Bilderberg 2018… Les participants français et l’agenda

 

Résistance 71

 

6 juin 2018

 

Cette année, la réunion secrète annuelle (depuis 1954) et à huis-clos du groupe Bilderberg se tiendra à Turin en Italie du 7 au 10 juin.

Voici la liste (officielle) des participants français à cette réunion de mise en place de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial, ainsi que l’agenda de ce qui sera discuté et mis en application dans le monde ces prochaines mois. Il est à noter que cette année et pour la toute première fois dans l’histoire du groupe, le secrétaire d’état du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, assistera à la réunion.

Pour les Français et par ordre alphabétique, ils seront 8 sur 128 invités officiels:

  • Barbizet Patricia, présidente de Témoins & Associés
  • Blanquer Jean-Michel, ministre de l’éducation nationale
  • Bouverot Anne, ex-CEO Morpho
  • De Castries Henri, président de l’Institut Montaigne et chairman du comité directeur de Bilderberg
  • Cazeneuve Bernard, ex-premier ministre
  • Énié Bernard, directeur général ministère des armées
  • Patino Bruno, Arte France TV
  • Pouyanné Patrick, PDG Total SA

L’agenda pour 2018:

  • Le populisme en Europe
  • L’inégalité
  • Le travail et l’Intelligence Artificielle
  • Les États-Unis juste avant la mi-mandat [de Trump]
  • Le leadership mondial des Etats-Unis
  • La Russie
  • L’informatique quantique
  • L’Arabie Saoudite et l’Iran
  • Le monde « post-vérité »

Ajoutons à ces quelques personnalités intéressantes à noter:

  • Bien entendu… L’inamovible Henri Kissinger, criminel de guerre notoire qu’on ne présente plus et qui assiste aux réunions Bilderberg depuis… le début en 1954.
  • Le roi de Hollande
  • Beerli Christine, ex-présidente de la Croix Rouge Internationale
  • Brnabic Anna, première ministre serbe
  • Carney Mark, président de la Banque d’Angleterre (City de Londres)
  • Enders Thomas, CEO Airbus SE
  • Fisher Stanley, ex-VP de la Fed US et ancien gouverneur de la banque d’Israël
  • Jacobs Kenneth, président de la banque Lazard
  • Michel Charles, premier minister de la Belgique
  • Petraeus David, ex-directeur de la CIA
  • Stoltenberg Jens, secrétaire général de l’OTAN

A ces personnes viennent s’ajouter de nombreux ministres et membres de gouvernement en activité des pays suivants:

Canada, Belgique, Irlande, Turquie, Autriche, Norvège, Danemark, Allemagne, Espagne, Pologne, Estonie, Lithuanie…

Si ça n’est pas de la haute trahison à l’état pur (collusion secrète avec des membres d’autres gouvernements et d’entités de finance et d’industries privées…), alors on ne sait pas ce qui l’est !…

 

Publicités

19 Réponses to “Bilderberg 2018… Les participants français et l’agenda”

  1. Sauf erreur, il semblerait qu’il soit 9 avec la Azoulay, Audrey, proche du Parti Socialiste, ancienne ministre de la Culture de François Hollande et depuis octobre 2017 Directrice Générale de l’UNESCO.

    https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/06/06/la-66eme-reunion-du-groupe-bilderberg-souvre-demain-7-juin-2018-a-turin-en-italie/

    Comme on n’avait pu le remarquer l’an dernier avec la participation de Niall Ferguson et comme vous le précisiez : historien britannique de la colonisation et chercheur au Hoover Institute de l’université de Standford en Californie. ( même pédigré et même lieu de recherche qu’un autre célèbre historien britannique que nos lecteurs connaissent bien : Antony Sutton, qui lui n’a jamais été invité au Bilderberg ou s’il le fut pour le faire rentrer dans le rang, refusa l’invitation… Gageons que les recherches de ces deux historiens ne débouchent pas sur les mêmes conclusions… Ferguson, historien de la colonisation, tiens donc… une feuille de route à suivre ?…)

    La participation du Blanquer l’actuel ministre de l’ÉN est vraiment, mais vraiment pas glop, pas glop…

    Si on laisse faire, sans bouger et sans rien dire, bien sûr…

  2. Tenez, je ne résiste pas et je vous rappelle cet extrait de 1977, quand Mourousi parlait de la Réunion du Bilderberg à la téloche ;

  3. Le Bilder… Quoi ?

    • Kremlin' bot Says:

      là, c’est quoi? c’est du négationnisme historique. tranquille.
      personne ne leur demandait de nous expliquer le Bilderberg c’est l’internationale Capitaliste, mais au moins de confirmer l’existence de ce groupe, de la réunion qui a lieu tous les ans.
      au delà de l’habituel chien de garde: des putes médiatiques.

