Archive pour voter est-ce agir?

Aux veautards du 23 avril 2017…

Posted in actualité, altermondialisme, militantisme alternatif, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 22 avril 2017 by Résistance 71

Voter c’est abdiquer

Voter c’est se choisir un maître

Voter c’est se soumettre

Voter c’est acquiescer au consensus du statu quo oligarchique

Voter c’est être complice

Voter c’est concéder à l’illusion démocratique

Voter c’est…

 

Pisser dans un violon !!

Résistance 71

État, pseudo-démocratie capitaliste… petite histoire de l’élection en France

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 mars 2017 by Résistance 71

« Si voter changeait quoi que ce soit, ce serait illégal depuis longtemps. »
~ Emma Goldman ~

 

De la démocratie capitaliste

 

Le Monde Libertaire

 

26 mars 2017

 

url de l’article:

http://monde-libertaire.fr/?article=De_la_democratie_capitaliste

 

Depuis l’avènement du capitalisme, le patronat à toujours agi dans l’ombre des partis politiques. Il se contentait de donner ses directives à ses sectateurs, les serviteurs que sont les hommes politiques.

Il laissait ainsi croire au peuple qu’il n’était pour rien dans les décisions que les politicards prenaient. Il se donnait une sorte de virginité ! L’organisation du fonctionnement de la société capitaliste a évolué au fil des siècles mais elle s’est toujours faite en binôme. A l’époque de la royauté et de l’Empire, il y avait également l’Église et ses représentants : Dieu, le pape et les cardinaux, pour adouber et conseiller les rois et les empereurs et ainsi justifier leur pouvoir sur les peuples. Les cardinaux étaient souvent les conseillers très particuliers des rois (Richelieu, Mazarin…). Avec l’avènement de la République, il y aura les partis politiques et leurs représentants formés dans les « grandes » écoles : l’ENA (École nationale de l’administration), Polytechnique, l’École de la Magistrature… Et, tout ce petit monde, ces têtes phosphorescentes, apportent leur lumière non pas pour nous concocter une République au service du peuple comme on pourrait le croire, mais pour se mettre entièrement au service du grand capital. Voilà comment sont détournés et bafoués les grands principes de la République tels que : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Et on appelle cela la souveraineté du peuple en prétendant que c’est le peuple souverain qui décide ! Afin de donner l’illusion au peuple que c’est lui qui commande et qui choisit, les manipulateurs ont inventé un truc imparable : les élections. Le peuple choisit ses représentants à chaque échelon de la société : communal, départemental, régional, national et (ô délices de la démocratie !) le président de la République ! Or, ce tour de passe-passe perdure maintenant depuis la Révolution française car cette souveraineté du peuple, tous ceux et sans exception qui prétendent l’incarner, la bafouent sciemment et la vident de son contenu.

Ils ont inventé les élections, la mise sous tutelle du peuple

La supercherie a commencé les 13 et 14 septembre 1791, avec l’instauration du suffrage censitaire et indirect qui disait que la souveraineté appartient à la nation mais que le droit de vote était restreint… et la souveraineté du peuple lui était subtilisée au profit de la souveraineté de la nation qui est une notion totalement creuse, car la nation est une entité inexistante. Ce qui existe et vit, c’est le peuple. Dès l’instauration du système électoral, le peuple était oublié au profit des riches et des citoyens dit « actifs ». Il était inégalitaire. Les femmes étaient également exclues. Seuls les hommes de 25 ans qui payaient un impôt direct (le cens), égal à la valeur de 3 journées de travail, avaient le droit de voter. Ils sont appelés citoyens actifs. Les autres sont des citoyens passifs et ne peuvent donc participer aux élections. Le suffrage est aussi indirect car les citoyens actifs élisent des électeurs du second degré qui disposent de revenus plus élevés, qui à leur tour, élisent des députés à l’Assemblée nationale législative. Après une brève application du suffrage universel « masculin » pour élire la convention en 1792, le suffrage censitaire et indirect est rétabli par le Directoire en 1795. Il existe toujours des électeurs de premier et de second degré. Pour être électeur du premier degré, il faut payer des impôts ou avoir participé à une campagne militaire. Les électeurs du second degré doivent être titulaires de revenus élevés, évalués entre 100 et 200 journées de travail, selon le cas. Par ailleurs, pour être élu, il faut être âgé de 30 ans minimum, pour siéger au Conseil des Cinq-Cents et de 40 ans pour être au Conseil des Anciens. Comme on peut le constater, tout est mis en œuvre pour que le peuple (financièrement) ne puisse pas voter et être éligible.

En 1799, le suffrage universel « masculin » est limité. La constitution du 22 frimaire de l’An VIII (13 décembre 1799) met en place le régime du Consulat. Elle institue le suffrage « universel masculin » et donne le droit de vote à tous les hommes de plus de 21 ans, ayant demeuré pendant un an sur le territoire. Cette précision montre, si besoin en était, que même les révolutionnaires considéraient les femmes comme des citoyennes de seconde importance, tout en se méfiant de leur sens des responsabilités et de leurs analyses. Ils ne voulaient surtout pas partager le pouvoir avec des êtres qu’ils considéraient comme inférieurs. Mais, ce droit de vote est limité par le système des listes de confiance. Il s’agit d’un scrutin à trois degrés : les électeurs désignent au suffrage universel, un dixième d’entre eux pour figurer sur des listes de confiance communale ; ces derniers choisissent ensuite un dixième d’entre eux pour l’établissement des listes départementales qui, eux-mêmes, élisent un dixième d’entre eux pour former une liste nationale. Le Sénat choisit ensuite sur cette liste nationale, notamment les membres des Assemblées législatives.

