Archive pour ukraine russie 3ème guerre mondiale

L’illusion de Minsk

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 13 février 2015 by Résistance 71

Résistance 71

 

13 Février 2015

 

Trève, cessez-le-feu, solutions au conflit ukrainien, bla bla bla, nous dit-on de sources officielles. Un accord en 13 points a été trouvé pour sauver la paix, même précairement, en Ukraine et au Donbass en révolte contre le régime nazi de Kiev mis en place par l’OTAN et sa cohorte de larbins.

Poutine croit-il un mot de toute cette salade ? Espérons que non!

La réalité semble t’il et ce fut sans doute la raison de la visite du couple de l’année Hollande-Merkel à Kiev et à Moscou avant la rencontre de Minsk, a été de négocier pour éviter le marasme total des troupes ukrainiennes au Donbass dont celles encerclés dans le chaudron de Debraltsevo. Là, de 7 à 8000 troupes du régime de Kiev sont encerclées et attendent soit l’ordre de capituler, soit de se faire massacrer. L’OTAN se fout royalement des bidasses ukrainiens, par contre, et cela ne doit pas se savoir officiellement, il y a des centaines de troupes françaises, britanniques, allemandes coincées avec les Ukrainiens. Là par contre, çà ferait mauvais genre de les voir parader prisonniers devant les caméras des télés russes et rebelles… Il fallait gagner du temps et débloquer la situation pour au moins pouvoir exfiltrer la bidasserie de l’OTAN encerclée à Debaltsevo. De plus, les yankees devant armer et entraîner les troupes ukrainiennes, ils ont besoin de temps pour le faire et préparer la prochaine offensive.

Il suffit de regarder l’histoire du pays du goulag levant (ex-USA) pour s’en convaincre, à chaque fois que les yanks négocient, c’est qu’ils sont coincés et ont besoin de temps, une fois revigorés, ils brisent systématiquement toute trève ou traité pour revenir avec plus de force et de violence. Demandez aux nations Lakota, Cheyennes, Apaches (pardon à celles qu’on oublie), ce qu’elles en pensent ?

En regard de l’histoire, il est impossible de faire confiance en quoi que ce soit aux officiels yankees et l’OTAN étant sous commandement états-unien, on sait donc ce que cela veut dire.

La question est de savoir pourquoi Poutine joue t’il le jeu ? Pense t’il l’OTAN dans l’impasse ? Ou ne veut-il pas passer pour le borné inflexible de service, et laisser ainsi le régime de Kiev une fois revigoré par les armes et l’entrainement US, briser les accords de Minsk et ainsi avoir l’avantage moral en prouvant qu’on ne peut faire confiance à l’alliance Kiev/OTAN ? Connaissant Poutine la seconde option semblerait de mise, mais quel sera le prix à payer dans le futur pour le peuple du Donbass?

L’OTAN et ses maîtres de Washington veut gagner du temps et se regrouper pour mieux attaquer. Ils ne laisseront pas le Donbass en paix, ce n’est qu’une question de temps.

Par contre cela pourrait offrir une fenêtre à l’empire et son bras armé de l’OTAN, pour transférer ses mercenaires takfiristes de l’EI en déroute en Syrie vers le Caucase pour y recommencer une guerre en Tchétchénie afin d’occuper Poutine sur un autre front. Les options sont multiples et si nous y pensons, il va sans dire que Poutine le joueur d’échecs a prévu la tactique et s’y prépare ; c’est du moins ce qui paraît le plus logique.

Le message en fait est ZERO CONFIANCE à ce ramassis de va t’en guerre de l’OTAN, nul doute qu’en coulisse, les Russes anticipent les coups foireux et trahisons à venir. Espérons-le en tout cas.

Ingérence occidentale en Ukraine: La Russie largue les amarres…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 18 septembre 2014 by Résistance 71

La Russie largue les amarres avec l’Ouest (Lavrov)

 

Le Saker

 

14 Septembre 2014

 

url de l’article en français:

http://www.vineyardsaker.fr/2014/09/16/lavrov-russie-largue-les-amarres-louest/

 

J’ai regardé hier [13 septembre 2014] avec intérêt un talk-show  appelé  Le Droit de Savoir, qui présentait une interview d’une heure avec Sergei Lavrov (ceux qui comprennent le russe peuvent regarder là).  C’était un échange intéressant entre Lavrov et  cinq journalistes russes. Ce n’était pas assez important pour justifier un sous-titrage en anglais, mais je veux partager avec vous quelque chose que j’avais déjà noté par le passé et qui a été puissamment exprimé durant cette interview.

Comme c’était prévisible, les thèmes abordés ont concerné la guerre civile en Ukraine, l’état des investigations sur le crash du vol MH17, les sanctions contre la Russie, l’expansion de l’Otan, les négociations de Minsk et l’engagement de la Russie avec les pays du BRICS.

Sur tous ces sujets, les questions/réponses avaient le même format. L’un des journalistes demandait à Lavrov de commenter ce qui semblait être une situation de  cul-de-sac et Lavrov confirmait disant on a fait de notre mieux, mais, à notre grand regret, cela n’a eu aucun effet. L’effet général a été celui d’une réunion de parents d’élèves discutant du cas désespéré d’un élève incapable. Sauf que l’élève, dans ce cas, c’est tout l’Occident.

Par exemple, pour ce qui concerne le vol MH17 les journalistes ont exprimé leur stupéfaction au vu de la stérilité et du flou du dernier rapport rendu public. Ils notèrent que, à l’époque des faits, un comportement hystérique absolu s’était emparé de la une des journaux, du style PUTIN LE TERRORISTE!!!! ou TROP C’EST TROP, oubliant complètement que les investigations étaient en cours. La réaction de Lavrov a été : oui, je suis d’accord, nous avons agi au Conseil de sécurité, nous avons soumis nos questions, nous voulions un cessez-le-feu complet pour  mener une investigation minutieuse des débris, nous avons partagé nos propres informations, nous avons parlé aux malaisiens, nous voulions parler aux experts, mais ils ont passé trois semaines à Kiev en discussions avec des  officiels de la junte, nous avons d’autres questions mais apparemment nous sommes les seuls à être encore intéressés à obtenir des investigations transparentes et responsables (ceci n’est pas une citation mais une paraphrase fidèle, je pense). L’impression qu’on a gardée de ce qu’il a dit était franchement, ils sont désespérants, que peut-on faire de plus ?

Au sujet des sanctions, les journalistes ont dit que beaucoup de pays ont été surpris de la rapidité avec laquelle la Russie s’était détournée de l’Ouest et commençait à établir des relations avec l’Asie, l’Afrique, l’Amérique Latine et le sous-continent indien, et là encore, Lavrov répliqua : oui, nous avons nous-mêmes été surpris par le rythme des événements, mais nous n’avions pas le choix.

Ce n’est pas la seule occasion que j’ai eue d’entendre le même message. L’impression que je ressens est que la Russie a renoncé à l’Ouest. Bien sûr elle va continuer à discuter, et elle va essayer, contre toute évidence, de susciter des comportements responsables de la part des politiciens occidentaux, mais personne en Russie ne retient son souffle.

Dans un autre débat (Sunday Evening avec Vladimir Soloviev) les participants ont remarqué que l’Allemagne avait pris la tête des pays qui faisaient pression sue la Finlande, la Slovaquie et d’autres nations qui ne voulaient pas de nouvelles sanctions. A nouveau, le message était oubliez les allemands, ils sont désespérants.

Je crois qu’il y a un sentiment de dégoût et de désespérance  sincère et très répandu  en Russie à l’encontre des pays de l’UE. Quant aux USA, ils sont essentiellement vus comme des lunatiques messianiques pleins de haine qui feront tout et même plus que tout pour nuire à la Russie de toutes les façons possibles, aussi folles, absurdes, inutiles et hypocrites soient-elles.

