Archive pour trafic pétrole turquie kurdistan EIIL daesh

Guerre coloniale au Moyen-Orient: La forfaiture de la vraie fausse indépendance du Kurdistan sous l’égide impérialiste… (Veterans Today)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 22 septembre 2017 by Résistance 71

A lire: “Que se passe t’il au Rojava ? Le Confédéralisme Démocratique a t’il été trahi ?”

« Manifeste pour un Confédéralisme Démocratique » 2011

Gordon Duff de VT est un spécialiste de l’endroit où il a vécu (nord de l’Irak, “Kurdistan d’Irak”) et a travaillé. Duff nous rejoint tout à fait pour confirmer que le nœud de l’affaire est le “Kurdistan” mafieux de Barzani à la solde de la CIA depuis des lustres et que ce qu’il se passe au Rojava est une trahison du Confédéralisme Démocratique du peuple kurde de cette région et de l’autonomie kurde par quelques mafieux corrompus du PYD. Le but pour l7empire, étant de relier le “Kurdistan occidental” (syrien) au “Kurdistan oriental” (irakien) sous la même bannière mafieuse contrôlée par l’empire. 

Duff le dit clairement, la corruption et le chantage sont à l’œuvre et le plan israélo-yankee ne pouvait pas fonctionner avec le CD des assemblées populaires en place. Il fallait impérativement casser le CD et imposer une forme étatique “édulcorée” pour donner le change, ceci fut fait l’an dernier avec l’application de cette escroquerie qu’est le “contrat social du Rojava” (suffit de le lire pour s’en convaincre… ce n’est qu’un document constitutif d’un état n’ayant rien à voir avec le CD établi et renforcé depuis 2012 au Rojava). Une fois ce “contrat social” en place, le CD devient impossible et la jonction avec le Kurdistan d’Irak et sa mafia devient une réalité voulue et planifiée par l’empire. Tel est le plan et il est impossible pour tout anarchiste ayant les idées en place, de soutenir une telle forfaiture ! Telle est notre vision de la chose et G. Duff confirme notre position avec cet article ci-dessous.

~ Résistance 71 ~

 

Kurdistan et le voile de mensonges

 

Gordon Duff

 

20 septembre 2017

 

url de l’article:

https://www.veteranstoday.com/2017/09/20/neo-kurdistan-and-the-veil-of-lies/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Avec le vote au referendum kurde à venir (NdT: en Irak le 25 septembre), plusieurs choses sont claires, “claires comme du jus de chaussettes” comme on dit. Après tout, tout le monde aime bien les Kurdes, les gens les plus charmants et gentils de la planète. Est-ce pour ça que les Turcs les ont massacrés ou que Baghdad est sens dessus-dessous à ce sujet ou pourquoi, lorsqu’on remonte un peu dans le temps, le président américain George H.W Bush (le père) a permis à un Saddam Hussein vaincu de gazer à mort 30 000 Kurdes avec l’accord tacite des Américains ?

Peut-être que ce n’est pas en fait le peuple kurde en lui-même, mais quelque chose d’autre. Nous allons analyser ce vote à venir et ceux qui sont impliqués derrière le rideau. Commençons.

Le referendum kurde est, peut-être, l’évènement le plus mal documenté et le plus mal rapporté des temps récents. Pour l’avide consommateur de fausses nouvelles, le peuple kurde veut avoir un gouvernement indépendant et ne plus être dirigé par Baghdad. Ceci est vrai, bien que saupoudré de faits alternatifs, de pirouettes et de conjecture. En réalité, nous assistons à l’escroquerie du siècle.

Allons droit au but sans perdre de temps inutilement. La nouvelle nation kurde sera un “fourre-tout” pour les clients qui ont manipulé le peuple kurde comme des marionnettes  au travers de leur leadership oligarchique. Et oui, nous parlons ici de gros comptes en banque suisses et de bien des années d’affiliation avec les agences de renseignement israélienne, américaine, turque et saoudienne.

