Insécurité, terrorisme, de quoi de qui parle t’on ?

Terrorisme social, terrorisme d’Etat

par Résistance 71

« Le fascisme devrait plutôt être appellé corporatisme parce qu’il est la fusion de l’Etat et de la puissance industrielle » (Benito Mussolini)

« La puissance financière conspire » (Abraham Lincoln)

« Si vous désirez avoir une image du futur, imaginez une botte écrasant un visage humain… pour toujours. » (George Orwell)

« La cartel banquier construit son propre inconcevable ennemi, le terrorisme… L’histoire du terrorisme est écrite par l’Etat et est en l’occurrence tres instructive. » (Guy Debord, 1988)

*** Il suffit d’observer l’actualité quotidienne, relatée et filtrée par l’oeil bienveillant des médias chargés d’aseptiser et de façonner le politique au goût de leurs maîtres payeurs de la haute finance et de l’industrie transnationales, pour se rendre compte que nous, les peuples, sommes pris en otage par une idéologie qui ne nous laisse que l’illusion du choix, l’illusion du bonheur assimilé a tort a la pléthore d’accumulations matérielles autant obsolètes que futiles. Nous sommes pas a pas dirigés vers le précipice social créé de toute pièce par l’oligarchie aux commandes de la société occidentale. Nous sommes menés en bon troupeau vers l’abîme du renouveau fasciste tant attendu par nos « élites éclairées » auto-proclamées.

Nous assistons en spectateurs privilégiés a la dissolution des nations telles que nous les connaissons, au torpillage de tous les acquis sociaux gagnés de haute lutte par nos anciens. De haute lutte, car rien n’a été lâché par le patronat ou l’Etat par compassion ou sens des réalités; mais par luttes sociales acharnées. La reconnaissance syndicale, le droit de greve, les congés payés, l’amélioration des conditions de travail, l’âge légal du travail, l’aménagement du temps de travail, le droit des femmes au travail, la sécurité sociale et on en passe et des meilleures, ont tous, tous été arrachés de haute lutte. Si rien n’avait été fait, nous en serions encore a l’esclavage des travailleurs, qui intrinsèquement ne gêne absolument pas le capital, qui ne se préoccupe que de profits.

Depuis plus de trente ans, les syndicats réformistes bouffent aux râteliers du patronat et de l’Etat et ne sont en cela que des gardes-chiourmes de la paix sociale au service des nantis et aristocrates du système néo-liberal en place, pour qui l’heure a sonné de laisser la place a une gouvernance mondiale néo-féodale que toutes les « élites auto-proclamées » appellent de leurs voeux pieux depuis des décennies. Le concept de Nouvel Ordre Mondial n’est pas nouveau et est une obsession des « élites financières et politiques » de notre civilisation. Beaucoup a été écrit a ce sujet et des écrivains célebres ont embrassé la « cause » comme H. G. Wells qui écrivit « The New World Order » en 1939.

Ce que nous vivons aujourd’hui dans sa quasi intégralité, fait partie du déroulement programmé de l’annihilation de la société moderne telle que nous la connaissons depuis une centaine d’années dans sa structure sociale. L’hégémonie culturelle des nantis est a son point culminant (et décadent) et il est logique pour les chantres du Nouvel Ordre Mondial de pousser a la métamorphose ultime du capitalisme en sa phase terminale de gouvernance mondiale: un gouvernement unique supranational géré par un cartel non élu de représentants de la haute finance et de l’industrie multinationales, utilisant les structures existantes de l’ONU et d’une fusion du FMI et de la Banque Mondiale dans un premier temps pour gouverner autoritairement et ploutocratiquement sur un monde sans souverainetés nationales et populaires. Pour se faire ils se doivent de détruire la société existante en en rendant l’humanité responsable et en proposant la solution toute préparée a chaque problème qu’ils ont eux-mêmes créés.