Tout cela produit un consensus selon lequel, bien que la guerre avec les USA et l’Otan doive être évitée, évidemment, il n’y a plus rien à gagner à faire quelque effort.  Beaucoup de politiciens disent maintenant :notre politique étrangère a été beaucoup trop axée à l’ouest et il faut que cela cesse, notre futur est ailleurs.

L’adoption récente de sanctions contre la Russie est un exemple parfait de cela. Alors que quelques mordus inconditionnels des libéraux-US se plaignaient, et je rigole pas, que les huîtres françaises Belon ne seraient plus disponibles à Moscou, la majorité des gens comprennent que ces sanctions sont une bénédiction, car elles forcent la Russie à se débarrasser de ses liens avec l’ouest, ce qui aurait du, à leur avis, être fait depuis longtemps. A cour terme, les sanctions occidentales vont mordre, particulièrement pour certains produits de haute technologie, mais, dans l’ensemble, la plupart des gens comprennent que s’être rendu dépendant de l’Ouest pour de tels produits était une erreur au départ.

Encore une fois, ce qui prévaut est un sentiment  de dégoût, de perplexité et de fatigue. Bien qu’une personne aussi diplomate que Lavrov ne le dira jamais en ces termes, la réaction générale est lumineuse : eh les mecs vous êtes désespérants et en plus en déclin; on n’a pas besoin de vous, salut!. Cela dit sans animosité, presque avec tristesse, vraiment.

Je ne crois pas que les diplomates russes feront une grande déclaration anti-occidentale à l’Onu ou ailleurs. Le contraire de l’amour n’est pas la haine, mais l’indifférence. Et les officiels russes continueront de parler à nos partenaires ou même à nos amis, mais malgré cette douce rhétorique, les relations avec l’Ouest vont cesser graduellement d’être une priorité pour la diplomatie russe, pour les affaires commerciales, et même pour le public en général. En fait, la Russie est déjà en train de construire un monde multipolaire et si l’Ouest n’en veut pas sa part, ce sera dur pour lui. Les russes savent que l’Ouest ne peut empêcher l’émergence de ce nouveau monde, et ils ne se préoccupent pas de savoir s’il refusera cette réalité ou acceptera de jouer selon les nouvelles règles.

Encore une chose, les russes en ont vraiment marre des déclarations agressives de l’Otan, car ils pensent, à juste titre, que c’est une marque d’hostilité. Mais, à rebours de ce que beaucoup de blogueurs disent, les russes n’ont pas peur de la menace militaire de l’Otan. Leur réaction aux derniers mouvements de l’Otan (nouvelles bases et troupes en Europe centrale, plus de dépenses, etc…) consiste à les dénoncer comme des provocations, et tous les officiels russes s’accordent à dire que la Russie peut gérer cette menace militaire. Comme l’a dit un député russe : cinq groupes de forces de réaction rapide est un problème que nous pouvons régler avec un seul missile. Une formule simpliste, mais correcte. Poutine a clairement dit la même chose, en cas d’attaque conventionnelle massive par qui que ce soit la Russie engagerait des missiles nucléaires tactiques. En fait, si l’Otan continue à avancer avec son plan stupide de déploiement de forces en Pologne et/ou dans les pays Baltes, je m’attends à ce que la Russie se retire du traité IRNF et qu’elle installe les successeurs modernes des fameux RSD-10 (SS-20). Comme je l’ai dit précédemment, les décisions de doubler le format des forces aéroportées russes et d’augmenter à la taille d’une division la brigade d’élite du 45éme Régiment spécial aéroporté sont déjà prises, quoi qu’il arrive. On peut dire que la Russie a préempté la création par l’Otan de sa force de 10.000 hommes en faisant passer ses propres forces mobiles de 36.000 à 72.000 hommes. S’étant ainsi préparé à la menace, le Kremlin va maintenant retourner tout simplement à des affaires plus importantes ailleurs.

Parmi les nombreuses idées fausses que nous apprenons pendant notre conditionnement (je ne peux pas appeler ça une éducation),  nous, à l’ouest, avons tendance à voir notre part du monde comme le centre de la planète, d’autres diraient même la part indispensable et la plus importante. Cela peut se remarquer sur nos mappemondes systématiquement centrées sur l’Europe ou les US et dans la croyance quasi dogmatique que personne ne compte autant que nous. C’est faux. En fait, alors que l’empire anglo-sioniste est en phase de déclin lent, mais constant et inéluctable, le reste du monde lui rend les hommages nécessaires du bout des lèvres et simplement continue son chemin. Si les centres de conditionnement qu’on appelle écoles avaient des éducateurs dignes de ce nom ils suspendraient dans leurs classes des mappemondes centrées sur la Chine et ils diraient aux jeunes élèves que plus personne ne prend désormais au sérieux les soi-disant valeurs occidentales. Non pas parce qu’elles sont mauvaises, mais parce que, pour commencer, nous-mêmes en occident ne les prenons définitivement pas au sérieux.

Obama a annoncé un pivotement vers l’Asie, mais, d’une façon typiquement anglo-sioniste, ce pivotement ne signifiait en réalité qu’un accroissement de la présence militaire et des pressions pour forcer l’obéissance aux exigences de l’empire. A la différence des US,  la Russie n’a annoncé aucun pivotement, mais Poutine a déjà rencontré Xi Jinping quatre fois cette année et ils ont tous deux déclaré que leur partenariat stratégique était le plus fort qui ait jamais existé dans l’histoire des relations entre les deux pays.

La Russie est vraiment en train de tourner son regard vers la Chine, l’Amérique Latine,  l’Afrique et ailleurs. Ses diplomates continueront à discuter, sourire, parler de partenaires et d’amis, mais je crois que nous sommes témoins d’un événement historique : pour la première fois depuis le treizième  siècle, la Russie s’éloigne à nouveau de l’Ouest et parie sur son avenir avec l’Asie (et le reste du monde).

Invasion russe de l’Ukraine ? Hystérie propagandiste occidentale…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 2 septembre 2014 by Résistance 71

Comment pouvez-vous savoir si la Russie a envahi l’Ukraine ?

 

Paul Craig Roberts

 

1er Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/09/01/can-tell-whether-russia-invaded-ukraine/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Si vous pensez que la Russie envoie des unités régulières ici, alors laissez moi vous dire ceci: Si la Russie envoyait ses troupes régulières, nous ne serions pas en train de parler de la bataille d’Elenovka ici, mais de celle de Kiev ou d’une possible capture de Lvov.” Alexandre Zahkarchenko, président du conseil des ministres de la République Nationale de Donetsk.

http://www.youtube.com/watch?v=yH35raTPVu8

Lvov est une grande ville de l’Ukraine occidentale près de la frontière polonaise. En d’autres termes, si la Russie envahit l’Ukraine, les combats bougeront très rapidement de l’Est vers l’Ouest du pays.

