Manipulation électorale yankee: Affaire Cambridge Analytica… Facebook, Mossad et Zuckerberg en eau trouble…

Affaire de l’élection de Trump: Ce n’était pas les Russes, VT avait raison depuis le départ alors que le Mossadnik Zuckerberg doit rendre des comptes

Une intervention “étonnante” de Facebook aurait pu compromettre la preuve Cambridge Analytika, dit le Royaume-Uni.
Des consultants envoyés par le réseau social ont été virés des bureaux de Cambridge Analytika de Londres lundi dernier alors que les autorités américaines et britanniques craignent que des preuves aient pu être détruites.

 

Jamie Ross (Daily Beast)

 

plus d’info: https://www.thedailybeast.com/facebook-in-hot-water-over-handling-of-massive-data-breach?ref=author

 

VT

 

20 mars 2018

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Source: https://www.veteranstoday.com/2018/03/20/it-wasnt-the-russians-vt-right-all-along-as-mossadnik-zuckerberg-faces-the-axe/

 

Note de R71: cet article de VT inclut une photo du fondateur CEO de Facebook Mark Zuckerberg en compagnie de Shimon Peres avec en légende ce commentaire édifiant: “Zuckerberg, ou plutôt le général Zuckerberg du Shin Bet, avec des amis”

 

L’entreprise Facebook vient d’être plongée dans une profonde crise après les accusations affirmant que Cambridge Analytica(*) ait mal utilisé les données de plus de 50 millions de personnes afin d’aider à faire élire Donald Trump. Près de 40 milliards de dollars furent gommés de la valeur marchande de Facebook lundi, une réunion de crise est planifiée ce mardi matin et le CEO Mark Zuckerberg a été critiqué pour son silence durant ce que certains analystes décrivent comme une menace à l’existence même de l’entreprise.

Zuckerberg a été ordonné de paraître devant le parlement britannique pour donner les preuves du comment il gère les données personnelles des gens. Le directeur d’un comité d’enquête britannique sur les “fake news”, Damian Collins, a accusé auparavant Facebook de “tromper” le comité parlementaire ajoutant: “Il est maintenant temps d’entendre un directeur exécutif de Facebook, quelqu’un qui aurait suffisamment d’autorité pour donner un compte-rendu précis et fiable de cet échec catastrophique de procédure.”

Alors que la colère montait contre Cambridge Analytica lundi après que la chaîne 4 britannique ait diffusé un reportage montrant des cadres de l’entreprise faisant les malins au sujet de leurs stratégies de propagande extrêmes, incluant le filmage clandestin d’opposants dans des situations compromettantes avec des prostituées ukrainiennes, les autorités britanniques et américaines se sont aussi demandées si Facebook a mal géré la faute imputée et l’entreprise est maintenant devant une procédure d’enquête qui va ternir plus avant sa réputation et son nom.

(*) Cambridge Analytica est une entreprise de conseil et gestion informatique spécialisée dans l’aide aux campagnes électorales. Elle est l’émanation américaine de sa maison mère britannique du SCL Group et fut créée en 2013 aux Etats-Unis. Cambridge Analytica géra la campagne du candidat à la présidentielle Ted Cruz et géra celle de Donald Trump après le retrait de Cruz de la course à la présidence.
L’affaire réside dans le fait révélée le 17 mars courant par le New York Times et l’Observer britannique, que la firme a utilisé des données fournies par Facebook sans autorisation et a aussi utilisé le chantage aux activités sexuelles pour museler des opposants politiques. (source, compilation depuis Wikipedia, traduction R71)

Publicités

21 Réponses to “Manipulation électorale yankee: Affaire Cambridge Analytica… Facebook, Mossad et Zuckerberg en eau trouble…”

  1. Quel panier de crabes… Et certains se prennent pour des homards. On comprend mieux pourquoi Zuckerberg se rêvait Potus à la place du Potus…
    Comme quoi, VT a souvent raison et bien qu’il se fasse régulièrement tirer dessus à boulet rouge !

    • Peut-être que c’est la raison des tirs à boulets rouges… 😉
      Ceci dit, il y a aussi à boire et à manger avec VT… à notre sens faut pas tout relayer, ils savent savamment noyer le poisson… 😉

      • C’est exactement ce que j’ai précisé, en relayant vos traductions lorsque VT a finalement giclé Gogole (après 14 ans de mariage qd même) ;

        Alors, il se peut aussi que Veterans Today paye un peu leur mélange des genres en publiant sur le même plan « Donnie ‘Mains d’Enfant’ Trump » ou comme je l’ai indiquée plus-haut l’excellent dossier sur le 11 septembre 2001 et La Guerre des Étoiles avec les Aliens… Maintenant c’est leur choix éditorial et ils font ce qu’ils veulent. On peut juste remarquer qu’ils auront mis 14 ans à se rendre à l’évidence, qu’on nous éteint comme on veut et qu’ils nous appartient donc de trouver en nous les ressources nécessaires pour nous unir, même si un océan nous sépare ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/02/16/la-ligne-rouge/

        De la même façon, on doit faire attention (mais c’est d’usage) en relayant Kevin Annett, car en « créant » la République de Kanata il verse dans un délire que l’on ne peut pas suivre.
        C’est pourquoi, certains s’en servent pour discréditer son propos, son travail qui est par ailleurs excellent et rare sur la dénonciation des crimes dans les Pensionnats pour Indiens au Canada.

        Je relaye cet article dans ce sens, et en précisant que MZ est un homme dangereux en participant, avec la création d’algorithme – pour notre bien 😉 – à l’expansion, mortifère de l’IA sous toutes ses formes et dans tous les domaines…

  2. anarchie against business Says:

    désolé, je n’y crois pas.

    La Russie veut créer un ordinateur quantique pour pouvoir pirater
    tous les appareils technologiques de tous les citoyens de la planète.
    https://fr.sputniknews.com/societe/201704301031167041-services-secrets-ordinateur-quan/
    https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201307071022630969-les-savants-russes-parmi-les-leaders-de-la-competition-pour-lordinateur-du-futur/

    Henry Kissinger soutient Poutine dans le Washington Post
    https://fr.sputniknews.com/actualite/201403071022766260-henry-kissinger-prend-soutient-poutine-dans-washington-post/

    « L’ancien chef de la diplomatie américaine Henry Kissinger pourrait servir de médiateur pour normaliser les relations entre la Russie et les États-Unis après l‘investiture de Donald Trump. »
    https://fr.sputniknews.com/international/201612271029365227-kissinger-trump-russie-projet/

    Gorbatchev et Bush père aideront à réconcilier la Russie et les USA
    https://fr.sputniknews.com/international/201610191028275223-reconciliation-moscou-washington/

    Gorbatchev est membre de la société luciférienne Lucis Trust Lucis Trust, au départ Lucifer Trust, Le Lucis Trust bénéficie du statut consultatif auprès du conseil économique et social de l »ONU.
    https://wikimonde.com/article/Lucis_Trust Une source qui disait que Gorbatchev appartenait à Lucis Trust a été censuré
    https://paradisepostblog.wordpress.com/blog/2011/10/un-the-lucis-trust-soros-gorbachev-popes-benedict-john-paul-ii-behind-occupy-wall-street-one-world-government/
    Mais sur le site de Lucis Trust même, on voit bien le nom de Gorbatchev, ce qui prouve l »appartenance de Gorbatchev, cette figure influente de paysage politique Russe dans cette société luciférienne. son nom figure sur la liste à droite dans la section europe avec Maurice Strong (un autre dé populationniste) et Steven Rockfeller source
    https://www.lucistrust.org/content/download/2217/26957/file/earth_charter.pdf

    http://vaticproject.blogspot.fr/2011/11/un-lucis-trust-soros-gorbachev-popes.html

    Gorbatchev veut réduire la population mondiale de 90 %
    http://vahineblog.over-blog.com/2016/01/citations-comment-l-oligarchie-mondiale-veut-reduire-la-population.html

    Maurice Strong et Mikhaïl Gorbatchev, les deux membres de Lucifer Trust organisent une série de «Dialogues de la Terre» réunissant des dirigeants
    http://www.albatrus.org/english/lien_of_oz/one%20world%20government/a_new_global_religion.htm
    http://illuminatimembers.com/rothschild%20rockefeller%20illuminati.html