Comme on peut le constater, si tous les hommes peuvent voter, il s’agit par ce mode de scrutin de faire le tri et comme il va de soi, d’éliminer le peuple « d’en bas ». Il vote : oui, mais il n’est pas question qu’il accède aux fonctions d’élu. Nous sommes déjà dans la délégation de pouvoir.

En 1815, avec le suffrage censitaire, la chute de l’Empire va permettre l’arrivée d’une monarchie constitutionnelle : la Restauration. Le suffrage universel masculin est aboli et le suffrage censitaire rétabli. Seuls les hommes de 30 ans qui payaient une contribution directe de 300 francs avaient le droit de vote. Pour être élu, il faut avoir 40 ans et payer au moins 1000 francs de contribution directe. La loi électorale du 29 juin 1820, du double vote, permet aux électeurs les plus imposés de voter deux fois. Ces mesures sont faites pour avantager les grands propriétaires fonciers, c’est-à-dire l’aristocratie conservatrice légitimiste. Encore une fois, le système électoral était inique et servait les riches aristocrates et les propriétaires fonciers. C’est bien la preuve que les politiciens au pouvoir ne sont que les serviteurs de ceux qui détiennent la richesse. Mais qui restent dans l’ombre (les patrons) car, à trop se dévoiler, c’est s’exposer aux réactions du peuple. Et, le peuple, ils le craignent.

Après la Révolution des « Trois Glorieuses » (27-28 et 29 juillet 1830), la Restauration fait place à la Monarchie de Juillet. Le droit de vote est élargi, le suffrage est toujours censitaire mais le « cens » nécessaire pour être électeur passe de 300 à 200 francs ou 100 francs pour les cas particuliers et de 1000 à 500 francs pour être élu (loi du 19 avril 1831). De même que l’âge minimum pour voter est abaissé de 30 à 25 ans et celui pour être élu de 40 à 30 ans. Enfin, la loi du double vote, qui permettait aux électeurs les plus imposés de voter deux fois, est supprimée. Malgré quelques avancées, à la lecture de cette loi, on comprend bien que le peuple est toujours maintenu éloigné du droit de vote. Le barrage de l’argent est dissuasif.

En 1848, le suffrage universel « masculin » et le vote secret : le mouvement révolutionnaire qui éclate en février 1848, met fin à la monarchie de Juillet et instaure la République. Le suffrage universel « masculin » est adopté par le décret du 5 mars 1848. Il ne sera plus remis en cause. Sauf que ce décret oublie encore une fois les femmes qui, pourtant, lors des révolutions, jouent un rôle important. Messieurs les Révolutionnaires pourquoi aviez-vous peur des femmes ? Les considériez-vous comme des êtres inférieurs et sans cervelles ? Pourtant, l’histoire a montré qu’elles y avaient toute leur place… Cette société que vous bâtissiez et que vous prétendiez être démocratique ne l’était pas. Elle boitait et c’est peut-être pour cela que les Révolutions échouent ! Sont électeurs tous les Français âgés de 21 ans et jouissant de leurs droits civils et politiques. Le droit d’être élu est accordé à tous les électeurs de plus de 25 ans et le vote devient secret. Certes, tous les Français de 21 ans pourront voter mais, quant à pouvoir être élu, il faudra appartenir à un parti politique à moins d’être un fortuné. Car, une candidature et une campagne électorale coûtent cher et si vous n’avez pas les moyens financiers, l’accès à la presse et à l’impression de profession de foi et autres tracts, vous sera quasiment impossible. Bonjour la liberté individuelle ! Dans ce cas de figure on voit se dessiner l’évolution du système électoral, en France. Oui, le peuple pourra voter mais il n’aura surtout pas le droit de prendre des décisions et, qui plus est, il ne pourra pas individuellement être candidat. Ce pouvoir-là, lui sera confisqué. Seuls les candidats présentés par un parti politique pourront accéder à une campagne électorale. Les élus ne seront pas, contrairement à ce que dit la propagande, les « représentants élus du peuple » mais les représentants des partis politiques et du patronat qui financent les campagnes électorales. Derrière ce système électoral qui se met en place, que d’aucuns présentent comme démocratique, c’est un système autoritaire et autocrate qui va émerger.

Enfin, en 1944, le droit de vote et l’éligibilité pour les femmes et le suffrage universel ont été instaurés. L’ordonnance du 21 Avril 1944 donne aux femmes de plus de 21 ans ce droit d’élire et rend ainsi le droit de vote réellement universel. Les femmes voteront pour la première fois aux élections municipales d’avril-mai 1945. 1945, c’est aussi le droit de vote pour les militaires. L’ordonnance du 17 août 1945 dispose : « Les militaires des trois armées sont électeurs dans les mêmes conditions que les autres citoyens ». Ils sont également éligibles sous certaines conditions. C’est par la lutte que les femmes obtiendront le droit de vote. Elles ont fait la démonstration (comme si cela était nécessaire) qu’elles occupaient une place prépondérante dans la société. C’est donc contraints et forcés que les politiciens machistes du moment ont été amenés à leur accorder le droit de vote. Pour atténuer ce coup donné au système patriarcal, ces mêmes politiciens ont accordé le droit de vote aux militaires, afin de rétablir la domination masculine…

1946-1956, égalité du suffrage en outre-mer : la loi du 7 mai 1946, (dite loi Lamine-Guèye) proclame « citoyens » tous les ressortissants de l’empire colonial. La loi sera inscrite dans la constitution de 1946 (article 80). Le droit de vote demeure toutefois inégalitaire (système du double collège). C’est la loi du 23 juin 1956 (dite loi Defferre) qui institue le suffrage universel et le collège unique dans les territoires d’outre-mer. Il était temps ! Car 108 ans après l’abolition de l’esclavage, les citoyens de l’empire colonial étaient toujours considérés par la métropole comme des citoyens de seconde zone.

