Nouvel Ordre Mondial: Énième rencontre Poutine Kissinger… Pas de deux pour une danse macabre ?

S’ensuit ici un article assez lapidaire de RT en anglais, qui n’a pas été repris par RT France a notre connaissance et que nous traduisons ici. Cet article “entrefilet”, lancé entre le fromage et le dessert, fait état de la énième rencontre entre Poutine et son ami de longue date Kissinger.

Il suffit de lire l’auto-portrait de Poutine fait en 2000 sous forme de long entretien par trois journalistes russes: “First Person”, publié en anglais aux éditions Public Affairs(*voir notre commentaire sous l’article), pour savoir les circonstances de la première rencontre entre Poutine et Kissinger (p. 80-81): Dans les années 1990, après la chute de l’URSS, sous Boris Eltsine, Poutine était alors adjoint au maire de Léningrad, redevenue St Pétersbourg. Il fut envoyé à l’aéroport accueillir Henry Kissinger (**voir note sous l’article), qui était en mission en Russie pour la Commission Kissinger-Sobchak, dévouée au “développement” de St Pétersbourg. Les deux hommes sont dans la voiture en chemin vers la ville:

“Nous roulâmes vers la résidence. En chemin, il me demanda d’où je venais et ce que je faisais. C’était un vieux monsieur assez inquisiteur. Il a toujours l’air de s’endormir, mais en fait est très alerte à tout ce qui se passe et se dit autour de lui. Nous communicâmes au travers d’un interprète. Il me demanda: ‘avez-vous travaillé ici depuis longtemps ?’ Je lui répondis environ un an. ‘Où travailliez-vous avant cela ?’ demanda Kissinger. “’A la mairie de Léninegrad’ répondis-je ‘et avant cela ?’ ‘j’étais à l’université”. ‘Et avant l’université ?’ Avant cela j’´étais dans l’armée. ‘Ah bon ? Dans quelle arme ?’ me demanda t’il. Et bien me dis-je je vais vous décevoir Mr Kissinger. J’ai travaillé dans le renseignement dis-je. ‘Avez-vous travaillé à l’étranger ?’ me demanda t’il calmement. Oui lui dis-je en Allemagne. ‘Est ou Ouest ?’ Est répondis-je. “Toutes les presonnes décentes on commencé dans le renseignement ; moi aussi’ me dit Kissinger…”

Depuis, Poutine et Kissinger se voient régulièreemnt et entretiennent des relations jugées amicales. On peut légitimement se poser les questions: Quelle est la nature des entretiens privés poutine/Kissinger? Poutine prend-il sa feuille de route de Kissinger/Rockefeller ? Poutine a t’il été mis en place par l’oligarchie anglo-américaine ? Ou Kissinger, homme de main de Rockefeller, a t’il gardé contact pour pouvoir peut-être influer un jour, fidèle à sa pensée du “Nous n’avons d’amis ou d’ennemis permanents, nous n’avons que des intérêts permanents ?” Par extrapolation: connaissant le pédigré de Kissinger, qu’attend Poutine d’une telle relation ?…

Nous n’avons pas de réponses à ces questions. Mais elles doivent être posées ? Plus de commentaires sous l’article de RT…

~ Résistance 71 ~

 

Poutine rencontre son “vieil ami” Kissinger qui visitait la Russie

 

RT

 

3 Février 2016

 

url de l’article original:

https://www.rt.com/news/331194-putin-meets-friend-kissinger/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré l’ancien secrétaire d’état américain Henry Kissinger sans sa résidence en dehors de Moscou. Le Kremlin a dit que les deux hommes ont une “relation amicale de longue durée” et qu’ils ont utilisé cette opportunité pour parler.”

La réunion est la continuation d’un “dialogue amical entre le président Poutine et Henry Kissinger, qui sont liés par une longue amité”, a dit le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov.

“Ils communiquent tout le temps, utilisent toute opportunité pour discuter”, a t’il ajouté. Poutine “aprrécie” cette opportunité de discuter des problèmes internationaux aussi bien que d’échanger des opinions sur les perspectives mondiales, a dit Peskov.

Poutine et Kissinger ont eu plus de 10 tête-à-tête ces années écoulées d’après des rapports des médias. Quand Kissinger a visité la Russie en 2013, Poutine a dit que Moscou fait toujours attention à ses opinions et a appelé l’ancien secrétaire d’état “un homme politique de haute volée mondiale”.

