Archive pour union européenne et le fascisme eurocrate

Barroso… C’est l’histoire d’un maoïste qui retourne à la maison-mère !

Posted in actualité, économie, colonialisme, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 juillet 2016 by Résistance 71

En effet, ne mélangeons pas tout ! Ce n’est pas un maoïste infiltrant Goldman Sachs (ah ah), mais Goldman Sachs et consorts qui ont toujours sponsorisé maoïstes, trotskistes et toute la fine équipe habituelle passée chez les nouveaux cons depuis… Voir nos articles en liens sous le billet reproduit.
~ Résistance 71 ~

 

Barroso recruté par Goldman Sachs

 

Pat de Botul

 

10 juillet 2016

 

url de l’article original:

http://monde-libertaire.fr/?article=Barroso_recrute_par_Goldman_Sachs

 

L’ex-président de la Commission de l’UE et ancien dirigeant du parti maoïste portugais (MRPP) rejoint la liste (non-exhaustive) des ex-maos, ex-trotskistes et staliniens qui se sont vendus aux Ors de la république ou à la grande finance : Alain Geismar (ex Gauche prolétarienne); Jean-Christophe Cambadélis et Lionel Jospin (ex-AJS); Henri Weber et Julien Dray (ex Ligue communiste); Denis Kessler et Serge July (ex-Union des Étudiants communistes), etc… Mais qui a dit que la « politique » était un sport « loyal » ?

Note de Résistance 71:

Lionel Jospin et l’actuel 1er secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis proviennent tous deux de la mouvance trotskiste des “lambertistes”, totalement pilotée par le département d’état américain et la CIA. Ces deux caciques sont des taupes qui ont œuvré et œuvrent toujours pour leurs maîtres de Wall Street (La CIA est le bras armé de Wall Street) et donc de la City de Londres, la maison mère.

Voir ici:

https://resistance71.wordpress.com/2015/02/01/resistance-au-nouvel-ordre-mondial-trotskisme-yankee-et-neoconservatisme/

https://resistance71.wordpress.com/2014/04/18/dou-viennent-nos-pitres-de-la-politique-francaise-des-tiroirs-du-departement-detat-yankee/

https://resistance71.wordpress.com/2010/06/27/sarkozy-bon-eleve-du-departement-detat-americain/

Publicités

La pantalonnade du Brexit…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 juin 2016 by Résistance 71

Résistance 71

24 juin 2016

 

Une fois de plus, victoire pour l’oligarchie et ce quelque soit le résultat de cette fumisterie totale du Brexit. Pourquoi victoire ? Parce qu’une fois de plus l’oligarchie a réussi à diviser le peuple britannique d’une part et les peuples européens qui se grattent la tête depuis un moment sur le sujet.

Sortir ou rester dans l’Union Européenne ? Vraiment ? C’est la seule question qui vienne à l’esprit en ces circonstances ? Va t’on jamais apprendre quoi que ce soit ? Les oligarques, banksters, patrons de transnationales et leurs larbins de la politique et des merdias se marrent en buvant du champagne ! Victoire ! les abrutis d’en-bas continuent à se diviser pour qu’on puisse continuer quoi qu’il arrive à se barrer avec la caisse et à les contrôler…

Au lieu de perdre son temps, oui, oui… perdre son temps avec ces inepties cousues de fil blanc conçues uniquement pour maintenir une profonde division et éviter l’union des peuples, on ferait mieux d’organiser entre nous, en IGNORANT les états, la société des sociétés organique, la confédération des associations libres, de communes, l’organisation de la société depuis sa base seule souveraine en tout et pour tout, arrêter de cautionner en permanence, de valider le consensus du statu quo oligarchique par nos actions au sein du système. Arrêtons de participer c’est aussi simple que cela, refusons une bonne fois de consentir !

