Archive pour gilets jaunes résistance politique

France des sections et révolution sociale avec « L’explosion » de Jean-François Varlet, texte d’actualité de… 1794

Posted in actualité, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 10 mars 2021 by Résistance 71

 

“On peut dire qu’il n’y a pas encore eu de révolution dans l’histoire. Il ne peut y en avoir qu’une qui sera la révolution définitive… Les anarchistes, Varlet en tête, ont bien vu que gouvernement et révolution sont incompatibles au sens direct.”
~ Albert Camus, 1951 ~

Une fois de plus, pourquoi ce texte datant de 1794 paraît-il tant d’actualité en 2021 ? Serait-ce parce qu’an fond rien n’a changé ? ou plutôt un changement cosmétique s’est opéré pour que… rien ne change vraiment ? Pourquoi prenons-nous la peine de le republier à 8 jours du cent-cinquantenaire de la Commune de 1871 ? Varlet disait en 1794 : « pour tout être qui raisonne, gouvernement et révolution sont incompatibles… » Varlet avait déjà compris qu’il n’y a pas et ne peut y avoir de solution au sein du système. Il va quand même falloir que ça rentre dans nos têtes de piaf et que nous agissions finalement en conséquence. Ce n’est pas l’échec temporaire de la Commune qui peut contredire ce fait… Que les Gilets Jaunes s’imprègnent de ce texte.
~ Résistance 71 ~

 

 

L’explosion

Périsse le gouvernement révolutionnaire, plutôt qu’un principe (1)

Jean-François Varlet

Du 10 vendémiaire an III de la République, une et indivisible

[1er octobre 1794]

