Archive pour USA arable saoudite entreprise terroriste

Affaire Kashoggi: larguez les Saoudiens en rase campagne ! (Dean Henderson)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 16 octobre 2018 by Résistance 71

Quelles sont les chances que ce que dit Henderson se produise ? Les paris sont ouverts, faites vos jeux…

~ Résistance 71 ~

 

Larguez les Saoudiens

 

Dean Henderson

 

15 octobre 2018

 

url de l’article:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2018/10/15/ditch-the-saudis/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La disparition et l’apparent assassinat la semaine dernière du journaliste saoudien du Washington Post Jamal Kashoggi, à l’ambassade d’Arabie Saoudite d’Istanboul en Turquie, fournit aux Etats-Unis une superbe opportunité de couper les ponts une fois pour toute avec la despotique Maison des Saoud.

Installée par les Britanniques pour protéger les intérêts de la compagnie pétrolière de la Couronne (City de Londres) de la Royal Dutch/Shell & British Petroleum (BP) au moyen du traité de Djeddha en 1927, la dynastie des Saoud a laissé une trainée sanglante derrière elle à la fois chez elle en Arabie et internationalement et ce depuis sa création, en servant les banquiers de la City de Londres dans son rôle imparti concernant les opérations de contre-insurrection mondiale, celui de pourvoyeur de fonds.

Le dernier boucher royal en date est le prince Mohamed bin Salman Al Saoud (MBS), parvenu au pouvoir en promettant des réformes de convenance. En lieu et place, ces mots vides ont fourni le prétexte pour une gigantesque purge de l’opposition intra muros en Arabie, une escalade de l’agression saoudienne comme au Yémen et une plus grande volonté de coopérer avec l’autre entité de la couronne de la City installée, sioniste celle-là, appelée Israël.

Dans un éditorial à boulet rouge de dimanche, le porte-voix de l’Arabie, le journal Al Arabiya a menacé que si les Etats-Unis sanctionnaient le pays pour avoir tué Kashoggi, elle “poignarderait à mort leur propre économie”. L’édito a aussi dit que l’Arabie allait commencer à faire payer son pétrole à la Chine en Yuan, devenir amie avec l’Iran et inviter l’armée russe dans le royaume via sa nouvelle base de Tabouk dans la partie stratégique nord-ouest près de la Mer Rouge.

Le General Manager du quotidien Al Arabiya, Turki Al Dakhil a dit que les Saoudiens considéraient 30 différentes actions si les Etats-Unis agissaient, bon nombre se situant sur le marché pétrolier. Al Dakhil, sur le ton belliqueux typique des Saoudiens a déclaré “Si le prix du baril de pétrole a courroucé le président Trump à 80 US$, personne ne peut exclure le fait que le baril pourrait bien atteindre 100, 200 US$ ou le double…

Les industries américaines du pétrole et de la défense sont en effet devenues dépendantes de l’Arabie Saoudite. Les Saoudiens sont, et de loin, les plus gros acheteurs d’armement américain et les 4 cavaliers du pétrole demeurent bien accros aux exportations de pétrole saoudien. Les investissements saoudiens en bons du trésor américains (NdT: la dette américaine…) ces 30 dernières années sont aussi très importants.

Il ne fait aucun doute que faire la bonne chose que de couper les ponts avec l’AS serait un grand choc pour Wall Street et initialement le dollar. Mais c’est précisément ce que les Etats-Unis devraient faire. Et l’incident Kashoggi fournit juste ce prétexte.

Ce faisant, Les USA devraient changer toute le politique étrangère d’un seul coup. Nous devrons alors nous protéger et devenir alliés avec l’Iran, le Hezbollah et la Syrie de Bachar al Assad. Nous devrons aussi renouer de solides liens avec les Palestiniens et couper les ponts avec l’entité sioniste alias Israël. Par dessus tout, nous devrons mettre fin aux siècles de servitude passés sous la coupe de la City de Londres, de la “couronne” et au lieu de cela, développer de fortes relations avec la Russie et l’Allemagne.

Domestiquement, nous devrons alors nous embarquer dans un vaste programme de renouvellement d’infrastructure ayant les énergies alternatives en son centre, tout en arrêtant de focaliser sur la mise en place du 5G et de sa grille de contrôle de domination complète. Ce stimulus amortirait le choc alors que nous nous évaderions de l’étau exercé par le complexe militaro-industriel contrôlé par la couronne (City).

