Crise societaire: solutions libertaires… Le programme de la FAI…

Nous avons traduit ici les sept articles du programme de la Federacion Anarquista Iberica plus connnue sous le sigle de la FAI.

Creee a Valence en 1927 apres une reunion prelimiaire qui eut lieu a Marseille, elle s’engagea pour maintenir la lignes anarchistes au sein de la Confederacion Nacional del Trabajo (CNT), qui avait tendance a s’emliser dans un certain reformisme.

La FAI fut a la pointe de la resistance au coup d’etat fasciste de Franco en 1936 et existe toujours de nos jours en association avec la CNT (Confederation Nationale du Travail)

Stuart Christie, un anarchiste britannique connu pour avoir ete emprisonne suite a une tentative d’assassinat sur Franco en 1964, a ecrit un excellent livre qui retrace l’histoire de la FAI de 1927 a 1937: « We, the Anarchists ! » (AK Press, 2008)

Resistance 71 se trouve beaucoup d’affinites avec le programme de la FAI presente ci-dessous. Il incite en tout cas a la reflexion sur les solutions societaires progressistes envisagees.

– Resistance 71 —

=  =  =  =

Federación Anarquista Ibérica (FAI)

 

Notre programme

 

~ Traduit de l’espagnol par Résistance 71 ~

 

1. Abolition de la propriété privée de la terre, des matières premières et des instruments de production afin que personne ne puisse avoir un mode de vie exploitant le travail des autres et de donner à l’humanité les garanties des moyens de production et de vivre de manière vraiment indépendante, de pouvoir s’associer aux autres librement en fonction des intérêts communs et conformément aux affinités appropriées.

2. Abolition du gouvernement et de tout pouvoir de légiférer et d’imposer aux autres, c’est à dire: abolition des monarchies, des républiques, des parlements, des armées, des polices, des magistratures et de toutes les autres institutions dotées de moyens coercitifs.

3. Organisation de la vie sociale par les associations libres et les fédérations des producteurs et des consommateurs compte tenu de la volonté de ses participants, guidés par la science, l’expérience et libre de toute imposition qui ne soit pas dérivée des besoins naturels.

4. Garantir les moyens d’existence, de développement et de bien-être aux enfants et à tous ceux qui ne sont pas capables de subvenir à leurs besoins.

5. Lutter contre les religions et toutes les formes de mensonges, même s’ils se cachent sous le manteau de la science, assurer l’éducation scientifique de tous jusqu’à un niveau élevé pour tous.

6. Lutter contre le patriotisme. Abolition des frontières, confraternalisation de toutes et tous.

7. Reconstitution de la famille de sorte qu’en résulte la pratique de l’amour, libre de tout lien et contrainte légaux.

Publicités

23 Réponses to “Crise societaire: solutions libertaires… Le programme de la FAI…”

  1. « lutter contre le patriotisme » (?!)
    « abolition des frontières » (???)
    « lutter contre les religions » (!?!)

    wai bof.. çà a un peu vieilli non?

    Il faut surtout lutter contre l’ignorance et la désinformation à mon sens…

    • Bien sûr c’est primordial pour atteindre une conscience sociale adéquate qui permettra de prendre les bonnes décisions… hors du système obsolète et criminel.

    • Pas pris une ride bien au contraire !.. Regardez le monde dans lequel on vit… Que constatez-vous ?… comment faire la guerre sans « patriotisme », « frontieres » et sans … « religions ».

      Lutter contre l’ignorance et la desinformation ?… 100% d’accord et le jour ou ce sera fait.. comme par hasard, les barrieres de patriotisme, frontieres et religions tomberont comme feuilles mortes… Bizarre non ?…

      • Juste pour le pouvoir : à titre d’exemple la guerre de Libye, il n’est pas question de patriotisme pour les soldats de l’OTAN, ni de religion ni de frontière. Il s’agit juste de l’expression de l’anomie!

