Vœux (r)évolutionnaires 2020

 

 

Résistance 71

 

1er janvier 2020

 

2019 a vu le mouvement des Gilets Jaunes, né le 17 novembre 2018, s’amplifier puis se métamorphoser en mouvement de résistance autonome au fur et à mesure de la prise de conscience collective des participants et sympathisants.

Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que le mouvement des Gilets jaunes, unique dans sa longévité, est un mouvement issu de la “tripe communarde” dormant en chacun d’entre nous, un mouvement de révolte et de conscience populaire certes encore confus, mais émanant du tréfond d’un peuple forgé à l’enclume de la lutte sociale depuis des siècles. Il a échappé à toutes les tentatives de récupération, d’enfermement dans la nasse réformiste et résiste après plus d’un an à une répression sans précédent de la part des gardes-chiourme du système que sont les forces de “l’ordre républicain”, véritables milices et bras armé du système de pouvoir coercitif et banquier, utilisant sans cesse une force démesurée pour casser le moral de la « canaille ». Une fois de plus, que devons-nous vraiment attendre d’un pouvoir coercitif du maintien de la division inhérente à ce système étatico-capitaliste ? De la compréhension ? De la compassion agrémentée de fleurs ?… Ou plutôt de la schlague et du cachot ? L’histoire est sans équivoque à ce propos et elle se perpétue sans défaut.

Historiquement parlant, la faiblesse avérée et visible du système essoufflé, nous ouvre une fenêtre sans précédent pour le mettre à bas. Le tout sera de saisir cette opportunité dans les mois qui viennent, pour mener à bien des missions plus larges que les manif’ et mouvements de rues ayant émaillés l’année 2019, utiles mais aujourd’hui devant être dépassés. Le mouvement de grève actuel doit plus se généraliser, devenir également sauvage, échapper impérativement aux contrôles des centrales syndicales foies jaunes qui bouffent au râtelier de l’État et du Capital depuis leur abandon tacite de la lutte révolutionnaire post 1945, pour suivre la voie du réformisme en échange de miettes pour la base et de privilèges pour leur hiérarchie corrompue…

La grève pour être efficace doit être générale et illimitée certes, mais aussi expropriatrice, c’est à dire que les travailleurs doivent prendre le contrôle de la machine de production et la mettre au service de toutes et tous dans un vaste format d’associations libres de producteurs et de consommateurs selon la formule d’”à chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins”, remettant directement en cause hiérarchie, institutions, marchandise, argent et salariat et fonctionnant de manière décentralisée, les décisions étant prises par les producteurs et les consommateurs, de manière concertée et hors rapport marchand. Là réside l’essence de la vie sociale universelle indivisée !

Notre problème n’est pas Macron et son gouvernement, qui ne sont que les dernières marionnettes en date du système étatico-capitaliste de contrôle pour la France, ne faisant que parachever un boulot de destruction entreprit il y a déjà des décennies, entreprit de fait dès la naissance de la capacité spéculatrice de l’échange, qui à terme phagocyte tout. Notre problème est l’ensemble de ce système, celui de la division maintenue en place par un pouvoir qui ne saurait être que coercitif (représenté par l’État et sa machine coercitive) et ayant favorisé à terme, la domination de la division spéculativement enrichie par  une marchandise phagocytant pas à pas sa contre-partie politique.

Il devient de plus en plus évident pour toujours plus de monde qu’il est impossible de trouver une solution quelconque dans ce système qui est intrinsèquement corrompu de par les fondements même de sa mise en place.

Nous devons en sortir. Nous devons reprendre le contrôle de nos vies. Nous devons retrouver la joie de vivre et non plus la grotesque satisfaction de juste survivre. Nous devons lâcher prise de notre peur de l’inconnu, de notre propension à accepter ce qui nous est imposé par une soi-disante “élite” nous imposant ce qu’elle pense être bien pour nous et l’ensemble de la société ; comme cette division sans cesse accrue de la société qui ne fait que nous monter les uns contre les autres au gré de quelque sujet pathétique que ce soit, pendant que la fine équipe habituelle continue à sa barrer avec la caisse et à nous opprimer, nous exploiter sans plus aucune retenue ni artifice. Il faut que nous lâchions prise de l’illusion de notre sécurité et de notre “liberté” et que nous entrions dans une ère de solidarité, d’union partant des quartiers et des lieux de travail et rayonnant sur l’extérieur pour que fleurissent les associations libres, ferment solide des communes émancipées qui seront l’ossature de la société de demain, de cette société des sociétés ayant lâché prise des antagonismes induits, ayant réintroduit l’entraide, la compassion et le service à l’autre dans un grand maelström de complémentarité dans notre diversité.

2020 a tout le potentiel pour voir naître les premiers pas de cette nouvelle société des sociétés, évolution plus que révolution sociales de l’être reprenant ses droits sur l’avoir marchand obsolète et mortifère, réifiant et détruisant tout sur son passage. Nous nous approchons de grands moment décisifs pour la suite des évènements, mais pour en saisir tout le potentiel et le réaliser dans notre pratique politique commune quotidienne, nous devons comprendre une fois pour toute qu’il n’y a pas de solution au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir. Nous devons sortir du cercle vicieux des révolutions futiles remettant encore et encore en selle le même système de contrôle, pour prendre une tangente salvatrice: celle de l’évolution vers l’équilibre naturel des choses qui ne peut passer que par la redissolution du pouvoir dans le corps social et la mise en place d’une société non hiérarchique et non coercitive satisfaisant aux besoins de toutes et de tous selon la capacité de chacun.

Puisse 2020 en être l’aube tant attendue et le mouvement des Gilets Jaunes en être le vecteur pratique ! C’est de fait à nous et à personne d’autre d’en décider ! Qui ose gagne !

Merci à toutes et à tous de votre fidélité.
Meilleurs vœux (r)évolutionnaires !

Collectif Résistance 71

 

2 Réponses vers “Vœux (r)évolutionnaires 2020”

  1. Heureuse яÉvolution à vous également !
    Jo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.