COP21: Mort d’une ordure (suite)

Mort de Maurice Strong, l’escroc du réchauffement climatique anthropique

 

John Izzard

 

2 décembre 2015

 

url de l’article original:

http://quadrant.org.au/opinion/doomed-planet/2010/01/discovering-maurice-strong/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Voir: COP21… Mort d’une ordure

 

L’ordure avérée, voleur et corruptocrate invétéré qui a lancé et façonné l’effort de l’ONU pour se débarrasser du CO2 mondial est mort. Quelques uns de ses héritiers sont en train de voler le monde une fois de plus à Paris en ce moment même au cours de la conférence de la COP21. Bon débarras !

Le chemin pavé jaune vers le changement climatique

Le mois de janvier a certainement été très décisif dans la quête pour la vérité au sujet du changement climatique (anthropique) et les gardiens de cette “vérité” ne sont pas très brillants en ce moment même. De fait, durant le mois de janvier quelques unes des prophécies apocalyptiques ont échoué et leurs prophètes eux-mêmes ont semblé s’être murés dans le silence. Kevin Rudd, Penny Wong, Tim Flannery, qui n’ont jamais leur langue dans leur poche, semble avoir… leur langue dans leur poche !

Tout comme Dorothée, Lion, Tinman et l’épouvantail dans “Le Magicien d’Oz”, nous avons tous dansé sur le chemin de briques jaunes de la “science établie” à la recherche des réponses de la cité d’émeraude, seulement pour trouver ce que nous suspections depuis bien longtemps. Le magicien nous a raconté des sacs.

Mais qui exactement est le magicien ? et où et quand a commencé cette folie apparente ?

Sans aucun doute y a t’il bien des “magiciens”, mais l’homme de derrière le rideau vert, l’homme qui a géré la direction de l’industrie du climat où elle est aujourd’hui, est un homme bien maniéré répondant au nom de Maurice Strong. Tout le business tournant autour de cette affaire de changement climatique anthropique, car c’est un business, a commencé avec Mr Strong.

Maurice Strong, socialiste auto-confessé, fut l’homme qui amena l’ONU dans le business de l’environnement, étant l’homme de l’ombre (NdT: représentant et protégé des Rockefeller…) derrière les secrétaires généraux de l’ONU U Thant et Kofi Annan.

Son règne d’influence dans les affaires mondiales (NdT: en homme de main des Rockefeller) a duré de 1962 à 2005. Strong a été appelé “l’homme mystère international”, “le nouveau mec dans votre futur” et aussi “un idéologue très dangereux”.

Strong a d’abord fait fortune dans les affaires du pétrole et de l’énergie comme avec Petro Canada (NdT: dont il fut un des fondateurs pour les Rockefeller et le premier PDG), Power Corporation, Caltex Africa, Hydro Canada, The Colorado Land and Cattle Company, Ajax Petroleum, Canadian Industrial Oil and Gas, pour nommer quelques unes des entreprises avec lesquelles il a travaillé au plus haut niveau. Ses intérêts privés senblaient toujours être en conflit avec son personnage public et son travail sur la scène mondiale. Ses contacts extensifs au sein des puissants de ce monde était exceptionnel. Un de ses admirateurs l’avait qualifié de “Michel-Ange du réseau d’influence”.

Maurice Strong se décrivait lui-même comme “un socialiste par idéologie et un capitaliste par méthodologie”. (NdT: bref une belle salope…)

Il organisa le premier Sommet de la Terre pour le SG de l’ONU U Thant en 1972, la Conférence de Stockholm sur l’environnement Humain. Ceci mena directement à la formation du Programme Environnemental des nations-Unies: l’UNEP avec Maurice Strong à sa tête. Plus tard, en tant que grand patron de l’UNEP, il organisa le tout premier groupe d’expert sur le changement climatique.

