Résistance politique: Commune de Paris 1871 et démocratie radicale


Les « Versaillais » de Macron à la manœuvre

N’oublions jamais que la Commune de Paris, cette poussée démocratique radicale issue des profondeurs de la nature humaine anarchiste et auto-organisatrice, ayant pour objectif l’égalité et le bonheur pour tous, a été réprimée dans un bain de sang (entre 25 et 30 000 morts dans la semaine sanglante) suivi de milliers de déportations, par une république dite « modérée », gérée par une ordure royaliste (A.Thiers). La répression fut menée tambours battants par une armée française vaincue par l’armée prussienne quelques mois auparavant et à laquelle fut rendue ses armes pour écraser le peuple sous les regards goguenards des Prussiens appréciant le sale boulot fait par des rats vaincus au nom d’une oligarchie toute puissante gérant les deux pays et qui tremblait comme une feuille morte à l’idée d’une victoire des Communards.

L’Idée a survécu et survivra toujours jusqu’à sa réalisation finale, la Commune n’est pas morte et jamais ne mourra ! Le brouillon de 1871 servira à ériger la société des sociétés de demain. Tendez bien l’oreille, on entend ses pas dans le lointain, portés par l’esprit communard qui vit en toute lutte pour la liberté.

État rend-toi… Tu es cerné !

~ Résistance 71 ~

 

Mars 1871: Face au péril, le peuple de Paris répond par la démocratie

 

Les Amies et Amis de la Commune de Paris 1871

 

27 mai 2018

 

url de l’article original: http://www.commune1871.org

 

Editorial de Mai 2018

 

Après avoir subi le poids de l’Empire pendant 20 ans, les Parisiens, avides de liberté et de justice, vont avoir un sursaut patriotique et prendre leur destin en main. Spontanément, la population parisienne, dans sa diversité, va tenter de relever ce nouveau défi. La Commune de Paris va devenir la première république sociale, produite par la démocratie et tirant sa légitimité de son élection.

Le peuple souverain prend conscience de sa force émancipatrice et de ses droits fondamentaux. Les clubs, les quartiers, les Chambres ouvrières et syndicales deviennent des lieux d’éveil de la conscience politique. La parole est libérée. La presse est abondante et indépendante. La présence en nombre des femmes démontre que l’heure est venue d’affirmer leurs droits et leur dignité. De ce foisonnement des idées, vont découler de nombreuses initiatives et décisions de portée sociale et sociétale, d’une audace remarquable.

De nos jours encore, l’imaginaire et les idéaux de la Commune de Paris continuent de faire rêver les peuples en lutte. Suite à la réhabilitation des communards par l’Assemblée nationale, le 29 novembre 2016, nous nous mobilisons pour que l’œuvre de la Commune de Paris soit mieux connue, mieux enseignée et trouve sa visibilité dans l’espace public. Malgré les nombreux obstacles rencontrés, notre demande de station de métro « Commune de Paris 1871  » reste un objectif majeur.

La perspective du 150e anniversaire de la Commune de Paris est un défi auquel tous nos comités de province seront associés. Nous établissons des contacts avec les organisations et associations qui ont en partage les valeurs de la Commune, à qui nous proposerons des initiatives communes ou particulières.

Depuis peu, le ciel européen voit s’amonceler des nuées brunes menaçantes et de mauvais augure. Une société d’accumulation et de concentration éhontées des richesses industrielles et financières par une minorité, assortie d’une précarisation et d’un déclassement des populations, d’une régression sociale, de la peur de perdre son travail, facilite l’opposition des individus entre eux, suscite la peur et le repli sur soi, et est de nature à raviver les conflits.

La liberté de la presse et l’indépendance de la justice se trouvent parfois remises en cause. Les discours sécuritaires à forts relents nauséabonds produisent leurs effets. Les peurs sont plus fortes que le désir d’avenir. Dans ces conditions, le désintérêt des citoyens pour la vie politique les éloigne des décisions démocratiques, abandonnant leurs destins entre les mains de dirigeants réactionnaires et conservateurs.

Cette situation mérite une analyse qui peut se nourrir de la modernité de l’œuvre de la Commune, de ses pratiques innovantes et de ses valeurs et idéaux fraternels, sources d’apaisement et de paix entre les peuples.

L’urgence démocratique, l’éveil des peuples, de leur conscience politique deviennent, alors, des priorités.

= = =

Lectures complémentaires:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Que faire ?