Comme je l’ai fait remarqué dans une colonne récente, la fantaisie complète disséminée par les gouvernements occidentaux et leur pressetituée, disant que “1000 soldats russes ont envahi l’Ukraine” est le summum de l’absurdité.

http://www.paulcraigroberts.org/2014/08/28/washington-piles-lie-upon-lie-paul-craig-roberts/


Malgré cette affirmation absurde, quelques uns des tabloïds occidentaux, presse de caniveau, ce que sont aujourd’hui tous les journaux occidentaux, ont aussi déclaré que ces 1000 soldats russes sont “une invasion à grande échelle”. Tout ce non-sens est une préparation pour la réunion à venir de l’OTAN au Pays de Galles. La désinformation est utilisée pour créer une hystérie totale afin de justifier un musclage de l’OTAN aux frontières de la Russie, chose qui pourrait bien résulter en une guerre finale.

http://www.informationclearinghouse.info/article39543.htm

Posez-vous simplement cette question: Est-ce que la totalité des médias occidentaux est si ignorant et incompétent pour ne pas comprendre qu’une invasion russe de l’Ukraine ne consisterait pas en 1000 soldats (dont on ne peut du reste trouver la preuve de la présence nulle part…), ou bien la totalité de la presse occidentale sert-elle de ministère de la propagande pour Washington et sa clique de va t’en guerre, tout comme ces mêmes médias firent la promotion de l’invasion de W. Bush en Irak, basée sur des preuves fabriquées de toute pièce de la présence d’armes de destruction massive en Irak. Il n’y a que deux conclusions possibles au sujet des médias occidentaux: Ils sont soit complètement abrutis, soit complètement corrompus

Dimitri Orlov vous explique à quoi ressemblerait une invasion russe de l’Ukraine ici:

How Can You Tell Whether Russia Has Invaded Ukraine?

http://www.informationclearinghouse.info/article39547.htm

= = =

 

Les 10 signes pour dire “oui, la Russie a envahi l’Ukraine” de Dimitri Orlov, traduit de l’article en lien ci-dessus par Résistance 71:

 

  1. L’artillerie ukrainienne estt réduite presque immédiatement au silence, il n’y a plus de pilonages des districts résidentiels de Donetsk et de Lougansk. Leurs géolocations ont été rapidement identifiées avant le début de l’opération le jeudi matin et jeudi après-midi, en toute première instance, l’artillerie ukrainienne a été éliminée par des raids aériens, des pilonages d’artillerie et de roquettes sol/sol. Les résidents locaux apprécient grandement la fin de leur horrible calvaire.

 

  1. L’apparence du théâtre d’opérations militaires dans les régions de Donetsk et Lougansk a complètement changé. Alors qu’auparavant les combats impliquaient de petits groupes de combattants, les Russes opèrent par bataillons de 400 hommes et de douzaines de véhicules blindés, suivis par des convois logistiques (camions citernes, camions, systèmes de communication, cantines, hôpitaux de campagne etc…). Le flot de véhicule entrant et sortant d’Ukraine est incessant, complètement visible par les reconnaissances aériennes et les photos satellites. Ajoutez à cela le flot continu de communication radio exclusivement en russe, que tout le monde peut intercepter et l’opération est impossible à cacher.

 

  1. L’armée ukrainienne a rapidement disparu. Soldats et officiers ont enlevé leurs uniformes, abandonné leurs armes et essaient de se fondre de leur mieux dans la population locale. Personne ne pensait que les chances de l’armée ukrainienne contre les russes n’étaient bonnes. La seule victoire militaire ukrainienne contre la Russie s’est produite en 1659 à la bataille de Konotop, mais alors l’Ukraine avait pour alliés les puissants Khanate de Crimée et, comme vous l’avez sûrement remarqué, la Crimée n’est plus du côté ukrainien cette fois-ci.

 

  1. Il y a des barrages routiers russes partout. Les civils locaux passent mais quiconque d’associé avec un gouvernement, domestique ou étranger est détenu pour enquête. Un système de filtrage a été mis en place pour le retour des soldats conscrits ukrainiens dans leurs régions natales, tandis que les volontaires et les officiers sont envoyés dans des centres de détention pour déterminer s’ils ont ou non ordonné que des crimes de guerre soient commis.

 

  1. Les points de passage aux frontières ukrainiennes sont maitenant sous contrôle russe. Certains ont été renforcés avec des systèmes de défense anti-aériens, de l’artillerie et des bataillons blindés afin de dissuader les forces de l’OTAN de tenter une invasion. Les aides humanitaires pour les civils sont autorisées à passer. Les hommes d’affaires sont autorisés à pénétrer en Ukraine une fois les formulaires administratifs remplis (en langue russe).

 

  1. La Russie a imposé une zone d’interdiction aérienne sur tout le territoire ukrainien. Tous les vols civils ont été annulés. Il y a une foule de membres du ministère des affaires étrangères américain, d’agents de la CIA et du Mossad ainsi que des personnels d’ONG occidentales, coincés à l’aéroport Borispol de Kiev. Certains appellent nerveusement sur leurs téléphones satellite. Les politiciens occidentaux demandent leur évacuation immédiate, mais les autorités russes veulent les retenir afin de déterminer leur niveau de complicité dans des crimes de guerre.

 

  1. Les blablateurs ukrainiens habituels, comme le président Porochenko et le premier ministre Iatsenyouk et d’autres, ne sont plus disponibles pour des entretiens avec les médias occidentaux. Personne ne sait vraiment où ils sont. Il y a des rumeurs qui disent qu’ils ont déjà fuit le pays. La foule a pris leurs résidences abandonnées et fut étonnée d’y découvrir qu’elles avaient des toilettes en or massif. On ne trouve plus non plus les oligarques ukrainiens, sauf le chef de guerre Igor Kolomoïsky, qu’on a retrouvé dans sa résidence, abandonné par ses porte-flingues, mort d’une crise cardiaque (contribution du Saker.)

 

  1. Beaucoup des plus de 800 000 réfugiés ukrainiens commencent à revenir de Russie. Ils vivent dans des cités de tentes, beaucoup d’entre eux dans la région de Rostov, mais l’hiver approchant, ils désirent retourner dans leurs maisons maintenant que les pilonages d’artillerie ont cessé. Viennent avec eux des ouvriers de construction russes, des camions de ciment et de béton, des camions remorques transportant de la tuyauterie, des câbles et tout ce qu’il convient pour reconstruire après les bombardements.

 

  1. Il y a une intense activité diplomatique et militaire dans le monde, spécialement en Europe et les forces américaines sont en alerte rouge, les diplomates vont de réunion en réunion. Le président Obama vient de faire une conférence de presse disant “Nous n’avons pas encore de stratégie établie pour l’Ukraine”, ses conseillers militaires lui disent que sa stratégie militaire habituelle de “bombader un petit peu et de voir comment çà évolue après” n’aidera pas en la circonstance…

10. Kiev s’est rendue. Il y a des chars russes sur la place du Maïdan. L’infantrie russe nettoie les quelques restes de la garde nationale ukrainienne. Un couvre-feu a été annoncé. L’opération de la prise de Kiev a ressemblé à celle du “choc et stupeur” de Bahgdad: quelques gros boum suivis de pleurniches.

Ukraine: 6 points pour contrer la propagande occidentale de « l’agression » russe…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 29 août 2014 by Résistance 71

Six mensonges à propos de l’Ukraine: Le narratif de Washington n’est que pure propagande

 

Dimitri Orlov

 

28 Août 2014

 

url de l’article original:

http://cluborlov.blogspot.com/2014/08/propaganda-and-lack-thereof.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

En regard de ce qu’il se passe en Ukraine, j’ai entendu pas mal de voix européennes et américaines disant que oui, Washington et Kiev fabriquent une version totalement fictionnelle des évènements à des fins propagandistes, mais que les Russes font pareil. Ils semblent assumer que si les merdias occidentaux sont infestés de bouffons menteurs et incompétents qui sont trop heureux de répéter la ligne du parti, alors les Russes font pareil, sûrement même pire.

