Noisette, d’Inf’OGM. En présence de cet antibiotique, leurs progénitures ont un taux de survie de 15 % environ et leur descendance sont capables d’atteindre l’âge adulte ».

    Aussi Tout simplement parce que la malbouffe comme McDonald qui contient la tétracycline rend ces moustiques OGMS plus résistants. Elle pollue les eaux usées, les excrétions des animaux contiennent de la tétracycline qui aident à leur croissance et contribuent à la survie des moustiques hybrides (mi-dengue et mi-OGM).
    Source https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    Ce qui fait que grâce au tétracycline qui les rend plus résistants, quand ils s’accouplent les moustiques femelles normales qui a de la dengue, du chikunguya, etc., celles-ci ne meurent pas, et d’une et de l’autre la progéniture moustique mi-OGM, mi-normal (hybride quoi) survit et pique ensuite en grandissant les humains.

    et donc la population mondiale peut être contaminé par un mélange d’OGM et de dengue, et entrainent donc des malformations pour les fœtus des femmes enceintes, et des grippes et complications pour les autres.
    Source https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    C’est cette épidémie nouvelle qui est appelée Zika.
    Dans cette carte ici, on peut voir que l’épicentre (là où les millions de moustiques OGMs ont été relâchés) correspond aussi à l’épicentre du plus grand nombre de malades atteints du virus Zika.
    http://www.activistpost.com/2016/01/zika-outbreak-epicenter-in-same-area-where-gm-mosquitoes-were-released-in-2015.html

    Mais cela ne déboussole pas moins Oxitec la multinationale britannique achetée par la multinationale américaine Intrexon qui veut à nouveau créer de nouveaux moustiques OGMs pour cette fois lutter contre le virus ZIKA.

    http://www.franceculture.fr/emissions/l-humeur-du-matin-par-guillaume-erner/zika-ou-la-querelle-des-dieux

    Puis, En 2016, l’OMS oblige les états à accepter les moustiques génétiquement modifiés d’ Oxitec cette fois-ci contre le virus Zika.
    sources https://en.wikipedia.org/wiki/Oxitec

    http://www.genewatch.org/uploads/f03c6d66a9b354535738483c1c3d49e4/Regnbrief_fin2.pdf

  4. amournature Says:

    L’association Kokopelli pour la libération des semences dénonce Syngenta de la Chine:
    « La centrale du Réseau Biocoop fait les louanges, dans cette Actualité, de 3 variétés hybrides F1 de tomates: Paola, Cindel et Paronset qui appartiennent respectivement à Limagrain, Enza Zaden et Syngenta/ChemChina. Selon les responsables marketing du Réseau Biocoop, Paola, Cindel et Paronset « sont les trois variétés ayant le goût le plus prononcé et la chair la plus douce et sucrée ! » Au monde?? Et le Réseau Biocoop de préciser qu’il n’est point la peine de la placer au réfrigérateur, sa “Reine de l’été”: cela s’entend fort bien car toutes les tomates hybrides F1 de type “long life”, de la mafia semencière, se conservent, sans réfrigération, pendant des semaines et sans émettre la moindre velléité de métamorphose organique.

    Le Réseau Biocoop précise, de plus, qu’il existe « de nombreuses variétés avec des goûts et des aspects légèrement différents ». Légèrement différents: c’est le moins que l’on puisse dire lorsque l’on connaît la collection de 600 variétés de Tomates proposées par Kokopelli – et dont les semences sont distribuées par Biocoop – avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, des saveurs diamétralement opposées, des formes drastiquement différentes et le poids du fruit variant de 20 grammes à 2kg500!

    Devons nous rappeler, à la cellule “bio, équitable et engagée” de communications du Réseau Biocoop, que le groupe Limagrain contrôle la moitié des quelque 400 variétés “légales” de tomates du catalogue Français du GNIS et que cinq groupes semenciers contrôlent quasiment 95 % des ces variétés “légales” de tomates du catalogue Français – trois de ces groupes étant étrangers dont Syngenta/ChemChina et Monsanto. Toutes ces tomates sont des hybrides F1 – à 99 %.

    De plus, n’est-il pas troublant de voir des Biocoops présenter, sur leur étal, des tomates bios libellées “gustatives”? Ces tomates “gustatives” sont, en fait, de fausses anciennes variétés – des hybrides F1 commercialisés par Gautier ou Syngenta ou autre – simulant les formes et les couleurs des vraies anciennes variétés mais dont la saveur est, très souvent, réminiscente des matériaux d’emballage fabriqués par la pétrochimie »
    voir suite
    http://blog.kokopelli-semences.fr/2016/07/les-tomates-gustatives-du-reseau-biocoop/

  5. amourterre Says:

    Encore une info sur la relation cachée entre Syngenta et Oxitec. On peut dire qu’Oxitec c’est la maîtresse cachée de Syngenta.

    Et en allemand toujours. L’allemand est l’une des langues les moins parlées dans le monde, donc pratique pour éviter tout scandale de ne pas traduire les textes en allemand.

    Les relations cachées entre Oxitec et Syngenta ne sont Jamais mentionnés en anglais ou en français qui sont les langues les plus parlées dans le monde.

    Pourtant en Suisse, où a lieu ce discours, il y a 4 langues, donc bizarre que le discours n’ait pas été traduit en français, en italien et en anglais.

    En 2013, un citoyen suisse s’adresse directement en allemand à Syngenta lors d’un discours sur les brevets et les insectes génétiquement modifiés :

    « Le 8 mai – donc dans deux semaines – Syngenta obtient un brevet pour la plante pepperoni. Elle existe traditionnellement, sans génie génétique. L’élevage est basé – vous le savez mieux que moi – sur la sélection assistée par marqueurs. Cela accélère le processus de sélection, il invente la plante, mais pas une nouvelle. Néanmoins, même sans invention, l’entreprise peut obtenir un brevet d’une semence. Les brevets sur les variétés de roquette et de melon suivront dans les prochaines semaines.