Républicain[s],

Il y a mépris, violation des droits de l’homme, lorsqu’un habitant de la cité est plongé dans les cachots pour avoir défendu les principes de la souveraineté du peuple.
Il y a deuil pour la patrie, lorsque les tyrans qui l’oppriment, triomphent ; lorsque les bons citoyens qui la défendent gémissent.
Il y a patriotisme opprimé, lorsqu’une victime de Lafayette, de la commission des douze, de l’inquisition révolutionnaire, est laissé sous la griffe des ambitieux.
Républicains, le souffrirez-vous ? oubliez les individus, mais pensez aux principes dont ils ont été les propagateurs, et surtout lorsque dans leur zèle désintéressé ils ont fait le bien pour le bien lui-même.
N’en doutez pas, ce sont les vérités crues, dites à la tribune du club électoral qui m’ont valu ma nouvelle retraite au Plessis [prison]. Si du fond du cachot ma pensée peut encore parvenir au peuple, je me réjouis ; les tyrans m’auront en vain persécuté ; ils n’auront fait qu’accroître mon zèle, loin de le rendre impuissant.
Mouchards, recors (2), surveillants à gage, vite sur pieds : je donne le bal aux ambitieux. Ma franchise peut offrir un vaste champ aux délations. Vos témoignages ne seront pas douteux. Vous aurez en main des preuves écrites… Espèce vile ! je n’ai obéi à l’ordre injuste dont vous étiez porteurs, je ne vous ai laissé violer mes foyers, que dans l’espoir de traiter d’égal à égal avec les tyrans, vos maîtres, devant le tribunal du peuple.
On m’accuse de contre-révolution.Je devance ma traduction devant des juges : le fait est constant… Je me regarde comme convaincu, si par contre-révolutionnaire l’on entend l’opposition au gouvernement révolutionnaire. J’obéis provisoirement à sa tyrannie, sans oublier ma portion de souveraineté, par la censure que nous avons tous droit d’exercer sur les décrets rendus. Je me servirai de défenseur officieux ; je plaiderai contre un gouvernement nationicide en faveur de la déclaration des droits de l’homme ; je me porterai accusateur d’une poignée d’ambitieux, assez forts peut-être pour braver la vérité… Qu’importe ! je la dirai.
Je m’immole au bonheur de ma patrie ; là où est le péril, là est le dévouement.
L’Ami du peuple [surnom de Marat] ne se gênait pas ; il nommait les masques : imitons-le.
Le plus déhonté des mandataires du peuple, monsieur Billaud de Varennes, place un foyer de conspiration au club électoral, séant au ci-devant Évêché ; il parle en Barrère de Vieuzac, en baron de Montaut, avec lesquels il fait cause commune. Oui, monsieur Billaud de Varennes a raison ; il doit voir des conspirateurs dans les vrais insurgents du trente et un mai. Mais si, comme à cette époque, ils conspirent avec le peuple, l’audace de ses nouveaux ennemis ne leur garantira pas des succès. L’opprobre, l’ignominie les attendent. Un reste de terreur prolonge un instant leur puissance. Engoués du pouvoir qui les enivre, ils le vouent éternel en leurs mains, et vont dans leur aveuglement jusqu’à oublier que tous les plans d’oppression ont échoué avec leurs auteurs contre la force du peuple. Il n’est point d’heureux scélérats chez un peuple qui veut être libre, et qui le sera malgré tout le mouvement que se donnent Barrère, Billaud, Vadier, Collot, Amar, Voulland, Bourdon de l’Oise, Duhem, Ducos, Montaut, Carrier, etc. etc. Et pour atteindre les traîtres d’un seul coup de filet, tous les membres des comités de salut public, de sûreté générale, du tribunal révolutionnaire, coupables de complicité ou de lâcheté sous le règne de Robespierre, imperator et pontifex (3).
Républicains, ne cherchons pas ailleurs que dans le gouvernement révolutionnaire l’origine de l’oppression sous laquelle la république a gémi depuis les journées mémorables des trente et un mai, premier et deux juin. Votre confiance à cette époque m’appela au comité d’insurrection ; et comme on pourrait en induire que j’ai servi la plus odieuse des tyrannies, je dois au peuple, je me dois à moi-même une explication franche.
Parmi les citoyens élus pour sauver la patrie dans la révolution du trente et un mai, il y eut des patriotes francs du collier, élus par le peuple, insurgés avec lui pour le maintien des principes et l’établissement d’une constitution républicaine. Il y eut aussi des intrigants, émissaires de la plus destructive des factions. Cette ligue de Caligula ne vit dans la chute des brissotins qu’une plus vaste carrière ouverte à son ambition. Le comité d’insurrection recéla les germes du gouvernement révolutionnaire, conçu d’avance dans le secret. Les faux insurgents substituèrent à mon insu Robespierre à Brissot : au fédéralisme, une dictature révoltante, décorée du nom de salut public. Pour moi, j’étais trop franc pour être initié ; on me laissa de côté.
J’insurrectionnai, rien de plus. Quand je vis les députés, accusés par la voie [sic] publique, dans les liens de l’arrestation, je me retirai ; je me démis de toutes fonctions, et rentré dans le sein du peuple, je demeurai totalement étranger au gouvernement révolutionnaire, si ce n’est à certaines époques où je me fis un devoir de le combattre. Le gouvernement me crut peu capable de remplir ses vues ; il ne me fut proposé aucun million. Mon éloignement des comités, du tribunal révolutionnaire ; ma nullité absolue, mon séjour aux Madelonnettes (4) depuis le trente et un mai, prouvent assez, ce me semble, que j’ai voulu l’insurrection pure et simple. Ô mes concitoyens ! ne m’accusez pas d’avoir été l’artisan de vos malheurs ; je n’ai pas mérité un si dur reproche. L’horrible dictature de Robespierre ne justifie point la tyrannie de Brissot ; descendu au dedans de moi, je n’y trouve aucun remord, je suis tranquille avec moi-même… c’est quelque chose, je crois ?
Je viens de me défendre en accusé. Ai-je donc oublié que je me porte accusateur !
Républicains ; l’ennemi des brissotins abhorre, exècre les robespierrins [sic]. Leur chef n’est plus : On conspire… À qui s’en prendre ?… À Pitt ? À Cobourg ? Aux étrangers ? Pitt, Cobourg, les étrangers y sont bien pour quelque chose ; mais derrière eux, j’aperçois d’ambitieux députés se disputant sur les débris des factions la possession du trône. Le despotisme a passé du palais des rois dans l’enceinte d’un comité. Ce n’est ni le manteau royal, ni la couronne, ni le sceptre qui font haïr les rois ; mais bien l’ambition, la tyrannie. Elle n’a dans ma patrie que changé de costume. Nation légère et versatile ! jusqu’à quand les noms te tiendront-ils lieu des choses ?… Je crois voir clair : le respect dû à la convention nationale, je ne l’étendrai pas sur des mandataires infidèles, si par l’effet de leurs instigations, une autorité légitimement constituée rend des décrets subversibles de [qui subvertissent] toute harmonie sociale. Baisserai-je un front d’esclave devant un code révolutionnaire, palladium de la tyrannie ? céderai-je à des mouvements de crainte ? obéirai-je à cet ordre despotique : le silence ou la mort ? je n’aurai point cette lâcheté. Les principes consacrés dans la déclaration de nos droits sont supérieurs aux décrets ; ils me crient qu’il faut par dessus tout être libre, se placer entre le respect dû à la masse des délégués du peuple, et le respect dû plus légitimement encore à sa souveraineté.
Je me mets sous les yeux cette devise : Vivent les droits du peuple souverain ! respect à la convention nationale ! à bas les usurpateurs ! périsse le gouvernement révolutionnaire plutôt qu’un principe !
Et j’avance ferme, frappant à bras raccourci sur les dominateurs.
Quelle monstruosité sociale, quel chef-d’œuvre de machiavélisme, que ce gouvernement révolutionnaire ! Pour tout être qui raisonne, gouvernement et révolution sont incompatibles, à moins que le peuple ne veuille constituer ses fondés de pouvoirs en permanence d’insurrection contre lui-même, ce qu’il est absurde de croire.
Esclaves soumis au droit du plus fort ; vieux valets de cour attelés aux chars de toutes les tyrannies ; espèce bipède des égoïstes, des insouciants ; écrivassiers vénals [vénaux] dont le peuple paie chèrement les poisons journaliers ; fanatiques, idolâtres de l’erreur ; intolérants, qui voyez le crime là où n’est pas votre opinion, vous êtes les prôneurs ou les dupes du gouvernement révolutionnaire. Il faut à ses auteurs un prétexte pour légitimer le dictatoriat. Au nom du salut public ils créent une infinité de dictatures en sous-ordre, correspondantes au comité de salut public.
À l’ombre des nuits, dans le silence, sous le secret ; sans formalités, l’arbitraire, les haines individuelles embastillent les citoyens par milliers. Les rois révolutionnaires ne peuvent régner s’ils ne corrompent ; il faut faire de l’argent ; le glaive de Thémis devient un poignard ; des lois de sang ont un effet rétroactif ; les plus gros propriétaires, accusés de feintes conspirations, paraissent devant un tribunal homicide, accusateur impitoyable et sourds à tous moyens de défense ; la conscience criminelle des jurés est toujours convaincue ; les oreilles sont frappées d’un seul cri : la mort ! la mort ! le temple de la justice représente l’antre des cannibales, & ces monstres y parlent d’humanité.
Le dernier degré d’avilissement des droits du peuple est atteint. On voit dans l’état l’autorité opprimante et terrible de quelques ambitieux, au-dessus du pouvoir légitime : la convention nationale. On aperçoit des citoyens dépouillés de tous (5) leurs droits, malheureux, tremblants et muets devant leurs tyrans ; et à cette vue l’on se demande si la France est peuplée de sujets ou de républicains.
Citoyens, jaloux de connaître les lois qui vous gouvernent, n’allez pas demander une définition exacte du gouvernement révolutionnaire à ses partisans ; licencieux sans être libres, féroces sans énergie, c’est ainsi qu’ils expliquent cette belle invention.
« Deux tiers de citoyens sont des scélérats, ennemis de la liberté : il faut les exterminer. La terreur est la suprême loi ; l’instrument des supplices, un objet de vénération. Si la destruction n’est point constamment à l’ordre du jour, si la glaive cesse d’abattre ; si les bourreaux ne sont plus les pères de la patrie, la liberté court des risques. Elle veut régner sur des piles de cadavres, s’abreuver du sang de ses ennemis ».
Hommes sensibles ! Ô mes amis ! ne répliquez pas. Le voyageur se range pour faire place au torrent ; donnez raison aux furieux, car dans les mouvements exaspérés de leur haine, ils vous victimeraient (6). C’est à soi-même qu’il faut se dire : « S’agit-il d’exterminer des scélérats, ou de persuader & convaincre des hommes trompés ? les mille et une conspirations sont-elles bien certaines ? ne sont-ce pas plutôt les imaginations qui conspirent ? L’exécuteur des hautes-œuvres peut-il régénérer la nation, ou ce soin doit-il être confié à la bonne organisation des écoles primaires ? Le gouvernement révolutionnaire amènera-t-il une solution dans les affaires publiques ? Tend-il à exterminer les factions, ou n’est-ce pas au contrat social à nous acheminer vers un ordre de choses durables ? Ces réflexions sont douces et consolantes ; je m’y complais. Les révolutionnaires vont crier au modérantisme. J’aime beaucoup le modérantisme qui me rend humain, tolérant, réfléchi. Hé bien ! soit, je suis un modéré ; j’ai mérité la haine des grands patriotes du jour, et en cela j’ai recueilli selon mon vœu ; car s’ils m’estimaient, je m’estimerais moins.
Patriotes, restez invariablement attachés aux principes, soutenez un citoyen véridique contre l’or, l’usurpation, l’abus du pouvoir ; il se livre, il s’abandonne à la justice de votre cause. Mais quel calme ! quelle stupeur ! quelle léthargie ! Le silence, le néant planent sur vous. Républicains, vous dormez ! et la contre-révolution veille. De la tyrannie de Robespierre, il n’y a d’éteint que le tyran ; son affreux système lui survit ; depuis le décret atroce qui met hors de la loi innocents et coupables sans distinction, pour jeter un voile sur la plus profonde conspiration, les mandataires, continuateurs du tyran, hardis conjurés, méprisés et craints, déposant les masques, contre-révolutionnaires sous vos propres yeux. Vous dormez ! et, bien que les ambitieux paraissent sévir contre les prêtres, contre les nobles, les prêtres et les nobles tiennent en leurs mains le salut d’un état dont ils ont juré la ruine. Vous dormez ! et le poignard de Brutus n’a pas précipité de la tribune Bourdon de l’Oise, assez osé pour dire en plein sénat, Il ne faut point de dictateur, il faut la dictature. Et sur le poignard d’un assassin, réfute l’opinion de Tallien sur la liberté indéfinie de la presse. Vous dormez ! et sept mandataires inculpés sur des faits de notoriété publique, aussi évidents que l’acte énonciatif des délits de Capet, de Brissot, se défendent en coupables ; quelques-uns de leurs collègues leur servent de défenseurs officieux : si, disent-ils, les sept membres inculpés sont coupables, la convention entière a conspiré. C’est ainsi qu’on abuse du respect du peuple, pour le centre d’autorité légitime, seul point de ralliement des républicains ! Le manteau de l’inviolabilité enveloppe les conjurés. Lecointre, accusateur énergique, est traité de calomniateur, d’insensé ; on parle d’union, de paix, et l’ordre du jour est adopté ; le sept membres inculpés ne lavent point la tache infamante qui les couvre ; forts de la loi rendue contre les calomniateurs, il sont la lâcheté de ne point traduire Lecointre au tribunal révolutionnaire. Vous dormez ! et les prisons s’ouvrent aux esclaves, se ferment sur les hommes libres : on y laisse tranquille Fouquier de Tinvillle, exécuteur des massacres juridiques du tyran. Vous dormez ! et la misère vous poigne (7), et vous ne cherchez pas à connaître quel démon frappe de stérilité un sol comblé des dons de la nature. Vous dormez ! et l’aristocratie voit avec une joie secrète, le temple, recéler dans Paris la pierre d’attente du royalisme ; et Meudon, Château Fort forge mystérieusement les foudres conjuratrices (8). Le député populaire qui ose en concevoir quelque doute, est un Pitt, un Cobourg. Vous dormez ! et tous les murs de Paris, les ambitieux ont déjà leurs faisceaux, leurs licteurs, leur garde prétorienne. Vous dormez ! et ce Barrère de Vieuzac, noble et conspirateur né, vous berce de feintes victoires. Je crois à la valeur républicaine : je ne crois pas à Barrère. Ce fourbe, qui depuis dix mois crie fanfare à la tribune de la convention nationale, qu’il rendre compte à la nation des milliers de poudre, fabriqués et partis sur les frontières, à l’instant où Condé, Valenciennes se prennent presque sans coup férir ; qu’il dise si un seul fusil est entré dans le sein du peuple, malgré ce million consacré à l’armement de l’intérieur ; qu’il dise où vont ces armes, que forgent journellement de nombreuses manufactures. Si comme Barrère l’annonça tant de fois, nous avons des arsenaux, des magasins, des camps à l’ennemi ; si de nombreux vaisseaux pris aux anglais, sont rentrés dans nos ports chargés de vivres, les armées ont dû s’alimenter du butin du dehors, la consommation de l’intérieur être moindre. Le peuple des artisans, sur lequel pèse la misère publique, n’a pas senti ces heureux effets. Il demande à Barrère un état général des prises faites ; il veut qu’il indique les dépôts qui les contiennent. Barrère ! Ô Barrère ! vous n’êtes plus si victorieux. Républicains, vous dormez ! et la Vendée meurtrière, renaît plus formidable de ses débris ; ce coin de terre, imprégnée du sang le plus pur, menace encore d’engloutir de nouveaux défenseurs. Vous dormez ! et à la voix souveraine du peuple, l’on substitue des adresses mendiées, tissus [tissées] de basses flagorneries, signifiant toutes par ces mots : La guerre, la terreur, le gouvernement révolutionnaire, restez à votre poste. Vous dormez ! et la société des jacobins dénaturés par des meneurs, est à la merci des ambitieux, qui, de là dominent le peuple entier. Là, les sénateurs sont tribuns ; les surveillés, surveillants. Cette société sert de point d’appui au gouvernement conspirateur, d’aliment aux factions, de degré aux intrigants. Son vice inhérent est d’avoir deux peuples dans son assemblée : le peuple qui paie, parle dans l’intérieur de la salle ; et le peuple qui ne paie pas, le vrai peuple, le public, est muet dans les tribunes. Un vice non moins capital, est l’admission des députés dans cette société. Le peuple n’est plus livré à lui-même ; les mandataires prépondérants viennent aux jacobins se faire chefs de parti ; ils y viennent organiser un second (9) neuf thermidor, contre la convention nationale. Républicains, vous dormez ! et les quatre-vingt cinq départements, travaillés par la tyrannie révolutionnaire, disséminée sur tous les points, ignorent ce qui se passe ici, et ne vous font point part de l’oppression sous laquelle ils gémissent.
Vous dormez ! la république est dans les fers (10)… Citoyens ! citoyens ! sortez de votre assoupissement ! réveillez-vous ! la patrie éplorée vous appelle, patriotes échappés au feu du tribunal révolutionnaire, surnageant ça et là au milieu du vaste gouffre (11), de l’ÉNERGIE !… pour l’amour de la liberté, et à vos corps défendant. L’aristocratie poignarde, vos têtes sont mises à prix. Armes aux bras ! plumes à la main ! corps à corps ! audace contre audace ! c’est ici qu’il faut attaquer, harceler, presser vivement l’ennemi, ne lui point donner de cesse [de répit]. Frondons la tyrannie, publions ses forfaits, traversons ses sinistres desseins, n’attendons pas qu’elle nous surprenne offensivement, OSONS !… il n’est plus de danger, l’oubli de nous-mêmes peut sauver la patrie ; les périls, les obstacles, ils cèdent au courage, le dévouement les élude. Tremblez ! tyrans masqués de popularité, la pensée se fait jour après une longue compression, elle aura sur vous l’effet [explosif] du salpêtre bourré dans un tube. L’homme libre donne l’élan à sa haine contre les oppresseurs, la presse fait ses décharges… les chefs des conjurés, où sont-ils ?… pâles et défaits, ils se traînent dans la poussière, ils exhalent les derniers soupirs, …ils ne sont plus.
La nation française respire, ses phalanges nombreuses se rallient autour de l’autorité qu’elle a librement élue, elles forment un rempart impénétrable devant la convention nationale ; le reste impur de ses assassins marche au supplice. Les âmes s’épanchent, se dilatent. La joie, l’enthousiasme sont universels ; aux créneaux du temple des lois, flotte le drapeau tricolore, avec cette légende, que dix mille voix d’hommes libres, dans un concert unanime, portent dans les airs :

