Archive pour gilets jaunes résistance politique

France et terrorisme d’État en marche: « Le dissident Gilet Jaune est bien un résistant… »

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, gilets jaunes, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, Social & Retraite, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 11 décembre 2019 by Résistance 71

 


« L’État est la négation de l’humanité. » Bakounine

 

Criminaliser les Gilets Jaunes en France : le terrorisme d’état en marche ?

 

Jean-Yves Jézéquel

 

1er décembre 2019

Source:

https://www.mondialisation.ca/criminaliser-les-gilets-jaunes-en-france-le-terrorisme-detat-en-marche/5639402

 

L’actualité des Gilets jaunes nous oblige à parler de terrorisme d’État, car celui-ci est directement en cause puisqu’il a été révélé brutalement par le comportement de Didier Lallement, Préfet de Police de Paris, nommé récemment à ce poste par les tyrans de la macronie, puisque son prédécesseur démissionné de force se montrait trop respectueux du droit constitutionnel. Ce haut fonctionnaire de l’État français républicain a manifestement et délibérément confirmé le 16 novembre dernier, Place d’Italie, le terrorisme d’État en marche, en répondant à une dame pacifique qui se disait Gilet jaune. Cet aveu du Préfet de police de Paris, retourné sur les lieux du crime pour y constater son efficacité, a été filmé et diffusé sur Internet: on ne peut donc pas le contester. Lallement affirme clairement et sans honte: « Nous ne sommes pas dans le même camp, Madame! » Il représente pourtant théoriquement la « République Française » et il était donc tenu à un devoir de neutralité, même si personnellement il est opposé aux revendications plus que légitimes d’au moins 70% de la population de ce pays. Certes, il est évident que Lallement fait partie des bobos et des nantis du système, grassement payé par les impôts de ce peuple qu’il place dans un « camp adverse »! On peut dores et déjà se dire que ce comportement relève d’une forme de délire!

Avant d’en faire une analyse un peu plus détaillée, rappelons que le terrorisme d’État consiste en une pratique de la terreur par un État dit de « Droit », sur sa propre population, comme méthode de gouvernement. La terreur permet au pouvoir en place de briser, à force de mesures extrêmes, arbitraires, illégales, anticonstitutionnelles, violentes, et de sidération collective, ceux qui lui résistent. Inutile d’insister sur le fait que le recours à la terreur rend d’office illégitime tout pouvoir qui se révèle ainsi être intrinsèquement pervers et que le devoir des citoyens est de renverser un tel pouvoir.

Le phénomène de sidération a la particularité de créer dans l’individu sidéré un morcellement. Cette situation psychique est qualifiée de « psychotique » par les psychologues. Quand l’État nous sidère par sa pratique avérée de la terreur, c’est la santé mentale qui nous est ouvertement interdite et la pathologie est en même temps décrétée, anachroniquement et paradoxalement, comme la «normalité»! 

Le fait de criminaliser un comportement, celui des Gilets jaunes, jugé arbitrairement et implicitement par Lallement, comme « non conventionnel », selon les termes de la loi Valls sur le terrorisme, ne peut avoir pour but que d’installer la «légitimité» d’un « non-sens » et ainsi, de  prolonger indéfiniment l’effet de sidération. Le spectacle insensé de la violence policière organisée à la Place d’Italie le 16 novembre dernier, a gravé et laissé dans la « conscience collective », (obligatoirement morcelée des citoyens qui ont assisté, à cette occasion, à une surenchère de la toute-puissance accordée à une police qu’il est formellement interdit de critiquer, ceux-ci étant dans le « bon camp » et le peuple opprimé dans le « mauvais camp »), une énorme sidération des citoyens pétrifiés devant la toute puissance de la répression policière, bénéficiant d’une absolue impunité! 

Lallement a organisé le spectacle de la brutalité terroriste du Pouvoir, afin de nous donner «à voir», ce qu’il en coûte à tout citoyen ne se terrant pas dans le silence muet de la sidération face à la toute-puissance de l’État terroriste! Moi, l’État, j’ai le pouvoir arbitraire de maltraiter ou de massacrer n’importe qui sans l’avis d’un juge qui de toute façon est lui aussi dans le même «camp»! Tous les citoyens de ce pays qui protestent, sont placés d’office dans la même situation que celle de «terroristes», de « foule haineuse », de gens qui « ne sont rien » ou qui «menacent la République». Nulle preuve du désastre ultralibéral n’est nécessaire; nulle légitimité constitutionnelle à protester n’est nécessaire: l’État est tout puissant et s’autorise à réprimer, à brutaliser, à intimider, à dissuader les revendications. Ceux qui ne se soumettent pas à la toute puissance de l’État terroriste sont dans un « autre camp »!

En observant le traitement judiciaire odieux qui est fait contre les Gilets jaunes, avec la complicité d’une magistrature collabo, le citoyen spectateur passe d’une image qu’il voit sur ses écrans de télévision à une image qu’il ne voit pas, celle de l’invisibilité du choc de la lutte du «  camp du bien » contre « le camp du mal ». Puis, grâce à la mise en scène spectaculaire de Lallement sur la place d’Italie, le mal est identifié à l’image des Gilets jaunes. La personnification du mal est un soulagement extraordinaire offert par le Pouvoir aux citoyens bobos partisans macroniens qui peuvent désormais clairement « choisir leur camp »: celui de la complète complicité avec le terrorisme d’État ou celui de l’option du terrorisme contre l’État! 

C’est l’artifice rhétorique habituel du Pouvoir qui gère son «management de la terreur», dans le but de provoquer une sidération des citoyens et de les conditionner pour «la fabrique du consentement». C’est l’absurdité du discours officiel qui fait qu’on ne peut pas le contester. 

La sidération pétrifie. Nous voyons tous que quelque chose n’est pas net et profondément incohérent dans ce discours officiel de Lallement et de ceux qu’il représente, mais cette faille qui apparaît dans le discours a pour but de nous «morceler». 