La réalité est bien différente. Bien qu’il y ait un véritable blackout des informations en provenance d’Ukraine à l’Ouest, peu étant montré au delà de quelques photos et des têtes pensantes de Washington et de Kiev, la couverture médiatique des évènements en Russie est incessante, avec des bulletins quotidiens décrivant les mouvements de troupes, des cartes mises à jour des zones de conflit et beaucoup de témoignages de témoins occulaires, de commentaires et d’analyses. Il y a aussi beaucoup de rumeurs galopantes sur les réseaux sociaux russes et international, que je tends à ne pas prendre en considération parce que c’est juste çà: des rumeurs. Dans cet environnement, ceux qui essaieraient de fabriquer un narratif fictionnel, comme les officiels de Washington et de Kiev essaient de le faire, ne survivraient pas très longtemps.

Il y a beaucoup à dire certes sur le sujet, mais ici je désire me limiter à rectifier quelques mauvaises conceptions vraiment, vraiment de base que Washington a tenté de vous imposer au travers de ses blablateurs de leurs médias variés.

 

  1. Ils veulent vous faire croire qu’il y a une invasion russe dans l’Est de l’Ukraine. Ce qu’il se passe en réalité est une guerre civile entre le gouvernement de l’Ukraine occidentale (qui ne dirige plus l’Est du pays de quelque manière que ce soit) et la population russe de l’Ukraine orientale. L’Ukraine s’est désintégrée depuis des décennies, surtout depuis l’indépendance. La cassure était inévitable, mais le catalyste pour cela fut le renversement militaire, le coup d’état, qui a renversé le gouvernement légitime de Kiev et l’a remplacé par des cadres choisis par Washington.

 

  1. Ils voudraient vous faire croire que le gouvernement russe se tient derrière la République Populaire de Lougansk et la République Populaire de Donetsk, les deux régions qui, basé sur les résultats de referendums, ont choisi de se séparer de Kiev. En fait, le gouvernement russe a refusé de reconnaître ces républiques. Elles n’ont reçu aucun soutien politique de Moscou, qui avait demandé que les referendums soient renvoyés à plus tard et qui avait demandé plusieurs fois un cesser-le-feu et une solution négociée internationale pour résoudre le conflit. Le leadership des deux républiques a refusé et vise maintenant une victoire militaire totale.

 

  1. Ils voudraient vous faire croire que le gouvernement russe arme les rebelles en Ukraine Orientale. Au contraire, le gouvernement russe a retiré son soutien militaire, se limitant à apporter des denrées humanitaires aux centaines de milliers de personnes dont les vies ont été détruites par les tirs d’artillerie et de roquettes en provenance des forces ukrainiennes. Les armes dans l’arsenal des “rebelles” sont des trophés, ce qu’ils ont saisi des forces ukrainiennes souvent en déroute. Ceci dit, les “rebelles” sont de fait soutenus, mais par le peuple russe, pas par le gouvernement russe. Rappelez-vous, ces gens sont russes, des deux côtés de la frontière, et le gouvernement ukrainien ne contrôle plus rien du tout là-bas.

 

  1. Ils veulent vous convaincre que la Russie pose une menace pour la paix en Europe et que la crise ukrainienne fait partie d’une stratégie impérialiste russe pour rescuciter l’URSS. Rien ne peut être plus loin de la réalité… L’ambition ultime de la Russie est d’être un pays normal, sujet à la loi internationale, en paix avec le monde et intégré à l’économie mondiale. Le gouvernement russe ne fait pratiquement rien pour empêcher les populations russes appartenant à d’anciens territoires russes de se faire massacrer dans leurs maisons par des tirs d’artillerie ukrainiens sur les populations civiles. Ceci donne un spectacle affligeant, mais le peuple russe comprend bien qu’élargir le conflit militaire au-delà de ce qui est maintenant purement les frontières nationales de l’Ukraine, n’est pas la réponse au problème.

 

  1. Ils veulent vous assurer que Kiev prévaudra éventuellement dans le conflit. En fait, l’armée ukrainienne se fait systématiquemet démolir. Bombarder les civils est la seule activité qu’elle peut encore pratiquer avec succès. Le gouvernement de Kiev a procédé à trois mobilisations générales, l’une après l’autre, envoyant au combat des jeunes et des hommes âgés (l’âge maximum de conscription est maintenant de 60 ans…). Ceux qui refusent la conscription étaient en premier lieu menacés de prison, mais cela ne marche plus, ils sont maintenant menacés de mort. La somme non officielle à payer pour éviter la conscription est de plusieurs milliers de dollars. Ces soldats sont mal armés, mal entrainés, complètement démoralisés et pour la plupart refusent de se battre. L’Ukraine a de moins en moins de tanks et de véhicules blindés, qui datent de l’ère soviétique et qui rouillent depuis des décennies. Il apparaît que l’Ukraine n’a pour ainsi dire plus d’armée de l’air non plus. Les victimes se chiffrent par dizaines de milliers. En juste une semaine, au mois de Juillet, 1400 soldats ukrainiens ont été tués, pour 10 de l’autre côté. Le ratio de décès est de 140:1 et juste ce chiffre raconte en fait toute l’histoire. La guerre est loin d’être finie, mais maintenant pour la première fois les deux républiques autonomes ont ce qui ressemble vraiment à une armée et cette armée va maintenant attaquer, passer à la contre-offensive. Une fois que l’armée ukrainienne se sera complètement effondrée, il restera la force mercenaire maintenue par les oligarques, surtout Kolomoisky qui dirige la région de Dniepropetrosk comme un fief personnel ; il a récemment décidé de prendre en charge les régions limitrophes également. Mais les mercenaires n’aiment pas être tués et jusqu’à un certain point ils demeureront, au-delà ils fuiront. Il semble à terme de plus en plus probable que Kiev va perdre et que l’Ukraine va en fait cesser d’exister.

 

  1. Ils veulent vous faire croire que le gouvernement de Kiev est légitime, populaire et stable. En fait, il y a de grandes manifestations qui se produisent à Kiev en ce moment même. Le pays est au-delà de la banqueroute et s’effondre en temps réel, pas seulement à l’Est, mais partout. Les gens ont faim. Les unités militaires qui fuient l’Est sont de mauvaise humeur et vont bientôt retourner leurs armes contre ceux qui les ont envoyé combattre. Les gens sont plus qu’en colère et il est plus que probable qu’une nouvelle révolution est en train de couver, 6 mois seulement après le tumulte récent.

J’espère que vous pouvez absorber cette information très basique et l’utiliser pour filtrer la propagande que vous lisez dans les journaux occidentaux et que vous voyez et entendez dans les médias audio-visuels (s’ils mentionnent l’Ukraine déjà…). N’assumez pas automatiquement que si votre côté est arrogant et menteur, que l’autre côté l’est aussi. Vous n’avez pas à croire ni à tolérer les mensonges.

Résistance politique: Le grand racket de la guerre thermomètre de santé de l’État…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 7 août 2014 by Résistance 71

Ce texte est à lire en parallèle de ce texte d’Emma Goldman sur le patriotisme que nous avons publié début Juillet: « Le patriotisme une menace pour la liberté », ainsi que cet autre excellent texte de Pierre Kropotkine datant de 1912 « La guerre » que nous avons publié le 11 Novembre 2013… A lire également « La guerre est un racket » du général américain Smedley Butler. N’oublions jamais et l’histoire l’a prouvé encore et encore depuis des millénaires, que la guerre est l’action paroxystique du terrorisme d’état. L’État ne vit, ne croît que par la guerre… La guerre est vraiment la santé de l’état par son complexe militaro-industriel et de la sécurité.

