Archive pour Iran et 3eme guerre mondiale

« Hezbollah, son histoire de l’intérieur » (version PDF de larges extraits du livre de Naïm Qassem)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2017 by Résistance 71

Résistance 71

 

5 décembre 2017

 

Jo de JBL1960 nous a fait un superbe pdf de notre traduction partielle de l’ouvrage de Naïm Qassem, SG adjoint du Hezbollah (version arabe 2004, version anglais 2005, version française 2008), « Hezbollah, son histoire de l’intérieur ».

Nous conseillons à nos lecteurs de se procurer ce livre et de le lire en entier dans la langue de leur choix, car il est à notre sens sans doute le meilleur livre publié à ce jour, pour comprendre l’histoire complexe et ses implications géopolitiques dans le Moyen-Orient de l’après première (chute de ’empire ottoman et déclaration Balfour) et seconde guerres mondiales (résolution ONU 1947, création de l’état d’Israël en 1948, Nakba, guerres israélo-arabes et civile libanaise…), au travers de la genèse d’un groupe de résistance à l’occupation sioniste, devenu parti politique influent et hautement respecté au-delà des frontières, pour son honnêteté et son intégrité.

L’ouvrage remet en perspective l’idée que nous avons été souvent amenés à nous faire au sujet du Hezbollah, idée bien entendu et comme il se doit, façonnée par la propagande impérialiste occidentale qui diabolise toute résistance à la pensée et action politico-économique dominante du moment.

Il est temps de rétablir un équilibre des connaissances pour que plus de personnes sachent de quoi il retourne lorsqu’on va leur vendre la nouvelle guerre à venir contre l’Iran et ses alliés, dont le Hezbollah fait partie. Ce processus est déjà … en marche…

Cette traduction fait partie de notre démarche de prise de conscience et de travail pour que toujours plus d’occidentaux se débarrassent des chaînes principalement idéologiques du colonialisme et de la suprématie de la civilisation occidentale écrasant le reste du monde, afin de se tenir debout, main dans la main avec tous les peuples autochtones des continents pour établir à terme la société de l’union dans la complémentarité, abandonnant l’antagonisme induit et se fondant dans la société des sociétés des associations libres. Les membres du Hezbollah, Libanais, musulmans et politiquement conscients, sont partie intégrante de la résistance des peuples autochtones au colonialisme exacerbé de la marchandise en mouvement. Le comprendre, c’est déjà agir…

Version PDF de notre traduction partielle:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Publicités

Ne vous laissez pas enfumer sur la guerre qui se prépare… Pour avoir un avis informé: « Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » de Naïm Qassem 3/3

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 novembre 2017 by Résistance 71

Partie la plus longue des trois mais aussi sans soute la plus intéressante par l’ampleur de ce qui y est abordé et la volonté d’œuvrer en symbiose dans la complémentarité.
Cette partie est la plus longue mais nous n’avons pas voulu couper sa dynamique et l’avons laissé telle quelle, nous nous excusons de sa longueur mais avons voulu éviter un saucissonnage qui aurait diminué son impact à notre sens.
Au vu de ce qui se prépare au Moyen-Orient, à lire et diffuser sans modération. Jo nous prépare un PDF des trois parties que nous publierons très bientôt.

~ Résistance 71 ~

 

Hezbollah son histoire de l’intérieur 3/3

 

Naïm Qassem*

 

Traduction de larges extraits de la version anglaise (2005) par Résistance 71

Une version française de ce livre existe sous le titre: “Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir”, publiée aux éditions Al Bouraq en septembre 2008 (376 pages)

(*) L’auteur de l’ouvrage Sheikh Naïm Qassem est le secrétaire général adjoint du Hezbollah (“Parti de Dieu”) depuis 1991, né au Liban en 1953, il possède une éducation universitaire et religieuse. Il fut professeur de chimie pendant plusieurs années en université. Il est l’auteur de plusieurs livres sur des sujets d’ordre politique et religieux. Mr Qassem est considéré comme l’historien du Hezbollah. 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

La version intégrée en PDF réalisée par Jo:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

III. Marqueurs importants dans l’histoire du Hezbollah

De l’invasion au premier retrait israélien

L’objectif principal d’Israël lors de son invasion du Liban en 1982 était d’annihiler la structure militaire de l’OLP, un fait qui fut pensé comme la garantie de mettre fin à toute activité de résistance et ainsi d’amener la sécurité sur la frontière nord de la Palestine occupée. Les Libanais n’étaient pas perçus comme une grande menace et leur force ne venant qu’en appoint de celle de l’OLP…

Un motif d’invasion devait être créé qui devait faire passer l’assaut pour une réaction à une action palestinienne et non pas comme une agression ouverte. Un ténu prétexte fut choisi: le 3 juillet 1982, Schlomo Argov, l’ambassadeur d’Israël en GB fut l’objet d’une attaque à main armée devant l’hôtel Dorchester de Londres. Il fut sévèrement blessé mais ne décéda pas de ses blessures. Le 4 juillet, Israël annonçait que cette attaque constituait une atteinte au cessez-le-feu avec l’OLP de 1981. Sur cette base, Israël lança ses raids aériens sur des cibles palestiniennes à Beyrouth, auxquels l’OLP répondit par des tirs de roquettes et d’e mortiers sur les zones nord de la Palestine occupée.

Le 6 juillet 1982, Israël envahissait le Liban par voie de terre au cours de son “Opération Paix en Galilée”, dont le but officiel était d’établir une zone tampon entre les habitants du nord de la Galilée et les soi-disantes “attaques terroristes” en provenance du Liban. Informant le président américain Ronald Reagan de ses intentions, le premier ministre israélien Menahem Begin ordonna l’attaque de l’armée israélienne pour chasser les Palestiniens d’une bande frontalière de 40km de large de la frontière internationalement reconnue, ce jusque les banlieues de la zone d’Aouali près de la ville de Sidon au sud-Liban.

[…] Dans une réaction à l’hostilité envers les Palestiniens qui s’empara de certains citoyens du sud-Liban, les envahisseurs furent accueillis par des cris de joie et des jets de poignées de riz. […]

La limite d’invasion d’Israël (jusqu’à la rivière Aouali) ne fut pas respectée. Les envahisseurs rencontrant peu de résistance, continuèrent vers Beyrouth, atteignant ses pourtours à la ville de Khaldeh, ce fut là qu’ils rencontrèrent la résistance.

[…] Beyrouth vécu une dure période de bombardements. Les points névralgiques furent mis sous siège, le ravitaillement devint de plus en plus rare, beaucoup de gens furent déplacés, tués ou blessés, beaucoup de bâtiments furent détruits ensevelissant leurs occupants. Un accord israélo-palestinien fut atteint sous les auspices des Américains, accord qui prévoyait le départ des Palestiniens de Beyrouth avec à leur tête Yasser Arafat. […] Une force multinationale menée par les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Italie arriva à Beyrouth le 12 août 1982… Yasser Arafat partit le 30 août.

Le 14 septembre Bachir al-Gemayel fut assassiné par une bombe placée dans les bureaux du mouvement phalangiste chrétien. L’armée israélienne entra dans Beyrouth, prenant les camps palestiniens de Sabra et Chatila après les avoir mis sous siège. Les Israéliens coordonnèrent l’entrée dans les camps des Forces Libanaises (milice armée chrétienne) le 16 septembre. Un horrible massacre s’en suivit où 1500 Palestiniens et Libanais trouvèrent une mort affreuse.

Amine al-Gemayel fut élu président du Liban le 23 septembre 1982 succédant ainsi à son frère. Les forces israéliennes se retirèrent de Beyrouth le 28 septembre.

[…]

[En 1983], sur un autre front, les forces multinationales qui avaient grandement assisté Israël pour la mise en place des conditions israéliennes à l’accord passé, furent attaquées le 23 octobre 1983, lorsque le camp des US Marines et celui des parachutistes français furent victimes d’une attaque à la bombe. L’Organisation du Djihad Islamique revendiqua les attaques qui causèrent la mort de 241 Américains et de 58 Français. Les forces multinationales sortirent du Liban le 31 avril 1984.

[…]

La lettre ouverte

Les deux années et demie que prirent la fondation du Hezbollah furent suffisantes pour former une opération de djihad efficace représenté par la Résistance Islamique, forçant un retrait partiel d’Israël du Liban en 1985.

[…] Ainsi le parti déclara ses visions idéologiques, du djihad, politiques et sociales, ainsi que procéda au lancement de ses mouvements politiques lorsqu’il émit sa “Lettre Ouverte”, le jour de la commémoration de l’assassinat du Sheikh Ragheb Harb. La lettre fut publiquement lue par le porte-parole officiel du parti al-Sayyed Ibrahim Amine al-Sayyed le 16 février 1985.

Avec cette déclaration, le Hezbollah entrait dans une nouvelle phase, faisant glisser le parti du secret de la résistance armée libre de toute interaction politique ou d’interactions médiatiques, vers le travail politique public. [..] Ceci est une expression de la vision et de la directive du parti disant qu’aucun mouvement de djihad ne peut se séparer du travail politique complémentaire qui se construit sur les fruits de la résistance et rapproche les objectifs.

[…]

Amal et le Hezbollah

Travaillant d’un front commun, les partisans d’Amal et ceux du Hezbollah interagirent comme une famille, le partage de l’expérience devenant le pain beurré entre ces frères de la même maison et du même village. […] Puis vinrent les divergences, d’opinion d’abord, au sujet de la résolution 425 de l’ONU, qui fut critiquée par le Hezbollah pour son ambigüité autour des mesures de sécurité avec Israël et pour la reconnaissance d’Israël comme nation. Ajouté à cela vint le bris de confiance entre les deux partis résultant de l’interprétation de problèmes variés et importants de politique libanaise, un conflit qui s’envenima, menant à une série de confrontations tragiques, une page noire de notre histoire. Les deux partis payèrent cher pour finir par outrepasser ces incidents qui durèrent deux ans et demi et n’amenèrent que peine et souffrance. Le point culminant fut la dangereuse situation du 5 avril 1988 au point de contrôle de Harouf, érigé par Amal pour désarmer les membres du Hezbollah de part la conviction atteinte par Amal que le Hezbollah avait dépassé les limites. Suivant des escarmouches à Nabatieh et Ghazieh, le conflit prit de plus grandes proportions et le haut commandement du Hezbollah refusa l’escalade et ordonna l’arrêt des combats, quitte à ce que cela ne mène au désarmement du Hezbollah dans tout le sud-Liban. Le parti faisait confiance au réseau de communication ouvert par les membres du clergé et les politiciens du sud-Liban. Le résultat fut le désarmement du Hezbollah, la voie des négociations n’ayant rien donné.

Bientôt les clashes se répandirent jusqu’à Beyrouth. D’intenses combats eurent lieu qui virent le retrait des forces d’Amal de Beyrouth sud et le réinstallement du contrôle du Hezbollah dans cette zone.

[…] Le premier cessez-le-feu entre Amal et le Hezbollah en février 1989 ne fut pas effectif. Les guerres d’Iqlim s’ensuivirent en juillet 1990, qui virent un siège dur et serré des forces des combattants du parti pendant plus de 100 jours. Des efforts politiques intenses menés par le ministre des affaires étrangère syrien Farouk al-Shara et son homologue iranien Ali Akbar Wilayati menèrent à des réunions auxquelles participèrent le leader du mouvement Amal, Nabi Berri et le SG du Hezbollah Soubhi al-Toufaïli. Ces efforts furent récompensés par l’accord Hezbollah-Amal du 9 novembre 1990, qui focalisait sur l’arrêt de l’hostilité entre les deux partis, ainsi qu’un programme de réconciliation ; et le retour du Hezbollah dans le sud-Liban. L’accord mit fin au conflit et développa une relation de compréhension mutuelle, de coopération et de coordination. L’armée libanaise planifia de devenir la gardienne de la sécurité au sud-Liban de façon à ce qu’un parti indépendant ne puisse plus avoir total contrôle de cette zone. Le déploiement des troupes libanaises commença en février 1991.

[…]

Harmonie entre le gouvernement libanais et la Résistance

Avec une capacité croissante d’infliger la douleur à l’occupant israélien, une capacité qui est graduellement retournée dans le sud-Liban après l’accord Amal-Hezbollah, la pression des demandes internationales pour le désarmement du Hezbollah et l’arrêt de la résistance, augmenta. Des membres clef du gouvernement libanais étaient de l’avis que le Hezbollah devait succomber à la décision politique du gouvernement libanais. […] La notion fut donc que le gouvernement s’immisce  directement dans l’administration des opérations de résistance, ou du moins d’en avoir connaissance ainsi que de leur planification et de leur niveau d’intensté. […] Le Hezbollah avait une vision différente. Le parti considéra que lorsque la résistance tombe dans la sphère d’influence et de volonté du gouvernement, elle perd sa capacité de parvenir à la libération et se retrouve au sein d’une sphère de limites inadéquates… Ainsi le gouvernement serait responsable devant la communauté internationale de l’exécution de décisions qui pourraient être prises de manière biaisée en faveur d’Israël, un fait qui rendrait caduque la capacité de la résistance à manœuvrer, voire même lui ôterait sa capacité.

D’un autre côté, un mouvement de résistance qui est libre de toutes obligations politiques peut opérer sans aucune restriction, sans responsabiliser le gouvernement pour ses actions. Ceci peut assister la résistance à capitaliser pour la cause de la libération et soutenir la politique naturelle de communication du gouvernement, dont l’objectif était de demander et d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le danger même qui a mené à la résistance en première instance. De la sorte, la finalité de l’approche du gouvernement libanais était qu’il n’y avait pas de solution si ce n’est pour Israël de se retirer de manière inconditionnelle du Liban.

[…

Quoi qu’il en soit, le gouvernement libanais ne fut pas capable de capitaliser sur les résultats de la Résistance étant donné l’attitude condescendante d’Israël par sa simple présence, Israël étant un pays tout à fait préparé à s’engager dans d’horribles actions simplement pour renforcer ses conditions, c’est un pays qui bafoue toutes les lois internationales et tous les accords régionaux tout en bénéficiant du total soutien biaisé des Etats-Unis et la reconnaissance inconditionnelle de ses activités.

Pour éviter des conflits entre la Résistance et le gouvernement, le Hezbollah proposa de travailler sur une double voie: celui de la résistance et de la libération sans subjuguation par les réseaux de négociation et de l’autre, la voie politique suivie par le gouvernement le long de la ligne de l’application de la résolution 425 de l’ONU appelant pour un retrait d’israël du Liban. Le parti insista pour qu’un tel appel au retrait devait systématiquement mentionner le fait qu’il devait être “inconditionnel”. […]

L’agression de juillet 1993

L’ennemi lança un autre grand assaut sur le Liban au matin du 25 juillet 1993. Celui-ci dura pendant 7 jours complets et se termina la nuit du 31 juillet 1993. Cette opération fut étiquetée “Opération Responsabilité” ; elle avait deux objectifs comme stipulé par le premier ministre Shimon Perès:

  1. Attaquer ceux qui nous attaquent directement, spécifiquement le Hezbollah et
  2. Alerter la population du Liban et les gouvernements concernés de la nécessité de mettre un terme aux activités du Hezbollah

Le chef d’état-major israélien Ehud Barak avertit alors le gouvernement libanais qu’il devait désarmer le Hezbollah ou regarder Israël le faire. Clairement, les objectifs de l’agression étaient de:

  1. Désarmer le Hezbollah et le rendre inopérant au moyen d’une sévère offensive visant l’infrastructure du parti
  2. Briser la relation du parti avec le peuple en lui donnant une raison d’exercer une pression publique, construisant ainsi un cordon de sécurité isolant autour de lui
  3. Exercer une pression sur le gouvernement libanais, le forçant à prendre les mesures nécessaires pour nuire à l’activité de la résistance

Israël utilisa son aviation, ses troupes maritimes et terrestres durant cette mission d’agression, ciblant le sud-Liban, la plaine de la Bekaa et sa partie occidentale, le camp palestinien d’al-Bared au nord et la zone de Nameh près de Beyrouth. Les sources de l’ONU ont inventorié quelques 1224 raids aériens et les tirs de quelques 28 000 obus. […]

En représailles, des roquettes furent tirées vers les colonies israéliennes du nord de la Palestine “un déluge de feu”, comme le qualifia l’AFP le 25 juillet 1993 “qui dura plus de 10 heures sans discontinuer”.

[…]

Le 31 juillet 1993 à 18:00 entrait en vigueur “l’accord de juillet” qui mit fin aux combats.

L’agression d’Israël eut pour résultat la mort de 140 civils libanais, incluant 13 membres de la Résistance. 500 personnes furent blessées et environ 200 000 habitants de plus de 120 villes et villages des zones concernées furent déplacés. Des milliers d’habitations complètement ou partiellement détruites. Mais la Résistance et le Liban sortirent victorieux, l’ennemi fut incapable de remplir ses objectifs fixés.

[…]

L’agression d’avril 1996

Le sommet de Sharm el Sheikh en Egypte du 13 mars 1996 fut réuni afin de soutenir Israël, ce sous la bannière de “Faiseurs de Paix”, sous l’égide des Etats-Unis. La proclamation finale du sommet contenant l’objectif “d’interdire aux ennemis de la paix de détruire les véritables chances de paix.”

[…]  L’agression d’Israël commença le 11 avril 1996. […] Ce fut la tristement célèbre “Opération Raisins de la Colère”. elle fut plus dure que celle de juillet 1993, car elle couvrait une plus grande zone géographique, l’opération durant 16 jours. Elle fut notoire pour les 4 massacres qui eurent lieu: Suhmor le second jour, l’ambulance d’al-Masouri le troisième jour, les hauts de Nabatieh le septième jour et la massacre de Qana le même jour qui vit la mort de 118 civils et 127 blessés. Au total, 250 civils décédèrent durant l’agression d’Israël d’avril 1996, incluant 4 membres de la résistance. Des centaines de milliers de personnes furent déplacées du sud-Liban. La destruction fut extensive et toucha plus de 7000 foyers.

Mais la Résistance combattit pied à pied d’une manière qui frappa l’ennemi de stupeur. Des roquettes de Katioucha furent quotidiennement tirées et forts de leur expérience passée, les combattants se préparèrent bien mieux contre les raids aériens. Israël fut incapable de frapper directement les membres du Hezbollah et ne put pas non plus empêcher les tirs de roquettes. […] Contrairement à ce que pensait l’envahisseur, les tirs intenses d’artillerie et les raids aériens n’empêchèrent en rien les tirs de roquettes en représailles et ce jusqu’à l’avènement d’un cessez-le-feu.

L’agression d’Israël avait pour objectifs de:

  1. Piloner le Hezbollah et mettre fin aux opérations de résistance et empêcher le tir des roquettes Katioucha sur les colonies israéliennes.
  2. Exercer une pression sur le gouvernement libanais pour qu’il prenne la décision de faire cesser la résistance.
  3. Des déplacements concentrés de la population et déranger la paix des villages afin de monter la population contre la résistance.
  4. Remplir le besoin impératif pour Shimon Perès de remporter une victoire militaire qui faisait tant défaut, ce qui l’assisterait dans sa campagne politique pour être premier ministre.
  5. Incapaciter le Liban et refuser à la Syrie l’avantage de partager le pouvoir avec le Liban, disconnectant ainsi les chemins du Liban et de la Syrie.
  6. Capitaliser sur les résultats de cette agression pour faire un amendement à l’accord de juillet de façon à faire cesser la résistance au sein de la zone occupée.

Israël était certain de son succès. Les opérations militaires furent préparées durant le sommet de Sharm el Sheikh. L’escalade dans l’horreur au moyen des massacres, l’augmentation des personnes déplacées et la pari sur l’incapacité du parti d’endurer le conflit, donna à l’armée israélienne des indicateurs de succès.