Le psittacisme journalistique, quant à lui, a une force incantatoire et le compte rendu en boucle des violences des «casseurs» assimilés aux Gilets jaunes, compte rendu quasi jubilatoire pratiqué par les supports médiatiques officiels, est une exhibition qui s’impose à tous les citoyens. En réalité, il n’y a pas de représentation possible des faits; c’est chaque fois une exhibition, impliquant une manipulation, et c’est par cela que l’effet de sidération est garanti. La sidération vient de l’impossibilité pour chacun d’entre nous de déchiffrer le réel; elle ne vient pas en soi de la violence exhibée elle-même. 

Le citoyen ainsi «morcelé» à son insu, ne peut retrouver son «unité individuelle» que par une surenchère dans ses paroles d’adhésion à ce qui lui a été assené. Ensuite, une fusion identification s’opère avec le Pouvoir qui a montré, nommé, déclaré les faits. «Le bon camp de la légitimité étatique», comme la fusion entre les surveillants et les surveillés, peut se mettre en place. Le Pouvoir a les mains libres pour décréter une dictature devenue parfaitement «légitime» dans son discours. Des gens bien intentionnés (les bobos macroniens et profiteurs d’en haut) vont s’étonner que la police ne tire pas encore à balles réelles sur ce peuple qui appartient à «un autre camp» incompatible avec le leur!

(Cf., les BHL et autres Luc Ferry) Si quelqu’un ose montrer les failles dans le discours du Pouvoir, alors apparaît la psychose qui a pour effet immédiat de supprimer tout mécanisme de défense. Le Pouvoir peut abolir l’État de Droit, installer une authentique dictature et peut déclarer tout ce qu’il veut, jusqu’à rejeter la vie privée hors des libertés fondamentales. Le citoyen voit se dresser des sens interdits partout, il est piégé, nassé; il n’a plus les moyens de se défendre, sauf s’il en vient à prendre les armes! C’est ainsi que la guerre civile est préparée et programmée par les charlatans de l’irresponsabilité politique dont Lallement est un brillant serviteur. 

Le dissident Gilet jaune est bien un résistant. Dans le «camp» macronien, on va faire entendre que cette classe «haineuse», celle de ceux qui «ne sont rien», ne peut pas avoir raison contre la majesté de la République sacralisée et «innocente» en tant que sacrée. Le dissident contestataire devient donc le «traître» ou le «complotiste», le «récalcitrant», « l’ennemi de la République », « le fainéant » qui ne veut pas « traverser la rue pour trouver un emploi », le « salaud de pauvre » accusé en même temps, dans un amalgame exécrable, « d’antisémitisme », « d’homophobie » et autres injures… Pour le macronien moyen, il faut faire taire impérativement ce divergent par tous les moyens. Tous les «frondeurs» et «résistants» de l’histoire ont été persécutés par les Pouvoirs en place et il n’y a rien d’étonnant à cela puisque le Pouvoir ne s’inquiète que de sa pérennité et de ses intérêts immédiats jamais compatibles avec ceux d’une démocratie. 

Ce management de la terreur, révélé par Lallement et pratiqué par l’État, ne peut que déboucher sur la guerre civile! Les «responsables savent parfaitement ce qu’ils font», c’est pourquoi, nous ne pouvons pas leur pardonner! 

Lallement choisissait la place d’Italie pour autoriser la manifestation du premier anniversaire de la révolte des Gilets jaunes, le 16 novembre dernier.

Cette place avait l’avantage d’être entourée de travaux: on pouvait donc facilement y organiser la casse.

Le maire du 13ème arrondissement protestait vigoureusement mais l’État tout-puissant lui disait de la fermer!

Avant 14h00, heure du début de la manifestation autorisée, des «policiers casseurs» étaient déjà à l’œuvre depuis 10h00 du matin pour dresser des barricades au nez et à la barbe de leurs collègues CRS. 

Le dispositif policier ceinturait la Place d’Italie et laissait faire sans intervenir. 

Des feux étaient allumés et un camion des services de propreté de la ville de Paris arrivait tout naturellement sur la place et déversait devant la police des palettes de bois pour alimenter le feu des barricades: ce fait a été filmé par un témoin et diffusé sur Internet en direct. On était à deux heures du début de la manifestation.

Le monument militaire de la place d’Italie était profané devant la police qui ne bronchait pas.

La police laissait la place se remplir et organisait immédiatement la nasse.

La violence organisée se mettait en route et les télévisions collabos étaient à l’oeuvre pour montrer à quel point ces Gilets jaunes, fêtant l’anniversaire d’une année de lutte et de sacrifices consentis, étaient des ordures à éliminer impitoyablement.

Le gazage était déclenché, puis le concert des grenades GLI F4, des LBD 40 et de toute l’artillerie habituelle était orchestré par Lallement depuis le pupitre de la préfecture de Paris. Puis satisfait du travail accompli, fier de son fascisme transcendant, il allait compter les nombreuses victimes de cette violence policière…

Tout le monde était massacré: Gilets jaunes et journalistes de la presse indépendante, passants, touristes et visiteurs, sans distinction…

Lallement déclarait hypocritement qu’il avait organisé un «canal d’évacuation» avant l’intervention violente des «Forces de l’Ordre» transformées en milices!

A 14h00 il déclarait «interdite» une manifestation qui était autorisée! Les gens qui étaient là étaient nassés, et ne pouvaient en aucun cas savoir que tout à coup la manifestation n’était plus autorisée!

On les verbalisait donc «en veux-tu en voilà»: contraventions de 135 euros, interpellés, arrêtés, menottés, nassés, gazés, massacrés…

Les casseurs étant des gens de la police, comme on l’a relevé, pouvaient se replier tranquillement derrière les rangs de leurs confrères en uniformes pour se protéger de la colère de ceux qui les avaient repérés… Dans la France macronienne, on connaît désormais les BAC Blocs.

Lallement commettait une série d’infractions graves:

Article 223-1 du Code pénal: mise en danger délibéré de la vie d’autrui…

Articles 322-1: complicité de dégradations volontaires de biens publics…

Articles 222-9 à 222-13: Violences volontaires par l’autorité publique…

Article 432-4: Atteinte à la liberté par séquestration arbitraire effectuée par l’autorité publique… Interpellations, gardes à vue illégales, violences sur des gens présents sur les lieux de bonne foi (manifestation autorisée) mais interdite sans préavis sans qu’ils ne puissent le savoir!