— Résistance 71 —

 

La guerre c’est la santé de l’État

 

Commission des relations de l’Internationale des Fédérations anarchistes

Madrid, 29 mars 2014

 

url de l’article:

http://www.monde-libertaire.fr/antimilitarisme/17102-la-guerre-cest-la-sante-de-letat

 

Dans le monde d’aujourd’hui, comme par le passé, la guerre est une nécessité pour les États afin d’établir leur domination sur les autres parties de la planète, d’unir leurs propres populations derrière eux contre un ennemi extérieur et afin d’augmenter les bénéfices de leurs propres industries d’armement qui sont une part croissante de leurs propres économies. De plus en plus, les grandes entreprises et les institutions financières comme le FMI et la Banque mondiale, en collaboration avec les États comme les États-Unis, la France, la Chine, la Russie, etc., imposent leur domination économique par la force militaire.

En outre, le développement de l’industrie de l’énergie nucléaire conduit à une société nucléaire de contrôle et de centralisation avec des menaces imminentes pour la vie humaine et l’environnement. Les nouvelles technologies (drones, etc.) sont utilisées pour tuer de plus en plus de personnes et pour la surveillance accrue de l’État, y compris le contrôle des frontières de la forteresse Europe contre les immigrants en provenance d’Afrique.

La recherche de minerais pour les industries nationales alimente la lutte des différents blocs afin d’établir un contrôle sur des sources importantes d’uranium, le pétrole et autres minerais. La guerre est intimement liée à la destruction de l’environnement comme la défoliation de la jungle pendant la guerre du Vietnam et l’énorme dégradation de l’environnement avec le bombardement de raffineries de pétrole au cours des guerres du Golfe.

La guerre implique le déplacement de populations entières, la migration forcée et la mise en place d’immenses camps de réfugiés. Elle déclenche la famine avec la destruction des cultures et des récoltes. Les viols de masse sont facilement utilisés comme une arme de terreur et comme un symptôme d’une masculinité déformée, élevée par le militarisme.

L’agitation de menaces extérieures fabriquées – comme celle de l’intégrisme islamique et, une fois de plus, celle de l’« Ours russe » ou de l’agression impérialiste occidentale –, ajoutées à la menace de troubles internes, souvent provoquées par l’État lui-même, est utilisée pour créer un ennemi intérieur, l’ennemi parmi nous, que ce soit des bandes de jeunes ou des groupes politiques. La militarisation croissante de la société est ainsi justifiée, avec le développement de la présence des troupes dans les rues et dans les transports, et une force de police de plus en plus militarisée. Les blocs concurrents – États-Unis, Russie, Chine, Union européenne, etc. – cherchent à asseoir leurs propres sphères d’influence à l’échelle mondiale, conduisant à une tension croissante, comme on peut le voir avec la situation ukrainienne.

Nous nous opposons à la dérive vers la militarisation de la société et l’entraînement à la guerre.

Les différends sur les frontières sont utilisés comme un moyen par les États-nations afin de déclencher des conflits. La solution n’est pas à rechercher dans de micronationalismes (Écosse, Catalogne, etc.) avec le développement de nouveaux petits États avec leurs propres forces armées, mais par une libre fédération des peuples, avec la destruction de l’industrie de guerre, la dissolution des armées, la disparition des frontières et le renversement du capitalisme lui-même. Sur le plan pratique, nous nous opposons à leur entraînement vers la guerre et à la militarisation de la société par des campagnes contre le recrutement militaire, pour le soutien à tous les déserteurs et à tous les opposants à la guerre, pour la désobéissance civile de masse, des blocages et des grèves contre la livraison d’armes et contre les armées.

Pas de frontières. Pas de guerres.

Le partage de toutes les ressources par les populations de l’ensemble de la planète.

Guerre à la guerre !

 

Commission des relations de l’Internationale des Fédérations anarchistes

Madrid, 29 mars 2014

Minuit moins 2 à la pendule de l’apocalypse nucléaire…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , on 1 août 2014 by Résistance 71

Etes-vous prêts pour une guerre nucléaire ?

 

David North & Alex Lantier

 

1er Août 2014

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/chroniques/item/335195-etes-vous-prêt-pour-une-guerre-nucléaire-par-david-north-et-alex-lantier

 

Etes-vous prêt pour une guerre – y compris une éventuelle guerre nucléaire

– entre les Etats-Unis, l’Europe et la Russie? Telle est la question que chacun devrait se poser au vu des événements survenus depuis la destruction du vol de la Malaysian Airlines.

La crise provoquée par les accusations portées par Washington et l’Union Européenne contre la Russie, lui attribuant la responsabilité d’avoir abattu le vol MH17, a rapproché le monde d’une guerre mondiale comme jamais auparavant depuis la crise des missiles cubains en 1962. Mais aujourd’hui, la situation est peut-être plus dangereuse encore. Il y a cinquante ans, le gouvernement Kennedy – redoutant que des erreurs de jugement de part ou d’autre puissent déclencher un échange de tirs nucléaires – avait cherché à maintenir ouvertes les voies de communication et à éviter de diaboliser les dirigeants soviétiques.

Aujourd’hui en revanche, la CIA dirige une campagne de propagande incendiaire contre la Russie et son président, Vladimir Poutine, une campagne qui semble déterminée à provoquer une confrontation militaire directe avec un pays qui dispose du deuxième plus grand arsenal nucléaire du monde. Il n’y a aucun doute que la CIA est en train de mobiliser toutes les ressources et tous les moyens dont elle dispose – au sein des gouvernements, des médias et parmi les universitaires – dans une campagne savamment orchestrée et destinée à empoisonner l’opinion publique avec de l’hystérie anti-russe.

Pour le moment, il n’y a rien qui constitue, même de loin, une explication définitive de la chaîne des événements ayant conduit à la destruction du vol MH17. En dépit de toute l’énorme technologie de surveillance à leur service et qu’elles financent à hauteur de milliards de dollars par an, les agences de renseignement américaines n’ont pas fourni le moindre élément concret de preuve pour étayer les accusations de responsabilité lancées contre la Russie.

Mais si les circonstances physiques entourant la destruction du vol MH17 demeurent inconnues, les objectifs politiques pour lesquels cette tragédie est exploitée eux, ne sont devenus que trop clairs.

Depuis le début de la semaine, les trois magazines d’information à grand tirage les plus influents des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’Allemagne –Time, The Economist et Der Spiegel – publient des articles figurant en couverture qui associent de folles accusations à l’adresse de Vladimir Poutine à l’exigence d’une épreuve de force définitive avec la Russie.

La caractéristique la plus frappante et la plus évidente de ces articles est qu’ils sont quasi identiques. La CIA en a écrit le scénario. Ils recourent tous aux mêmes insultes et aux mêmes inventions. Ils dénoncent le « tissu de mensonges » de Poutine. Le président russe est dépeint comme un assassin de masse « dépravé. »

Comment le président russe doit-il comprendre l’emploi d’un tel langage dans les magazines d’information les plus influents? Il est la cible de la même campagne de dénigrement que celle qui a déjà visé Slobodan Milosevic en Serbie, Saddam Hussein en Irak, Mouammar Kadhafi en Libye et Bachar al-Assad en Syrie. Poutine n’est pas sans connaître l’aboutissement de ces campagnes de propagande. La Serbie fut soumise politiquement par les bombes et Milosevic fut embarqué à La Haye où il mourut mystérieusement en prison. L’Irak fut envahi et Hussein exécuté. La Libye fut également envahie et Kadhafi – au grand amusement de Hillary Clinton – fut sauvagement torturé et lynché. Quant à Assad, les Etats-Unis ont organisé contre lui une insurrection sanglante qui a causé la mort de plus de 100.000 Syriens.

Dans ces conditions, on pourrait difficilement accuser Poutine de paranoïa s’il en concluait que les Etats-Unis et leurs alliés européens veulent sa mort. Par conséquent, faut-il se demander, quel impact pourrait avoir ces soupçons bien fondés sur sa propre ligne de conduite au fur et à mesure que la confrontation s’intensifie ?