    Afin de garantir les droits exclusifs d’utilisation de ces plantes. D’autre part, vous vous vantez dans votre rapport annuel – et je cite – d’être «un chef de file dans le développement de modèles progressistes pour le partage de la propriété intellectuelle ».

    Je ne suis pas sûr de ce que vous entendez par un modèle progressif, mais quand il s’agit vraiment de partage de la propriété intellectuelle, les brevets ne représentent certainement pas cet esprit de partage de la propriété intellectuel. Parce que les brevets sont précisément le contraire, exclure de nouveaux utilisateurs la possibilité de développer les semences. Les brevets servent à leurs détenteurs pour monopoliser le marché des semences.

    Le monopole des semences sur le marché international est bien avancé: Avec votre concurrent Monsanto et DuPont qui ont des actions dans votre société d’environ 50 pour cent de votre marché mondial sur les semences.

    Cette situation élève une grande préoccupation au niveau international: Près de deux millions de personnes ont signé un appel international au cours des deux dernières semaines. Elles ont communiqué avec les gouvernements des pays européens dans le but d’arrêter les brevets sur les variétés végétales classiques. Je cite la pétition du réseau Avaaz https://secure.avaaz.org/de/monsanto_vs_mother_earth_loc/?pv=59&rc=fb:
    la pétition avec les mises à jour (réaction de Monsanto et Syngenta qui ne veulent pas lâcher l’affaire) en version française ici https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature/

    « Aux gouvernements français, allemand et néerlandais, et à tous les Etats partie à la Convention européenne sur les Brevets:
    En tant que citoyens concernés, nous vous exhortons à prendre une position de leader pour corriger la loi européenne sur les brevets, en appelant le Conseil d’administration de l’Organisation Européenne des Brevets à combler les lacunes qui permettent aux firmes de breveter les variétés de plantes et les semences. Des interdictions et garde-fous clairs sont nécessaires pour protéger les consommateurs, les agriculteurs et les sélectionneurs de la prise de pouvoir des grands groupes sur notre chaîne alimentaire. »

    Aussi un autre développement d’un autre type gènes modifiés qui joue un rôle actif lancé par Syngenta est très inquiétant pour beaucoup de gens. Il s’agit du développement des insectes génétiquement modifiés.

    En Novembre l’année dernière, SWISSAID et la Déclaration de Berne ont publié un rapport sur ce sujet en Suisse. Au cœur du rapport est l’entreprise relativement petite l’ Oxitec britannique qui développe des insectes génétiquement modifiés pour l’agriculture.

    Les moustiques génétiquement modifiés ont déjà été relâchés un million de fois en Malaisie, au Brésil et aux îles Caïmans. En ce qui concerne les plans d’ Oxitec, nous aurons bientôt encore beaucoup d’autres insectes génétiquement modifiés flottant autour de nous. Le but proclamé d’Oxitec est d’utiliser les insectes génétiquement modifiés pour la lutte antiparasitaire dans les olives, les tomates, les agrumes et le carbone .
    Mais les conséquences sur l’environnement et la santé sont totalement inconnues.

    Il est frappant de constater que les postes les plus importants (exécutifs) au sein de l’entreprise Oxitec sont occupés principalement par d’anciens employés de Syngenta. Et de Mars 2009 à Juin 2011, la petite entreprise Oxitec a reçu des fonds de recherche de Syngenta.
    Néanmoins, je ne pouvais pas trouver de l’information à cet égard dans l’un des dernier rapport annuel de Syngenta.
    Par conséquent, permettez-moi de vous poser la question suivante, et j’espère recevoir bientôt plus d’information possible de vous:
    • Quelles sont les parts d’actions que la société Syngenta détient sur l’entreprise Oxitec?

    • Y a-t-il une collaboration entre Syngenta et Oxitec et si oui, comment faut-il la regarder?

    • Syngenta , allez vous commercialiser des insectes génétiquement modifiés? Peut-être en partenariat avec Oxitec? Si oui, quels insectes GM vont être libérés et commercialisés? Quel est le laps de temps pour tous les plans possibles?

    • Si Syngenta ne va pas commercialiser les insectes génétiquement modifiés, pourquoi Syngenta finance la recherche de l’entreprise Oxitec sur les insectes génétiquement modifiés ?

    • Est-ce que Syngenta a déjà participé à l’élaboration de la réglementation légale pour la libération des insectes génétiquement modifiés? Dans quel pays ou à quel niveau international ?

    Source en allemand
    https://www.swissaid.ch/de/rede-an-syngenta-gv-zu-patenten-und-gentechmoskitos

    « C’est inouï, Monsanto & Co. (compagnie :les autres multinationales de brevets des semences Syngenta, Dupont, etc…) ne lâchent pas l’affaire. Ces entreprises biotech âpres au gain ont trouvé le moyen de prendre le contrôle exclusif de la source de toute vie — la source de notre alimentation! Ils essayent de breveter plusieurs variétés de nos fruits et légumes de tous les jours comme les concombres, les brocolis et les melons, ce qui revient potentiellement à forcer les agriculteurs à payer pour les graines ou les exposer au risque d’être poursuivis en justice.

    Mais nous pouvons les empêcher d’acheter Mère Nature. Les firmes comme Monsanto profitent des lacunes de la loi européenne pour obtenir des droits exclusifs sur des variétés classiques de graines. Il suffit donc de combler ces lacunes avant qu’elles ne créent un dangereux précédent au niveau mondial. A ces fins, nous avons besoin que des pays clés comme l’Allemagne, la France et les Pays-Bas — où la contestation monte déjà — appellent à un vote pour stopper les desseins de Monsanto. La communauté d’Avaaz a déjà renversé des votes, et nous pouvons à nouveau y parvenir.