Depuis neuf ans et les événements provoqués a dessein du 11 septembre 2001, les oligarques ont plongé le monde dans une guerre permanente contre un terrorisme créé de toute pièce par les services de renseignements occidentaux; guerre qui sert essentiellement a aider le système naissant a gouverner par la peur, a renforcer le sécuritaire « pour le bien et la sécurité des peuples », oblitérer pas a pas, pays par pays, les droits et libertés civils individuels et collectifs; instaurer un marché de la peur qui profite aux multinationales de la sécurité et transfèrent des sommes faramineuses d’argent public dans les budgets de défense et de sous-traitances privées et surtout instaurer un climat de peur chez les citoyens, réglable a volonté: le thermostat de la peur en quelque sorte. Ce climat de peur savamment entretenu a grand renfort de propagande médiatique, pose de nouvelles normes d’acceptante du public aux privations de libertés et invasions de vie privée qui empiètent jour apres jour dans la vie des citoyens. Nous sommes lobotomies a accepter forces de l’ordre et armée dans les rues (de fait les gardiens armés et mandatés des privilèges de l’aristocratie ploutocratique en place), fouilles, renforcement du sécuritaire, fichage, prise de mesures biométriques déshumanisantes et invasion de nos vies privées, le tout bien sûr « pour notre bien et notre sécurité ». De jour en jour, une loi martiale larvée s’instaure dans nos vies et seuls les enfants de plus de 10 ans aujourd’hui peuvent se rappeler d’aéroports avec sécurité minimale…

A cela viennent s’ajouter la guerre permanente de l’occident pour la préservation de sa suprématie arrogante et l’appropriation / contrôle des ressources énergétiques, humaines et de matières premières de la planète. L’empire anglo-américain et ses pays satellites européens, affiliés a l’entité criminelle et obsolète de l’OTAN, est engagé dans des guerres sans fin au moyen orient (Irak), Asie (Afghanistan et Pakistan), en attendant la cerise sur le gâteau de destruction massive: la guerre programée contre l’Iran, même si cela s’annonce un peu plus compliqué maintenant pour l’Empire.

Sur un plan environnemental, nous avons été victime d’une des plus belles escroqueries jamais perpétrée: le détournement de la science au profit d’un dogme politico-social érigé en quasi nouvelle religion: le réchauffement climatique anthropique, qui est un projet de déception politique, visant a taxer les citoyens du monde pour financer le Nouvel Ordre Mondial et son gouvernement unique ploutocratique absolu, tout en plongeant le monde vers un nouvel âge de pierre en limitant tout développement industriel futur, surtout pour les nations émergentes. Le débat sur la plausibilité des thèses avancées fit rage et il est évident aujourd’hui que rien ne prouve la participation humaine active dans un éventuel réchauffement planétaire lorsqu’il a lieu. La Nature étant bien trop complexe pour ne ramener un catastrophisme annoncé a de seules variables humaines… Sauf si cela arrange une fraction oligarchique a qui l’escroquerie profiterait, notamment par la création d’un nouveau marché dérivatif sur le carbone via le CCX et ses affiliations mondiales. Nous savons aujourd’hui que des personnalités phares du dogme tel Al Gore et le patron du GIEC, Pachauri, ont tous deux des conflits d’intérêts majeurs financièrement avec le marché du carbone. Ils sont loin d’être les seuls.

Nous avons également récemment assisté a la de facto submission d’un état aussi puissant que les Etats-Unis a une multinationale du pétrole comme BP dans l’affaire « Deep Horizon » de la marée noire du golfe du Mexique ne fit que confirmer l’assujettissement total des états et de leurs marionnettes politiques au véritable pouvoir économico-Financier de l’ombre. Cette catastrophe gigantesque a totalement disparu des radars des médias de masse propagandistes, il n’en est pas moins vrai que les conséquences écologiques de ce scandale criminel sont encore totalement sous-estimées.

Puis, le terrorisme de l’OMS sur les vaccinations, l’escroquerie sanitaire du vaccin H1N1, la corruption des gouvernements et la collusion de l’OMS et de big pharma ainsi que les politiques de réduction de population mises en place mondialement depuis les années 70. Le déploiement sans vergogne des OGM, la destruction de l’agriculture mondiale, son assujettissement au tout chimique, tout OGM, profitant a un cartel de mega-entreprises multi-milliardaires telles Monsanto, Syngenta, BASF, DuPont, Dow et bien d’autres. Corporations liées intimement et historiquement aux labos pharmaceutiques dont les profits sont le seul pôle d’intérêt et dont les intentions eugénistes en conjonction des besoins politico-sociaux ont été établies depuis bien des années, depuis l’époque nazie même.

A cela, pour compléter la panoplie du parfait terrorisme, il a fallu ajouter la terreur économique. En effet, si tout le monde a peur d’une mort soudaine et violente, que dire de la peur de ne plus socialement exister. De tomber dans les oubliettes de la société de consommation, de perdre son travail, sa maison, ses biens, sa retraite et ses garanties sociales, même si celles-ci diminuent comme neige au soleil. Quoi de plus humiliant que de sentir que l’on n’existe plus socialement, que notre famille est dépendante de la pitié et de la charité des autres, d’un état déliquescent et indifférent au sort de ses citoyens, puisque seule la puissance des « élites » compte.