Vivent les droits du peuple souverain ! respect à la convention nationale ! À bas les usurpateurs, PÉRISSE LE GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE PLUTÔT QU’UN PRINCIPE.

Signé VARLET

Source :

https://unsansculotte.wordpress.com/2013/02/11/lexplosion-par-jean-francois-varlet-gouvernement-et-revolution-sont-incompatibles-1794/

= = =

Lectures complémentaires :

Les amis du peuple de la véritable révolution (PDF)

Jean-Paul Marat « Les chaînes de l’esclavage », 1774, édition de 1792 (PDF)

Petit précis sur la société et l’État (Résistance 71, PDF)

 

Mars 1871 ~ Mars 2021, esprit communard de la Commune aux Gilets Jaunes (Tract PDF)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 8 mars 2021 by Résistance 71

Résistance 71

8 mars 2021

Tract PDF à diffuser sans aucune modération :

1871-2021-Esprit_communard_de_la_Commune_aux_Gilets_Jaunes


Tout le pouvoir aux ronds-points !…

Pathocratie : Sortir les clowns psychopathes du pouvoir et le reprendre par et pour nous-mêmes…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 2 février 2021 by Résistance 71

Nous avons traduit cet article parce que nous avons trouvé intéressant qu’un avocat spécialisé en droit constitutionnel en arrive à cette analyse, vu qu’il est dans le système et en dépend. Il est intéressant de noter qu’une fois de plus, si on peut s’accorder sur l’analyse faite, c’est sur certaines des solutions proposées que l’on peut toujours diverger, ce qui nous amène à la question essentielle après lecture d’une telle analyse : comment quelqu’un d’intelligent et ayant une bonne dose d’humanité (l’auteur n’est manifestement pas un des psychopathes qu’il décrit…), peut-il encore croire à une quelconque viabilité de la fonctionnalité du système, comment ne peut-on pas voir aujourd’hui comme le nez au milieu de la figure, qu’où que ce soit : il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir, qu’il faut en sortir et œuvrer ensemble hors état, hors marchandise, hors argent et hors salariat ?.. Ceci constitue aujourd’hui une évidence irréfutable dont il faut impérativement tenir compte si nous voulons sortir durablement du marasme étatico-capitaliste dans lequel nous nous sommes laissés enfermer.

~ Résistance 71 ~


L’asile armé aux manettes… partout en occident

Nous, le peuple, devrions prendre les décisions

John Whitehead*

Novembre 2020

url de l’article original:
https://americanfreepress.net/we-the-people-should-call-the-shots/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Il y a vingt ans, un journal posait la question dans une manchette : “Qu’elle différence y a t’il entre un politicien et un psychopathe ?” La réponse alors et aujourd’hui demeure la même : Aucune. A mon avis, il n’y a aucune différence entre les psychopathes et les politiciens (NdR71 : Nous serons un peu plus nuancés : depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on peut dire que si tous les politiciens ne sont pas des psychopathes, tous les politiciens qui ont eu et ont une influence notamment en géopolitique, l’ont été ou le sont aujourd’hui, c’est même sans aucun doute un pré-requis pour arriver au sommet de la pyramide politique… Un exemple d’actualité parmi tant d’autres : Klaus Schwab, patron de Davos, si grande gueule de nos jours, est un élève de Kissinger, le plus grand psychopathe, criminel de guerre toujours en vie actuellement… On sait donc où cette ordure veut emmener le monde pour le seul bien du système à l’agonie et les autres exemples de cet accabi sont nombreux). Il n’y a pas non plus beaucoup de différence entre le chaos imposé sur les masses innocentes par une clique de criminels parasites, égoïstes, sans scrupules, irresponsables et déjantés et les élus passant leur vie à mentir à leurs concitoyens, échanger des faveurs politiques contre des fonds de campagnes électorales, faire semblant de ne pas entendre les plaintes de leurs électeurs, escroquer les contribuables de leurs impôts payés de leur labeur, favoriser les élites entrepreneuriales, et renforcer le complexe militaro-industriel, sans penser outre mesure aux conséquences dramatiques qu’ont et auront sur les citoyens sans défense leurs actions intempestives et toutes leurs législations liberticides passées à la hâte.