Il faut en sortir ! S’unir, dire non ! Halte au sketch, on va maintenant jouer NOTRE jeu, celui de l’association libre et de la société autogérée par nos soins. Faire table rase de cet infâme merdier politico-économique et étatique fondé sur le mensonge, le vol, l’oppression, la coercition, la domination, les relations violentes de classes tout à fait obsolètes, le crime organisé d’une « élite » sociopathe protégé par des instititions corrompues au-delà de toute rédemption possible.

La question n’est pas de savoir si on sort ou on reste dans « l’Europe » oligarchique, mais du comment nous organiser au mieux et ignorer totalement toute cette fumisterie institutionnelle pour faire avancer enfin une société égalitaire, anti-autoritaire, non-coercitive, solidaire et finalement libre et d’agir en conséquence unis en associations libres confédérées.

Tout le reste n’est que faire le jeu de l’oligarchie en place qui tremble comme une feuille à l’idée d’une UNION des peuples sur des principes solidaires et égalitaires mettant à bas leur paradigme mortifère. Il dépense du reste des milliards pour nous maintenir divisés. Au bout du compte, quelque soit le résultat de ce « Brexit », il sera très serré et la dictature de la majorité va l’emporter, une fois de plus: quelques 51% de gens pour ou contre l’emporteront sur les 49% opposant qui devront s’incliner. Quelle fumisterie ! Une fondation solide de guerre civile comme l’aime tant l’oligarchie ! Mettez-vous à la place d’un banquier qui enfume et vole tout le monde: les gens vont s’invectiver entre les 51 et 49% des deux camps, pendant que lui et ses sbires vont continuer à les voler de plus belle ! Victoire totale de l’oligarchie… Bref la continuité dans une mascarade de « démocratie », quel que soit le résultat. Champagne !

UNION, REFLEXION, ACTION POLITIQUE DIRECTE contre les institutions archaïques et non-réformables et pour l’avènement de la société des sociétés organique et humaine. Nous n’avons rien à inventer, juste à dépoussiérer ce que nos anciens savaient déjà, pour l’adapter à notre monde moderne ce qui devrait en fait être plus facile a mettre en place si on utilise EFFICACEMENT la technologue à disposition, ce qui n’est pas du tout le cas dans notre société dégénérée, parodie d’une humanité à pourtant énorme potentiel.

Pour obtenir des réponses valides à nos problèmes communs (ceux des peuples) encre faut-il poser les bonnes questions et non pas marcher comme un seul homme dans la division organisée et institutionnelle.

Brexit et fadaises étatiques ne sont que des numéros d’illusionnisme du grand barnum oligarchique… Qu’on se le dise !

Conflit Russie-Europe: VGE… La voix de son maître…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 juin 2015 by Résistance 71

Ah ah !… La voix de la banque Rothchild s’exprime… VGE, l’instigateur de la loi de 1973 sur la privatisation de la Banque de France pour ses patrons Rothschild. Le “créateur” du projet de constitution européenne rejetée par le peuple français en 2005 par referendum et repassé en force en 2007 au parlement par son complice sarkozy.

VGE ne prend personne “à contrepied” allons, allons.. qui peut croire une pareille fadaise ??…

Non, il siffle la fin de la récrée pour ses patrons. Le passage en force contre la Russie n’a pas marché, de gros intérêts financiers commencent à être en jeu… Temps de remettre de l’ordre dans la maison.

En Avril 2014, nous avions traduit cet entrefilet de RT de sa section “économie”: “La Shell dit à Poutine que le projet gazier est toujours sur les rails quoiqu’il arrive en Ukraine”. Doit-on toujours préciser que la Shell (Royal Dutch) représente les intérêts Rothschild et Exxon-Mobil (ex-Standard Oil), les intérêts Rockefeller, eux-même agents américains des Rothschild !?!…

VGE ne fait que rappeler l’arrangement, nous pensons que notre petite analyse qui précédait notre traduction de l’article est bien toujours valide aujourd’hui… Des gens comme VGE ne font RIEN par hasard, tout est planifié, il est une nouvelle fois en mission commandée pour ceux qui ont entretenu sa carrière depuis le début.