Dans les trois articles de couverture, les gouvernements d’Europe de l’Ouestet des Etats-Unis sont pris à partie pour ne pas s’attaquer à Poutine et à la Russie. Les trois magazines adoptent un ton impatient et fâché face à ce qu’ils jugent être une agressivité insuffisante. Ils affirment tous que le temps de la discussion est terminé. Der Spiegel a déclaré « L’épave du vol MH17 est aussi l’épave de la diplomatie. »

Comment faut-il interpréter cette déclaration? Si la diplomatie a échoué, cela ne peut que signifier que la guerre est imminente.

Dans son article « En Russie, un crime sans châtiment, » Time s’en prend à Obama pour avoir demandé à Poutine de contribuer à l’enquête sur le crash au lieu de proférer immédiatement contre la Russie des menaces de guerre. Il écrit, « C’était la crise en résumé : la moindre des choses que Poutine pouvait faire était le maximum qu’Obama pouvait exiger. Le président américain n’a pas annoncé de dates butoires, n’a pas tracé de lignes rouges et pas lancé de menaces. »

L’invocation de « dates butoires », de « lignes rouges » et de « menaces » est le langage de la guerre. Comment interpréter ces mots autrement.?

Time attaque l’Italie et la France et même le gouvernement Obama et la population américaine pour ne pas soutenir une agression contre la Russie : « Poutine n’a pas beaucoup de soucis à se faire en considérant les forces qu’on lui oppose. Obama, en tant que chef d’une nation lasse de la guerre, a exclu toutes les options militaires, dont la fourniture d’armes à l’Ukraine. » Il est clair que Time veut mettre l’option militaire sur la table.

Dans son article de tête intitulé « Un tissu de mensonges », The Economistsuit le même script et accuse l’Occident d’être indécis. « Les Allemands et les Italiens affirment qu’ils veulent maintenir ouverte la voie de la diplomatie, en partie parce que des sanctions mineraient leurs intérets commerciaux. La Grande-Bretagne appelle à des sanctions mais est réticente quand il s’agit de nuire aux affaires rentables de la City de Londres avec la Russie. L’Amérique a un discours musclé mais n’a rien fait de nouveau. »

Cette campagne médiatique coordonnée est déjà en train de produire l’effet désiré. Mardi, l’administration Obama et l’Union européenne ont annoncé qu’ils s’étaient mis d’accord sur une nouvelle série de sanctions, plus agressives. On interprète ces mesures comme des mesures de transition vers ce que l’éditorialiste du Financial Times Wolfgang Munchau décrit comme « La bombe atomique de la guerre financière ». L’article de Munchau a été publié non seulement dans le Financial Times mais encore dans Der Spiegel.

A travers une combinaison de menaces militaires et de strangulation économique, les Etats-Unis et l’UE se sont mis à déstabiliser la Russie. Comme le montrent clairement leurs références constantes aux oligarques russes, ils espèrent que les sanctions financières vont encourager la constitution d’un complot visant à renverser ou même à assassiner Poutine. Un régime envisagé ainsi par Washington transformerait la Russie en un protectorat néo-colonial, entièrement subordonné à l’impérialisme américain sur le plan politique, économique et militaire.

Bien sûr, si Poutine changeait de cours et se conformait aux exigences américaines, la campagne médiatique ferait les ajustements nécessaires. Les événements peuvent cependant prendre une direction qu’aucun scénario de la CIA n’aura prévue.

L’irresponsabilité d’une politique de déstabilisation de la Russie, une puissance contrôlant le second en importance des arsenaux nucléaires du monde, est effarante. Dans une situation où les forces militaires de toute l’Europe de l’est et de la région de la Mer Noire sont en alerte et où des forces ukrainiennes et russes échangent des tirs d’artillerie de part et d’autre de leurs frontières, la possibilité d’une erreur de jugement devient de jour en jour plus grande.

Quel que soient les résultats à court terme du cours suivi par les Etats-Unis et les pouvoirs impérialistes européens, à long terme il mène inexorablement à la guerre, avec les conséquences cataclysmiques que cela implique. Le plus grand danger pour la classe ouvrière est que des décisions sont prises dans les coulisses, la masse des gens n’étant pas, pour la plus grande partie, consciente des dangers auquels la population mondiale est confrontée.

Il y aura cent ans cette semaine que la Première Guerre mondiale fut déclenchée par de petites cabales de ministres, de monarques et d’intérets économiques de toute l’Europe et dont la décision de tout miser sur une victoire dans la guerre a conduit à de nombreux millions de morts. Aujourd’hui, des forces similaires mettent en marche une dynamique menant à une conflagration qui pourrait aboutir à la destruction de la planète.

Il n’y a aucun moyen d’arrêter ce mouvement vers la guerre si ce n’est par une intervention politique consciente de la classe ouvrière. Quiconque croit qu’une guerre nucléaire est impossible parce que les gouvernements modernes, à l’opposé de ceux au pouvoir en 1914, ne prendraient pas le risque d’une catastrophe, se fait des illusions. Les régimes existant aujourd’hui sont peut-être encore plus irresponsables que ceux de l’époque. Assaillis par des problèmes économiques et sociaux pour lesquels ils n’ont pas de solution progressiste, ils sont de plus en plus enclins à voir la guerre comme un risque valant la peine d’être encouru.

Propagande et faux-drapeau: L’affaire du vol MH17 fait-elle partie du plan de construction de la 3ème guerre mondiale ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , on 27 juillet 2014 by Résistance 71

Le vol MH17 et l’option troisième guerre mondiale

 

Dean Henderson

 

22 juillet 2014

 

url de l’article original:

http://hendersonlefthook.wordpress.com/2014/07/22/flight-17-the-ww-iii-option/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Peu de temps après que le ministre des affaires étrangères John Kerry ait poussé ses “preuves” que les rebelles de l’Ukraine orientale aient travaillé directement avec l’armée russe pour déployer des batteries de missiles anti-aériens SA-11 pour abattre le vol MH17 de la Malaysia Airline, le chef de la défense russe Sergeï Choïgou a tenu sa propre conférence de presse, où il a déclaré que la Russie possède les images satellites d’un chasseur ukrainien Su-25 qui se trouvait dans l’espace aérien du vol MH17 lorsque ceui-ci fut abattu.

La Russie n’a absolument aucune raison de perpéter cette action. Depuis la prise de pouvoir fasciste d’un milliardaire en Ukraine en Février, la Russie a montré une retenue extrême tout en s’engageant dans une diplomatie économique incluant un accord gazier avec la Chine de plus de 400 milliards de dollars, la formation d’une Union Economique Eurasienne avec la Biélorussie et le Kazakhstan et le lancement d’une Banque de Développement de la BRICS d’une valeur de 100 milliards de dollars lors de la tournée sud-américaine de Poutine.

Les banksters internationaux, d’un autre côté, ont tous les motifs pour faire abattre cet appareil. L’incident porte tous les stigmates d’un évènement faux-drapeau perpétré pour donner une couverture au bain de sang auquel se livre de nouveau Israël à Gaza, tout en regonflant l’économie mondiale au travers d’une escalade vers la guerre contre ces pénibles Russes. Ajoutez à cela la mort dans l’incident d’un grand nombre de spécialistes mondiaux sur le SIDA qui étaient à bord du vol MH17 en route pour une conférence internationale et aussi le fait que la Malaisie a toujours été une épine dans le pied d’Israël (des Rothschild)…

Alexandre Lebedev, un ancien milliardaire à qui appartient les journaux britanniques de l’Independant et de l’Evening Standard a dit qu’il était profondément pessimiste quant à la possible réparation de la relation entre la Russie avec les Etats-Unis et ses alliés européens après les accusations américaines.