L’activité militaire dynamique du Hezbollah fut cette dois accompagnée d’un effort politique efficace. Apparaître dans les médias locaux et internationaux devenait nécessaire pour montrer la réalité des évènements et la responsabilité du parti. Le parti fut donc présent sur la scène médiatique et pris par à des discussions avec des puissances politiques diverses.

[…] Ceci se termina par l’accord du 27 avril 1996. Celui- nomma un comité de supervision de cinq personnes. Il fut négocié l’arrêt des bombardements israéliens sur les civils en échange de l’arrêt des tirs de roquettes sur les colonies de Galilée. L’Iran joua un grand rôle dans ces négociations de Damas, celle-ci et la résistance réussirent à faire inclure la France dans le comité de surveillance sur la mise en place de l’accord sur le terrain. Le comité rassemblait la Syrie, la France, le Liban, les USA et Israël, un corps de 5 membres équilibré. Le plus gros succès fut l’extrême soutien pour la résistance venant à la fois des mulsulmans et des chrétiens.

[…]

La Brigade Libanaise de Résistance à l’Occupation (BLRO)

Un nombre important de figures politiques demanda pourquoi l’activité de résistance incombait seulement au Hezbollah, demandant ainsi au parti de prendre la responsabilité de l’initiative d’une mesure pratique qui pourrait attirer d’autres volontaires pour participer à la résistance.

[…] Ainsi, le parti prit une mesure extraordinaire pour arranger la participation des jeunes gens qui désiraient résister à l’occupation mais qui n’étaient pas fermement croyants dans la culture et l’idéologie du parti, bien qu’ils croyaient fondamentalement en la grande qualification du Hezbollah pour mener l’activité de résistance. […] Il fut plus tard précisé le cadre d’un modèle de participation au cours d’une conférence de presse le 3 novembre 1997 et qui présenta “La Brigade Libanaise de Résistance à l’Occupation” ~ BLRO ~ celle-ci incluait les jeunes Libanais aspirant à combattre Israël quelque soit leur confession religieuse, politique ou autre affiliation, les seules conditions imposées étant d’avoir un dossier immaculé concernant leur sécurité afin de prévenir toute infiltration par Israël et d’avoir une capacité physique adéquate pour l’entraînement et le combat.

Dès la déclaration annonce de la formation de la brigade, les centres d’appel téléphoniques affrétés à cette tâche commencèrent à crouler sous les appels, ce qui signalait un vif intérêt pour une telle initiative. Néanmoins, un état d’alerte important fut maintenu par la peur des incursions et infiltrations possibles d’Israël.

Une analyse de la constitution politico-sociale de la Brigade révéla ce qui suit:

  1. 75% des combattants de la Brigade avaient plus de 25 ans, ce qui indiquait la clarté de leur décision et le fermeté de leur conviction ainsi que leur maturité mentale et physique.
  2. 59% d’entre eux possédaient un diplôme de l’enseignement secondaire ou au-dessus. La majorité était des étudiants, un fait directement lié aux préoccupations prévalantes dans ce segment précis de la société.
  3. 51% étaient d’anciens partisans et 6,8% l’étaient toujours lors de leur demande de participation à la Brigade. Le reste n’avaient eu aucune expérience politique préalable. Les pourcentages indiquaient le niveau de confiance donné par ces individus au parti au travers de cette volonté de prendre part au djihad du Hezbollah.
  4. 38% étaient des musulmans sunnites, 25% étaient chiites, 20% Druzes et 17% étaient chrétiens. Il est devenu apparent par la plus grande participation des musulmans toutes sectes confondues, que leur situation les avait préparés pour une animosité envers Israël, nonobstant l’importance du pourcentage chrétien, spécifiquement étant données les circonstances au Liban et les divergences de convictions sociétales ainsi que des intérêts des aspirations des groupes.

Après toutes les préparations nécessaires, la première opération de la Brigade fut lancée le 14 mars 1998. Jusqu’au 15 novembre 1999, il y eu plus de 175 opérations enregistrées par la Brigade.

Certains proposèrent d’inclure les combattants de la Brigade dans les opérations les plus dangereuses assurant aux participants une fin en martyre afin de donner au Hezbollah une preuve tangible des capacités de la Brigade. Mais le parti refusa cette logique, car le Hezbollah ne voulait pas utiliser les combattants de la Brigade à des fins politiques ou de buzz médiatique. Ces combattants entreprenaient un devoir national et le Hezbollah était responsable, devant Dieu, de s’assurer de leur sécurité et de leur donner toutes les circonstances favorables possibles. […] La formation de la Brigade représenta une coopération sur une affaire bien particulière. Ce fut une expérience pionnière que de rassembler sous une bannière spécifique lorsqu’il ne fut pas possible de faire se rejoindre tous les constituants dans une même vision mais que la région avait besoin d’une force pour lutter contre un occupant dont l’expulsion demande la collaboration de toutes les parties impliquées. Il fut toujours requis de rechercher un fond commun, qui serait une source d’unité et de rassemblement et où le travail collectif de coopération fut aussi une grande source de force.

[…]

La victoire

Si on avait demandé au leadership du Hezbollah aux premiers jours de la Résistance ou même quelques années plus tard, s’i y avait une possibilité de voir en réalité se réaliser la libération du Liban-sud et de la Bekaa occidentale de l’occupation israélienne par les moyens limités de la lutte des moudjahidines, la réponse aurait été simplement celle-ci: “Nous accomplissons notre devoir et nous en remettons à Dieu. Si nous devons réussir à secouer l’existence de cet ennemi et retourner cette occupation en piège mortel pour lui, ceci sera une grande réussite. Néanmoins, la victoire est affectée par bien des facteurs et où réside en son sommet la volonté et le nivellement de Dieu. Nous l’espérons, mais réalisons totalement que sa possibilité et son succès sont dans les mains de Dieu tout puissant.

[…] Deux ans avant la libération, les sionistes essayèrent par le moyen de différents intermédiaires et médiateurs, américains, européens et internationaux et par différentes tactiques d’intimidation, d’exécuter un retrait du Liban précédé d’un accord politique. Leurs tentatives échouèrent, car ils étaient en faible position et la société israélienne était fatiguée de voir à la télévision ses soldats se faire tuer au Liban durant des opérations de la Résistance. Ehud Barak annonça donc son désir de se retirer du Liban en juillet 2000 pour remplir une promesse électorale, laissant dans le vague tous les détails de l’affaire et signalant à plusieurs reprises qu’un retrait serait conditionnel à la réussite de la conclusion d’un accord avec le Liban sur des questions de sécurité.

Se désespérant d’atteindre tout accord que ce soit avec le Liban, Barak prit alors la décision d’évacuer soudainement, évitant ainsi à ses soldats en déroute le canardage par les combattants du Hezbollah, car telle était la situation après que les collaborateurs se soient enfuis de Jezzine. Cette débâcle eut lieu le 24 mai 2000, marquant ainsi la plus grande victoire de notre histoire sur Israël depuis le début de l’occupation 50 ans plus tôt., une libération qui fut réussie par les plus faibles des nations, par une résistance qui opère avec de très modestes moyens et non pas aux mains d’une puissante armée possédant un énorme arsenal.

La victoire, dans sa séquence de réussite et ses détails, a outrepassé les attentes du parti, car les possibles scenarios de retrait d’Israël étaient limités à trois:

  1. Retrait des forces israéliennes de la majorité des villes et villages occupés, laissant le groupe des Lahdistes dans ces zones comme “Garde Nationale”.
  2. Retrait des Israéliens des villages chiites, laissant des collaborateurs dans les autres zones…
  3. Les Israéliens laissent des Lahdistes au sein d’une zone frontalière occupée plus restreinte que celle actuellement occupée, ce qui demandera moins de participants…

Mais ce qui s’est en fait passé fut complètement en dehors de toute attente à savoir, l’évacuation des zones occupées par Israël en une nuit, surprenant complètement ses propres collaborateurs. Lorsqu’ils entrèrent dans les positions lahdistes, les combattants du Hezbollah y trouvèrent des repas préparés, prêts à être mangés, laissés intouchés par les conspirateurs lahdistes se sauvant après avoir soudainement découvert le retrait d’Israël. Les combattants capturèrent de l’armement abandonné, qui fut plus tard donné à l’armée libanaise et saisirent un grand nombre de documents et de fichiers informatiques contenant les noms des informateurs, leurs services etc… D’importantes données militaires secrètes furent aussi saisies.

[…] Cette victoire tira sa plus grande valeur de l’image immaculée de la Résistance. La libération ne fut aucunement marquée, défigurée par des abus ou assassinats des collaborateurs lahdistes, ni par l’achèvement des blessés et des détenus. Il n’y eut pas un seul incident de vengeance parmi les citoyens contre les collabos qu’ils durent subir et ce en parfait contraste avec tout ce que l’on peut voir dans ce qui suit une révolution ou une lutte armée qui réussissent. Pas un seul incident avec les familles des collabos ne fut enregistré. Ceci fut quelque chose qui stupéfia les observateurs. Les standards moraux des partisans du Hezbollah et le niveau de discipline démontré par ses combattants du djihad furent de très très haut calibre.

[…] La valeur de cette grande victoire réside également dans la perception qui fut inculquée par ce parti islamique, qui malgré les difficultés, est demeuré sur sa trajectoire sans jamais dévier, qui a tendu la main à tous et qui n’a pas utilisé de coup politique ni de blasphème ni d’aliénation contre quelque individu que ce soit, démontrant ainsi une volonté sans faille de coopérer sur les objectifs de la libération ; ceci fut exemplaire considérant l’utilisation de moyens limités en confrontant une force puissante et très bien équipée telle que l’armée israélienne. Ceci mélangea une croyance en Dieu, une confiance en la victoire, la faim de tomber en martyre et la préparation au sacrifice. Ce fut la combinaison de tous ces facteurs qui fit la victoire.

[…] Cette victoire est venue prouver que l’arsenal militaire du monde arabe ne représente en rien la solution à la menace du projet israélien, que les négociations ne réussissent aucun gain tangible pour les Palestiniens et leur cause ainsi que pour les autres territoires arabes occupés ; et que le soutien international et la visible appréhension au sujet d’Israël ne sont que des épouvantails plantés là pour atteindre et défaire nos esprits et notre moral. Nous sommes en fait bien capables de changer cette formule du tout au tout si nous analysons la source de nos forces et si nous capitalisons sur celles-ci tout en analysant les faiblesses de l’ennemi et travaillons pour les confronter.

La résolution 425 de l’ONU n’a pas été appliquée

Ainsi, un nouveau chapitre de la confrontation avec Israël commença. Les Etats-Unis travaillèrent d’arrache-pied avec l’ONU et les nations européennes pour faire le portrait de la fuite d’Israël du Liban comme étant une mise en application de la résolution 425 du Conseil de Sécurité de l’ONU datant de novembre 1978, un fait qui devrait obliger le Liban à déployer son armée jusqu’à la frontière sud du pays afin d’éviter de nouvelles attaques d’israël. De la sorte, les mesures de sécurité requises par Israël auraient été remplies sans avoir à conclure aucun accord et en utilisant le prétexte de mettre en application la résolution 425 (NdT: 22 ans après !…).

Le Liban refusa cette logique étant maintenant dans une situation bien plus favorable. Le retrait d’Israël intervenant après une très longue période d’occupation, ce retrait n’étant aussi que l’application d’un droit du Liban. Il  ne survint que grâce à la résistance à l’occupation, ce n’était en aucun cas une initiative gratuite d’Israël et non pas une mise en application de la résolution 425, Israël fut expulsé du sud-Liban par la résistance. De plus le retrait ne couvrait pas toutes les zones requises dans la mesure où la zone libanaise des fermes de Shebaa et un bon nombre de zones frontalières demeuraient toujours sous occupation. De plus, l’altération des frontières internationales en les remplaçant avec la soi-disante “ligne bleue” dessinée par l’envoyé de l’ONU Terry Larsen, était inacceptable pour le Liban, car cette Ligne Bleue, qui laisse les fermes de Shebaa à Israël n’est rien d’autre qu’une ligne de démarcation de zone d’évacuation et non pas une alternative aux frontières internationalement reconnues. Le Liban tint bon sur ce point et sur d’autres litiges frontaliers.

[…]

La première grande surprise pour les Etats-Unis, Israël et leurs suiveurs fut de constater la non-existence d’une quelconque rivalité ou discorde entre les musulmans et les chrétiens dans la zone libérée, une zone qui commençait à vivre une de ses meilleures époques, où aucun citoyen ne fut blessé, importuné et où aucun chaos ne vint troubler l’ordre et la sécurité pour tous.

[…]

Le déploiement de l’armée au sud-Liban

[…] De fait, le gouvernement libanais a rempli ses responsabilités dans ce contexte et cela ne devrait pas appartenir à la sphère de la résistance malgré sa présence partout dans la zone, La Résistance ne pouvait pas être un substitut pour le gouvernement et ne se posa du reste jamais de la sorte. De plus, la Résistance refuse tout manque de devoir et de responsabilité pour le gouvernement.

Lorsque l’objectif est de sécuriser une frontière contre l’agression israélienne, ceci représente essentiellement un rôle pour l’armée, celle-ci étant la palissade et la protectrice des limites nationales, il est néanmoins de notoriété publique que l’armée libanaise est bien plus faible que l’armée israélienne et que toute décision par Israël de ré-envahir le Liban ne verrait lui opposer qu’une faible force et aurait peu d’effet sur un invasion de grande envergure.

[…] Il fut dit que le péril de l’agression sioniste persiste, surtout quand les probabilités de gains pour Israël sont grandes. En fait, pour parler franc, qui est capable d’arrêter ou même d’écorner la voracité d’Israël et ses pratiques criminelles ?…

L’expérience a clairement démontré que la résolution 425 de l’ONU, les efforts diplomatiques et les promesses des Etats-Unis, n’ont en rien libéré le Liban de 22 ans d’occupation. Le Liban fut libéré par moyen de résistance et par le grand soutien public à la résistance. Alors que nous sommes en possession de tels moyens pour rendre Israël inefficace et inopérant, pourquoi les devrions-nous nous en passer ? De quoi avons nous peur en les maintenant en place ? Et surtout, qui pourrait garantir une dissuasion à l’agression d’Israël si nous les abandonnions ?

[…]

Juger les collabos

[…] La résistance a pris la décision de ne pas régler ses comptes avec les collaborateurs à l’occupation après la libération. Elle considérait que leur jugement et leur punition était la responsabilité du système judiciaire libanais. Ainsi, il n’y eut point de tribunaux révolutionnaires et il n’y eut pas de vengeance ni de lynchages. La mise en accusation des traîtres se devaient d’être le fait du gouvernement libanais, mais des 1550 verdicts de justice délivrés par des tribunaux militaires jusqu’en novembre 2000 et couvrait les interrogatoires et procès de 2159 individus, les sentences furent des plus légères allant de 1 à 10 ans de prison, la vaste majorité des collabos étant condamnés à une peine de l’ordre de deux ans d’emprisonnement.

Le Hezbollah fut mécontent de ces verdicts et demanda des peines plus sévères afin de décourager à l’avenir toute collaboration avec Israël.

[…]

IV. La cause palestinienne

Note de R71: Ce segment fait 34 pages en anglais, est à lire en entier dans quelque version que ce soit. Qassem résume parfaitement ici en ces quelques pages, ce que bien d’autres auteurs n’ont pas pu faire en 300 pages ou plus…

Le projet sioniste et les étapes de la fondation

L’histoire moderne du XXème siècle n’a pas été témoin d’une situation comparable à celle des Palestiniens. Des sionistes du monde entier s’en vinrent en Palestine pour occuper la terre et forcer à l’exode la majorité de sa population existante, le tout sous le gardiennage de la “communauté internationale”. L’occupation sioniste de la Palestine devint un droit affirmé international, tandis que les demandes de ré-instauration de plein droit des Palestiniens sur leur terre étaient perçues comme une agression inacceptable. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a agi seulement en faveur et en soutien de cette vision déformée. Il est incorrect de dénommer et de classer cette cause comme simplement une dispute ou une rivalité, car c’est un grand crime contre l’humanité.

La première conférence mondiale sioniste s’est tenue du 19 au 31 août 1897 à Bâle, en Suisse, sous le directorat de Theodore Herzl. La conférence appelait à une “patrie pour les juifs en Palestine”.

[…] Quelques uns cherchèrent des explications dans la Torah promettant que le “peuple élu de Dieu” devra contrôler la Palestine, tandis que d’autres considéraient que la présence des juifs dans une endroit géographique spécifique serait la solution à la souffrance à laquelle ils ont été soumis dans un grand nombre de pays européens et russe. […] De la sorte, le projet sioniste fut établi avec un fort point de focalisation sur le fanatisme religieux et le préjudice sémite, utilisant des méthodes les plus draconiennes pour parvenir à leurs objectifs.

Il ne fut donc pas étrange que la voracité pour l’occupation de la terre de Palestine augmente de jour en jour, d’abord avec les saisies de terres et de villages, suivies par une guerre de gangsters menée contre les Palestiniens (menée sous les auspices de la Grande-Bretagne durant le mandat britannique sur la Palestine, plus tard culminant avec la déclaration d’un état juif sur une terre palestinienne occupée en 1948. Subséquemment, toute la Palestine fut occupée ainsi que certaines parties des pays voisins comme l’Egypte, la Syrie et la Jordanie), occupées en 1967. L’entité sioniste continua son expansion territoriale et

ses affirmations légales, car la fondation de base du mouvement sioniste raciste est le mouvement d’expansion, un objectif soutenu par des fondements religieux tirés de la Torah. D7après celle-ci la Palestine est un héritage du peuple d’Israël dont les vies ne se stabiliseront pas sauf au travers de l’expulsion des habitants originels de la Palestine.

[…]

Les Britanniques reconnurent la création de l’entité sioniste, s’assurant que la Palestine demeurait dans le cadre de leur mandat colonial ainsi que le stipulait les accords Sykes-Picot de 1916 entre la France et la Grande-Bretagne, les deux vainqueurs de la 1ère guerre mondiale. Le gouvernement britannique émit ensuite la déclaration de Balfour le 2 novembre 1917, une lettre écrite par le ministre britannique des affaires étrangères d’alors, Arthur James Balfour et adressée à Lord Rothschild.

[…]

Le soutien américain à Israël

[…] Le soutien des Etats-Unis à Israël est exprimé au travers de la mise à disposition de ces circonstances qui servent à exercer une agression sur le peuple palestinien afin de dessiner les contours géographiques et politiques d’Israël, de s’assurer que les Palestiniens acquiescent et de sécuriser une signature palestinienne qui ne servirait qu’à légitimer Israël et à minimiser ses peurs existentielles.