      • C’est ça.
        Rappelez-vous que le JFK, lorsque DSK s’était fait pincer la quéquette au Sofitel, n’avait rien trouvé de mieux à dire, qu’il n’y avait pas mort d’homme (de femme, en l’occurrence) et que ça n’était qu’un troussage de domestique !

  4. C’est du JFK tout chié ça non ?

    Jean-François Kahn, pas le John F. Kennedy…

    On comprend mieux, pourquoi durant des décennies, rien ne filtrait, par accort tacite avec les Merdias, de ces réunions…

    Pepe Escobar avait même eu une taupe en 2016 ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/29/rene-la-taupe-au-bilderberg2016/ Bon il avait refilé des tuyaux percés c’est sans doute pour cela qu’il a été se cacher, le René…

    😉

  5. @ Kremlin’bot = Tenez, l’extrait de JFK sur DSK, qui plante bien le personnage, pour ceux qui ne le connaitrait pas vraiment ;

  6. Surtout que DSK a participé au Bilderberg en 2000 !
    Tenez, Passetec sur LME met le lien très souvent, et je fais de même ► https://www.bilderberg.org/g/Bild-France.html

    C’est les participants français, les plus marquants de 1982 à 2000.
    Vous noterez Beregovoy en 1992, Jospin en 1995…

    Et après on va nous traiter de vilain(e)s conspi…

  7. Maintenant, pour se détendre un peu, et si R71 le permet, celui qui en parlait le mieux de DSK et de l’affaire du Sofitel, c’est Dieudonné quand même ! Merde !

    Par-delà l’humour, l’analyse politique est d’enfer ! Bon, je suis partiale, si je ne suis parfois pas d’accord avec son propos, et surtout avec sa tentative critiquable d’Ananassurance (pour faire tomber le système, y’avait mieux à faire) côté humour et analyse y va loin, très très loin…

  8. alouette je te plumerais la queue dit Bilderberg Says:

    C’est pour cela que blanquer a instauré la sélection à l’université et la réforme du Bac pour le transformer en contrôle continu, et empêcher les français de passer leur bac en candidat libre, car il a besoin de formater les français à travers le système pour en éliminer le plus possible avec des profs transhumanistes robots.

    Le plan de l’élite est d’empêcher le maximum de français d’accéder à l’enseignement supérieur. Car si tous les français avaient accès à l’enseignement supérieur, ils seraient capables de connaître les failles du système big brother, et là, ce serait la fin du système.

    Donc seule une élite, soigneusement choisi par le MEDEF (d’où l’oral de bac de 15% qui sera noté par un chef d’entreprise qui interrogera les lycéens à l’oral) pourra avoir la connaissance pour contrôler le peuple. Microsoft, Google, Facebook, ont déjà fait des partenariats avec les universités françaises pour leur apprendre à contrôler la masse.

    Vidal fait un partenariat avec Facebook pour qu’il investisse dans les universités françaises pour qu’il leur apprenne l’intelligence artificielle pour contrôler la masse française:

    « Présente mercredi au siège de Facebook France, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal a souligné que « cet investissement s’inscrit dans l’ambition nationale de faire de la France un pays leader en intelligence artificielle » https://www.ouest-france.fr/high-tech/facebook/intelligence-artificielle-facebook-consolide-ses-investissements-en-france-5777482

