Changement de paradigme politique: Le système est au-delà de toute rédemption (Howard Zinn)

Peut-on fixer le système ?

 

Howard Zinn

 

Boulder, Colorado, 2002

 

~ Extraits d’un entretien traduit par Résistance 71 ~

 

Note du traducteur: Ces extraits font partie d’un entretien que l’historien Howard Zinn a eu sur la radio KGNU (Boulder et Denver) en Août 2002. Il y répondait à des questions d’un journaliste indépendant. Nous en avons traduit la teneur la plus importante à nos yeux.

Q: La crise actuelle du capitalisme est-elle systémique ? (Notons ici que cet entretien a eu lieu 6 ans avant le début de la crise actuelle et le mot “crise” y est déjà prononcé…)

HZ: C’est systémique dans le sens où ce n’est pas juste une abération qui va disparaître si et quand quelques escrocs entrepreneuriaux se retrouveront en prison… La maladie fondamentale du système demeurera et ce même si la bourse remonte et si les pires excès du système corporatiste ont été légèrement corrigés, les problèmes fondamentaux demeureront. Ceci est essentiellement dû à la très mauvaise distribution de la richesse, où 1% de la population possède plus de 40% de la richesse de cette nation, où il y a d’énormes salaires au sommet et des gens dans la misère en bas, des gens sans abris, beaucoup d’américains vivant dans des logements de plus en plus insalubres, incapables de payer les loyers.

C’est systémique, parce qu’il y a une énorme erreur dans le système. Je pense que ce qui est fondamental au système capitaliste est un problème systémique, en l’occurence que le profit, les bénéfices sont la force dominante qui décide de ce qui doit être fait dans la société. C’est la base. Cet aspect de dégager des bénéfices veut dire que des habitations à loyer modéré ne seront pas construites pare qu’il n’y a pas d’argent à faire là-dessus. Les salaires des enseignants ne seront pas doubblés comme ce devrait être le cas. Les rivières, les lacs et les océans ne seront pas nettoyés parce qu’il n’y a aucun bénéfice pécunier à en tirer […]

L’incentif du profit, que les gens qui veulent glorifier notre système qualifient de chose merveilleuse, va peut-être mener à une production énorme de façon à ce que le PIB augmente et augmente, mais si vous regardez bien ce qui constitue ce PIB, c’est très… dégeulasse (NdT: Ici Zinn joue avec les mots disant que c’est “gross”, dégueulasse, tandis que PIB en anglais se dit Gross Domestic Product ou GDP, “gross” voulant dire là “brut”…). Il consiste en choses qui ne résolvent pas vraiment les besoins quotidiens des citoyens ordinaires. Il consiste essentiellement en machines de guerre et en produits de luxe pour les riches.

[…]

De plus en plus de pays souffrent non seulement de nos multinationales et de leurs actions, mais aussi des interventions du FMI et de la Banque Mondiale. Ce n’est donc pas systémique aux Etats-Unis, mais au monde en général, dû au fait que les Etats-Unis le dominent.

Note du traducteur: Suit une question demandant à HZ de réagir sur une citation d’Antonio Gramsci: “Le vieux (monde) se meurt et le nouveau ne peut pas naître. Dans cet intervalle, une grande variété de symptômes morbides apparaissent.

HZ: […] Le vieux système commence à révéler ce qui ne va pas de manière qui va provoquer l’émergence du nouveau, car de plus en plus de gens se révoltent contre le vieux système. Les gens qui apparemment non aucun pouvoir en ont en fait un énorme. […] Bien qu’un nouveau mode de vie, de société, n’a pas encore émergé, il y a des gens partout dans le monde qui commencent à compendre que quelque chose est fondamentalement mauvais et que quelque chose doit vraiment être fait. Vous pourriez dire qu’ils sont les graines de la rébellion contre le vieux système et les premiers signes de l’émergence de quelque chose de nouveau.

La question suivante se rapporte à la description du colonialisme faite par Joseph Conrad dans son livre “Au cœur des ténèbres” publié en 1902 et de la brutalité des atrocités de la Belgique au Congo. Howard Zinn commente…

HZ: […] Ceci est quelque chose qui s’est produit en Afrique et dans d’autres parties du monde au XIXème siècle et précédemment et se produit toujours au XXème et en ce moment. Regardez la politique américaine en Amérique Latine. Que pourrait-être plus violent et moche que ce que les Etats-Unis ont fait en Amérique Latine depuis plus de cent ans ?