Le peuple kurde lui-même, peut-être parmi les peuples les plus décents et les plus enclins au pardon de la planète, possède quelques uns des biens les plus précieux sur Terre. Il est assis sur d’énormes réserves de pétrole et de gaz naturel, est sur la route des oléoducs et, peut-être de manière plus importante, peut–être modelé en une nation en forme de serpent s’étendant de la Méditerranée en Syrie, à travers cette nation, à travers l’Irak, vers l’Iran et la Mer Caspienne.. Les Kurdes qui ne désirent que leur diaspora disséminée dans le monde, retourne à la maison, vers la sécurité et la stabilité, vont se retrouver une nouvelle fois “dans la panade”. Voyez-vous, il n’y aurait jamais eu d’EIIL/Daesh en Irak sans ll’accord fait entre les anciennes forces baathistes de Saddam, l’armée construite par le général américain David Petraeus (NdT: avant qu’il ne devienne directeur de la CIA sous Obama, aujourdhui en “disgrâce”..), le tout combiné avec le fric saoudien (NdT: et qatari), l’entraînement fourni par la CIA et les conseillers militaires en armement d’Israël.

Les excellents hôtels de la ville d’Erbil et non plus le seul hôtel d’il y a 10 ans le “Erbil International”, ont depuis des années maintenant été les lieux d’hébergement des équipes des ISR (Intelligence/Reconnaissance and Surveillance), qui ont aidé l’EIIL à devenir cette force militaire crainte.

Erbil, avec son aéroport international, était le véritable QG de l’EIIL/Daesh. Des “hommes d’affaire” travaillant pour des compagnies pétrolières imaginaires entraient et sortaient sans cesse, des agences de sécurité les escortaient au “front”, eux et leur expertise, leur équipement haute technologie, les yeux et les oreilles et la planification stratégique de l’Etat Islamique, d’Al Nosra (NdT: Al Qaïda en Syrie), de l’Armée Libre Syrienne et de douzaines d’autres groupes.

De l’équipement lourd qui ne fut pas seulement suppléé par des traîtres payés par la CIA en Syrie et en Irak et qui détournèrent des milliards de matos militaire vers les terroristes, inondèrent les ratières, Aqaba en Jordanie, Israël, l’Arabie Saoudite, mais surtout la route des Balkans à travers la Turquie, tout y passa, des gaz chimiques jusqu’aux missiles les plus avancés TOW (anti-chars).

Derrière tout ceci est l’histoire, pas seulement de ces 20 dernières années, mais de milliers d’années, alors que le Moyen-Orient fut martelé par un empire après l’autre, les plus importants comme l’Egypte, l’empire perse, l’empire ottoman ou les derniers “acteurs colioniaux vif-argent” en date comme les Français, les Britanniques et maintenant les Américains. Le Kurdistan était Sumaria et Chaldea, Ur et Nineveh, 6000 ans d’histoire commençant avant les contes de la création des derniers venus israélites.

Nous reconnaissons les Kurdes comme une ethnicité unique et ce dès le XVème siècle lorsque commença leur relation bancale avec la Turquie et l’empire Ottoman ; un de ces épisodes étant combattu aujourd’hui, quelques 500 ans plus tard, dans le nord de la Syrie actuelle.

Alors que l’occident divisait le Moyen-Orient à la fin de la grande guerre, créant de telles entités telles que la Turquie moderne et le royaume des Saoud, il n’y eut pas de patrie pour les Kurdes, un peuple laissé à la dérive de l’histoire, un peu beaucoup comme les Palestiniens dans l’après seconde guerre mondiale. Là où les Palestiniens furent expulsés et marginalisés, les Kurdes existaient comme une petite épine dans le pied du géant turc jusqu’à ce que l’heure sonne pour la CIA de se servir d’eux contre Saddam Hussein.

De là, La CIA a infiltré les régions kurdes de l’Iran, fomentant la discorde dans l’après révolution islamique de 1979, évènement qui fut si catastrophique pour les intérêts des Etats-Unis.