    « Des formations au numérique dispensées par Google à l’université
    « Google ne paie rien aux universités, qui lui offrent donc gentiment leurs amphis, leur communication, leurs infrastructures et le temps de cerveau de leurs étudiants
    Alors que « les ambitions des GAFAM [Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft] de devenir des acteurs à part entière du marché de la formation et ce faisant de se substituer aux services publics » sont très claires, « leur filer les clés du camion », « c’était à la fois urgent et nécessaire », lâche l’enseignant
    Google dispense désormais, dans une quinzaine d’universités partenaires, ses formations gratuites ouvertes aux étudiants
    Le succès est là : ces enseignements, qui aboutissent à un certificat, ont été suivis par 13 000 participants, d’après Google – 100 000 au total, avec ceux qui ont suivi le cours en ligne (MOOC) ouvert depuis mai 2016.
    « C’est très sympathique, cette fois-ci, parce que c’est Google, mais que dirait-on si Monsanto venait organiser des formations gratuites sur “comment cultiver ses champs” dans nos universités ? Ou la Société générale offrir un b.a.-ba sur le fonctionnement de la société de marché ? », interroge Pierre Chantelot, enseignant à Marne-la-Vallée et secrétaire national au syndicat SNESUP-FSU.
    Silence également sur le budget consacré à ces sessions, qui s’inscrivent dans sa « démarche de long terme de formation des Français au numérique », indique son service communication, citant des programmes similaires ouverts en direction des commerçants et des petites entreprises depuis 2012, ou du grand public depuis 2017.

    En gage de crédibilité, il est rappelé dans la description de cette formation Digitale Active que les outils présentés aux étudiants ne se limitent pas à ceux de la galaxie du géant du Web, de même que les formateurs sont des professionnels du marketing digital de diverses entreprises. « Mais qui paye ces formateurs ?

    lorsque ces cours sont organisés par un géant du Web, en l’occurrence Google, la démarche fait débat. C’est ce qui se passe à l’université d’Angers, de Marne-la-Vallée ou encore de Lorraine, où 350 étudiants viennent d’achever, le 1er mars, la session Digitale Active de Google de quatre jours consacrée aux outils Web et au marketing digital, proposée par la firme américaine Google en partenariat avec la faculté. Ils étaient 180 à La Rochelle fin février, ou encore 600 aux vacances de la Toussaint à Cergy.
    La polémique n’est pas inédite : à l’école, le partenariat signé par le ministère de l’éducation nationale avec Microsoft en 2015 a provoqué des interrogations similaires, qui ont refait surface en mai 2017, à propos de la consigne de l’éducation nationale autorisant l’usage des fameux GAFAM à l’école.
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2018/03/05/des-formations-au-numerique-dispensees-par-google-a-l-universite-font-debat_5265898_4401467.html

    Google, Apple, Facebook et Microsoft menacent-ils les données scolaires des élèves français ?

    Imaginez, à l’heure du big data, un jeune diplômé qui entre dans la vie active. Quelque part dans le monde auront été stockés tous les épisodes de sa vie d’élève : les établissements fréquentés, ses notes, les appréciations de ses professeurs sur son comportement… Un 5/20 de moyenne dans une matière, un manque d’assiduité aux cours, une sanction, n’auront pas de droit à l’oubli. Et les recruteurs pourront cibler les profils des candidats en puisant dans cette manne d’informations. Pure fiction ou réalité ?

    La communauté éducative exprime de vives inquiétudes depuis que le ministère de l’éducation nationale a transmis une consigne autorisant l’usage, à l’école, des fameux « Gafam » : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

    Le 12 mai, alors que la France vient d’élire son nouveau chef de l’Etat et attend la nomination du gouvernement, le directeur du numérique pour l’éducation, Mathieu Jeandron, écrit à ses délégués académiques. Dans son mail, rendu public par le site Café pédagogique, il déclare qu’il n’y a « pas de réserve générale » sur l’utilisation des services de ces grandes multinationales du numérique. Pas de blocage, donc, à ce que toutes sortes de données personnelles et scolaires leur soient confiées.

    Syndicats d’enseignants, parents d’élèves, associations, industriels s’en sont tour à tour émus. Et les messages d’alerte se sont multipliés : « On ne doit pas donner les clés de la maison éducation nationale aux Gafam ! » ; « Les données scolaires des élèves bradées aux géants du Web ! »… A tel point que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a estimé nécessaire de rappeler, le 23 mai, que ces données étaient particulièrement « sensibles » et devaient de ce fait être protégées par un cadre « contraignant ».
    https://www.lemonde.fr/education/article/2017/08/23/google-apple-facebook-et-microsoft-menacent-ils-les-donnees-scolaires-des-eleves-francais_5175322_1473685.html

    L’université Paris Descartes et Microsoft signent un partenariat
    https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/paris-descartes-et-microsoft-signent-un-partenariat-pour-trois-ans.html (article censuré)