1974, droit de vote à 18 ans ! Le président de la république Valéry Giscard d’Estaing abaisse par la loi du 5 juillet 1974, l’âge d’obtention du droit de vote à 18 ans au lieu de 21 ans. Cette loi n’est pas arrivée par hasard. Elle est due à la désaffection des citoyens pour la cause électorale. Il fallait, pour le pouvoir, compenser le taux toujours croissant d’abstentionnistes, et quoi de mieux que de donner le droit de vote aux jeunes à 18 ans. Il s’agissait de sauver « leur démocratie » et « la légitimité des élus » !

L’imposture se perpétue !

Voilà maintenant 226 ans que le droit de vote a été institué. Les citoyens et les citoyennes se sont battus pendant toutes ces années pour obtenir le droit de vote, le droit d’élire, de choisir, de décider. Mais le paradoxe, c’est que ce droit tant chéri leur ôte tous les moyens d’agir ; car dans les faits, et ils ne s’en rendent pas compte, ce sont leurs pouvoirs qu’ils délèguent bien souvent à un illustre inconnu. Ils aliènent totalement leur liberté. Voilà 226 ans que les politicards nous mènent en bateau, il faut que cela cesse !

C’est pourquoi, il y a mieux à faire que de réclamer le droit de vote et son aliénation, de s’enchaîner à un ou plusieurs maîtres en votant. Il faut s’organiser collectivement, fédérer les différents collectifs et organismes sous la forme autogestionnaire, afin d’agir sans tuteur, sans maître à penser et de bannir définitivement de notre vocabulaire le mot « vote » qui est synonyme de frustration, d’aliénation et d’usurpation de pouvoir.

Au fil des années, le système électoral a été trituré pour l’adapter aux besoins des politicards et du patronat. Surtout pour continuer à faire en sorte que les citoyens soient dépossédés de leurs possibilités d’agir eux-mêmes et de gérer leur vie, sans tuteur. Tout est mis en œuvre pour détourner les résultats électoraux. La proportionnelle est devenue une denrée rare, mais quel que soit le mode de scrutin, le mode de représentation, majoritaire à un tour ou à deux tours, uninominal… le tour de passe-passe aura lieu et se fera au détriment du citoyen. Il faut bien comprendre que le but est de mystifier l’électeur qui, s’il se laisse prendre au piège, sera systématiquement Gros-Jean comme devant. C’est ainsi que régulièrement, à dates fixes et pour différents scrutins, les politiciens appellent le peuple à exprimer sa souveraineté à coups de suffrages, de votes. En fait, le peuple, consciemment ou inconsciemment, participe à une véritable escroquerie intellectuelle. En votant, il s’aliène par la délégation de pouvoir qui est une impudente moquerie, une insulte envers lui car ceux à qui il a confié son destin, le considèrent comme incapable de se prendre en charge. Celui qu’il aura élu, ira parfois jusqu’à prétendre qu’il se dévoue, voire se sacrifie pour lui. D’ailleurs, on remarquera qu’une fois l’élection achevée, « l’élu.e. » ne dira plus Souveraineté du peuple mais Souveraineté nationale qui, au demeurant ne veut rien dire car la nation est quelque chose de subjectif qui, à la limite, n’existe pas.

La souveraineté du peuple, c’est la liberté, l’autonomie, la volonté collective. C’est cela ou ce n’est qu’un mot vide. Seulement, ces grands démocrates, n’aiment pas le peuple. Ils s’en méfient. D’où l’importance de le maintenir dans ses chaînes, qu’il se forge lui-même, en participant à son propre suicide, quand le système électoral légalise l’escroquerie que les charlatans nomment « délégation », alors que ce n’est qu’un vol en bande organisée. Le système électoral a toujours fait l’objet d’une grande attention de la part des différents types de gouvernants qui ont exercé le pouvoir, au service des aristocrates, des bourgeois, des financiers, des industriels… C’est sur cette mystification que s’est érigé le capitalisme, qui prive le peuple de sa liberté. Elle donne au peuple l’illusion que c’est lui le maître puisqu’il choisit l’élu. Alors qu’une fois l’élection entérinée, c’est l’élu qui devient le maître et c’est l’électeur qui doit obéir et se taire.

Changement de paradigme politique: Voter c’est se soumettre…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 décembre 2015 by Résistance 71

“Si voter servait à changer quoi que ce soit, ce serait interdit depuis longtemps.”
~ Emma Goldman ~

“L’État, les États nous doivent tout, nous ne leur devons rien. Rompons les rangs, boycottons le vote et les institutions.”
~ Slogan Anarchiste ~

“Dans les faubourgs où le chômage gronde, les affamés lèvent le drapeau noir de l’anarchie*.”
~ Achile Leroy ~

(*) Historiquement, le noir est une des couleurs de la classe ouvrière. Le noir est l’emblème des “sans travail”. Louise Michel, communarde sortit du bagne de Nouvelle-Calédonie lutta pour faire adopter le drapeau noir comme symbole de l’anarchie. Elle y parvint en 1883. En 1831, des ouvriers terrassiers de Reims au chômage attachèrent un chiffon noir à une pancarte où était inscrit: “De l’ouvrage ou la mort !” Le drapeau noir est l’étendard des révoltés de la terre, il représente l’Idée, celle d’une société émancipée, faite d’associations libres et d’autogestion, anti-autoritaire. Le drapeau noir n’a jamais représenté dans l’histoire une quelconque autorité constituée ou centralisée. Il flotta dès 1918 en Ukraine, porté par l’armée populaire paysanne anarchiste de Nestor Makhno ; il flotta sur les usines italiennes en 1920 lors de la grève générale expropriatrice