 

“Si mes fils ne voulaient pas la guerre, il n’y en aurait aucune…”

~Gutle Schnaper (épouse de Mayer Amschel Rothschild)~

 

“Les politiciens sont comme les couches, il faut les changer souvent et pour la même raison.”

~ Mark Twain ~

 

 

Giscard D’Estaing prend tout le monde à contrepied en soutenant Moscou

 

Sputnik News (France)

 

22 Juin 2015

 

url de l’article:

http://fr.sputniknews.com/international/20150622/1016658743.html

 

En prenant position en faveur de la Russie, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing a pris à revers une classe politique française et européenne qui n’ose critiquer la ligne aveuglément proaméricaine de l’Europe occidentale à l’égard de la Russie, écrit l’ancien diplomate Roland Hureaux.

« En prenant une position favorable à Poutine dans l’affaire ukrainienne, Valéry Giscard d’Estaing a pris tout le monde à contrepied », estime M. Hureaux dans les colonnes d’Atlantico.

Il rappelle qu’après sa rencontre avec Vladimir Poutine en mai 2015, l’ancien président français, généralement considéré comme un libéral proaméricain, a commencé à manifester des positions prorusses, notamment sur la Crimée et la crise ukrainienne.

VGE a souligné que les sanctions antirusses « ne sont pas dans l’intérêt de l’Europe, mais sont contraires au droit international ».  

« Les relations entre l’Europe et la Russie seraient meilleures si Bruxelles était réellement indépendant », a déclaré l’ancien président.

Notons que la position de M. d’Estaing est proche de celle de l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt, qui a fustigé la politique irresponsable de Bruxelles et a, dans une certaine mesure, soutenu la politique de Vladimir Poutine.

Hureaux affirme qu’en adoptant cette position audacieuse, Valéry Giscard d’Estaing « va dans le sens de l’opinion française éclairée, celle qui ne se laisse pas influencer par le matraquage anti-Poutine des médias, une opinion de plus en plus décalée par rapport à la position officielle de Hollande — et de la direction de l’UMP ». Il explique que s’il n’y a pas longtemps, les partisans de la politique russe n’étaient pas nombreux, mais qu’actuellement « presque personne, en dehors de quelques intellectuels ne prend plus parti pour les Etats-Unis dans les affaires de l’Ukraine ».

Hureaux finit par conclure: « il ne s’agit bien entendu pas d’être pro-ceci ou pro-cela. Il s’agit que notre diplomatie soit celle de nos intérêts et non pas des intérêts de quelqu’un d’autre ».

Union Européenne et fascisme galopant… La flicaille mercenaire du N.O.M au banc d’essai

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 21 décembre 2014 by Résistance 71

Cette article rejoint ce que nous disons depuis bien longtemps sur ce blog au sujet de la grille de contrôle du Nouvel Ordre Mondial, projet en cours de réalisation de notre pseudo-« élite » eugéniste et de sa « police » mercenaire transnationale qui n’obéira plus qu’aux corporations/entreprises dans ce qui sera la réalisation fasciste suprême: La fusion des États et des entreprises/banques transnationales… La « gendarmerie européenne » en est le banc d’essai à peine dissimulé… Excellent article qui nous en dit plus.

— Résistance 71 —

 

La dérive fascisante de l’Union Européenne

 

Bernard Gensane

 

20 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.legrandsoir.info/union-europeenne-la-derive-fascisante.html

 

Ne soyons pas alarmistes mais lucides.

Récemment, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine, ont voté contre une résolution de l’ONU condamnant la glorification du nazisme. Les membres de l’Union européenne se sont abstenus.

La passivité de l’Union européenne face aux nazis, aux cryptos nazis et aux sympathisants nazis quand ils tiennent le haut du pavé ne doit pas surprendre. Un tropisme d’extrême droite s’est installé sur un vieux continent dont on aurait pu penser qu’il était vacciné contre la barbarie fasciste. Parmi les signes qui ne trompent pas, la création d’une force d’intervention militarisée de 3 000 hommes destinée à réprimer brutalement toute contestation populaire ne laisse pas d’inquiéter dans un ensemble qui compte des dizaines de millions de chômeurs et de pauvres.