    • shana23jfw Says:

      Personnellement, ce sont surtout les dérives concernant :
      « lutter contre le patriotisme »
      « abolition des frontières »
      « lutter contre les religions »

      qui me laissent un peu septique. Car à partir du moment où il n’y a pas un certain respect, et plutôt une imposition d’idées… mis entre les mains de… certaines personnes, on sait ce que cela a déjà donné par le passé !
      Car c’est tout de même grâce au patriotisme, que la France a pu lutter pendant les grandes guerres du 20è siècle.
      Actuellement l’abolition des frontières, posent, que l’on veuille le reconnaître ou pas, d’importants problèmes d’immigration clandestines.
      Quant à la lutte contre les religions, d’accord pour ce qui est des extrémistes, mais cela pourrait aussi donner lui à ce qui s’est déjà produit par le passé, et c’est aussi aller contre la liberté individuelle…

      Lorsque l’on connait l’être humain, on sait aussi que cela peut dégénérer…
      En fait ce n’est pas aussi simple, que cela!!!

      • il faut que l’humanite grandisse, qu’elle passe de l’adolescence a l’age adulte… Il est grand temps !
        Pour se faire il faut arreter de croire aux balivernes d’usage: le barbu dans les nuages, la grandeur de l’etat, de la nation et la « fierte » d’appartenir a une culture hegemoniste, criminelle et genocidaire…

        C’est ce que l’Anarchisme propose pour que l’humain decouvre enfin sa veritable nature… et devienne adulte !

  2. Antoine123 Says:

    Simple question: comment le FAI compte-il régler les problèmes internes de l’Espagne, à savoir les indépendances des régions (je pointe la Catalogne) ?

    • Ces problèmes seront résolus d’office au sein d’une société libertaire, tout comme ceux de la délinquance et du crime qui ont une origine sociale dans 98% des cas (le reste étant pathologique et relevant de la médecine et non du système judiciaire carcéral.
      Le principe d’associations libres et de fédérations pour l’intérêt général résoud cela. Le fédéralisme proudhonien (pas l’ersatz de fédéralisme étatique servit par l’oligarchie en Suisse, en Allemagne ou aux Etats-Unis..) est la solution aux fortes tendances identitaires régionales, qui à la base sont saines, car elle refuse la centralisation étatique, mais devrait être amenées au fédéralisme volontaire sur la base de l’association libres des communes tel que préconisé par des gens comme Bakounine, Proudhon ou Kropotkine.
      Les « problèmes internes » des nations n’existent que parce que les nations existent…

      • Antoine123 Says:

        Pour avoir vécu en Espagne, va expliquer à un Catalan, à un Basque même, qu’il est égal à un Castillan et qu’il doit cohabiter en parfaite harmonie avec lui. Prie juste pour qu’il n’est pas d’armes sur lui :>

        • Rien n’est inéluctable… sauf la mort… L’égalité change les mentalités, c’est une certitude, encore faut-il lui en donner la chance, ce que JAMAIS, l’oligarchie ne permettra. C’est pour cela qu’il faut lui faire entendre raison en désamorçant sa structure.
          Dans une société égalitaire, bien sûr qu’un catalan, un basque et un castillan cohabiteront pacifiquement… Pourquoi et par qui la haine est-elle entretenue ?.. A qui profite ces idioties ?…
          Nous le disons et le répétons: l’égalité sociale réelle dans une société non pyramidale auto-gérée résoudra per elle-même 98% des problèmes en apparence insolubles dans nos sociétés. Le reliquat étant à gérer dans le domaine de la pathologie.