Article 432-10: Délit de concussion.  C’est la perception d’argent qui n’est pas dû! Les gens qui ont été verbalisés n’avaient pas à payer ces amendes illégales…

Enfin, seul le Procureur de Paris peut déclencher aujourd’hui une enquête et identifier les responsabilités pénales et disciplinaires. Mais comble d’ironie, le nouveau Procureur de Paris est justement un ami de Macron qui a été placé à ce poste clé et qui a organisé les gardes à vue préventives des Gilets jaunes! La «démocratie» est décidément magnifique et elle est belle à voir en France!

Le Procureur de Paris s’avère être dans « le même camp » que Lallement, comme l’IGPN, comme la magistrature, comme le Parlement, comme le Conseil Constitutionnel… etc. Tout est verrouillé et le pouvoir ne souffre pas d’être partagé: pas de contre-pouvoir, pas d’échappatoire, pas de liberté, pas de fraternité, pas d’égalité de tous devant la loi; seulement le pouvoir absolu d’un côté et la soumission absolue de l’autre… une parfaite dictature.

CONCLUSION

La République révèle enfin son vrai visage et sa réelle nature: un « camp de répression» dans lequel le peuple est parqué pour être dressé non seulement à la soumission mais plus encore, dressé à aimer sa soumission, grâce au mensonge qui a assez duré. Le peuple Français vient de découvrir que le « camp » de la République n’est pas au service des intérêts du bien commun du peuple tout entier, mais au service d’une caste de privilégiés qui ont organisé le dressage du peuple pour l’exploitation et le pillage du peuple. La caste des tyrans du « camp » spécialisé en dressage, ne supporte plus que ce peuple ait encore quelque chose à revendiquer. Elle veut « remettre de l’ordre »: les Maîtres d’un côté (le camp des élites) les esclaves de l’autre (le camp des maltraités, de « ceux qui ne sont rien », de « la foule haineuse »)… 

Pour le moment, nous connaissons le cas de cette pauvre dame qui fermait ses volets à Marseille, visée de sang froid par un tir de LBD 40, et décédée des suites de cette agression criminelle de la police française. Puis un Gilet jaune, filmé levant les bras au ciel, était lui aussi abattu de sang froid par un sniper de la police, sur les Champs Élysées, le samedi 24 novembre 2018 et dont personne n’a jamais plus entendu parler. La scène était captée en direct par le téléphone d’un «étrange témoin» enregistrant à la fois les policiers meurtriers et la victime s’écroulant sur le sol! Pour le moment, la tuerie de masse n’a pas encore été ordonnée, mais tout indique qu’elle ne va pas tarder, peut-être déguisée en attentat islamiste du genre « Promenade des Anglais ». On nous serine depuis un bon moment que «nos compatriotes djihadistes égorgeurs sont de retour de Syrie», comme si le terrain était déjà psychologiquement préparé pour une nouvelle mise en scène du terrorisme d’État et pour la justification de la violence par la confortable opportunité d’un bouc émissaire de service…

Je ne sais pas pourquoi cette histoire du Préfet Lallement s’impose à mon esprit et me renvoie subtilement à celle d’Anders Behring Breivik, ce Norvégien de 32 ans qui avait planifié et réalisé le carnage du 22 juillet 2011 à Oslo et sur l’île d’Utoya: 77 morts par balles et 151 blessés à lui tout seul. Il avait organisé froidement ce massacre pour satisfaire ses convictions idéologiques, dans la pure tradition du conservatisme chrétien, illuminé par sa mission spirituelle de nouveau Templier, incarnant les vraies valeurs de notre « grande culture judéo-chrétienne, paulinienne », exaltée et inspirant la perfection indépassable de l’ultralibéralisme au service d’une élite qui pense résolument, tout comme le Préfet Lallement, qu’elle «sera là pour toujours» (Cf., allocution de Lallement le samedi 16 novembre 2019). Cette élite est persuadée qu’elle verra prochainement en France la fin des Gilets jaunes écrasés par la puissance du terrorisme d’État! La guerre du «camp Lallement», me fait penser à la guerre du «camp Breivik», comme s’il y avait entre ces gens-là un lien mystérieux qui les unissait au-delà de la raison et de la conscience…

Mais qui a déjà entendu dire qu’un Pouvoir, qu’un État, qu’un Empire et ses Légions toute puissantes «auraient été là pour toujours» en ayant eu le dernier mot sur les peuples?! Non Monsieur Lallement, ce cas de figure n’existe pas: «vous n’êtes pas là pour toujours», le Pouvoir «n’est pas là pour toujours», l’État «n’est pas là pour toujours», car le mensonge n’a qu’une durée de vie limitée. En revanche, le peuple lui est assurément là comme il était là avant l’erreur étatique et comme il sera encore là après le jour de sa chute finale, et cela jusqu’à ce que la Terre Mère ait décidé elle même de la fin ultime de l’aventure humaine sur la planète…

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Grévistes en colère: « Bureaucrates, hors de nos grèves ! »

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2019 by Résistance 71

Nous ne sommes pas les seuls à le dire loin s’en faut, mais il est vital de considérer ce fait évident: toute grève encadrée l’est par des foies jaunes qui bouffent depuis des lustres au râtelier du système et pour eux, la soupe est bonne…

Tout mouvement de grève encadré n’est que la mise de la lutte émancipatrice dans la nasse du réformisme.

Non pas que la base soit corrompus, mais la hiérarchie l’est, immanquablement et le texte ci-dessous est éclairant là dessus pour ceux/celles qui l’ignoraient encore.
Pour être vraiment efficace et peser : grève générale illimitée et expropriatrice, c’est à dire que les travailleurs reprennent les rênes du travail et produisent biens et services pour la communauté, en direct, et non plus pour soutenir ce système de la dictature marchande, du profit et sa clique de parasite (sortie de l’aliénation). Les conseils ouvriers italiens anarchistes de 1920 ont fait trembler le système de la sorte pour n’être trahi que par la fange habituelle des foies jaunes de partis, “communistes” en tête.

Quand on négocie, on est d’accord sur le principe du système dans lequel on évolue. Là doit se situer la grande rupture. La victoire émancipatrice ne peut venir qu’en dehors de l’État et de ses institutions, en dehors de la dictature marchande qui les régit depuis quelques 200 ans, en dehors des concepts monétaires et en dehors de l’esclavage salarial. Le but n’est pas d’améliorer cette merdasse immonde et contre-nature, mais de la supprimer sans espoir de retour.