    La Russie utilise Microsoft pour réprimer la dissidence

    « Microsoft et Yandex ont un partenariat fructueux de longue date . Aujourd »hui, le moteur de recherche Yandex est intégré dans notre plate-forme mobile Windows Phone

    « Windows 10 a déjà réussi et a démontré un potentiel énorme, en grande partie grâce à la volonté de Microsoft de travailler avec de solides développeurs locaux », a déclaré Arkady Volozh, PDG de Yandex. https://www.rt.com/business/318555-microsoft-yandex-windows-google/

    « La principale société russe de télécommunications Rostelecom a signé un accord avec Microsoft pour coopérer au développement d »une plate-forme ouverte pour la fourniture de services cloud en Russie, a déclaré CNews la semaine dernière. Le ministre russe des Télécommunications, Igor Shegolev, qui a supervisé l »accord, a déclaré que « la création de la plate-forme nationale de services nationaux basée sur le cloud est la priorité absolue http://www.software-russia.com/news/company_news/rostelecom-and-microsoft-partner-to-develop-cloud-based-services-platform

    IBM qui a bossé avec les Nazis https://en.wikipedia.org/wiki/IBM_during_World_War_II et les
    entreprises Russes travaillent donc sur une puce RFID
    planétaire.http://www.software-russia.com/news/industry_news/ibm-signs-collaboration-agreement-with-russian-innovation-giants

    Jared Kushner et Ivanka Trump ont de multiples liens de longue date avec les oligarques liés au Kremlin qui font partie du cercle de Vladimir Poutine.

    juste après le concours de Miss Univers Moscou a eu lieu en 2013, le gendre et la fille de Trump ont également assisté à un événement caritatif avec de nombreux oligarques liés au Kremlin et leurs meilleurs employés.

    Cet événement ainsi que la relation de longue date de Jared Kushner et Ivanka Trump avec l’oligarque lié au Kremlin, Roman Abramovich, et sa famille.

    Roman Abramovitch naît dans une famille juive.

    La valeur nette d’Abramovich était de 7,6 milliards de dollars américains[3], ce qui en fait la 13e personne la plus riche de Russie et la 151e personne la plus riche du monde. La même année, le Sunday Times a estimé sa valeur nette à ₤.40 milliards d’euros

    Abramovich a été la première personne à recommander à Eltsine que Vladimir Poutine lui succède en tant que président russe. Lorsque Poutine a formé son premier cabinet de Premier ministre en 1999, Abramovich a interviewé chacun des candidats à des postes ministériels avant qu’ils ne soient approuvés. Par la suite, Abramovich resterait l’un des confidentiels les plus proches de Poutine. En 2007, Poutine a été consulté lors de réunions avec Abramovitch sur la question de savoir qui devrait être son successeur en tant que président ; Medvedev a été personnellement recommandé par Abramovich. [44]:135, 271 Chris Hutchins, biographe de Poutine, décrit la relation entre le président russe et Abramovich comme celle entre un père et un fils préféré.
    En Juin 2003, Abramovich est devenu le propriétaire des sociétés qui contrôlent Chelsea Football Club à West Londonhttps://en.wikipedia.org/wiki/Roman_Abramovich

    C’est Roman Abramovich qui nomme les présidents russes ( Poutine, Medvedev) et contrôle la nomination des ministres

    Kushner et Abramovich ont même investi de l’argent ensemble dans l’un des fonds de sa famille, jusqu’à ce qu’il rejoigne le personnel de la Maison Blanche. La société de capital-risque Thrive, détenue par Kushner, investit dans des entreprises en démarrage.

    Jared Kushner et Ivanka Trump ont assisté à un événement caritatif avec Abramovich au début de 2014 qui comprenait des représentants de la banque russe Alfa Bank présidé par le mari de la fille du ministre des affaires étrangères de Russie, Sergei Lavrov
    Ce n’est que quelques mois après le début de l’accord avec Trump Tower Moscow, avant de s’étendre jusqu’à l’élection présidentielle

    Jared Kushner travaille dur pour refinancer un prêt d’un quart de milliard de dollars qu’il doit à des investisseurs chinois sur un projet au New Jersey

    Les tentatives de Kushner pour financer son empire immobilier, tout en occupant un poste à la Maison-Blanche avec un vaste portefeuille de fonctions, ont été remarquées par un Sénateur américain: Je pense que cela fait partie d’un modèle d’approche des intérêts financiers russes, qui sont essentiellement Vladimir Poutine et son cercle oligarchique, par les membres de la famille Trump « , a déclaré le sénateur Richard Blumenthal du Connecticut, un démocrate de la Commission judiciaire du Sénat. « Les transactions financières sont importantes parce que nous savons que le plan de jeu russe est d’engager et de compromettre les dirigeants étrangers. » Il a ajouté :  » Il reste à comprendre si cette rencontre et ce contact sont significatifs « .

    Ivanka Trump associé aux Abramovitchs, mais ses contacts les plus intrigants avec les oligarques russes sont avec la famille impliquée dans la rencontre controversée du 9 juin 2016 entre la Campagne Trump et les agents russes. Ils sont la famille Azeri-Russe qui a passé deux ans à planifier Trump Tower Moscou avec l’Organisation Trump après avoir apporté le concours Miss Univers 2013 à leur méga développement de Moscou Crocus City.
    Personne ne peut dire si ces relations entre Jared, Ivanka et un oligarque étroitement lié au Kremlin deviendront plus importantes dans l’enquête du Conseil spécial sur la Russie. Mais nous pouvons dire qu’ils représentent une relation directe et de très haut niveau entre la famille Trump, un proche collaborateur de Vladimir Poutine. Et ce n’est pas le seulhttps://thesternfacts.com/jared-kushner-ivanka-trump-invested-money-with-a-russian-oligarch-d31dfecc0a2d

    Trump a emprunté de l’argent à des banques russes et chinoises http://thehill.com/blogs/pundits-blog/presidential-campaign/302216-how-much-money-does-the-trump-organization-owe

    un singe chinois prédit la victoire de Trump
    http://www.letelegramme.fr/monde/presidentielle-americaine-un-singe-chinois-predit-la-victoire-de-trump-07-11-2016-11283562.php

    Si un « singe » a prédit, cela veut dire qu’ils avaient prévu de faire gagner Trump aux élections

    Un média veut cacher le fait que Trump a des investissements en Russie
    http://www.france24.com/fr/20160727-trump-russie-lien-election-presidentielle-etats-unis-commerce-russie-poutine-amitie

    Ivanka Trump fait de la pub sur son site marketing pour une application Russe qui traque les locations des usagers

    https://www.buzzfeed.com/anthonycormier/ivankatrumprussiaskyguru?utm_term=.sgDjLrreNY#.ijPxXLLK3v

    Sans compter Eric Prince qui a financé la campagne de Donald Trump et qui fait business avec la Russie et la Chine
    Eric Prince a arrangé un rendez vous secret entre Trump et agent du Kremlin
    http://www.businessinsider.com/erik-prince-trump-russia-2017-4?IR=T

    La secrétaire de l’éducation est la sœur d’Erik Prince, et Steve Banon, le chef stratégiste US de Trump est le meilleur pote d’Erik Prince
    https://www.cbsnews.com/news/report-trump-donor-blackwater-founder-erik-prince-in-secret-meeting-with-russian-close-to-putin/

    Ils font tout pour cacher les liens entre la Russie et Trump. Mais ils peuvent compter sur Erik Prince, l’ex agent de la CIA pour effacer les preuves…

    Prince avait contribué 250 000 $ à la campagne de Trump, le Parti républicain et un super PAC pro-Trump après la convention républicaine. Il est également apparu lundi que Carter Page, ancien conseiller en politique étrangère pour la campagne Trump, a rencontré un agent étranger russe non enregistré nommé Victor Podobnyy à New York en 2013
    La transcription d’une conversation enregistrée entre Podobnyy et Igor Sporyshev, un autre membre du réseau d’espionnage, a discuté des efforts pour recruter quelqu’un appelé « Male-1