Israël a utilisé les Kurdes pour infiltrer l’Irak, espionnant sur les programmes d’armement de Saddam en achetant son chemin au sein des tribus dissidentes qui joueraient un rôle lorsque Saddam serait parti. Est-ce que ce fut Israël qui manœuvra Saddam dans l’invasion du Koweît, servant de relais à l’accord des Américains pour l’incursion de Saddam et qui fut complètement soutenu par Bush (père), du moins initialement ?

Est-ce un des premiers évènements où le nexus israélo-saoudien montra sa sale tête ? Ceci serait-il aussi un signe montrant à quel point est importante la pénétration des affaires étrangères américaines par les entités israélienne, saoudienne et turque ? La montée des nouveaux cons à la fin des années 1990 fut-elle un autre signe ? Quid du 11 septembre ?…

La “situation” kurde aujourd’hui n’est peut-être qu’un “plan de secours” considérant la défaite à venir de l’EIIL. Si Trump est contrôlé par une agence de renseignement étrangère, ne serait-ce pas bien plus possible que ce soit celle d’Israël plutôt que celle de la Russie ? Est-ce que l’action de l’Amérique, poussant les Kurdes sur Deir Ezzor et vers une confrontation directe avec l’Armée Arabe Syrienne et la Russie sur place, ne va pas bien servir les intérêts d’Israël ? L’effort simultané saoudien offrant ses “bons services” pour régler la dispute Erbil/Baghdad n’est-il pas aussi cousu de fil blanc ?…

Si l’Amérique de Trump est, comme bon nombre le suspecte, un état-client israélo-saoudien, l’effort concerté de l’AS, d’Israël et des Etats-Unis pour utiliser un état kurde comme un tremplin pour bouger contre l’Iran et renouveler le terrorisme dans toute la région, ne serait-il pas une certitude ?…

La Turquie d’Erdogan va t’ellle laisser passer, minimisée, dépassée, bloquée qu’elle est par sa demande d’intégration dans l’UE ou une alliance rivale va t’elle se former ?… Est-ce que le Pakistan, maintenant en porte-à-faux avec les Etats-Unis, va t’il finir pas se séparer de l’AS ? Reconnaissant l’effort de cette nation en Afghanistan et le rôle négatif qu’il a eu sur la sécurité pakistanaise ?…

Quand on examine les intérêts nationaux et le contexte historique, on ignore souvent trop simplement la simple corruption et le chantage et le rôle que joue de tels efforts sur la scène internationale ?

La plupart de la “magie” derrière l’EI était simplement cela, corruption et chantage, les généraux Irakiens et Syriens et même des gouvernements entiers siégeant à Washington, Erbil et Ankara. Sans une plus grande “boîte à outils”, le referendum à venir va peut-être bien fournir le terreau pour une nouvelle génération de massacres, la dernière des choses que veuille le peuple kurde…

Attentats de Paris, Bruxelles, guerre impérialiste au Levant et mafia financière transnationale… L’EIIL ou Daesh n’existe pas en Irak !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, désinformation, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 24 mars 2016 by Résistance 71