Kissinger est un ancien conseiller à la sécurité national (NSA) et patron de la politique étrangère US, il fut un pionnier de la politique de la détente en 1969 menant les relations américano-soviétiques à un relâchement général. Pour sa participation à la négociation d’un cesser le feu au vietnam dans un effort infructueux de mettre fin à la guerre du Vietnam (1955-1975), il reçut le prix Nobel de la paix en 1973.

Dans un interview en décembre dernier au quotidien allemand Handelsblatt, Kissinger a dit qu’il croit que l’occident devrait comprendre qu’il ne pourrait pas y avoir de résolution et d’unité dans la crise syrienne sans la participation de la Russie. Il a aussi dit qu’on ne peut pas battre l’EI/Daesh et ses militants au Moyen-Orient par des moyens diplomatiques.

= = =

Notes:

(*) “First Person, an astonishing frank self-portrait by Russia’s president Vladimir Putin”, fut publié en anglais chez Public Affairs en 2000. Trois journalistes réalisèrent l’entretien avec Poutine, originellement en russe: Nataliya Gervorkian, Natalya Timakova et Andreï Kolesnikov.

Quand on recherche un peu, on trouve que la maison d’éditions “Public Affairs” fut créée en 1997 par un ancien chef de bureau du Washington Post pour l’Indochine et correspondant à Moscou: Peter Osnos. Ancien de la maison Ramdom House Times Book, qui travailla de près avec trois présidents des Etats-Unis: Carter, Clinton et Obama ainsi qu’avec Robert McNamara (ministre de la défense sous Kennedy et Johnson, responsable de l’escalade militaire au Vietnam à partir de 1962) et Boris Eltsine, celui qui fut commandité pour le démantèlement de la Russie et qui demanda à Poutine de “sauver la Russie”, qu’il avait contribué à annihiler..

Peter Osnos est un collaborateur de la revue “Foreign Affairs” du CFR (Rockefeller) et a siégé au comité directeur de Human Rights Watch, l’ONG de la Fondation George Soros (protégé et agent des Rockefeller), responsable de bien des “révolutions colorées” organisées depuis Washington.

Public Affairs est sous la houlette de la Century Foundation, de la famille banquière Oppenheimer (connexion Rothschild).

Voilà donc présentée un peu plus précisément la maison d’édition de la biographie de Poutine en anglais. Intéressant pour le moins…

(**) “Henry” Kissinger, de son vrai nom Heinz Alfred Kissinger, né en Allemagne en 1923 (93 ans).

Émigre aux Etats-Unis avec sa famille en 1938, appelé sous les drapeaux et obtient la citoyeneté américaine ce faisant en 1943. Il est affecté au 970ème détachement du contre-espionnage militaire (d’où sa réflexion dans son premier entretien avec Poutine…).

Après la guerre, entre à Harvard. Obtient une bourse de la fondation Rockefeller pour son Masters et son Ph.D (doctorat) qu’il obtient en 1954. Il est le président du Harvard International Seminar, entité directement affilié à la CIA.

Rockefeller le protège et le fait envoyer au CFR.

Kissinger est un agent des Rockefeller. Il épouse Nancy Maginnes qui travaille pour la Rockefeller Foundation.

Suit une carrière de conseiller politique et devient le Conseiller National à la Sécurité de Nixon. Il est l’instigateur en 1973 du coup d’état au Chili qui élimine le président socialiste élu Salvadore Allende et installe une junte militaire dirigée par le fasciste tortionnaire Augusto Pinochet, qui déchaîne une répression sanglante et instaure le “libéralisme économique”, sous le contrôle des “Chicago Boys” de Milton Friedman. Entre 1969 et 1973 avec Nixon, pilote les guerres secrètes américaines au Cambodge et au Laos durant la guerre du Vietnam. Il instaure les bombardements massifs par tapis de bombes et pour les bombardements de la piste Ho Chi Minh passant par le Cambodge et les bombardements du Laos il déclara: “Balancez-moi tout ce qui vole sur tout ce qui bouge !” Le résultat sera la campagne de bombardement la plus intensive de l’histoire de l’humanité, qui vit les B-52 américains en provenance des bases aériennes US de Thaïlande (U-Tapao, Don Muang, Korat, Udon Thani, Nakhon Phanom) déverser 2,7 millions de tonnes de bombes sur le seul Cambodge en 4 ans, plus que sur tout le Japon réunit pendant la guerre Hiroshima et Nagasaki inclus !… 500 000 civils y trouvèrent la mort.