    De nombreux agriculteurs et politiciens s’y opposent déjà — ne reste que le pouvoir citoyen pour obtenir de ces pays qu’ils empêchent Monsanto de faire main basse sur notre nourriture. Signez et faites signer vos proches pour lancer le plus grand appel de défense de l’alimentation de l’Histoire. « 
    https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature/

    «
    Dans un développement obscène, un dirigeant de Monsanto gagne le »prix Nobel de l’agriculture» de cette année – le prestigieux Prix mondial de l’alimentation – pour avoir créé des OGM. Recevoir ce prix légitime le genre de modification génétique rampante dont Monsanto est un des pionniers, et permet de valider un modèle d’affaires impitoyable qui appauvrit les agriculteurs et monopolise notre alimentation.

    Comme si cela ne suffisait pas, le fondateur de Syngenta, le même géant de la biotechnologie qui a rejoint Bayer en poursuivant l’Europe en justice pour continuer à vendre des pesticides qui détruisent les abeilles, recevra également le prestigieux Prix mondial de l’alimentation – et avec lui, une part de récompense de 250.000 $. Nous ne pouvons pas permettre à ce prix de pouvoir légitimer Frankenfoods et tueurs d’abeilles. La cérémonie est en moins de deux semaines, nous avons donc besoin d’agir maintenant.

    Dites à la Fondation du Prix mondial de l’alimentation de ne pas récompenser Monsanto et les pratiques scandaleuses d’abeille-killer de Syngenta.

     Malgré les critiques, les dirigeants de Monsanto et Syngenta vont recevoir leur prix noble de l’agriculture – le prix prestigieux mondial de l’alimentation- pour avoir créer les OGMS le 17 Octobre – une gifle à tous ceux qui sont lésés à cause de leurs produits toxiques. Nous n’avons pas beaucoup de temps, donc nous avons besoin de faire connaître cette décision obscène – si suffisamment d’entre nous obtient le mot de ceci, et que les gens savent que le prix mondial de l’alimentation menace sa réputation, nous pouvons forcer grâce au scandale médiatique, que le concours mondiale de l’alimentation choisisse un meilleur candidat.

    Les cultures génétiquement modifiées ne méritent pas les plus grands éloges. Ne récompensez pas Monsanto et Syngenta.
    http://action.sumofus.org/a/world-food-prize-monsanto-syngenta/?sub=tw

    Trop tard car les représentants de Monsanto et Syngenta
    ont reçu leurs prix du concours mondial de l’alimentation :
    « 

    2013 :
    -Marc Van Montagu chercheur belge, fondateur de Plant Genetic Systems Inc en 1982 et actuel président du lobby de la Fédération européenne des biotechnologies (Europa BIO)

    – Mary-Dell Chilton (en) fondatrice du centre de recherche de biotechnologie de Syngenta en 1984

    et Robert T. Fraley (en)(vice-président de Monsanto) , pour leurs travaux de biotechnologie agricole pour soutenir durablement la sécurité alimentaire.

    sources
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_mondial_de_l%27alimentation

    http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1024

    « Depuis 1987, le prix mondial de l’alimentation récompense les scientifiques qui contribuent à « améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité » de nourriture dans le monde et s’inscrit dans l’héritage de son fondateur, Norman E. Borlaug, père de la « Révolution verte » et prix Nobel de la paix en 1970 pour ses recherches agronomiques.

    Voici pour la version officielle.
    Depuis l’annonce des lauréats le 20 juin, ce prix fait couler beaucoup d’encre. Remis par le Secrétaire d’Etat John Kerry pour lui donner un ultime lustre officiel, ce prix n’a pourtant rien de la respectabilité d’un Nobel avec lequel il essaye vainement de se confondre.

    Ce prix américain est en réalité lié à la fondation du même nom implantée dans l’Etat agricole et conservateur de l’Iowa, et qui compte parmi ses conseillers d’honneurs les anciens présidents Georges Bush père et Jimmy Carter ou encore A.S. Clausi, vice-président de General Foods Corp (Kraft), leader mondial de l’industrie alimentaire.

    Plus édifiant encore est la liste des « sponsors » de cette fondation privée, où se côtoient les fondations Rockfeller et celle de Bill & Melinda Gates deux ardents promoteurs de la « Révolution verte », le géant du matériel agricole John Deere mais aussi Archer Daniels Midland Company et Cargill, les deux leaders mondiaux du commerce de céréales et d’OGM. 

    Pour couronner le tout, dans le top des donateurs se trouvent ni plus ni moins que les deux lauréats de 2013, Syngenta et Monsanto, qui donnait 5 millions de dollars à la fondation en 2008.

    Face à l’annonce du prix de l’alimentation 2013, plus de80 personnalités engagées, anciens récipiendaires du Right Livelihood Award (« Prix Nobel alternatif ») et World Future Council, une fondation caritative internationale, ont fait part de leur « choc », qualifiant la décision de véritable « outrage ».

    Pour ces leaders altermondialistes, « le choix du World food prize 2013 est un affront fait au consensus international grandissant sur les pratiques agricoles saines et écologiques dont la science à prouver la réelle contribution à l’amélioration de la nutrition et de la soutenabilité de l’agriculture. »

    Imposer une Révolution verte en Afrique (ironique de voir les milliardaires utiliser le terme « révolution » à chaque fois)

    Les masques tombés, cette promotion des biotechnologies apparaît dès lors comme une vaste opération de propagande pour imposer dans le monde des OGM pourtant incapable de tenir leurs promesses agronomiques aux Etats-Unis où la technologie s’essouffle.

    Cependant, ce prix provocateur n’a sans doute pas pour cible les populations hostiles de l’Europe, mais bien plus les populations et décideurs du Sud, en particulier de l’Afrique qui est devenue une priorité dans la politique d’expansion du modèle agricole américain.