Tel est l’enjeu, tout le reste n’est que favoriser le renforcement du système qui phagocyte toutes les luttes menées sur son terrain. Nous ne devons plus jouer cette partie sur leur terrain, mais sur le notre. Le nombre, l’organisation organique et la détermination sont notre force, même si pas encore bien comprise.

C’est la seule issue pour nous émanciper de cette société du vampirisme marchand et de pouvoir enfin vivre et mon plus survivre avant la mort.

Qu’on se le dise !

~ Résistance 71 ~

 


« A bas les grèves réformistes des impostures marchandes »

 

Bureaucrates hors de nos grèves !

 

Grévistes en colère

 

7 décembre 2019

 

source:

https://paris-luttes.info/bureaucrates-hors-de-nos-greves-13041?lang=fr

 

Impressions et analyses d’un gréviste sur comment se départir des bureacrates syndicaux afin de mener le mouvement vers la victoire.

Ayant déjà été grévistes en 2010 lors de la précédente réforme des retraites, qui, faut-il le rappeler, a été un flop énorme, et a épuisé la plupart des personnes l’ayant vécu, leur a brisé le moral jusqu’en 2016 où les têtes ont commencé à se relever, nous tenons à mettre au point un certain nombre de choses.

1-Le droit de grève étant encadré en France, nous ne sommes pas libres de faire grève quand nous le souhaitons. Le public et le privé sont pris en otage (pour une fois que c’est vrai) par les directions syndicales qui posent les appels nationaux, « couverture légale » de tout mouvement de grève.

Le privé peut se mettre en grève dès qu’il le souhaite, à condition d’être deux grévistes dans une boite : à moins d’un rapport de force particulièrement élevé, inutile de dire que c’est compliqué.

Le public doit attendre le bon vouloir des directions syndicales, même s’il y a des préavis tout le temps, absolument pas coordonnés : ah ouais c’est vrai, si on était coordonné·e, peut-être qu’on pourrait gagner, merde alors.

Jeudi, c’était le cas : grévistes partout, boulot nulle part, en plus pas de transports, tant mieux pour tout le monde.

Vendredi, déjà, les gens commencent à bafouiller : les buros sont de nouveau de sortie en AG pour nous expliquer que jeudi et mardi, c’est deux jours consécutifs. Comment faire passer des journées éparses pour une grève illimitée…


C’est pourquoi nous souhaitons que les gens arrêtent leurs salades : tout le monde veut une grève illimitée, qui sera notre seule chance de faire reculer les porcs qui veulent nous faire travailler jusqu’à la mort.

2-Comme la grève, ça coûte cher, et que tout le monde crève déjà la bouche ouverte, la question des caisses de grève se pose : qui parle de caisse en ligne, de demander l’aumône dans le métro (dommage, y en a plus), de faire des gâteaux et du vin chaud, etc., etc.


Nous tenons à rappeler que les syndicats ont des thunes pour ça et qu’elles ne sont pas réservées aux syndiqué·e·s, mais aux grévistes. Nous serions bien naïf·ve·s de laisser les syndicats contrôler ces caisses et avons besoin de caisses autonomes
 !

3-Retour des AG, retour des buros : les méthodes n’ont pas changé, on tient le crachoir, tout le monde est d’accord dans un consensus flou, toute parole est immédiatement lissée, policée. Bientôt le retour des invisibilisations, des limitations du temps de parole voire des intimidations verbales ou physiques envers les personnes qui parlent d’organisation sérieuse,

Il est nécessaire, dans toutes les AG, que les gens soient conscient·e·s des tours de passe-passe des habitué·e·s de la parole : qui récupère les numéros de téléphone et les mails et contrôle les informations diffusées, qui veut mettre tel mot à la place de tel autre, qui veut imposer son agenda syndical ou politique, qui veut proposer tel mode d’organisation, commission dans un but de contrôle, etc., etc.

Tous ces micmacs n’intéressent personne, on n’a pas le temps : tout ce qu’on veut, c’est décider ensemble, de nos actions, de nos moyens de faire grève, donc pression.

Que les bureaucrates fassent attention : on n’est pas prêt·e·s à se faire rouler de nouveau dans la farine !

À bon entendeur·euse·s, salut

Des grévistes qui en ont marre de se faire déposséder de leur lutte.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

Mise au point sur notre billet « Black Bloc » sur la place d’Italie du 17 novembre

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, gilets jaunes, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , on 19 novembre 2019 by Résistance 71

 

 

Résistance 71

 

19 novembre 2019

 

Dans notre billet du 17 novembre « Gilets Jaunes An I: Des ‘Black Blocs’ se réfugient derrière la police sur la place d’Italie (vidéo) », nous n’avons pas dit que le « Black Bloc est la police », le titre de la vidéo citoyenne mise en ligne est à cet égard trompeur, ce qui n’enlève rien à la preuve visuelle de ce qu’il s’est passé, en partie du moins ce jour-là et à cet instant là, sur la place d’Italie dans le 13ème arrondissement de Paris. Nous avons dit qu’il a été manifestement infiltré.

Le Black Bloc se constitue dans des cas spécifiques. La question peut-être posée de savoir en quoi la manif’ déclarée en préfecture du 16 novembre devant partir de la place d’Italie, comme tant d’autres avant elle, aurait constitué une occasion spéciale pour la constitution d’un Black Bloc ? Si c’est le cas, pourquoi commencer le fritage sur la place, bien avant le départ de la manif’, alors que bien évidemment celle-ci deviendrait très rapidement une nasse avec le dispositif en place ?.. Quel serait le but ? Quel serait également le but pour un Black Bloc de déambuler dans une manif’ 100% encadrée devant, derrière et sur les côtés par les keufs, comme c’est la cas depuis des mois au cours des manif’ déclarées et autorisées par la préfecture ?. . Ultimement, à qui a profité la violence ?