    Erik Prince, le frère du secrétaire à l’éducation Betsy DeVos et fondateur de la société de sécurité privée Blackwater (dont le directeur de projet a menacé de tuer un enquêteur du gouvernement), aurait assisté à une réunion secrète en janvier avec un Russe proche de Vladimir Poutine. La réunion a eu lieu dans les îles Seychelles et a été mise en place par les Émirats arabes unis comme ligne de communication entre l’administration Trump entrante et le gouvernement russe.
    https://www.salon.com/2017/04/04/another-donald-trump-russia-contact-eric-prince-met-with-russian-sources-just-before-inauguration/

    Erik Prince, envoyé de Trump, rencontre le PDG du Russian Direct Investment Fund aux Seychelles

    le chercheur russe Aleksandr Kogan a essayé de prédire et d’influencer les votes en faveur de Donald Trump en utilisant une faille de Facebook et piratant les comptes
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/03/22/32001-20180322ARTFIG00052-le-patron-de-facebook-s-excuse-et-reconnait-des-erreurs.php

    La sœur d’Erik Prince, la milliardaire Betsy DeVos, est la candidate de Trump pour le poste de secrétaire à l’éducation et Erik Prince (et sa mère) a donné de grosses sommes d’argent à un Super PAC Trump. En juillet, le prince a dit au conseiller principal de Trump et suprémaciste blanc Steve Bannon, alors à la tête de Breitbart News, que l’administration Trump devrait recréer une version du programme Phoenix, le réseau d’assassinat de la CIA qui a fonctionné pendant la guerre du Vietnam. Un tel programme, a dit le prince, pourrait tuer ou capturer les cibles de la CIA

    L’Intercept a précédemment rapporté les efforts de Prince pour construire une force aérienne privée à louer et ses liens étroits avec les services secrets chinois. Prince a longtemps fantasmé qu’il est l’héritier légitime de l’héritage de « Wild Bill » Donovan et son Bureau des services stratégiques, le précurseur de la CIA. Après le 11 septembre, Prince a travaillé avec la CIA sur un programme d’assassinat secret, en plus d’offrir des anciens SEAL et d’autres opérateurs spéciaux à la retraite au Département d’Etat et à d’autres agences pour leur sécurité personnelle. Blâmant les gauchistes et certains démocrates du Congrès pour avoir détruit son empire Blackwater, Prince voit clairement le vœu de Trump de ramener la torture, les enlèvements parrainés par la CIA et les interrogatoires renforcés, ainsi que son engagement à remplir Guantánamo de prisonniers, une occasion en or de monter endroit légitime en tant que guerrier privé secret pour l’État de sécurité nationale des États-Unis
    Comme nous l’avons rapporté l’année dernière, « Prince – qui se présente comme un mélange entre Indiana Jones, Rambo, Captain America et Benoît XVI – travaille maintenant avec le gouvernement chinois à travers sa dernière entreprise de » sécurité privée « .

    Erik Prince travaille à la fois pour Pékin et la Maison Blanche de Washington.

    Prince qui soutient les républicains de Trump et le vatican a décrit les démocrates comme « anti-catholique, anti-évangélique », en disant que les piratages et les fuites du DNC ont révélé « le mépris, le mépris qu’ils ont pour l’électeur et le citoyen américain moyen ». Prince a une relation étroite avec Breitbart News et Steve Bannon, conseiller principal et stratège en chef de Trump. Prince est apparu fréquemment – et presque exclusivement – sur Breitbart Radio.

    En août, Prince a fait l’éloge de la candidature de Trump, en disant à Milo Yiannopoulos de Breitbart : « J’aime même certains de ses projets qui ont fait faillite, parce que les gens qui font des choses, et construisent des choses, et essaient des choses, échouent parfois à le faire, et c’est la force du système capitaliste américain ». Nous avons en quelque sorte tourné le dos au fait que le travail acharné, le sacrifice, la prise de risques, l’innovation, c’est ce qui a fait la grandeur de l’Amérique. Washington n’a pas fait de l’Amérique un grand pays. »

    En septembre, le Prince a soutenu la proposition de Trump de réquisitionner les 2 millions de barils de pétrole produits quotidiennement par l’Irak. « Pour que M. Trump dise :  » Nous allons prendre leur pétrole – nous n’allons certainement pas le sortir de là et l’emmener ailleurs, mais le mettre en production, et mettre en place un système de péage, pour rembourser les contribuables américains pour leurs efforts…

    La sœur du prince, Betsy DeVos, est la candidate de Trump au poste de secrétaire à l’éducation et elle a presque juré de s’engager dans une croisade pour promouvoir une privatisation et un programme religieux dans l’éducation qui reflète celui de son frère dans les affaires militaires et de la CIA. Prince a longtemps été un contributeur à la campagne du guerrier chrétien Mike Pence, et il a contribué 100 000 $ à la pro-Trump Super PAC Make America Number 1. La mère du Prince, Elsa, a donné 50 000 $ de plus. Cette organisation, dirigée par Rebekah Mercer, fille du milliardaire Robert Mercer, était l’un des plus grands banquiers de la campagne de Trumphttps://theintercept.com/2017/01/17/notorious-mercenary-erik-prince-is-advising-trump-from-the-shadows/

    Le célèbre mercenaire Erik Prince conseille Trump dans l’ombre

    Peter Thiel, fondateur de Palantir, lui a montré sur son téléphone « une photo de lui posant avec Erik Prince, qui a fondé la compagnie militaire privée Blackwater, et M. Trump – qui n’avait pas de costume – mais blague[d] que c’était’N.S.F.I.’ (Not Safe for the Internet) ». Même Trump n’est pas assez effronté pour donner à Prince un poste public dans son administration. Mais Prince opère dans l’ombre, là où il a toujours été le plus à la maison. https://theintercept.com/2017/01/17/notorious-mercenary-erik-prince-is-advising-trump-from-the-shadows/

    L’investiture de Donald Trump, Erik Prince, fondateur de Blackwater et responsable du Groupe Frontier Services, s’est rendu aux Seychelles, une nation insulaire de l’océan Indien, et a rencontré un responsable russe proche du président Vladimir Poutine

    la rencontre entre le Russe et le Prince, qui s’est présenté comme un envoyé officieux de Trump, a eu lieu « vers le 11 janvier » et a été négociée par Mohammed bin Zayed, le prince héritier d’Abu Dhabi, pour établir un backchannel entre le président récemment élu Donald Trump et Poutine. L’identité de l’individu russe n’a pas été divulguée, mais le 11 janvier, un avion a perçu le PDG du Russian Direct Investment Fund, aux Seychelles, dossiers de vols obtenus par The Intercept show. L’avion de Dmitriev était un vol charte non programmé et a volé à l’île avec deux femmes russes

    Russian Direct Investment Fund est un fonds souverain de 10 milliards de dollars créé par le gouvernement russe en 2011. Le 7 août, le Prince a dit à CNN qu’il était aux Seychelles « en affaires » en janvier pour rencontrer des responsables émiratis et rencontrer « un gestionnaire de fonds – je ne me souviens même pas de son nom ». Prince a dit que la réunion « dura probablement aussi longtemps qu’une bière ».