    Dès septembre 2006, les fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates levaient quelques 150 millions de dollars pour la création de l’Association pour une Révolution Verte en Afrique (Agra) afin de promouvoir l’utilisation d’intrants chimiques, de semences brevetées et d’OGM sur le continent noir.

    Depuis, les Gates ont investi plus de 400 millions de dollars dans cet organisme de promotion des « agro-dealers » en Afrique (voir l’infographie), mais c’est désormais le gouvernement américain qui prend le relais.

    En mai 2012, lors du sommet du G8 à Camp David aux Etats-Unis, le président Obama annonçait le lancement de la New Alliance for Food Security and Nutrition (Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition) financée par une levée de fonds publics-privés à destination du secteur agricole africain, dans le cadre du programme global Feed the future.

    Un an plus tard, ce sont 3,75 milliards de dollars de promesses d’investissement qui ont été faites à plusieurs gouvernements africains contre l’engagement de « réformes politiques favorisant un environnement propice aux investissements ».

    Lors de sa visite au Sénégal ce 28 juin 2013, le président Obama annonçait aux côtés des dirigeants de l’AGRA, le lancement d’un programme commun avec USAID intitulé Scaling Seeds and Technologies Partnership (partenariat pour l’accroissement des semences et des technologies) portant sur la distribution de semences « améliorées » et l’accès aux intrants chimiques.

    Dans ce cadre, l’USAID fait un don de 47 millions de dollars pour les trois ans à venir, tandis que son partenaire, l’AGRA, metra à disposition des paysans de quatre pays africains quelques 50 000 tonnes de semences pour favoriser la création de nouvelles structures de diffusion de ces « technologies capables de changer la donne » selon le communiqué de l’USAID.

    Pour les Amis de la Terre international, si l’ « on pourrait se réjouir à l’écoute de cette annonce », ce n’est pas la cas car « cette nouvelle alliance ouvre aux multinationales un accès sans précédent aux ressources africaines.

    Pour obtenir les aides financières, les gouvernements africains doivent engager des changements radicaux pour libéraliser leurs politiques agricoles, semencières et foncières » comme le rapportait le Guardian.

    L’opération de séduction pourrait donc rapidement tourner à la razzia sur les richesses africaines et la philanthropie affichée du Président Obama pour « son continent » pourrait elle se transformer en une nouvelle mascarade dont l’Histoire porte les secrets.
    Source : Médiapart, le 1er juillet 2013
    https://blogs.mediapart.fr/benjamin-sourice/blog/010713/comment-les-etats-unis-ont-manipule-le-prix-de-lalimentation-2013-pour-promouvoir-les-ogm

    Vu sur http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1024

  6. pasdemouche Says:

    Pas étonnant qu’Oxitec s’intéresse aux mouches génétiquement modifiés!

    Certaines espèces de mouches naturelles ont déjà des capacités pour tuer l’entière espèce humaine et tous les êtres vivants!

     »
    La plus redoutée d’entre elles est la Lucilie Bouchère, dont le nom scientifique : Lucilia hominivorax , signifie « dévoreuse d’hommes ». Cette mouche à viande a été sur le point de menacer l’humanité il y a une vingtaine d’années. Identifiée pour la première fois sur les cadavres des bagnards en Guyane au 19eme siécle , cet insecte est légèrement plus grand qu’une mouche domestique. Elle possède des yeux rouge orangé, son corps est noir avec des stries bleues et verts.

    Comme elle est incapable de percer un épiderme, elle pond ses oeufs dans les plaies, même les plus minuscules. Elle peut déposer en quelques secondes 400 oeufs dans le corps de son hôte. En vingt jours d’existence, elle pondra plus de 5000 oeufs qui en quelques heures éclosent et se tranforment en larves carnivores qui se nourrissent de chaire animal, de chaire humaine et de tissus liquidiens.

    La plaie de départ, souvent une simple égratignure se transforme sous l’action des asticots en plaie béante parfois profonde de cinq à dix centimètres. Pire, l’odeur de la blessure qui se dégage des substances attire les autres mouche Lucilie, qui pondent au même endroit. La victime est rongée de l’intérieur et décède généralement une quinzaine de jours après la première ponte invasive.

    On serait tentés de se dire que pour se protéger, rien de plus simple, éviter les blessures ou les protéger. Malheureusement, la Lucilie Bouchère peut entrer via les orifices naturelles: le sexe, le rectum, les narines, la bouche, les oreilles ou encore les yeux. Dans ce dernier cas, les larves dévorent l’intérieur du crâne.

    Originaire du continent américain, ce fléau a débarqué au début des années 90 en Afrique et plus exactement en Libye. En quelques mois, elles colonisaient un espace de 20 000 km2 et tua deux millions de bêtes sur un cheptel global de six millions de têtes. On estimait alors, qu’en moins de deux ans, toute forme animale serait détruite dans le pays et que la mouche commencerait à se répandre sur tout le continent. Bien sûr, ces chiffres ne prennent pas en compte les cadavres humains qui furent découverts partout où la mouche était présente.

    A l’époque, seuls les Etats-Unis détenaient la technique pour éradiquer le fléau ( technique du mâle stérile ). Mais les relations avec la Libye étaient gravement entâchées par les actes de terrorismes qui venaient d’avoir lieu et par la tension dans le Golfe. Il fallut de nombreuses pressions internationales et la peur de voir la planète mise en danger par le « monstre » pour qu’un programme de lutte soit lancé avec succès.

    De nos jours, la Lucilie Bouchère est toujours présente. Elle a perdu une bataille, mais reste une menace pour l’humanité.  »
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/01/21/2378754_la-devoreuse-d-hommes-une-mouche-qui-menaca-la-planete.html

    Les asticots des mouches peuvent bouffer les êtres vivants de l’intérieur:
    « Des asticots, sur la peau ou une fois ingurgités, peuvent provoquer des myases.

    Comme les tiques et les puces, les asticots peuvent être une menace pour les animaux de compagnie. Les mouches se reproduisent rapidement durant l’été et on peut trouver les asticots en grand nombre, créant une infestation posant un risque de myiases pour les bêtes de compagnie.