Le rapport de forces mondial est malheureusement très clair. En mai 2013, la banque JPMorgan Chase – qui, comme Warren Buffet, sait qui a gagné la guerre des classes – pouvait se permettre de demander l’abrogation des constitutions démocratiques établies en Europe après 1945. La banque enjoignait l’Europe d’éradiquer les droits sociaux, les droits des travailleurs, leur liberté d’expression en particulier.

La « mondialisation libérale », c’est aussi cela. Supprimer l’expression démocratique pour que les grandes banques, les fonds d’investissements puissent spéculer et engranger. L’austérité n’est pas une fatalité ou une douloureuse nécessité mais une arme pour faire taire les oppositions à l’hyperbourgeoisie.

Pour que l’ordre règne, pour que le capitalisme puisse mener sa guerre en paix, l’Union européenne s’est donc dotée d’une force d’intervention militarisée de 3 000 hommes, une gendarmerie européenne plus connue sous le nom de EuroGendFor. Elle est basée en Italie, à Vicence. Sa langue de travail est la langue des Parties mais, dans les faits, le Wall Street English.

On ne pourra pas éternellement jouer à faire revoter les peuples qui ont mal voté ou à contourner des référendums par des voies législatives honteuses. La démocratie formelle étant régulièrement bafouée, les expressions populaires seront de plus en plus radicales, violentes, désespérées. D’où la nécessité de prévoir des moyens de répressions coordonnés, européens quoi !

En 1935, Georgi Dimitrov définissait le fascisme comme la dictature terroriste ouverte de la frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie impérialiste monopoliste. Il distinguait le fascisme de la dictature réactionnaire classique, l’élément discriminant étant le modernisme et le caractère de masse. On verra plus tard Franco désarchaïser l’économie espagnole avec les technocrates de l’Opus Dei, et surtout Pinochet être le premier expérimentateur des idées de Hayek et de Friedman. En tout état de cause, pour la bourgeoisie, le fascisme est le moyen le plus sûr de spolier les travailleurs, ce que mes concitoyens héninois finiront peut-être par comprendre.

Selon ses statuts, l’EuroGendFor, seule ou conjointement avec d’autres forces répressives, doit être capable d’effectuer toutes les missions de police durant toutes les phases d’une opération de gestion de crise. L’EuroGendFor peut être subordonnée à des autorités civiles ou militaires. Il est fait appel à elle pour des missions de sécurité et d’ordre public ;
 pour surveiller, conseiller, encadrer et superviser les polices locales dans leur travail quotidien ;
 pour surveiller l’espace public, régler la circulation, contrôler les frontières et effectuer des missions générales de renseignement ;
 pour effectuer des enquêtes criminelles, notamment découvrir des délits, retrouver les délinquants et les livrer aux autorités judiciaires compétentes ;
 pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics.

Comme le jour viendra sûrement où les Grecs en auront assez de s’entendre dire par les Allemands qu’ils prennent trop de vacances, où les Français seront lassés d’entendre ces mêmes Allemands critiquer leurs services publics « pléthoriques » ou d’entendre les Britanniques leur reprocher leur code du travail trop rigide, une saine colère risque d’exploser. D’où la nécessité de déployer cette force européenne, pensée par l’ancienne ministre de la Défense Alliot-Marie après les batailles de rue dans les « quartiers » en 2005.

L’EuroGendFor cumule les fonctions de police, police judiciaire, gendarmerie (armée) et services secrets. Dans son langage, réprimer des révoltes se dit garantir la « sécurité en territoires de crise européens ». Plus cette police européenne sera nombreuse et compétente moins les États auront à utiliser leurs propres forces de répression.

C’est le Traité de Velsen (septembre 2012) qui règle les interventions d’EuroGendFor. Un « conseil de guerre », sous forme de comité interministériel composé des ministres de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’UE participants, décide de la stratégie d’intervention. La troupe peut être mise en marche soit sur demande, soit après décision de l’UE.