Les psychopathes et les politiciens ont tous deux une forte tendance à l’égoïsme, au narcissisme, à l’exploitation sans vergogne d’autrui, à l’irresponsabilité, au mensonge pathologique, à être des escrocs sans aucun remord. Les politiciens charismatiques, tout comme les criminels psychopathes, démontrent la propention à ne jamais accepter la responsabilité de leurs actions, ont une très haute opinion d’eux-mêmes, sont chroniquement instables, ont des styles de vie socialement déviants, ont besoin d’une stimulation constante, ont un style de vie parasitique et s’affublent d’objectifs irréalistes.

Cela n’a aucune importance de savoir si on parle de “démocrates” ou de “républicains” ; tous ces psychopathes politiques sont issus du même moule, souvent enjolivés d’un semblant de charme facile et d’esprits calculateurs inaltérables. De tels leaders créent éventuellement des pathocraties, sociétés totalitaires enclines au pouvoir, au contrôle, à la destruction de la liberté de manière générale et de ceux qui mettent ces libertés en pratique. Une fois les psychopathes au pouvoir, le résultat est généralement une forme de gouvernement totalitaire ou pathocratie. “A ce point, le gouvernement opère contre les intérêts de son propre peuple mis à part certains groupes privilégiés,” explique James G. Long. 

En d’autres termes, élire un psychopathe dans une fonction publique revient à pratiquer un hara-kiri national, cet acte ritualisé d’auto-destruction suicidaire.Cela signale la mise à l’écart de toute velléité démocratique et fournit la base pour un régime totalitaire légaliste, militariste, inflexible, intolérant et inhumain. Pourquoi donc le faisons-nous encore et encore ? Incroyablement, malgré la preuve évidente des dégâts qui ont déjà été causés à cette nation et à ses citoyens par des hauts-fonctionnaires gouvernementaux psychos, les électeurs continuent d’élire des psychopathes aux plus hautes fonctions de l’État.

En fait, il y a une bonne raison pour laquelle la capitale de cette nation, Washington D.C, est au sommet de la liste des régions peuplées de psychopathes. Lorsque notre propre gouvernement ne nous regarde plus comme des êtres humains ayant une dignité et une valeur, mais comme des choses, des marchandises à manipuler, manœuvrer, à pomper les données, à être molestées par la police, trompées à croire qu’ils ont notre meilleur intérêt à cœur, pour finalement nous maltraiter et nous jeter en prison si nous osons sortir du sentier battu, pour être punis sans aucun remord, tout ça en refusant simultanément de prendre responsabilité de leurs échecs, alors nous ne fonctionnons plus du tout dans une république constitutionnelle (NdT: ici l’auteur ne voit pas que le concept même de “république constitutionnelle” est un leurre et une vaste supercherie… Il a encore un petit bout de chemin à faire…).

Au lieu de cela, nous faisons l’expérience d’une pathocratie : la tyrannie aux mains d’un gouvernement psychopathe, qui “opère contre les intérêts de son peuple à l’exception d’un groupe privilégié.” Pire, la psychopathologie n’est pas confinée à ceux œuvrant en haut lieu au sein de gouvernement. Elle peut se propager comme un virus dans la population (NdT: c’est une construction sociale à ce niveau, construite méticuleusement au moyen de certains rouages du système…). Comme l’a conclu une étude sur la pathocratie : “La tyrannie ne fleurit pas parce que les perpétrateurs sont ignorants de leurs actions. Elle fleurit parce que certaines personnes s’identifient avec ceux qui font la promotion d’actes malfaisants les faisant passés pour vertueux.

L’objectif de l’état corporatiste entrepreneurial moderne est évident : promouvoir, cultiver et intégrer un sens d’identification partagée parmi les citoyens. A cette fin, l’expression “Nous, le peuple” est devenue “nous, l’état policier”. Nous devenons très rapidement des esclaves sous le joug d’une machine gouvernementale bureaucratique, totalitaire, sans nom et sans visage, qui érode sans relâche nos libertés au moyen de lois innombrables de statuts et d’interdictions en tout genre. Toute résistance à un tel régime dépend de la force d’opinion et des esprits de ceux qui résistent, de ceux et celles qui répondent et luttent contre la coercition. Écrivant pour Think Progress, Zach Beauchamp suggère qu’ “un des meilleurs remèdes contre les mauvais leaders pourrait bien être la démocratie politique”.

Mais qu’est-ce que cela veut dire en termes pratiques ? Cela veut dire tenir les politiciens pour responsables de leurs actions et des actions de leurs personnels en utilisant tous les moyens à notre disposition comme le journalisme d’enquête (ce qu’on avait l’habitude de nommer le quart d’état), qui informe et illumine, par les lanceurs d’alerte qui exposent la corruption systémique, par les actions en justice qui mettent à mal les mauvaises actions et par les manifestations et les actions politiques de masse qui rappellent au “pouvoir en place” que “Nous, le peuple” sommes ceux qui prennent les décisions.

NdR71 : Vraiment ? c’est sa solution ? Réformer le système une énième fois ? Il a encore un bout de chemin à faire pour comprendre qu’il n’y a pas de solution au sein du système et ne saurait y en avoir. Y viendra t’il ? ou est-il un autre de ces sempiternels cas de naïveté désespérée et désespérante ?…

Rappelez-vous que l’éducation précède l’action. Les citoyens doivent faire le dur boulot de s’éduquer au sujet de ce que fait le gouvernement et sur le comment le tenir pour responsable. Ne permettez pas de n’exister que dans une caisse de résonance restreinte aux vues auxquelles vous adhérez. Exposez votre analyse à plusieurs points de vue dans des sources médiatiques variées, des sources mainstream et indépendantes, et pensez par vous-mêmes. En cela, peu importe quel est votre penchant politique, ne laissez pas votre jugement partisan tromper les principes qui servent de base à notre république constitutionnelle (NdT: qui est une ineptie en elle-même, incapable de démocratie puisque, comme toute république, elle n’est qu’une aristocratie du pouvoir délégué à une coterie de privilégiés, de surcroit ssujettie à la dictature marchande toute puissante. Rien ne pourra jamais changer tant que le pouvoir demeure séparé du corps social…).

Ceci dit, si nous permettons que ce ne soit que le vote qui soit notre seul moyen de résister à l’état policier, alors la bataille est perdue d’avance. La résistance demandera une citoyenneté désireuse d’être active au niveau local. Si vous attendez pour agir qu’une équipe du GIPN défonce votre porte, que votre nom ne soit mis sur une liste de surveillance terroriste, jusqu’à ce que vous soyez dénoncé pour de telles activités hors-la-loi que de collecter de l’eau de pluie ou de laisser vos enfants jouer dehors sans supervision, alors il sera trop tard.

Voici le peu que je sache : Nous ne sommes pas des numéros administratifs sans visages. Nous ne sommes pas des rouages d’une machine. Nous ne sommes pas des esclaves. Nous sommes des êtres humains et pour le moment, nous avons l’opportunité de demeurer libres, c’est à dire, si nous clamons nos droits sans relâche et résistons à chaque tournant contre chaque tentative du gouvernement de nous enchaîner. Les fondateurs de la nation avaient compris que nos libertés ne découlent pas du gouvernement. Elles ne nous furent pas données pour nous être reprises par la simple volonté de l’État. Elles sont inhérentes à nous et de la même manière, le but de la fonction du gouvernement n’est pas de menacer ou de diminuer nos libertés, mais de les protéger et de les sauvegarder.