    La mouche Lucilia bufonivora pond directement dans les narines de certains crapauds (Bufo bufo généralement). Ses asticots mangent l’animal par l’intérieur, sans le tuer. Celui-ci meurt après que les asticots l’ont quitté.

    les larves de la lucilie bouchère (Cochliomyia hominivorax) connue également sous le nom de mouche de Libye (bien qu’originaire d’Amérique centrale), se nourrissent exclusivement de matière vivante après que les œufs de celle-ci ont été pondus dans les plaies ouvertes ou atteintes cutanées suffisantes pour laisser la larve pénétrer dans les tissus.  »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Asticot

    « Une mouche pond des œufs sous la peau d’un humain. Avec le temps, les œufs éclosent et se transforment en larve. Elle survit dans l’organisme grâce à l’ingestion de protéines, de tissus et d’épiderme.

    Lorsque cette ponte a lieu sur une autre partie du corps, il suffit de mettre un corps gras sur la peau, au niveau du furoncle. L’insecte éprouvera des difficultés à respirer, migrera pour survivre et sortira de lui-même.

    Lorsque c’est l’œil qui est touché, il est impossible de mettre un corps gras. Une opération chirurgicale est donc nécessaire pour extraire l’animal. »

    Des humains rongés par les asticots des mouches
    vidéos écoeurantes à éviter pour les sensibles!
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1380707-video-une-larve-retiree-de-l-oeil-d-un-ado-avec-du-basilic-on-utilise-aussi-une-baguette.html

    http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20130723.OBS0617/des-asticots-dans-l-oreille.html

    Il existe cependant une plante efficace contre la myiase, c’est l’ocimum gratissimum source http://agarta972.free.fr/fonbazin.html

    mais c’est une espèce de Basilic introuvable sur les marchés.

    On trouve pourtant toutes sortes de Basilic sur les marchés, mais cette espèce de Basilic là, est introuvable.

    Son nom latin est ocimum gratissimum. Son nom ayurvédique est Vana Tulsi.

    Mais les plantes ayurvédiques sont interdites en Europe.

    Faudrait que le réseau des résistants s’organise et rende cette espèce de Basilic accessible, si Oxitec réussit à lancer ses mouches génétiquement modifiés en Europe.

    Le Basilic sacré (ocimum sacrum) est bien, mais ne fait rien contre la myiase! Pareil pour l’ocimum canum (Basilic Brésilien alfacase)

    Seul le Basilic Fonbazen, l’ocimum gratissimum, Vana Tulsi le fait!
    http://agarta972.free.fr/fonbazin.html

     »
    Des milliards d’insectes modifiés génétiquement vont être disséminés dans les fruits et légumes. »

    Traduction: ces milliards d’insectes ne seront pas seulement dans les fruits et légumes, mais dans les habitations des gens, partout dans l’environnement. Les fruits et les légumes c’est juste le prétexte principal.

    « Avec la proposition de nouveau règlement européen, des milliards d’insectes modifiés génétiquement pourront être lâchés sur des fruits et légumes (23 août 2012).

    Si ce nouveau projet de règlement européen était approuvé, ce sont des milliards de chenilles et d’œufs de papillons et insectes génétiquement modifiés qui pourraient se retrouver dans les fruits et légumes.

    Les insectes ont été modifiés génétiquement afin que leurs chenilles meurent à l’intérieur des olives ou des tomates ou sur les feuilles des choux. [3] La compagnie Oxitec prévoit de relâcher ses ravageurs modifiés génétiquement partout dans l’Union européenne afin qu’ils s’accouplent avec leurs congénères sauvages dans le but d’en réduire le nombre. Afin d’avoir un effet sur les populations sauvages, il faut procéder chaque semaines à de nouveaux lâchers d’insectes GM.

    La menace est très sérieuse. Après les lâchers massifs de moustiques GM au Brésil dans des conditions qui ne peuvent qu’inquiéter, Oxitec pourrait être très bientôt actif en Espagne.

    Un des principaux ravageurs pour les oliviers est la mouche de l’olivier (bactrocera olea). Chaque année les producteurs d’huile essayent de réduire la présence de ce ravageur par des épandages aériens et des mesures de contrôles au sol comme les phéromones.

    Oxitec a déjà développé des mouches de l’olivier mâle qui sont modifiées génétiquement de façon que leurs descendants meurent.

    L’ébauche de cadre, publiée pour consultation par l’EFSA, exclut spécifiquement tout test pour savoir si les insectes et chenilles modifiés génétiquement présentent un risque alimentaire.

    Pour Helen Wallace : « Personne ne veut manger des chenilles GM mortes ou en train de mourir dans ses olives ou ses tomates. Et personne ne sait si les ravageurs GM qui sont encore vivants vont se retrouver dans le jardin ou dans le champ du paysan du coin. Ce que propose l’EFSA, c’est une partie de poker avec notre alimentation et l’environnement. »

    GeneWatch Royaume-Uni a écrit à la Commission européenne pour dénoncer le rôle qu’Oxitec et Syngenta, le géant mondial des pesticides, jouent dans la rédaction des nouvelles règles, et pour poser la question de la compétence qu’a l’EFSA pour rédiger des lignes de conduite sur des problèmes qui ne sont pas de son domaine [4]. Syngenta a financé Oxitec pour développer des ravageurs agricoles GM et la majorité des cadres et des membres du conseil d’administration d’Oxitec sont des anciens de Syngenta. Lors de la consultation, GeneWatch a mis en évidence dans sa réponse, la manière dont les compagnies ont déformé l’ébauche de cadre pour favoriser les autorisations d’insectes GM à utilisation commerciale.