En Novembre 2015, suite aux attentats de Paris, nous avons fait un historique de ce qu’est l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL) devenu État Islamique ou “daesh”, d’où il provient, quels sont les objectifs et qui est derrière.
Cet article de VT va au-delà de la conspiration étatique mise à jour au travers des médias alternatifs et est d’une actualité brûlante alors que “l’EI/Daesh” aurait une nouvelle fois frapper à Bruxelles cette fois-ci.
Si ce qui est dit dans l’article ci-dessous se vérifie, les conséquences sont gigantesques, car cela prouve que les États ne sont en fait que des paravents pour un cartel criminel mafieux transnational, qui a déjà été identifié en ces entités financières que sont la City de Londres et Wall Street.
Au sujet de ce qui est dit dans l’article de Gordon Duff, nous voudrions faire une remarque qui ne peut que s’imposer à sa lecture: devant l’ampleur de la supercherie et du pillage en cours de la plus grosse réserve de pétrole connue au monde, il est à notre sens totalement impossible que les grandes puissances “ignorent” tout cela. Un oléoduc qui pète, çà fait un chambard et de la fumée qui se voient depuis les satellites en orbites, qui peuvent zoomer au m2 près… C’est à dire que les yanks savent, sont complices et en croquent, puisqu’ils ont créé l’ossature de l’EIIL en Irak avec AQI puis AQIL ; quant aux Russes, ils savent de toute évidence et ont bombardé à la frontière irako-turque, reste à savoir juqu’où va l’implication russe dans cette affaire ?
La question finale demeure: jusqu’à quand nous laisserons-nous duper ? L’ironie de l’histoire nous renvoie aux deux visages de l’allégorie Janus: les Kurdes d’Irak de Barzani soutenus par Ankara et Washington sont les acteurs du mal et les Kurdes du PKK turc et de son extension syrienne, menés par son leader emprisonné Abdullah Ocalan sont dans le même temps l’espoir démocratique et confédéraliste pour un Moyen-Orient au bord de la destruction totale. Là réside vraisemblablement le “bien” que Duff reconnaît ne pas trouver dans sa conclusion. Il est de plus en plus clair qui nous, les peuples, devons soutenir…

~ Résistance 71 ~

Article connexe: RT révèle des documents prouvant le trafic pétrolier entre la Turquie et l’EIIL/Daesh…

https://francais.rt.com/international/17905-ankara-documents-syrie-trafic-petrole

 

L’EIIL, État Islamique est-il une fumisterie ?

Gordon Duff

23 Mars 2016

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/03/22/neo-is-isis-a-scam/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les guerres peuvent être des cibles mouvantes de longue durée, où même des années en cours, de nouvelles pièces du puzzle sont toujours trouvées ou découvertes alors qu’elles manquaient. Aujourd’hui, nous faisons le grand plongeons dans le grand bain de la situation en Irak et ce en prenant une totalement nouvelle approche de ce qu’est effectivement l’EIIL ou EI/Daesh en Irak (NdT: gardons ceci à l’esprit: il s’agit d’une analyse de la situation de l’EI en IRAK et non pas en Syrie… On ne parle que de l’Irak ici… très important de ne pas tout confondre…).

Gordon est particulièrement à même de peser ici sur cette affaire car il a été stationné à Erbil après la guerre en Irak dans une position d’observateur pour l’ONU, travaillant avec les Kurdes (NdT: Il s’agit ici des Kurdes d’Irak, du “Kurdistan”, zone autonome irakienne, présidé par Massoud Barzani et soutenu à la fois par Ankara et Washington… Il ne s’agit en AUCUN CAS des kurdes du PKK d’Irak et de Syrie… rien à voir, important de bien comprendre les enjeux ici…) et il a cotoyé et bien connu Barzani lui-même. Une part clef de son travail était d’être un intermédiaire pour développer les valeurs économiques de la région productrice de pétrole du nord de l’Irak.

Gordon a été visiter chaque puit de pétrole du nord de l’Irak, il a vu les résultats des tests de qualité du pétrole extrait (comme son contenu en soufre), il a travaillé sur les coûts de transport vers l’oléoduc le plus proche pour aider à déterminer le prix du baril. Il n’a pas appris vite de cette expérience d’Erbil, mais obtint une longue histoire dans le monde des contractants du pétrole avec des transactions couvrant jusqu’à 30 ou 40 pays.

VT a une longue expérience et lorsque nous obtenons de nouvelles information, nous faisons des mises à jour pour notre lectorat, car ceci est le processus standard suivit dans l’analyse formelle de renseignement en tant que contractant. Les lecteurs voient, lisent d’autres lecteurs critiquer notre travail dans les sections commentaires des articles, mais ils ne voient pas les échanges inter-professionnels qui se déroulent à un autre niveau, là où encore plus d’ajustements se produisent et alors que nous œuvrons pour toujours nous rapprocher le plus possible de la réalité et de l’exactiitude des faits… Jim W. Dean, rédacteur en chef VT ]

= = =

de Gordon Duff

De récentes révélations en provenance d’Irak ont exposé au grand jour l’EIIL ou EI/Daesh, qui le plus simplement du monde, N’EXISTE PAS, pas en Irak, pas à Mossoul, ni en contrôle d’aucune région pétrolière de l’Irak et n’existe pas en Irak de la façon dont on nous l’a raconté, loin, très loin s’en faut.