  3. Les frontiéres sont issues de l’existence des peuples et naissent de leurs differences intraseques: Langues bien sur en premier lieu, environnement, culture, facon de vivre et de penser, volonté de s’organiser de telle ou telle facon, …
    Les frontieres ne sont nullement des carcans egoistes mais bien des realités physiques (fleuves, montagnes, mers, ..) ou humaines (langues, cultures, visions du monde, eventuellement religion,..).
    Vouloir les abolir est comme vouloir vivre tous ensemble dans la meme maison, de la meme facon et selon les memes normes/codes/culture/lois/language (d’ailleurs lesquelles..? Qui decide..?) Irrealiste, irrealisable et non souhaitable de mon petit point de vue.
    Je voit les frontiéres de mon Etat comme les entrées de ma Maison, je ne suis ni raciste ni egoiste parce que je ne laisse pas quiconque entrer et faire comme bon lui semble en ma demeure.. Chez moi, en ma Maison, je decide avec qui et comment partager ou pas, qui je laisse entrer ou non.. Cela ne m’empeche pas de partager avec mes voisins, ni d’aller vers l’autre mais cela me garanti que chez moi, eh bien je suis tranquille et que personne n’a a me dire comment m’organiser chez moi.
    Voir comment cette Europe libérale et financiere oblige les peuples en niant leurs differences, leurs histoires et leurs volontés issues de leurs consensus social historique qui leur est propre..
    La vie est comme une Respiration, faite de contraction (repli sur soi) ainsi que d’extension (aller vers l’autre) l’un est dependant de l’autre et ce sont les deux faces d’une meme piece.. Vouloir « bloquer » l’Homme dans une position ou une autre l’asphixiera et menera a la mort.. Ou a la revolte, ce vers quoi nous allons gaiement apres 50 ans d’europeannisme/droit-de-l’hommiste/communautariste beat..
    Cela est contraire a la nature de l’homme et des peuples et ne marchera tout simplement pas..
    Chacun est libre chez soi, mais si ce « chez-soi » n’existe plus la liberté qui en decoule n’existe plus non plus.
    Merci de votre lecture.

    • Merci de votre commentaire.
      Nous sommes très (agréablement) surpris de l’intérêt et des discussions que suscitent notre billet sur le programme de la FAI.
      Vous trouverez des éléments de réponse sur cet article que nous venons de mettre en ligne et qui touche directement ce que vous venez de dire ici. Notre introduction à l’article de James Guillaume répond en grande partie à vos doutes légitimes (dans une optique républicaine classique) sur la question.
      Un des liens dans l’intro mène au texte complet de Proudhon « Du principe fédératif » (1863) et nous engageons tout à chacun de lire cet ouvrage brillant.

      voici l’article:

      https://resistance71.wordpress.com/2011/10/13/solutions-au-marasme-societaire-un-exemple-viable-le-federalisme-libertaire/

      Merci encore de votre contribution.

      R71

  4. Ce chez soi n’existe plus que parce que les banquiers et les financiers en ont décidé autrement et ce n’est pas demain la veille qu’il y aura un retournement de la situation, tant que le fond de commerce de l’extrême droite aura cours: l’immigration clandestine, car comme dit shana, ce n’est pas l’immigration clandestine qui pose problème mais c’est l’immigation économique légale de tous ces gens qui avec un permis en bonne et due forme délivré par les administrations ou par les entreprises viennent travailler pour quelques mois ou restent et cette immigration là est importante, mais l’extrême droite se garde bien d’en parler, cela lui convient très bien et le pays qui serait le plus enclin à s’en débarasser ayant dans le gouvernement des forces d’extrême droite est le pays qui y recours le plus.

    Une immigration de centaine de milliers de saisonniers pour le sud qui est ancienne et qui vient des pays de l’est. les emplois à domicile à Milan, quelques milliers de poste sont quasiment tous occupés par des ces immigrés-là. Un journaliste disait que dans le sud de l’Italie, à partir de Naples le personnel dans les hôtels étaient tous étrangers et 40 000 chinois ont remplacé en Toscane avec les salaires et les conditions de travail que l’on sait toutes les petites entreprises familiales de textile pour les marques que nous connaissons tous et qui fournissent toute l’Europe et 3 000 siks ( hindous ) font le ramassage de 10% du lait de la péninsule en Padanie dans les mêmes conditions de travail que les chinois et maintenant s’y ajoute des enfants déscolarises de 12 ans à N aples payés 2€ de l’heure et comme il y a à Naples 40 000 enfants descolarisés, cela fait beaucoup de postulants.