[…] Nous en sommes parvenus à ces conclusions:

  1. La création d’une entité sioniste sur la terre de Palestine représente une agression manifeste sur le paisible peuple palestinien et remplace une population par une autre, dispersant de ce fait, les véritables propriétaires aux quatre vents et les places en confrontation directe avec un groupe international d’extorqueurs. Ceci n’est pas un conflit frontalier entre deux pays voisins. C’est le déracinement d’une nation et d’un peuple, la substitution de l’un par l’autre.
  2. Les justifications historico-religieuses qui remontent à plus de 3000 ans et la rationalisation nationaliste parlant d’un désir de création d’un état juif ne légitiment en rien la création de celui-ci en Palestine, car les changements qui se sont produits dans l’histoire sont des faits du passé et chaque nation de ce monde possède une histoire qui est différente de la présente. La paix dans le monde ne pourra se réaliser que si les nations et les populations manifestent, expriment leur existence et réaffirment la liberté et l’indépendance de leurs peuples.
  3. Le soutien absolu pour la création d’une telle entité sioniste fut accordé d’abord par la Grande-Bretagne puis par les super-puissances, les Etats-Unis et l’URSS, ainsi que la France (qui a partagé la récompense issue de la 1ère guerre mondiale avec la Grande-Bretagne…). Si ce n’était pour cette conspiration internationale qui a persisté soit individuellement ou au travers de l’ONU, Israël n’aurait jamais pu survivre.
  4. Le plan israélien a continué d’être exprimé par son expansion militaire et l’imposition forcée de ses conditions jusqu’à ce que l’occupation atteigne des parties des pays arabes voisins comme la Syrie, l’Egypte, la Jordanie et le Liban. Les résolutions internationales ne représentaient que des interludes durant lesquelles Israël réorganisait sa stratégie d’occupation en préparation d’une nouvelle extension de son hégémonie…

Si on se base sur les conclusions énoncées, la discussion ne s’arrête donc pas aux frontières d’Israël, mais se transcende pour inclure le projet qui pèse sur la vie de toutes les nations arabes, un plan qui avance vite et dangereusement. A chaque phase, de nouvelles terres sont arrachées et une nouvelle réalité est créée, faisant pauser le complot sans l’arrêter pour autant. Le moyen de l’arrêter est de le refuser en résistant, par la confrontation directe ou l’intifada, le refus, l’auto-défense et la persévérance.

[…]

Le ciblage des civils israéliens

Frapper la sécurité d’Israël affecte quoiqu’il en soit les civils israéliens, ce qui posent deux problèmes: celui de questionner la pureté des actions légitimes de résistance et celui d’avoir des répercussions dans la sphère internationale pour le soutien de la cause palestinienne. Une vision plus compréhensive changerait sans aucun doute l’impression colportée, car l’armée israélienne est engagée dans le processus de tuer à la fois les combattants de la résistance et des civils, que ce soit chez eux dans leurs maisons, sur leurs lieux de travail et en utilisant tous les moyens possibles pour y parvenir, des raids aériens aux tirs de tireurs embusqués en passant par des attentats à la bombe. Ceci est considéré comme une méthode efficace pour handicaper les actions de la résistance. Les colons israéliens sont armés et leur acompte des meurtres de civils palestiniens sous la bannière de “l’auto-défense” ou des représailles est demeuré pour le moins ignoré. Les Palestiniens doivent faire face à un très haut degré de racisme dans les territoires occupés.

Comment les Palestiniens devraient-ils réagir pour se défendre ? Il n’y a pas d’alternative à une activité de résistance qui cible en tout premier lieu l’armée israélienne ; mais lorsque ces membres de l’armée s’aliènent et cherchent refuge dans des villages et des villes se protégeant derrière un bouclier humain et lorsque les colons israéliens continuent d’assassiner et d’agresser, transformant ainsi la population civile israélienne en une forme d’armée, alors la cible devient la société de militants.

[…] L’opinion des nations du monde et de la “communauté internationale” ne peut pas s’accommoder de la justesse de la cause palestinienne, de la sorte la question de sa légitimité ne peut pas être ternie. L’opinion est plutôt fondée sur l’idée qu’Israël est opprimée et qu’elle peut répliquer comme bon lui semble. On demande aux Palestiniens de supporter l’injustice et on les punit lorsqu’ils entreprennent des actions défensives. La bannière de la protection des civils n’est dressée que devant les visages palestiniens, ce qui démontre le biais international de mettre en accusation et sous siège tout succès palestinien.

De l’autre côté, les Israéliens ne sont en aucun cas soumis à autant de pression. On leur laisse libre-court du choix des méthodes et des mesures à prendre et ce indépendamment de l’aspect criminel de celles-ci.

[…] L’histoire sioniste regorge de violations des droits humains les plus fondamentaux. Citons en simples exemples toutes ces images de massacres. d’occupation, d’expulsions et d’agressions vues au travers des médias. L’annexion de la Palestine est jonchée de ces massacres de populations civiles comme à Deir Yassin (1948) et Haïfa (1938 et 1948), Kfar Kassem, Khan Younès (1956), Jérusalem (1938), Samiramis (1947), al-Ramlah (1948).

Toutes les cibles furent des civils, hommes, femmes, enfants, et tous ces massacres faisaient partie du plan de domination sioniste établi pour les territoires avant 1948. Les gangs d’assassins sionistes ont perpétré ces massacres en bénéficiant de la couverture et du gardiennage du gouvernement britannique. L’armée israélienne plus tard, mit en place ces actions ouvertement sous un plan organisé ciblant les civils en utilisant le prétexte de la protection pour les colons s’installant. Ceci n’est que la preuve que le projet sioniste, dans toute sa puissance, est incapable de parvenir à ses objectifs sauf au moyen de massacres. Bien des gouvernements israéliens qui se sont succédés ont suivi exactement le même chemin, tandis que la communauté internationale se murait dans un silence assourdissant, ne faisant rien pour condamner ou même empêcher de tels crimes.

Focaliser sur le ciblage de la sécurité d’Israël touche là où cela fait mal et flotte sur un chemin incomparable avec les massacres initiés par les sionistes, car c’est un acte d’auto-défense, une réaction à une agression. Les voix qui s’élèvent pour condamner les Palestiniens ne sont qu’une forme suspicieuse de soutien à l’agression sioniste, car lorsque cette condamnation n’est adressée qu’aux Palestiniens, ceci ne sert qu’à donner une couverture politique nécessaire à l’occupation expansionniste.

Dans le contexte du ciblage de la sécurité d’Israël, des résultats rapides ne sont pas de mise. Une pierre se désintègre longtemps après avoir été soumise à l’érosion de gouttes d’eau.

Une telle menace continue à la sécurité d’Israël l’affaiblit et disperse ses pouvoirs, révélant aux nations du monde la difficulté de son existence.

[..] Malgré un favoritisme de plus d’un siècle en faveur d’Israël, de possibles changements sur la scène internationale doivent être pris en considération. Tous les empires qui ont régné dans l’histoire ont un jour cessé d’exister et la chute de l’URSS n’est qu’un signe contemporain de l’ordre universel qui dicte la montée et la prospérité des nations puis leur déclin et leur effondrement.

[…]

La responsabilité des Arabes et des musulmans

Les Arabes et les musulmans sont responsables de fournir à Jérusalem et au reste de la Palestine soutien et assistance. Ceci est vrai à la fois à cause du commandement religieux de défendre le sanctifié et de refuser son occupation et son oppression et donc de réfuter l’établissement agressif israélien et ses aspirations expansionnistes.

Ce qui est requis est la consécration de la lutte palestinienne comme une cause centrale de la nation entière de l’Islam, mobilisant et amassant ainsi le potentiel financier, médiatique, culturel, politique et militaire pour le succès de cet objectif.

[…]

V. Problèmes et positions

La participation dans les institutions de l’État

La participation parlementaire du Hezbollah ne fut pas un choix clair pour la faction à une époque, cette décision fut sujette à un intense et profond débat interne. […] Les débats se concentrèrent sur ces problèmes particuliers:

  1. Quelle est la légitimité réelle de prendre sièges dans un parlement fondé sur un système politique confessionnel qui ne représente pas la vision du Hezbollah d’un système idéal ?
  2. Là où le problème de la légitimité est impliqué, est-ce qu’une participation serait vue comme une forme d’acquiescement à la réalité du sytème politique, incluant la responsabilité d’adopter et de défendre un tel système et d7abandonner la vision islamique ?
  3. Quels sont les coût et bénéfices d’une telle participation ? Y a t’il certains inconvénients ou avantages qui pourraient être considérés comme contre-balançant des bénéfices clairs et certains ?
  4. Est-ce qu’une participation mènerait à la réorganisation des priorités de telle façon que cela résulterait en l’abandon de la cause de la résistance en faveur de la prise de position dans le jeu interne de la politique ?

[Note de R71: s’ensuivent ici 3 pages de résumé des discussions sur ces points précis démontrant le haut niveau de perception politique et d’engagement des membres des conseils du Hezbollah, qui jamais ne perdent le sens de leurs objectifs. Nous continuerons avec leurs conclusions mais en disant toutefois que le vote se fit à la majorité, ce qui est logique dans le contexte politique du système embrassé, mais qui constitue malgré tout une division du groupe. Le meilleur système étant celui de la décision consensuelle prise à l’unanimité. Un vote de la base serait également un plus. Quoi qu’il en soit, cela ne semble pas avoir affecté outre-mesure la cohésion politique du Hezbollah, sans aucun doute par que le parti n’est pas infiltré par la fange impérialiste et est capable de maintenir son intégrité morale et politique au delà des quelques divergences qui peuvent parfois survenir…]

[…]

La délégation ne put pas répondre sur le premier point de la légitimité, car cela tombait dans le domaine du juriste-théologien et fut donc un problème de discussion pour les représentants religieux.

[…]

Basé sur le résultat des discussions, le vote de la délégation fut de 10 voix sur 12 en faveur d’une participation parlementaire non seulement par intérêt mais aussi par nécessité. Ceci fut harmonieux avec la vision du Hezbollah du convoyage des préoccupations du peuple et de ses intérêts jusqu’au plus haut niveau politique national, sans être en conflit avec la priorité donnée pour le djihad de libération. Ceci servit aussi à comprendre un bon nombre de bons résultats politiques, de fournir une nouvelle expérience à une faction islamique naissante et de marquer un grand pas en avant dans le domaine de l’interaction avec les autres. Mais une telle participation ne pouvait pas être séparée de la particularité du domaine politique libanais et de la nature des élections en son sein ou du niveau admissible de la liberté de choix. Tout ceci pourrait être bien différent dans un autre pays. En tous les cas, la discussion fut centrée sur la participation dans les élections parlementaires libanaises du point de vue de la croyance en l’Islam et les résultats des discussions furent positifs.

Après la présentation des résultats des discussions de la délégation, la question de la légitimité fut soulevée et un conseil éclairé fut requis du juriste-théologien, l’Imam Ali Khamenei, qui fut très encourageant et accorda sa permission. Le problème de la participation fut donc résolu et le projet entra dans sa phase de plan d’action pour le parti. Le 3 juillet 1992, le SG du parti Sayyed Hassan Nasrallah tint une conférence de presse où il annonça la décision du Hezbollah de participer aux élections législatives qui devaient prendre place le 23 août 1992.

Les résultats

[…] Le Hezbollah présenta un programme politique et social compréhensif divergent des autres programmes standards qui focalisaient sur la publicité des candidats, leurs personnalités et réputations sans se concentrer sur un programme politique particulier. Avec son programme, le Hezbollah choisît la voie de privilégier la diffusion du programme plus que des personnes le représentant. Ceci fut une étape qui a peut-être laissée une empreinte indélébile dans la vie politique libanaise.

Le Hezbollah réussît à obtenir une représentation variée au niveau régional où il était présent: dans la Bekaa, le sud-Liban, Beyrouth et ses banlieues sud. Le parti a établi une coalition d’allégeance à la résistance comprenant 12 membres à l’assemblée nationale: 8 de la secte chiite (NDT: le mot “secte” est directement traduit par nos soins de l’anglais “sect” figurant dans l’édition anglaise du livre, nous aimerions savoir quel mot est employé dans l’arabe du texte original et comment il se traduirait…), 2 de la sectes sunnites, 1 catholique et 1 chrétien maronite. Ceci représentait un nouveau modèle pour un mouvement islamique: une coalition de parlementaires appartenant à une variété de sectes (sic), une exubérante inter-relation de pouvoir dont la vision coïncide avec celle du Hezbollah jusqu’à un certain point, mais qui n’ont rien à voir avec le mode de pratique religieux et de comportement requis pour être membre du Hezbollah, tout cela en se conformant à la vision guidante du parti.

Une évaluation des participations dans les trois élections législatives de 1992, 1996 et 2000, démontre que l’analyse présentée ci-dessus est tout à fait conforme à la réalité. Les parlementaires du Hezbollah se sont fondus dans la fabrique libanaise, ce qui leur a permis d’établir de bons contacts avec des groupes politiques variés en un temps record. Il sont entrés en politique de l’intérieur et ont révélé l’autre face du parti.

[…]

L’entrée au gouvernement exécutif

[…] Une position ministérielle n’est pas un succès sans responsabilités, mais porte des répercussions qui affectent la direction générale. On doit d’abord et avant tout prêter attention et analyser avant de se lancer dans cette voie de façon à ce que les choix soient rationnels et bénéfiques.

Ceux qui soutiennent la participation dans le gouvernement exécutif de la nation ont leurs raisons et justifications:

  1. Le parcours politique qui mène à la participation parlementaire possède un continuum représenté par l’entrée au gouvernement, sans laquelle il n’y aurait pas de performance et le parti ne pourrait pas capitaliser sur ses efforts.
  2. La structure politique libanaise permet l’entrée dans n’importe lequel des gouvernements successifs, sans rapport avec leur performance ou leur direction générale, car la participation est un effort de compromis et de faire concorder des intérêts […]
  3. La participation pourrait représenter un modèle pratique pour les ministres du parti qui pourrait ensuite être suivi par d’autres, enrichissant ainsi l’expérience gouvernementale. De plus, ces membres du gouvernement auraient à dire sur les décisions exécutives affectant la nation dans sa totalité.
  4. Un ministre fournirait des services d’ordres régional et individuel qui mèneraient à plus de soutien au parti au niveau public et social. La présence d’un membre du parti au niveau ministériel serait bénéfique au vu des possibilités disponibles et rendrait l’échange de services @ossible avec d’autres ministres.

[…]

La position du Hezbollah depuis 1992 et toujours aujourd’hui, a été celle de l’abstention à toute participation dans tous gouvernements successifs qui ont été formés soit par le premier ministre Rafiq al-Hariri, Salim al-Hoss ou plus récemment al-Hariri encore.

[…] Le parti demeure en accord avec sa vision générale et son analyse.

[…]

Fonctions et services

La décision de participer dans des élections législatives voulait aussi dire une acceptation naturelle au fait de participer dans des élections municipales, car celles-ci représentent la racine du service public à rendre au niveau des plus petites entités, que ce soit le village ou l’individu. […] Mais d’autres fonctions ayant rapport à l’éducation, à l’administration etc ne sont pas problématiques per se et c’est le droit de chaque citoyen de demander et d’assumer ces positions sur la base du mérite.

Là réside le problème. L’emploi au Liban est sujet à un système prédisposé d’allocation et de favoritisme qui n’est en rien fondé sur les qualification d’une personne ou ses mérites. Le sectarisme entre dans la formule pour attribuer certaines positions à une secte (NdT: mot employé dans le texte anglais) plutôt qu’à une autre, prenant en considération la nécessité de parvenir au ratio désiré de musulmans et de chrétiens impliqués en rendant le score moyen acceptable différent pour chaque secte. Ceci empêche les gens qualifiés de parvenir aux positions qu’ils méritent et encombre les administrations publiques avec du personnel incompétent. Les personnes sélectionnées pour les services publiques et leur administration bénéficient d’une combinaison particulière de favoritisme et de sectarisme, ou sont récompensés par des positions pour lesquelles personne n’est autorisé à entrer en compétition pour le poste.

[…] Le système qui devrait être en place est un système où seulement quelques positions spécifiques sont sujets à la vision gouvernementale, tandis que les autres fonctions du service publique sont laissées au public et attribuées au mérite.. Ceci construit le chemin de la vraie réforme qui se tient fermement sur les épaules de ceux qui sont qualifiés.

[…]

L’implication dans la vie législative est complémentaire des rôles variés du Hezbollah. L’expérience prouve cette affirmation. Les parlementaires du Hezbollah furent efficaces dans leurs entreprises politiques, tandis que la résistance poursuivait sa mission de djihad également avec succès et efficacité. Le travail devint donc bien complémentaire dans le cadre de l’action du parti, qui honora ses croyances religieuses, son djihad, sa politique, sa culture et plus.

Il serait erroné pour le Hezbollah de suivre une approche sur une voie unique et de négliger les autres fonctions pratiques, il perdrait alors sa particularité islamique qui se traduit par une bonne compréhension de la direction à suivre. Il y a une bien grande différence entre refuser de participer à quelque chose et ne pas en être capable. […]

L’Islam et le sectarisme

Le dialogue islamo-chrétien

[…] La notion d’appréhension chrétienne des musulmans et le sentiment musulman de ne pas être traité équitablement dû à la politique du sectarisme maronite sont tous deux responsables de bien des guerres qui endeuillèrent le Liban, la dernière étant celle de 1975, guerre civile qui dura 15 ans. Le dialogue politique et religieux est de première importance. Le dialogue religieux est nécessaire au niveau général, car la discussion des croyances théologiques est une zone sensitive à explorer, un terrain chargé d’a priori barricadé derrière des convictions fixes. Il est donc très important que le dialogue prédomine et que se noue une relation politique basée sur le respect et un traitement équitable de tous les citoyens, dans le but d’une coexistence pacifique, le dialogue étant le fondement vital ; ceci menant à la notion que le Liban est pour tous et non pas pour une faction ou une autre menant encore à une nouvelle division.

Les relations du Hezbollah ne furent pas consacrées qu’à une seule aile du christianisme, mais aussi avec tous les autres leaders locaux des différentes églises: orthodoxe, catholique, arménienne, assyrienne et autres. Le Hezbollah a cherché à s’associer avec toutes les branches représentées. Il est inapproprié de considérer que tous les chrétiens ont le même mode de pensée et une approche unique de la politique.

Les requis sont pour un dialogue politique qui transcende ces obstacles religieux non résolus et pour aller de l’avant vers un objectif commun de nation unifiée devant être la base de tous les programmes et plans de coopération entre les parties concernées.

Cette approche ne fut pas sans problèmes, car le sectarisme est rapide à embrouiller tout ce qui a trait à la religion, transformant vite les choses en intolérance tribale qui sont en fait aussi loin qu’on puisse imaginer de la religion.

[…] Malgré tout cela, il faut transcender les obstacles sectaires en faveur de la coopération, sur la recherche de ce qui nous rassemble et non pas ce qui nous divise, ce qui rassemble les avis et ne les aliène pas. Il est important de le faire, voire plus important quand des signes de fatigue se font sentir.

[…]

Sectarisme contre dévotion

Les mandats français et britannique sur les terres arabes [NdT: après la chute de l’empire Ottoman] ont mené à une partition de la région en de plus petits états qui n’ont rien de naturel ni géographiquement, ni ethniquement, ni même en terme linguistique. Les coutumes, familles et traditions de la zone se recoupent. La partition de la région fut faite selon un plan que les deux puissances coloniales avait prévu afin de préserver leur dominion et les intérêts de ceux qui collaborèrent avec eux. Le Liban fut directement mis sous la responsabilité française à cause de la particularité chrétienne du pays.

Le Liban devint indépendant en 1943 et forma une nation incluant de nombreuses sectes (sic) religieuses, dix-huit en tout. Un régime sectaire fut mis en place dans lequel le pouvoir fut distribué parmi les différentes ailes soit par décision législative, soit par pratique commune. S’ensuivit alors une guerre civile qui dura 15 ans. Cette guerre fut conduite au nom du sectarisme islamo-chrétien, développant une appréhension chrétienne dans des environnements à prédominance musulmane, le besoin de préserver des gains/privilèges acquis et un sentiment musulman d’iniquité. Il s’ensuivit l’accord de Taïf qui se traduisit par la mise en place d’une constitution régulant les précédentes normes et les transformant en lois constitutionnelles comme ce fut le cas par exemple avec une distribution du pouvoir parmi la troïka de trois sectes. […] Néanmoins, l’essence de ce régime demeura sectaire et son fonctionnement était toujours sujet à un équilibre entre les sectes.

C’est dans ce contexte que fut formé le Hezbollah en 1982, comme un parti politique adoptant l’islam comme son fondement et sa doctrine, voyant la religion comme un énoncé de lois divines englobant toutes les missions célestes.