    Toujours selon Mme Wallace : « Les compagnies qui espèrent gagner de l’argent en jouant avec la santé des gens et l’environnement, écrivent elles-mêmes leurs propres règles. A quoi sert une autorité de sécurité des aliments qui ne veut pas faire son travail ? »

    Les points qui inquiètent GeneWatch sont les suivants :

    – L’EFSA affirme que les risques alimentaires des insectes présents dans les aliments ont été abordés lors d’une précédente consultation qui en fait les a explicitement rejetés

    – L’EFSA n’explique pas comment on pourrait empêcher des œufs d’insectes ou de poissons GM de se retrouver au mauvais endroit et de nuire à l’environnement

    – L’EFSA a essayé de changer son domaine d’action et d’y inclure les prétendus « avantages » (réduction de l’usage des pesticides) : cela ne fait pas partie du rôle de l’EFSA dans la réglementation européenne.

    – L’environnement naturel va s’adapter aux lâchages d’insectes GM avec des réponses complexes qui ont été ignorées, alors que la réduction d’un ravageur par la méthode Oxitec peut rendre les problèmes avec un autre ravageur encore pires.

    – les impacts des insectes GM sur les maladies touchant humains et animaux sont très mal compris et n’ont pas été correctement pris en compte.

    – L’EFSA a ignoré (i) les risques qu’il y a à relâcher plus d’un type d’insecte GM dans une même zone (ii) les projets d’Oxitec de combiner les ravageurs GM avec les plantes GM comme méthode pour essayer de ralentir la progression de la résistance des ravageurs aux plantes insecticides GM (plantes Bt)

    – le lâchage de poissons GM pourrait avoir de graves conséquences pour les poissons sauvages et pour l’environnement.

    – on continue d’ignorer le fait que des animaux de ferme GM perdent spontanément leurs petits ou mettent bas des animaux déformés ou morts nés. La commercialisation des animaux GL passe avant le bien être animal.

    Dr Helen Wallace

    Vous êtes sensibles à nos luttes et souhaitez soutenir nos actions ? C’est simple, adhérez aux Amis de la Terre ! Pour en savoir plus, rendez-vous ici
     »

    source http://www.amisdelaterre.org/Des-milliards-d-insectes-modifies.html

  7. amournature Says:

    Un dernier commentaire pour la fin:

    Encore une info sur la relation cachée entre Syngenta et Oxitec. On peut dire qu’Oxitec c’est la maîtresse cachée de Syngenta.

    Et en allemand toujours. L’allemand est l’une des langues les moins parlées dans le monde, donc pratique pour éviter tout scandale de ne pas traduire les textes en allemand.

    Les relations cachées entre Oxitec et Syngenta ne sont Jamais mentionnés en anglais ou en français qui sont les langues les plus parlées dans le monde.

    Pourtant en Suisse, où a lieu ce discours, il y a 4 langues, donc bizarre que le discours n’ait pas été traduit en français, en italien et en anglais.

    En 2013, un citoyen suisse s’adresse directement en allemand à Syngenta lors d’un discours sur les brevets et les insectes génétiquement modifiés :

    « Le 8 mai – donc dans deux semaines – Syngenta obtient un brevet pour la plante pepperoni. Elle existe traditionnellement, sans génie génétique. L’élevage est basé – vous le savez mieux que moi – sur la sélection assistée par marqueurs. Cela accélère le processus de sélection, il invente la plante, mais pas une nouvelle. Néanmoins, même sans invention, l’entreprise peut obtenir un brevet d’une semence. Les brevets sur les variétés de roquette et de melon suivront dans les prochaines semaines.

    Afin de garantir les droits exclusifs d’utilisation de ces plantes. D’autre part, vous vous vantez dans votre rapport annuel – et je cite – d’être «un chef de file dans le développement de modèles progressistes pour le partage de la propriété intellectuelle ».

    Je ne suis pas sûr de ce que vous entendez par un modèle progressif, mais quand il s’agit vraiment de partage de la propriété intellectuelle, les brevets ne représentent certainement pas cet esprit de partage de la propriété intellectuel. Parce que les brevets sont précisément le contraire, exclure de nouveaux utilisateurs la possibilité de développer les semences. Les brevets servent à leurs détenteurs pour monopoliser le marché des semences.

    Le monopole des semences sur le marché international est bien avancé: Avec votre concurrent Monsanto et DuPont qui ont des actions dans votre société d’environ 50 pour cent de votre marché mondial sur les semences.

    Cette situation élève une grande préoccupation au niveau international: Près de deux millions de personnes ont signé un appel international au cours des deux dernières semaines. Elles ont communiqué avec les gouvernements des pays européens dans le but d’arrêter les brevets sur les variétés végétales classiques. Je cite la pétition du réseau Avaaz https://secure.avaaz.org/de/monsanto_vs_mother_earth_loc/?pv=59&rc=fb:
    la pétition avec les mises à jour (réaction de Monsanto et Syngenta qui ne veulent pas lâcher l’affaire) en version française ici https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature/

    « Aux gouvernements français, allemand et néerlandais, et à tous les Etats partie à la Convention européenne sur les Brevets:
    En tant que citoyens concernés, nous vous exhortons à prendre une position de leader pour corriger la loi européenne sur les brevets, en appelant le Conseil d’administration de l’Organisation Européenne des Brevets à combler les lacunes qui permettent aux firmes de breveter les variétés de plantes et les semences. Des interdictions et garde-fous clairs sont nécessaires pour protéger les consommateurs, les agriculteurs et les sélectionneurs de la prise de pouvoir des grands groupes sur notre chaîne alimentaire. »

    Aussi un autre développement d’un autre type gènes modifiés qui joue un rôle actif lancé par Syngenta est très inquiétant pour beaucoup de gens. Il s’agit du développement des insectes génétiquement modifiés.

    En Novembre l’année dernière, SWISSAID et la Déclaration de Berne ont publié un rapport sur ce sujet en Suisse. Au cœur du rapport est l’entreprise relativement petite l’ Oxitec britannique qui développe des insectes génétiquement modifiés pour l’agriculture.