 

Voter, c’est se soumettre…

 

Anarchix

 

Mars 2010

 

Source:

http://legauloisdechaine.blog.lemonde.fr/2010/03/17/voter-cest-se-soumettre/

 

… A la loi de la minorité dominante et non pas comme on veut nous le faire croire àl’avis majoritaire, qui de surcroi est également un leurre puisque cela ne fait qu’instaurer une dictature de la majorité, tout en délégant les pouvoirs a une clique d’aristocrates qui font ce qu’ils veulent du pouvoir. Et qu’on ne vienne plus parler des « contre-pouvoirs » qui n’existe que dans l’imagination des « démocrates » indécrotables et des propagandistes de tout poil…

Le système électoral est historiquement la marque de l’oligarchie(*). Ce que l’on appelle république n’est qu’un compromis entre la monarchie et les poussées démocratiques qui se sont exercées au fil du temps. Le citoyen n’est consideré par la caste politique arrogante et méprisante que comme un électeur et un contribuable. La délégation de pouvoir est une ineptie totale qui ne fait que conforter sans contrôle, la minorité exploitrice dans son rôle de seigneur et la vaste majorité exploitée, dans son rôle de serf, que le globalisme va rendre a une nouvelle forme d’esclavagisme.

Depuis bien longtemps, le politique assumé par nos partis fantoches et obsolètes, a été detourné et acheté par la haute finance. Tout politicien sortant du moule de l’asservissement aux intérêts particuliers des oligarches est broyé à terme par les diktats de ceux qui détiennent la finance et l’influence politique, ce sont les mêmes du reste. Il suffit de voir comment les politicards rampent devant le FMI , la banque mondiale, la BCE ou les PDG des grandes institutions financières, pour réellement se rendre compte à qui appartient réellement le pouvoir décisionnaire…

Quand on voit cette classe politique arrogante, de droite comme de gauche, qui bafoue la souveraineté du vote populaire en référendum sur le traité européen, contourne sa décision souveraine, car n’étant pas dans la ligne des intérêts particuliers des ordures de la finance qui les commandent, pour remettre la France dans le « droit chemin oligarchique » et a l’encontre de la décision du peuple… C’est explicitement dire au peuple:

« Nous nous foutons royalement de vous et de vos décisions, et nous ferons ce qui est le mieux pour nous et nos protecteurs, avec ou sans vous… »

Et vous voulez encore aller voter apres un coup pareil ?… Apres avoir été bafoué, humilié, il y a encore des citoyens prêts à aller perdre leur temps à placer un papelard dans une urne ?… Non sens total!

Elire est une illusion entretenue, cela donne l’illusion de « participer » à la vie politique du pays.. foutaise.. la politique participative de tous et sur tout est la seule réponse, le peuple fédéré, gère la société lui-même, sans délégation de pouvoir, qui n’a absolument pas lieu d’être.

Une chose est claire depuis bien longtemps et il serait grand temps que les citoyens s’en rendent compte une bonne fois pour toute:

L’oligarchie dirigeante n’oeuvre que pour ses propres intérêts… son propre maintien au pouvoir, et sa propre jouissance des privilèges inhérents, que viennent simplement régulièrement légitimer les « consultations electorales », qui ne sont qu’une mascarade de légalisation du systeme par une fraction du peuple… en cela voter c’est acquiescer a se faire voler, piller, trousser, houspiller, virer, taxer (voler pardon, je l’avais déja dit…).

Dans ce cirque barnum du politico-social a la sauce propagandiste, les politicards de tout poil ne sont que des hommes sandwiches qui vendent leur salade, promus eux-mêmes par des stratégies commerciales comme on vend un paquet de lessive. Le citoyen, dans la masse de l’opinion publique n’est qu’un consommateur qu’on matraque à grand coup de slogans et de propagande… La volonté générale n’est que pâture au clientélisme, le citoyen engoncé dans son role de chair a urnes et a impôts, qu’on sort pour le dépoussiérer et lui redonner l’illusion participatrice une fois de temps en temps au court des grands messes paiennes électorales des dieux de la finance. L’éducation et l’information ne sont que propagande, le débat et la délibération réels confisqués et totalement biaisés par une presse vendue et achetée par le conglomérat utile à l’élite des cartels du show-business médiatique.

Les élus ne représentent pas le peuple, ils représentent les intérêts particuliers de ceux qui les ont commandités en premiere instance… Le peuple ne fait que légitimer la supercherie!

Voter est une perte de temps… Le système est une mascarade !…

Le cirque Barnum du désir de puissance et de profit absolu…

Cherchez à qui cela profite.. et boycottez cette ineptie.. Le pouvoir au peuple et rien qu’au peuple…

Communiqué électoral de la Fédération Anarchiste

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 décembre 2015 by Résistance 71

Groupe Proudhon de Besançon

 

 Décembre 2015

 

Distribuez-vous des chèques en blanc ?

 

Candidats: Ils vous promettent la lune

 

Élus: Ils deviennent les nouveaux bénéficiaires des privilèges économiques et des inégalités sociales

 

L’urne = le cercueil de vos illusions !

 

AGIR AU LIEU D’ÉLIRE !

 

Fédération Anarchiste 145, rue Amelot, 75011 Paris

=======================================

Illusion démocratique

========================================

 

Aux votards du second tour des régionales…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 11 décembre 2015 by Résistance 71

Nous avons publié cette harangue originellement le 6 janvier 2012, avec d’autres articles, elle fait partie du dossier « Illusion démocratique » sur ce blog.