“L’horloge a été ramenée aux années 1980, au faîte de la guerre froide, mais dans les années 1980, les deux côtés se contenaient l’un l’autre, maintenant nous avons une guerre ce qui est pire”, a dit Lebedev, qui fut un officier du renseignement russe à Londres.

L’abattage du vol MH17 est la seconde fois cette année qu’un jumbo jet de la Malaysia Airline disparaît dans des circonstances désastreuses. Le 8 Mars le vol MH370, transportant 227 passagers et 12 membres d’équipage a disparu lors d’un vol de liaison entre Kuala Lumpur et Pékin.

Après la recherche internationale la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire de l’aviation civile, le destin du vol MH370 demeure un mystère.

Quelques chercheurs ont suggéré que le vol MH370 a été capturé par les Etats-Unis et a été amené sur la base aérienne stratégique américaine de Diego Garcia dans l’Océan Indien. Il y a plusieurs éléments soutenant la théorie de Diego Garcia, incluant la zone de contact du cellulaire du co-pilote et le virage plein ouest de l’avion, tous deux étant consistant avec une trajectoire de vol vers l’île. Il y a aussi eu un message et une image liés à un passager.

Peu de temps après la disparition de l’avion, un message fut posté sur le site 4chan disant: “Je suis retenu en otage par des personnels militaires inconnus après que mon vol ait été détourné. Je travaille pour IBM et j’ai pu cacher mon téléphone cellulaire dans mon anus pendant le détournement. J’ai été séparé du reste des passagrs et je suis dans une cellule. Mon nom est Philip Wood. Je pense que j’ai été drogué car je ne peux pas penser clairement.

La photo accompagnatrice en format Exif a identifié non seulement le téléphone iPhone et le groupe date/heure d’une photo prise peu de temps avant la transmission, mais aussi les coordonnées GPS qui pointent exactement là où se trouve Diego Garcia. Il a été affirmé que l’image était bidouillée car au moins une version suggérait la manipulation par l’utilisation d’un logiciel Picasa bien que le site Jim Stone Freelance dit qu’il a eu une copie originale avant un hacking sévère, réfutant les variantes comme étant un “shillage”, a donné un capture d’écran de la lecture originale des coordonnées GPS, a rejeté la notion que le camouflage était physiquement intenable, réfuté l’affirmation que Wood n’a jamais été un ingénieur chez IBM ou même avoir été sur le vol (citant les manifestes passagers et le profile LinkedIn de Wood) et cité une source militaire attestant d’un service de téléphonie sans fil sur la base de Diego Garcia. De plus, une capture d’écran circulait, prise sur le site de la base américaine et indiquant que le traffic aérien sur Diego Garcia avait été suspendu pour 72 heures exactement dans la fourchette de temps où le vol MH370 aurait pu y attérir.

Stone a aussi suggéré que certains ingénieurs chinois à bord avaient une familiarité clé avec un nouveau système opératoire chinois qui n’aurait pas de backdoors (portes dérobées) accessibles aux Etats-Unis via la NSA. Des traitements similaires de motif ont questionné le passage légal de droits lucratifs de patente vers un groupe contrôlé par les Rothschild: Blackstone Group.

Sous la variante d’un autre motif, une affirmation provenant d’une source informée diffusée sur une émission de radio de grande écoute, a suggéré qu’en février 2014, le détournement d’un convoi par les Talibans résulta en la capture d’une technologie de contrôle de drones, qui fut vendue à la Chine par la Malaisie et envoyé en Chine au moyen de ce vol MH370. Dans ce scenario, les Etats-Unis et Israël ont mis à bord des agents pour se coordonner avec le système de brouillage d’AWACS afin de détourner le vol sur Diego Garcia, de désembarquer l’équipement et de téléguider de nouveau le vol vers l’océan pour l’y faire se crasher tandis que les passagers étaient déjà morts asphyxiés suite à une dépressurisation volontaire de la cabine.

La Malaise n’a aucune relation diplomatique avec Israël. L’ancien premier ministre de la Malaisie de 1981 à 2003, Mahatir Mohamed, a souvent accusé ses critiques d’être des agents sionistes et a accusé les sionistes de vouloir endommager l’intégrité de la Malaisie et d’essayer de détruire l’Islam.

Mahatir a déclaré qu’il croit que le vol MH370 a été détourné électroniquement en utilisant la fabrique de données et de systèmes à bord des B777 et de leur système de gestion de vol. Ceci demande un accès au système de sécurité du B777 par des portes dérobées déjà programmées dans le codage du logiciel. Mahatir a récemment déclaré: “Clairement, Boeing et certaines agences ont la capacité de prendre un contrôle ininterrompu des avions de lignes commerciaux dont le B777 vol MH370 fait partie.

Le scientifique du SIDA de renommée mondiale Joep Lange et plusieurs autres scientifiques et activistes du SIDA se trouvaient à bord de vol MH17. Dans une adresse à la nation vendredi dernier, le président Obama a dit: “Près de 100 personnes, presqu’un tiers des 298 passagers à bord de ce vol, se rendaient à la conférence internationale sur le SIDA de Melbourne en Australie.

Considérant la propension des Rothschild à frapper les scientifiques qui osent interférer avec leur agenda de dépopulation du monde, dont le SIDA est un composant clé, ceci n’est pas une coïncidence. Ceci nous rappelle la poussée de mortalité chez les microbiologistes après la fameuse frayeur, terreur à l’anthrax aux Etats-Unis juste après les attentats du 11 septembre 2001.

Toutes choses considérées, il semble évident que les mêmes personnes qui sont derrière le massacre de Gaza soient aussi derrière l’abattage du vol MH17. L’offensive au sol israélienne contre Caza a commencé le même jour où le vol MH17 a été abattu.

Avec ce faux-drapeau, les banksters emmenés par les Rothschild, exposés et haïs, à court d’options économiques pour étouffer la dépression déflationnaire globale qui vient, sont en train de mettre en place l’option troisième guerre mondiale.

Empire et géopolitique: Le changement de la doctrine militaire américaine… « Bomb, bomb, bomb Russia » (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 juin 2014 by Résistance 71

Êtes-vous prêts pour la guerre nucléaire ?

 

Paul Craig Roberts

 

4 Juin 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/06/03/ready-nuclear-war-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Faites bien attention à la colonne de l’invité de Steven Starr sur “La létalité des armes nucléaires”: http://www.paulcraigroberts.org/2014/05/30/lethality-nuclear-weapons/ Washington pense que la guerre nucléaire peut-être gagnée et planifie une première frappe nucléaire sur la Russie et peut-être la Chine, afin de prévenir tout défi à son hégémonie mondiale.

Le plan est dans un stade déjà bien avancé et sa mise en application est en cours. Comme je l‘ai rapporté auparavant, la doctrine stratégique américaine a changé et le rôle des missiles nucléaires a été élevé de celui de rôle de frappe en retour à celui de frappe offensive. Des bases de missiles anti-balistiques (MAB) ont été établies en Pologne à la frontière avec la Russie et d’autres bases sont en cours d’établissement. Une fois terminée la mise en place, la Russie sera complètement encerclée par des bases de missiles américaines.

Les MAB, connu aussi sous le nom de “guerre des étoiles”, sont des armes faites pour intercepter et détruire les Missiles Balistiques Inter-Continentaux (MBIC ou ICBM en anglais). Dans la doctrine guerrière de Washington, les Etats-Unis frappent la Russie en premier et quelque soit la force de rétaliation dont dispose encore la Russie, celle-ci est empêchée d’atteindre les Etats-Unis par les MAB. La raison donnée par Washington pour changer sa doctrine de guerre est la possibilité que des terroristes puissent obtenir une arme nucléaire avec laquelle ils pourraient détruire une ville américaine. Cette explication est un non-sens total. Les terroristes sont des individus ou un groupe d’individus, pas un pays ayant un pouvoir de menace militaire. Utiliser des armes nucléaires contre des terroristes détruirait bien plus que les terroristes et serait inutile dans la mesure où une frappe par missile conventionnel embarqué sur drone serait bien suffisant.