Tant que nous ne reviendrons pas à cette façon de penser, tant que nous ne rappellerons pas à nos compatriotes ce que c’est que d’être libres et tant que nous ne dresserons pas fermement de les menaces exercées sur nos libertés, alors nous seront toujours traités comme des esclaves sous le joug d’un état policier bureaucratique piloté par des politiciens psychopathes.

(*) Avocat constitutionnel et écrivain, John W. Whitehead est le fondateur et président de l’Institut Rutherford, ses livres Battlefield America: The War on the American People et A Government of Wolves: The Emerging American Police State 

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie


Déconnectons Hal… maintenant !

2021 : Chant universel pour résistance universelle…

Posted in actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, Internet et liberté, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , on 4 janvier 2021 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

4 janvier 2021

 

En cette année de cent-cinquantenaire de la Commune de Paris (1871-2021), ce chant devenu universel, traduit dans de nombreuses langues, écrit par Joseph Kessel et Maurice Druon.
Un hymne à la résistance, un hymne à notre résistance qui commence contre la tyrannie marchande arrivée en phase finale et décidée par ses décideurs et manipulateurs, d’éradiquer la plus grande partie de l’humanité pour réduire le reste en esclavage technotronique perpétuel.

A ce chant peut s’ajouter un refrain bien connu, lui aussi devenu universel:

« C’est la lutte finale
Groupons-nous et demain
L’Internationale sera le genre humain… »

Complémentarité ! Solidarité ! Union ! Entraide !  Fraternité ! Égalité ! Liberté !

C’est dans cet ordre que ça se produira… Dans le même temps :

Le Chant des partisans

Maurice Druon
Joseph Kessel

1943

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.

Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.
Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.

Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite…
C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.

La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…

Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes.

Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute…
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh… 

 

Superbe interprétation de Marc Ogeret :

 


Tout le pouvoir aux ronds-points !

Mise à jour de « L’essentiel de Résistance 71 de 2010 à 2020 » (PDF)

Posted in actualité, autogestion, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , on 3 janvier 2021 by Résistance 71

Résistance 71

3 janvier 2021

Une mise à jour de Jo de l’essentiel de nos publications 2010-2020 en format PDF, qui comprend quelques écrits / publications supplémentaires d’août 2020 au 1er janvier 2021.

Resistance71_L_essentiel_2010-2020_MaJanv-2021
(format PDF)

Les PDF à lire et diffuser sans modération…

2021 au-delà de l’information, la résistance active contre la dictature technotronique qui referme sa grille de contrôle oligarchique violente sur le monde…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , on 2 janvier 2021 by Résistance 71

 

 

Le temps n’est plus celui de l’information mais celui de la résistance

 

Jean-Yves Jézéquel

 

31 décembre 2020

 

Source:
https://www.mondialisation.ca/le-temps-nest-plus-celui-de-linformation-il-est-devenu-celui-de-la-resistance/5652395

 

Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l’apparence de la solidarité à un simple courant d’air.

« Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire. »

(Georges Orwell)

Le jeudi 31 décembre 2020 –  A l’heure actuelle et compte tenu de tout ce que nous découvrons chaque jour à partir de la propagande de l’État, clairement incohérente, mais répondant à une autre logique dont il n’est jamais fait directement allusion, celle du programme détaillé du Forum Économique Mondial qui a théorisé le « Great Reset » [Grande réinitialisation ou Grande remise à zéro], dont chacun sait désormais l’objectif, nous avons compris pourquoi et comment se sont constitués les deux groupes de personnes qui de l’incompatibilité, sont sur le point de passer à l’affrontement … 

1 – Le premier groupe est constitué des « pro vaccins ». Dans ce groupe on trouve tous les gens qui approuvent sans réserve le vaccin pour la simple raison qu’il faut sortir coûte que coûte de cette crise coronavirus et parce qu’il n’y a pas d’autre solution pensent-ils. C’est une sorte de « conviction » s’acheminant vers la « certitude », fabriquée par lassitude et qui l’emporte sur toute raison et esprit critique.

Par facilité, ces personnes ont adopté la croyance en la légitimité de cette stratégie des pouvoirs qui obéissent pourtant à un programme défendu de fait par un nouvel ordre mondial… Ce groupe a été sensibilisé à travers la propagande assurée inlassablement par les médias collabos du système. Le psittacisme journalistique est venu à bout de la résistance intellectuelle de ce groupe dont l’importance varie avec la culture politique et les traditions des pays concernés de l’Occident judéo-chrétien.

En France nous avons un groupe qui gravite autour des 30%, alors qu’en Espagne nous avons le contraire, un groupe qui gravite autour des 70% ! Ce qu’il faut retenir de ce groupe des « pro vaccins », c’est qu’il est dans le confort de la « croyance » permettant d’éviter la responsabilité de la « conscience ».

Les « pro vaccins » vont absorber tous les messages de la propagande, même les messages contradictoires ou incohérents ; ils seront sensibles à tout ce qui va entretenir la peur, tout ce qui va évoquer le danger de mort et toutes les initiatives autoritaires imposées par le Pouvoir, même la cascade des lois liberticides qui vont faire de la vie sociale un cauchemar et provoquer une régression spectaculaire de la civilisation…

Ce monde miné par le capitalisme sous sa forme ultra libérale avait certes besoin d’être bouleversé, mais pas au détriment des plus défavorisés, comme c’est le cas dans le scénario actuel du « Great Reset ».

Enfin, nous devons joindre à ce premier groupe, toutes les personnes qui depuis le début de la crise, ont censuré l’information pour se protéger, car la réalité manipulée et exposée à chaque instant devenait insupportable. Ceux-là ont cultivé une sorte d’indifférence face aux discours pro ou contre « vaccins ». Pour ces gens-là, l’important c’est de ne plus entendre parler du « coronavirus » et de ses effets collatéraux… La stratégie est alors celle de « disqualifier » les avis d’où qu’ils viennent afin de les stériliser en les rendant inopérants.

Ainsi, par exemple, l’évidente non fiabilité des tests PCR créant des « faux positifs » déclarés « contaminés » et « contaminants », sans symptômes, sans morts et sans malades, ne parvient plus jusqu’à la raison raisonnante de ces personnes comme si elles avaient switché un contact spécifique du cerveau, le coupant de la lumière naturelle de la rationalité… C’est une sorte d’autisme provisoire qui s’installe alors dans ce groupe comme si l’extrême priorité devenait exclusivement celle de mettre fin à une insupportable maltraitance ou nuisance subie du matin au soir. 

Ce comportement spécifique du premier groupe se base donc sur la croyance en la parole de la révélation politique de l’État Pontife, détenteur du savoir sur ce que sont les véritables intérêts du bien commun ! 

Toutes les démonstrations, les arguments vérifiés, les expériences professionnelles, les témoignages, la compétence scientifique, les analyses élaborées, objectives, minutieuses, les reportages extrêmement fouillés et détaillés, les études et informations confrontées les unes avec les autres, les résultats indiscutables abondamment documentés se référant à toute opinion contraire, ne sont plus audibles par ce groupe ! La raison n’est plus d’actualité chez les « pro vaccins », c’est la foi en la parole révélée des dieux qui nous gouvernent ! 

Vous pouvez dire tout ce que vous voulez, cela ne change plus rien à la pensée dogmatique ayant scellé la croyance de ceux qui mettent leur foi en la parole sacrée de l’État Pontife infaillible. Tout discours d’opposition est donc vécu par ce groupe comme un blasphème, une pensée hérétique qui doit être châtiée non seulement par l’enfermement, coupant la parole à ceux qui osent encore la prendre, mais plus : par le martyre de ceux qui ont été les porteurs de l’hérésie, des professeurs de médecine, scientifiques de renom, internés en psychiatrie pour un lavage de cerveau approprié destiné à éveiller la conversion et une adhésion confessée publiquement en la parole divine et indiscutable de l’État détenteur de la vérité révélée sur le bien et le mal du peuple… Ce que disent les gouvernants au pouvoir est la vérité, tout le reste n’est que « complotisme », « populisme », « irresponsabilité » et « menace » pour les citoyens obéissants, exemplaires, se préoccupant du bien commun en acceptant la fin de toutes les libertés individuelles et collectives. Voilà le nouveau credo proclamé par les « pro vaccins »… !