Le véritable EIIL/EI/Daesh, identifié plus récemment comme une construction de la Turquie, d’Israël et de l’Arabie Saoudite est, du moins en Irak, géré depuis la ville d’Erbil (NdT: Erbil est la capitale du Kurdistan irakien et du gouvernement du KRG) et non pas Mossoul ou Raqqah, il ne peut pas être identifié ou expliqué sur le terrain. C’est un fantôme. Commençons la narration de l’affaire.

En janvier 2014, j’ai rencontré des gouverneurs sunites pour discuter de leur vision au sujet de l’EIIL/EI/Daesh et du rapport avec les problèmes de sécurité dans la région. A cette époque l’EIIL était à Ramadi seulement, vu par un petit nombre de personnes cyniques mais puissantes comme un outil pour faire pression et obtenir des réformes de la part du gouvernement irakien chiite.

La montée en puissance subséquente et presque “magique” de l’EIIL en Irak fut gobée par tout le monde alors même que cela n’avait aucun sens. De fait, l’EIIL de Janvier 2014 et celui de Septembre 2014 ne furent pas reliés et ne furent certainement pas la même entité.

Le nouvel EIIL/EI procéda à des mouvements militaires simultanés impossibles à travers les provinces d’Anbar, de Nineveh, de Salahdine, de Tamim, de Dyala, de Karbala, de Babil, de Najaf, de Qadisiyyah et même de Sulaimania et ceci pour ne parler juste que de l’Irak.

Tout ceci ne fait que prouver que les groupes tribaux et politiques inter-reilés sunites, qui tous avaient formé depuis longtemps des organisations de milices avec lesquelles j’étais parfaitement accoutumé, étaient soudainement devenus “l’EIIL” en Irak, mais qu’il y avait aussi d’autres puissances agissant derrière ce déguisement théâtral d’EIIL ou EI.

Ainsi, nous savions d’entrée et quand je dis “nous”, je veux dire le gouvernement irakien, l’Iran, la Russie et peut-être même les Etats-Unis, que la menace de l’EIIL/Daesh était erronée et déceptive.

Il a toujours été un fait établi non mentionné que l’insurrection que nous ne suspections se produire n’était rien d’autre qu’une guerre civile irakienne et non pas la “naissance et la montée en puissance” d’un culte mystique de “coupeurs de têtes” ayant une folle maîtrise de l’internet et des soutiens d’Hollywood.

Si cela vous a déjà traversé l’esprit que l’EIIL/EI/Daesh n’est pas ce qu’il paraît être, vos suspicions peuvent très bien avoir été justifiées. Si vous avez entendu des théories du complot au sujet de l’EIIL/Daesh, que des services de renseignement l’aidaient ou que ce n’était pas ce que cela paraissait être, il y a raison de croire, raison enracinée dans les faits qu’en fait vous êtes encore loin de la réalité.

Nous avons maintenant de très fortes raisons de croire qu’il n’y a pas d’EIIL/EI/Daesh [en Irak], en tout cas, pas un EI comme on nous le présente, pas même par les théoriciens du complot. En fait, le plus proche que quiconque se soit approché de ce que nous apprenons maintenant au sujet du qui, quoi et comment de l’EI, fut ce qui fut dit en Décembre 2014 lors de la Conférence sur la Sécurité de Damas, lorsque la délégation américaine, emmenée par le colonel James Hanke et moi-même, a nommé l’EIIL/EI/Daesh comme n’étant que le bras armé d’un syndicat du crime organisé à l’échelle planétaire.