Si le concept et la pratique du Black Bloc ne sont bien entendu pas policiers, il n’en demeure pas moins, que des équipes spéciales de la police peuvent et ont déjà infiltré les Blacks Blocs avec un objectif bien évident à comprendre. Ce fut le cas sur la place d’Italie en ce 16 novembre 2019, au moins pour les trois lascars qu’on voit sur la vidéo se réfugier derrière leurs supposés collègues, l’un d’entre eux ayant été manifestement touché, le plus probablement par un « tir ami »…

Sur cet incident on peut en tirer ces conclusions:

  • Si ce Black Bloc avait dûment été organisé, la tactique est sérieusement à revoir…
  • Si ce Black Bloc avait été organisé, il fut infiltré par des agents du pouvoir (preuve vidéo), ce qui pose la question de sa sécurité interne…
  • Si ce Black Bloc fut une imposture, il serait temps de le dire et de s’en désolidariser…

Quoi qu’il en soit, des leçons devront en être tirées pour toutes actions futures.

Nous pensons ces précisions être utiles et nous réitérons notre position: nous ne pensons pas que les Black Blocs sont une « organisation policière », nous tenons simplement à faire savoir qu’il semble assez aisé pour les agents du pouvoir de les infiltrer et d’agir dans les intérêts de celui-ci.

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


Le Black Bloc… le vrai !

Gilets Jaunes An I : 16/11 Des « black blocs » se réfugient derrière la police place d’Italie (Vidéo)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, Social & Retraite, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

17 novembre 2019

 

Mise au point du 19/11 sur ce billet

 

Ci-dessous, une video de rue de 3 soi-disants « black bloc » dont un semble blessé, venant se réfugier derrière un cordon de police.

 

 

Il semble donc, et cela est d’une grand logique, que les violences qui ont éclaté en amont du départ de la manif’ déclarée place d’Italie (Paris 13ème), aient été sciemment provoquées par le pouvoir afin de:

  • Faire interdire la manifestation, ce qui fut bien entendu fait..
  • Piéger les Gilets Jaunes sur la place pour toujours plus de répression
  • Tenter de discréditer le mouvement
  • Noircir toujours plus avant la réputation des « anarchistes »
  • Instaurer un climat de peur dès le début du week-end afin de décourager les manifestants de venir dans les rues

Cette pratique est courante dans toutes les polices du monde, elle est omniprésente dans la police française.

Le pouvoir marchand est dans une logique de violence systémique qui ne peut aller que crescendo. La question qui se pose depuis un moment déjà est :

Quel est l’objectif politique ou plutôt, que doit devenir l’objectif politique du mouvement des Gilets Jaunes ?
Qui peut encore croire à rendre ce système plus « vertueux » quand division, coercition, oppression, exploitation, mensonge, tromperie et veulerie en sont les caractéristiques exclusives ?

Dans notre prochain billet : Deux textes fondamentaux en format PDF pour aiguiser notre réflexion et notre action. A suivre…

 


Tout le pouvoir aux ronds-points !

Novembre 2018 ~ Novembre 2019… Le bouleversement des Gilets Jaunes

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 8 novembre 2019 by Résistance 71

Très bonne analyse de ce compagnon Gilet Jaune qui doit être lue et diffusée sans modération. En ce qui nous concerne, nous rajouterons que le Mouvement des Gilets Jaunes deviendra irrésistible quand la compréhension collective s’articulera sur le fait qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il ne saurait y en avoir et qu’il est donc vain, futile et inepte que de vouloir le réformer, le rendre plus « vertueux » pour une énième fois qui ne sera qu’un échec supplémentaire.
Dans cette optique de notre réalité objective, cessons de perdre notre temps en vains projets rêveurs, la lutte se doit de converger suivant la ligne directrice de:
A bas l’État ! A bas la marchandise ! A bas l’argent ! A bas le salariat !
Pour que naisse et fleurisse la société des sociétés de la diversité complémentaire ayant lâché prise de tous les antagonismes.

~ Résistance 71 ~

 

 

Le bouleversement des Gilets Jaunes

 

Manif-Est Info et Rébellyon

 

7 novembre 2019

 

Source:

https://manif-est.info/Le-bouleversement-des-Gilets-Jaunes-1198.html

 

Il y a presque un an jour pour jour surgissait le mouvement des gilets jaunes. Un an de manifestations chaque samedi, d’assemblées générales, de ronds-points habités et de maisons du peuple occupées. Un an d’élaboration politique et d’expérimentation sociale. Une année d’existence qui sera dignement fêtée à n’en pas douter le 17 novembre prochain, date anniversaire du mouvement.

A bien des égards ce mouvement a pris une ampleur historique, par sa longévité, par sa cadence maintenue actes après actes, par son hétérogénéité, par sa conflictualité, par la violence de la répression à laquelle il a été confronté, aussi bien dans la rue que dans les tribunaux…

Et c’est sans doute cette ampleur historique qui a fait tant couler d’encre à son sujet.

(Article initialement paru sur Rebellyon en juin dernier, augmenté de quelques mises à jour.)

Indéniablement, le mouvement des Gilets jaunes est venu bousculer, voire bouleverser l’ordre politique des choses. Et ce à tous les niveaux, aussi bien dans les hautes sphères institutionnelles que dans les marges révolutionnaires.

Au sein de la gauche radicale, extraparlementaire, nombreux furent ceux qui au début regardèrent avec beaucoup de scepticisme voire une franche hostilité ce mouvement indéfinissable né des réseaux sociaux et en dehors de toute sphère militante. Puis, le mouvement avançant, s’épaississant, gagnant en intensité, nombreux furent ceux qui s’y plongèrent. Car demeurer indifférent à ce qui prenait corps sous nos yeux devenait impossible.