Votards, rejoignez le premier mouvement politique de France: le mouvement abstentionniste ! Cessez de passer vos vies à vous soumettre et à élire le moindre mal, de choisir la peste plutôt que le choléra ! Avec une abstention non plus à 53% mais à 70% et plus, le levier politique sera énorme. Le premier pas du changement de paradigme politique, c’est de refuser de donner à l’oligarchie notre consentement. Cela commence avec le vote et refuser d’élire ces baltringues quels qu’ils/elles soient ! Voter c’est se soumettre, voter c’est abdiquer !

fraternellement

— Résistance 71 —

 

Voter, est-ce agir ?

 

par AnarSonore

Nous refusons toutes les élections, qu’elles soient politiques ou professionnelles. Car jamais un élu, de quelque bord qu’il soit, n’a à parler ni à décider à notre place. Face au pouvoir des canailles, nous appelons en toutes circonstances à l’abstention.

On nous dit que les élections seraient le moyen pour les opprimés de renverser la situation. Observons tout d’abord que les alternances gouvernementales n’ont rien produit de semblable. Abusivement présenté comme démocratique, le parlementarisme, produit de la délégation de pouvoir, favorise la démission au quotidien, déshabitue les individus de l’exercice du pouvoir politique et favorise les « spécialistes » de la politique et autres nantis. Défendre le parlementarisme, c’est accepter de se soumettre aux résultats des urnes, même quand on sait que les résultats sont truqués, c’est légitimer la politique anti-sociale qui en découle. C’est aussi attendre éternellement la « prochaine » élection pour espérer un changement, et, dans l’attente, continuer à se faire piétiner. C’est transformer la lutte sociale en champ clos de conflits entre fractions parlementaires qui, lorsqu’elles sont minoritaires se présentent comme « la » solution de rechange, avant de continuer toujours la même politique quand elles reprennent le pouvoir. Un mouvement de lutte qui chercherait à s’appuyer sur le parlementarisme ne peut que s’affaiblir et se diviser et oublierait la masse croissante d’exploités qui refuse le jeu électoral et s’abstient consciencieusement à chaque élection.

Si l’électoralisme divise, l’action directe construit au contraire le rapport de force puisque, par définition, elle est l’action collective et sans intermédiaire des opprimés en lutte. L’action directe est la base originelle du syndicalisme, celle qui lui a permis, un temps, de contrer les attaques du capital. Il est grand temps de renvoyer les bureaucrates, les permanents politiques et syndicaux, les « partenaires sociaux », les élus (politiques ou professionnels), les spécialistes du paritarisme (qui participent à la gestion anti-sociale des caisses et de l’administration) aux poubelles de l’histoire.

Nous refusons tous les partis politiques, toutes les chapelles, tous les États et toutes les cliques d’arrivistes et de possédants, qui, au nom de la démocratie, de dieu ou d’un drapeau vivent en parasites sur la misère matérielle et morale qu’ils nous imposent à coups de lois et de milices. A bas l’État, le parlementarisme et les partis politiques !

Résistance politique: 2ème tour des régionales 2015… Appel à l’abstention (Comité Valmy)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 10 décembre 2015 by Résistance 71

Pour le deuxième tour des Régionales

LE COMITE VALMY APPELLE A L’ABSTENTION

Les résultats du scrutin du 6 décembre ont conforté notre analyse sur la situation à la veille des « régionales » et justifié la position prise par notre Comité.

La politique désastreuse pour la France et les Français menée tant par la fausse gauche que par la vraie droite depuis des décennies, a permis au Front national de se hisser au niveau d’influence auquel il est parvenu.

Aussi, pour le second tour, le Comité Valmy appelle à l’abstention, car il ne reste en lice que la fausse « gauche » et la vraie droite d’un côté, et le Front national de l’autre.

Or, le PS et « les Républicains », ensemble ou séparément, n’offrent que la continuité de leur politique d’abandon national et de régression sociale, avec, en toile de fond, la mise en détention de la Nation à travers l’état d’urgence.

De leur côté, les dirigeants frontistes restent volontairement flou quant à leurs perspectives d’action vis-à-vis de l’Union européenne, et n’entendent pas quitter l’Otan, machine de guerre de l’impérialisme contre les peuples.

Dans ces conditions, il ne reste qu’une solution :

l’abstention politique,

qui signifiera notre volonté d’œuvrer pour

l’Union du peuple de France

pour

L’INDEPENDANCE NATIONALE

LA SOUVERAINETE POPULAIRE

LA REPUBLIQUE SOCIALE ET LAÏQUE

Comité Valmy
9 décembre 2015

 

Source:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6606

Illusion démocratique: Mascarade électorale… Avec 50% les abstentionnistes sont le premier mouvement politique de France… Reste à agir en conséquence…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 7 décembre 2015 by Résistance 71

Résistance 71

7 Décembre 2015

Peu mieux faire ! Stratégie du second tour, à tous les votards: BOYCOTT de cette fumisterie. Laissons les 20 ou 30% d’indécrottables faire les marioles au second tout, mais une chose est sûre: imaginons les guignols élus se retrouver avec la pression de 75 ou 80% d’abstentionnistes politiques qui demandent des compte dès le lendemain de la mascarade electorale… Position intenable en tout cas pas pour longtemps. Dans le même moment, le peuple s’organise comme il l’a fait dans le passé en dehors des structures et des institutions. C’est le moment du retrait de consentement qui fait passer à l’autogestion, parce que nous, collectivement, sommes 100 fois plus compétents et efficaces que les abrutis qui nous gouvernent localement et nationalement.