_________

La déconstruction de l’EIIL/EI

La semaine dernière, le gouvernement régional d’Erbil couvrant les zones kurdes d’Irak, a reçu un paiement étrange et inexpliqué de 200 millions de dollars de la Turquie pour “compensations de revenus du pétrole”.

Mais les faits légaux indiquent qu’en accord avec la constitution actuelle de l’Irak, Erbil a déjà reçu ses 17% requis de revenus de la vente du pétrole irakien et ce avec consistance.

Notez ici également que la constitution de l’Irak empêche expressément le gouvernement régional kurde de négocier directement des ventes de pétrole avec quelque nation ou quelques entité corporatrice que ce soit.

De plus, les énormes réserves pétrolières irakiennes de Kirkouk sont bien en dehors des frontières du gouvernement régional kurde et de son contrôle limité. Pourtant quoi qu’il en soit, le premier ministre du KRG kurde Barzani a annoncé qu’il planifiait d’annexer les champs pétroliers d’Irak, ceci étant une partie de son plan pour aussi sortir de l’Irak.

De plus, et tout ceci dans l’intervalle d’une semaine, avec en plus un autre paiement de 300 millions de dollars à Erbil en provenance d’une compagnie pétrolière occidentale afin de sécuriser les droits d’exploitation pétrolière dans le territoire que Barzani dit vouloir annexer.

Le problème est que Barzani a déjà saisi ce territoire et a, depuis 2014, vendu son pétrole à la Turquie.

De plus, en accord avec une info datant du 10 Juin 2014 en provenance des agences de presse irakiennes, le gouvernement d’Irak a cité Barzani pour avoir personnellement vendu le pétrole de Kirkoul à hauteur de 119 milliards de dollars, pétrole ayant été écoulé via la Turquie et Israël et qu’il a personnellement empoché la somme globale des ventes, celles des ventes depuis 2010 jusqu’à maintenant, une somme qui doit excéder les 160 milliards US$.

La totalité de cette somme, d’après le gouvernement de Bagdad, ne peut être trouvée dans aucun livre de comptes, aucune comptabilité. Dans le même temps, le gouverneent kurde du KRG au Kurdistan (province irakienne autonome) dit à son peuple qu’ils sont en banqueroute et que les services locaux doivent être diminués.

_________

Nous avons dit qu’Erbil a saisi les champs pétroliers, qu’avons-nous voulu dire ?…

En Novembre 2015, les forces aériennes et aérospatiales russes attaquèrent des convois de camions citernes dans des endroits où ils se déplaçaient à 4 de front près du poste frontalier turc de Zakho. Bien que personne ne l’annonça, ce passage frontalier n’est pas entre la Syrie et la Turquie mais entre… l’Irak et la Turquie.

Le pétrole transporté le long de cette route, parallèle à l’oléoduc Kirkouk-Ceyhan, amena du pétrole brut léger des champs d’exploitation irakiens au nord et à l’Est de Bagdad qui sont très éloignés de toute capacité militaire connue de l’EIIL/Daesh.

On nous a râbaché que l’EI/Daesh a conqui les champs pétroliers et les rafineries que le gouvernement d’Erbil a convoité depuis 2003 et qu’il a opéré plus de deux douzaines de saisies militaires, chacune bloquée par le gouvernement de Bagdad avec force, quelque chose qui est très bien connu en Irak mais totalement inconnu en occident parce que jamais rapporté.

Jusqu’aux mouvements de l’EIIL à travers l’Irak, ceux cités comme des milices sunites prétendant être l’EIIL limitaient les activités du véritable EIIIL dans et autour de leur seule base d’opérations à Ramadi, le gouvernement de Bagdad a gardé de fortes forces militaires entre ces facilités pétrolières, régions de production et les incursions armées depuis Erbil.