« EuroGendFor » est une troupe policière paramilitaire et des services secrets. Ne peuvent rejoindre EuroGendFor que les États disposant d’une police à statut militaire (la grande majorité des pays européens, donc). Elle unit tous les pouvoirs et moyens militaires, policiers et de services secrets qu’elle peut exercer en collaboration avec des troupes nationales de police et d’armée, après être mandatée par une cellule de crise interministériel dans chaque lieu pour la lutte contre des troubles, contre des révoltes et contre de grandes manifestations. Le ministère fédéral de la Défense a salué l’EuroGendFor en ces termes : « Police ou Armée : Une gendarmerie européenne promet la solution. »

De même que l’armée française affiche des slogans particulièrement creux (« Devenez vous-même », « Pour moi, pour les autres, s’engager »), que l’armée britannique met l’accent sur la formation des esprits (« Mind the gap »), la devise de la gendarmerie européenne est très rassérénante : « Lex Paciferat » (la loi apportera la paix). Cela dit, même si ses soldats doivent respecter le droit en vigueur de l’Etat dans lequel ils interviennent, tous les bâtiments et tous les terrains pris par les troupes sont exterritorialisés et ne sont plus accessibles, y compris pour les autorités nationales. Mais, pour les responsables européens, ne pas devoir utiliser leurs propres forces de répression sera un atout, d’autant qu’on imagine mal les « eurogendarmes » retourner leurs fusils contre leurs supérieurs.

La création de cette gendarmerie européenne sans état d’âme peut être replacée dans le contexte plus général du mercenariat. On peut se dire que, quand les Romains ont utilisé de plus en plus de mercenaires, ce fut le commencement de la fin de l’Empire …

PS : Les pays membres fondateurs de ce corps furent la France (Gendarmerie nationale), 
l’Espagne (Guardia Civil), le
 Portugal (Guarda Nacional Republicana), l’Italie (Carabinieri), les
Pays-Bas (La Marechaussee royale – Koninklijke Marechaussee). La Roumanie a rejoint cette force d’intervention (Jandarmeria Romana). Sont partenaires : la Pologne (Gendarmerie militaire – Żandarmeria Wojskowa) et la Lituanie (Viesojo Saugumo Tarnyba). La Turquie a un statut d’observateur (Jandarma).

 

Aux votards de demain: Illusion démocratique: Petit dialogue nécessaire en période électorale (reprise)…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, démocratie participative, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 24 mai 2014 by Résistance 71

Elire au lieu d’agir ou agir au lieu d’élire ?

Initialement publié le 3 Mai 2012

~ Résistance 71 ~

 

https://resistance71.wordpress.com/2012/05/03/illusion-democratique-petit-dialogue-necessaire-en-periode-electorale/

 

Autres articles sur l’Illusion Démocratique et la futilité du vote:

 

https://resistance71.wordpress.com/illusion-democratique/

Ingérence occidentale en Ukraine: Les Serbes parlent aux Ukrainiens…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 27 février 2014 by Résistance 71

Excellents conseils !…

— Résistance 71 —

 

Le conseil des Serbes aux Ukrainiens

 

Milena Cmiljanic

 

25 février 2014

 

url de l’article:

http://french.ruvr.ru/2014_02_25/Conseil-serbe-pour-l-Ukraine-8645/

 

Le malheur des présidents ukrainien et serbe, Viktor Ianoukovitch et Slobodan Milosevic, est d’avoir dit « non » à l’Occident. Peu après cela, tous deux sont devenus des criminels. 

Le second a fini sa vie à La Haye et on ignore encore ce qui attend le premier. Le 12 février, un député slovène du Parlement européen menaçait sur la chaîne de Bosnie-Herzégovine BHT 1 :

« Si vous suivez le cours des évènements en Ukraine, vous verrez que dans une semaine ou deux, nous entrerons en relation avec une élite politique irresponsable. Ce sera un signal pour votre élite politique également. »

Il faut reconnaître la bonne connaissance de cet homme politique, qui n’a peut-être pas de relations dans les milieux politiques à Bruxelles, mais qui, ayant participé activement à l’éclatement d’un pays, la Yougoslavie, sait comment cela se passe.