Cela a été dit et répété, le mouvement des Gilets Jaunes surprend d’abord par son hétérogénéité politique et sociale et par les contradictions qui le traversent. Des critiques, souvent salutaires, sont venues pointer du doigt les plus néfastes de ces contradictions. La pénétration du confusionnisme et du complotisme dans le mouvement, les tentatives de récupération politique, la croyance en des mesures salvatrices telles que le mirage du RIC [1], les mauvais relents patriotiques… D’autres contradictions ont été résolues par le mouvement lui-même, dans la manière dont il chemine. Le piège de la représentation politique a par exemple été admirablement évité. Aucun parti n’incarne encore aujourd’hui le mouvement, aucun dialogue selon les règles du jeu politique institutionnel n’est envisagé et, chaque fois qu’une personne a cherché à se positionner en intermédiaire entre le pouvoir et le mouvement, elle s’est immédiatement attirée les foudres des Gilets Jaunes. La preuve si il en est, les quelques listes estampillées Gilets Jaunes pour les élections européennes ont rencontré un succès quasi inexistant. Bien sûr il existe des figures du mouvement, plus ou moins pertinentes, mais elles ne font offices à la rigueur que de baromètre de certaines tendances du mouvement n’ayant aucun pouvoir décisionnel sur lui. Car une autre des caractéristiques fortes de ce mouvement tient dans son horizontalité et dans son caractère diffus et rhizomatique [2] .

Nous considérons que ce bouleversement politique opéré par les Gilets Jaunes est puissant et bénéfique à bien des égards. Et nous aimerions verser ici quelques éléments d’analyses de ce bouleversement.

Se penser en sujet politique

Ce qui est d’abord frappant dans le mouvement des Gilets Jaunes, c’est l’irruption dans le champ politique d’individus s’y étant toujours tenus à l’écart d’une manière ou d’une autre. Sociologiquement et géographiquement, c’est un mouvement qui est né des zones périphériques. Zones périurbaines voire complètement rurales aussi bien que périphéries des grandes villes. Ce sont ces zones géographiques qui ont fait l’objet de nombreuses analyses ces dernières années, en proies à la désindustrialisation, au déclassement social ou à la peur qu’il suscite, et dont les habitants sont parmi les premiers tributaires de la disparition des services public. Ce n’est pas pour rien que des régions comme le Nord-Est, le Nord ou le Sud-Ouest sont devenues des bastions du mouvement. De la même manière, des collectifs forts de Gilets Jaunes se sont structurés dans les zones périphériques des grandes villes, on pense notamment au collectif Gilet Jaune Rungis ile-de-France qui a multiplié les actions de blocage des zones industrielles et logistiques franciliennes ou encore à la popularité du mouvement dans les quartiers Nord de Marseille.

Nombreux sont les Gilets Jaunes issus de ces régions qui se positionnent sans doute pour la première fois en tant que sujet politique à travers ce mouvement. Celui-ci marque l’irruption dans le champ politique d’une somme d’individus à qui l’on a dit, répété et fait comprendre depuis un certain temps déjà que la politique n’était pas leur affaire, qu’ils n’avaient pas à se prononcer sur le devenir du bien commun, qu’ils n’avaient pas à revendiquer quoique ce soit, que ce qui régie leur existence n’était pas leur histoire. Qu’ils n’avaient à la rigueur qu’à élire de temps en temps et que finalement la politique était une affaire sérieuse réservée à des professionnels.

Le mouvement des Gilets Jaunes c’est donc l’irruption dans le champ politique d’individus qui, en se réunissant, se donnent la possibilité d’aspirer à un peu plus que ce qu’on leur octroi habituellement, par la manifestation, l’occupation, le blocage et le sabotage. C’est finalement l’histoire assez classique et récurrente d’une partie du peuple qui décide qu’elle mérite mieux que les miettes que le pouvoir consent à lui laisser, qui considère que la précarité, l’humiliation et la galère ne sont décidément pas des situations acceptables. C’est en somme à une réactualisation de la lutte des classes que nous avons affaire ici.

La question révolutionnaire

Ce qui est assez remarquable dans le mouvement des Gilets Jaunes c’est le retour ou plutôt la centralité de la question économique comme moteur de la révolte. Un certain nombre de personnes se sont révoltées en estimant que leurs conditions matérielles d’existence n’étaient pas acceptables ni vivables. Elles ont aussi estimé que ces conditions de vie n’avaient rien de naturelles et légitimes car produites par un système économique capitaliste s’étant développé au cours de l’histoire contre une partie conséquente de la population et aujourd’hui organisé par un système politique que l’on pourrait, à l’instar de Grégoire Chamayou [3], qualifier de libéralisme autoritaire.

Bien sûr les derniers mouvements sociaux, au premier rangs desquels le mouvement contre la loi travail, se sont structurés autour de la contestation du système économique et politique. Mais ce qui change avec les Gilets Jaunes, c’est que la critique porte sur l’ensemble du système, dans ses dimensions écologiques, sociales, économiques et politiques. C’est une révolte offensive contrairement aux mouvements sociaux qui, même s’ils portent en eux les conditions de leur dépassement c’est-à-dire la critique générale du système, visent d’abord à se défendre d’une réforme en particulier.

D’emblée le mouvement porte la question révolutionnaire, non pas en la formulant précisément ou de manière programmatique, même si on a pu entendre à de nombreuses la foule en jaune scander le mot « Révolution », mais plutôt dans le rapport de force établi avec le pouvoir politique directement dans la rue, en dehors du champs politique institutionnel, à travers cette volonté manifeste de rompre avec les institutions. Cette aspiration révolutionnaire à voir la chute d’un régime politique n’étant pas programmatique elle contient en elle la peur de l’inconnu. Elle n’exclut pas non plus d’emblée l’apparition des « monstres » qui peuvent aussi émerger de ces temps « clairs-obscurs » que Gramsci dépeignait avec tant de lucidité et qui ont hanté le siècle dernier. C’est sans doute ce qui a poussé un certain nombre de militants de la gauche radicale à plonger dans le mouvement des Gilets Jaunes, cette aspiration révolutionnaire et cette nécessité d’en chasser les franges les plus conservatrices et réactionnaires.

Et alors, doit-on craindre la Révolution ? La différer ? La repousser ? La draper de pureté ? Attendre la réunion des conditions objectives ?

Les Gilets Jaunes auront finalement rappelé que la question révolutionnaire n’est pas l’apanage de la gauche radicale, c’est-à-dire qu’elle n’est pas l’apanage de spécialistes, mais bien l’affaire de tous. Ils auront aussi contribué à produire, par leurs actes, une réactualisation de la question révolutionnaire. En d’autres termes, comment penser aujourd’hui une rupture radicale avec l’existant qui serait l’affaire du plus grand nombre et plus seulement celle d’une minorité éclairée.