Le_monde_nouveau_Pierre_Besnard

Exemple_de_charte_confederale_Bakounine

La Morale Anarchiste de Kropotkine)

Appel au Socialisme (PDF)

16 Réponses to “Résistance politique: Commune de Paris 1871 et démocratie radicale”

  1. Hervé Says:

    N’oublions jamais que la Commune de Paris, cette poussée démocratique radicale issue des profondeurs de la nature humaine anarchiste et auto-organisatrice, ayant pour objectif l’égalité et le bonheur pour tous, a été réprimée dans un bain de sang

    il y a manifestement une contradiction entre la volonté du bonheur pour tous et sa répression sanglante. Visiblement, tout le monde ne partageait pas la même volonté du bonheur pour tous, et donc, ce n’était pas le bonheur pour tous. Car il suffit qu’un seul veuille juste le bonheur pour lui, pour qu’on ne puisse plus parler de faire le bonheur pour tous.

    Faut arrêter avec ce genre d’ineptie, de bienpensance qui font surtout rigoler ceux qui veulent juste le bonheur pour eux même indépendamment des autres et en fait, surtout au détriment des autres. La nature humaine n’est pas faites d’un même caractère, mais au contraire, de tous les caractères possibles que l’on retrouve dans le monde animal. Autrement dit, vous ne ferez pas d’un prédateur un herbivore. La seule chose que vous pouvez faire, c’est lui imposer un cadre où il pourra donner libre court à sa nature sans préjudicier celle des autres.

    • tu connais déjà notre point de vue là-dessus…

    • Kremlin' bot Says:

      le problème c’est la conscientisation des masses. tu as des progrès à faire à ce niveau là..

      qui fait que le prédateur devient prédateur? un homme à sa naissance n’a aucune obligation de devenir un assassin financier comme l’a été John Perkins, avant d’arrêter les crimes que ses supérieurs lui demandaient d’exécuter.

      dans le pire des cas, les capitalistes pourraient très bien continuer à vivre entre eux, entre les 0,01% de la population qu’ils sont. le problème ce sera pour qu’ils arrivent à faire quoi que ce soit, étant donné que les banquiers, les princes, les militaires, les technocrates ne travaillent pas au sens premier du terme.

      99% de la population est constituée de prolétaire, qui vendent leur force de travail au marché, soit par l’intermédiaire d’un patron, soit directement sur le marché, mais c’est toujours un rapport salarial.

      sauf que pour les esclaves, l’amour de la servitude l’emporte sur le désir de liberté..

      • Kremlin' bot Says:

        le problème c’est bien que l’État et les capitalistes, le premier tapinant au services des banquiers (la gouvernement, la gestion des affaires de la bourgeoisie, toussa toussa), n’acceptent aucune alternative, aucun autre modèle de société.

        donc l’État assassine par principe toutes les tentatives pour vivre selon d’autres règles, la Commune de Paris, Kronstadt, les anarchistes Espagnols et Barcelonais, le Chili d’Allende, le Chiapas Mexicain.

  2. Hervé Says:

    certes, je suis plus niais que vous, mais pourquoi donc les capitalistes n’ont pas voulu que les prolétaires de la commune de Paris fassent leur propre bonheur ?

    Désolé, mais je ne connais pas votre « point de vue » sur la question.

    y aurait t-il donc des gens qui ne veulent pas du « bonheur pour tous » et ces gens là seraient donc des niais comme moi ?

    La violence, la guerre serait donc de la niaiserie ?

    Le doute m’assaille, mais que veut donc dire ce mot, me serais je trompé ? Alors je suis allé voir la définition et je lis ceci « Caractère de quelqu’un, de ses actes, de ses propos, qui manifeste de la bêtise, de la crédulité, de la naïveté »

    alors, je ne sais plus, car selon vous, les capitalistes bourgeois qui ne voulaient pas du « bonheur pour tous » et on massacré les communards étaient des niais. Ces mêmes gens qui ont réussit à faire aimer aux prolétaires leur « servitude volontaires », sont des niais et les prolétaires des gens à qui on ne l’a fait pas.

    J’avoue que là, je rend les armes et je suis qu’un « poooovre Hervé ».

    • réfléchis bien Hervé, on sait que tu peux le faire, ça va venir… 😉

      • Hervé Says:

        réfléchir ! croyez vous que c’est en étant de mauvaise foi comme vous l’êtes et en répondant comme un enfant que vous convaincrez les gens d’adhérer à l’anarchisme ?