À quel moment la situation s’est-elle aggravée à Kiev ? Une semaine après la déclaration d’Elko Kacin et le jour où la Russie a annoncé sa disposition à verser une nouvelle tranche de deux milliards de dollars à l’Ukraine. Il semble que ce fut le signal pour passer à l’action. L’état-major de Praviy Sektor (Secteur droit) a appelé à la mobilisation à travers le réseau social Vkontakte, et Oleg Tiagnibok, leader de Svoboda, a encouragé une marche à Kiev.

La signature d’un accord entre Viktor Ianoukovitch et l’opposition, fortuitement ou non, a été annoncée non pas par le président ou une quelconque personnalité politique ukrainienne, mais par le ministre polonais des Affaires étrangères Radosław Sikorski. Ce soir-là, le président a fui Kiev, et son Parti des régions s’est effondré. Le parti a renié son leader. En son temps, Slobodan Milosevic a subi le même sort avec le Parti socialiste de Serbie. Certes, il a restitué le pouvoir de lui-même, sans intervention de forces étrangères.

Viktor Ianoukovitch disait que, lors des négociations, sa sécurité avait été garantie. Peut-être que ce fut le cas, mais cela a été démenti le jour suivant par Radosław Sikorski. Maintenant, on menace Viktor Ianoukovitch de la Cour internationale de justice de La Haye. Le nouveau président serbe Vojislav Kostunica avait aussi promis à Slobodan Milosevic de ne pas l’extrader vers La Haye, et que s’est-il passé ? Neuf mois plus tard, il était expédié presque clandestinement à La Haye, d’où il ne reviendra que dans un cercueil.

Que va-t-il en être pour l’Ukraine ? Ioulia Timochenko, tout juste sortie de prison, a expliqué aux personnes rassemblées sur le Maïdan que l’Ukraine intégrera l’Union européenne, et que tous les problèmes seront résolus. Les Ukrainiens, avant de rêver à un tel avenir, doivent regarder un peu vers la Serbie et sa voie européenne. La classe politique de Serbie (qui était à l’époque la Yougoslavie), après la révolution de 2000, avait promis que la Serbie intégrerait l’Europe en 2004. Aujourd’hui, en 2014, la Serbie n’est encore qu’au début du chemin. Pendant ce temps, avec l’aide des « amis » américains et européens, la Yougoslavie s’est divisée en deux parties, et la Serbie a perdu 15 % de son territoire.

À cause de la situation financière critique en Ukraine, le ministre des Finances et la Banque Nationale du pays se tournent vers les partenaires internationaux, principalement vers la Pologne et les États-Unis, pour obtenir d’ici une semaine ou deux un crédit de 35 milliards de dollars (environ 25,5 milliards d’euros) pour la période 2014-2015, convoquant pour cela une conférence de donateurs. Le 29 juin 2001, une telle conférence avait eu lieu concernant la Yougoslavie. Elle a alors « reçu » 1,2 milliard de dollars (environ 1,4 milliard d’euros à l’époque). Zoran Djindjic, premier ministre à ce moment, a écrit à propos de cette « aide » ce qui suit :

« La première tranche devrait être d’environ 300 millions d’euros. Mais on nous a brusquement annoncé que 225 millions serviraient à payer les anciennes dettes datant de l’époque de Tito. Les deux tiers de cette somme correspondent à des amendes, parce que Slobodan Milosevic a refusé de payer les crédits pendant dix ans. Et il ne nous reste que 75 millions. »

La Serbie a reçu en tout 15 milliards de dollars (environ 10,9 milliards d’euros) d’investissement durant les 13 ans de sa « voie européenne ». Mais, pendant cette période, plus de 60 milliards de dollars (environ 43,6 milliards d’euros) ont quitté le pays. Sur ce chemin, la Serbie a perdu environ un demi-million d’emplois, et sa dette publique a triplé. Pendant cette période, nous avons fait tout ce que nous avaient demandé l’UE et les États-Unis. Voilà le bilan de notre politique pro-occidentale.

