Archive pour vedettes marine américaine interceptées iran

Guerre impérialiste: Retour sur l’affaire des deux vedettes de la marine américaines interceptées en Iran le 12 janvier dernier…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies with tags , , , , , , , , , on 23 janvier 2016 by Résistance 71

Cette info est largement passée sous le radar des merdias inutiles occidentaux colporteurs des dépêches du ministère de la propagande de l’empire, surtout lorsque celui-ci est ris en flagrant délit de malversation et qu’il repart comme le cabot qu’il est: la queue entre les pattes.
Le 12 janvier 2016 donc, deux vedettes rapides de la marine américaine furent interceptées dans les eaux territoriales iraniennes près de l’île stratégique de Farçi. Les équipages furent faits prisonniers et transportés sur l’île où ils furent détenus, leurs navires, armement et systèmes de communication étudiés. Bien traités, nourris, avant d’être relâchés quelques heures plus tard dans les eaux internationales, l’affaire aurait pu (dû ?) être bien plus grave. Nous avions émis quelques hypothèses lorsque nous avions relayé l’info le 14 janvier.

Or, une nouvelle hypothèse se fait jour, nous la communiquons ci-dessous… Intéressant, où est la vérité ?…

— Résistance 71 —

 

Pourquoi les deux vedettes rapides de la marine américaine sont elles tombées en panne en Iran ? False flag avorté ?

 

Al Manar

 

22 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=280828&cid=86&fromval=1&frid=86&seccatid=28&s1=1

 

C’est ce qui est arrivé le 12 janvier aux deux vedettes US supposément tombés en panne dans les eaux territoriales iraniennes fait toujours parler de lui.
Pour de nombreux observateurs, dont le site américain The Saker, la version officielle véhiculée par Jane Psaki  sur la CNN  n’est pas convaincante.

«  Ils avaient dérivé jusque dans les eaux très sévèrement gardées qui entourent une base iranienne de l’île de Farçi, et c’est alors qu’un des deux bateaux a été victime d’une panne mécanique et que la Navy a perdu tout contact avec lui », a-t-elle avancé.

 Or The Saker s’arrête surtout sur les raisons de cette panne fortuite et lui fournit une explication : «  ayant appris qu’il existait un plan consistant à utiliser deux vedettes rapides US comme appât pour provoquer un nouveau Pearl Harbor au beau milieu du Golfe Persique, l’aviation russe, qui se trouvait dans les environs, a fait usage de sa mystérieuse capacité à rendre inopérants les systèmes électriques, électroniques et autres des vedettes rapides US. Et pendant qu’elle y était, elle a fait de même, apparemment, à un sous-marin israélien qui passait lui aussi par là », écrit le site.

Selon lui, des gens qui disent que les deux bateaux accomplissaient – volontairement ou non – une mission suicide. Le sous-marin israélien se trouvait à proximité pour les couler tous deux, avec chacune sa douzaine et demie de marines âgés de 20 à 22 ans. 
« C’est, comme on le sait, chez les Israéliens, une habitude déjà ancienne de faire des cartons sur des bateaux US. Mais était-ce, cette fois, avec l’assentiment des États-Unis eux-mêmes ? On ne sait pas », poursuit-il.

L’explication de toute cette manœuvre, toujours selon The Saker :
Il est vrai que, juste au moment où ils viennent de lever les sanctions contre l’Iran, les USA auraient eu là une excellente excuse pour faire monter la mayonnaise des indignations de tout bord, contre l’« acte d’agression » de ces salauds d’Iraniens, qui auraient coulé – dans leurs eaux, mais qui ne s’est jamais égaré en mer ? – deux malheureux petits bateaux certes armés jusqu’aux dents, mais, bon… Et en avant pour la « der des der » après laquelle tant on soupire par-la-faute-des-Iraniens-pas-la-nôtre !

Le site s’interroge si les jeunes marines ont compris le sort auquel ils étaient voués. 
« Toujours est-il que les Iraniens les trouvèrent en pleurs, persuadés qu’on allait au moins les torturer et sans doute les mettre à mort avec des raffinements de cruauté orientale inouïs, dans quelque Guantanamo du cru », constate-t-il.

Sachant qu’ils ont été relâchés assez vite, en dehors des eaux territoriales iraniennes, après perquisition de leurs bateaux.

Et The Saker  de conclure avec assurance, qu’à l’évidence, le gouvernement iranien avait été prévenu de cet imminent « false flag ».