Pour ce faire il faut:

  • Cesser d’avoir peur de son ombre
  • Retirer notre consentement à ces Bozos du grand cirque politique et donc refuser d’obéir à ces traîtres tous autant qu’ils sont
  • Regarder et tendre la main à son voisin
  • Se prendre en charge localement, ensemble et ignorer des institutions qui nous ignorent bien depuis des siècles
  • Agir de concert pour le bien commun, la seule action politique valide et qui n’a jamais fait partie du projet politique oligarchique étatique quel que soit la forme de gouvernement adopté

Tout le reste et nous disons bien: TOUT LE RESTE, n’est qu’illusion et foutaise totale.

Maintenant choisissons, parce que le changement (pour le Nouvel Ordre Mondial fasciste supranational) c’est maintenant quelle que soit la clique de baltringues au pouvoir !

Qu’on se le dise !

Illusion démocratique: Toujours pour les votards indécrottables… Le criminel c’est l’électeur !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2015 by Résistance 71

Le criminel c’est l’électeur !

 

Albert Libertad

 

Placard anti-électoral, 1er mars 1906.

Publié par l’anarchie n°47 et signé Albert Libertad.

Source: https://infokiosques.net/imprimersans2.php?id_article=412

 

C’est toi le criminel, ô Peuple, puisque c’est toi le Souverain. Tu es, il est vrai, le criminel inconscient et naïf. Tu votes et tu ne vois pas que tu es ta propre victime.

Pourtant n’as-tu pas encore assez expérimenté que les députés, qui promettent de te défendre, comme tous les gouvernements du monde présent et passé, sont des menteurs et des impuissants ?

Tu le sais et tu t’en plains ! Tu le sais et tu les nommes ! Les gouvernants quels qu’ils soient, ont travaillé, travaillent et travailleront pour leurs intérêts, pour ceux de leurs castes et de leurs coteries.

Où en a-t-il été et comment pourrait-il en être autrement ? Les gouvernés sont des subalternes et des exploités : en connais-tu qui ne le soient pas ?

Tant que tu n’as pas compris que c’est à toi seul qu’il appartient de produire et de vivre à ta guise, tant que tu supporteras, – par crainte,- et que tu fabriqueras toi-même, – par croyance à l’autorité nécessaire,- des chefs et des directeurs, sache-le bien aussi, tes délégués et tes maîtres vivront de ton labeur et de ta niaiserie. Tu te plains de tout ! Mais n’est-ce pas toi l’auteur des mille plaies qui te dévorent ?

Tu te plains de la police, de l’armée, de la justice, des casernes, des prisons, des administrations, des lois, des ministres, du gouvernement, des financiers, des spéculateurs, des fonctionnaires, des patrons, des prêtres, des proprios, des salaires, des chômages, du parlement, des impôts, des gabelous, des rentiers, de la cherté des vivres, des fermages et des loyers, des longues journées d’atelier et d’usine, de la maigre pitance, des privations sans nombre et de la masse infinie des iniquités sociales.

Tu te plains ; mais tu veux le maintien du système où tu végètes. Tu te révoltes parfois, mais pour recommencer toujours. C’est toi qui produis tout, qui laboures et sèmes, qui forges et tisses, qui pétris et transformes, qui construis et fabriques, qui alimentes et fécondes !

Pourquoi donc ne consommes-tu pas à ta faim ? Pourquoi es-tu le mal vêtu, le mal nourri, le mal abrité ? Oui, pourquoi le sans pain, le sans souliers, le sans demeure ? Pourquoi n’es-tu pas ton maître ? Pourquoi te courbes-tu, obéis-tu, sers-tu ? Pourquoi es-tu l’inférieur, l’humilié, l’offensé, le serviteur, l’esclave ?

Tu élabores tout et tu ne possèdes rien ? Tout est par toi et tu n’es rien.

Je me trompe. Tu es l’électeur, le votard, celui qui accepte ce qui est ; celui qui, par le bulletin de vote, sanctionne toutes ses misères ; celui qui, en votant, consacre toutes ses servitudes.

Tu es le volontaire valet, le domestique aimable, le laquais, le larbin, le chien léchant le fouet, rampant devant la poigne du maître. Tu es le sergot, le geôlier et le mouchard. Tu es le bon soldat, le portier modèle, le locataire bénévole. Tu es l’employé fidèle, le serviteur dévoué, le paysan sobre, l’ouvrier résigné de ton propre esclavage. Tu es toi-même ton bourreau. De quoi te plains-tu ?

Tu es un danger pour nous, hommes libres, pour nous, anarchistes [sic]. Tu es un danger à l’égal des tyrans, des maîtres que tu te donnes, que tu nommes, que tu soutiens, que tu nourris, que tu protèges de tes baïonnettes, que tu défends de ta force de brute, que tu exaltes de ton ignorance, que tu légalises par tes bulletins de vote, – et que tu nous imposes par ton imbécillité.

C’est bien toi le Souverain, que l’on flagorne et que l’on dupe. Les discours t’encensent. Les affiches te raccrochent ; tu aimes les âneries et les courtisaneries : sois satisfait, en attendant d’être fusillé aux colonies, d’être massacré aux frontières, à l’ombre de ton drapeau.

Si des langues intéressées pourlèchent ta fiente royale, ô Souverain ! Si des candidats affamés de commandements et bourrés de platitudes, brossent l’échine et la croupe de ton autocratie de papier ; Si tu te grises de l’encens et des promesses que te déversent ceux qui t’ont toujours trahi, te trompent et te vendront demain : c’est que toi-même tu leur ressembles. C’est que tu ne vaux pas mieux que la horde de tes faméliques adulateurs. C’est que n’ayant pu t’élever à la conscience de ton individualité et de ton indépendance, tu es incapable de t’affranchir par toi-même. Tu ne veux, donc tu ne peux être libre.

Allons, vote bien ! Aies confiance en tes mandataires, crois en tes élus.