    Bien que le Prince ait déclaré à plusieurs reprises qu’il ne se souvenait pas du nom du Russe – « Nous n’avons pas échangé de cartes » – un porte-parole du Frontier Services Group a confirmé à The Intercept en septembre que le Prince a « croisé le chemin » avec Dmitriev aux Seychelles. La rencontre apparente entre le Prince et Dmitriev offre un autre aperçu du réseau croissant de liens entre l’administration Trump et le gouvernement russe, et soulève la possibilité que les sanctions américaines contre la Russie auraient pu être violées si un accord commercial avait eu lieu

    Au cours de la même période en Janvier lorsque Dmitriev et Prince étaient dans les Seychelles, Alexander Mashkevich, un homme d’affaires kazakh lié à un véhicule d’investissement ombragé Trump connu sous le nom de Bayrock, est également arrivé pour rencontrer Zayed, qui « tenait le tribunal » à son manoir sur l’île, une source familière avec les réunions dit. Abdulrahman Khalid bin Mahfouz, un milliardaire saoudien dont le grand-père a fondé la première banque privée saoudienne et dont le père aurait aidé Al Qaeda, était également présent. Les réunions ont eu lieu plusieurs semaines après que Zayed s’est rendu à New York pour rencontrer le gendre de Trump, Jared Kushner, l’ancien stratège en chef Steve Bannon, et Michael Flynn, l’ancien conseiller de Trump en matière de sécurité nationale, qui est maintenant un sujet de l’enquête fédérale sur la Russie

    Le fonds de Dmitriev, qui est étroitement lié au Kremlin, a été examiné cette année par les membres du Congrès en raison de ses interactions avec Anthony Scaramucci, qui a été brièvement engagé comme directeur de la communication de Trump, à Davos quelques jours seulement après les réunions aux Seychelles
    https://theintercept.com/2017/11/28/blackwaters-erik-prince-met-with-ceo-of-russian-direct-investment-fund/

    Erik Prince continue à conseiller l’équipe de Trump

    Prince est entré dans la tour Trump par la porte de derrière pour éviter les projecteurs médiatiques, et s’est blotti avec les membres de l’équipe du président Trump élu pour discuter des questions de sécurité. Les conversations donnent un aperçu de la relation de Prince avec une administration qui s’est distanciée de lui depuis que le Washington Post a rapporté plus tôt ce mois-ci que Prince avait rencontré un haut conseiller du président russe Vladimir Poutine aux Seychelles en janvier.https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-04-18/blackwater-founder-erik-prince-said-to-have-advised-trump-team

    A quoi sert les sanctions US? Permettre à uniquement les milliardaires US d’échanger avec les milliardaires russes. C’est le droit aux riches de faire le commerce, d’acheter, de vendre, tandis que les pauvres n’ont plus le droit de monter des entreprises. (c’est la décroissance voulue par les malthusianistes)

    la propre fille de Trump, Ivanka Trump qui est vice-présidente du département « développement et acquisitions » de la compagnie de son père, The Trump Organization commerce avec la Russie https://www.buzzfeed.com/anthonycormier/ivankatrumprussiaskyguru?utm_term=.sgDjLrreNY#.ijPxXLLK3v

    Ivanka Trump achète une maison à Washington appartenant à un leader Russe

    En tout cas, voilà comment la sœur d’Erik Prince a eu son poste de secrétaire d’éducation. En payant la campagne de Donald Trump grâce à son mari Devos milliardaire.

    Erik Prince de Blackwater travaillant à la fois pour les USA, la Chine, la Russie, avec son armée privée mondiale censé assurer la sécurité mondiale. Il a reçu le financement du Kremlinhttps://theintercept.com/2017/11/28/blackwaters-erik-prince-met-with-ceo-of-russian-direct-investment-fund/. Cela veut tout dire. Et lui-même a financé la campagne de Trump.

    Tous les potes de Trump sont au gouvernement, et le conseiller de Trump , Erik Prince a des amis parmi la CIA américaine, la CIA chinoise, le Kremlin. Donc tous les liens secrets de Trump vers la Russie ou autre pays est aisément étouffé avec tous ces hackers espions professionnels.

    Je suis comme saint thomas, je ne crois rien sans avoir vu

    Une chose est sûr, Tous les Etats sont corrompus et liés entre eux, dettes et business, qui se ressemble s’assemble. Seule l’anarchie est la solution.

  3. […] Manipulation électorale yankee : Affaire Cambridge Analytica… Facebook, Mossad et Zuckerberg en eau trouble… […]

  4. vodkawhisky Says:

    Le directeur de campagne présidentielle du président Donald Trump  » a secrètement travaillé pour un milliardaire russe afin de promouvoir les intérêts du président russe Vladimir Poutine il y a dix ans « .

    Ce milliardaire est un oligarque nommé Oleg Deripaska qui a fait fortune dans l’aluminium et serait l’un des proches confidentes de Poutine. oleg a acheté des aéroports russes, donc facile de cacher les voyages quand on est propriétaire d’aéroport.
    https://heavy.com/news/2017/03/oleg-deripaska-putin-trump-paul-manafort-wife-net-worth-wikileaks-russia/

  5. conspiracy Says:

    Poutine ne peut rien contre Deripaska. l’ épouse à Oleg est la petite fille de l’ex président russe Pourquoi? Parce que Deripaska s’est marié à la petite fille de l’ex président russe Yeltsin qui a reçu l’immunisation contre toute attaque en justice par Poutine lui même. Car Yeltsin ex président de Russie qui a bien pillé la caisse et fait fortune, multinationales et tout a nommé son successeur Poutine à condition que Poutine offre l’immunité à toute sa famille. Et comme Deripaska s’est marié automatiquement avec une fille de la famille Yeltsin, 1 an après cela, Poutine ne peut rien contre lui
    http://www.conspiracyschool.com/blog/trump-puppet-kissinger-cfr-and-rothschilds-the-true-architects-russian-collusion

    Deripaska est connu pour ses liens étroits avec le président russe Vladimir Poutine même s’ils ont eu un passage tendu dû à une crise économique.

    Leur relation était visiblement tendue au milieu des difficultés financières de Deripaska en 2009, mais dans un incident largement diffusé à la télévision russe , Poutine a visité une usine de ciment bloquée appartenant à Deripaska et a critiqué sa gestion. Il a forcé Deripaska à signer un contrat promettant de payer près d’un million de dollars en salaires impayés.

    Leur relation s’est toutefois rétablie et Deripaska a été décrit comme «l’industriel préféré de Poutine».

    En 2006, Deripaska a déclaré que Deripaska était «parmi les 2 ou 3 oligarques que Poutine se tourne régulièrement» et «un rendez-vous plus ou moins permanent sur les voyages de Poutine à l’étranger».

    « Je crois que la Russie reconnaît le rôle majeur d’Oleg dans la construction d’une base économique renouvelée dans un large éventail d’entreprises nationales et le rajeunissement des entreprises et des infrastructures en difficulté

    Deripaska est un ami de Nathaniel Rothschild, un investisseur majeur dans Glencore et United Company RUSAL. Ensemble, Deripaska et Rothschild ont accueilli George Osborne et Peter Mandelson sur le yacht de Deripaska à Corfou à l’été 2008. Osborne était alors Shadow Chancellor of the Exchequer of the United Kingdom et un ami de Rothschild de l’école et de l’université. Il a été rapporté que Peter Mandelson a maintenu des contacts privés pendant plusieurs années avec Oleg Deripaska

    Associated Press a publié un rapport alléguant que Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, a négocié un contrat annuel de 10 millions de dollars avec Deripaska pour promouvoir les intérêts de la Russie dans la politique, les affaires et les médias en Europe et aux Etats-Unis

    Deripaska avait signé un contrat avec Manafort pour faire avancer les objectifs du gouvernement russe

    En février 2018, Alexei Navalny a publié une vidéo sur une rencontre entre Deripaska et le vice-Premier ministre de la Russie Sergei Eduardovich Prikhodko sur un yacht circulant près de la Norvège. Selon Navalny, Deripaska a probablement servi d’intermédiaire entre le gouvernement russe représenté par Prikhodko et Paul Manafort lors de l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016

    Un jour après la publication de la vidéo, le Roskomnadzor a ajouté la vidéo à la liste fédérale des matériels extrémistes, rendant ainsi l’accès à la vidéo illégal pour tous les citoyens russes. Il a également ordonné à YouTube de retirer sept vidéos et à Instagram de retirer 14 points cités dans l’enquête ; ni YouTube ni Instagram n’avaient répondu en date du 12 février 2018. Selon un représentant de Roskomnadzor qui a parlé à Vedomosti, « une injonction judiciaire de ce genre contre le contenu hébergé sur Instagram et YouTube est sans précédent pour la Russie ». Le New York Times a noté que cela pourrait présager une  » approche plus agressive du gouvernement russe  » pour contrôler les activités en ligne

    Anastasia Vashukevich, une ressortissante bélarussienne actuellement incarcérée à Bangkok, affirme disposer de plus de 16 heures d’enregistrements audio qui, selon elle, pourraient faire la lumière sur une éventuelle ingérence russe dans les élections américaines.

    Elle offre les enregistrements aux autorités américaines en échange de l’asile, pour éviter l’extradition vers la Biélorussie.