[…] De la même manière que le saint Coran fait la distinction entre l’affiliation à l’Islam (par naissance) et la croyance [Qassem cite ici un extrait de la Sourate 106, verset 14] , nous pouvons dire que l’affiliation est acquise par la naissance tandis que la croyance est volontaire et fondée sur le libre arbitre. L’appel de la croyance permet à l’individu de croire et de suivre volontairement les règles de dévotion.

Le sectarisme en revanche, représente l’association avec une secte particulière généralement par naissance et qui incite à devenir partial envers elle par le simple fait d’y appartenir. Ceci est similaire au fanatisme familial, tribal, régional, la différence résidant dans le titre et le nombre de personnes impliquées. Dû au fait du régime sectaire du Liban, beaucoup des aspects des mouvements politiques ont été affectés par l’adhérence confessionnelle. Ainsi la fierté d’appartenance au groupe musulman ne veut plus dire suivre les principes de la doctrine. Il en va de même pour les chrétiens ou plutôt pour tous les sous-ensembles des mondes musulman et chrétien du Liban.

[…]

Le Hezbollah n’est ni un parti sectaire, ni le parti d’une secte particulière. C’est un parti musulman fondé sur le système et l’ordre établis par le prophète (QLPSAL), et sa famille de disciples, portant une vision compréhensive et regroupant dans ses rangs tous ceux qui croient dans son idéologie et sa discipline et ce indépendamment de leur affiliation sectaire de naissance.

Certains peuvent appeler à suivre le Christianisme, qui peut représenter une manifestation de missions en rivalité avec celles de l’Islam. Les gens une fois de plus, tombent victime du sectarisme, rendant ainsi caduque la distinction entre religion et sectarisme. Ceci est une situation difficile et inacceptable, car le Christianisme appelle pour l’adoration et l’obéissance à Dieu Tout Puissant et à suivre les 10 commandements. Le Christianisme est donc un appel ouvert à tous pour éviter le mal et les mauvaises actions, pour établir une éducation éthique et pour s’abstenir des plaisirs vains de la vie terrestre en attente de la récompense dans l’au-delà.

Ceci ne contredit en rien l’appel de l’Islam pour la révérence à Dieu, la bonne morale et la droiture dans la vie. Mais les implications additionnelles de l’Islam dérivent de sa compréhension au niveau de l’ordre social. En tant que tel, le système islamique est en accord avec le Christianisme sur bien des aspects en regard de la ligne de conduite de l’individu, Néanmoins, il existe une distinction en termes d’étendue et de compréhension des deux religions, comme il peut être déduit du message divin islamique.

Ainsi, il n’y a aucune raison de restreindre le domaine de notre adhésion à la religion ou de refuser la diversité et l’échange, car la direction islamique n’est en rien dirigée à contredire le Christianisme, mais plutôt de le compléter.

[…] Les succès du Hezbollah dans le domaine de la résistance contre l’occupation israélienne, la mise en place de services sociaux et de préservation des intérêts publics au travers d’une implication interne dans la vie politique du pays ne sont que les fruits d’une telle foi. Ces succès ne doivent pas être mesurés sur quelques slogans religieux qui furent émis par quelques groupes et auxquels manquèrent une telle signification et un tel niveau d’éthique religieuse. Lorsque les Forces Libanaises (NdT: milices chrétiennes qui perpétrèrent le sale boulot des sionistes au cours des massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila…] érigèrent la croix en tant que slogan et focalisèrent sur la dimension sectaire du message afin de rallier plus de supporteurs, ils n’exprimaient en rien l’implication religieuse à laquelle le Christianisme appelle.

Le comportement religieux, politique et social adopté par le Hezbollah a offert une riche expérience depuis maintenant plus de 20 ans, ce qui a contribué à une nouvelle signification autant qu’influence sur la vie libanaise au travers de sa présentation comme modèle qui est applicable aux alentours, du moins dans certains de ses aspects. En cela, la dévotion religieuse peut transcender le piège sectaire et demeurer une voie suggérée parallèle aux autres. Laissons la concurrence ne s’appliquer qu’aux principes fondamentaux comme celui de notre perspective sur l’univers, ou sur l’Homme et la vie. Ne la laissons pas être un fanatisme contrant d’autres fanatismes sectaires prédominants.

[…]

L’occident, et particulièrement les Etats-Unis, tentent d’accuser les mouvements islamiques (NdT: faisons quand même la remarque ici qu’il y a une grande différence entre les mots “islamique” et “islamiste”, nous sommes sûrs que nos lecteurs sont au-delà de cette confusion volontairement induite par la propagande occidentale…) de fondamentalisme. d’extrémisme et de terrorisme. Ceci a pour but de tracer le chemin afin de prendre le contrôle idéologique du monde islamique. Cet objectif est mené de façon à être facilitateur de la domination politique, économique et militaire. C’est de cette graine que sont nés les attributs de “modéré” et d’”extrémiste”. Les Etats-Unis et l’occident généralement étiquettent quelques régimes comme étant “modérés” pour le simple fait qu’ils s’affublent de slogans islamiques et donnent leur accord pour exister dans un cadre de subordination extrême à l’hégémonie [coloniale occidentale].

De plus, les mouvements islamiques sont considérés extrémistes simplement parce que leur vision et intérêts sont en conflit avec l’hégémonie internationale. Des définitions claires sont maintenant requises pour classifier ces deux types de mouvements et de régimes.

[…]

Ainsi, étiqueter des mouvements de résistance qui luttent contre l’occupation au Liban et en Palestine comme “extrémistes” [NdT: Qassem fait ici essentiellement référence au Hezbollah et au Hamas] simplement parce qu’ils combattent l’occupation coloniale d’Israël, n’est qu’un point de vue politique et non pas la description de la nature essentielle de tels mouvements. Une telle description politique n’a absolument aucune importance car elle tombe dans le domaine du conflit d’intérêts et des divergences de valeurs. C’est ce à quoi nous ont habitué les régimes impérialistes, faisons une pause ici pour considérer ceci: qui a nommé ces régimes comme les gardiens, les arbitres ayant un droit d’attribuer aux gens, aux mouvements et aux régimes des certificats de bonne et de mauvaise conduites politique et idéologique ? Ont-ils un quelconque droit de parler de modération et d’extrémisme alors qu’eux-mêmes se retrouvent accusés de colonialisme, d’impérialisme et de subjuguation des peuples ?…

Le Hezbollah a fait de grands pas en avant en termes de libérer de grandes parties du Liban occupé. Le parti a bénéficié d’un énorme soutien populaire et du soutien d’estime des autorités politiques, des personnalités religieuses et des pouvoirs factieux. Le Hezbollah se réfréna de tout acte de vengeance durant les phases victorieuses de la libération et ce malgré le pouvoir et la position dont bénéficiait le parti. Et pourtant, ce parti n’a pas pu échapper aux campagnes de dénigrement et de calomnies choisies par les politiques israélo-américaines: ces étiquettes d’”extrémisme” et de “terrorisme”, manquant singulièrement des plus simples et logiques preuves. Mais là encore, tout ceci n’est vu que par la lorgnette d’Israël et des Etats-Unis et cela n’est bénéfique qu’à l’approche hégémonique et impérialiste. Ce n’est qu’une autre tentative d’imposer ces politiques planifiées de l’extérieur pour le Liban et la région.

La défense de manière générale des mouvements islamiques ne les exempte pas de l’obligation leur incombant de revoir et d’analyser leurs actions en fonction des objectifs visés ainsi que leur approche, d’évaluer leur expérience au niveau des gens et des régimes de leurs pays. Une ouverture d’esprit et un dialogue suffisants devraient être possibles parmi ces mouvements afin que ces excellentes expériences puissent filtrer. Un dialogue doit être mené non pas sur toile de fond d’assimilation et d’accommodation mais plutôt dans un esprit d’amélioration, de correction des erreurs identifiées et  de faire avancer le succès afin d’atteindre les aspirations contemporaines.

Une difficulté se pose lorsqu’on établit un tel dialogue. Beaucoup de mouvements islamiques se lient à des restrictions et particularités fanatiques qui promeuvent la division et le zèle sectaire, gelant ainsi toute coopération possible. Pourtant, il est requis de ces mouvements qu’ils fassent au moins les plus petits pas dans la direction du dialogue ; ils devraient utiliser toute fenêtre d’opportunité possible pour établir une coopération effective et constructive, car ceci reflètera positivement sur la nation de l’Islam qui aspire à la vision islamique. Notre nation devrait reconnaître nos véritables ennemis plutôt que d’affronter des ennemis illusoires fabriqués qui sont créés pour représenter d’autres mouvements islamiques. Tomber dans le panneau d’une telle confusion induite ne fait que bénéficier à l’ennemi qui se gave de nos différences et conflits internes et d’un extrémisme intolérable.

Il est évident que la connaissance entre les mouvements islamiques est très faible, même quand ces mouvements sont en fait très semblables, il est possible même qu’aucune connaissance de l’autre n’existe ou est limitée à une communication superficielle et éphémère.

[…]

Étendre l’expérience du Hezbollah

Certains ont avancé l’idée d’étendre l’expérience du Hezbollah du Liban aux autres pays en établissant des branches du parti au sein d’un cadre centralisé. Le conseil examina cette idée et après une courte délibération, la refusa pour les raisons principales suivantes:

  1. La responsabilité de prendre une telle action et de mettre en place ses mécanismes incombent à la population de chaque pays. […]
  2. D’autres mouvements islamiques et partis existent peut-être déjà dans ces pays, ce qui pourrait être sensible avec la venue d’un nouveau parti à l’administration étrangère. […]
  3. Les personnes qui établiraient ce parti se verrait en phase de développement et leur niveau de performance et de popularité ne représenteraient pas les succès réalisés au Liban suite à une longue histoire de luttes et de travail acharné. De la sorte, il se peut qu’une fausse impression sit donnée das le nouveau pays. […]

Note de R71: Il est cependant à noter que dû aux circonstances régionales depuis 2010-2011, il y a eu la création d’un Hezbollah en Irak. Mais il est peu probable que la relation soit intime entre les deux partis pour des raisons de sécurité.

Unité de coordination et unité pratique

Réussir à unifier les sunnites et les chiites dans les différents pays, à tous les niveaux est un des buts fondamentaux du Hezbollah.

[…] Ainsi une force unie de musulmans doit se réunir face aux menaces et aux défis. Une telle cause et objectifs communs peuvent être spécifiés, tout comme les mécanismes pratiques de coopération peuvent être tirés en accord avec le degré de capacité de chacun des côtés, des niveaux de conviction et des caractéristiques particulières. La coopération devrait ouvrir de nouveaux horizons qui n’étaient pas évidents auparavant et devrait créer une environnement cordial pour ses ailes variées.

[…]

Puisque la Palestine et Jérusalem représentent la cause la plus noble et la plus valide, son soutien étant incontestablement légitime, il est de notre devoir de rassembler toutes nos capacités et nos ailes divergentes afin de soutenir cette cause par tous les moyens possibles. C’est ici que l’importance de l’unité est vitale. Elle appelle en partie à la coordination des efforts et des potentiels au travers de réunions et de discussions pour définir les méthodes de soutien, la composition d’un point de vue uni et l’identification des idées essentielles. Prenant en considération les circonstances ayant trait aux participants, leurs potentiels, l’étendue de leur intérêt et de leurs priorités est d’importance. Cette “unité de coordination” demande un contact direct entre les diverses branches, que ce soit de manière continue ou intermittente. Une autre forme d’unité s’exprime dans l’expression de la position politique, une étape personnelle ou subjective dérivée des convictions et des priorités sans coordination avec les autres, mais alignés sur quoi que ce soit qui sert la cause palestinienne. Voilà ce que nous appelons “Union pratique”.

Le Hezbollah a lancé son activité de confrontation de terrain contre Israël par la Résistance Islamique construite autour de la priorité et du principe d’expulser l’occupation israélienne. bien des succès réalisés au Liban ont eu des répercussions sur la réalité palestinienne. Le Hezbollah a aussi exprimé sa croyance en la libération de toutes les parties de Palestine et a entrepris des mesures politiques, opérationnelles et de mobilisation vers ce but, rencontrant ainsi l’Intifada au sein de ce cadre d’unité pratique.

[…]

Il est apparent que le cercle de l’unité est très large… L’unité est parfois limitée au théorique, mais elle peut aussi accumuler des résultats pratiques très utiles. Les bénéfices de l’unité sont incommensurables, il n’y a donc pas besoin de perdre du temps à interpréter ses dimensions.. Il n’y a pas d’excuses pour quelque côté que ce soit d’assumer la charge des affaires d’une nation de manière unilatérale, ni de s’isoler du cours des choses, car chaque côté aura à un moment donné, parfois critique, besoin des autres et pourrait bien à ce moment là ne pas les trouver.

Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas de conduire un dialogue calme, posé et constructif pour travailler à accorder ces différences culturelles, pratiques, théoriques et politiques. De plus, tout dialogue devrait être restreint à ne procurer que des bénéfices et non pas continuellement évoquer les points de désaccord sensibles. Il devrait être orienté sur des sujets qui sont considérés comme prioritaires et qui pourraient amener des opinions différentes à se rapprocher ou les modifier. Le dialogue doit aussi être mené entre des individus qui l’acceptent et ce indépendamment d’où il peut mener. Qu’il mène à des solutions ou qu’il élargisse plus avant les différences, il ne dit pas cesser de représenter une continuité de coopération et de communication, sans devenir un tableau de marque de futilité.

Nous ne devons jamais avoir peur du dialogue ni de ses résultats. Nous devons être courageux pour le suivre jusqu’au bout en prenant en considération ce qui a été énoncé ci-dessus afin de briser la rigidité malsaine de “toujours avoir raison”, ainsi débridant nos esprits pour une perception plus large des choix ouverts légitimes.

[…]

VI. Relations régionales et internationales

Les relations avec l’Iran

Sous la conduite de l’Iman Khomeini, la révolution islamique en Iran du 11 février 1979 fut comme l’onde de choc d’un tremblement de terre à travers toute la région, affectant la carte des alliances et l’extension de l’hégémonie tout comme les intérêts des puissances extérieures. La stature de l’Iran bascula d’avoir été la base militaire américaine dans la région sous le régime du Shah Palavi ; une source de préoccupation pour l’URSS, le gendarme de la zone du Golfe persique et l’épée sur la gorge des Arabes qui étaient là afin de protéger l’entité sioniste du temps du Shah, à celle d’un régime islamique rejetant l’hégémonie américaine, soutenant les droits du peuple palestinien, aspirant à la coopération avec ses voisins arabes tout en étant différent de l’Orient et de l’Occident par la personnalité et les particularités politiques et idéologiques de son guide et leader, l’Imam Khomeini.

Pendant les premiers jours de la révolution et après la victoire, l’ambassade d’Israël à Téhéran ferma pour devenir plus tard l’ambassade de Palestine. Des groupes d’étudiants investirent l’ambassade américaine y découvrant ses plans et son rôle de renseignement secret, neutralisant ainsi sa capacité d’exploiter la nation.

Au Liban, des érudits religieux et des groupes islamiques détectèrent une source d’espoir et soutirent l’état iranien naissant. A sa création (en 1982), le Hezbollah vit la possibilité de réussir ses buts et aspirations grâce au soutien et aux encouragements exprimés par la République Islamique d’Iran (RII). Ceci se manifesta par l’envoi d’une délégation de Gardiens de la Révolution Islamique au Liban dans le sillage de l’invasion israélienne, ayant pour mission d’entraîner et de recruter la jeunesse libanaise qui voulait combattre Israël.

La relation entre l’Iran et le Hezbollah fut forgée par les efforts du parti d’utiliser cette expérience novatrice dans la région et de recruter un champion pour la cause de confronter l’occupation israélienne.

[…]

L’Iran représente une parlante manifestation de l’applicabilité de l’Islam, une qui devrait être observée et contemplée par tous les musulmans.

[…] Lorsque le Hezbollah a libéré le sud-Liban et la Bekaa occidentale avec l’aide effective de l’Iran, il est parvenu à réaliser ses buts déclarés pour lesquels bien des martyres contribuèrent par leur sacrifice.. Par cela, l’Iran a réalisé sa vision de rejeter l’occupation et de soutenir les combattants pour la liberté. Ceci furent des gains engrangés à la fis pour le Hezbollah mais aussi pour le Liban et l’iran. Il y eut aussi des récompenses par ricochet pour la Syrie et la Palestine et son Intifada et pour chaque personne qui croit en la résistance et en la libération.

[…] C’est ainsi que tous les paris sur l’échec de la relation Iran-Hezbollah ont échoué. Le parti n’est en rien connecté aux évènements qui se déroulent en Iran, ce sont des affaires intérieures qui ne regardent que le peuple iranien. De plus, le Hezbollah n’est pas un protégé ni même un courant politique en Iran. Plus encore, la relation entre le Hezbollah et l’Iran ne veut pas dire en quelque circonstance que ce soit que leur expérience est similaire ou que les Iraniens partagent un dénominateur commun. Au lieu de cela, elle est une véritable coopération fondée sur des convictions communes et sur les requis de cette relation qui se veut candide, transparente et déclarée. Cette relation a permis de grandes réalisations pour le Liban.

La campagne de dénigrement et de calomnie lancée par les médias occidentaux et spécifiquement américains, dirigés par Israël et les cercles hégémoniques contre la relation Iran-Hezbollah, n’est que partie d’une politique coloniale visant à démanteler les forces de terrain variées, de les diviser pour mieux conquérir.

[…]

La relation avec la Syrie

Feu le président syrien Hafez al-Assad a mis en place une perspective idéologique, historique, et stratégique pour le conflit contre Israël. En collaboration avec l’URSS, il travailla à construire une armée pour contre-balancer la croissance militaire d’Israël dans la région. Ce fut lui qui, en 1973, poussa l’Egypte à entrer dans la guerre d’octobre. durant toutes les années Assad (père), la Syrie adopta une attitude de contrôle de la puissance d’Israël et de blocage de ses projets., faisant la promotion de la solidarité arabe pour faire face à toute sorte de pressions et en soutenant la résistance contre l’occupation et la coopération entre alliés.

La Syrie se tourna vers le Liban pour en faire une force sur laquelle compter.

[…]

La relation entre le Hezbollah et la Syrie était initialement restreinte à une coordination sur des questions de sécurité, facilitant le mouvement des activistes et de leurs armes et gérant tout problème d’urgence, cette relation n’impliquait pas de coopération sur le plan politique. D’un autre côté, la Syrie se comportait avec le parti comme avec un membre d’une résistance armée et non pas comme un parti ayant aussi vocation politique. Le manque de dialogue politique se fit sentir.

[…] Ce fut dans ce contexte que les forces armées syriennes entrèrent dans Beyrouth le 24 février 1987 avec pour but de mettre fin au conflit inter-factions qui faisait rage dans la ville. C’est ainsi que les forces syriennes entrèrent dans un bâtiment de la rue Fathalla occupé par des membres du Hezbollah, une fusillade s’ensuivît qui se termina par un massacre où 27 membres du parti trouvèrent le martyre. Une impasse s’en suivit. Pourtant le Hezbollah restreignit ses membres de représailles contre les Syriens. Quelque soit l’amplitude de l’évènement, le but fut d’adopter une approche pragmatique visant à éliminer les causes et les raisons de toute tension et de la méfiance. Une normalisation de la relation s’ensuivit.

Les batailles de 1988 entre le Hezbollah et Amal firent que le Syrie prit la décision d’infiltrer les banlieues sud de Beyrouth sous le prétexte de séparer les belligérants et de rétablir la sécurité. A ce sujet, le président al-Assad assura le Hezbollah que le déploiement des forces syriennes dans les banlieues sud n’avait que la sécurité comme raison et qu’il n’y avait aucune intention partiale.