[…]

En fait, le gouvernement des Etats-Unis n’a fait qu’intervenir au service des intérêts des compagnies pétrolières, de l’industrie du sucre, des banques et des chemins de fer…

Lorsque les Etats-Unis ont mis Pinochet au pouvoir en 1973 au Chili, ceci s’est produit en résultat direct de l’influence d’ITT et des cuivres Anaconda dans le renversement du gouverement démocratiquement élu de Salador Allende. Au Guatémala, le gouvernement du président Jacobo Arbenz, le chef d’un autre gouvernemnt démocratiquement élu, qui fut renversé en relation directe de la relation entre l’United Fruit Company (NdT: dont un des deux frères Dulles était un administrateur, l’autre étant… patron de la CIA…) et le gouvernement Eisenhower. Ce que décrit Joseph Conrad a toujours cours aujourd’hui.

[…]

Pouvons-nous indiquer les choses merveilleuses qui se sont produites dans les pays sous contrôle et influence américains ? Pouvons-nous indiquer le bonheur se produisant en Indonésie lorsque les Etats-Unis ont soutenu le régime de Suharto dans sa guerre contre le Timor oriental et les communistes, campagne qui fit des centaines de milliers de morts ? L’impérialisme est toujours aussi moche et aussi brutal qu’il l’a toujours été ; mais il semble important pour ses défenseurs intellectuels de venir s’épancher dans les pages du New York Times magazine et ailleurs pour essayer de donner bonne mine à ce que sont toujours “les guerres sauvages de la paix” de Kipling.

Note: Une autre question mentionne l’ancien général de l’USMC Smedley Butler expliquant le comment et le pourquoi l’armée américiane agit comme le racketteur au profit des transnationales qui dirige le gouvernement américain.

HZ: Smedley Butler est un des grands lanceurs d’alerte de l’histoire de cette nation. Une de ces personnes qui sortent de l’establishment dont elles font partie et exposenr au grand jour ce qui est fait. Elles le font avec grande autorité parce qu’elles ont participé à ce qu’elles dénoncent.

[…]

L’histoire de l’expansionnisme américain est si longue et odieuse que si vous la connaissiez, vous ne pourriez pas parler de bons motifs. Seulement un manque de connaissance de l’histoire permet aux gens de croire que la puissance américaine va être utilisée pour de bonnes choses. L’histoire remonte à l’extermination des peuples et nations indiens, puis de la guerre avec le Mexique et jusqu’à aujourd’hui avec le soutien aux forces armées de Colombie et la soi-disante guerre contre le terrorisme.

[…]

Parlant d’armes de destruction massive et de Saddam Hussein, les Etats-Unis disent qu’il a utilisé ces armes. C’est vrai. Hussein a gazé les Kurdes en 1988, mais les Etats-Unis ne l’ont pas désapprouvé à cette époque. Les Etats-Unis ont utilisé leurs armes de destruction massive de bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki à la guerre du Golfe en passant par le Vietnam, ce qui a provoqué des pertes en vies humaines bien plus importantes que n’importe quel autre pays au monde. Il est très hypocrite de la part des Américains de parler des armes de destruction massive.

[…]

En fait, personne ne devrait être surpris. Les citoyens n’ont jamais eu l’opportunité d’exprimer leur désaccord lorsque le pays est envoyé à la guerre. Une des raisons en est que les médias ont toujours été alignés avec la politique du gouvernement pour préparer et aller à la guerre. Nous n’avons jamais eu de système véritablement ouvert et transparent. C’est en fait tout le contraire, le système est fermé de manière plus hermétique au fil des ans.

[…]

Ainsi les autres pays ne se voient pas bénéficier de la domination américaine du pétrole au Moyen-Orient.

= = =

Source:

“Original Zinn, conversations on History and Politics”, David Barsamian, Harper Perennial, 2006, chapitre 1.

Publicités

Une Réponse to “Changement de paradigme politique: Le système est au-delà de toute rédemption (Howard Zinn)”

  1. […] Extraits d’un entretien d’Howard Zinn au Boulder Colorado, traduction Résistance71 pour un changement de paradigme politique, parce que le Système est au-delà de toute rédemption ► Note du traducteur : Ces extraits font partie d’un entretien que l’historien Howard Zinn a eu sur la radio KGNU (Boulder et Denver) en Août 2002. Il y répondait à des questions d’un journaliste indépendant. Nous en avons traduit la teneur la plus importante à nos yeux.  ► https://resistance71.wordpress.com/2014/11/28/changement-de-paradigme-politique-le-systeme-est-au-de… […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.