    Vashukevich dit être proche de Deripaska et affirme que les enregistrements incluent lui discutant de l’élection présidentielle 2016 avec des associés Vashukevich n’a pas nommé. « Deripaska avait un plan sur les élections », a déclaré Vashukevich cité par le New York Times. Elle a déclaré que certaines des conversations enregistrées, qu’elle affirme avoir été faites en août 2016, comprenaient trois personnes qui parlaient couramment l’anglais et étaient Américains.

    En 2004, Deripaska a été nommé par le président de la Russie Poutine pour représenter le pays au sein du Conseil consultatif des entreprises de coopération économique Asie-Pacifique (ABAC). Il est président d’ABAC Russie depuis 2007.

    Deripaska est le vice-président de l’Union russe des industriels et des entrepreneurs, président du comité exécutif du comité national russe de la Chambre de commerce internationale et membre du Conseil de la compétitivité et de l’esprit d’entreprise. une agence du gouvernement russe. [56] Il est un participant permanent aux sessions du World Economic Forum depuis 2007

    Deripaska est également membre du Conseil international du Belfer Center for Science and International Affairs de l’Université Harvard.

    En 1999, il a reçu l’Ordre de l’Amitié, un prix d’Etat de la Fédération de Russie

    Deripaska est l’un des 16 chefs de file mondiaux du monde des affaires qui ont rédigé des recommandations sur la politique climatique à l’intention des dirigeants du G8, un document décrivant les propositions de la communauté internationale des affaires pour lutter contre le réchauffement planétaire. Les propositions ont été signées par plus de 100 des plus grandes entreprises du monde et remises au Premier ministre japonais Yasuo Fukuda le 20 juin 2008. Les dirigeants du G8 ont discuté des recommandations lors du sommet tenu au Japon les 7 et 9 juillet 2008. Le processus a été coordonné par le Forum économique mondial en collaboration avec le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable
    Il reste également un ardent défenseur d’un accord juridiquement contraignant sur le changement climatique,

    https://en.wikipedia.org/wiki/Oleg_Deripaska

    La Russie a signé l’accord de la COP21
    https://www.rbth.com/news/2016/04/20/russian-government-approves-paris-climate-agreement_586385

    Oleg Deripaska est donc une figure politique russe importante
    et si Oleg obéit à Poutine, alors on a le schéma suivant Trump<Oleg<Poutine, oleg sert d'intermédiaire entre Trump et Poutine.

    Tenir endetter des businessmans pour s'assurer leur soumission. On dit que tel maitre tel valet. Or si le valet sponsorise le CFR, on se demande à quoi ressemble le maitre.https://www.dzig.de/sites/default/files/Putin-Rothschild-Rockefeller.htm

    Les récentes recommandations de Kissinger à Trump viennent d'une longue histoire de diplomatie inclinée vers les intérêts des Russes. Selon le colonel Michal Goleniewski, ancien agent du KGB, Kissinger avait été recruté par les services de renseignement soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale

    une étude qui fait autorité, intitulée Back Channel to Moscow : Confidential Diplomacy and Détente de Nixon, qui révèle comment Kissinger a établi son propre réseau de communication personnelle avec les dirigeants soviétiques en 1968, peu après avoir été nommé conseiller de Nixon en matière de sécurité nationale. Kissinger a utilisé Boris Sedov, un agent connu du KGB qu'il a rencontré lors de sa visite à Harvard, à qui il a fait part de son intérêt pour l'amélioration des relations entre les États-Unis et l'Union soviétique. En outre, Oleg Kalugin, le chef de la station du KGB à Washington, comme il l'a raconté dans ses propres mémoires The First Directorate, s'est vanté que le canal arrière avec Kissinger a forgé une ligne directe entre Nixon et Brejnev. Kalouguine soutient que le KGB a préféré Nixon à son rival électoral

    Simes est né à Moscou, où il est diplômé de l'Université d'Etat de Moscou. Il a étudié et travaillé à l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales, un groupe de réflexion influent en matière de politique étrangère en Union soviétique à l'époque, tout en étant secrétaire adjoint de la Ligue des jeunes léninistes (VLKSM). Simes a émigré aux États-Unis en 1973. Il a été choisi pour diriger le CFTNI en 1994 par Nixon, pour lequel il a été conseiller informel en politique étrangère et avec lequel il a voyagé régulièrement en Russie et dans d'autres anciens États soviétiques ainsi qu'en Europe occidentale et centrale

    Nixon a accepté de mettre en place une ligne téléphonique sécurisée à la Maison Blanche le reliant directement à Dobrynin. Selon Moss, les agences de renseignement américaines, le personnel du Conseil de sécurité nationale et le Pentagone ont été tenus dans l'ignorance au sujet de ces conversations

    En 2013, Simes a participé au Valdai International Discussion Club aux côtés de Poutine, où tous deux ont pris part à une table ronde de deux heures.

    Kissinger a joué un rôle de premier plan dans la politique étrangère américaine entre 1969 et 1977. Durant cette période, il a été le pionnier de la politique de détente avec l'Union soviétique, a orchestré l'ouverture des relations avec la République populaire de Chine et négocié les Accords de paix de Paris, mettant fin à la guerre par procuration de l'Amérique contre la Russie au Vietnam.

    M. Kushner a rencontré l'ambassadeur russe Sergey Kislyak. CNN a allégué que les services de renseignements américains ont affirmé que Kislyak est un espion russe de premier plan et un recruteur d'espions. Il a également été rapporté que Kusher a rencontré Sergey Gorkov, qui est proche de Poutine, a été formé par les services de renseignements russes et dirige une banque d'État qui a été placée sur une liste de sanctions américaines

    Alfa, l'un des plus importants groupes d'investissement privés russes, a été fondé par Mikhail Fridman, un membre du CFR et le deuxième homme le plus riche de Russie selon Forbes, et le huitième juif le plus riche du monde, selon le Jerusalem Post. Fridman est également co-fondateur du Congrès juif russe.

    Jared Kushner et Ivanka Trump ont assisté à un événement caritatif avec Abramovich au début de 2014 qui comprenait des représentants de la banque russe Alfa Bank présidé par le mari de la fille du ministre des affaires étrangères de Russie, Sergei Lavrov

    https://thesternfacts.com/jared-kushner-ivanka-trump-invested-money-with-a-russian-oligarch-d31dfecc0a2d

    Les racines d'Alfa Bank sont ancrées dans la corruption du KGB et du Parti communiste, ainsi que dans les fonds du trafic de drogue et du crime organisé, selon des sources et des documents russes et américains [17]. Les fonds du KGB Deux rapports, l'un par un ancien bureau de renseignement américain et un autre par un officier russe du FSB, concluaient qu'Alfa Bank avait été profondément impliqué au début des années 1990 dans le blanchiment de l'argent russe et colombien.

    Kissinger siégeait au conseil d'administration de la Open Russia Foundation de Khodorkovsky, poste qu'il a accepté à l'invitation de Lord Rothschild, un autre membre du conseil d'administration

    Pendant des années, M. Kissinger a soutenu que la promotion d'un plus grand équilibre des pouvoirs entre les États-Unis et la Russie améliorerait la stabilité mondiale.

    Kissinger a rencontré Poutine le 8 décembre 2015, quelques semaines après avoir rencontré Donald Trump le 17 novembre 2016, et une semaine avant que Poutine et Trump se rencontrent au sommet du Groupe des Vingt en Allemagne.

    Ces réunions ont eu lieu malgré le tourbillon de controverse au sujet de l'ingérence russe dans les élections. Kissinger a également rencontré le président Trump à la Maison-Blanche en mai 2017.

    Cela faisait suite à une réunion avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et l'ambassadeur russe Sergey Kislyak, un jour après que Trump a viré le directeur du FBI James B.Comey, qui dirigeait l'enquête sur les liens de la campagne Trump avec les responsables russes.

    ils ont trouvé Trump assis seul avec Henry Kissinger. Kissinger est l'une des rares personnes qui peut joindre Trump au téléphone quand il le veut, selon un conseiller en transition. Avec Tillerson, Kissinger est l'un des rares Américains à rencontrer fréquemment Poutine.

    Lors de leur réunion du 17 novembre 2016, Kissinger et Trump ont discuté "de la Chine, de la Russie, de l'Iran, de l'UE et d'autres événements et questions dans le monde entier. "En décembre 2016, Kissinger a conseillé à Trump d'accepter la "Crimée comme faisant partie de la Russie" afin d'encourager un rapprochement entre les Etats-Unis et la Russie, en raison des relations effilochées dues à la crise de Crimée.