2 – Le second groupe est constitué de « délinquants », les détracteurs du vaccin, ceux qui ont un esprit critique et l’usage de leur raison, ceux qui se penchent objectivement sur la réalité en cause, ceux qui sont conscients des raisons, autres que sanitaires, inspirant la stratégie de l’aristocratie stato-financière au pouvoir, les serviteurs du nouvel ordre mondial appliquant scrupuleusement le plan du « Great Reset … »

Ce deuxième groupe a échappé à la manipulation pour ne pas dire au matraquage médiatique intensif, à son pilonnage quotidien du discours de la peur. Les anti vaccins (qui ne sont pas opposés au principe du vaccin en soi mais à la « thérapie génique » qui est en cause dans cette histoire de la Covid-19), sont très informés et ils sont capables d’avancer les arguments intelligents de l’observation rationnelle ; ils se sont documentés hors des circuits verrouillés par les agents du totalitarisme médical ayant fait allégeance à Big Pharma tout acquis à la cause des objectifs du FEM (Forum Économique Mondial) !

Les agents de la promotion des campagnes en faveur des ARNm inoculés massivement aux populations dressées par un chantage stratégique faisant de la « non obligation » déclarée, une authentique obligation de fait, sont des inquisiteurs imbus de leur dogme et au service exclusif du nouvel ordre mondial qui a organisé cette opportunité « coronavirus » pour enfin s’imposer une bonne fois pour toutes aux peuples récalcitrants ! Dénoncer une telle vérité est insupportable au système et conduit tout droit l’hérétique « complotiste » à l’internement agrémenté d’une rééducation psychiatrique…

Dans la même veine, la veille de Noël, on a vu déposé sur les tables de l’Assemblée Nationale française, par cet homme sans charisme affublé du titre de premier ministre, un projet de lois prévoyant l’interdiction faite aux médecins de prendre la parole en matière de médecine, lorsque leur parole publique contredit celle de l’État Tout-Puissant et détenteur de la vérité non contestable !

L’État de droit est définitivement un vieux souvenir : il n’y a plus de Constitution puisque ses principes fondamentaux ont été minutieusement et radicalement épurés, niés en règle par les nouveaux dictateurs qui semblent n’avoir plus aucun compte à rendre à personne. Les médecins ne sont plus autorisés à parler de médecine !

Seul l’État Pontife détient la vérité et seul il peut prononcer une parole que tous doivent religieusement accueillir en silence et à genoux sous peine de répression ou d’internement en hôpital psychiatrique : les Guantanamo de la nouvelle modernité du Régime Orwellien ou la nouvelle colonie pénitentiaire de Kafka désormais inaugurée en France…

Ce deuxième groupe des anti vaccins reste pourtant attentif et sensible aux réalités de leur environnement : il veille particulièrement à ne pas se retrouver avec des services hospitaliers saturés. Il veille également à ce que le nombre de morts soit comparable à celui des années précédentes. Il constate si des mesures sont disproportionnées et n’ont pas de lien avec la réalité du terrain. Il observe si la liquidation des droits fondamentaux coïncide avec l’absence de justification valable … 

De plus, les anti « vaccins » ont également bien compris que l’injection de ce cocktail d’ARNm en question, ne changerait rien aux mesures de distanciation sociale, aux confinements répétitifs, au port du masque… Ils ont parfaitement compris que la convivialité est morte pour de bon parce qu’elle n’est pas compatible avec les prétentions des dictateurs du bouvel ordre mondial. Le contrôle absolu des peuples est la condition sine qua non de ce nouvel ordre mondial ne pouvant exister que par et dans l’arbitraire. La vie privée ne peut plus exister puisqu’elle présuppose une liberté individuelle. Or, la liberté individuelle est anachronique puisque la liberté collective est interdite… Le nouvel ordre mondial ne peut en aucun cas se prévaloir de démocratie ! Accepter le discours officiel des « pro vaccins ARNm » c’est renoncer objectivement à la légitimité démocratique et à toutes les formes de la liberté. Si les partisans « pro vaccins ARNm » ne savaient pas encore cela, c’est dire à quel point leur aveuglement s’avère incurable !

Le temps n’est plus à l’information car ces deux positions incompatibles ne peuvent plus bouger. Argumenter ne peut plus atteindre les dociles à la propagande. Argumenter et démontrer ne peut plus convaincre, ne peut plus modifier les positions. La manipulation s’est incrustée dans les cerveaux qui ont donné raison à la croyance en condamnant la conscience. La lucidité rationnelle a été remplacée par la foi en ce nouvel ordre établi.

Peu importe les arguments avancés, le scandale des conflits d’intérêts dénichés les preuves irréfutables apportées, la vérité sera noyée dans un récit psychotique jouant sur la sidération des personnes qui seront chassées de l’intérieur d’elles-mêmes et enfermées à l’extérieur d’elles-mêmes, ainsi rendues incapables de faire la différence entre ce qu’elles vivent à l’intérieur et ce qu’elles vivent à l’extérieur ! Cette aliénation sera impossible à dénoncer et toute tentative de le faire sera qualifiée de « complotiste ». Les mots du système vont remplacer la réalité, ils seront utilisés à contre-courant et à contre-sens ; ils deviendront porteurs d’idées en rupture complète avec les faits objectifs. Il sera impossible de s’y retrouver et la psychiatrie sera la seule solution proposée, elle qui jouera le rôle du purgatoire de la nouvelle inquisition !

Les Agents inconditionnels du N.O.M. n’hésiteront même plus à avouer publiquement leurs mensonges et les peuples soumis les acclameront parce qu’ils seront devenus incapables de remettre en cause les intentions criminelles de leurs bourreaux appelés bienfaiteurs, faisant acte de foi en leur innocence de gouvernants éclairés et au service des vrais intérêts de l’humanité. Les États sont innocents et au-dessus de tout soupçon. Celui qui remet cette croyance en cause est un blasphémateur, un hérétique et un danger à éliminer par une déportation expiatrice dans la colonie pénitentiaire de Kafka…

Le temps n’est plus à la publication de résultats d’études, des preuves démontrant l’efficacité incontestable de l’hydroxychloroquine/azithromycine ou de l’Ivermectine, ni à la condamnation des mensonges insupportables sur les Remdésivir et autres supercheries de Gilead ; le temps n’est plus à élaborer des courbes démontrant le caractère dérisoire des risques sanitaires et du délire devenu incontrôlable des réactions irrationnelles de la peur/sidération. Surdité, mutisme et aveuglement sont devenus la règle aujourd’hui, pesant de tout son poids sur des gens conditionnés, formatés à la compatibilité sanitaro-totalitaire et privés de tout jugement, devenus incapables d’admettre que des faits objectifs puissent venir démentir la nouvelle réalité qu’ils ont construite pour une survivance inintéressante.

3 – Les Agents inconditionnels au service du nouvel ordre mondial désormais installé à l’occasion de cette « pandémie providentielle », N.O.M. approuvé de plus par le Pape François ayant fait récemment allégeance à ses représentants les plus hauts placés, vont très certainement saisir l’opportunité actuelle qui se présente d’opposer les deux groupes que nous avons identifiés. Cette opposition entre les deux groupes permettra de mettre en place la nouvelle organisation sociale qui opposera les bons et mauvais citoyens, les gens sains, les « croyants » en la légitimité des agents du pouvoir, les dociles, ceux qui obéissent et se soumettent, ceux qui seront qualifiés de « responsables et vaccinés » et les autres, les condamnés, les délinquants, les gens toxiques, les rebelles, les égocentriques et les inconséquents, les  «non vaccinés», les pestiférés à isoler dans un enfer des parias de la société. Le règne de la délation va commencer, la mesquinerie va éclater triomphalement et l’intolérance va installer un nouvel obscurantisme détestable mais aussi la fin de cette civilisation de la répression. Nous devons nous attendre à de grandes violences inévitables dans les temps qui viennent.