    Est ce que la Grande Bretagne a besoin de 1 million de polonais dans ses murs et c’est la m^me chose qu’ailleurs, immigration de travail légale.

  5. […] Nous avons traduit ce texte de l’anarchiste suisse James Guillaume, texte écrit de manière contemporaine à la Commune de Paris de 1871. Nous le publions pour donner un exemple de ce que pourrait être une société libertaire fédéraliste, en réponse à la très intéressante participation de certains lecteurs sur notre billet récent de traduction du programme de la FAI. […]

  6. […] A lire absolument: Le programme de la FAI en 7 points (1927) […]

  7. Mederic le clercq Says:

    Bonjour resistance71 et jbl1960 ,

    Serait ce possible d’avoir une clarification de ces positions sur la question de la défense de l’environnement naturel et de vos avis personnels sur ces experiences de sociétés sans état , a ce point de vue mais dans un monde tout autre que celui d’il y a 200 ans ou 2000 ?

    Je suis pleinement conscient que cette défense de la Vie , a été instrumentalisée et dévoyée ceci precisement afin de la compromettre toute survie des moyens de la veritable independance qui etais celle aussi bien de nos lointains ancètres que des peuples premiers :

    On ne sais pas cultiver la plupart des plantes medicinales et sans la metaphysique de la nature on devient esclave des societes mercantiles ou des dogmes ce qui revient au meme . Par elle meme la Nature est une menace pour tout idée etablie comme une regle meme dans ses termes generiques qui ont ete devoyés :

    Au niveau dialectique en premier lieu la notion d’ordre est une reduction anthropomorphique comme celle qualifiée comme l’opposition de désordre /anarchie qui n’ont de sens que pour justifier des echecs de la premiere sous les formes etatiques mais aussi des erreurs previsibles dans notre monde moderne pour la deuxieme si elle oublie de bien se situer .

    La Nature ne fonctionne pas comme cela Car tout est Conscience & c’est l’Harmonie qui unit ce que ne veut/peut pas concevoir que de sa maniere manichéenne l’ordre et le desordre ( simplifié encore plus par des jivaros modernes materialistes apres etre tombés dans la bassines des dogmes religieux et de leurs mensonges …&la politique et la science sont devenues des religions …)

    A ce titre comment concevoir la fin radicale que vous formulez de la notion de « territoire » qui vient pourtant de la Nature et qui est liée helas conceptuellement mais pas seulement a celle de propriété privée dans son application étroite ?

    La nature en elle meme n’appartiens a personne en particulier mais elle se concede le droit momentané d’usage a chaque creature comme son corps qui ne lui est que prété …

    Un arbre pousse bien sur une partie de sol qui en quelque sorte lui appartient en propre avec son propre bois , sinon il meurt , c’est vrai pour toutes les creatures hormis a l’echelon individuel pour les insectes sociaux de « base » car les autres benéficient de fait de ces totalitarismes pyramidaux .Presque toutes les creatures ont un territoire et ceux qui n’en ont pas sont des ravageurs ,car même les predateurs se repartissent l’espace vital.

    DAns ce sens comment bien cerner cette notion et imposer des regles ou des non regles ?

    Notamment comment empecher chaque l’homme qui parle de « liberté » hormis les peuples premiers & ceci pour les rares survivants authentiques , de continuer cette destruction qui l’asservit sans qu’il veuille l’admettre au totalitarisme si on n’impose pas ces « regles » du bon sens

    & la, je vais vous faire tous bondir …qui doivent etre planétaires &/ou bien acceptés par tous sans exception et prioritaire a tout ?
    simplement pas confiés a des truands ou des sectaires …

    La Nature elle meme ,c’est la Vie et la survie de l’ensemble non d’une espece , et c’est au dela et en les incluant TOUTES les mouvances et (si on veut pour les malades mentaux ) LA source de subversion supreme car elle les englobe ( sans qu’on le sache le plus souvent ) et ceci quand on ose l’étudier ( sans prejugé) Est ce un seul auteur ou meme plusieurs qui auraient la pretention de tout resumer ou pire de presumer de cette immensité/ multiplicité a une seule reponse ?