Les oligarques de la haute finance de Wall Street et de la city de Londres, apres s’être gavés dans les marchés spéculatifs et dérivatifs pendant des années, décident a la fin 2008 de retirer le bouchon de la baignoire du marché spéculatif des sub-primes de l’immobilier. L’effet boule de neige est sans précédent et la crise financière débouche en 2009 sur une crise économique mondiale. Des milliers de milliards de dollars d’argent public sont injectés dans le système bancaire responsables a 100% de la déroute, a perte, mais pas pour tout le monde. En effet, le but étant le transfert des biens et richesses du bas vers le haut pour annihiler la classe moyenne occidentale, jugée potentiellement révolutionnaire en remplacement d’un prolétariat laminé par plus de trente ans d’endettement par la société de consommation et de sa perte inhérente de conscience sociale; la mission s’accomplit superbement et la crise économique peut continuer a broyer la classe moyenne, cible désormais privilégiée des banquiers.

La dessus, le FMI, arme de destruction massive au service de l’oligarchie financière et industrielle, pond ses « mesures d’austérité » conditionnelles pour commencer a venir en aide aux pays les plus touchés (et ciblés également), la Grece est la première torpille de l’oligarchie banquier contre l’Europe, apres que l’Islande en banqueroute, ait refusé par référendum les diktats du FMI et des charognards de la haute finance. A qui le tour maintenant dans cette entreprise de destruction massive des sociétés?… L’Espagne ?.. L’Irlande ?… La France ?…

La France, qui s’est dotée en 2007 d’un souverain élevé politiquement dans le giron du département d’état américain, continue sa descente aux enfers sociaux. En pleine crise économique, une réforme des retraites finit de torpiller une grande part des acquis d’antan. La loi sur les retraites cercueils passent dans un climat de trahison du peuple par ses responsables sociaux: les syndicats renégats a la cause populaire et dont les têtes non pensantes, a l’instar des politiques, se vautrent dans les privilèges et le luxe de la république définitivement bananiere en place, qui bien sûr, leur renvoie l’ascenseur convenablement.

Les banquiers veulent la privatisation et la finance des fonds de retraite pour forcer a plus de spéculation dans l’économie casino, seule génératrice de revenus au profit d’une infime clique pour qui le délit d’initié, comme le mensonge, est une seconde nature. Ils l’auront, car le peuple suit les consignes du garde-fou social a la solde du capital et de l’état. La lutte ne s’est même pas engagée; elle ne fut que balbutiée pour sauver la face des syndicats corrompus. Ce qui n’augure rien de bon pour la suite… Donnez un doigt.. et c’est le bras qui y passe, c’est bien connu.

Nous sommes victimes d’un terrorisme d’Etat. Un terrorisme qui frappe le peuple français et les peuples du monde tous azimuts. Un terrorisme contrôlé et dirigé par une clique d’oligarques que rien ne ramènera a la raison. Un terrorisme qui s’immisce dans nos vies professionnelles et privées, un terrorisme qui joue avec nos peurs primaires: la mort, la destruction, la misère, la déchéance sociale. Ca n’est pas nouveau. Dans l’ere moderne, le communisme autoritaire d’état sous sa forme léniniste, trotskiste, stalinisme, maoïste et les fascismes nationalistes mussolinnien, hitlérien ou franquiste en passant par les régimes fascistes sud-américains sous contrôle américain tels ceux de Pinochet, Videla et bien d’autres, ont tous utilisés les mêmes recettes de terreur et de propagande contre leur propre peuple. Le terrorisme d’état est aussi vieux que l’état lui-même… Pourquoi ?.. Parce que l’état et ses serviteurs, politiciens et élus, tout comme ses maîtres de la haute finance et de l’industrie, méprisent le peuple et ne le voit que comme un ennemi a dominer, oppresser et réprimer.

Seul le pouvoir et le contrôle a un intérêt a leurs yeux. Le peuple vu comme une nuisance nécessaire.