Les jours des bravades et menaces saoudiennes se doivent d’être écourtés. Il est inconcevable que les Etats-Unis les supportent, spécifiquement considérant le rôle des saoudiens dans les attaques du 11 septembre (NdT: entre autres…). Ce sera une tâche herculéenne après toutes ces décennies de complicité avec ces démons, mais l’Amérique doit le faire. C’est notre chance de pouvoir tourner la page et de fournir au monde de plus en plus noir et pessimiste un lueur d’espoir de leadership.

Tu nous as rabattu les oreilles en nous parlant de tes “grosses couilles” Trump, maintenant vient le temps de nous montrer que tu en as.

Géopolitique et Nouvel Ordre Mondial: L’entreprise terroriste Washington-Ryadh (Tony Cartalucci)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 avril 2018 by Résistance 71

Un article de fond utile et nécessaire de Tony Cartalucci qui montre une fois de plus les connivences criminelles et les ramifications tentaculaires manipulatrices de l’empire anglo-américain contrôlé depuis a City de Londres, GQG de la haute finance transnationale.
Il n’y a pas de solution au sein du système et ne peut y en avoir. Il est quand même grand temps de le comprendre et d7agir, ensemble, e conséquence par delà antagonisme et division.
~ Résistance 71 ~

Lectures complémentaires:

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

Manifeste pour la societe des societes

 

L’entreprise de la terreur de Washington et de Ryadh

 

Tony Cartalucci

 

6 avril 2018

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.jp/2018/04/washington-and-riyadhs-terror-enterprise.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce qui commença comme un moyen pour la Maison des Saoud d’établir, de consolider et éventuellement d’étendre son pouvoir politique sur la péninsule arabique au XVIIIème siècle est maintenant devenu un très bon outil bien façonné et rôdé de pouvoir géopolitique tout à fait intégré dans la politique étrangère de Washington.

Pendant des décennies, les Etats-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont aidé l’Arabie Saoudite (AS) à exporter des méthodes d’endoctrinement politique connues sous le vocable de wahhabisme pour radicaliser les individus et grossir les rangs des forces mercenaires utilisées pour déclencher des guerres par procuration à l’étranger et manipuler les populations occidentales intra muros.

Une remarquable admission a été récemment faite dans les pages du Washington Post (NdT:devenu le blog du proprio d’Amazon Jeff Bezos…) dans un article intitulé “Le prince saoudien nie qu’il a Kushner dans sa poche” ( « Saudi prince denies Kushner is ‘in his pocket’. » ).

L’article citait le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman en disant:

“En réponse aux questions sur la dissémination financée par l’AS du wahhabisme, forme austère de l’islam qui est dominante dans le royaume et que certains ont accusé d’être la source du terrorisme mondial, MBS a dit que les investissements dans les mosquées et les madrassas (écoles coraniques) à l’étranger étaient enracinés dans la guerre froide alors que les alliés demandèrent à l’AS d’utiliser ses ressources pour empêcher une infiltration soviétique dans les pays musulmans.

Des gouvernements successifs saoudiens ont perdu le fil de cet effort, a t’il dit et maintenant “nous devons tout reprendre”. Les financements proviennent maintenant largement de “fondations” basées à l’extérieur de l’AS, plutôt que du gouvernement.

Alors que l’article affirme “que des gouvernements successifs saoudiens ont perdu le fil de l’effet [de financement]” et que le financement est maintenant effectué via des “fondations en dehors de l’AS”, ceci n’est pas vrai.

Il n’y a rien de la sorte en AS que des “gouvernements successifs”. La nation depuis sa création, n’a été dirigée que par une seule famille, celle de la Maison des al-Saoud.

Bien que des fondations basées en AS puissent être le conduit par lequel le wahhabisme est organisé, financé et dirigé, tout ceci est fait pour Ryadh dans un processus mis en place et écrit par Washington.

Un outil et non pas une idéologie

Le wahhabisme a été créé et utilisé comme outil politique dès le tout début du XVIIIème siècle. Il a servi de pierre angulaire pour la construction de l’Arabie Saoudite. Ainsi de manière bien pratique, le wahhabisme depuis sa création, a toujours été intolérant envers les étrangers. Pour les Saoudiens cherchant le pouvoir politique au travers de la conquête, cette intolérance fut facilement transformée en utilisation de la violence contre des tribus et états voisins qui ne se soumettaient pas au pouvoir saoudien.