    A ce titre aucun naturaliste digne de ce nom ne se hasarderai a tirer aucune conclusion doctrinaire sur le comportement ou la regle meilleure applicable aux hommes des qu’ils ont perdu la notion de cette appartenance .

    Et ceci n’est plus que la vision interieure d’une minorité y compris dans ce qui reste des peuples premiers hormis ceux qui ont refusé pratiquement tout contact avec ces ideologies quelqu’elles soient ou bien ceux qui ont decidés de revenir vers la Nature comme des sortes de chamans modernes .

    (helas c’est encore une reduction manichéenne et dialectique )
    Dans ce sens selon vous-mêmes , Etes vous dans vos thèses avec la Nature tout entiere ou bien contre elle ?

    Et s’il vous plait pas de confusion avec aucune partie d’ ecoleu a tiroir caisse et alarmes sur crocodiles naufragés sur des glacons de banquises confondues mais enflant leurs fouilles pas plus que leur detracteurs j’ai en subi assez avec les bigots de RI et d’autres tous idem de ces sectaires faussaires de la verité .

    • Merci de cet exposé et de ces questions inter-connectées. On va essayer d’y répondre au mieux.

      Nous rejoignons sur ce point la vision amérindienne qui dit de manière générale que “La terre ne nous appartient pas, nous appartenons à la terre.” Une autre formule de sagesse ancestrale dit ceci: “Nous n’héritons pas de la terre nous ne faisons que l’emprunter à nos enfants”, à ce titre les générations présentes ne sont que les gardiennes de l’espace qui nous a été fourni pour un temps donné. Le grand problème en revient toujours à la notion de “propriété”. Tant que l’humain pensera que la propriété est un “droit”, nous serons dans une merde noire.
      Nous sommes pour la réhabilitation du concept de possession collective en respect avec la loi naturelle des choses. Tu parlais des prédateurs, ceux-ci dans la nature, partagent un espace donné avec d’autres prédateurs d’autres espèces et l’harmonie naturelle fait en sorte que la prolifération prédatrice dans un espace donné est impossible. L’humain a brisé cette règle, ce n’est pas la seule qu’il a brisée du reste. L’humain s’est trompé de chemin au dernier carrefour de la vie. Il a emprunté celui de la division, du déséquilibre, de la force. Il ne fait depuis disons la fameuse “révolution agricole” du néolithique pour simplifier, que vouloir dominer la Nature, la contrôler et ce qu’il ne peut pas contrôler il le détruit y compris son semblable. Ce n’est plus que probablement pas sa nature profonde, c’est le résultat d’une perversion venue de la division politique de la société qui a généré la création des castes et du rapport dominant/dominé, inexistant auparavant.
      La solution sociétale réside dans un retour à l’harmonie naturelle. Les Amérindiens diraient que nous sommes victimes du “truqueur”, d’Iktomi (chez les Sioux/Lakota), souvent symbolisé par l’araignée, le coyote ou le corbeau selon les cultures. Mais notre induction en erreur sert un but universel: celui de la compréhension définitive de l’erreur commise et de la volonté collective a venir de la rectifier afin de rétablir l’harmonie.
      L’arbre que tu mentionnes ne “prend” pas la terre, la terre lui prête un morceau de terrain pour s’épanouir, en échange, il fournira une relation symbiotique avec le reste de la nature locale, soit de manière isolé, soit en commun sous la formne d’un bosquet ou d’une forêt. Chaque chose possède sa fonction intrinsèque dans la nature, le mal n’existe pas dans la nature, nous avons la notre (de fonction) mais refusons de demeurer un enfant de la nature, nous voulons en être le maître et parfois le “grand ordonateur”. La conscience polluée a engendré l’arrogance, qui a mené au crime contre la Nature.
      L’Anarchie est un antidote, un moyen de retourner dans le giron naturel. Il n’est bien sûr pas question de retourner au paléolithique ou de vivre au fin fond des bois, il convient de redécouvrir certaines règles naturelles et de les appliquer, de les adapter à notre monde moderne dans le but de rétablir l’équilibre perdu, de retrouver en l’adaptant le paradigme perdu du communisme originel en osmose avec la nature. La modernité n’est pas un obstacle si elle fait preuve d’humilité et de respect ce qui n’est pas/plus le cas depuis quelques siècles.
      Le problème de la propriété (à ne pas confondre avec la possession qui est utile et nécessaire) est à ce titre un des problèmes fondamentaux à résoudre comme l’avait parfaitement préssenti Proudhon dans la 1ère moitié du XIXème siècle.
      Ainsi nous sommes avec la nature, nous préconisons un changement de voie sociale embrassant la loi naturelle. A cet égard, c’est la raison pur laquelle nous insistons tant depuis des années sur la pensée et le mode de gestion traditionnels amérindiens, parce que si tout le monde n’est pas iroquois, lakota ou autre, nous gagnerions néanmoins beaucoup à écouter ce qu’ils nous disent depuis déjà plusieurs siècles.
      Avons-nous répondu à ta préoccupation ?…