Nous sommes nombreux à savoir que cette « vaccination » est totalement inutile sur le plan sanitaire, mais essentielle sur le plan totalitaire. Nous sommes nombreux à savoir que la toxicité de ce produit à ARNm de Pfizer n’a pas été évaluée, raison pour laquelle le Laboratoire s’est défaussé de toute responsabilité en cas de prévisibles problèmes majeurs à venir ! Les États totalitaires seront donc responsables du massacre prévisible à venir !? La validité de cette thérapie génique n’est pas démontrée ; son utilité n’est pas non plus démontrée ; sa nocivité est inconnue ; ses conséquences sur l’humain n’ont pas été démontrées, mesurées, testées… Nous sommes face à une expérimentation mondiale sur les humains considérés comme des cobayes pris en otages au cœur même de la société transformée à cette occasion en un immense laboratoire ! Nous sommes dans un délire collectif, comme nous avons eu déjà l’occasion de l’expliquer. (Cf., article posté dans mondialisation.ca du 31 août 2020 : « Coronavirus : un délire collectif ? »)

Avec le délire, toute logique ou rationalité perd son sens. Le nouvel ordre mondial qui est derrière toute cette mise en scène est intrinsèquement sectaire. L’énorme sacrifice imposé aux peuples est présenté comme salvateur de l’humanité. Il s’agit de se sauver de la catastrophe, du mal, du menaçant virus qui veut

notre extermination. Les nouveaux prédicateurs de cette Église nouvelle disent que ceux qui acceptent les conditions de la survie, échapperont à la fin du monde, à l’Apocalypse. En réalité, il s’agit justement d’être marqués du chiffre de la Bête dont parle l’Apocalypse ! Macron n’avait-il pas prophétisé la venue de la Bête : « Je crois que notre génération doit savoir que la Bête de l’événement est là. » (Cf., Entretien qui a eu lieu le mardi 14 avril 2020 entre Emmanuel Macron et Roula Khalaf, rédactrice en chef du « Financial Times », et Victor Mallet, chef du bureau parisien du FT.)

Cet encodage par nanotechnologie modifiant l’ADN du Sapiens sapiens permettra aux nouveaux esclaves de se déplacer, de voyager, de travailler, de se nourrir, de se divertir sous contrôle… 

En relisant le psychiatre, Dr Jean-Marie Abgrall : « Tous manipulés, tous manipulateurs », éditions First 2003, on retrouve dans ce tableau sur la situation actuelle des hommes, les énumérations traditionnelles concernant la technique courante de la manipulation par les sectes :  il faut isoler les individus en les coupant de leurs liens sociaux et familiaux ; il faut rendre les gens totalement dépendants en les privant de leurs moyens de subsistance habituels ; il faut propager un discours univoque martelé en permanence par les médias collabos de service ; il faut écarter et éliminer toute pensée divergente et tout divergent ; il faut présenter les opposants comme des personnes nuisibles qui ne comprennent ni leur propre intérêt, ni l’intérêt du bien commun supérieur. Nous croyons que l’État Pontife est infaillible et ne veut que notre bien, tous les opposants sont le Mal…

CONCLUSION

Maintenant que les agents de ce pouvoir ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour imposer cette vision de l’existence humaine, il n’est plus possible de revenir en arrière, revenir à des positions plus raisonnables et de bon sens. La limite a été franchie et pour combattre ceux qui resteront rebelles, refuseront de se soumettre, il faudra mettre en scène de nouvelles méthodes de répression encore plus radicales. Ce massacre mondial a jeté des millions de personnes dans le camp des pauvres absolus, des déshérités, du chômage de masse, des « inutiles » des parias, des « non essentiels » ! Les suicides ont explosé, la psychiatrie est envahie par ces contingents de nouveaux malades, le « Conseil scientifique », qui n’a rien de scientifique, célèbre sa messe quotidienne à la face d’une population en proie au délire.

A la première alerte de crise « d’incroyance », un nouveau virus, réel ou fictif, sera lâché pour semer la terreur chez les mécréants, renégats ou apostats qui accepteront de se faire « vacciner » à nouveau afin de retrouver l’illusion d’une liberté confondue avec ce nouvel esclavage. Les populations « vaccinées » resteront ad vitam aeternam positives, contagieuses, masquées, confinées, maltraitées. La supercherie est sans complexe puisque les serviteurs de ce nouvel ordre mondial savent déjà à quel moment va venir la « nouvelle vague » de l’attaque virale ; puisque ces gourous au service de la « Bête » ont déjà annoncé les reconfinements successifs à venir ! La science pas plus que les raisons sanitaires n’ont rien à voir là-dedans : le seul motif valable qui apparaît est bien celui d’un dressage enfin absolu réalisé à échelle mondiale sur une population maltraitée à souhait ! La science a été disqualifiée, conjurée même et nous sommes revenus à l’obscurantisme idéal pour un règne sans partage du pouvoir absolu ayant pris pour nom le nouvel ordre mondial !

Les « complotistes » avaient précisément annoncé tout cela. Si les « Hold Up » et autres « Covid-19 : Mal Traités » ont été si violemment attaqués et censurés de partout, leurs auteurs menacés de mort, persécutés, harcelés par tous les moyens coercitifs aux mains des États, c’est précisément parce qu’ils disaient vrai et aujourd’hui nous découvrons à quel point ils représentaient en effet, une menace extrême, le sabotage systématique du programme en marche ! 

L’humanité est en danger. L’isolement des personnes est générateur de mort. La destruction des lieux de convivialité fait partie de ce plan du « Great Reset ». L’homme est aussi un « animal sociable », disait Montesquieu. Installer comme norme et nécessité la « distanciation sociale », le « confinement », le contrôle des rencontres, les échanges et leurs motivations, c’est commettre la pire des violences volontaires contre la nature humaine en étant certain de la faire mourir assurément. Qui veut tuer à ce point l’humanité ? Qui veut piller ce qui la rendait unique en ce monde ? Qui veut prendre sa place ?  

Le temps présent n’est plus à l’information, aux arguments en béton armé, aux démonstrations imparables contre la supercherie mondiale en cours, le temps présent est devenu celui de la résistance acharnée, de la rébellion et de la contre-attaque sans tergiversations ni doute possible… Le temps présent est venu de risquer sa vie pour cette part d’humanité qu’on aime !

Bonne année 2021, santé et liberté, convivialité, solidarité !

= = =

Voir notre page « Coronavirus, guerre contre l’humanité » et ses mises à jour régulières…

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Esprit de résistance… De l’esprit gaulois à aujourd’hui (en photos)

Posted in actualité, crise mondiale, documentaire, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , on 7 novembre 2020 by Résistance 71

 


71

 

7 novembre 2020

 

L’esprit de résistance incarné sur tous les continents en photo, dans l’ordre chronologique. Cet esprit de résistance que nous devons non seulement perpétuer mais pousser à sa limite émancipatrice tant la situation de vie sur cette planète est devenue délétère, étouffante et mortifère.
Compagnons lecteurs, vous pouvez suggérer en commentaires des figures de la résistance mondiale telle que vous la concevez, elles pourront être rajoutées. Néanmoins, disons ici que le critère essentiel de sélection de ces résistants n’est pas une résistance à un ennemi physique, une occupation, mais au concept du système de gouvernance institutionnelle qui nous opprime depuis quelques 5000 ans sur les plus de 1,8 millions d’années d’existence humaine sur cette planète. Cette exposition de l’esprit de résistance n’est pas exhaustive loin s’en faut, elle ne représente que notre vision, celle que nous voulons projeter pour finalement la dépasser et aller au-delà de ce que ces héros de l’humanité ont réalisé… pour aller ensemble, parachevant leur œuvre, vers notre émancipation dans la société des sociétés.

Esprit de résistance des Celtes à aujourd’hui

 

Novembre 2020 : Gilets Jaunes An II sauce COVID… Non à la dictature sanitaire et autre

Posted in actualité, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 6 novembre 2020 by Résistance 71

Le texte ci-dessous sous forme de tract, format PDF:
Tract_Gilets_Jaunes_AnII_sauce_CoV19

Réactualisation de notre harangue de 2019  (Résistance 71 )

Novembre 2020 – Gilets Jaunes An II !