Les Britanniques contrôlèrent plus avant cet outil politique dans leur concurrence pour le pouvoir avec l’empire ottoman. L’empire britannique encouragea et cultiva les idéologies extrémistes comme le wahhabisme avant et après la chute de l’empire ottoman. Après les deux guerres mondiales, les Britanniques et les Américains s’allièrent avec des nations comme l’AS et commencèrent à exporter le wahhabisme et son mode d’endoctrinement dans le monde entier.

De l’admission même du prince héritier MBS ceci donne une meilleure vision de l’utilisation de l’extrémisme par Washington en Syrie à la fin des années 1970 et au début des années 1980 ainsi que pour le soutien par les Etats-Unis des militants en Afghanistan, visant à déloger l’URSS de la région.

Mais ceci révèle aussi précisément comment le terrorisme en tant qu’outil géopolitique est utilisé dans l’ère actuelle de l’après guerre froide et qui l’utilise.

“Des mosquées” financées par l’AS et autres états du Golfe [Qatar, EAU…] en dehors du Moyen-Orient, incluant l’Europe et l’Asie, servent de centres de recrutement et d’endoctrinement pour les Etats-Unis et leurs alliés pour les guerres par procuration variées et leurs efforts de déstabilisation dans le monde.

Comment aiguise-t’on le wahhabisme ?

Des combattants étrangers recrutés de par le monde pour se battre en Syrie et sa guerre incessante, le furent essentiellement par le réseau wahhabite financé et dirigé par l’AS.

“Des mosquées et des madrassas” opérant en Amérique du Nord et en Europe existent avec les pleines connaissance et coopération des services de renseignement et de sécurité occidentaux. Le recrutement, déploiement et le retour de ces mercenaires wahhabites endoctrinés à travers l’occident ont été admis même dans toute la presse et les médias occidentaux.

L’organisation médiatique danoise, The Local DK, a exposé un tel centre au Danemark. Le rapport des faits dans un article intitulé: « Danish mosque doubles down on Isis support, » décrivait ce qui est un soutien ouvert pour des organisations terroristes déclarées, spécifiquement le soi-disant Etat Islamique (EI) ou Daesh.

L’article déclarait:

Nous voulons que l’EI soit au top. Nous voulons un EI du monde.” a dit le mollah de la mosquée Oussama el-Saadi au programme DR.

El-Saadi a aussi dit qu’il voyait la participation du Danemark dans la coalition emmenée par les USA dans les combats contre la Syrie, comme un affront non seulement à sa mosquée mais à tous les musulmans.

La guerre est contre l’Islam “ a t’il déclaré.

Cette même supposée mosquée au Danemark, malgré son soutien ouvert au terrorisme, ne sera pas immédiatement fermée et ses leaders arrêtés comme on pourrait s’y attendre. Au lieu de cela, le gouvernement danois a reconnu travailler avec la “mosquée” pour gérer le processus.

L’article du magazine allemand Der Spiegel, « Community Response: A Danish Answer to Radical Jihad, » rapportait:

“Le commissaire Aarsley dit qu’il est très fier de ce qu’ils ont réussi jusqu’ici, et il n’oublie jamais de féliciter ses gens et ceux qui sont impliqués dans le programme. Il est particulièrement locace sur un homme, un salafiste barbu qui est le leader de la mosquée Grimhøjvej à Aarhus, dont bien des jeunes qui sont partis pour la Syrie émanent. Son leader est un homme du nom de Oussama El Saadi… Ces deux hommes ont joint leur force dans un projet qui recherche sur la réponse à ces questions qui minent tout le continent européen: Que peut-on faire de ces radicaux qui reviennent de Syrie ? Quelles mesures peut-on prendre pour contrer cette terreur qui une une fois plus semble vouloir menacer l’occident toujours plus près ?”

Etonnamment, les merdias occidentaux ont admis l’existence de telles “mosquées” qui recrutent ouvertement des hommes en occident pour combattre comme mercenaires en Syrie sous la bannière d’Al Qaïda et de ses nombreuses variantes et succursales avant qu’ils ne retournent en Europe et posent un problème de sécurité pour les populations occidentales.