    Dans un discours prononcé en février à la Fondation Gorchakov à Moscou, Kissinger a utilisé un langage familier à Alexander Dugin : "Dans l'ordre multipolaire naissant, la Russie devrait être perçue comme un élément essentiel de tout nouvel équilibre mondial, et non pas principalement comme une menace pour les États-Unis…"[

    Deripaska est le sixième homme le plus riche de Russie, avec une fortune estimée à 13,3 milliards de dollars.

    Abramovich a été la première personne à recommander à Yeltsin que Poutine soit son successeur.

    En 2001, environ un an après que Poutine a signé un décret accordant l'immunité légale à la famille de Yeltsin, Deripaska a épousé la petite-fille de Yeltsin, cimentant ainsi sa propre immunité et son influence.

    En 2010, le Financial Times a publié un article sur les relations d'affaires de Deripaska avec Sergei Popov et Anton Malevsky, chefs présumés de groupes du crime organisé russe. [37] Le principal conseiller de Deripaska est Nathaniel Rothschild, fils de l'actuel baron de la famille, Lord Jacob Rothschild. Nathaniel a joué un rôle crucial en 2000, lorsque Deripaska et Roman Abramovich ont créé un partenariat et fondé RUSAL, la plus grande société d'aluminium au monde

    Le partenaire d'affaires de Deripaska, Nathaniel Rothschild, détient une participation dans Diligence LLC, où Burt a été président exécutif du conseil d'administration. Burt a travaillé en tant que conseiller, en étroite collaboration avec son cofondateur, membre du CFR et le deuxième homme le plus riche de Russie, Mikhail Fridman

    En 2013, en tant que directeur de la Defense Intelligence Agency (DIA), Flynn a voyagé à Moscou Records montre que Flynn a recueilli près de 68 000 $ en frais et dépenses des entités liées à la Russie en 2015. Le gros de l'argent, plus de 45 000 $, vient de Russie Aujourd'hui, quand il a été invité à un gala à Moscou en l'honneur de RT, pour participer à un panel sur "Géopolitique 2015 et le rôle changeant de la Russie dans le monde." [68] Flynn, qui avait fait des apparitions semi-régulières en tant qu'analyste sur RT après sa retraite du gouvernement, était assis à côté de Poutine, et à la même table que la candidate du Parti vert Jill Stein.

    Selon le Trump Dossier, un responsable du Kremlin impliqué dans les relations américaines a expliqué que les opérations russes consistaient à soutenir diverses personnalités politiques, y compris indirectement leurs récentes visites à Moscou, y compris une délégation Trump de Lyndon Larouche, Jill Stein, Carter Page et Michael Flynn

    Il a également été rapporté que Kushner a rencontré Sergey Gorkov, qui est proche de Poutine, a été formé par les services de renseignement russes et dirige une banque publique qui a été placée sur une liste de sanctions américaines

    Carter Page, un conseiller en politique étrangère de la campagne Trump qui a cherché à faire des affaires avec Gazprom.

    Un autre conseiller de la campagne Trump, Michael Caputo, a travaillé pour Gazprom Media au début des années 2000[70].

    Jared Kushner et le confident de Poutine Roman Abramnovitch se sont rencontrés à trois ou quatre reprises dans des contextes sociaux, et leurs épouses sont amies depuis une dizaine d'années.

    Jared Kushner et Ivanka ont été présentés à l'épouse d'Abramovich, Dasha Zhukova, par l'ex-femme de Rupert Murdoch, Wendi Deng. Deng est aussi l'un des amis les plus proches d'Ivanka, et un ami de Karlie Kloss, la petite amie de longue date du frère de Kushner, Josh. 72] On disait que Deng sortait avec Poutine, ce qu'elle a depuis nié.

    Jared Kushner et Ivanka ont assisté à un événement caritatif avec Abramovich au début de 2014, quelques mois seulement après le concours de Miss Univers Moscou et les Jeux Olympiques de Sochi, qui comprenait des représentants de la banque russe Alfa Bank et de nombreux oligarques russes. Vladimir Strzhalkovskiy, partenaire de Wilbur Ross à la Banque de Chypre, qui a travaillé avec Poutine au KGB dans les années 1980

    Ross a convaincu les détenteurs d'obligations de conclure un accord avec Trump qui a permis à Trump de garder le contrôle des casinos. Ross a eu des liens financiers directs avec plusieurs oligarques de Russie et de l'ex-Union soviétique. En février 2017, le magazine Forbes classe Ross parmi les milliardaires du monde, avec une valeur nette de 2,5 milliards de dollars. Ross est vice-président et investisseur majeur depuis 2014 à la Bank of Cyprus, la plus grande banque de Chypre, l'un des principaux paradis fiscaux offshore russes. Depuis les années 1990, Chypre est l'une des trois principales destinations extraterritoriales de la capitale russe et de l'ancienne Union Soviétique, la plupart motivées par l'évasion fiscale, la kleptocratie et le blanchiment d'argent

    il y avait eu une activité inhabituelle répétée entre deux serveurs informatiques enregistrés à Alfa Bank à Moscou et un serveur appartenant à l'organisation Trump. L'activité comprenait également des communications avec un serveur de Spectrum Health, une chaîne d'établissements médicaux dirigée par Dick DeVos, le mari de Betsy DeVos. [80]

    Le 10 mars 2017 des communications entre Alfa Bank russe et l'organisation Trump qui s'était produite à l'été 2016 et qui avait été rapportée dans les médias juste avant l'élection présidentielle américaine. 81]

    En juin 2017, le président Trump a nommé Brian Benczkowski, l'ancien avocat d'Alfa Bank russe , pour devenir procureur général adjoint de la division criminelle du ministère de la Justice des États-Unis
    http://www.conspiracyschool.com/blog/trump-puppet-kissinger-cfr-and-rothschilds-the-true-architects-russian-collusion

    • Eltsine est un « has been » déchu, reconnu comme traître, qui dans un dernier sursaut de lucidité peut-être a demandé à Poutine de « sauver la Russie » (biographie entretien de Poutine). Poutine est entré en guerre contre les oligarques d’Eltsine et les a muselé. Quiconque a traîné dans l’entourage d’Eltsine et a gardé la ligne occidentale du pillage n’est certainement pas protégé…
      Les vidéos abondent sur la toile montrant moultes réunions de Poutine au fil des ans avec la mafia du pillage en règle de la Russie et l’empire de la corruption téléguidé depuis l’occident. Il a mis toutes ces ordures au diapason. Maintenant, il est évident qu’il manipule aussi, c’est un fin stratège, il a retourné certains guignols qui mangent dans sa main maintenant, c’est évident, mais qui manipule qui ?
      On le dit et on le répète, pur nous, Poutine est un étatiste forcené, qui croit au système, en cela il n’est pas mieux qu’un autre, mais il faut lui reconnaître un certain talent de navigateur stratège, il a fait passer à la Russie les 40ème rugissants avec grand succès. Sans lui, Eltsine et ses sbires aux commandes la Russie aujourd’hui serait une préfecture yankee gérée par une clique de transnationales et l’empire pillerait les richesses naturelles du pays comme il le fait ailleurs directement ou par proxy. Poutine n’a pas joué le jeu de l’oligarchie, qui ne l’a pas vu venir. Ses liens maintenus avec Kissinger sont à notre sens, une façon bilatérale de maintenir le dialogue entre la sphère poutinienne et la sphère de l’oligarchie de l’empire. Il y a sans aucun doute un respect mutuel chez les deux hommes, mais aucun des deux n’est dupe de l’autre.
      Nous ne pensons pas que Poutine fasse partie du système du N.O.M, on se trompe peut-être. Cela ne veut pas dire qu’il soit la panacée loin de là, c’est un autocrate plus éclairé que les autres et un étatiste forcené donc un adepte du système obsolète de la division et d cela coercition.
      😉

      • contre bit coin coin Says:

        Poutine il est ce qu’il veut. En tout cas, cela montre que Trump a des liens avec le gouvernement russe (Poutine exclu ou inclus).