La raison donnée par Washington pour sa base de MAB en Pologne est de protéger l’Europe des MBIC iraniens. Washington et les gouvernements européerns savent que l’Iran n’a aucun MBIC et que l’Iran n’a aucune intention manifeste d’attaquer l’Europe.

Aucun gouvernement ne croit aux raisons invoquées par Washington. Chaque gouvernement réalise que les raisons de Washington ne sont que de faibles tentatives de masquer le fait qu’il est en train de créer la capacité au sol de gagner une guerre nucléaire.

Le gouvernememt russe comprend que le changement de la doctrine de guerre américaine et la construction de bases de MAB à ses frontières est dirigée contre la Russie et est une indication évidente que Washington planifie une frappe nucléaire initiale contre la Russie.

La Chine a aussi compris que les intentions sont les mêmes à son encontre. Comme je l’ai écrit il y a plusieurs mois, en réponse à la menace de Washington, la Chine a appelé l’attention du monde en signifiant sa capacité de détruire les Etats-Unis si Washington initiait un tel conflit.

Quoi qu’il en soit, Washington pense qu’il peut gagner une guerre nucléaire avec peu ou pas de dommages aux Etats-Unis. Cette croyance rend la possibilité de cette guerre encore plus possible (et plausibe).

Steven Starr est clair, cette croyance est fondée sur l’ignorance. Une guerre nucléaire n’a aucun vainqueur. Même si les villes américaines étaient sauvées de la frappe en retour par les MAB, les effets des radiations et de l’hiver nucléaire qui s’en suivraient après la destruction de la Russie et de la Chine, détruiraient également les Etats-Unis.

Les médias, maintenant concentrés en très peu de mains de manière si convéniente, sont complices en ignorant ce problème. Les gouvernements des états vassaux de Washington en Europe de l’ouest et de l’est, au Canada, en Australie et au Japon, sont aussi complices, parce qu’ils acceptent cet état de fait et le plan de Washington en lui fournissant ces bases pour pouvoir le réaliser. Le gouvernement polonais dont l’insanité ne fait plus de doute, a probablement signé l’arrêt de mort de l’humanité. Le congrès des Etats-Unis est complice, parce qu’aucun débat, aucune enquête ne sont faits au sujet des plans de la branche exécutive de déclencher une guerre nucléaire.

Washington a créé une situation très dangereuse. La Russie et la Chine étant clairement menacées d’une frappe nucléaire initiale, elles pourraient bien décider elles-mêmes de frapper en premier. En effet, pourquoi la Russie et la Chine devraient-elles attendre gentiment l’inévitable, tandis que leurs adversaires créent la capacité de se protéger en développant un bouclier AMB ? Une fois que le bouclier sera terminé, la Russie et la Chine seront certaines qu’elles seront attaquées, à moins qu’elles ne capitulent avant.

Ce rapport de 10min ci-dessous émanant de Russia Today (RT) clarifie que le plan secret de Washington pour une frappe nucléaire initiale contre la Russie n’est pas en fait un secret. Le rapport clarifie également que Washington se prépare à éliminer tous leaders politiques européens ne s’alignant pas avec son plan.

http://rt.com/shows/the-truthseeker/162864-us-plans-strike-russia/
A transcript is provided by Global Research: http://www.globalresearch.ca/us-plans-first-strike-attack-on-russia-or-china/5384799

Alors les lecteurs vont me demander: “Mais que pouvons-nous faire ?” Voici ce que vous pouvez faire. Vous pouvez mettre un terme au ministère de la propagande en refusant d’allumer vos télés, de regarder Fox News, CNN, the BBC, ABC, NBC, CBS, en arrêtant de lire le New York Times, le Washington Post, le LA Times. Sortez tout simplement des médias officiels. Ne croyez pas un mot de ce que vous dit le gouvernement, Ne votez pas. Comprenez que le mal est concentré à Washington. Au XXIème siècle (13 ans et demis), Washington a détruit en partie ou totalement 7 pays. Des millions de gens ont été assassinés, estropiés, déplacés et Washington n’a montré absolument aucun remord ou quoi que ce soit s’en approchant ; les églises “chrétiennes” non plus du reste. La dévastation que Washington a infligé est dépeinte comme étant un grand succès (de la démocratie). Washington a prévalu.

Washington est absolument déterminé à prévaloir et le mal absolu que Washington représente mène le monde à la destruction.

= = =

Note de Résistance 71: Adaptons les conseils de Roberts à la France pour son ministère de la propagande:

Arrêtez de lire Le Monde, Le Figaro, Libération, La Croix, le Nouvel Obs, l’Express, le Point, et le reste de la fange de la “presse” écrite. Ne croyez pas un mot de ce que raconte le gouvernement, quelque gouvernement que ce soit, qui n’est, comme le disent si bien les compañeras et compañeros du Chiapas au Mexique, que le mauvais gouvernement, par opposition au bon gouvernement du peuple (autonome et autogéré). Éteignez vos télés, cessez de regarder les inepties de TF1, A2, FR3, ITV, BFM-TV, Canal +, M6 et leur pendant radiophonique Europe 1, RTL, RMC, France-Inter et le reste.

Ne votez pas (plus) !

Le temps est venu de résister à ces institutions néfastes suppôts du mauvais gouvernement complice et vassal de l’empire anglo-américain destructeur et oppresseur.

Écoutez le grand historien Howard Zinn au sujet de la société libre (libérée):

http://www.youtube.com/watch?v=6s2z9lefWaA

¡Ya Basta!

Inévitable guerre ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , on 27 mai 2014 by Résistance 71

“Dans toutes les guerres de ce dernier quart de siècle on trouve la main de la haute finance.” (Pierre Kropotkine, 1912)

 

L’horreur est humaine

 

Résistance 71

 

27 Mai 2014

 

Nous avons précédemment traduit un article du Dr. Paul Craig Roberts, qui expliquait à l’aune de la journée de la commémoration au pays du goulag levant (ex-USA), pourquoi il pensait que la guerre devenait inévitable. La guerre n’a rien de “romantique”, la guerre, c’est toujours les riches qui se font battre entre eux les pauvres pour que les nantis continuent à se prélasser et s’engraisser, comme ces éternels profiteurs des guerres: les banquiers et gros industriels (pas seulement de l’armement…)

L’empire anglo-américano-sioniste nous mène à cette guerre dont il a besoin pour survivre. Ses jours sont comptés, ses oligarques le savent… Emmener le monde à la guerre a toujours sauvé les oligarchies occidentales.

L’oligarchie divise et attise historiquement nationalismes et patriotismes imbéciles et béats. Pour faire la guerre, il faut des idiots convaincus. La machine propagandiste enclanche la surmultipliée et les opérations fausses-bannières ressortent des placards.

La gloriole guerrière et l’idéalisation de l’exaltation patriotique par la promotion d’un racisme souvent non masqué sont les deux mammelles de l’infâmie de ce racket planétaire. Il suffit de constater les montés des extrémismes de droite, soutenus, comme en Ukraine, par l’empire.

Pour les indécrotables va t’en guerre, la guerre c’est çà :

http://cryptome.org/2014-info/memorial-day/memorial-day-2014.htm

La solution ? Il suffit de dire NON ! et tout s’arrête…

= = =

A lire:

“La guerre”, Pierre Kropotkine, 1912

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Guerre_(Kropotkine)