Kissinger donna aussi le feu vert pour l’utilisation du tristement célèbre défoliant “Agent Orange” (produit par Monsanto et Dow Chemicals) bourré de dioxine et qui fut et est toujours responsable de la mort et de la déformité de milliers de personnes en Asie du Sud-Est. Les derniers stocks de cette saloperie polluent aujourd’hui quelques plages et criques de l’archipel d’Okinawa au sud du Japon où ils ont été (mal) enterrés et fuitent dans l’environnement…

Sous le régime du président Gerald Ford en 1975 (après la démission de Nixon suite au Watergate, qui fut piloté par Kissinger et le général Alexander Haig), Kissinger donne le feu vert pour la répression sanglante et la colonisation du Timor Oriental par le régime indonésien de Suharto.

Depuis son “retrait” de la politique, Kissinger est toujours actif au travers de son entreprise de consultation Kissinger Associates et appuie directement ou indirectement tous les projets foireux pour établir le Nouvel Ordre Mondial.

Avec un ami comme çà… qui a besoin d’ennemis ?…

Poutine/Kissinger… Kissinger/Poutine… Deux pas en avant, deux pas en arrière… Qui fait danser qui ? Nous savons à quoi joue Kissinger depuis plus de 50 ans… Il est aujourd’hui, le plus vieux criminel de guerre toujours vivant et en activité !

Savons-nous à quoi joue Poutine ?…

 

~ Résistance 71 ~

18 Réponses to “Nouvel Ordre Mondial: Énième rencontre Poutine Kissinger… Pas de deux pour une danse macabre ?”

  1. Intéressant. Il faudrait dire aussi que Rockefeller est affilié à sa cousine anglaise Rothschild… un beau syndicat du crime.

  2. Un passant Says:

    Mais l’autre jour, « vous » (R71) m’avez répondu que sur le plan étatiste (qui n’est pas votre vision) Poutine était le « top dog » actuellement.
    (En fin de commentaires de cet article: https://resistance71.wordpress.com/2016/01/14/guerre-imperialiste-des-navires-et-10-marins-yankees-interpeles-dans-les-eaux-territoriales-iraniennes-puis-relaches-apres-des-excuses-de-washington/ )

    • oui, et on le redit… rien de contradictoire là dedans, dans une vision étatiste et hégémonique, Kissinger est aussi un top, c’est une ordure certes et Rockefeller dirait « mais c’est notre ordure »… La question est de savoir où se situe Poutine ? L’État n’engendre pas que des ordures mais ils y contribue grandement..😉

      • Un passant Says:

        Merci. Pourquoi est-ce si difficile de savoir où se situe Poutine, même pour des blogueurs bien informés comme vous?😉

        • Parce qu’à un moment donné, on ne peut pas savoir, ce n’est plus que de la spéculation, seules les actions des gens révèlent, à terme, leur idéologie. Dans le cas des oligarques, pour reprendre la métaphore d’une partie d’échec, ils jouent avec les blancs (bien sûr ces racistes…😉 ) et ont donc un coup d’avance, que nous les peuples (noir), passons nos vies à essayer de rattraper. Nous ne spéculons pas, nous disons ce que nous savons. C’est pour cela que nous n’affirmons rien sur Poutine, on pose des questions qui doivent être posées. A ce stade, il y a deux possibilités: Poutine peut-être un pion poussé par l’oligarchie anglo-yankee depuis le début de sa carrière, ou il est peut-être un des derniers hommes politiques sinon intègres, disons du moins bien moins pourris que les autres, qui manipule à sa façon les cartes qu’il a dans les mains. Il aurait rencontré Kissinger, Kissinger aurait senti le coup avec Poutine et Poutine jouerait un certain jeu tout en demeurant indépendant… possible également.
          Le seul moyen de savoir serait d’avoir les minutes (CR) de leurs rencontres privées… et savoir ce qu’il se dit vraiment. Beaucoup de gens aimeraient les avoir.