Mais cesse de te plaindre. Les jougs que tu subis, c’est toi-même qui te les imposes. Les crimes dont tu souffres, c’est toi qui les commets. C’est toi le maître, c’est toi le criminel, et, ironie, c’est toi l’esclave, c’est toi la victime.

Nous autres, las de l’oppression des maîtres que tu nous donnes, las de supporter leur arrogance, las de supporter ta passivité, nous venons t’appeler à la réflexion, à l’action [sic].

Allons, un bon mouvement : quitte l’habit étroit de la législation, lave ton corps rudement, afin que crèvent les parasites et la vermine qui te dévorent. Alors seulement du pourras vivre pleinement.

LE CRIMINEL, c’est l’Electeur !

Message aux votards de dimanche pour le cirque électoral des régionales…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, philosophie, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 4 décembre 2015 by Résistance 71

Voter c’est abdiquer

Lettre d’Élisée Reclus à Jean Grave

Clarens, Vaud, 26 septembre 1885.

Compagnons,

Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage.

Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages  — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur,  agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

Je vous salue de tout cœur, compagnons .

Élisée Reclus.

 

Source: http://www.homme-moderne.org/textes/classics/ereclus/jgrave.html

 

A lire:

https://resistance71.wordpress.com/illusion-democratique 

 

A voir:

http://www.youtube.com/watch?v=I1aNwwha2Ks

 

La lettre en version audio lue au public:

http://www.youtube.com/watch?v=-2oMP7_4T0A

 

Élisée Reclus en 4min39:

http://www.youtube.com/watch?v=6n_R9pZ_LgI

Résistance politique: Pourquoi il est DOUBLEMENT futile de voter au Canada…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 octobre 2015 by Résistance 71

Retirer notre consentement est essentiel au Canada et ailleurs, boycott de tout vote, des institutions, des impôts etc… En ce qui concerne l’Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord), il est important de consulter et d’accorder les modes d’action avec nos frères autochtones. Une confédération des communes libres sous Wampum Deux Rangées semblerait être la meilleure solution. Quoi qu’il en soit la concertation avec la gouvernance traditionnelle des nations natives est primordiale.
N’oublions jamais non plus que voter c’est abdiquer sa souveraineté, voter c’est acquiescer en validant le système étatique criminel, archaïque et mortifère. Voter c’est à la fois se choisir un maître, se soumettre et se mettre soi-même les chaînes de la servitude volontaire… Ceci n’est absolument pas inéluctable. La société humaine a vécu et s’est épanouie durant des millénaires sans la dictature étatique du petit nombre. Il suffit d’en redécouvrir les vertus. Les Amérindiens nous en donnent un aperçu, nous avons beaucoup à apprendre à leur contact.
~ Résistance 71 ~

“Le sol de la terre d’un bout à l’autre de celle-ci est la propriété du peuple qui l’habite. Par droit de naissance, Ongwe’honweh (être originaux de la terre d’Onowaregeh) sont les propriétaires du sol qu’ils possèdent et occupent et personne d’autre ne peut s’en saisir. La même loi a été maintenue depuis des temps immémoriaux.”
~ Wampum 73, Kaiane’reko:wa, Grande Loi de la Paix, XIIème siècle ~

 

Pourquoi voter au Canada est un acte de trahison et de criminalité

 

Kevin Annett

 

29 Septembre 2015

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2015/09/28/why-voting-in-canada-is-an-act-of-treason-and-criminality/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quand j’avais à peine 15 ans, j’ai été presque viré de mon bahut après avoir ouvertement poussé les autres gamins de l’école University Hill Secondary de ne pas payer leur cotisation au conseil des élèves. Ceci fut mon tout premier acte de résistance politique.

Ce qui me fit agir de la sorte fut le fait que je venais juste d’apprendre avec grand énervement, que notre conseil d’élèves ostensiblement “démocratiquement élu”, était en fait gouverné par un “superviseur” adulte, l’adjoint du proviseur du bahut, qui devait approuver quelque décision prise que ce soit et qui pouvait réfuter le conseil et ses décisions sommairement si bon lui semblait.

Bienvenue au Canada.

Aucun de mes co-religionnaires de l’époque ne semblait particulièrement confortable avec l’autogestion, pas plus que la plupart des Canadiens aujourd’hui. Celui que j’étais à 15 ans fut insulté et fut ordonné d’arrêter de faire tanguer la barque, lorsqu’il suggéra tout aussi impudemment que ceux que nous élisions devaient nous être redevables, devaient être sous le contrôle de ceux qui les mettent en fonction et non pas d’un personnage omnipotent aux figures paternelles. Parce que les adolescents et l’électorat canadien préfèrent déléguer le pouvoir à quelque “auguste” superviseur ayant le pouvoir de réfuter leurs décisions, que ce contrôleur de l’ombre soit un obscur proviseur adjoint ou le Gouverneur Général du Canada. Après tout, chaque membre de l’assemblée parlementaire que nous élisons prête serment de véritable allégeance non pas envers nous, le peuple, ni même envers la constitution, mais “à la reine Elizabeth II d’Angleterre et à tous ses descendants.”

Dans n’importe quel système responsable de gouvernement, délivrer son autorité à des serviteurs d’un dirigeant étranger qu’on ne peut rendre ou tenir responsables, est généralement considéré comme un acte de sédition, de trahison. Mais un tel crime est parfaitement légal ici au Canada: une perte de souveraineté ritualisée, que nous préférons appeler des “élections fédérales”. Et une fois de plus, nous devons rééditer cette farce traîtresse ce 19 Octobre.