Simplement en ce tout début de XXIeme siècle, les moyens mis en oeuvre ne sont plus locaux mais planétaires et bien plus sophistiqués en méthodologie et en logistique, cependant les principes restent les mêmes et les vieilles recettes d’Edward Bernays dans son livre « Propagande, comment manipuler l’opinion publique en démocratie », publié en 1928, ont été utilisées par les staliniens, les nazis, et tous les états depuis. Le nom a changé, on ne parle plus de « propagande » mais de « relation publique »… Mêmes recettes, mêmes causes, mêmes effets… Mêmes victimes…

Tout irait donc pour le mieux pour l’oligarchie ?.. Non !… Il y a une chose qu’elle n’avait pas prévu: l’avènement et le développement de l’internet comme outil de communication de masse. Toute la dissidence au Nouvel Ordre Mondial provient de l’internet, le réveil tous les jours plus nombreux des citoyens aux turpitudes des ploutocrates n’est possible que grâce a l’internet… Internet est devenu la némésis du Nouvel Ordre Mondial et de ses chantres, ce qui fit dire en 2009 a l’oligarque Jay Rockefeller au congres américain: « Nous n’aurions jamais dû inventer l’internet… » Tout sera donc fait pour le museler, voire le supprimer, en tout cas tel qu’on le connait.

Avez-vous remarqué récemment ?… Les super-virus sur les ordinateurs iraniens, d’autres en Chine, des projets de lois, des lois passées un peu partout pour plus de contrôle de l’internet, pour « notre bien et notre sécurité » bien sûr, la protection des « droits d’auteurs », la lutte contre la pornographie pédophile, tout y passera, tout les prétextes seront bons… Il est évident que l’oligarchie va s’attaquer très bientôt a l’internet. Elle ne peut plus tolérer que son autorité soit bafouée et que la dissidence monte et se propage via ce média intrinsèquement incontrôlable… sauf en cas d’attaque cybernétique massive, bien sûr perpétrée par un gouvernement ou une agence informatique aux ordres. Nous devons nous attendre a un terrorisme d’état contre l’internet d’une maniere ou d’une autre et nous devons nous préparer également a pouvoir continuer la lutte sans cet outil extraordinaire. Nul doute que tous les hackers et génies de l’informatique n’ont pas tous été achetés par le pouvoir… S’ils ferment l’internet, celui-ci se rouvrira en parallèle, comme par magie, restera a savoir si ceux et celles qui l’auront rouvert seront du « bon côté », celui des peuples…

Ne nous laissons plus leurrer par la peur générée par les Etats pour mieux diviser les peuples et régner en maitres et sans partage sur ceux-ci. Si terroristes il y a, ils sont a chercher au sein des gouvernements, de la haute finance et des multinationales qui régissent le monde. Les politiciens sont asservis aux banquiers et au grand capital et non pas l’inverse comme beaucoup le pensent toujours. Il est temps que nous nous en rendions compte et que nous agissions en conséquence. Le terroriste n’est pas l’autre, le véritable terroriste est en charge de nos sociétés. Les groupes terroristes musulmans ou autres dont on veut nous faire croire qu’ils sont une menace pour la « démocratie », ne sont que de pauvres hères dont la base exécutrice est manipulée a son insu par les réseaux complexes des services occidentaux pour qui le chaos quotidien est le pain béni de leurs commanditaires directs et indirects.

Ne plions pas a la propagande, luttons ensemble contre la terreur étatico-financiere. Seules la solidarité, l’union et la fraternité nous sortira de cette impasse historique. Cela commence dans nos communautés et faisons en sorte que chaque communauté soit un maillon actif d’une chaine de résistance au-delà des divisions fictives entretenues par des siècles de propagande étatique et des décennies d’abrutissement malthusianiste et darwiniste-social. Les pseudo-sciences qui sont le fondement du dogme oligarchique en place.

Avant que de décider de l’orientation de la société ensemble, il nous faut d’abord nous débarrasser du fascisme de ce Nouvel Ordre Mondial. C’est primordial, notre survie physique et sociale en dépend. Ne mettons pas la charrue avant les boeufs: d’abord vaincre le fascisme, ensuite, les peuples décideront de l’orientation sociale a prendre pour espérons le un meilleur futur pour notre descendance.

Union, Solidarité, Fraternité !.. Ensemble contre le fascisme du Nouvel Ordre Mondial !…

« Ce n’est plus d’être heureux que je souhaite maintenant, mais seulement d’être conscient. »

(Albert Camus)

Publicités

Une Réponse to “Insécurité, terrorisme, de quoi de qui parle t’on ?”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.