        En tout cas ce qui est sûr, c’est que le gouvernement russe se lance dans le gaz schiste, la construction de centrales nucléaires, les compteurs intelligents, etc…. dans le monde entier bref, et Poutine n’est pas capable de changer cela. Donc c’est qu’une marionnette au pouvoir.

        Même les continents qui jusque là n’avaient pas de centrales nucléaires vont en avoir.
        Total s’associe au russe Lukoil dans le pétrole de schiste
        https://www.lecourrierderussie.com/international/europe/2014/05/total-russe-lukoil/
        Le premier ministre russe, Vladimir Poutine, a appelé les entreprises gazières du pays à relever le défi du gaz de schiste.
        https://www.euractiv.fr/section/energie/news/gaz-de-schiste-vladimir-poutine-veut-faire-mieux-que-la-concurrence/

        D’ailleurs son cousin va être directeur de Gazpromhttps://titrespresse.com/27672041712/vladimir-poutine-gazprom-parent-bientot-direction

        , et Gazprom est pour les compteurs intelligents. https://www.theguardian.com/business/2008/mar/13/utilities
        On est pas sorti de l’auberge.

        Donc moi tout ce qui est pro nucléaire, pro gaz schiste, pro compteur intelligent, pro- big brother, je laisse tomber; Il est vrai que Poutine est beau malgré son âge et que l’amour rend aveugle, mais moi, je préfère un Quasimodo anti nucléaire qu’un Casanova pro nucléaire.

        Beaucoup de gaullistes admirent Poutine. Or faut pas oublier que les gaullistes sont ceux qui ont placé des centrales nucléaires sur tout la France. Conséquence, des milliers de Français (enfants, adultes) ont des leucémies https://www.laurettefugain.org/la-leucemie-et-les-maladies-du-sang et des millions de Français ont attrapé la thyroide http://echotherapie.com/thyroid/%e2%97%8f-les-nodules-thyroidiens-6-millions-de-personnes-en-france/, dont les multinationales font des fruits juteux à présentshttps://bonsante.fr/news/2290910-thyroide-crise-levothyrox-pris-millions-de-francais

        D’une certaine manière j’admire Stéphane Lhomme qui critique tous les pays pro nucléaire:

        « Le 24 novembre 2013, les cinq puissances nucléaires officielles – USA, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne [1] – accompagnées par l’Allemagne et la représentante de l’Union européenne, Catherine Ashton, ont signé avec l’Iran un accord sur la question du nucléaire. Cet évènement a été abondamment couvert par les médias du monde entier qui, pour la plupart, nous ont expliqué que, par cet accord :
        l’Iran renonçait à ses ambitions inavouées d’accéder à l’arme atomique ;
        l’Iran allait redevenir fréquentable sur le plan international.

        La réalité est en fait… exactement inverse :
        l’Iran ne renonce à rien du tout sur le plan nucléaire ;
        c’est parce que les occidentaux ont désormais besoin que l’Iran soit fréquentable que l’accord nucléaire a été signé.

        Notons d’ailleurs que, contrairement à ce que font semblant de croire les dirigeants des pays impliqués, ils ne sont pas inquiets à l’idée que l’Iran puisse posséder tôt ou tard des armes nucléaires. En effet, les mollahs iraniens sont certes des tyrans sur le plan intérieur, mais ils sont loin d’être les fous illuminés parfois décrits : il se garderont bien de lancer une attaque atomique contre Israël, ce qui leur assurerait immédiatement une riposte destructrice de la part des USA.

        L’arme nucléaire leur servira « seulement » à asseoir un statut de grande puissance régionale qu’ils sont aujourd’hui en position d’acquérir avec la bénédiction des Occidentaux. Mais, pourquoi ces derniers ont-ils subitement changé de position par rapport à l’Iran ? C’est en fait la réalité géopolitique du Moyen-Orient qui a été bouleversée en quelques années.

        Depuis des décennies, les alliés principaux des USA dans la région étaient, outre Israël, l’Egypte et l’Arabie saoudite, deux dictatures d’une stabilité parfaite pour Washington. qui s’est bien gardé d’y mener une de ses fameuses guerres « pour la démocratie ».

        Par ailleurs, l’Irak de Saddam Hussein contrecarrait tout risque de montée en puissance de l’Iran : les Occidentaux poussèrent même ces deux pays à se saigner mutuellement lors de la terrible guerre de 1980-1988. Et enfin, les USA instrumentalisaient la question du nucléaire pour isoler l’Iran, seulement soutenu par la Russie.

        Mais aujourd’hui, ce tableau « idyllique » a complètement changé : l’Irak est terriblement affaibli depuis la guerre menée par Bush. Puis les Printemps arabes ont eu lieu : l’Egypte est désormais dans une situation précaire, la Libye et la Syrie sont totalement déstabilisées et vont d’autant plus le rester que l’Arabie saoudite et le Qatar y soutiennent des groupes fondamentalistes sunnites qui détestent les USA. mais aussi l’Iran chiite.

        Il n’en fallait pas plus pour que les USA changent leur fusil d’épaule et considèrent que, désormais, le rôle de « gendarme » de cette région si stratégique – du fait de ses réserves pétrolières et gazières – devait être attribué à l’Iran. Encore fallait-il que ce dernier devienne subitement fréquentable.

        Rien de plus facile en fait car un prétexte a ceci de formidable qu’il peut servir dans les deux sens : d’abord lorsqu’on l’invoque, et ensuite lorsqu’on décrète qu’il n’est plus de mise. C’est ce qui vient de se passer pour l’Iran : une superbe pièce de théâtre organisée en Suisse, conclue par un bel accord, et le tour est joué.

        Les mollahs iraniens peuvent se réjouir : ils vont accéder à des rentrées financières massives – en particulier grâce à la suspension des restrictions sur la vente de pétrole – qui vont leur permettre de soulager quelque peu les souffrances de la population. et surtout de perpétuer leur régime.

        La « révolution verte » du peuple iranien en 2009 est de fait définitivement enterrée avec la complicité active des démocraties occidentales. Ces dernières, oubliant les combattants de la liberté qu’elles prétendaient soutenir, sont désormais amies avec les tortionnaires qui ont réprimé si férocement ce courageux soulèvement.

        Mais revenons à ce fameux accord nucléaire : les modestes concessions faites par Téhéran reviennent juste à retarder dans le temps la capacité de l’Iran à accéder à l’arme atomique. C’est même la plus parfaite illustration de l’expression « reculer pour mieux sauter » car cette capacité sera encore plus effective avec des réserves financières reconstituées et une industrie atomique « civile » fonctionnelle.

        En effet, lorsque l’on sait enrichir l’uranium jusqu’à 5%, on sait aussi bien le faire jusqu’à 95% (teneur nécessaire pour une bombe atomique) : il suffit de faire tourner longtemps les centrifugeuses sans qu’il n’y ait besoin de modifications techniques. L’accord nucléaire signé avec l’Iran relève donc uniquement de la gesticulation.

        C’est en particulier le cas concernant le prétendu « rôle crucial » de la France qui se targue d’avoir contraint les Iraniens à arrêter le réacteur d’Arak, susceptible de produire du plutonium de qualité militaire. Il faudrait donc croire que les USA, qui suivent pourtant de très près cette affaire depuis des années, auraient « oublié » l’existence de ce réacteur, opportunément rappelée par Laurent Fabius, nouveau « grand spécialiste » de l’atome. Cette thèse ridicule a pourtant été largement servie par la majorité des médias.

        En réalité, il y a eu une habile répartition des rôles, les USA ne souhaitant de toute évidence pas être considérés comme les seuls comptables de la réhabilitation de l’Iran. C’est assurément aussi pour cela que, lors des discussions, le stylo a été tenu par Mme Ashton, la représentante jusqu’alors inutile de la diplomatie européenne.

        Notons d’ailleurs que, même si les Iraniens abandonnent réellement la piste du plutonium, ce qui reste à prouver, ils pourront sans problème se contenter de bombes à l’uranium enrichi : le bombardement nucléaire d’Hiroshima n’a pas été moins « réussi » que celui de Nagasaki.