Plutôt que de démanteler le réseau et d’éliminer la menace, l’occident l’a intentionnellement laissé croître, créant des divisions socio-politiques au sein des nations ; augmentant le racisme, la bigoterie et la xénophobie ce qui aide à toujours justifier les guerres de l’occident à l’étranger tout en permettant de justifier du développement d’un état toujours plus policier intra muros.

Le maquillage

Le journal britannique “the Independant” dans son article, « Saudi Arabia boosting extremism in Europe, says former ambassador, » a admis:

L’AS a financé des mosquées dans l’Europe entière qui sont devenus des points chauds de l’´extrémisme religieux.”, a dit l’ancien ambassadeur britannique en AS Sir William Patey. Mais cet article, comme bon nombre d’entre eux, se garde bien de parler des implications bien plus larges du financement saoudien et de l’utilisation de ces mosquées comme centres d’endoctrinement et de recrutement alimentant en militants des forces financées et armées par les Etats-Unis, l’Europe, l’AS et ses partenaires arabes, dans des conflits autour du monde.

Les merdias occidentaux et les politiciens ainsi que les représentants saoudiens ont tenté d’affirmer que Ryadh soit ne contrôle pas complètement ce réseau ou alors ne comprend pas le rôle central du réseau dans le terrorisme mondial. De telles excuses sont totalement absurdes.

Les Etats-Unis et l’AS utilisent les réseaux wahhabites pour remplir les groupes militants combattant autour du monde, ceci est une évidence extrême. Les combattants sont “accidentellement” recrutés dans des mosquées financées par l’AS à travers l’Europe, le Moyen-Orient, et l’Asie et forment des groupes terroristes armés, financés, entraînés et autrement soutenus par les Etats-Unis, l’Europe et leurs alliés Moyen-Orientaux incluant l’AS (NdT: et Israël, la Turquie, la Jordanie…).

Pour ce qui est de la Syrie en particulier, le journaliste très expérimenté Seymour Hersh avait exposé dès 2007 dans son article « The Redirection Is the Administration’s new policy benefitting our enemies in the war on terrorism? »   ce processus en action alors que l’affaire qui mena à la guerre en Syrie en 2011 était déjà en cours de préparation.

L’article disait:

“Pour diminuer l’Iran qui est chiite de manière prédominante, l’administration Bush a décidé de reconfigurer effectivement ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, l’administration a coopéré avec le gouvernement saoudien, qui est sunnite, dans des opérations clandestines qui sont faites pour affaiblir le Hezbollah, l’organisation chiite qui est soutenue par l’Iran. Les Etats-Unis ont aussi pris part à des opérations clandestines visant l’Iran et son allié la Syrie. Un effet secondaire de ces opérations a été de développer des groupes extrémistes sunnites qui épousent une vision militante de l’Islam et qui sont hostiles à l’Amérique et sympathisant d’Al Qaïda. (NdT: ce qui veut dire sympathisants de la CIA ou Al CIAda tant il est clair depuis longtemps que le groupe terroriste est une construction des services américains, pakistanais et saoudiens depuis sa création au début des années 1980…)

L’article faisait aussi remarquer::

“Cette fois, m’a dit le consultant pour le gouvernement américain, le prince Bandar et autres Saoudiens ont assuré à la Maison Blanche qu’”ils surveilleront de près les fondamentalistes religieux. Leur message qui nous était adressé fut: ‘Nous avons créé ce mouvement et nous pouvons le contrôler.’ Ce n’est pas qu’on ne veut pas que les salafistes lancent de bombes, mais plutôt à qui ils les balancent, le Hezbollah, Moqtada al-Sadr, l’Iran et aux Syriens s’ils continuent de travailler avec le Hezbollah et l’Iran.

Ainsi, il n’y a absolument rien d’accidentel ou de non intentionnel au sujet de la création par Washington et Ryadh de ces réseaux  et de leur utilisation.

D’autres tactiques ont également été utilisées aussi bien pour empêcher de s’intéresser à cet effort vieux de plusieurs décennies. L’utilisation du “multi-culturalisme” contre le racisme violent, la bigoterie et la xénophobie a créé un faux débat qui transforme ce qui est essentiellement une assistance multinationale occidentalo-arabe au terrorisme en des sujets, des leviers hautement diviseurs.

Une opposition contrôlée des deux côtés de ce “débat” résultant en une diversion intentionnelle pour le public des questions qui entourent cette création et l’utilisation du wahhabisme par l’AS et ses alliés arabes, tout comme par l’occident lui-même.