    Microsoft signe un partenariat avec l’université Lyon 1
    https://www.silicon.fr/microsoft-signe-un-partenariat-avec-luniversite-lyon-1-27006.html/

    l’université de Nantes signe un partenariat avec Microsoft
    https://e5.onthehub.com/WebStore/Welcome.aspx?ws=68653672-166a-e111-a407-f04da23e67f6

    l’université d’Evry signe un partenariat avec Microsoft:

    L’Université d’Evry utilise Microsoft Azure pour former ses étudiants sur le Big Data
    https://blogs.microsoft.fr/education/luniversite-devry-utilise-microsoft-azure-pour-former-ses-etudiants-sur-le-big-data/

    Pourquoi Microsoft fait un partenariat avec les universités françaises? Pour préparer la smart city de demain.

    Déjà au Maroc, Microsoft enseigne une université marocaine à fabriquer des villes intelligentes avec Maroc Telecom (sans doute une filiale de Telecom France)
    https://lnt.ma/microsoft-et-cadi-ayyad-lancent-la-smart-university-en-partenariat-avec-maroc-telecom/

    smart city= contrôle des masses
    smart city= ondes cancérigènes
    smart city= contrôle et meurtre silencieux des masses avec ondes cancérigènes

    armes silencieuses pour guerres tranquilles: antennes relais cancérigènes+ ondes cancérigènes + smart city cancérigènes
    pour tuer les gens à petit feu et leur capter toute énergie de se révolter

    Stratégies de manipulation
    Les stratégies et les techniques des Maitres du Monde
    pour la manipulation de l’opinion publique et de la société…
    7 Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

    Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage.
    « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être de la plus pauvre sorte, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. »

    (cf. « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »)

    8) Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

    Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

    9) Remplacer la révolte par la culpabilité
    Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…
    http://www.syti.net/Manipulations.html

    • l’accès à l’enseignement supérieur auparavant n’a pas empêché le système de fonctionner et de faire ses saloperies. Le « pays d’ingénieurs » qu’avait voulu De Gaulle s’est fait enfumé de la même manière, ce qu’ils veulent c’est la maximisation de la précarité pour forcer les gens à accepter tout et n’importe quoi @arce qu’ils n’auront plus le choix. Le grand marché à venir est la PRIVATISATION DE LA SECURITE.
      Là il faudra du « vigile » et du mercenaire à tire larigot… Cela fait des années qu’on le dit, mais pour que ça se réalise, il faut démanteler la « classe moyenne ». Ils sont en train de monter la population contre elle-même en suivant plusieurs clivages: culturel et religieux d’un côté (retranchement communautariste) et social en montant ceux qui ont encore du boulot même précaire entre ceux qui n’en ont plus les premiers étant amenés depuis des années à voir les seconds comme des « fainéants et des parasites », jusqu’au jour où ça leur arrive et ils passent à la trappe.
      L’université est l’incubateur de la soi-disante « classe moyenne », créée pour les besoins de la société de consommation à outrance.
      Tout cela comme « l’économie », « l’État », les « institutions », ne sont que des constructions, des fabrications humaines qui ont été faites et peuvent donc par conséquent être défaites.
      Il suffit de dire NON !… en masse, et c’est fin de partie pour les ordures aux manettes.

    • Concernant l’É-N c’était déjà dans les tuyaux, oui, c/les GAFM et sous Najat Valaut Belkacem : Les membres du collectif Édunathon demandent l’annulation de l’accord entre Microsoft et l’Éducation : Notre gouvernement l’a fait dans un grand silence, il a vendu l’éducation nationale et l’ensemble de ses représentants à une entreprise privée, et pas des moindres, Microsoft! Cela implique que seule cette entreprise ne pourra s’occuper de l’informatique dans les établissements scolaires français. C’est la mise en place d’un monopole alors que le pays était censé lutter contre les monopoles, oui, mais seulement contre les monopoles nationaux, c’est ce qui s’appelle le TISA et qui fait partie du TAFTA…
      =*=
      Aucun gouvernement n’est l’ami du Peuple, fallait écouter les vrais amis du Peuple sous la Révolution Française, ainsi que Kropotkine qui plus tard en fit l’analyse…

      C’est dans ce billet de février 2016 ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/07/najat-au-piquet/

  9. […] 4- Bilderberg 2018: les participants français et l’agenda […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.