    Les moustiques génétiquement modifiés ont déjà été relâchés un million de fois en Malaisie, au Brésil et aux îles Caïmans. En ce qui concerne les plans d’ Oxitec, nous aurons bientôt encore beaucoup d’autres insectes génétiquement modifiés flottant autour de nous. Le but proclamé d’Oxitec est d’utiliser les insectes génétiquement modifiés pour la lutte antiparasitaire dans les olives, les tomates, les agrumes et le carbone .
    Mais les conséquences sur l’environnement et la santé sont totalement inconnues.

    Il est frappant de constater que les postes les plus importants (exécutifs) au sein de l’entreprise Oxitec sont occupés principalement par d’anciens employés de Syngenta. Et de Mars 2009 à Juin 2011, la petite entreprise Oxitec a reçu des fonds de recherche de Syngenta.
    Néanmoins, je ne pouvais pas trouver de l’information à cet égard dans l’un des dernier rapport annuel de Syngenta.
    Par conséquent, permettez-moi de vous poser la question suivante, et j’espère recevoir bientôt plus d’information possible de vous:
    • Quelles sont les parts d’actions que la société Syngenta détient sur l’entreprise Oxitec?

    • Y a-t-il une collaboration entre Syngenta et Oxitec et si oui, comment faut-il la regarder?

    • Syngenta , allez vous commercialiser des insectes génétiquement modifiés? Peut-être en partenariat avec Oxitec? Si oui, quels insectes GM vont être libérés et commercialisés? Quel est le laps de temps pour tous les plans possibles?

    • Si Syngenta ne va pas commercialiser les insectes génétiquement modifiés, pourquoi Syngenta finance la recherche de l’entreprise Oxitec sur les insectes génétiquement modifiés ?

    • Est-ce que Syngenta a déjà participé à l’élaboration de la réglementation légale pour la libération des insectes génétiquement modifiés? Dans quel pays ou à quel niveau international ?

    Source en allemand
    https://www.swissaid.ch/de/rede-an-syngenta-gv-zu-patenten-und-gentechmoskitos

    « C’est inouï, Monsanto & Co. (compagnie :les autres multinationales de brevets des semences Syngenta, Dupont, etc…) ne lâchent pas l’affaire. Ces entreprises biotech âpres au gain ont trouvé le moyen de prendre le contrôle exclusif de la source de toute vie — la source de notre alimentation! Ils essayent de breveter plusieurs variétés de nos fruits et légumes de tous les jours comme les concombres, les brocolis et les melons, ce qui revient potentiellement à forcer les agriculteurs à payer pour les graines ou les exposer au risque d’être poursuivis en justice.

    Mais nous pouvons les empêcher d’acheter Mère Nature. Les firmes comme Monsanto profitent des lacunes de la loi européenne pour obtenir des droits exclusifs sur des variétés classiques de graines. Il suffit donc de combler ces lacunes avant qu’elles ne créent un dangereux précédent au niveau mondial. A ces fins, nous avons besoin que des pays clés comme l’Allemagne, la France et les Pays-Bas — où la contestation monte déjà — appellent à un vote pour stopper les desseins de Monsanto. La communauté d’Avaaz a déjà renversé des votes, et nous pouvons à nouveau y parvenir.

    De nombreux agriculteurs et politiciens s’y opposent déjà — ne reste que le pouvoir citoyen pour obtenir de ces pays qu’ils empêchent Monsanto de faire main basse sur notre nourriture. Signez et faites signer vos proches pour lancer le plus grand appel de défense de l’alimentation de l’Histoire. «
    https://secure.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature/

    «
    Dans un développement obscène, un dirigeant de Monsanto gagne le »prix Nobel de l’agriculture» de cette année – le prestigieux Prix mondial de l’alimentation – pour avoir créé des OGM. Recevoir ce prix légitime le genre de modification génétique rampante dont Monsanto est un des pionniers, et permet de valider un modèle d’affaires impitoyable qui appauvrit les agriculteurs et monopolise notre alimentation.

    Comme si cela ne suffisait pas, le fondateur de Syngenta, le même géant de la biotechnologie qui a rejoint Bayer en poursuivant l’Europe en justice pour continuer à vendre des pesticides qui détruisent les abeilles, recevra également le prestigieux Prix mondial de l’alimentation – et avec lui, une part de récompense de 250.000 $. Nous ne pouvons pas permettre à ce prix de pouvoir légitimer Frankenfoods et tueurs d’abeilles. La cérémonie est en moins de deux semaines, nous avons donc besoin d’agir maintenant.

    Dites à la Fondation du Prix mondial de l’alimentation de ne pas récompenser Monsanto et les pratiques scandaleuses d’abeille-killer de Syngenta.

    Malgré les critiques, les dirigeants de Monsanto et Syngenta vont recevoir leur prix noble de l’agriculture – le prix prestigieux mondial de l’alimentation- pour avoir créer les OGMS le 17 Octobre – une gifle à tous ceux qui sont lésés à cause de leurs produits toxiques. Nous n’avons pas beaucoup de temps, donc nous avons besoin de faire connaître cette décision obscène – si suffisamment d’entre nous obtient le mot de ceci, et que les gens savent que le prix mondial de l’alimentation menace sa réputation, nous pouvons forcer grâce au scandale médiatique, que le concours mondiale de l’alimentation choisisse un meilleur candidat.