Le conduit américano-saoudien de la terreur mondiale

Des “mosquées” financées par l’AS endoctrinant, radicalisant et recrutant les militants, les aspirants combattants qui sont ensuite transférés vers les zones d’opérations. Des extrémistes ouïghours commandités par les Etats-Unis et l’AS en provenance de la province occidentale de la Chine du Xinjiang, ont été transférés à travers l’Asie du Sud-Est avant d’arriver en Turquie où ils sont formés et entraînés avant d’être envoyés combattre les forces de Damas en Syrie. (cf: US-Saudi sponsored extremists drawn from China’s Uyghur population )

Et tandis que la tâche principale du pipeline de la terreur américano-saoudien a été d’alimenter la guerre par procuration en Syrie, l’endoctrinement wahhabite commandité par les USA et l’AS, la radicalisation et le recrutement, sont aussi localisés. Tandis que des extrémistes ouïghours sont envoyés en Syrie, d’autres sont recrutés et déployés en Chine.

En Asie du sud-est, le financement saoudien a trouvé son chemin vers les militants combattant sous la bannière de l’EIIL aux Philippines. Il y a des préoccupations tout à fait légitime sur le fait que ce réseau financé par les USA et l’AS ait aussi essayé de s’infiltrer en Thaïlande et d’exploiter les luttes séparatistes du sud du pays.

Au Myanmar voisin, les Etats-Unis ont aidé à mettre au pouvoir le régime actuel mené par la “conseillère d’état” Aung San Suu Kyi. Ses supporteurs racistes et ultra-nationalistes ont mené une politique de violence génocidaire ces dernières années contre la minorité de la nation musulmane des Rohingya. Simultanément, les Etats-Unis et l’AS ont créé un groupe militant rohingya mené par Ata Ullah qui a grandi et a été éduqué en Arabie Saoudite.

La toile de fond de la vie d’Ata Ullah est très nébuleuse. Son “leadership” semble être similaire à celui d’Abou Bakr al-Baghdadi de l’EIIL/Daesh, une figure d’organisation qui ultimement est gérée et contrôlée depuis Ryadh et Washington.

L’utilisation de terroristes a servi à remplir plusieurs objectifs. Pour la Syrie, ce fut la tentative de changement de régime, en Chine, agitation politique et possible balkanisation le long des frontières ; en Asie du Sud-Est, tentative de diviser et d’affaiblir des nations où Washington essaie de mettre en place des régimes clients et sous contrôle ou dans des nations comme le Myanmar dans lesquelles les USA ont besoin d’avoir un régime en place qui demeure obéissant et pour les Philippines en particulier, un moyen de maintenir une présence militaire américaine sur le sol philippin.

Mettre à jour et en finir avec l’entreprise de la terreur de Washington et de Ryadh

Les Etats-Unis considèrent le wahhabisme comme un outil géopolitique très utile qu’il a façonné et déjà utilisé depuis des décennies. Tandis que les EU et leurs alliés occidentaux feignent de ne rien savoir de sa création, et feignent l’incapacité à pouvoir y mettre un terme, ils continuent d’investir à la fois dans ses opérations continues et dans sa perpétuelle réinvention.

Tandis que le wahhabisme a peut-être assisté l’AS dans sa fondation et son expansion en tant que puissant médiateur régional, son sponsorship de ces réseaux est aujourd’hui non viable et est en train de très rapidement devenir un sérieux handicap. Les Etats-Unis, comme cela a déjà été prouvé avec d’anciens alliés et prestataires de service par procuration, vont continuer à utiliser le schéma wahhabite saoudien jusqu’à ce qu’à la fois le wahhabisme et l’AS n’existent plus. (Note de R71: Nous sommes non seulement d’accord avec Cartalucci sur ce point mais nous irons plus loin… L’empire fera et fait du reste exactement de même avec le sionisme et Israël…)

Bien qu’il soit encore trop tôt pour le dire, l’AS a bien des moyens et des intérêts à transformer son longtemps feint intérêt d’exposer et de démanteler ces réseaux en action réelle de le faire.

Pour le public au sens large, pulvériser les affaires du petit levier politique utilisé par l’occident pour protéger ce réseau de promotion multinational d’endoctrinement, de radicalisation et de recrutement est essentiel pour gagner l’opinion publique à la cause d’exposer à la fois le rôle de l’Arabie Saoudite et de l’occident à le construire et à le perpétuer.