Le mouvement a su également élargir le champ de ses revendications à mesure qu’il durait. C’est ainsi qu’on a pu voir émerger des manifestations de femmes gilets jaunes organisées en parallèle des manifestations hebdomadaires, des mobilisations en soutien aux gilets jaunes blessés ou frappés par la répression ou encore la création d’un village de gilet jaune au contre-sommet du G7 dans le sud-ouest.

Autonomie du mouvement

Une autre caractéristique observable du mouvement des Gilets Jaunes est cet effet de ruissellement du mouvement autonome sur le mouvement des Gilets Jaunes. Ce ruissellement s’observe d’abord dans la pratique. Le mouvement des Gilets Jaunes est par définition autonome. C’est-à-dire qu’il s’organise et se déploie en dehors de toute médiation institutionnelle, qu’il n’est pas représenté par un quelconque parti ou syndicat. Cela ne signifie pas qu’il ne contient pas en son sein des membres de partis ou de syndicats, mais son devenir ou plutôt ses multiples devenirs ne sont régies par aucune organisation officielle. Ce à quoi les Gilets Jaunes aspirent, de meilleurs conditions de vie, voire même une autre vie, ils ne pensent pouvoir l’obtenir que par le rapport de force conflictuel et non par la médiation.

La preuve en est chaque samedi, acte après acte. La manifestation sauvage, avec l’occupation du rond-point, a été l’incarnation la plus symbolique du mouvement des Gilets Jaunes. Rien n’est prévu à l’avance ou très peu, aucun service d’ordre, aucune négociation avec les pouvoirs publics.

Le cortège de tête a sans doute créé un précédent aux manifestations sauvages des Gilets Jaunes. Et les images d’émeutes, de casses et de barricades sans cesse ressassées par les chaînes d’info en continu ont très probablement contribué à imprégner l’imaginaire collectif d’un certains nombres de réflexes que l’on retrouve aujourd’hui dans la rue. Jamais le Black Bloc n’a été une tactique aussi à la mode qu’aujourd’hui, avec le risque aussi de la fétichisation par laquelle cette tactique deviendrait une fin en soi, la marque d’une appartenance identitaire et perdrait de son sens pratique.

Le mouvement des Gilets Jaunes est constitué d’un archipel de groupe Gilets Jaunes. Ces derniers se réunissent sur des bases affinitaires, géographiques, professionnelles voir au gré du hasard. Ce qui prévaut, c’est l’autonomie et la singularité de chaque groupe et le rapport d’horizontalité qui structure les groupes entre eux. La vie commune qui s’est développée sur les ronds-points est une tentative de vivre autrement, en communautés autogérées prenant en charge leurs conditions matérielles d’existences. Un essai d’autonomie appliqué à la vie quotidienne. Les Gilets Jaunes comme contre-société.

Enfin n’oublions pas la proposition des Gilets Jaunes de Commercy de fonctionner en assemblées organisées autour de maisons du peuple selon des principes égalitaires, inspirées du municipalisme libertaire. Proposition qui fut reprise par les Gilets Jaunes de Saint-Nazaire puis ceux de Caen avec notamment l’ouverture d’une maison du peuple dans ces deux villes. Dans une certaine mesure, les maisons du peuple constituent le prolongement urbain de ces vies communes esquissées sur les ronds-points occupés et créent des bases d’organisation pour le mouvement. Et cette Assemblée des assemblées née dans le Nord Est de la France a essaimé, pour preuve la 4ème édition de cette grande assemblée a été organisé à Montpellier le week-end dernier et a réuni plus de 600 personnes venues de tous le pays. Parmi toutes les discussions, propositions, décisions qui ont émaillé ces journées, une déclaration à retenue particulièrement l’attention : les gilets jaunes ont exprimé leur intention de prendre part à la grande grève contre la réforme des retraites qui va débuter le 5 décembre prochain.

Ce ruissellement, il s’opère également des Gilets jaunes vers d’autres mouvements sociaux. On voit de plus en plus de Gilets Jaunes colorer des mouvements sociaux, conflits, luttes ou grèves telles que par exemple les dernières manifestations intersyndicales ou les marches pour le climat. Et même si ces rencontres sont encore assez timides, gageons qu’à l’avenir elles soient de plus en plus fréquentes, surtout si les Gilets Jaunes investissent ces mouvements de toutes leurs expériences et pratiques politiques décrites ci-dessus. C’est en cela aussi, que le mouvement des Gilets jaunes est venu bouleverser le champ politique classique. En témoigne le dernier congrès national de la CGT tenu à Dijon le printemps dernier et où le mouvement des Gilets Jaunes était au centre des débats. De nombreux militants de base se revendiquant également Gilet Jaune, l’un n’empêchant pas l’autre bien au contraire, ont notamment reproché à la tête de l’organisation son manque de soutien affiché au mouvement [4].

On voit désormais des gilets jaunes colorer nombre de mobilisations aussi bien nationalement qu’internationalement. De la même manière certain-es retirent ou vêtissent le gilets fluorescents au gré des mobilisations, démontrant par la même que si le gilet jaune en tant que symbole fait communauté il n’en reste pas moins un signifiant politique dépassable.

Il paraît complexe et hasardeux de présager la manière dont tout cela va évoluer. Mais, à n’en pas douter, le mouvement des Gilets Jaunes laisse des traces dont on a pas fini de voir les effets. Toute cette expérience collective vécue et accumulée, ces réflexes partagés, cette répression subie ensemble, cette vie commune éprouvée, cette intelligence collective développée samedi après samedi, tout cela façonne une mémoire et une manière de se penser dans le monde. Il ne reste plus qu’à espérer que les luttes futures soient irriguées de cette énergie nouvelle déployée par les Gilets Jaunes. Et que ces contre-sociétés aperçues ici et là s’approfondissent.

Un Gilet Jaune parmi d’autres (pour la première version de cet article).

Notes

[1] https://larotative.info/le-piege-du-referendum-d-3095.html

[2] La théorie du Rhizome — développée par Gilles Deleuze et Félix Guattari — est l’un des éléments de la « French Theory ». Il s’agit d’une structure évoluant en permanence, dans toutes les directions horizontales, et dénuée de niveaux. Elle vise notamment à s’opposer à la hiérarchie en pyramide (ou « arborescence »). Wikipédia.