    Les cultures génétiquement modifiées ne méritent pas les plus grands éloges. Ne récompensez pas Monsanto et Syngenta.
    http://action.sumofus.org/a/world-food-prize-monsanto-syngenta/?sub=tw

    Trop tard car les représentants de Monsanto et Syngenta
    ont reçu leurs prix du concours mondial de l’alimentation :
    «

    2013 :
    -Marc Van Montagu chercheur belge, fondateur de Plant Genetic Systems Inc en 1982 et actuel président du lobby de la Fédération européenne des biotechnologies (Europa BIO)

    – Mary-Dell Chilton (en) fondatrice du centre de recherche de biotechnologie de Syngenta en 1984

    et Robert T. Fraley (en)(vice-président de Monsanto) , pour leurs travaux de biotechnologie agricole pour soutenir durablement la sécurité alimentaire.

    sources
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_mondial_de_l%27alimentation

    http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1024

    « Depuis 1987, le prix mondial de l’alimentation récompense les scientifiques qui contribuent à « améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité » de nourriture dans le monde et s’inscrit dans l’héritage de son fondateur, Norman E. Borlaug, père de la « Révolution verte » et prix Nobel de la paix en 1970 pour ses recherches agronomiques.

    Voici pour la version officielle.
    Depuis l’annonce des lauréats le 20 juin, ce prix fait couler beaucoup d’encre. Remis par le Secrétaire d’Etat John Kerry pour lui donner un ultime lustre officiel, ce prix n’a pourtant rien de la respectabilité d’un Nobel avec lequel il essaye vainement de se confondre.

    Ce prix américain est en réalité lié à la fondation du même nom implantée dans l’Etat agricole et conservateur de l’Iowa, et qui compte parmi ses conseillers d’honneurs les anciens présidents Georges Bush père et Jimmy Carter ou encore A.S. Clausi, vice-président de General Foods Corp (Kraft), leader mondial de l’industrie alimentaire.

    Plus édifiant encore est la liste des « sponsors » de cette fondation privée, où se côtoient les fondations Rockfeller et celle de Bill & Melinda Gates deux ardents promoteurs de la « Révolution verte », le géant du matériel agricole John Deere mais aussi Archer Daniels Midland Company et Cargill, les deux leaders mondiaux du commerce de céréales et d’OGM.

    Pour couronner le tout, dans le top des donateurs se trouvent ni plus ni moins que les deux lauréats de 2013, Syngenta et Monsanto, qui donnait 5 millions de dollars à la fondation en 2008.

    Face à l’annonce du prix de l’alimentation 2013, plus de80 personnalités engagées, anciens récipiendaires du Right Livelihood Award (« Prix Nobel alternatif ») et World Future Council, une fondation caritative internationale, ont fait part de leur « choc », qualifiant la décision de véritable « outrage ».

    Pour ces leaders altermondialistes, « le choix du World food prize 2013 est un affront fait au consensus international grandissant sur les pratiques agricoles saines et écologiques dont la science à prouver la réelle contribution à l’amélioration de la nutrition et de la soutenabilité de l’agriculture. »

    Imposer une Révolution verte en Afrique (ironique de voir les milliardaires utiliser le terme « révolution » à chaque fois)

    Les masques tombés, cette promotion des biotechnologies apparaît dès lors comme une vaste opération de propagande pour imposer dans le monde des OGM pourtant incapable de tenir leurs promesses agronomiques aux Etats-Unis où la technologie s’essouffle.

    Cependant, ce prix provocateur n’a sans doute pas pour cible les populations hostiles de l’Europe, mais bien plus les populations et décideurs du Sud, en particulier de l’Afrique qui est devenue une priorité dans la politique d’expansion du modèle agricole américain.

    Dès septembre 2006, les fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates levaient quelques 150 millions de dollars pour la création de l’Association pour une Révolution Verte en Afrique (Agra) afin de promouvoir l’utilisation d’intrants chimiques, de semences brevetées et d’OGM sur le continent noir.

    Depuis, les Gates ont investi plus de 400 millions de dollars dans cet organisme de promotion des « agro-dealers » en Afrique (voir l’infographie), mais c’est désormais le gouvernement américain qui prend le relais.

    En mai 2012, lors du sommet du G8 à Camp David aux Etats-Unis, le président Obama annonçait le lancement de la New Alliance for Food Security and Nutrition (Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition) financée par une levée de fonds publics-privés à destination du secteur agricole africain, dans le cadre du programme global Feed the future.

    Un an plus tard, ce sont 3,75 milliards de dollars de promesses d’investissement qui ont été faites à plusieurs gouvernements africains contre l’engagement de « réformes politiques favorisant un environnement propice aux investissements ».

    Lors de sa visite au Sénégal ce 28 juin 2013, le président Obama annonçait aux côtés des dirigeants de l’AGRA, le lancement d’un programme commun avec USAID intitulé Scaling Seeds and Technologies Partnership (partenariat pour l’accroissement des semences et des technologies) portant sur la distribution de semences « améliorées » et l’accès aux intrants chimiques.

    Dans ce cadre, l’USAID fait un don de 47 millions de dollars pour les trois ans à venir, tandis que son partenaire, l’AGRA, metra à disposition des paysans de quatre pays africains quelques 50 000 tonnes de semences pour favoriser la création de nouvelles structures de diffusion de ces « technologies capables de changer la donne » selon le communiqué de l’USAID.

    Pour les Amis de la Terre international, si l’ « on pourrait se réjouir à l’écoute de cette annonce », ce n’est pas la cas car « cette nouvelle alliance ouvre aux multinationales un accès sans précédent aux ressources africaines.

    Pour obtenir les aides financières, les gouvernements africains doivent engager des changements radicaux pour libéraliser leurs politiques agricoles, semencières et foncières » comme le rapportait le Guardian.

    L’opération de séduction pourrait donc rapidement tourner à la razzia sur les richesses africaines et la philanthropie affichée du Président Obama pour « son continent » pourrait elle se transformer en une nouvelle mascarade dont l’Histoire porte les secrets.
    Source : Médiapart, le 1er juillet 2013
    https://blogs.mediapart.fr/benjamin-sourice/blog/010713/comment-les-etats-unis-ont-manipule-le-prix-de-lalimentation-2013-pour-promouvoir-les-ogm

    Vu sur http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1024

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s