Ceci mena à des organisations exotiques sponsorisées par l’ONU comme par exemple les Earth Council and Earth Charter, The World Resources Institute, the World Wildlife Fund (WWF) et plus tard, The Commission for World Governance et l’University for Peace de l’ONU. Strong fut la force motrice derrière l’idée d’une gouvernance mondiale dirigée par l’ONU lorsqu’il rêva d’un impôt mondial sur les transactions monnétaires de 0,5% qui seraient donnés à l’ONU comme revenu annuel de l’ordre de 1500 milliards de dollars. Ce qui était à l’époque équivalent aux revenus des Etats-Unis.

L’obstacle était le Conseil de Sécurité de l’ONU et le pouvoir de veto. Il élabora un plan pour se débarrasser du CS, mais échoua dans sa réalisation. Puis vint l’idée que le réchauffement climatique (anthropique) pourrait bien devenir l’outil pour faire monter sa proposition de gouvernance mondiale et de mettre le mouvement en marche.

En 1989, Maurice Strong fut nommé SG du Sommet de la Terre et en 1992, s’adressant au Sommet de la Terre II à Rio, il dit alors à quelques milliers de délégués des nations pour le climat:

Il est très clair que les modes de vie actuels et les schémas de consommation de la classe moyenne affluente, impliquant une grande consommation de viande, grande consommation de produits surgelés, l’utilisation à l’avenant des sources de carburant fossiles, des appareils d’électro-mémager, des maisons, des lieux de travail avec les climatiseurs ainsi que les habitations dans les bamlieues des villes, ne peuvent pas être maintenus.

Par la fenêtre donc, le roastbeef du dimanche, la maison d’habitation, la voiture, le hamburger et de manière générale, la vie sur terre comme nous la connaissons. Mais ce que Strong n’a pas dit aux délégués c’est qu’il était directement impliqué dans le rachat de l’entreprise Colorado Land and Cattle Company (NdT: Grosse entreprise d’élevage de consommation située en territoire Navajo…), qu’il racheta au trafiquant d’armes et milliardaires international Adnan Khashoggi, homme qui avait de très forts liens avec la famille saoudienne des bin Laden.

Cette propriété d’élevage de 80 000 Ha, appelée Baca avait deux secrets bien gardés. Le premier était qu’elle se situait au-dessus d’un gigantesque système aquifère sous-terrain, que Strong voulait enlever. Il établît alors l’ American Water Development Corporation pour exploiter l’eau en la pompant pour des buts commerciaux, mais il fut stoppé dans son élan par les locaux (Indiens Navajo) qui craignaient pour la destruction de leur environnement fragile.

Le second secret était que Maurice Strong reçut cette prédiction par un mystique que:

La Baca deviendrait le centre d’un nouvel ordre planétaire qui émergerait d’un effondrement économique et de catastrophes naturelles qui balaieraient la Terre dans les années à venir.

En résultat de ces révélations, Strong créa la Manitou Foundation, une institution New Age localisée sur le ranch de Baca, au-dessus des eaux sacrées pour lesquelles Strong s’est vu refuser le pompage par les natifs. Cette fadaise continua avec la Foundation of the Conservation Fund (avec l’aide financière de Laurance Rockefeller) pour étudier les propriétés mystiques de Manitou Mountain. Au ranch Baca, il y a un temple circulaire dévoué aux mouvements mystico-religieux du monde.

La vallée où est établi le ranch Baca est aussi située en territoires traditionnels de groupes variés de la nation Navajo. Ils croient que leurs ancêtres furent menés sous-terre par le “peuple fourmi” et d’après la tradition navajo ils y furent avertis d’un grand cataclysme à venir déclenché par les “katchinas du ciel” (les esprits célestes). Rien de surprenant à ce que Strong voulut acheter Baca.

Dans le même temps, Maurice était aussi très occupé à fonder le Earth Council Institute en 1992 et à y recruter des sommités mondiales comme Mikhaïl Gorbatchev, Shimon Perès, Al Gore et David Rockefeller. En 2000, la charte de la Terre fut établie comme une poussée supplémentaire de Strong à créer un corps de gouvernance mondiale.