[3] Chamayou Grégoire, La société ingouvernable — Une généalogie du libéralisme autoritaire, la Fabrique, 2018, 362 pages

[4] https://www.liberation.fr/france/2019/05/16/au-congres-de-la-cgt-la-crise-des-gilets-jaunes-entre-les-lignes_1727522

= = =

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 

4ème Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes 1-3 Novembre 2019: Appel à rejoindre la grève générale reconductible du 5 décembre !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, gilets jaunes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, société des sociétés, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 novembre 2019 by Résistance 71


Tout le pouvoir aux ronds-points !

 

Nous dirons même plus: 

Grève générale illimitée et EXPROPRIATRICE, pour une véritable reprise en main de l’affaire politico-économique et en fin de compte, de nos vies !

~ Résistance 71 ~

 

Grève reconductible du 5 décembre: Les Gilets Jaunes se joignent à l’appel !

 

Paris-Luttes Info

 

4 novembre 2019

 

Source:

https://paris-luttes.info/greve-reconductible-du-5-decembre-12831?lang=fr

 

La quatrième Assemblée des Assemblées GJ s’est tenue ce week-end à Montpellier, rassemblant environ 600 personnes mandatées par 200 assemblées locales de ronds-points. L’Assemblée appelle notamment les Gilets Jaunes à participer au mouvement de grève reconductible à partir du 5 décembre.

Communiqué de l’Assemblée des Assemblées (ADA) GJ réunie à Montpellier les 1, 2 et 3 novembre 2019 :

“L’ADA réunie à Montpellier ce jour estime, après une année de mobilisation acharnée, que la situation est à un tournant.

L’heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes qui comme nous, n’acceptent pas.

Il faut un rassemblement du peuple français dans toutes ses composantes : paysans, retraités, jeunes, artistes, personnes en situation de handicap, petits artisans, ouvriers, chômeurs, précaires, travailleurs du public comme du privé….

Nous avons cette occasion à saisir, à partir du 5 décembre, date à laquelle des centaines de milliers de travailleurs seront en grève et en assemblées générales pour la reconduire jusqu’à la satisfaction de nos revendications.

L’ADA de Montpellier appelle les Gilets Jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs Gilets bien visibles !

La défaite du gouvernement sur sa réforme des retraites ouvrirait la voie à d’autres victoires pour notre camp.

Tous dans la rue à partir du 5 décembre, en grève ou sur le rond-point ou en action de blocage !

Tous ensemble, tous unis et cette fois, en même temps !”

= = =

4 textes modernes pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


GJ contre l’État = Société contre l’État

Des anarchistes aux Gilets Jaunes… Retour aux lois scélérates, entretien avec l’avocat Raphaël Kempf (vidéo)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, Internet et liberté, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, presse et média, résistance politique, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 6 octobre 2019 by Résistance 71

 

Résistance 71

 

6 octobre 2019

 

Excellent entretien de l’avocat des Gilets Jaunes (entre autre) Raphaël Kempf avec la journaliste Aude Lancelin pour Quartier Libre (vidéo ci-dessous), une des toutes dernières de cette profession qui pose encore des questions pertinentes mais surtout, surtout, qui laisse parler ses interlocuteurs sans les couper et sans réduire le débat à une bouillie inculte pré-digérée pour public infantilisé et dépolitisé de la société marchande.

Kempf, dans son dernier livre « Ennemis d’État, les lois scélérates des anarchistes aux terroristes » (La Fabrique, 2019) fait un juste parallèle entre ces lois anti-anarchistes de 1893 et 1894 et la dérive liberticide prise par les gouvernements français successifs depuis au moins Sarkozy. Sachons que la dernière de ces lois scélérates du 28 juillet 1894, interdisant tout prosélytisme anarchiste, ne fut officiellement abrogée qu’en décembre 1992, dans le second septennat de Mitterrand.

Il est grand temps de nous organiser pour mettre un terme à la dictature en marche qui se durcit semaine après semaine et ce n’est pas le dernier évènement sanglant récent de la préfecture de police de Paris qui va nous faire sortir de l’engrenage totalitaire pris depuis déjà un bon moment, c’est l’évidence même. Gageons que quelques projets de lois liberticides sont même déjà sous le coude, prêts à être passés par la fine équipe de clampins inutiles siégeant dans cette parodie, cette insulte, au concept même de démocratie, qu’est l’Assemblée Nationale, nid de parasites à la solde des intérêts particuliers du plus petit nombre.

Plus que jamais il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! Qu’on se le dise !

A voir et à diffuser sans modération…

 

 

La 4ème de couverture du livre de R. Kempf:

« Le 9 décembre 1893, l’anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe dans la Chambre des députés en pleine séance parlementaire, faisant quelques blessés légers. Deux jours plus tard, la même Chambre vote à la hâte la première des « lois scélérates » réprimant la presse et les opinions anarchistes, dont certaines dispositions – le délit d’apologie par exemple – sont promises à un long avenir. On doit à La Revue blanche d’avoir mené la bataille contre les lois scélérates de 1893-1894 en rassemblant dans une brochure éponyme les plumes de Francis de Pressensé (fondateur de la Ligue des droits de l’homme), d’Émile Pouget et d’un jeune juriste, Léon Blum.
Lecteur averti de ces textes, Raphaël Kempf revient sur l’élaboration et l’application de ces lois d’exception et nous en livre la formule : votées dans l’émotion, elles donnent un pouvoir extraordinaire à l’État, à la police et au ministère public pour réprimer des adversaires politiques, avant de cibler peu à peu tous les citoyens. De la loi « contre les menées anarchistes » au XIXe siècle, aux lois « anticasseurs » et « antiterroristes » d’aujourd’hui, ce sont là autant d’indices des scélératesses législatives. »

= = =

Entrevoir une solution et sortir de la dictature marchande:

Paulo_Freire_La_pedagogie_des_opprimes

Chiapas-Feu-et-Parole-dun-Peuple-qui-Dirige-et-dun-Gouvernement-qui-Obeit

James-C-Scott-Contre-le-Grain-une-histoire-profonde-des-premiers-etats

James_C_Scott_L’art_de_ne_pas_être_gouverné

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie