Introduction à la philosophie et la pensée amérindienne (Russell Means ~ 1ère Partie)

Si vous avez oublié les noms des nuages alors vous avez perdu votre chemin (1ère partie)

Une introduction à la pensée et à la philosophie amérindienne  

 

par Russell Means  

 

~ Extraits traduit de l’anglais par Résistance 71 ~    

 

-o-o- Résistance 71 -o-o-  

 

25 Avril 2014  

 

-[]-[]-<I>-[]-[]-

 

La loi naturelle

 

Russell Means

 

Traduit de son livre testament “If you’ve forgotten the name of the clouds, you have lost your way”, 2013

 

par Résistance 71

 

Présentation

1ère partie

2ème partie

3ème partie

4ème partie

 

Dans la perspective matriarcale, le monde est un endroit nourricier. Un endroit où des cadeaux sont donnés gratuitement. Lorsque les conquistadores espagnols et portugais arrivèrent, les Aztecs et les Incas ne pouvaient pas comprendre pourquoi ces nouveaux arrivants étaient si atteints de la folie de l’or. Tout ce qu’ils avaient à faire étaient de le demander et les Indiens leur auraient donné.

Christophe Colomb écrivit après ses premiers contacts avec les Indiens des Caraïbes, que les natifs de l’endroit étaient si généreux et pacifiques que c’en était une faute. Une faute ? Générosité et pacifisme des fautes, des défauts ? De quel type de monde provenait-il à votre avis ? Du monde de l’inquisition, des âges sombres, de la mort noire. Les Indiens des Amériques allaient se familiariser avec ce monde très bientôt.

Si vous vivez dans un monde où tout ce dont vous avez besoin est disponible de manière gratuite, la veulerie et le goût de la possession paraissent être une forme d’insanité. Pourquoi quelqu’un voudrait-il plus que ce dont il a besoin ? La terre mère procure une abondance quasi illimitée. Tout comme une mère donne à son enfant tout ce dont il/elle a besoin, la Terre fait de même pour ses enfants, les humains comme les autres créatures. Si vous suivez la loi naturelle, vous n’avez pas peur de la mort, vous voyez les cycles naturels de la mort et de la renaissance partout autour de vous, dans vos parents et vos enfants, dans l’engourdissement de l’hiver et les nouvelles feuilles du printemps, la régénération de toute sorte de vie nouvelle. Les anciens du monde indigène ne s’accrochent pas à la vie, ils n’ont pas peur, quand ils deviennent une charge pour la société, ils s’en vont tout simplement. Dans chaque cycle de la nature, tout au long de leur vie, ils ont été les témoins de la mort, de la réincarnation, de la renaissance, la mort et la décomposition se transformer en nouvelle vie et ils savent qu’ils font partie intégrante de ce cycle.

Les détails spécifiques du comment tout ceci se passe ne sont pas importants. Les peuples indigènes ne mentent pas, ils n’inventent pas d’histoire lorsqu’ils ne connaissent pas la réponse complète à une question. Ils ne prétendent ni n’affirment qu’ils savent des choses dont ils n’ont aucun moyen de vraiment savoir. Ils n’écrivent pas les paroles de ceux qui prétendent entendre des voix et proclament ensuite que ceci sont les paroles d’une sorte de “dieu”.. parce que la vie est vécue en équilibre, le langage se développe avec des positifs, pas de négatifs. Il n’y a pas de mot pour dire “mentir” dans la langue Lakota (NdT: une des langues du groupe dit “Sioux”), dans notre langue nous ne sommes pas capables d’insulter quelqu’un ou quelque chose. Dans la loi naturelle, chaque chose a sa place, où est le mal ? Il n’y a pas de mal dans la nature. En vivant par la loi naturelle, nous percevons les choses effectivement au travers de nos sens, nous développons une appréciation pleine et essentielle du monde réel qui nous entoure, de ce que nous expérimentons au quotidien, de la réalité.