      • Mederic le clercq Says:

        Merci Résistance71 ta réponse parait repondre a cette préocuppation qui n’est la mienne qu’en tant que creature qui essaie de faire « parler » une Harmonie qui le surpasse et des necessité de la Nature et propre a elle meme avant tout .
        Pour en revenir a ces questions qui partent d’un choix vecu, je suis soumis moi meme de vie /survie a bien des points impossible a figer vis a vis en terme « politique » vis a vis d’aucune communauté humaine actuelle ni meme de ce que j’ai pu lire dans un tas de livre contradictoire en science naturelles .
        La proprieté n’est que le « titre » & le seul droit payant concédée par une societé qui m’a rejetée socialement & humainement et qui a fait que j’ai appris a survivre depuis plus de 15 ans sans soins medicaux de la medecine moderne.
        Je suis donc redevenu en partie comme ce que j’ai pu decouvrir en partie des peuples premiers au sein de cette « Conscience qui n’est plus depuis longtemps celle d’un civilisé d’aucun pays , d’aucune nation moderne ou meme relativement ancienne quelque soit l’origine! Je ne sais plus desormais si je pourrai jamais souhaiter vivre au sein d’aucune communauté humaine
        parceque j’ai pu voir les incoherences a l’oeuvre dans pratiquement toutes les « societés » dans leurs peversités comparables dans toutes les doctrines qui pechent dans leur mise en oeuvre au bout de peu de temps des que les hommes se rassemblent en grand nombre autour d’une doctrine .

        Constat et intution , j’ai donc essayé depuis presque 30 années de retirer avec grande peine des terres agricoles pour les faire se « replanter » autour de moi comme « ma » foret de Brocéliande ou de faire ainsi deliberement que la Vie/nature m’immerge avec les plantes les animaux sauvages qui sont donc « revenus » autour de moi sous cette « protection active  » ceci en essayant d’abord de minimiser mon impact « negatif » tout en etant a un autre point de vue dans des recherches en divers domaines « hors normes « & ceci comme un Art de Vie dans la durée et meme audela de la forme mortelle que j’occupe.

        D’apres ce qu’ils ( pas les humains !) m’ont appris par l’essai lui meme , un arbre fait bien mieux que tu tentes de formuler , il crée quasiment son « sol » la possibilité pour d’autres creatures de vivre , et plus encore comme le champ de vie qui attire la pluie …

        L’arbre planté par l’homme ou non mais qui en devient aussi « Gardien » a moins que ce soit tout un jour ce groupe ( dont tu sembles esperer la cooperation naturelle ) qui assumerai cette position qui n’est plus precisement celles de peuples premiers tels qu’on les connaissais ( du peu qu’on sais car une amie m’a dit ce matin « qui te dit que l’Ameridien qui coupais un tronc pour faire une pirogue ne ramassais pas les graines pour les planter autour ou plus loin ?