Il y a maintenant plus de deux ans de lutte écoulés qui nous montrent on ne peut plus clairement qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a en fait jamais eu et qu’il ne saurait y en avoir !

La crise sanitaire fabriquée de la “pandémie” du SARS-CoV-2 alias COVID19 mettant en place la grille de contrôle de la dictature technotronique à l’échelle planétaire, vient nous le rappeler sans coup férir.

Ceci se doit de devenir une évidence incontournable pour toutes et tous, membres de notre lutte organique pour une société enfin libre.

Ainsi, toute négociation avec l’État et les représentants de l’oligarchie est non seulement futile mais contre-productive. Ignorons-les !

Solidarité – Union – Persévérance – Réflexion – Action

Devenons S.U.P.R.A Gilets Jaunes !

Reprenons le pouvoir par les Assemblées Populaires et dans le même temps:

  • Boycottons les institutions
  • Boycottons la dictature sanitaire qui est tout sauf sanitaire
  • Boycottons la vaccination COVID obligatoire à venir
  • Boycottons la 5G, technologie de la dictature technotronique et de sa grille de contrôle
  • Boycottons l’élection et l’impôt absorbant l’intérêt de la dette odieuse
  • Boycottons les entreprises du CAC40 et des transnationales criminelles, banques inclues
  • Achetons et promouvons les produits locaux
  • Réaménageons nos campagnes et nos communautés agricoles
  • Rassemblons-nous en comités populaires de voisinage, de travail et décidons de tout pour et par nous-mêmes…
  • Promouvons la gratuité en tout
  • Restons incontrôlables et imprévisibles !

Tout le Pouvoir aux Ronds-Points !

Pour une société émancipée et donc libre !

Groupe Gilets Jaunes de _______________

Aussi…

Cinq textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

Le texte ci-dessus sous forme de tract, format PDF:
Tract_Gilets_Jaunes_AnII_sauce_CoV19

Dans l’esprit de Cheval Fou… Communiqué des Gilets Jaunes de Cannes, novembre 2020

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, coronavirus CoV19, crise mondiale, démocratie participative, gilets jaunes, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 novembre 2020 by Résistance 71

Nous finissions de dire à Jo en aparté qu’il était essentiel de remettre les Gilets Jaunes, leur esprit, au goût du jour dans cet environnement autant délétère que mortifère ; à cet effet, nous avons réactualisé notre harangue / tract Gilets Jaunes ! de 2019 à la sauce CoV19, que Jo nous a mis en un très joli PDF fonctionnel à imprimer comme tract ou a distribuer sans modération via les rézossossiaux et que nous publierons dans les heures à venir… et pan ! Voilà que tombe à point nommé ce communiqué des Gilets Jaunes de Cannes, ça pouvait pas mieux tomber en fait… Il est aussi à diffuser sans aucune modération.

Les Japonais ont une expression hautement culturelle pour ce genre de chose, ils disent : “I shin den shin”, ce qui peut se traduire par “de mon âme/esprit à ton âme/esprit”. La connexion spirituelle est au delà des mots. La communication, l’enseignement, se font comme par “télépathie”. C’est le cas ici une fois de plus.

~ Résistance 71 ~

Communiqué des Gilets Jaunes de Cannes

3 novembre 2020

Amis de France, Françaises, Français. Ce système républicain, ce gouvernement républicain, cette meute républicaine bancaire et de francs-maçons, cette médiocre élite corrompue politique et sanitaire nous veut du bien.

Oui, du bien, car pour cette caste inhumaine cela se traduit pour nous Humains EN MAL !

Ils mentent, ils volent, ils violent, ils tuent la France mais tout cela enrobé dans leur torchon de démocratie de Pinocchio. Valeurs de la république, démocratie, justice voilà ce que ces lâches éructent sur les médias des milliardaires, proxénètes du journalisme !

Nos votes sont le passeport de notre mise en esclavage et la hyène du haut, de l’ombre, utilise cet artifice pour mieux nous asservir et nous diviser.

Toi Véran le médecin de caniveau, toi Buzyn la perverse, toi Attali le marchand de la vie, toi Rothschild le marchand du temple et notre petite soumise de Macron alias le père de la Nation bancaire. Clique de vautours et d’assassins votre sort est désormais fixé. Le compte à rebours est enclenché ! Les patriotes se lèvent aux quatre coins du globe.

Votre combat contre la vie, contre la lumière, contre nos enfants, contre notre droit de vivre libre, contre nos anciens, contre notre France, tout simplement contre le Bien est dans sa phase de mort terminale.

Attali la France ne sera jamais un hôtel car d’ici comme tu le fus d’Algérie tu seras chassé et puni !

La France pays des Lumières, Fille aînée de Jésus, Peuple noble à l’intelligence universelle, jamais non JAMAIS nous ne laisserons une tribu de psychopathes arrogants la détruire. Nous mourrons debout pour nos anciens, pour nos enfants, pour notre dignité car jamais nous ne vivrons à genoux face à votre idéologie de mafieux dégénérés !

Peuple de France, ces minables, traîtres à la Nation, à la vie, à la Justice seront éradiqués à jamais pour qu’ENFIN l’Amour, la Paix, l’Unité naissent pour grandir dans le BIEN COMMUN universel !

Africains, Arabes, Maghrébins, Gaulois, Asiatiques nous ne sommes qu’un, nous ne sommes que l’Humanité et ensemble nous leur répondons NON A LA DIVISION.

A chaque coin de la terre ils volent, violent, tuent, escroquent. A chaque coin de la Terre nous partagerons telle est notre réponse définitive !

Banque de malheur, politiciens corrompus, médecins corrompus, l’humanité se passera de vous et avant tout nos enfants qui subissent la pédocriminalité organisée partout dans le monde. Pédophiles, tremblez, votre heure approche au galop !

Un grand vent de Vérité et de Liberté s’annonce sur notre planète. La vie et la nature reprendrons leurs droits, tous leurs droits. Le Peuple est Souverain et rien n’arrêtera sa victoire, RIEN !

Françaises, Français, amis de la Terre, amis de toutes confessions nos prières se réalisent, la Lumière a gagné.

VIVENT LES PEUPLES DU MONDE !

VIVE LA FRANCE LIBRE !

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

Source :

Deux Saker d’un coup !

Le 12 septembre 2020… Pour une renaissance Gilets Jaunes, comprenons bien qu’il ne peut y avoir de solutions au sein du système… Tout le pouvoir aux Ronds-Points !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, coronavirus CoV19, crise mondiale, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 septembre 2020 by Résistance 71

 

 

Gilets Jaunes !

Il y a maintenant près de deux ans de lutte écoulés qui nous montrent on ne peut plus clairement qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a en fait jamais eu et qu’il ne saurait y en avoir !

Ceci se doit de devenir une évidence incontournable pour toutes et tous, membres de notre lutte organique pour une société enfin libre.

Ainsi, toute négociation avec l’État et les représentants de l’oligarchie est non seulement futile mais contre-productive. Ignorons-les !

Solidarité – Union – Persévérance – Réflexion – Action

Devenons S.U.P.R.A Gilets Jaunes !

Reprenons le pouvoir par les Assemblées Populaires et dans le même temps:

  • Boycottons les institutions et la dictature sanitaire
  • Boycottons l’élection et l’impôt absorbant l’intérêt de la dette odieuse
  • Boycottons les entreprises du CAC40 et des transnationales criminelles
  • Achetons et promouvons les produits locaux
  • Réaménageons nos campagnes et nos communautés agricoles
  • Rassemblons-nous en comités populaires de voisinage, de travail…
  • Restons incontrôlables et imprévisibles !

Tout le Pouvoir aux Ronds-Points !

Pour une société émancipée et donc libre !

A bas l’État, à bas la marchandise, à bas l’argent, à bas le salariat !

Aussi…

Cinq textes fondamentaux pour nous aider à  y parvenir, ensemble, à  lire, relire et diffuser sans aucune modération:

 


Résistance 71