o-o-o-o-o-o-o

Vivre en suivant la loi naturelle

Russell Means

 

Traduit de son livre testament “If you’ve forgotten the name of the clouds, you have lost your way”, 2012

 

par Résistance 71

 

En tant que chasseurs-cueilleurs, nous observons le renard et l’ours. Lorsqu’ils mangent des baies, ils ne mangent pas toutes les baies sur le même buisson. Lorsque des ours mangent du miel, ils ne détruisent pas les ruches, ils en prennent un peu et continuent leur chemin. Il y en a toujours suffisamment pour permettre une régénération. Nous savons donc bien mieux faire que de vider un bout de terrain de toutes ses sources nourricières. C’est ainsi que vous vivez en suivant la loi naturelle.

Les chasseurs-cueilleurs ne vident jamais leur supermarché naturel. Ils n’endommagent pas leur environnement de quelque manière que ce soit. La famine n’existe pas chez les chasseurs-cueilleurs parce que les sources de nourriture sont extrêmement variées et ne peuvent pas être épuisées en même temps. Ils savent où est l’eau (NdT: même dans le désert, les travaux de recherche de l’anthropologue américain Marshall Sahlins ont démontré que les sociétés de chasseurs/cueilleurs étaient en fait des sociétés d‘abondance contrairement au mythe perpétré par les anthropologies structuralistes évolutionistes et marxistes pour qui la fausse image du chasseur/cueilleur luttant pour sa survie toujours à la limite de la famine, est une image valorisatrice pour leur idéologie soutenant la société étatique comme étape ultime de l’évolution…). La Terre-Mère est leur corne d’abondance, avec bien des types différents d’animaux, de légumes et de fruits sont à disposition pour toutes les saisons. Les chasseurs-cueilleurs savent également comment stocker la nourriture à la fois sous une forme séchée et en utilisant des caves à racines. Ils connaissaient les plantes bonnes pour la médecine et où les trouver.

Avec si peu de temps à passer pour subvenir à leurs besoins immédiats, ils avaient la liberté de s’occuper d’eux-mêmes et de leurs familles. Ils avaient le temps de se laver, de se brosser les dents, de s’occuper de l’un l’autre, de vivre selon la loi naturelle, sans conflit. Il n’y a pas de conflit dans la loi naturelle des choses, il n’y a pas de mal.

Quand vous y réfléchissez bien, lorsqu’un enfant est né, où est le mal ? Un ours ou un cougar tuant et mangeant ce qu’ils ont l’habitiude de manger, n’est pas plus mal que ce qu’un humain tue pour manger ce qu’il a l’habitude de manger. Nous respectons tout ce qui se trouve dans le monde naturel et que nous utilisons à un moment ou un autre au cours de nos vies. Nous remercions l’arbre que nous coupons pour faire les piquets de nos tipis. Quand vous révérez une plante, les animaux, il est facile de voir qu’il n’y a aucun mal dans la nature.

Chaque bonne pensée est une prière. C’est ce que nous croyons. C’est pourquoi nous n’avons pas d’églises. La vie est une église, l’univers est notre temple. Être conscient de l’existence et du bien-être du “Petit Peuple”, le nom que nous donnons aux insectes, c’est une forme de prière.

11 Réponses to “Introduction à la philosophie et la pensée amérindienne (Russell Means ~ 1ère Partie)”

  1. Si l’homme « moderne » réfléchissait un minimum,il s’apercevrait que amasser le plus possible ne sert à rien,que l’or ne vaut rien par rapport à la vie;il se rendrait compte de la vanité de la richesse,quand on a le necessaire.Comment a-t-on pu devenir aussi avides de tout et aussi cons?