[…] Les relations avec la Syrie s’améliorèrent dramatiquement dès la fin des combats avec Amal. Dans de nombreux entretiens et communiqués, la Syrie remercia le Hezbollah et lui fit par de son appréciation quant à sa lutte et son djihad et déclara son soutien sans condition à la résistance. […]

Les Etats-Unis et Israël espéraient un changement d’attitude avec l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad en Syrie après la mort de son père, mais le nouveau président continua de poursuivre la même politique et accentua son intérêt à la fois pour les résistances au  Liban et en Palestine, considérant que toutes deux étaient fondées sur le droit. Il défendit leur argument face à la discrimination sioniste dans les forums importants et par ses déclarations.

[…] Par sa présence et son exercice d’autorité, la Syrie mit fin à la guerre civile au Liban et travailla à rétablir ses institutions, soutint l’armée libanaise, soutint résolument la résistance et mit fin à cet état de fait voulant que des groupes pouvaient acquérir du pouvoir au Liban en s’alliant avec Israël. La présence syrienne au Liban fut un paravent contre le contrôle d’Israël et une protection contre son influence néfaste, elle ne fut pas seulement un pivot dans le conflit syro-israélien.

Ce n’est qu’un fait naturel que les vues du Hezbollah soient en accord avec celles de la Syrie, car personne n’est en sécurité des ambitions d’Israël, celles qui s’étirent bien au-delà de la Palestine et sur toute la région [NdT: Qassem fait ici référence au projet sioniste du “Grand Israël allant du Nil a l’Euphrate”]. Le Hezbollah n’a jamais caché que sa relation avec la Syrie est fondée sur le calcul des intérêts de la Résistance, la Syrie étant le seul pays arabe qui a soutenu la Résistance à l’occupant sans jamais fléchir et qui a aidé au succès de la grande libération du Liban.

[…] Nous ne considérons pas notre relation avec la Syrie comme étant obligatoire ou accidentelle, mais plutôt comme une pierre angulaire pour faire face aux obligations régionales majeures. La relation avec la Syrie a jusqu’ici prouvé son utilité et sa nécessité. [NdT: le Hezbollah paie sa dette envers la Syrie depuis 2012 en aidant l’armée arabe syrienne à combattre et vaincre les mercenaires de l’empire que sont les assassins de l’EIIL/Daesh]

La relation avec les autres régimes arabes

Les difficultés auxquelles doivent faire face les régimes arabes n’émanent pas de la demande ou tension populaire, mais du fardeau onéreux d’un système international dominé par un pôle unique qui vise à redessiner la carte régionale en rapport avec ses propres intérêts et aux demandes et desiderata d’Israël. Aucun régime arabe n’est exempté de ce scénario et d’en devenir la proie, tous font face à de dures et douloureuses obligations et tous sont transformés en outils exécutifs, entrant en conflit avec leurs propres peuples.

L’hégémonie américaine ne garantit l’autorité que des leaders qui obéissent aux intérêts des Etats-Unis et étant donné sa forte position internationale, les Etats-Unis sont capables de faire admettre quelque accusation que ce soit à toute entité de leur choix, lançant des slogans suffisamment attractifs pour mettre en œuvre une série de procédures visant à renverser des régimes politiques, que ces régimes soient coupables ou non des accusations proférées contre eux.

Les régimes arabes doivent adopter une série de changements pour se réconcilier avec leurs peuples. Ceci est un pré-requis pour faire face au défi lancé de l’étranger. […] Un tel changement demande de l’impartialité, de l’équité dans le traitement et une sensibilité aux besoins des gens.

[…] Ainsi le parti invite tout le monde à adopter la priorité absolue de la résistance. Quiconque fait sien le slogan de libérer les régimes arabes comme un pré-requis pour libérer la Palestine est sur une voie erronée et ne fait que compliquer la tâche de la libération. Il est évident que la cause politique la plus haute dans la région est celle de la libération de la Palestine ; c’est celle-ci qui libèrera les régimes arabes et leurs peuples, les libérant de ce cauchemar qui assombrit et mine toutes les politiques adoptées pour notre région.

Note de R71: N. Qassem et le Hezbollah ont bien compris ce que les anarchistes ont aussi compris depuis plus de 150 ans à savoir que la priorité est la révolution sociale, que c’est celle-ci qui empêchera la reproduction du modèle de la division fondé sur l’antagonisme et non pas l’inverse. La Commune de Paris de 1871 et la révolution sociale espagnole de 1936-39 ont échoué pour l’avoir oublié…

Les relations avec les Etats-Unis

A la fin de la première guerre mondiale et suite à la chute de l’empire ottoman, le monde arabe et islamique fut divisé en de plus petites entités partagées entre les nations victorieuses à la tête desquelles se trouvaient la France et la Grande-Bretagne. La région du Moyen-Orient fut donc catégorisée comme un supplément politique et économique de ces grandes puissances.

[…] Après la seconde guerre mondiale, le monde fut divisé entre deux pôles d’influence internationale: les Etats-Unis menant l’occident capitaliste et l’URSS menant le camp “socialiste” voulant implanter l’idéologie communiste (marxiste). […] Le plafond des prérogative américaines lorsque les USA interagissent avec d’autres états fut tiré sur la base de sécuriser les intérêts nationaux américains et ceux de leurs contribuables sans tenir aucun compte des affaires humaines, morales, politiques ou religieuses qui pourraient être bafouées dans le but de remplir cette mission, et ceci même lorsque des milliers voire des centaines de milliers de vie sont le prix à payer, comme ce fut le cas à Hiroshima et Nagasaki.

Quant aux bannières culturelles de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, des droits de l’Homme et de la loi de suprématie, ces slogans internes sont le plus souvent utilisés pour extorquer soit les états, ou les organisations ou les individus. Ils sont utilisés véhémentement lorsque les intérêt américains sont en jeu ou ne sont que des outils de pression employés sur ceux qui contrôlent des ressources naturelles et humaines convoitées par les Etats-Unis. Elles peuvent aussi être totalement ignorées après que les régimes se soient soumis à la volonté hégémonique US.

[…]

Depuis sa création en 1982, le Hezbollah a observé les positions et politiques étrangères américaines contemporaines comme étant ultimmement axées sur le soutien de l’existence et des fondations de l’entité sioniste d’Israël., lui fournissant des justifications pour son pouvoir financier, politique et militaire et accordant une haute considération à ses requis à moyen et long termes pour parvenir à ses fins. Ceci a bien entendu été couplé avec une hostilité américaine envers tous les mouvements qui dénoncent et/ou résistent à l’occupation d’Israël et ses répercussions.

Les Etats-Unis ont catégorisé la Résistance islamique du Liban comme une forme de terrorisme, ce qui est le mot commun employé par cette entité pour se référer à toute contradiction envers sa politique. Ils ont essayé en maintes occasions de dresser l’opinion publique libanaise contre le parti ; ils ont aussi fomenter la discorde au Liban dans une tentative de faire frapper la Résistance. Ils ont activement soutenu deux grandes invasions et agressions israéliennes, celle de juillet 1993 et celle d’avril 1996, ces deux tentatives visant le démantèlement de la structure de la Résistance. Ils ont exercé une pression, une ingérence sur les autorités libanaises pour que celles-ci prennent des mesures contre la Résistance et ont lancé une grande campagne de propagande et de menaces à tous les niveaux afin d’handicaper la Résistance dans sa confrontation légitime avec Israël et au mieux de mettre un terme à l’existence du parti, supprimant ainsi le Hezbollah de la vie libanaise. L’action américaine se focalisa ensuite pour sécuriser Israël a une période durant laquelle de grandes parties du Liban demeuraient sous occupation sioniste. Essentiellement, les Etats-Unis visait à assurer que la zone occupée du Liban constitue la marge de manœuvre politique vitale pour toutes garanties de sécurité ou accords politiques à être signés avec la Syrie et le Liban.

[…] De ces faits, la position du Hezbollah est extrêmement claire: Le parti est particulièrement au courant des motivations des Etats-Unis dans la région, de leurs intentions permanentes qui ne sont pas fonction de conditions changeantes et qui ne sont sujettes à aucune modification. […] Ainsi, une rencontre entre le parti et l’administration américaine n’apporterait absolument rien de nouveau dans la compréhension l’un de l’autre et cela ne changerait en rien la position de l’un ou l’autre côté.

[…] Le Hezbollah a refusé à plusieurs reprises déjà de rencontrer les Américains et ce pour plusieurs raisons, en voici les principales:

  1. Lorsqu’un parti qui a sacrifié et lutté pour des droits parfaitement légitimes rencontre ceux qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour soutenir l’agression contre les dits droits et contre les peuples de la région, spécifiquement ceux du Liban et de Palestine, une telle rencontre ne pourrait être que l’équivalent de donner à l’agresseur, en l’occurrence les Etats-Unis, un certificat de bonne conduite.
  2. […] Par essence, les Etats-Unis sont partiaux en faveur d’Israël. Le Hezbollah ne veut donc pas rendre un service aux Etats-Unis en succombant à leur approche de l’affaire.
  3. Le Hezbollah n’a rien à dire de plus que ce qu’il a déjà déclaré publiquement en maintes occasions, le parti a et suit une position claire et bien définie. De plus, le parti ne s’attend aucunement à un changement de position de la part de sa contre-partie. La rencontre n’aurait alors non seulement aucune signification, mais elle génèrerait une certaine confusion vis à vis du public. Cette démarche est totalement futile en vue de la clarté apparente de la situation.

Comme les Etats-Unis portent la responsabilité de leur politique étrangère, il est ici essentiel de distinguer entre leur administration et affiliés d’un côté et les citoyens américains de l’autre. Le Hezbollah n’émet aucune réserve quant à rencontrer des citoyens américains non fonctionnaires de leur gouvernement dans la sphère publique et le ferait volontiers pour dialoguer, pour faire des déclarations aux médias ou pour tout autre but ne remplissant pas les intérêts et l’agenda politique du gouvernement des Etats-Unis.

Même si le Hezbollah a considéré que le gouvernement américain maintenait une politique injuste envers lui et soutenait sans partage l’agression et l’occupation d’Israël sur le Liban et ailleurs dans la région, la position du parti a toujours été, sur un plan politique, d’exposer et de dénoncer les erreurs politiques des Etats-Unis au Moyen-Orient.

Après les évènements du 11 septembre 2001, le Hezbollah a fait publier le communiqué suivant dénonçant les attaques: [Note de R71: Ce communiqué fut publié le 17 septembre 2001 par voie de presse]

Est-ce que l’administration américaine planifie vraiment de riposter à la perpétration des récentes attaques et d’attaquer ceux qui l’ont commises et leurs sponsors ou veulent-ils prendre avantage de ces évènements tragiques pour étendre plus avant leur hégémonie sur le monde et poursuivre toujours plus de politiques injustes, ce qui a causé la dégénérescence à ce niveau de haine parmi les peuples du monde et beaucoup de leurs gouvernements ? Nous sommes désolés de l’assassinat de personnes innocentes dans quelque partie du monde que ce soit et pour nos compatriotes libanais, qui sont victimes des massacres sionistes à Cana et autres endroits, ce que l’administration américaine a refusé de condamner lors d’une réunion du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, ils connaissent eux aussi la douleur et l’effroi de ceux qui perdent des êtres chers dans des évènements tragiques.

Bien que les gouvernements américains successifs aient vu et reconnu le très large soutien populaire dont bénéficie le Hezbollah au Liban, ainsi que sa claire position focalisant sur la résistance à l’occupation, ils ont toujours insisté et continué à le diffamer comme étant un groupe terroriste. Ceci ne fait que révéler la partialité totale des Etats-Unis envers l’agression israélienne, les massacres, la destruction de foyers et la terreur infligée aux populations civiles en Palestine occupée.

Les relations avec l’Europe Occidentale

[…] La France n’a pas soutenu les plans d’Aoun de 1990 et s’en vint à comprendre à quel point les Etats-Unis avaient maîtrisé les règles du jeu politique, en évinçant tout autre état et forgeant les relations régionales sur la base d’intérêts communs avec certains pays. La France accepta de jouer le rôle de sous-fifre à la traîne de la politique dominante des Etats-Unis. Ce rôle a prouvé avoir été complètement inefficace. [NdT: ceci fut écrit en 2004, imaginez aujourd’hui… La France a perdu tout crédit au Liban et au Moyen-Orient, conformément à la volonté de ses maîtres yankees…]

Les Britanniques en revanche, choisirent de devenir l’addition parfaite à la politique US tout en tentant de mettre en avant quelques différences théoriques. […] Quoi qu’il en soit, les Etats-Unis ont saisi le trône de leader du monde.

Quant au reste de l’Europe, les choix furent fait par l’UE qui prend toutes les décisions politiques en ce qui concerne le Moyen-Orient. La présence directe de l’UE fut faible et sans influence dans la région.

La relation du Hezbollah avec l’UE fut possible car il n’y eut aucun cas d’agression directe de son côté.

[…]

La communication avec l’opinion publique

S’adresser au public international est bénéfique quelque soit les obstacles inhérents pour convaincre. Il y a deux difficultés majeures dans ce contexte:

  1. Le très grand nombre d’assomptions erronées au sujet de l’Islam et des musulmans, qui sont devenues des clichés dictant l’opinion internationale.
  2. Le rôle des médias compatissant avec les sionistes et dirigés par des agences des puissances hégémoniques, a bien servi son objectif, celui de disperser de la désinformation et de la confusion dans les esprits, ce qui aide à formater l’opinion publique au moyen de scénarios captivants et d’images technologiques persuasives.

[…] Il est de notre devoir de choisir du mieux de nos capacités les moyens de rester dans la course à l’information avec les puissances hégémoniques. Les images en direct diffusées par la résistance au travers de ses vidéos de terrain de ses opérations de djihad et leur diffusion sur des chaînes de télévision (NdT: comme Press TV et Al Manar), ont eu leur effet sur l’audience et sur les ennemis, donnant à notre public quelque chose à soutenir et diffusant la peur dans les rangs de nos ennemis israéliens. Ces enregistrements ont montré à une audience internationale notre détermination quant à nos vues et positions politiques ainsi que le désir de tomber en martyres pour la liberté de notre terre.

[…]

VII. Le futur du Hezbollah

[…] Le Hezbollah a réussi à établir une présence distinguée par ses opérations atypiques et asymétriques de djihad à un moment où la vie politique au Liban était moribonde à cause de ces longues années de désaccords et de conflit.

[…] La Résistance a émergé en tant que réaction à l’occupation israélienne, qui a commencé en Palestine et s’est étendue à d’autres régions arabes. C’est pourquoi, aussi longtemps que persistera l’occupation israélienne, la résistance elle aussi persistera, car la résistance émane d’une croyance fondamentale en l’élimination de l’occupation et elle n’est en aucun cas une condition temporaire ou aléatoire.

[…] N’oublions jamais notre responsabilité de soutenir le peuple palestinien, l’association entre la cause palestinienne et nos réalités quotidiennes et comment le problème de la question palestinienne affecte le Liban ainsi que toute la région moyen-orientale.

[…] N’oublions pas non plus que les Etats-Unis sont capables de semer ruine et destruction dans la région, d’extorquer les ressources naturelles et d’attaquer ses régimes, partis et peuples. Mais ceci ne constitue que le pouvoir de l’occupant, du colonisateur et non pas un pouvoir stable et durable, encore moins éternel. D’un autre côté, notre capacité à intégrer le potentiel et à résister est permanente et exponentielle. Notre droit légitime est en lui-même une grande source de pouvoir et de puissance et notre logique est bonne. Nous sommes totalement résolus à continuer sur ce chemin.

Libérons nos esprits de l’impression que notre ennemi est insurmontable, car il y a un point de faiblesse dans tout ennemi et il est de notre devoir de déterminer ce point et d’y concentrer nos efforts. Faisons notre devoir de continuer chaque effort pour qu’il soit un jalon de la préservation de notre indépendance et de nos principes. Commençons tous par comprendre que la victoire commence de l’intérieur.

“Et nous avons désiré de montrer notre faveur à ceux qui sont opprimés sur terre, d’en faire des exemples et d’en faire les héritiers.” (Sourate 28, al-Qasas, verset 5)

FIN

= = =

Résistance dans la complémentarité:

Manifeste de la societe des societes

Résistance au colonialisme: L’entité sioniste planifie d’assassiner le secrétaire général du Hezbollah (Press TV)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 29 novembre 2017 by Résistance 71

D’après l’armée israélienne, Hassan Nasrallah sera une cible pour l’assassinat lors de la prochaine guerre contre le Hezbollah

 

Press TV

 

28 novembre 2017

 

url de l’article original:

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/11/28/543735/Isral-menace-dassassiner-Nasrallah

 

L’armée israélienne a menacé de tuer le secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah.

Sur son compte Twitter, le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a menacé d’assassiner le secrétaire général du Hezbollah :

 » Nasrallah constitue l’une des cibles à abattre au cours de notre prochaine guerre avec le Liban car sa mort changera littéralement la donne. » 

Le 16 février 1992, une attaque au missile menée par les hélicoptères israéliens a coûté la vie à l’ex-secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Abbas Moussavi.

Israël réclame son alliance avec Daesh.

Cette nouvelle menace intervient alors que Daech, outil stratégique au service des intérêts d’Israël, vit ses dernières heures en Syrie et qu’en Irak, il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Dans la foulée, un centre de renseignement israélien du nom de « Meir Amit » publie un rapport qui prône « la coopération d’Israël avec Daech » pour faire face à l’Iran et au Hezbollah.

Cité par le Jerusalem Post, le rapport affirme que désormais (après l’échec de Daech en Syrie face à l’armée syrienne et ses alliés, NDLR), « les intérêts de Daech et d’Israël sont convergents et une alliance, ne serait-ce provisoire entre Deachistes et Israéliens, s’impose. Certes, il ne s’agit pas de réclamer publiquement cette alliance. Mais celle-ci existe surtout depuis que Daech a échoué en Irak et en Syrie face à l’armée syrienne et l’Iran. Daech et Israël pourront avoir des objectifs communs, reconnaît le centre ».

Plus loin dans son rapport, l’institut confirme que « cet entrecroisement des intérêts israéliens et de Daech créerait un nouveau défi pour l’Iran et ses alliés qui tenteront, par ricochet, d’y répondre ».

Le rapport souligne que les attaques terroristes en août 2017 contre la capitale iranienne Téhéran et revendiquées par Daech, « n’ont nullement attristé Israël ». Mais « puisqu’à l’époque Daech contrôlait encore de larges régions en Syrie et en Irak, Israël a choisi de se taire. Or, à l’heure qu’il est, Daech est acculé dans ses derniers retranchements et toute attaque venue de cette organisation pourrait servir les intérêts d’Israël ».

Depuis la reprise de la ville stratégique d’Abou Kamal, dernier bastion des terroristes de Daech en Syrie, Israël ne cesse de multiplier les menaces contre l’armée syrienne, le Hezbollah, l’Iran et autres composantes de l’axe de la Résistance. Reste à savoir si, dans l’état politique et militaire où se trouve actuellement Israël, ce dernier est oui ou non capable de mettre à exécution ces menaces qui, pour de nombreux analystes, relèvent de la fanfaronnade.

Nouvelle guerre de l’empire au Moyen-Orient: L’Iran explique comment ça va se danser à Macron et aux autres…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2017 by Résistance 71

Pour les Gardiens de la Révolution Iranienne, pas question de désarmer le Hezbollah

“Macron est jeune et inexpérimenté”

 

Al Manar

 

24 novembre 2017

 

Source: http://french.almanar.com.lb/666576

 

Le chef des Gardiens de la Révolution iranienne (CGRI) a rejeté jeudi l’option d’un désarmement de l’organisation Hezbollah, soutenue par Téhéran et basée au Liban, ainsi que l’idée d’entamer des négociations sur son programme de missiles balistiques.