          Ceci ne peut pas ne pas nous rappeler le chef-d’œuvre d’Hal Ashby, « Being There » (1979) avec le phénoménal Peter Sellers en « Mr Chance Gardner »… C’est çà la politique des « gourous ».😀

        • Un passant Says:

          Pas évident! Et en +, ça n’est pas un aquarium tranquille avec qqs poissons inoffensifs en pères peinards, là, qu’il y a lieu d’observer!
          Bon, là-dessus, vais peut-être re-regarder Being There…
          mais d’abord, vais peut-être sortir mon poisson rouge… si, si, au pays du surréalisme tout est possible😉

        • Being There, à voir en VO avec sous-titrage. Peter Sellers c’est un tout: voix, jeu d’acteur, physionomie. Un grand parmi les grands !…

        • Un passant Says:

          vo avec sous-titrages, ah mais ça d’office, toujours, always, SIEMPRE!

        • excellent ! on reconnaît les cinéphiles…😉

      • Un passant Says:

        Et il me semblait avoir compris que Poutine était le top-dog par opposition aux americano-occidentaux-etc

        • oui, dans la sphère politico-étatique en usage, la combinaison actuelle Poutine-Lavrov est remarquable, mais ces deux personnes font aussi avancer un agenda, sans aucun doute moins belliqueux que celui de l’empire, mais néanmoins agenda qui ne remet pas en cause le statu quo politico-économique.

          Nous avons dit de longue date et le répétons, à l’époque deux des acteurs politiques étaient encore actifs, les seuls hommes politiques d’état ayant une réelle carrure internationale sont: Vladimir Poutine, Hugo Chavez, Mahmoud Ahmadinejad et Hassan Nasrallah… tout le reste ne vaut pas un pet de lapin.
          Depuis, Chavez est mort, on voit où en est le Vénézuéla, car seul Chavez pouvait faire du Chavez avec grand succès et Ahmadinejad est en retraite. Reste Poutine et Nasrallah…
          Une fois encore, nous analysons ce qui se présente, ce qui est, nous ne sommes pas du tout d’accord avec ce schéma politique qui doit changer pour le bien de l’humanité. Nous ne le cautionnons absolument pas, nous ne faisons qu’en faire une lecture. On regarde ce qui est et on en tire des analyses.
          c’est un peu comme regarder des poissons dans un aquarium. On observe et on note, c’est tout, puis on argumente bien sûr pour un changement de paradigme.
          Poutine est-il un « bon » ou un « méchant » ? On ne sait pas (encore)… Il a un « méchant de dimension hollywoodienne » dans son entourage en la personne de Kissinger, çà on le sait, mais on n’en sait pas plus.
          On pourrait spéculer et dire: « Poutine est ami de Kissinger donc c’est une ordure comme les autres »… Non, car on ne sait pas… Kissinger lui a prouvé quelle ordure il était, il espère peut-être à 93 piges faire de Poutine son fils spirituel… Transfert affectif sur le retour ? Vas-savoir…😉

        • Doctorix Says:

          Poutine est un joueur d’echecs.
          Il est astucieux d’avoir sous la main une des plus grandes ordures de tous les temps, mais aussi une des mieux informées du calendrier mondial, afin de profiter de sa sénilité inéluctable pour lui tirer les vers du nez le moment venu.
          C’est ce que j’espère, parce que, voyez-vous, j’aime Poutine presque comme j’aimais Chavez.

  3. Oui, mais ça n’empêche qu’on doit se poser des questions, toujours. Je vais vous coller les billets déjà rédigé, qui avance cette supposition que Poutine aurait été approché pour prendre la direction de leur gouvernance mondiale à ces psychopathes aux manettes, dont Kissinger est un fer de lance, non ? Ça fait mal, quand même, de voir le degré d’implication et d’imbrication de tous ces marioles… Merci pour ce billet, que je vais rebloguer.

  4. Voilà c’est reblogué ici ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/05/a-propos-dhenry/ Je mets ma propre analyse en toute fin et les liens vers mes billets sur le sujet. Pour faire avancer le Schmilblick, enfin, j’espère ?

  5. Tiens tiens, Poutine précise :

    « Nous communicâmes au travers d’un interprète »

    alors que les deux parlent couramment allemand……….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s