Bon, je ne m’intéresse pas particulièrement à quelle opinion politique nous allons choisir de vendre notre nation le mois prochain, que ce soit le bleu conservateur, le rouge de la “gauche libérale” l’orange du NDP ou bien le vert à la mode. Ces politiciens, tout comme notre gouvernement d’élèves du bahut, jouent tous le même jeu mensonger ; et aucun d’entre eux, que vous allez élire le 19 Octobre prochain, n’auront quelque compte à vous rendre que ce soit. Tout comme mon vieux bahut, nos politiciens “démocratiquement élus” peuvent être réfutés par juste un type, à n’importe quel moment: dans la cas du Canada, ce fossile colonial appelé le “Gouverneur Général du Canada”, dont le titre OFFICIEL est celui de “représentant de la reine et chef d’état officiel” du Canada.

Il y a 45 ans, lorsque j’ai osé suggérer que nous refusions de financer un mensonge posant pour la “démocratie”, j’ai fait l’expérience de ma toute première oprobe publique et mon tout premier bannissement. Aucun de mes co-religionnaires de bahut ne voulut même ragarder dans ma direction après que j’ai eu proféré mon hérésie. Que ce soit à l’époque ou maintenant, les esclaves n’aiment jamais qu’on leur montre leurs chaînes ; mais les adolescents et les Canadiens doivent tous grandir un jour éventuellement et le tout premier acte de maturité est de voir les choses telles qu’elles sont et non pas de la façon dont on nous dit qu’elles sont.

Le vieux schnock qui de fait gérait notre conseil d’élèves pendant toutes ces années était un vieux con nommé Arthur Lower, qui avait l’air d’être un bon blaireau de base, malgré sa tendance prononcée à s’endormir durant les réunions des conseils. Mais si Art avait été piqué et condamné pour avoir violé des enfants ou pour avoir balancé des cadavres dans des décharges publiques quelque part, j’ose espérer qu’avoir commis de tels crimes l’auraient disqualifié pour être notre “chef d’état” de conseils d’élèves.

Il est bien triste de constaer que cette simple logique de justice ne s’applique pas ici au Canada. Car, de fait, un leader croulant nommé Lizzie de Windsor qui est la PDG de notre nation, est en fait une criminelle condamnée, qui fut mis devant la justice dans un tribunal international. Le 10 Octobre 1964, alors qu’elle se trouvait à Kamloops en Colombie Britannique, la “reine” Elizabeth a kidnappé dix enfants aborigènes qu’on ne revit jamais plus et elle approuva également le génocide perpétré par les pensionnats pour Indiens qui a tué plus de 50 000 enfants. Mais cette criminel royale continue à être sur son trône et chaque électeur, politicien, flic et juge du Canada la révère et l’endorse comme leader.

Ceci vous paraît-il normal ?

Voyez-vous, ce n’est pas tous les jours que Johnny et Susie Canuck peuvent commettre à la fois une trahison et un recel de malfaiteur simplement en faisant une croix sur un bulletin de vote. Après tout, on ne nous aurorise que quelques 10 croix à mettre sur un bulletin de vote dans notre vie pour la “démocratie”. Se prendre en charge et prendre en charge la nation semblent être un énorme fardeau pour la plupart des Canadiens, qui généralement préfèrent laisser les lourdes affaires d’état et de politique entre les mains de pédophiles violeurs d’enfants, d’avocats psychopathes et de spéculateurs immobiliers. Ainsi, abandonner une fois de plus notre souveraineté à un autre criminel haut fonctionnaire n’est pas spécifiquement une chose anti-canadienne à faire, cela devient en fait très banal et injustifié.

Quoiqu’il en soit, nous pouvons tous faire quelque chose de différent, croyez-le ou non. Nous pouvons en fait reprendre notre naton.

Dans son livre “Le Prince”, Niccolo Machiavelli a prévenu ceux d’entre nous qui contemplent la création d’un nouvel ordre des choses que nous ne pourrons réussir que si nous sommes armés et que si cela est absolument nécessaire de forcer les gens à embrasser le nouveau paradigme (NdT: Nous différons grandement avec Machiavelli et… Annett sur ce point…). Machiavelli disait que les prophètes désarmés échoueront toujours, car ils devront toujours se reposer sur la constante bonne volonté des gens, qui sont par nature vacillants et facilement retournables. J’ai appris moi-même cette dure leçon bien des fois. Donc maintenant, alors même qu’une nouvelle république est envisagée et établie pour remplacer le vieux régime du Canada, la foule vacillante attend, hésite, alors même que 60% d’entre eux pensent que la tête couronnée de GB devrait en fait rouler dans la sciure.

Au bahut de mon époque, les choses finalement changèrent dans le corps politique. Deux ans après que j’eus appelé pour la fin du gouvernement étudiant marionnette, nous avons précisément réussi à le faire. Sans attendre l’accord de quiconque, nous avons établi notre propre assemblée estudiantine hebdomadaire, consistant en quiconque désirait y particper, débattre et voter sur quelque matière que ce soit dans l’école. Pour la première fois, nous avons expérimenté l’autogestion et le souffle de la liberté, mais seulement parce que nous l’avons créé pour nous-mêmes.

Ce que des adolescents peuvent faire, même les Canadiens pourraient sans nul doute le faire. Notre nouvelle république sera gagnée depuis la base, en établissant et en maintenant de telles assemblées populaires qui feront les lois et la constitution de notre nouvelle société. Ainsi, au lieu de voter pour abandonner votre liberté et votre souveraineté ce 19 Octobre, boycottez les bureaux de vote et rassemblez-vous dans des assemblées populaires locales qui éliront des délégués à un congrès républicain.

C’est ce type d’action souveraine directe qui sera notre réponse à toutes ces marionnettes et à tous ces tyrans. Ceci s’appelle la démocratie véritable et réelle. Cela s’appelle la République du Kanata et cela vaincra l’esclavage à chaque fois que le processus sera engagé.