        Si je vous traite de niais en disant pourquoi, vous me traitez de niais sans dire en quoi.

        Vous voulez ma réflexion ? elle se trouve dans mes articles publiés et à venir sur agoravox, mais il ne s’agit pas de copier-coller comme vous, qui ne demande pas de réflexion propre, juste de savoir lire et cliquer sur la souris.

        • bien sûr hervé, bien sûr… tes articles sur agora… sommes-nous niais…

          • Hervé Says:

            toujours d’aussi mauvaise foi !

            toujours comme seul argument la posture d’autorité et cela se dit anarchiste !

            car à ce qu’il me semble, vous n’étiez pas contre le contenu des deux articles que je vous ait envoyé, tant que votre petit égo n’est pas touché.

            Ainsi, par votre réponse, vous prouvez que ce qui vous motive n’est pas l’anarchisme, mais uniquement votre petit égo. Uniquement le plaisir de vous réunir et de faire des discussions de salons.

            Mais je ne doute pas que vous allez vous convaincre mutuellement que vous avez raison et peu importe la raison elle même.

            • « notre ego est touché » nous dit hervé, esprit supérieur et arrogant détenant seul la vérité ? Tu nous amuse à tout venant. Nous n’étions pas du tout contre ce que tu avais écrit, et ne le sommes pas ; de fait, tu es venu toi-même nous rechercher, nous « amadouer » en nous demandant ce que nous pensions pour retourner dans la querelle qui seule te satisfait. On t’a dit il y a longtemps que nous n’étions pas si loin dans nos pensées.
              ce qui est fatigant c’est ton arrogance et ta suffisance d’intello convaincu de sa supériorité, doublé d’une certaine imbécilité à venir traiter d’égomaniaques des quidams qui ont été jusqu’à lâcher-prise de leurs noms pour court-circuiter les « cas de personnes ».
              Hervé, ton ego, tu l’as mesuré ? tu devrais, tu passes plus aux portes de face !
              Inénarrable hervé… si t’existais pas faudrait t’inventer 😉

  3. toujours votre seul argument de dire « c’est celui qui dit qu’y est », C’est de l’infantilisme, car vous ne répondez jamais sur le fond, uniquement sur la forme. Le coup de la réponse globale pour ne pas répondre, celle là, je la retiens !

    Mon arrogance n’est que le résultat du décalage entre votre faiblesse de réflexion et la mienne. En cela, vous pouvez penser que je suis arrogant et qui explique que je ne passe pas votre porte. Je le revendique. Maintenant, vous vous soutenant les uns les autres, dans le genre ‘j’ai raison ? Oui t’as raison ! On a raison ? Oui on à raison », sauf que c’est exactement ce que se disent tous les dictateurs patentés et leur clique.

    Persuadés que votre nombre fait la force face à une personne isolé, pour une fois que ce n’est pas l’inverse, faut pas s’en priver hein ! Ce qui est la marque de la médiocrité et non de l’intelligence. D’une tendance à la dictature des idées et non à l’anarchie, qui repose sur la persuasion.

    Enfin, l’égo ne repose pas sur le nom, mais sur l’idée qu’il se fait de sa propre importance. Peu importe que vous donniez vos noms ou pas. Votre égo repose sur la conviction que vous êtes des gens éclairés face à une masse ignorante que vous vous êtes mis en devoir d’éveiller. Distribuant alors les bons et mauvais points, non sur la base de la raison, mais sur la base de votre conviction d’avoir raison. Mais il n’est pas moins aussi élevé que celui qui veut abuser de son savoir pour exploiter la masse ignorante. La finalité est inversée, mais l’égo n’en est pas moins aussi élevé. C’est ce qu’on appelle de la fausse humilité.

    Quand on parle de pouvoir ou cabinet noir, on parle de gens qui dirigent dans l’ombre, donc, sans donner leur nom… Tout comme vous et je vous assure que leur égo et sentiment de supériorité est aussi élevé que moi ou vous.

    L’anarchie, ce n’est pas l’anonymat, mais tout son contraire. On ne s’associe pas avec des gens masqués, c’est ridicule, sauf en système capitaliste, c’est à dire, mafieux.

    Sur ce, je supprime le lien sur ma boite, comme cela, je ne serais plus tenté de venir lire vos niaiseries à vous pour lire les extraits des auteurs que vous publiez et vous n’aurez plus à craindre de me voir débarquer pour vous traiter de ce que vous êtes…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.