Malheureusement (pour la cabale), en 2005 l’homme le plus puissant dans cette poussée pour sauver l’humanité, par la promotion constante de la théorie de la production humaine des gaz à effet de serre, fut pris la main dans le sac.

Des enquêtes menées au sein du programme “Pétrole contre Nourriture” de l’ONU avec l’Irak, trouvèrent que Strong avait encaissé un chèque de 988 885 US$ libellé à son nom, émis par une banque jordanienne. L’homme qui lui remit le chèque, l’homme d’affaire sud-coréen Tongsun Park, fut condamné en 2006 par un tribunal fédéral américain de conspiration de corruption de fonctionnaires de l’ONU. Strong démissionna et s’enfuit au Canada, puis de là, en Chine où il a vécu depuis.

Strong a reçu sanctuaire et impunité en Chine à cause de sa cousine, Anna Louise Strong, une marxiste qui a vécu avec Mao Tsé Tung pendant deux ans, dont les funérailles en 1970 furent arrangées par le premier d’alors Chou En Laï. Anne Louise Strong était membre du Komintern de la IIIème Internationale fondée en 1919, et dont l’un des buts était d’’utiliser “tous les moyens à disposition, incluant la force armée, pour le reversement de la bourgeoisie internationale…”

A 18 ans, Maurice Strong, né dans la province canadienne du Manitoba, commença à travailler en 1947 pour les Nations-Unies en tant que jeune officier dans la section de la sécurité de l’ONU, vivant alors avec le trésorier de l’ONU Noah Monod (NdT: qui le présenta à David Rockefeller). Suite à son exposition pour pot-de-vin et corruption dans le scandale “Pétrole pour Nourriture” de l’ONU, Maurice Strong fut déchu d’un bon nombre de ses 53 récompenses internationales qu’il avait collecté au cours de sa vie travaillant dans son double rôle d’écologiste et d’homme d’affaire sans scrupules.

La mise au grand jour et la chute du plus grand magicien de l’escroquerie du changement climatique anthropique ? Dorothée et Toto auraient adoré !…

 

= = =

 

-[]- Maurice Strong fut recruté par David Rockefeller à l’àge de 18 ans et formé pas à pas pour le rôle qu’il joue aujourd’hui. Bien que n’ayant aucune formation unversitaire, il devint millionnaire à un peu plus de 20 ans et possédait beaucoup de pouvoir et d’influence.

Déjà en 1972, au moment de cet entretien, il y a des discussions au sujet de scenarios apocalyptiques si les gens n’abandonnent pas leurs droits et ne changent pas dramatiquement leur façon de vivre. L’entretien mentionne également la notion de croissance zéro, qui fut mise en avant par le Club de Rome à la fin des années 1960 et début des années 70, qui appelait pour le contrôle de la population et de la croissance économique et qui fut le précurseur de ce qui se passe aujourd’hui avec l’économie américaine avec son infrastructure se retrouvant éviscérée et envoyée à l’étranger (délocalisation… essentiellement en Chine par la suite).

Dans cet entretien, Strong discute de sa proposition pour les femmes d’obtenir une licence pour pouvoir avoir des enfants, ce qui a été au centre des débats de l’élite depuis bien des décennies (malthusianisme). Dans les années 1970, David Rockefeller félicita le dictateur marxiste Mao Zedong dans un article publié dans le New York Times, pour sa politique d’enfant unique par famille, qui sera le modèle à suivre dans le futur pour les nations occidentales, ce qui valut alors à la Chine le statut “de nation préférée” de l’ONU.

 

= = =

A lire (en anglais) la biographie non-officielle de Maurice Strong, chantre, idéologue et groupie du Nouvel Ordre Mondial.

 

http://www.larouchepub.com/other/1999/2605maurice_strong.html

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s