« Le Hezbollah doit être armé pour lutter contre l’ennemi de la nation libanaise qu’est Israël. Naturellement, ils (combattants du Hezbollah) devraient avoir les meilleures armes pour protéger la sécurité du Liban. Cette question n’est pas négociable « , a déclaré Ali Jaafari aux médias iraniens, cité par Reuters.

Le chef militaire a également salué le succès de l’axe de la résistance dans la région, saluant un « front de résistance » de Téhéran à Beyrouth et appelant Riyad à éviter de rentrer en confrontation avec celui-ci.

« Nous traitons directement de l’arrogance mondiale (Etats Unis) et Israël, pas avec leurs émissaires (…) c’est pourquoi nous ne voulons pas avoir de confrontation directe avec l’Arabie Saoudite », a-t-il déclaré.

« Tous les maillons du front de la résistance auront le même destin. Ces maillons sont plus qu’unis. Si Israël attaque un maillon, tous les autres maillons iront à son secours » , a indiqué aussi le chef du CGRI, cité par PressTV.

M.Jaafari a affirmé que son pays défendrait toutes les nations opprimées où qu’elles se trouvent et que dans les autres pays comme le Yémen, nos soutiens sont différents et nos aides se font à la demande du gouvernement du pays en question. Là-bas, au Yémen, le pouvoir est aux mains d’Ansarullah et nos aides se limitent à un soutien d’ordre moral et à des conseils.

Macron est « jeune et inexpérimenté »

Jaafari a en outre fustigé l’idée selon laquelle l’Iran devrait cesser ses essais de missiles, faisant allusion aux récentes déclarations du président français Emmanuel Macron qui avait souhaité que Téhéran clarifie « sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée. »

« L’Iran ne négociera pas son programme défensif… il n’y aura pas de discussions à ce sujet », a-t-il ajouté, qualifiant le président français de « jeune et inexpérimenté. »

Sur un autre plan, Jaafari a également déclaré que l’Iran jouera un rôle actif dans la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu en Syrie.

= = =

De Press TV, 23 Novembre 2017:

Le chef du CGRI a annoncé ce jeudi que la lutte contre Daech, cette grande menace pour l’islam, allait se poursuivre.

Le général de division Mohammad Ali Jafari, le commandement en chef du Corps des gardiens de la Révolutions islamique (CGRI), a déclaré aujourd’hui, jeudi 23 novembre dans une conférence de presse : « La victoire sur Daech n’est pas la fin à 100 % de Daech mais plutôt la fin de son règne et ce sont là deux choses différentes. […] Daech est présent de manière souterraine au sein de différents groupuscules dans divers pays comme l’Afghanistan et il constitue une menace pour l’islam. C’est pour cette raison même que nous mettons au menu de nos travaux la lutte contre ses complots. »

Le chef du CGRI a ajouté : « Nous avons une bonne préparation pour faire face à ces menaces et l’efficacité du front de la résistance a été prouvée sur le terrain. »

Jafari a affirmé que la RII défendrait toutes les nations opprimées où qu’elles se trouvent et que « dans les autres pays comme le Yémen, nos soutiens sont différents et nos aides se font à la demande du gouvernement du pays en question. Là-bas, au Yémen, le pouvoir est aux mains d’Ansarallah et nos aides se limitent à un soutien d’ordre moral et à des conseils ».

« Tous les maillons du front de la résistance auront le même destin. Ces maillons sont plus qu’unis. Si Israël attaque un maillon, tous les autres maillons iront à son secours », a indiqué aussi le chef du CGRI.

En réponse à la question du journaliste de Fars News concernant les récentes déclarations des Occidentaux sur la capacité balistique de l’Iran, Jafari a affirmé : « Vouloir engager des négociations sur la capacité balistique, nous mettons ça sur le compte de l’inexpérience et de la jeunesse du président français. Il comprendra lui-même très vite que ses efforts sont vains. »

« Le propre du Hezbollah est d’être équipé et armé devant l’ennemi juré de la nation libanaise qu’est Israël. Parce qu’il faut rappeler que la première cible des Israéliens, c’est bien le Liban. Et il est normal que le Hezbollah soit équipé des meilleures armes pour assurer la sécurité [des Libanais] et c’est un sujet qui ne prête même pas à discussion. Toute la nation libanaise, mis à part quelques petits groupuscules marginaux, défend le principe que le Hezbollah soit armé », a enfin expliqué le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique.

[Source: http://www.presstv.com/DetailFr/2017/11/23/543223/CGRI-insiste-sur-le-maintien-de-la-lutte-cDaech ]

La Résistance s’unifie contre l’empire de l’Irak au Liban en passant par la Syrie et le Yémen, sous les auspices de l’Iran… (Pepe Escobar)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 24 novembre 2017 by Résistance 71

… L’empire a perdu la main au Moyen-Orient, clair et net. Il est très intéressant de noter que ce concept de milices populaires est ancien et aussi que le Hezbollah avait utilisé cette formule au Liban en suggérant et en aidant à créer et à former la Brigade Libanaise de Résistance à l’Occupation [israélienne]” ou BLRO à la fin des années 90. Cette création de résistance multi-confessionnelle, donc unifiée, prit part à la grande libération du sud-Liban et de la Bekaa occidentale avec le Hezbollah du 24 mai 2000. Notons qu’il y a un “Hezbollah irakien”  depuis plusieurs années et nous ne serions pas surpris d’apprendre que ces PMU y prennent leurs racines…

La resistance contre le colonialisme s’organise et triomphera, l’unification des peuples passe aussi par les peuples occidentaux se libérant de l’idéologie coloniale et se tenant au coude à coude avec leurs frères autochtones de partout. Unification et éradication de l’antagonisme pour embrasser notre complémentarité naturelle inhérente !

~ Résistance 71 ~

 

Le secret de la renaissance irakienne : les milices multi-confessionnelles du peuple soutenues par l’Iran

 

Pepe Escobar

 

14 novembre 2017

 

Source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9244

 

La riposte à État islamique, sa défaite et, finalement, la victoire militaire sur les Kurdes sécessionnistes auraient été inimaginables sans les milices irakiennes qui ont fourni la plus grande partie de l’effort humain.

 

Dans la matinée d’une tempête de sable à Bagdad la semaine dernière, Abu Mahdi al-Muhandis, le légendaire chef adjoint de Hashd al-Shaabi, alias “People Mobilization Units” (PMU) et véritable cerveau de nombreuses batailles contre Daech, a rencontré un petit nombre de journalistes et d’analystes étrangers indépendants.

Ce fut un moment de remise en jeu à plus d’un titre. C’était la première interview détaillée accordée par Muhandis depuis la fatwa émise par le Grand Ayatollah al-Sistani – la marja, source d’émulation, et autorité cléricale la plus respectée en Irak – en juin 2014, quand Daesh a traversé la frontière syrienne. La fatwa, traduite librement, se lit comme suit : “Il appartient à tout Irakien, capable de porter des armes, d’aider volontairement les forces armées irakiennes pour défendre les sanctuaires de la nation.”

Muhandis a pris du temps, hors du champ de bataille, spécialement pour la réunion, il est ensuite parti directement pour al-Qaim. Il était sûr que “al-Qaim serait pris dans quelques jours” – une référence à la ville frontalière irakienne tenue par Daech et reliée au bastion de Daech Abu Kamal en Syrie.

C’est exactement ce qui s’est passé seulement quatre jours plus tard. Les forces irakiennes ont immédiatement entamé une opération de nettoyage et se sont préparées à rencontrer les forces syriennes avancées à la frontière – preuve supplémentaire que la restauration de l’intégrité territoriale de l’Irak et de la Syrie est un travail (rapide) en cours.

La rencontre avec Muhandis a eu lieu dans un bâtiment à l’intérieur de la Zone Verte massivement fortifiée – une bulle concoctée à l’américaine totalement isolée de la zone rouge ultra-volatile de Bagdad, avec de nombreux postes de contrôle et chiens renifleurs, tenus par des entreprises privées américaines.

Pour ajouter à la dramatisation, le département d’État américain, a qualifié Muhandis de «  terroriste ». Cela équivaut en pratique à criminaliser le gouvernement irakien à Bagdad – qui a dûment publié une déclaration officielle réfutant avec fureur cette qualification.

Les PMU sont un organe officiel regroupant des dizaines de milliers de volontaires liés au bureau du commandant en chef des forces armées irakiennes. Le Parlement irakien a pleinement légalisé les PMU en novembre 2016 via la résolution 91. Le point numéro 4, par exemple, stipule que « les PMU et leurs affiliés sont soumis à des réglementations militaires qui sont appliquées sous tous leurs aspects ».

Ses vingt cinq brigades de combat – comprenant chiites, sunnites, chrétiens, yézidis, turkmènes, shabaks et kurdes – ont été absolument déterminantes dans la lutte contre Daech à Samarra, Amirli, Jalawla, Balad, Salahuddin, Falloujah (trente cinq batailles différentes), Shirqat et Mossoul (surtout sur l’axe ouest de la base de Qayara à la frontière irako-syrienne, coupant les chaînes d’approvisionnement et bloquant les issues de Mossoul pour éviter les tentatives d’évasion de Daech en Syrie).

Reprendre Kirkouk « en quelques heures »

Muhandis présente les PMU comme «  une force militaire officielle » qui joue un « rôle complémentaire » à celui de l’armée irakienne. Le plan initial était que les PMU deviennent une garde nationale – ce qui est le cas actuellement : “Nous avons des drones de reconnaissance et des unités du génie que l’armée n’a pas. Cela ne nous dérange pas d’être appelés des gendarmes.” Il est fier que les PMU se battent dans une « guerre non conventionnelle », entretenant un haut niveau « militaire et moral » avec «  des victoires obtenues en un temps record ». Et, “contrairement à la Syrie”, sans soutien direct de la Russie.

Muhandis dit clairement que l’Iran est la seule nation soutenant la lutte de l’Irak contre Daech. L’Irak a renvoyé la balle en demandant à la Syrie de «  faciliter les vols des avions iraniens ». Sans accord sur le statut des forces (SOFA) entre Washington et Bagdad, «  les Américains ont retiré les compagnies qui entretenaient les chars Abrams ». En 2014, “nous n’avions même pas de kalachnikov AK-47. L’Iran nous les a données. L’ambassade américaine avait douze hélicoptères Apache prêts à évacuer des diplomates si Bagdad tombait aux mains de Daech.”

Un an plus tard, “Bagdad aurait été occupée” s’il n’y avait pas eu les PMU. “C’est comme si tu étais dans un hôpital et que tu avais besoin de sang. Les Américains se présentent avec la transfusion quand il est trop tard.” Il est catégorique, “les États-Unis n’ont pas fourni une seule balle” dans la lutte globale contre Daech. Et pourtant, Muhandis précise que les “États-Unis peuvent rester en Irak si le gouvernement irakien le décide. Mon opinion personnelle est bien connue.

Muhandis considère la “guerre médiatique” [occidentale] menée contre les PMU comme “normale depuis le début… Les pays qui soutenaient le terrorisme n’ont pas vu venir l’émergence d’une force populaire, et ne reconnaissent pas le nouveau système politique en Irak”. Sur cette note, il ajoute avec tristesse, “vous pouvez sentir l’odeur du pétrole”.

Muhandis a été personnellement blessé à Halabja et dans les opérations anti-kurdes de Saddam Hussein à Anfal. Il était “heureux de voir le Kurdistan sauvé après 1991”, soulignant, “nous avions des martyrs qui sont tombés au Kurdistan en le défendant”. Il se considère comme un ami des Kurdes, entretenant de bonnes relations avec leurs dirigeants. Les conseillers iraniens, aux côtés de l’armée irakienne et des PMU, ont également «  empêché Daech de conquérir Erbil ». Pourtant, après un « référendum unilatéral, l’Irak a dû affirmer l’autorité de l’État ».

La reprise de Kirkouk, largement une opération des PMU, a été “l’affaire de quelques heures”. Les PMU « ont évité de se battre et sont restés dans la banlieue de Kirkouk ». M. Muhandis a précédemment discuté des détails opérationnels avec les peshmergas, et il y avait une coordination complète avec l’Iran et la Turquie. “C’est une idée fausse que les dirigeants kurdes ne pourraient pas compter sur la Turquie.”

Fallujah, enfin en sécurité

Les dirigeants du Kurdistan insistent sur la protection des minorités ethniques, en faisant référence à des milliers de Sabak, Yazidi et Turkmènes – au moins 120 000 familles – contraints par la loi de Daech de devenir des réfugiés de l’intérieur. Après la victoire et la libération, les PMU ont fourni à ces familles de la nourriture, des vêtements, des jouets, des générateurs et du carburant. J’ai pu confirmer que beaucoup de ces dons provenaient de familles de combattants des PMU dans tout le pays.

Les priorités des PMU concernent des équipes de combat du génie, qui ramènent les familles chez elles, après avoir nettoyé les mines et les explosifs, et ouvert les hôpitaux et les écoles. Par exemple, 67 000 familles ont été réinstallées chez elles à Salahuddin et 35 000 familles à Diyala.

Muhandis souligne que «  dans la lutte contre Daech à Salahuddin et à Hawija, les commandants de brigade étaient sunnites ». Les PMU comprennent une brigade chrétienne de Babylone, une brigade Yazidi, et une brigade turkmène. « Lorsque les yézidis étaient assiégés à Sinjar, nous avons libéré au moins 300 000 personnes. » Dans l’ensemble, les PMU totalisent plus de 20 000 combattants sunnites. Comparez-cela au fait que 50% des kamikazes de Daech en Irak étaient des ressortissants saoudiens. J’ai confirmé avec cheikh Muhammad al-Nouri, dirigeant des universitaires sunnites à Falloujah : «  C’est une bataille contre l’idéologie wahhabite. Nous devons nous éloigner de l’école wahhabite et rediriger nos connaissances vers d’autres écoles sunnites. » Il a expliqué comment cela fonctionnait sur le terrain à Haditha, à 30 minutes d’ici : “Nous étions capables de contrôler les mosquées”, et cela motivait les gens à Fallujah. “Falloujah est une ville irakienne. Nous croyons dans la coexistence.”

Après 14 ans d’insécurité à Falloujah et avec l’expansion rapide de Haditha, Sheikh Muhammad est convaincu que « l’Irak déclarera une guerre différente contre le terrorisme ». L’approche multiconfessionnelle a également été confirmée par Yezen Meshaan. Jebouri, le chef de la brigade des PMU à Salahuddin. C’est crucial parce qu’il est membre de la très importante famille sunnite Jebouri, historiquement hostile à Saddam Hussein. Son père est l’actuel gouverneur de Tikrit. Al-Jebouri dénonce “la corruption de l’État dans les régions sunnites”, “une impression d’injustice”, et le fait que pour Daech, “les sunnites qui ne les ont pas suivis devraient aussi être tués”. Il s’inquiète de “l’accumulation saoudienne d’armes développées. Qui garantit que celles-ci ne seront pas utilisées contre la région ?” Et il refuse l’idée que “nous sommes regardés par l’Occident comme faisant partie du projet iranien”.

La victoire militaire rencontre la victoire politique

Loin du terroriste stéréotypé, Muhandis est désarmant, intelligent, spirituel et franc. Et un patriote irakien pur-sang : “L’Irak rétablit maintenant sa position grâce au sang de ses fils. Nous avions besoin d’une force militaire capable de combattre une menace interne. Nous accomplissons un devoir religieux national et humanitaire.”

Ce sont des soldats à part, les milliers de bénévoles supplémentaires des PMU ne reçoivent pas de salaire. Les députés et même les ministres étaient actifs sur le champ de bataille. Muhandis est fier : “nous avons une chaîne de commandement comme l’armée. Les PMU hébergent des milliers de personnes ayant des diplômes universitaires, ils font fonctionner des douzaines d’hôpitaux de campagne, des unités de soins intensifs, et ont le service de renseignement le plus fort d’Irak.”

À Bagdad, j’ai personnellement pu constater que le récit accusant les PMU d’être l’armée privée du Premier ministre Nouri al-Maliki est une absurdité. Si tel était le cas, le Grand Ayatollah al-Sistani devrait être blâmé, puisqu’il est conceptuellement le père des PMU. Hadi al-Amiri, le secrétaire général de la puissante organisation Badr, également extrêmement actif dans la lutte contre Daech, m’a souligné que les PMU font «  partie du système de sécurité, intégré au ministère de la Défense ». Mais maintenant «  nous avons besoin d’universités et de mettre l’accent sur l’éducation ».

Le professeur pakistanais Hassan Abbas, du Collège des affaires de sécurité internationale de la National Defense University à Washington, est allé encore plus loin, car nous avons longuement discuté non seulement de l’Irak et de la Syrie, mais aussi de l’Afghanistan et du Pakistan. “L’Irak est maintenant dans une position unique pour se diriger vers une société démocratique et pluraliste”, prouvant que “la meilleure réponse au sectarisme est l’harmonie religieuse”. Cette “croisade multiconfessionnelle contre le Takfirisme” doit maintenant se retrouver dans les rues “avec la primauté du droit et un système de justice équitable”. Abbas souligne que la base pour l’Irak à construire est le respect de la loi par l’intermédiaire d’une investigation scientifique : “Faire la police est la première ligne de défense.”<P/>

Bagdad a été capable, presque simultanément, de changer doublement la donne, par une victoire militaire à Mossoul et une victoire politique à Kirkouk. Si l’Irak se stabilise, effaçant le culte de la mort de Daech, la Syrie le fera aussi. Comme le note al-Jebouri, « maintenant, chaque communauté doit avoir une part du gâteau ». Au moins 7 millions d’emplois et de retraites sont payés par Bagdad. Les gens veulent le retour des salaires payés régulièrement. Cela commence par une sécurité décente dans tout le pays. Muhandis a été l’ingénieur – sa profession actuelle – de batailles clés contre Daech. Il y a un large consensus à Bagdad pour dire que sans lui, Daech serait fermement installé dans la Zone Verte.

Hashd al-Shaabi (PMU) est déjà un phénomène pop irakien, reflété dans cet énorme clip vidéo de la superstar Ali Aldelfi. Passer de la pop à la politique est tout autre chose. Muhandis est catégorique : les PMU ne s’impliqueront pas dans la politique, “et ne contesteront pas directement les élections. Si quelqu’un le fait, et de nombreuses personnes sont maintenant très populaires, il doit quitter Hashd”.

De la guerre hybride au renouveau national

Après des jours de conversation avec le personnel de Hashd al-Shaabi et l’observation de leur modus operandi sur un champ de bataille hybride complexe, associé à un processus de recrutement actif et à une présence massive dans les médias sociaux, il est clair que les PMU sont maintenant solidement établis comme colonne vertébrale soutenant la sécurité de l’État irakien, assurant une série de programmes de stabilisation – y compris des services médicaux indispensables – et surtout l’introduction de mesures d’efficacité dont l’Irak était totalement dépourvu depuis presque trois décennies.

C’est une sorte de mécanisme de construction de l’État qui naît d’une éthique de la résistance. Comme si la menace inquiétante de Daech, qui a pu déplacer jusqu’à 3,1 millions de personnes, avait secoué le subconscient collectif irakien, éveillé le prolétariat chiite irakien – des masses privées de leurs droits – et accéléré la décolonisation culturelle. Et ce développement complexe ne pouvait être plus éloigné de la bigoterie religieuse.

Au milieu des louanges wilsoniennes et des références au plan Marshall, le ministre des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari est également un ardent défenseur des PMU, insistant sur « une expérience à étudier », « un nouveau phénomène avec une base humanitaire opérant dans un cadre légal » et « capable de briser le siège de la solitude dont l’Irak a souffert pendant des années ».