        Mais à nouveau, si les dirigeants israéliens dénoncent avec tant de force l’accord nucléaire du 24 novembre, ce n’est absolument pas qu’ils craignent d’être « atomisés ». Ce qu’ils redoutent avant tout, c’est la fin des restrictions économiques qui empêchaient jusqu’à maintenant l’Iran de devenir la grande puissance géopolitique de la région.

        Par ailleurs, lorsque le monde entier constatera que l’Iran ne tente pas d’atomiser Israël, les dirigeants de l’Etat hébreux auront perdu un de leurs principaux prétextes pour maintenir leur pays dans un état de paranoïa permanente. Le seul « danger » venant des malheureux Palestiniens ne suffira assurément plus…

        Mais, faut-il tout de même s’inquiéter de l’atome iranien ? Oui. exactement comme de n’importe quel autre programme nucléaire : celui de la France, celui de la Chine, celui des USA, etc, sans oublier celui d’Israël avec son antique centrale de Dimona.

        Aucun de ces acteurs ne veut évoquer les risques de catastrophe, la question insoluble des déchets radioactifs, les graves pollutions causées par les mines d’uranium, etc. Or, ce sont bien là les principaux dangers imposés par l’atome, tant militaire que « civil ». Combien faudra-t-il encore de drames comme celui de Fukushima avant qu’il soit décidé d’en finir enfin avec le nucléaire ?
        http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article151

        L’Observatoire du nucléaire conteste aussi les affirmations des autorités Russes qui prétendent avoir évacué les matières nucléaires du site atomique de Sarov. En effet, il faut des décennies pour démanteler un site nucléaire, surtout lorsqu’il est ancien. Or le site de Sarov existe depuis les années 40 : il apparaît totalement improbable qu’il ait pu être nettoyé en quelques heures. Il est de fait évident que si, par malheur, les incendies atteignent ce site, les conséquences seront catastrophiques. »
        http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article100

        Si les anti nucléaires et anti compteurs intelligents veulent gagner, ils ne doivent faire merci à personne.

        Comme un chien qui défend sa niche écologique. L’homme qui veut préserver la planète du nucléaire ne doit pas laisser de sentiments irrationnels l’emporter.

        Plus de centrales nucléaires sur la planète! Que cela soit des USA, de l’UE, de l’AUstralie, du Canadie, de la Russie, d’Israel, de la Chine, on s’en fout, on ne veut pas de centrales nucléaires.
        Pareil pour le gaz schiste, pareil pour les smart meters.

        Tous ceux qui veulent le gaz schiste, le nucléaire sont pourris. Car ils pourrissent la planète et ses habitants.

        Et aussi, essayez d’être anarchiste en Russie, vous serez vite emmené dans les goulags.

        Avec la loi Iarovaïa du nom de la députée russe d’Irina Iarovaïa, l’Etat russe se donne de nouveaux moyens juridiques pour intercepter la communication Les opérateurs seront contraints de stocker les messages, les données et les appels des utilisateurs pour une durée de six mois, afin de les transmettre aux autorités si ces dernières le demandent.

        Le projet de loi cherche en outre à obliger les prestataires de réseaux mobiles et les réseaux sociaux à donner aux services de sécurité l’accès à la correspondance des utilisateurs, ainsi que de décrypter tout message à leur demande. Cette mesure est particulièrement critiquée par Pavel Dourov, le créateur de l’application mobile Telegram et de Vkontakte, l’équivalent russe de Facebook
        https://francais.rt.com/international/22822-big-brother-russe–qu

        En novembre 2009, le Premier ministre Vladimir Poutine ratifie le décret autorisant la transformation de 150 hectares de forêts en zone constructible, violant ainsi la loi russe qui interdit de toucher aux forêts si des alternatives sont possibles

        pourquoi? Parce que la Russie préfère vendre sa forêt à l’entreprise française Vinci (cette même entreprise française qui va acheter tous nos aéroports en Francehttp://www.lejdd.fr/economie/letat-va-t-il-vendre-aeroports-de-paris-a-vinci-3570896, la mafia de Vinci va pouvoir voyager de la Russie à la France et vice versa dans son futur empire Eurasie)

        le campement d’anarchistes russes s’opposant à la destruction de la forêt Khimi est attaqué par une milice privée composée d’hommes masqués, dont certains portent des emblèmes d’extrême droite. Le mari d’Evgenia s’en sort avec deux côtes cassées. Cinq jours plus tard, le camp est évacué en force par des policiers russes. En représailles, 400 militants antifascistes et anarchistes venus de Moscou s’attaquent aux bâtiments de la mairie de Khimki

        Des pratiques qui valent au gouvernement russe une protestation de la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH). Le 23 août, 2000 personnes manifestent à Moscou pour sauver la forêt de Khimki, devenue le symbole de la lutte contre le régime Poutine et la corruption qu’il engendre. Même Bono, de passage en Russie, se prononce contre le projet et participe à un concert de soutien.

        Le mouvement semble même alors remporter une grande victoire. Alors que les incendies gagnent les portes de la ville, le président Dmitri Medvedev annonce le 26 août qu’il suspend la construction de l’autoroute, afin de permettre la tenue de débats publics. Cette concession accordée à l’opinion publique est suivie par une large imposture. Les délibérations se tiennent à huis clos par une commission gouvernementale composée d’officiels qui ont tout à gagner à faire aboutir ce projet. C’est à l’occasion de la visite du Premier ministre français François Fillon, le 9 décembre 2010, que Dmitri Medvedev porte le coup final. Il annonce la poursuite de la construction de l’autoroute suivant le tracé initial et déclare qu’il sera « impossible de l’arrêter ».
        https://multinationales.org/Foret-de-Khimki-Russie

        La Russie prépare la monnaie virtuelle le bitcoin
        https://www.rt.com/business/390608-russia-bitcoin-cryptocurrency-central-bank/

        La Russie veut mettre des puces RFID dans tous les produits , vêtements, etc… http://fr.rfidpack.com/info/the-russian-ministry-of-industry-and-trade-int-21714295.html
        https://www.lecourrierderussie.com/economie/2016/11/autorites-russes-manteaux-fourrure-illegaux/

        Un Russe dénonce la vaccination obligatoire en Russie

        histoire d’un enfant victime de la vaccination obligatoire en Russie

        vaccinations obligatoires la Coupe du Monde de Russie

        Un médecin russe parle des vaccins obligatoires en Russie

        Le gouvernement russe a augmenté le financement du programme de vaccination . Sur les vaccinations sera dépensé 10,2 milliards de roubles

        Vaccination obligatoire en Russie

        Aujourd’hui, la Russie est tenue de se faire vacciner contre l’hépatite B, la tuberculose, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, le Hib, la poliomyélite, la rougeole, la rubéole, les oreillons, la varicelle
        http://fr.mymedinform.com/pediatrics/changes-in-the-national-immunization-schedule-that-awaits-our-children.html

        Les multinationales ont plus de pouvoir que les Etats maintenant. La preuve le même programme, vaccins, nucléaire, compteurs intelligents, big brother, gaz schiste, monnaie virtuelle (bitcoin, etc…) se fait dans le monde entier…..

        • et oui tout cela ne fait que renforcer ce que nous disons sans cesse:

          IL N’Y A PAS DE SOLUTIONS AU SEIN DU SYSTEME, N’Y EN A JAMAIS EU ET NE PEUT PAS Y EN AVOIR !!… Russie ou pas, Poutine ou pas…

          Le système est en phase de métastases depuis un bon moment oui et cela se caractérise par la capacité qu’a pu avoir l’économique, via l’hypertrophie de l’insanité capitaliste, d’acheter et de phagocyter le politique. Ce n’est en rien inéluctable, parfaitement réversible, non seulement ça, mais réversible jusqu’au point de redilution du pouvoir dans le corps social pour mettre fin à la tyrannie de la division et de l’antagonisme et afin que s’épanouisse la société de l’Un générique caractérisée par l’union dans la complémentarité coopératrice. C’est le fondement même de la société du futur: la société des sociétés…

  6. Action ► Réaction ?

    http://www.alterinfo.net/notes/Facebook-confronte-a-une-campagne-de-desabonnements-et-des-class-action_b21035730.html

    On va pas chialer, surtout si les gens quittent FB §

    Espérons juste qu’ils n’aillent pas s’inscrire en masse sur Gogole…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.