3ème guerre mondiale ? Trump a t’il pété un câble en ordonnant l’assassinat en Irak du général iranien de la force Qods Souleimani ?…

… ou est-ce une mesure désespéré pour sauver ses flasques fesses et sa présidence de l’impasse dans laquelle il se trouve, toujours poussé plus loin par les cerbères sionistes qui l’entourent ?
Toujours est-il que cet assassinat commandité du #3 iranien peut avoir (aura ?…) l’effet ni plus ni moins de l’assassinat du grand duduche François Ferdinand à Sarajevo en 1914… Quand toujours plus de psychopathes sont mis aux manettes, faut pas s’étonner que la maison brûle.

A suivre avec grand intérêt, 2020 part sur les chapeaux de roues… Il est bien triste de faire passer devant le beau texte de Camus une telle nouvelle en direct du Wakoland yankee… Ci-dessous quelques infos de l’autre côté du miroir histoire de contre-balancer la propagande atlanto-sioniste qui ne va pas manquer de se déchaîner en provenance des merdias à la botte pour couvrir cet assassinat / déclaration de guerre dans la meilleure cuvée des méthodes de l’empire au bout du rouleau.

~ Résistance 71 ~

 

MAJ du 4 janvier 2020: « Derrière le grand n’importe quoi de la Maison Blanche » (VT)

 

 

Trump déclare la guerre à l’axe de la résistance : assassinat / martyre du général iranien Souleimani et du no2 du Hachd Chaabi (milices populaires irakiennes)

 

Al Manar avec Press TV, Al Mayadeen et l’AFP

 

3 janvier 2020

 

url de l’article: https://french.almanar.com.lb/1601679

 

Le général Qassem Soleimani a été assassiné, dans la nuit de jeudi à  vendredi 3 janvier dans un raid aérien en Irak perpétré par les forces d’occupation américaines. Raid qui a aussi couté la vie au numéro deux du Hachd al-Chaabi Abou Mahdi al-Mohandes.

Dans un communiqué publié ce matin le Corps des gardiens de la Révolution islamique a confirmé l’assassinat du haut commandant iranien par les hélicoptères Apache de l’armée américaine, non loin de l’aéroport de Bagdad.

« Le haut commandant Soleimani a été tué en martyr dans une lâche attaque aux roquettes tirés par des hélicoptères américains. Cette attaque a également coûté la vie au commandant en chef adjoint des Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi Mohandes » .

Plutôt dans la soirée, les sources irakiennes ont fait état d’une triple attaque aux roquettes des hélicoptères américains contre des objectifs non loin de l’aéroport de Bagdad. Les hélicoptères ont survolé pendant toute la journée de jeudi le ciel de Bagdad y compris l’ambassade iranienne dans la zone verte.

Selon l’ambassade iranien en Irak, les 10 passagers à bord du véhicule dans lequel se trouvait Soleimani sont tous tombés en martyrs.

Le Pentagone revendique l’assassinat de Soleimani

Dans un communiqué publié ce vendredi matin, le Pentagone a revendiqué l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods affirmant que l’ordre de l’assassinat est venu de la personne de président américain.

» Sur l’ordre du président, l’armée américaine a assassiné Soleimani dans un acte destiné à défendre le personnel américain en dehors des frontières américaines ».

Le texte totalement diffamatoire accuse par la suite la Force Al-Qods d’être à l’origine de l’assaut  mardi par des foules des Irakiens en colère contre l’ambassade américaine à Bagdad.

Et de prétendre que : « le Général Soleimani préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région », attribuant au puissant général iranien la mort de « centaines » de soldats américains et alliés.

Le président américain n’a pas immédiatement fait de commentaire mais il a tweeté un drapeau américain.

Un bâton de dynamite dans une poudrière

Cette frappe contre un dirigeant d’un pays auquel les Etats-Unis n’ont pas formellement déclaré la guerre a été fermement critiquée par plusieurs personnalités américaines.

« Le président Trump vient de jeter un bâton de dynamite dans une poudrière, et il doit au peuple américain une explication », a dénoncé l’ancien vice-président Joe Biden, en lice pour la primaire démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre. « C’est une énorme escalade dans une région déjà dangereuse », a-t-il insisté, dans un communiqué.

Pelosi : une « escalade dangereuse »

L’assassinat ciblé du général iranien Qassem Soleimani, émissaire de la République islamique en Irak, par une frappe américaine, a déclaré vendredi

Pour la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, cet assassinat représente « une escalade dangereuse dans la violence ».

« L’Amérique – et le monde – ne peuvent pas se permettre une escalade des tensions qui atteigne un point de non-retour », a estimé Mme Pelosi dans un communiqué.

« Le président Trump amène notre nation au bord d’une guerre illégale avec l’Iran, sans l’approbation du Congrès », a en outre fustigé le sénateur démocrate Tom Udall.

« Soleimani était un ennemi des Etats-Unis, la question n’est pas là », a pour sa part noté le sénateur démocrate Chris Murphy dans un tweet. « La question est celle-ci: est ce que l’Amérique a assassiné, sans autorisation du Congrès, la deuxième personnalité d’Iran, provoquant consciemment une guerre régionale massive? ».

L’Iran va réagir et probablement à différents endroits. Pensée à tout le personnel américain dans la région en ce moment », a quant à lui estimé Ben Rhodes, ancien proche conseiller de Barack Obama.

« Un président qui a juré de tenir les Etats-Unis à l’écart d’une autre guerre au Moyen-Orient vient dans les faits de faire une déclaration de guerre », a réagi le président de l’organisation International Crisis Group Robert Malley.

En Iran, le Conseil suprême de la sécurité nationale iranien a appelé, ce matin, à une réunion extraordinaire.

 

 

Général Soleimani, vie et parcours

 

Al Manar avec Press TV

 

3 janvier 2020

 

url de l’article: https://french.almanar.com.lb/1602328

 

À la tête de la Force Qods du CGRI, le général Qassem Soleimani a joué un rôle indéniable dans la défaite définitive de Daech en Irak, puis en Syrie.

Né en 1956 à Kermân, Qassem Soleimani est entré dans le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) après la victoire de la Révolution islamique dès sa création en 1979. Pendant la Défense sacrée du peuple iranien (guerre Iran-Irak de 1980 à 1988), Qassem Soleimani est devenu un haut commandant du CGRI et a commandé des troupes lors d’importantes opérations.

Après la fin de la guerre irano-iranienne, le général Soleimani a été en mission pendant plusieurs années dans l’est du pays dans les zones situées près de la frontière de l’Afghanistan, jusqu’à ce qu’il a été nommé en 1997 au poste de commandant de la Force Qods du CGRI par le commandant en chef des forces armées iraniennes, l’honorable Ayatollah Khamenei.

À ce poste, le général Soleimani a contribué aux efforts pour renforcer les rangs de l’axe de la Résistance face au bellicisme et l’expansionnisme d’Israël, en Palestine occupée et au Liban. En 2010, Qassem Soleimani est monté en grade par un décret du Leader de la Révolution islamique, et est devenu général de division.

Le général de division Qassem Soleimani est devenu célèbre après les événements liés à l’apparition des organisations takfiristes comme Daech en Syrie (2011) et en Irak (2014), où le commandant de la Force Qods a reçu l’ordre de soutenir les forces syriennes et irakiennes à mieux s’organiser pour le combat contre le terrorisme.

Le général Qassem Soleimani et les conseillers de la Force Qods ont entamé leur mission à la demande officielle des gouvernements syrien et irakien, et leurs conseils ont joué un rôle de premier plan pour permettre aux forces militaires de la Syrie et de l’Irak pour empêcher la chute de Damas et de Bagdad face aux assauts des organisations terroristes forts du soutien tous azimuts que les États-Unis, le régime israélien et leurs alliés européens et régionaux leur ont accordé pour démembrer la Syrie et l’Irak.

La visite officielle du commandant de la Force Qods à Moscou et ses consultations avec les hautes autorités politiques et militaires russes ont eu un effet indéniable dans la décision prise le 30 septembre 2015 par le président Vladmir Poutine de déployer les forces russes en Syrie en soutien à l’armée syrienne, pour répondre à la demande officielle du président syrien Bachar al-Assad d’aide militaire.

Les analystes indépendants s’accordent à dire que l’une des principaux objectifs du plan du démembrement de la Syrie était de couper la communication via la Syrie entre la République islamique d’Iran et le Hezbollah libanais. Cependant, la défaite de Daech en Irak et en Syrie, avec le rôle irréfutable de la Force Qods, a empêché la réalisation de ce complot.

Pour louer le rôle de la Force Qods dans le combat contre le terrorisme et après la défaite définitive de Daech en Irak, le Leader de la révolution islamique a décerné, le 10 mars 2019, la plus haute distinction militaire de l’Iran, celle de l’ordre de Zoulfakar.

En réponse d’une lettre que le général Qassem Soleimani avait adressée au Leader de la Révolution islamique pour annoncer la défaite définitive de Daech en Irak, l’honorable Ayatollah Khamenei a écrit : « En anéantissant la tumeur cancéreuse et mortelle qu’était Daech, vous avez rendu un immense service aux peuples de la région, aux nations musulmanes, à toutes les nations et à l’humanité tout entière. »

Le général de division Qassem Soleimani, haut commandant du Corps des gardiens de la Révolution islamique, a été assassiné ce vendredi matin 3 janvier lors d’une attaque d’un hélicoptère Apache de l’armée américaine à Bagdad.

 


Les pères fondateurs de Daesh…

9 Réponses to “3ème guerre mondiale ? Trump a t’il pété un câble en ordonnant l’assassinat en Irak du général iranien de la force Qods Souleimani ?…”

  1. Beaucoup dédouanent, encore et malgré tout Donnie « Mains d’Enfant » Trump, affirmant que c’est Pompéo le maitre d’œuvre et que Trump combattrait l’État profond/Deep State malgré tout, et presque malgré lui…

    Alors que nous le savons, bien avant Trump, que la véritable cible a toujours été l’Iran. Ce dès 1953 avec Mossadegh et de l’aveu même en 2003 de la BUSH de la CIA…

    De la même source ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/18/maj-du-09-04-19-washington-declare-la-guerre-aux-gardiens-de-la-revolution-iranienne-source-almanar-analyses/

    JBL

  2. Curieusement, j’ai éprouvé le besoin de mettre à jour le 1er janvier dernier cet ancien billet de la vidéo (VOSTFR) de Mike Prysner, qui en 2007, déjà, appelait ces concitoyens zuniens à ne plus se considérer comme « supérieurs » et d’arrêter de consentir et dire NON à la guerre contre le terrorisme, expliquant que c’était eux les terroristes en fait ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/09/18/un-soldat-contre-la-guerre-mike-prysner-en-video-vostfr-maj-du-1er-janvier-2020/

    Réintégrant la confession de Vincent Emanuele (également mise à jour) de décembre 2015 que vous aviez traduite, qui expliquait comment des soldats avec aidé à créer ISIS/DAESH/L’EIIL et quel que soit le N.O.M. qu’on leur donne…

    Et les tentatives du Cron, pucé par Rothschild, rappelons-le, pour peser dans la balance sont autant pitoyables qu’intéressantes à observer.

    Actuellement il y en a encore pour dire qu’avec Killary, on aurait déjà été vaporisé depuis longtemps.

    Il n’y a pire aveugle qui ne veut voir, et pire sourd qui ne veut entendre. Mais encore trop peu pour vouloir comprendre que la solution n’est ni l’une, ni l’autre, mais nous, les peuples…

    Et ça ben ça fait bien iech !

    JBL

  3. L’analyse de Pepe Escobar sur le sujet ► https://reseauinternational.net/les-etats-unis-entament-les-annees-folles-en-declarant-la-guerre-a-liran/

    Le Président Trump a peut-être donné l’ordre. Ou l’État Profond US peut lui avoir ordonné de donner l’ordre.

    Selon mes meilleures sources d’information en Asie du Sud-Ouest, « Israël a donné aux USA les coordonnées pour l’assassinat de Qasem Soleimani car ils voulaient éviter les répercussions de l’assassinat contre eux ».

    Peu importe que Trump et l’État Profond soient en guerre.

    L’une des rares obsessions géopolitiques qui les unissent est la confrontation permanente avec l’Iran – qualifié par le Pentagone comme l’une des cinq principales menaces contre les États-Unis, presque au niveau de la Russie et de la Chine.

    • Pepe a raison là-dessus… On a fini une traduc d’un ex-CIA des plus intéressantes sur cette affaire avec un dédouanement de Trump, mais une perspective aussi intéressante… On le publie aujourd’hui. 😉

      • Oui, absolument, c’est du grand Pepe, sauf qu’à mon sens et comme d’hab, il ne propose rien, excepté réformer le système de l’intérieur !

        • oui mais bon là, ce n’est que de l’analyse, il est pas là pour proposer une solution, mais les journalistes comme lui, ceux qui sont encore un peu intègres, devraient maintenant prendre position et aider à casser le système… le pb est que s’ils le font… Hop… direction Paul Emploi… 😉

  4. […] Société des Sociétés vs Nouvel Ordre Mondial « 3ème guerre mondiale ? Trump a t’il pété un câble en ordonnant l’assassinat en Irak … […]

  5. […] Point de vue et analyse intéressants, de l’intérieur de l’empire si on peut dire puisque Robert Steele est un ex-CIA qui a “mal à son pays” et qui dit tout haut ce que sans doute, bon nombre pensent tout bas au sujet de la rhétorique systémique anti-Iran et surtout donc de l’assassinat récent du général iranien Souleimani en Irak hier 3 janvier 2020. […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.