En référence à l’offensive de Daech, Jaafari a insisté : tout d’abord « l’Irak n’a pas commis de crime », et heureusement, “une nouvelle génération de jeunes est capable de renforcer l’expérience”. L’accent est maintenant mis sur «  une période de participation nationale » après la réconciliation. Il insiste sur le fait que « les familles des membres de Daech ne devraient pas payer pour leurs erreurs ». Les collaborateurs de Daech seront dûment jugés.

J’ai demandé au ministre des Affaires étrangères si Bagdad n’avait pas peur d’être pris dans un échange de tirs mortel entre Washington et Téhéran. Sa réponse a été soigneusement mesurée. Il a dit qu’il avait assez d’expérience avec les néocons “radicaux” de Washington D.C. Et en même temps, il était pleinement conscient du rôle des PMU ainsi que de l’Iran dans la réaffirmation de la souveraineté de l’Irak. Son sourire chaleureux soulignait la conviction que, sur les cendres d’une secte noire morbide, la renaissance irakienne était vigoureusement en marche.

Nouvel Ordre Mondial: Supertrump rockstar de la guerre perpétuelle…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 novembre 2017 by Résistance 71

Trump renforce son rôle de super et ultime pion sioniste

 

Jonas E. Alexis

 

20 novembre 2017

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2017/11/20/trump-is-reasserting-his-role-as-the-ultimate-zionist-pawn/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La très vaste majorité des Coréens n’ont jamais voulu d’une force militaire puissante, essentiellement parce qu’ils savent qu’un tel projet militaire taxerait leurs poches. Même le président Moon Jae-In n’a pas voulu établir un système de défense anti-nucléaire comme le THAAD dans le pays.

Mais depuis, Trump est monté sur le trône sioniste, il a essentiellement rendu les choses beaucoup plus faciles pour les potentats étrangers comme B. Netanyahou. Trump a convaincu Moon Jae-In qu’un système de défense à base de missiles va dissuader Kim Jung-Un, comme si la Corée du Nord était sérieuse pour envahir un autre pays. Moon Jae-In a maintenant déclaré:

Les têtes pensantes de Corée du Sud et des Etats-Unis ont atteint un accord final sur le retrait de la limite sur la tête militaire d’un missile. Nous avons convenu de commencer immédiatement des négociations sur le développement de la Corée du Sud et pour l’acquisition des systèmes les plus pointus de surveillance et de défense militaires. Il ne doit plus jamais y avoir de guerre sur la péninsule coréenne. Dans ce sens, les Etats-Unis nous ont beaucoup aidé. Notre grande supériorité de puissance fondée sur l’alliance de la Corée du Sud et des Etats-Unis va éventuellement mettre fin aux provocations dangereuses de la Corée du Nord et faire parvenir sur le chemin de la dénucléarisation.

Ceci n’est bien sûr pas le moyen de stopper les “provocations dangereuses” de la Corée du Nord. Les Etats-Unis et le reste du monde occidental doivent cesser de vivre dans un monde fantasmagorique. Les Etats-Unis en particulier pensent qu’ils peuvent dicter ce que les autres pays doivent ou peuvent faire et en même temps, de refuser de se plier aux mêmes conditions et principes.

Maintenant, supposons qu’il n’y a pas de guerre avec la Corée du Nord. Continuons d’assumer qu’il n’y aura pas de guerre dans les 10 prochaines années ou plus. Qu’adviendra t’il alors de ce système de défense THAAD ? Et si la Corée du Sud a payé des milliards de dollars par an pour avoir ce truc ? Qui va payer les factures ? Moon Jae-In ? Les Etats-Unis ? Le Coréen moyen ?…

Personne n’a été capable de répondre à ces questions dans les médias parce que les réponses par elles-mêmes, détruiraient et ruineraient le projet sioniste. Le Coréen ou l’Américain de base n’ont jamais bénéficié de ces systèmes de défense. Les gens en haut lieu du complexe militaro-industriel sont ceux qui se marrent en allant à la banque. Dans un article intitulé “Les 10 entreprises profitant le plus des guerres”, le journal USA Today rapporta en 2013:

“Le business de la guerre est très rentable. En 2011, les 100 plus gros contractants on vendu pour 410 milliards de dollars en armes et services divers. 10 de ces entreprises ont vendu pour 208 milliards de dollars (NdT: en chiffre histoire de se rendre mieux compte: 208  000 000 000 US$…)… Ces industries ont immensément bénéficié de la croissance des dépenses militaires aux Etats-Unis, qui et de loin, ont le plus gros budget militaire au monde. En 2000, Le budget de la défense américaine (NdT: plutôt le budget de “l’attaque”…) était de 312 milliards de dollars. Arrivés en 2011, ce chiffre est passé à 712 milliards de dollars. Les ventes d’armes internationales ont augmenté en parallèle de la croissance du budget militaire. Entre 2002 et 2011, les ventes d’armes des 100 plus grosses entreprises ont augmenté de 51%.” 

[Note de R71]: N’oublions jamais qu’en 241 années d’existence, les Etats-Unis n’ont connu la paix qu’une trentaine d’années… Ils sont la machine de guerre par excellence, ce qui faisait dire au regretté humoriste George Carlin: “Vous savez pourquoi nous aimons la guerre ? Parce qu’on est bon à ça !… On n’est bon qu’à ça du reste. On n’est pas foutu de fabriquer une télé ou un magnétoscope qui marchent, mais on peut bien venir vous bombarder, surtout si votre pays est rempli de bronzés…” ==

Quelles sont ces entreprises qui font des fortunes ? United Techologies (UTX), L-3 Communications, Finmeccanica, EADS, Northtrop Grumman, Raytheon (RTN), General Dynamics (GD), BAE Systems, Boeing (BA) et Lockheed Martin (LMT). [1]

S’il n’y a pas de guerre ou si les Etats-Unis ou autres pays n’utilisent pas les produits de ces entreprises, les gens vont devoir aller trouver un boulot décent, peut-être changer les pneus dans un garage. Il a été rapporté qu’il y a eu au moins 25 entreprises bénéficiant de la guerre en Irak. En d’autres termes, lorsque des milliers de civils irakiens et quelques soldats américains mouraient, des entreprises comme Halliburton (NdT: Dick Cheney), Ventas Capital Fund/DynCorps, Washington Group International, Environmental Chemical, Aegis, International American Products, Erinys, Fluor, Perini, URS Corporation, Parsons, First Kuwaiti General Trading & Contracting, MerchantBridge, Globalrisk Strategies, ControlRisks, CACT, Bechtel, Custer Battles, Nour USA et General Dynamics, engrangeaient des millions voire des milliards de dollars.[2]

En 2013, le “Financial Times” révéla:

“Une analyse du FT révèle l’étendue des bénéfices réalisés par à la fois des entreprises américaines et étrangères dans le conflit, avec les top 10 contractants sécurisant des affaires pour au moins 72 milliards de dollars entre elles (NdT: c’est à dire plus de 7 milliards ou 7 000 000 000 US$ pour chaque entreprise du top 10…). Aucune d’elles n’a bénéficié plus que KBR, connue autrefois sous le nom de Kellogg Brown and Root. Cette succursale très controversive et controversée d’Halliburton, qui fut dirigée par le vice-président de W. Bush Dick Cheney, fut récompensée d’au moins 39,5 milliards de dollars en contrats fédéraux reliés à la guerre d’Irak sur la dernière décennie.

Deux entreprises koweitiennes, Agility Logistics et l’entreprise d’état Kuweit Petroleum Corporation (KPC), sont les second et troisième gagnants, sécurisant des contrats d’une valeur respectivement de 7,2 et 6,3 milliards de dollars. Les Etats-Unis ont loué les services de plus d’entreprises privées en Irak que dans toute autre guerre préalable et à un moment donné, il y a eu plus de personnels sous-traitants (NdT: mercenaires) que de personnels militaires américains dans le pays.”[3]

Ainsi, quand Trump commence à frapper le tambour de guerre, il soutient essentiellement les entreprises qui en fait, profitent grassement de la mort de civils et toutes autres vies précieuses.[4] Jonathan Turley de la George Washington University a montré qu’Eisenhower lui-même avait averti les Américains au sujet du complexe militaro-industriel. Turley écrivit en 2014:

“En janvier 1961, le président Dwight Eisenhower utilisa son discours de départ de la maison blanche pour avertir la nation de ce qu’il voyait comme une des plus grandes menaces: le complexe militaro-industriel composé des contractants du ministère de la défense et des lobbyistes perpétuant la guerre. Eisenhower nous a averti ‘qu’un très grand système militaire et une grosse industrie de l’armement ont émergé comme force obscure et cachée de la politique américaine et que les citoyens américains ne devaient pas échouer d’en comprendre les graves implications.’”

Ce discours fut sans doute le plus courageux d’Eisenhower et aussi son plus prophétique. Quelques cinquante ans plus tard, les Américains se retrouvent dans ce qui semble être une guerre perpétuelle. Dès que nous nous retirons des opérations en Irak, les leaders demandent des interventions en Libye, en Syrie et en Iran. tandis que la guerre perpétuelle veut dire la perte perpétuelle pour les familles et l’accroissement perpétuel des budgets militaires, cela représente aussi des bénéfices perpétuels pour d’anciennes et nouvelles industries et les intérêts du gouvernement. Le nouveau complexe militaro-industriel est alimenté par un ennemi bien utile et invisible: le terroriste.

“L’ancien président W. Bush et ses aides ont insisté pour appeler les efforts de contre-terrorisme une ‘guerre’. Ces efforts concertés par des leaders comme l’ancien VP Cheney (lui-même l’ancien CEO de la firme Halliburton), n’était pas un exercice rhétorique vide de sens. Non seulement une guerre maximiserait les pouvoirs inhérents du président, mais elle maximiserait les budgets pour l’armée et les agences de sécurité de la patrie.”

Pour le dire plus mielleusement, Trump raffermit sa position de pion sioniste à chaque fois qu’il commence à parler de guerres et de rumeurs de guerre.

  • [1] Samuel Weigley, “10 companies profiting the most from war,” USA Today, March 10, 2013.
  • [2] “The 25 Most Vicious Iraq War Profiteers,” Business Pundit, July 22, 2008.
  • [3] “Contractors reap $138 bn from Iraq war,” Financial Times, March 19, 2013.
  • [4] For scholarly studies on similar issues, see John Tirman, The Deaths of Others: The Fate of Civilians in America’s Wars (New York: Oxford University Press, 2012); Andrew J. Bacevich, The New American Militarism: How Americans Are Seduced by War (New York: Oxford University Press, 2005 and 2008); Breach of Trust: How Americans Failed Their Soldiers and Their Country (New York: Metropolitan Books, 2013).

Ne vous laissez pas enfumer sur la guerre qui se prépare… Pour avoir un avis informé: « Le Hezbollah, son histoire de l’intérieur » de Naïm Qassem 1/3

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 19 novembre 2017 by Résistance 71

L’oligarchie nous concoctant la prochaine guerre devant impliquer l’Arabie Saoudite, Israël et la clique sioniste usuelle contre l’Iran et ses alliés, il est important de ne pas se laisser enfumer par les salades propagandistes dont nous allons immanquablement être inondés via les merdias de base, notamment sur le croquemitaine forcément « terroriste » que serait le Hezbollah, allié de l’Iran et grand vainqueur en Syrie des mercenaires pseudo-djihadistes de Daesh/Al CIAda. C’est ainsi que nous pensons le temps venu pour aider ceux qui le veulent encore, à mieux comprendre qui est le Hezbollah et quelles sont ses relations avec la politique internationale. Pour ce faire nous avons traduit de larges extraits du livre de son SG adjoint, Naïm Qassem.
~ Résistance 71 ~ 

 

Hezbollah son histoire de l’intérieur 1/3

 

Naïm Qassem*

 

Traduction de larges extraits de la version anglaise (2005) par Résistance 71

 

Une version française de ce livre existe sous le titre: “Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir”, publiée aux éditions Al Bouraq en septembre 2008 (376 pages)

(*) L’auteur de l’ouvrage Sheikh Naïm Qassem est le secrétaire général adjoint du Hezbollah (“Parti de Dieu”) depuis 1991, né au Liban en 1953, il possède une éducation universitaire et religieuse. Il fut professeur de chimie pendant plusieurs années en université. Il est l’auteur de plusieurs livres sur des sujets d’ordre politique et religieux. Mr Qassem est considéré comme l’historien du Hezbollah. 

 

1ère partie

2ème partie

3ème partie

La version intégrée en PDF réalisée par Jo:

Hezbollah son histoire de linterieur naim qassem

 

Note de Résistance 71:

Le présent ouvrage a été publié en arabe en 2004, traduit en anglais en 2005 et publié aux éditions Saqi (Londres). C’est cet ouvrage qui a servi de base à notre traduction partielle certes mais substantielle.

Nous invitons les lecteurs à se procurer ce livre et de le lire en entier. On ne regarde plus jamais la géopolitique moyen-orientale et mondiale avec les mêmes yeux après l’avoir lu. Nous le considérons comme essentiel pour une compréhension accrue et pointue de la situation passée, présente et à venir du Moyen-Orient sous influence.

La version anglaise du livre fait 282 pages index et références compris. Il est inévitable pour l’auteur de couvrir certains aspects religieux concernant la génèse et l’évolution du Hezbollah. Nous devons ici dire que les 54 premières pages de l’ouvrage situent la toile de fond religieuse de la création du parti depuis 1982 et sa relation profonde à l’Islam, ce qui représente moins de 20% du livre. N. Qassem présente la chose de manière posée, sans prosélytisme et avec grand savoir et humilité, ce qui rend la lecture de ce passage beaucoup plus digeste pour un lectorat non averti, ou non chiite, non musulman, voire même, ce qui est notre cas… complètement athée. Nous traduirons le strict nécessaire de ce segment en nous attachant essentiellement à ce qui est décrit et expliqué comme étant les “trois piliers du Hezbollah”, le second étant l’inévitable Djihad. Nous avons appris bien des choses durant la lecture de ce passage et y avons trouvé de grandes similitudes avec des codes chevaleresques occidentaux et orientaux comme par exemple celui du Bushido japonais. Mr Qassem explique de manière assez détaillée ce qu’est le Jihad, nous ne nous y attarderons pas car ce n’est pas l’objectif du livre, mais néanmoins un aspect important à saisir pour mieux comprendre l’ensemble.

Nous réitérons ici le fait que Résistance 71 est un collectif anarchiste pour qui toute religion est une aliénation et un frein à la pensée humaine et la liberté intrinsèque de l’Homme et de son être générique. Nous pensons néanmoins qu’il est sectaire d’ignorer les réalités culturelles et religieuses du monde dans lequel nous vivons et que nous appelons à changer.

Nous considérons ce travail de traduction comme une action pédagogique destinée à l’ouverture des esprits et non pas à l’enfermement communautaire que l’oligarchie et sa pressetituée de service ne vont pas hésiter à promouvoir pour nous vendre la salade de leur prochaine guerre contre l’Iran et ses alliés. Le Hezbollah a du reste prouvé sur le terrain, encore et encore, son ouverture d’esprit et son humanité universelle à chaque fois que ses membres en ont eu l’occasion. Ce sont les membres du Hezbollah dans le Liban-sud qui portèrent assistance et aide logistique aux familles chrétiennes victimes de la nouvelle invasion sioniste en 2006. Depuis des années, les chrétiens libanais de l’ex-général et actuel président du Liban Michel Aoun, sont de proches alliés du Hezbollah, les raisons en sont claires.

La traduction partielle de ce livre à mettre en ligne est un projet que nous avons depuis pas mal d’années, nous avons mentionné et cité l’ouvrage à maintes reprises sur le blog, mais nous avons pensé que le moment n’était alors pas venu. A la vue de l’orientation que prennent les choses au Moyen-Orient avec une nouvelle guerre, sans doute bien plus meurtrière, en préparation dans cette région où serait impliqués le Hezbollah (Liban), l’Arabie Saoudite, Israël, la Syrie et sans aucun doute l’Iran sur toile de fond militaire russo-américaine, il devient aujourd’hui évident que le temps est venu pour qu’une plus large audience comprenne un peu mieux qui est le Hezbollah, d’où vient-il et que fait-il  et que se passe t’il vraiment au Moyen-Orient ?

Nous publierons notre traduction partielle en 3 parties qui ne sont pas les parties du livre, qui lui est divisé en 7 chapitres + une préface.

Bonne lecture

= = =

1ère partie

I. Visions et objectifs

[…] Dans le même temps, Israël avait envahi le Liban [1982]. Des groupes d’hommes croyant en l’Islam, participèrent à la confrontation avec l’envahisseur dans les faubourgs de Beyrouth, coopérant avec l’armée syrienne, quelques Palestiniens et quelques combattants libanais de la résistance. Leurs efforts eurent pour résultat d’handicapper l’avance d’Israël vers Beyrouth, Mais, aucune de ces entités islamiques factuelles n’avaient été préparées pour cette grande mission. La préoccupation et le besoin de trouver une organisation islamique unifiée fit alors surface. Une telle organisation devait reposer sur trois objectifs clef:

  • L’Islam est un programme approprié complet et compréhensif pour une vie meilleure. Il est la fondation intellectuelle, religieuse, idéologique et pratique de l’organisation proposée
  • La résistance contre l’occupation d’Israël qui est un danger pour le présent et le futur, reçoit une priorité ultime de confrontation étant donnés les effets anticipés qu’aura une telle occupation sur le Liban et sur toute la région. Ceci nécessite la création de la structure d’un Jihad (guerre sainte) qui prolongera cette obligation et en faveur duquel toutes les capacités devront être employées
  • Le leadership légitime est désigné par le théologien-juriste qui est considéré être le successeur du prophète et des imams (QLPSAE) [note: il est ici fait référence aux 12 imams descendants du prophète Mahomet et qui sont de grandes figures de révérence pour les Chiites]. Le théologien-juriste élabore les lignes de conduite générales pour la nation de l’Islam. Ses commandements et prescriptions doivent être exécutés

Pour parvenir à ces fins, un nombre de représentants des groupes islamiques principaux commencèrent de grandes discussions en ce qui concerne la perception de l’activité islamique au Liban. Les résultats de ces discussions furent résumés dans un document final suivant lequel neuf représentants furent élus pour parler aux parties participantes: trois représentants pour le clergé de la Bekaa (Liban oriental), trois représentants les comités islamiques variés et trois représentants pour le Mouvement Islamique Amal [note: successeur du mouvement historique Amal qui en arabe veut dire “Espoir” et dont l’acronyme veut dire “Les Rangs de la Résistance Libanaise”, originellement emmené par Nabih Berri. Il y eut une scission du mouvement Amal suite à l’occupation d’Israël, en émergea le Mouvement Islamique Amal, mené par Hussein al-Moussaoui]

Ce document devint connu sous le nom du “Manifeste des Neuf”, qui mirent en place les objectifs sus-mentionnés et fut présenté à l’ayatollah Khomeini, qui l’approuva, prenant ainsi en charge la responsabilité de la position de théologien-juriste.

Plusieurs groupes islamiques adoptèrent ensuite le manifeste, dissolvant leurs organisations existantes en faveur d’un nouveau cadre de fonctionnement, qui devint un peu plus tard connu sous le nom de “Hezbollah”.

Des programmes d’intégration des membres furent mis en place, d’abord de manière erratique et une activité de mobilisation effective fut lancée avec les membres du clergé convaincant les nouveaux membres de rejoindre l’entrainement militaire et tout travail mis en place focalisé sur la résistance à l’occupation d’Israël. Tout ceci se passa au sein de cadre défini par le théologien-juriste.