        Elle a « senti » donc elle sais …c’est pas dans les livres , Resistance 71 , on n’est deja plus dans le meme monde …

        Ce que j’ai essayé de te  » dire » c’est que pour moi la « Nature » ne peut pas etre selon aucune reduction politique tel que tu essaies de le formuler et je comprend pourtant ta demarche et sa validité incontestable pour operer un changement de paradigme mais je « sens » certaines contradictions
        et puis les ais vecus ( avec des connards de communistes aussi pires que des bigots !)

        D’autre part je suis tres limité dans mes moyens et la seule defense de mon refuge et de ma demarche depens d’un titre de proprieté payant dont dans le fond je me fiche eperduement a part qu’il limite les visées predatrices des riverains et aussi des gens qui ne peuvent pas se mettre a ma place dans cette position qui est encore plus poussée que celle d’un Amerindien qui devrai donc avoir a faire un peu « pareil » ou l’avoir fait dans le passé comme me l’a fait ressentir cette amie a la main plus verte que la mienne pour ce qui est des plantes qu’elle aime faire fleurir moins « sauvagement » .

        Les « autres » quand ils parlent de cooperer c’est pour ramasser tout ce qui est bon pour eux c’est un constat , meme des pretendus tout ce qu’on voudra .

        Pour ma part , je ne sais faire pousser des tas de plantes sauvages bien mieux que des tomates ou preserver faire venir bien mieux des bourdons et un tas d’autres et plus qu’aucune espece domestiquées par l’homme , c’est ma sauvagerie probablement ?

        Mon « reve » vivant de ces trente années ne sont que du balbutiement c’est dans le fond celui de rever de le faire pour un desert entier redevenir « vivants » & des myriades de creatures …et puis de faire que des nouveaux « Indiens » avec cette approche puisse y vivre sans tout casser et s’y associer et je craint simplement les formulations reductrices que des hypocrites savent bien detourner pour tout « casser » ou a leur profit et simplement je ne fais plus confiance a grand monde a cet egard .

        Un peu comme l’arbre qui crée son humus et ou viennent tous les oiseaux mais sans les étourneaux .
        Pour moi la priorité c’est plus devenir un « Etre » de par ses actes comme cela l’antithese de l’homme actuel et au dela meme des peuples premiers qui sont sensé l’avoir trouvé « tout créé  » et l’ont entretenu et selon l’idee cette amie « verte » qui est peut etre la vraie notion de La voie Amerindienne du seul futur vivable

        c’est penser qu’ils ont ete aussi amenés a le faire ! a etre des planteurs de leur foret d’emeraude ils cessent d’etre quoi que soit autrement et dans ce sens on a le droit/Devoir/pouvoir de le faire ( sans s’occuper de ses origines ethniques )

        Un createur ou un co-createur dans et avec la nature c’est ce que j’essaie aussi bien d’exprimer que de faire « vivre » en moi et a l’exterieur et dans le fond tout terme politique ne servirai que si le monde etais comme il y a 500 ou 2000 ans .

        En ce moment il s’agit non plus d’abord de survie ensuite de nettoyer et de recrééer d’abord .

        Est ce que « tous » les anciens nouveaux Ameridiens peuvent eprouver cela ?

        Les arbres que je plante et dans le fond peut importe si je le verrrai pas millenaires je les revent comme tels ou chacunn comme « Yggdrasyl  » ou le haricot magique de Jack …comment veut tu que je transmettes ( j’ai vu ) ces ambivalences devant la reduction politique qui alors que ce « reve « est Tout sauf « exploitation » tout sauf rentabilité tout sauf possession ou bien c’est « moi » qui suis « possédé » par ce que j’essaie de créer et que evidemment ca pose X problemes pour la plupart des qu’on tente de le figer par des termes politiques avec donc des nouvelles « regles » alors que la conscience humaine n’est est meme plus a ces evidences de devoir « récreer » la nature alors que tant continuent a la détruire avec meme ces notions dualistes et anthropoïdes de decrire une « societé » la moins injuste possible pour eux d’abord ?

        Ceci dans un monde ou ils sont en passe de disparaitre purement et simplement s’il ne changent pas leur attitude encore plus profondement .

        On me dira donc que je suis « totalitaire  » alors comment on fait pour faire pousser des arbres dans un desert avec des chevres a coté affamées ?
        On leur demande d’aller bouffer ailleurs les jeunes pousses et qu’elles soient capitalistes ou communistes on s’en fout eperduement parqu’en ce moment aucune creature n’arrivera a bouffer ou une plante a pousser !

        par contre si des creatures devenus des « Etres » se mettent a planter des arbres pour faire la foret de haricots magiques , poseront elles d’apres toi la question si elle sont « anarchistes ou non ? si le « communisme « leur convient comme Formule I alors qu’elle seront obligées par la necessité de poser cette question fondamentale d’abord :

        Contribuer a re-faire un monde avec la Nature en etant obligé non pas de l’entretenir mais desormais de la faire REVIVRE et de la nettoyer avec la necessité de pourvoir a de sa propre existence d’une maniere la moins néfaste possible .

        Apres comment veut tu que je concoive facilement aucune forme politique qu’on me presente comme « panacée  » compatible cette vision creatrice de millenaires a nettoyer et refaire et pour faire re-pousser des forets poure refaire du sol sain et avec et non pas selon leur convenances mais la premier necessité qu’on ces nouveaux indiens ! quand en face on me parle du « droit et de liberté  » de chevres et de moutons sommes toute surtout de bouffer les petites pousses qui changent un desert en jardin ou comme au bresil , une foret en caillasse puis en désert ?

        On les connais ou non les Humains qui nous entourent mon cher Ami ? et nous memes est qu’on n’a pas fait des erreurs ?
        je doit avouer que je n’ai fait que cela me planter et me replanter par confiance aveugle !!! dans la vie sociale et donc si la calvitie a grandit sur cette pauvre tête avec plus que trois dents , par contre la foret autour les remplacent et si je vois moins bien avec les yeux d’autres yeux s’ouvre , je ne crois donc plus qu’ a ce que voit pousser avec des yeux qui ne mourront pas .

        Merci a toi nous avons vraisemblement tellement de combats simultanés sur des terrains differents a mener , qu’ils ne semblent pas s’opposer dans ceux qui sont désinteréssés encore moins a se disputer sur des mots , quelque soit leur certitudes ( comme les cheveux sur le caillou )
        c’etais cela le sens de ces meditations et questions de faire avancer nos « meditations  » collectives …

        mon amie « verte « m’a fait meme decouvrir sa vision Ameridienne sans le savoir …

        • Merci du partage de ta vision, quand on te lis, on sait que tout n’est pas perdu… loin s’en faut.
          tu nous a rappelé cette pensée de Gustav Landauer:
          « Nous, les anarchistes, sommes des poètes et nous voulons idéologiquement éliminer les falsificateurs scientifiques, les marxistes froids, creux et dénués de spiritualité, de façon à ce qu’une vision poétique, une créativité artistiquement concentrée, l’enthousiasme et la clairvoyance trouvent leur place pour agir, travailler et se construire à partir de maintenant ; dans la vie, dans des corps humains, pour la vie harmonieuse, le travail et la solidarité des groupes humains, des communautés et des nations. »

  8. Mederic le clercq Says:

    Merci encore Resistance 71 … une larme de cette princesse Vérité tombée dans l’amer enfermée, mais devenue perle pour le chemin de son évasion pour ces Etres qui alors peuvent arriver a prêter leurs outils qu’on leur a aussi pretés puisque c’est l’Esprit qui les a tous donnés avec les oiseaux des réves posés sur nos têtes .

    Heci Addagnin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.