Frères Ukrainiens, bienvenue dans notre Titanic européen ! T

Nouvel Ordre Mondial: La PAC européenne ou l’éradication de la paysannerie…

Posted in actualité, altermondialisme, économie, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 juillet 2013 by Résistance 71

Une agriculture sans paysans

 

Esther Vivas

 

14 Juillet 2013

 

url de l’article:

http://tlaxcala-int.org/article.asp?reference=10143

 

L’Union européenne semble s’acharner à faire disparaître la petite paysannerie. C’est ce qu’on peut conclure de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) adoptée avant-hier à Bruxelles. Des mesures qui bénéficient, une fois de plus, aux grands propriétaires terriens et à l’agro-business au détriment de ceux qui travaillent et entretiennent la terre.

 Vitali Peskov, Literatournaya Gazeta, Russie

Un seul chiffre : bien que, dans l’Etat espagnol, seulement 350.000 personnes soient officiellement recensées comme ayant une activité professionnelle agricole, il y a 910 000 personnes qui perçoivent des aides agricoles. Qui sont donc ces 560.000 bénéficiaires de subventions qui, n’étant pas paysans, reçoivent tout de même ces sommes ? Le rapport, « Une Politique Agricole Commune pour les 1% », de Vétérinaires Sans Frontières, l’indique clairement. Il s’agit d’entreprises de l’agro-industrie, de grands viticulteurs, des supermarchés et des gros propriétaires. Leurs noms : Pastas Gallo, Nutrexpa, Osborne, Nestlé, Campofrío, Mercadona, la Maison d’Alba, pour ne citer que les plus grands bénéficiaires.

Certes, avec la « nouvelle PAC », des aéroports, des chemins de fer et des terrains de golf ne recevront plus d’aides « agricoles ». J’imagine que le vol, ou le détournement de fonds, devenait par trop scandaleux. Mais d’autres amis d’Arias Cañete [ministre de l’Agriculture espagnol du gouvernement PP, NdT] continueront à recevoir de fortes subventions. Sa propre épouse, par exemple, Micaela Domecq, propriétaire foncière andalouse et patronne des « Vins Domecq ». On connaît la chanson : ceux qui partagent le gâteau prennent le plus gros morceau.

Comme l’affirme le syndicat agricole COAG dans son analyse et évaluation de la réforme de la PAC : « on court le risque de démantèlement du secteur agricole, stratégique pour notre économie ». Ce qui n’est pas nouveau, mais avec les mesures actuelles, cela ne fait qu’accélérer les choses. Aujourd’hui, moins de 5% de la population active dans l’Etat espagnol travaille dans l’agriculture, et une partie très significative sont des personnes âgées. Un état de fait qui, selon les normes dominantes actuelles, est symbole de progrès et de modernité. Sans doute devrions-nous commencer à remettre ne question les paramètres qui définissent ces deux concepts.

L’agriculture paysanne est une activité en extinction. Chaque année, des milliers de fermes cessent leurs activités. Survivre à la campagne et travailler la terre n’est pas chose facile. Et les plus grands perdants du modèle actuel de production, de distribution et de consommation des aliments sont ceux qui, précisément, produisent la nourriture. Selon la COAG, les revenus agricoles  se situaient en 2007 à 65% des revenus moyens. Leur appauvrissement est clair.

Nous allons vers une agriculture sans paysans. Et si ces derniers disparaissent, aux mains de qui restera notre alimentation ? Je crois que la réponse est claire : aux mains d’une poignée d’entreprises de l’agro-business et de la distribution qui contrôlent chacun des maillons de la chaîne alimentaire, des semences jusqu’au produit final. Cargill, Monsanto, Syngenta, Dupont, Procter & Gamble, Nestlé, Kraft, Mercadona, Eroski, Carrefour, Alcampo, El Corte Inglés… sont ceux qui, en fin de compte, nous donnent à manger. Pauvres de nous !