Ces développements se produisirent à une époque de grande solidarité de l’Iran avec la Syrie et le Liban. L’Ayatollah Khomeini demanda aux Gardiens de la Révolution Islamique (GRI) de soutenir la confrontation du Liban avec Israël, essentiellement avec un entrainement militaire, l’envoi de provisions et l’infrastructure nécessaire. Une délégation de hauts-dignitaires des GRI se rendit en Syrie qui accepta son passage au Liban par sa frontière et des camps d’entrainement furent établis dans la plaine de la Bekaa et son district ouest.

[…]

Les trois piliers du Hezbollah

Premièrement: La croyance en l’Islam

Note de Résistance 71: Cette partie procure un très bon résumé de ce qu’est l’Islam et sa croyance chiite. Cette partie fait 14 pages. Cela vaut la peine d’être lu. L’auteur explique et ne cherche pas à “convaincre”, ce n’est pas un texte prosélyte, ce qui lui évite de s’aliéner une partie potentielle du lectorat. Le style est posé, emprunt de conviction, mais modéré au sens le plus large.

Dans la fin de ce passage, voici ce que Mr Qassem dit de manière si visionnaire si on se réfère aux évènements se déroulant dans la région depuis 2011…

La création d’un état islamique n’est donc pas une fonction d’adoption de celui-ci par un groupe ou une branche et l’imposition subséquente de cet état de fait aux autres groupes. Un tel chemin est refusé à la fois dans ce projet et dans les autres et ce indépendamment de qui en serait l’instigateur.

La toute première expression, communication officielle dans ce contexte fut émise par la Lettre Ouverte du Hezbollah de 1985 (Lettre Ouverte, Hezbollah, 1985, adressée au peuple opprimé du Liban et au reste du monde), dans laquelle il fut dit ceci:

“Nous confirmons par la présente notre conviction en l’Islam comme pilier de notre système à la fois intellectuel et législateur et nous appelons le plus de monde à apprendre de son enseignement et de se conformer à son code. Nous appelons le peuple à l’adopter et à se commettre à ses instructions tant aux niveaux individuel que politique et social. Quand la liberté de choisir un système de gouvernement est attribuée au peuple du Liban, il ne trouvera pas une meilleure alternative que l’Islam ; c’est pourquoi nous appelons à la mise en place d’un système islamique fondé sur le choix libre et direct du peuple et non pas au travers de l’imposition forcée comme cela pourrait être assumé par certains.”

Le message de la lettre est clair et encourage la création d’un état islamique basé seulement sur le libre choix public. Nous sommes ainsi en parfaite harmonie avec nos convictions et avec les circonstances pratiques et objectives qui nous entourent.

[…]

Deuxièmement: le djihad

[note de Résistance 71: cette partie fait 17 pages dans le livre et est un élément important. Nous allons essayer de le retranscrire au mieux par la traduction de passages clef, mais nous encourageons nos lecteurs à lire le texte intégral qui vaut la peine d’être lu entièrement]

Le djihad ou la guerre sainte, a ses racines éthymologiques dans le verbe “lutter”. Cela signifie pousser et faire tous les efforts possibles pour combattre un ennemi. Dans son contexte islamique, le mot possède un sens plus large que le combat militaire, car le combat inclut également celui contre les ennemis internes à l’Homme comme représenté par les tentations et les insinuations de l’âme vers le mal ou les appels sataniques du faux et tout ce qui mène à l’errance et à la corruption.

[…]

Vision du monde

Un tel chemin vers le djihad est étroitement associé avec la vision de la vie qu’a l’Islam. Ce monde est une maison périssable, un plaisir éphémère et une vie temporaire. C’est un endroit de tribulation et de test permanents pour l’Homme dont le résultat de ses actions détermine sa destinée le jour de la Résurrection lorsque Dieu fait revivre toute la création, envoyant les incroyants en enfer et les croyants au paradis. […]

Personne ne peut éviter les vicissitudes de la vie, car cette capacité est au-delà du contrôle de l’Homme et du code naturel de la vie. Et si certains croient qu’au travers du blasphème, de la désobéissance ou de l’errance, ils repousseront ces vicissitudes, alors simplement ils se trompent, car de plus grandes difficultés les attendent en résultat de leur conduite néfaste, alors que leur chance d’endurance positive durant leur temps de vie est passée, menant à la punition dans l’au-delà. Il est donc bien mieux que la souffrance soit au bénéfice de la rectitude et de la bonté afin que tout à chacun y gagne à la fois dans le présent et dans l’au-delà. Ainsi, nous endurons tous, car nous sommes tous dans le cercle de l’examen, la différence entre nous étant dans le résultat final.

L’argument principal réside en deux logiques: la première est celle adoptée par les matérialistes qui dévouent leurs vies à croire que le monde est la fin de toute existence et qui donc placent tous leurs efforts dans la vie, se résolvant à tous les moyens possibles, sans regard pour les répercussions maléfiques que cela pourrait avoir. Leur vision de base est celle de l’intérêt personnel, même si cela peut mener à la corruption, à la diversion individuelle ou collective du droit chemin, à l’oppression, au meurtre ou au viol des droits d’autrui.

La seconde, est la logique des croyants en dieu qui vont dans la vie comme sur un chemin menant à l’au-delà. Pour ceux-là, la vie n’est pas la résidence éternelle et s’ils doivent souffrir une perte en résultat de suivre leurs obligations et en étant indifférents à leurs sautes d’humeur, alors ils auront la promesse de la récompense au jour de la Résurrection. Il n’y a donc aucun besoin à l’oppression, à la tyrannie, à l’agression, car ceci ne portent que des résultats éphémères. Il est du devoir des croyants de refuser et de confronter l’oppression et de lutter avec eux-mêmes pour la victoire de la vertu, de la justice, des droits humains et de la droiture. Ils ne sont pas libres de marginaliser leur rôle ni de demeurer des observateurs, de renoncer à leurs choix et de s’abandonner à leurs tourmenteurs. [citation d’une sourate du Coran]

[…] Ce qui importe est la dédication au chemin de la droiture, qui est représenté par ces droits et obligations ordonnés et compréhensifs, l’objectif est le bien, la bonté, non pas le plaisir ; la justice et non pas la domination et la suprématie, le consentement et la soumission à ce que Dieu nous donne comme récompense après que nous ayons prouvé la valeur de nos efforts et de ne pas se résoudre au chemin de l’abomination, de la répression et de l’antagonisme. La vision doit être de libérer la terre et l’Homme quelqu’en soit le prix, non pour l’acquiescence et la soumission à une vie abjecte ou pour la résignation, l’abandon des rôles influents et vertueux de la vie.

Les fondements du djihad

L’Islam considère le djihad comme une attitude basique de la vie d’un musulman, que ce soit le djihad de l’âme ou le djihad contre un ennemi extérieur. La seconde forme est  à l’évidence la pratique la plus difficile du concept et ne vient qu’après la réussite de la première, après que l’Homme ait lâché prise de ses désirs et se soit préparé pour la confrontation pratique de terrain avec l’oppresseur et l’occupant. Le djihad de l’âme est le plus grand des deux défis, car il est une lutte permanente et quotidienne, présent dans chaque conflit entre le vice et la vertu, entre l’obéissance à la parole de dieu et les impulsions de l’âme. La lutte contre l’ennemi est le moindre des deux tests.

[…]

L’Islam a construit le djihad sur un nombre spécifiques de piliers objectifs desquels quatre sont plus importants:

  • Tribulation et mauvais coups du sort. La vie est un continuum d’obstacles et de difficultés. Il ne se passe pas un jour où l’Homme n’est pas confronté aux difficultés face soit à lui-même, soit face à la société ou face à tout intervenant de ce monde. […]
  • Le chemin vers dieu. Le djihad pour la gloire de dieu est l’objectif. Ainsi celui qui s’abstient de faire le mal est sur le chemin de dieu et celui qui combat pour la gloire de la parole de dieu par dessus tout et exécute Sa volonté, est sur le chemin de dieu. Mais celui qui combat pour gagner de l’argent, un salaire ne fait que lutter pour cela, il est donc celui qui se bat par prédisposition ou par fanatisme. Nous n’avons pas été ordonné au djihad pour rien ou à des fins de souffrance, mais pour être sur le chemin de dieu avec ses instructions pour guide et modèle. […]
  • De l’intérêt de l’Homme: Quand vous réussissez à déloger votre ennemi de votre terre, cela est dans votre intérêt. Quand vous réussissez dans votre djihad contre vos démons, c’est dans votre intérêt également. Quand vous vainquez le mal et travaillez pour voir le bien et la bonté prédominer parmi les gens, ceci est aussi dans votre intérêt. […] Le djihad est une anxieuse récompense en faveur de l’humanité, tandis que la poursuite des désirs, des pêchés et des actions désapprouvées ne peut résulter que dans la souffrance des individus et de la société. […] Ainsi, la domination et le commandement peuvent être attractifs et une source de plaisir intense, mais portent des répercussions sociales bien douloureuses ainsi que de futures ramifications.
  • Illumination: […] Le djihad est une porte sur la vie et non pas sur la mort. Car la droiture est un concept de vie, tout comme l’est la fierté, la libération de la terre occupée et la victoire sur soi-même. Même le martyre est la vie dans le sens où il est le triomphe de pouvoir passer sa vie éternelle au Paradis et ainsi est la verve, la fierté et la victoire d’une nation influencée par le sang des martyres. […]

Le djihad militaire:

Dans sa représentation de combattre l’ennemi, il est une partie intégrante de ce livre, analysons le plus avant. Le clergé divise le djihad militaire en deux parties:

  1. Le djihad de base: la confrontation des musulmans avec d’autres et l’entrée sur leurs terres pour des raisons qui ne sont pas liées à la réclamation de terre ou pour combattre une agression. C’est une ordonnance du Prophète ou d’un des imams infaillibles (QLPSAE) et donc ceci n’est pas considéré applicable dans le temps présent étant donné que l’imam al-Mahdi n’est toujours pas apparu, puisse son émergence arriver au plus tôt.
  2. Le djihad défensif: Ceci correspond à la défense de leur terre par les musulmans, leurs peuples ou eux-mêmes individuellement faisant face à une agression ou une occupation. Ceci n’est pas seulement considéré comme légitime, mais comme un devoir. […]

Mais la décision du djihad est liée au théologien-juriste sur lequel repose le diagnostique de la situation et la catégorisation dans laquelle celle-ci tombe, si celle-ci peut-être considérée comme un djihad défensif ou pas. Il est responsable de définir les fondamentaux et les lignes de conduite de la confrontation. La responsabilité de répandre le sang est grande et les combattants ne doivent jamais être consignés dans quelque bataille que ce soit sans avoir identifié ce qui est en harmonie avec l’objectif et le devoir au djihad.

Bien que l’opinion cléricale puisse différer de celle du juriste-théologien, le verdict de ce dernier est suprême et est décisif car il est le défenseur principal et la personne que les gens ont désigné . […]

Martyre contre suicide

La culture du martyre renforce l’acceptation de la mort pour la gloire de dieu, car la logique fondamentale derrière cela est la conception qu’il y a une vie après la mort, une vie dans laquelle la personne vit heureuse et réalise ses rêves. […] Le martyre est un acte volontaire entreprit par une personne qui a toutes les raisons du monde de vouloir vivre, qui a l’amour de la vie et s’y attache. C’est l’acte d’une personne qui ne souffre pas de quelque raison que ce soit de vouloir commettre un suicide […] Ceci correspond à l’acte suprême d’abandon de soi, une confrontation avec l’ennemi dans la droite ligne claire et légitime de la loi islamique. […] Ainsi, le martyre est bien différent du suicide, qui est l’expression ultime du désespoir, de la frustration et de la défaite, tout ceci menant à la perte d’objectif de l’existence et pousse un homme désespéré à mettre fin à ses jours. Ceci est généralement un acte commis par un non-croyant. Par contraste, le croyant espère une récompense divine, sait que sa patience sera remboursée et réalise qu’il ne met pas fin à ses jours par désespoir, car ce serait l’enfer qui l’attendrait. Il sait qu’il n’a pas le droit de mettre fin à cette existence que dieu lui a donné et qu’il n’est pas libre de disposer de sa vie comme bon lui semble.

[…]

Les résultats pratiques au Liban:

  • Compensation du déséquilibre militaire et affliction de pertes considérables dans les rangs de l’ennemi
  • La reconsidération par le commandement israélien de son approche militaire au Liban: difficulté de reconsidérer une invasion, une agression n’était plus possible sans la peur d’une riposte appropriée dévastatrice… Menacer ceux qui aspirent au martyre avec la notion de mort n’a plus aucun sens et devient une menace creuse et futile. Admission par l’ennemi des effets de leur mauvais calcul ne prenant pas en compte les aspirants au martyr. […] Le membre de la Knesset, le parlement israélien, Yossi Beilin a dit: “Les membres du Hezbollah ne font pas que rendre dingue notre armée, mais ils rendent tout Israël fou. Tout le monde est concerné par ce problème.
  • Montée sans précédent d’une ferveur patriotique dans toute la région, l’avènement de l’Intifada palestinienne et la restauration de l’espoir envers une libération compréhensive
  • La mise en évidence du soldat israélien se cachant dans ses machines militaires pour se protéger et ayant peur de la confrontation militaire directe.

Le martyre seul ne peut pas donner la victoire totale et renverser l’équilibre des choses et tous les autres moyens possibles doivent aussi être employés dans un conflit. Mais les opérations des martyrs comblent un vide signifiant en ce qui concerne le déséquilibre des forces en présence. Tenter de battre un ennemi avec le moins d’effusion de sang possible est un devoir.

[…]

Troisièmement: la juridiction du juriste-théologien (al-Wali al-Faqih)

[…] Note de R71: Ce segment est très important pour comprendre le fonctionnement du parti.

L’inter-relation caractéristique des verdicts de l’Islam place l’individu au centre de toute responsabilité, à laquelle il se doit de répondre au mieux de ses capacités en accord avec la situation. Si une distinction entre les gens doit être appliquée, elle ne peut l’être qu’en réponse à des différences de capacité, de situation, ou des circonstances objectives entourant les individus.

Le gardiennage du juriste-théologien est impératif pour la préservation et la mise en application de l’Islam. Il n’est pas possible de réaliser le large projet de l’Islam au travers des initiatives individuelles ou de programmes détachés. Il y a un besoin pour une voie bien tracée qui rassemble la nation. Avec le gardiennage et la tutelle le juriste-théologien parvient à ces fins.

L’autorité du juriste-théologien représente ainsi une continuation de celle du Prophète et des Imams infaillibles (QLPSAE) aussi loin que son rôle soit concerné. Ceci ne veut en aucun cas dire qu’il y a une ressemblance personnelle entre le juriste-théologien et le Prophète ou quelque infaillible imam que ce soit, ni une similarité dans le statut d’élu de dieu. Plutôt, le juriste-théologien est le second de l’Imam, celui qui conduit la doctrine et les fonctions de jurisprudence de l’Imam comme cela est nécessaire.

L’autorité du juriste-théologien

Le degré d’autorité qui lui est alloué est certainement important car il est responsable de mettre en application la jurisprudence islamique, de garder la structure islamique, de prendre des décisions politiques d’un poids considérable et de porter l’intérêt général de la nation. Il a l’autorité de décider de la guerre et de la paix, il rend des compte à tout le monde. Il est aussi le tuteur de la richesse de la nation collectée par le zakat et le khoum [NdT: tout musulman doit payer 1/5 soient 20% de ses revenus annuels qui sont redistribués aux nécessiteux ou selon les circonstances sur avis du dirigeant] et autres sources. Il établit les lignes de conduite pour tout état islamique dès sa création, le dirigeant vers l’obédience au moyen de la jurisprudence et à la préservation des intérêts constituants en accord avec l’Islam.

[…]

Depuis les jours des Imams infaillibles (QLPSAE), il n’y a eu aucune stature similaire en tant que figure religieuse que celle de l’imam Kohmeini. Il est parvenu à une telle stature par son mérite, sa compétence juridique et politique et la haute qualité de ses qualifications requises. Le simple fait d’assumer les rôles de Commandant des fidèles, de Caliphe ou de juriste-théologien ne qualifie pas nécessairement la personne pour cela, car le tuteur de la loi islamique n’est pas celui qui l’exécute comme il pense être le mieux, mais plutôt celui qui possède la connaissance adéquate et le charisme pour ce faire.

La relation du parti [Hezbollah] avec le juriste-théologien

La terre native du juriste-théologien n’a pas de relation avec son leadership. La même chose est vraie en ce qui concerne l’autorité spirituelle et l’amplitude géographique d’une telle autorité. Il peut être iranien ou irakien, libanais ou koweïtien ou de quelqu’autre nationalité que ce soit. Sa nationalité n’est en rien liée à ses qualifications, car il porte le fardeau de l’Islam et travaille pour cette religion qui a de la compassion pour tous les êtres. “Nous t’avons envoyé pour rien d’autre que la compassion envers toutes les créatures” (Sourate 21, al-Anhiya, verset 107). Les limites de l’autorité sont définies par la réponse de ces individus responsables.

En tant que gardiens des musulmans, l’imam Khomeini gouvernait l’état islamique en Iran, il en était le guide, le leader ainsi que le superviseur du système islamique mis en place sur ce territoire, mais il définissait les commandements de politique générale pour tous les musulmans, où qu’ils vivent dans le contexte de la préservation des ressources des états musulmans, de l’animosité envers l’hégémonie, de la protection de l’indépendance contre toute domination et subjugation, du travail vers l’unité spécifiquement dans le domaine des affaires courantes, de la confrontation avec le cancer coercitivement implanté en Palestine et représenté par l’entité sioniste d’Israël, du refus de toute forme d’oppression, de l’attention portée aux plus démunis et réprimés et du renforcement de la pratique de la responsabilité conjointe parmi le peuple. Son successeur l’imam Ali Khamenei assume le même rôle et la même autorité.

[…]

Ainsi, lorsque le Hezbollah bénéficie du soutien de la République Islamique d’Iran (RII), tout comme la république de Liban en bénéficierait, ceci est en harmonie avec la conviction de l’Iran que le chemin du Hezbollah est vertueux, juste dans le djihad et la résistance étant bien compris le droit du Liban de récupérer des terres perdues, ce qui est également un droit du peuple palestinien. Ceci est aussi en harmonie avec la conviction du Hezbollah du chemin vertueux emprunté par la RII dans son approche et sa pratique, dans les changements qu’elle apporte à la carte de la région au travers de son indépendance de toute subordination à l’occident et à l’adoption d’une vision islamique prometteuse. L’engagement de l’Iran envers les commandements du juriste-théologien a facilité l’identification d’un terrain commun avec la vision du Hezbollah en ce qui concerne les objectifs de libération et d’avenir pour la région. Il n’y a absolument aucune connexion entre l’administration interne de l’Iran et l’administration du Hezbollah. Elles sont deux affaires complètement séparées, chacune ayant ses propres caractéristiques, particularités et corps administratifs malgré l’engagement des deux parties envers les commandements et directions du juriste-théologien, qui est la tuteur de toute la nation de l’Islam et dont le pouvoir de commandement n’est pas confiné à quelque cercle interne.

L’engagement du parti envers l’Islam se traduit comme une obligation pour tout ce qui est commandé et interdit par Dieu. Le parti a donc juré de ne jamais dévier des instructions divines. Pour ces raisons, l’engagement envers une instruction doctrinale ou une opinion n’est pas considéré comme étant un point de vue ouvert à négociation ou changement.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’un problème tombe dans le cercle des choix permis, une ré-évaluation et un changement d’opinion deviennent des choses possibles fondée sur une preuve, l’intérêt général ou toutes autres considérations valides et importantes. L’occupation [d’un territoire] est donc considérée comme un pêché et ceci représente un verdict juridique qui est irréversible et ce quelque soit les conditions. Néanmoins, le mode de confrontation à adopter entre dans le domaine du choix, qui à son tour est une fonction des circonstances.

A suivre…