    • Par la propagande étatico-économique: les sociologues payés par l’oligarchie ont pondu des théories et fait opérer un glissement des valeurs en faisant croire que « bonheur » = « propriété », que la « recherche du bonheur » comme droit fondamental de l’Homme, individuellement et collectivement est en fait une « recherche de la propriété et donc de l’accumulation de biens matériels ». On a leurré le bon peuple à penser que « bonheur » = « richesse ».
      Le quidam moyen n’est pas « con ». Il a été dressé à suivre le mouvement. C’est induit pas naturel, « pavlovien » en quelque sorte. Pourquoi les oligarques contrôlent-ils si bien le système ? parce que leur pouvoir économique grandissant leur a permis de contrôler les sciences, de financer ce qui se dit, se qui se pense, se qui doit être pensé…
      Tout ceci est une illusion, du David Copperfield à l’échelle planétaire, la seule différence est qu’une fois le show de Copperfield terminé, on se dit que c’était une belle illusion (comme faire « disparaître » la statue de la liberté), alors que dans nos vies, peu de gens se rendent compte qu’ils vivent dans l’illusion permanente pourquoi ?… a cause de ce que nous avons expliqué ci-dessus…On a rendu les gens trop occupé à aller faire du shopping, à s’habiller comme le ou la dernièr(e) abruti(e) du showbiz et à acheter (à credit bien sûr…) le dernier écran plasma de chez DuSchnoll…
      Il suffit de dire non, de se débrancher de la fiction et d’encourager les autres à faire de même.

      • OK;remplaçons »cons »par »incapables de penser par eux mèmes ».

        • Une fois de plus… Quiconque normalement constitué est capable de penser par lui-même, nous sommes conditionnés à ne pas (plus) le faire, là est ce qu’il faut bien comprendre. Il faut à notre sens arrêter de faire le jeu de l’oligarchie en cautionnant leur méthodologie et leur dogme du « les gens sont trop idiots pour faire les choses eux-mêmes, ils ont besoin d’une ‘élite’ éclairée pour les guider », ou cautionner les fadaises de la « nature humaine » qui serait « belliqueuse », « veule », « méchante » ou autre terme négatif.
          C’est tout simplement faux.
          😉

  2. JBL1960 Says:

    Bon, ben c’était évident ; à la lecture de cette traduc je suis toute remuée. J’ai toujours dit et pensé que je « n’étais pas d’ici » et je ne savais pas l’expliquer. Maintenant, je sais expliquer pourquoi ne rien posséder ne m’intéresse pas. De même, je n’ai pas peur de la mort aujourd’hui. Mais, surtout, j’ai de moins en moins de mal, à accepter et assumer ma « nature ». Mes parents étaient de petits patrons et ce qu’on appelaient des nouveaux riches dans les années 70/80 ! J’ai été près de suivre le même chemin, mais ma « nature » a repris le dessus, à chaque fois. Pourtant entre le milieu familial et la société de consommation c’est très dur de ne pas suivre le chemin qu’on vous a sillonné profond devant vous. Si je me suis si bien « retrouvée » cette année c’est un peu grâce à vous qui m’avez confrontée à des personnes comme Zinn, Means… Non seulement j’ai changé d’attitude mais je l’assume pleinement et cela me rend sereine pour affronter l’avenir. J’ai encore quelques moments d’angoisse, mais j’arrive à les surmonter et à avancer.
    Merci infiniment R71, continuez car nous avons encore besoin de vous ; A+

  3. A resistance 71:désolé:celui qui est conditionné ,c’est qu’il le veut bien(a quoi pensez vous que sert l’enseignement?);a mon avis,peu de gens ont la force de caractère d’éviter le conditionnement,et c’est là le » tendon d’Achille » de l’espèce humaine.De plus,encore plus désolé,il y a de moins en moins de personnes « normalement constituées » et donc capables de penser par eux mèmes(pollution,vaccins etc…).Lorsque vous parlez de « fadaises de la nature humaine(oligarchie),je vous réponds que la première fadaise ,c’est de se laisser conditionner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.