Mise au point sur notre billet « Black Bloc » sur la place d’Italie du 17 novembre

 

 

Résistance 71

 

19 novembre 2019

 

Dans notre billet du 17 novembre « Gilets Jaunes An I: Des ‘Black Blocs’ se réfugient derrière la police sur la place d’Italie (vidéo) », nous n’avons pas dit que le « Black Bloc est la police », le titre de la vidéo citoyenne mise en ligne est à cet égard trompeur, ce qui n’enlève rien à la preuve visuelle de ce qu’il s’est passé, en partie du moins ce jour-là et à cet instant là, sur la place d’Italie dans le 13ème arrondissement de Paris. Nous avons dit qu’il a été manifestement infiltré.

Le Black Bloc se constitue dans des cas spécifiques. La question peut-être posée de savoir en quoi la manif’ déclarée en préfecture du 16 novembre devant partir de la place d’Italie, comme tant d’autres avant elle, aurait constitué une occasion spéciale pour la constitution d’un Black Bloc ? Si c’est le cas, pourquoi commencer le fritage sur la place, bien avant le départ de la manif’, alors que bien évidemment celle-ci deviendrait très rapidement une nasse avec le dispositif en place ?.. Quel serait le but ? Quel serait également le but pour un Black Bloc de déambuler dans une manif’ 100% encadrée devant, derrière et sur les côtés par les keufs, comme c’est la cas depuis des mois au cours des manif’ déclarées et autorisées par la préfecture ?. . Ultimement, à qui a profité la violence ?

Si le concept et la pratique du Black Bloc ne sont bien entendu pas policiers, il n’en demeure pas moins, que des équipes spéciales de la police peuvent et ont déjà infiltré les Blacks Blocs avec un objectif bien évident à comprendre. Ce fut le cas sur la place d’Italie en ce 16 novembre 2019, au moins pour les trois lascars qu’on voit sur la vidéo se réfugier derrière leurs supposés collègues, l’un d’entre eux ayant été manifestement touché, le plus probablement par un « tir ami »…

Sur cet incident on peut en tirer ces conclusions:

  • Si ce Black Bloc avait dûment été organisé, la tactique est sérieusement à revoir…
  • Si ce Black Bloc avait été organisé, il fut infiltré par des agents du pouvoir (preuve vidéo), ce qui pose la question de sa sécurité interne…
  • Si ce Black Bloc fut une imposture, il serait temps de le dire et de s’en désolidariser…

Quoi qu’il en soit, des leçons devront en être tirées pour toutes actions futures.

Nous pensons ces précisions être utiles et nous réitérons notre position: nous ne pensons pas que les Black Blocs sont une « organisation policière », nous tenons simplement à faire savoir qu’il semble assez aisé pour les agents du pouvoir de les infiltrer et d’agir dans les intérêts de celui-ci.

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Le Black Bloc… le vrai !

9 Réponses to “Mise au point sur notre billet « Black Bloc » sur la place d’Italie du 17 novembre”

  1. Tenez, sur LME on nous soumet cette interview de DM qui explique, avec ses mots à lui, sensiblement là même chose que vos précisions du jour, sur les supposés BB qui n’en sont pas, donc ;

    • Attention… 😉 une fois de plus, on ne dit pas que les Black Bloc dans leur ensemble ne sont pas ce qu’ils sont, on dit qu’il y a des infiltrations qui servent à faire des « faux-drapeaux », ce qui s’est passé Place d’Italie est en fait un « faux-drapeau », ni plus ni moins… On connaît la routine. 😉

    • oui, il résume une situation réelle de terrain. Nous dirons même plus: ce qui s’est passé Place d’Italie le 16 novembre 2019, comme le dit DM à la fin de l’entretien, fut un traquenard contre les GJ, sciemment organisé au moyen d’un évènement FAUX-DRAPEAU, un de plus.
      Le jour où l’État, totalitaire par essence quel qu’il soit, décidera ou plutôt répondra aux injonctions des maîtres du dessus, de passer à la vitesse supérieure de la violence, il y aura sur un site comme cette place d’Italie, des mercenaires tireurs embusqués qui ouvriront le feu sur la police depuis des toits, celle-ci, croyant que ça vient des manifestants ouvrira le feu sur la foule et on aura quelque chose qui ressemblera à ces scènes incroyables vues sur la place d’une grande ville d’un pays de l’Est il n’y a pas si longtemps… suis notre regard… 😉
      Ce scenario est probablement déjà prêt. Les dupes seront les flics et les manifestants et bien entendu le public de manière générale. De là on entrera en dictature officielle, sans plus de gants d’usage.
      Ce jour n’est peut-être plus si loin, temps de changer de stratégie: reprendre le pouvoir localement, assemblées, conseils de travailleurs, sur les lieux de travail, dans les quartiers, voisinages, communes, ouvrir la voie des associations libres et court-circuiter la merdasse étatico-capitaliste.
      Sortir de la rue et se réapproprier la VIE (quotidienne) selon nos critères décisionnaires.
      Tout le reste est prouvé maintenant ne servir à rien !

  2. le fait est que les black blocks sont les idiots utiles de l’État: d’une, dans les media dits dominants, la manifestation est réduite aux seuls blacks blocks et autres ‘casseurs’, leurs actions sont montrées en boucle, donc la population n’a pas une bonne opinion du mouvement,

    de deux, le régime est serein parce que es forces du régime ne risquent pas de virer casaque avec des blacks blocks présents!

    pis, les blacks blocks proclament vouloir ‘tenir la police en respect’ alors que s’il le fallait, les forces du régime n’hésiteraient pas à tirer à balle réelle: que feront les blacks blocks dans ce cas-là?

    • c’est toute la problématique de la « propagande par le fait » de la fin XIXème, début XXème encore et toujours recommencée. On pense depuis un bon moment déjà, que la tactique de confrontation directe de rue doit laisser la place à une reprise du pouvoir local rayonnant par associations libres (Commercy, assemblées, actions de reprise en compte locales), s’interconnectant pour court-circuiter état et institutions. Les grandes manif’ sont des actions centralisées trop facile à contrôler.
      Le 5 décembre et les jours suivants seront décisifs pour la suite et l’orientation que tout ça peut prendre, pourvu que ce ne soit pas récupéré par les foies jaunes syndicaux. 😉

  3. […] Il y a eu, comme à l’accoutumée, deux évènements en un: le premier sur Paris, le second en province. Si les incidents de la place d’Italie ont marqué la journée du 16 novembre, il convient de ne pas se laisser embarquer à ne considérer QUE ce qui s’est passé en amont de ce qui devait être une manifestation et un cortège déclarés en préfecture et annulés suite à des incidents provocateurs que l’on peut considérer comme ayant été orchestrés de plusieurs façons par le pouvoir. Nous avons déjà écrit sur le sujet dès le lendemain (voir ici et là). […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.