Où nous avions assumé que l’EIIL avait occupé ces zones et ce bien que ce soit militairement impossible, et qu’il avait quelque part été permis à l’EIIL de faire transiter le pétrole directement par Erbil et son territoire sous contrôle vers la Turquie, ceci expliquant peut-être le paiement de 200 millions de US$, ce qui représente un partenariat entre la Turquie, l’EIIL et le KRG kurde d’Irak, nous avons finalement vu que nous avions faux. Nous avons en fait complètement sous-estimé la sitiation.

Nous avons maintenant compris qu’en fait, les Peshmergas ont saisi les champs pétroliers sur la base, comme Barzani l’a déclaré, de “l’incapacité de Bagdad à les défendre”. De plus, les ventes de pétrole d’Erbil à la Turquie, pétrole qui est acheminé via Mossoul, supposée être la capitale de l’EIIL, passe par la nouvelle base turque en Irak et jusqu’à Zakho où les attaques russes ont diminué cette activité, racontent une toute autre histoire.

Mossoul n’est pas du tout une capitale de l’EIIL/Daesh. C’est la base d’une vaste conspiration criminelle internationale dont Erbil est un des membres importants et que les forces turques au nord de Mossoul et les forces Peshmerga, qui sont à quelques kilomètres de là depuis des années, sont là pour protéger leur investissement et non pas pour y faire un siège quelconque.

Ainsi lorsqu’Obama a annoncé un plan de recapture de Mossoul à la fin de 2014 et d’en avoir un contrôle complet pour Mars 2015, nous savons maintenant pourquoi ces plans ont failli dans leur réalisation. Il n’y a tout simplement AUCUNE OCCUPATION DES CHAMPS PETROLIERS PAR L’EIIL, des zones de production et la route du pétrole vers la Turquie, une route qui ruisselle de fric vers les comptes en banque suisses d’amis d’Erdogan et de Barzani.

D’après le gouvernement de Bagdad, ceci représente également un commerce du pétrole partagé par l’état d’Israël dans les grandes largeurs.

__________

L’oléoduc a t’il vraiment explosé ?

Notre question suivante implique la mystérieuse explosion de l’oléoduc qui a supposément bloqué l’acheminement du pétrole depuis Kirkouk, occupée par l’EIIL/Daesh ou alors par les Peshmergas et la Turquie ou est-ce par Israël ?

Le 29 Juillet 2015, la Turquie a annoncé une énorme explosion sur cet oléoduc de près de 1000 km de long et qui a transporté plus de 400 000 barils par jour depuis les “régions contrôlées par l’EIIL” de l’Irak vers la Turquie et le port méditerranéen de Ceyhan.

Là, des pétroliers d’Exxon-Mobil et de la BP transportent ce pétrole vers les marchés mondiaux et personne n’a jamais demandé qui empoche les milliards de dollars de ces ventes. Depuis 2003, le pétrole irakien, ou par estimation, 40% du pétrole irakien a été expédié par Ceyhan, la production complète des champs d’exploitation de Kirkouk, qui sont les plus grosses réserves de pétrole connues au monde, a été payée.

En fait, il n’y a pas de véritables “chiffres officiels” de la quantité de pétrole qui a quitté l’Irak depuis 2003 et il y a jusqu’à 1500 milliards de dollars volatilisés et oui… nous avons bien dit 1500 milliards de dollars et personne ne sait où ils sont. Parler de quelques centaines de milliards de dollars ou de chiffres plus sérieux, ce type de somme d’argent ne peut en fait non seulement être manipulé, mais ne peut simplement “exister” que dans le réseau des banques Rothschild et au sein d’une organisation criminelle mondiale elle-même bien au-delà de la capacité de quelque état-nation ou “super-puissance” que ce soit.

Retournons si vous le voulez bien sur le pourquoi nous parlons de cet oléoduc de la discorde qui a peut-être été détruit ou pas en 2015 et duquel la Turquie affirme avoir fait le paiement récent de 200 millions de US$ à Erbil. Une fois de plus, nous pointons du doigt ce simple fait qu’Erbil en aucune façon, manière ni forme, n’a les droits commerciaux, financiers ou autres de s’attacher monétairement à toute vente que ce soit de pétrole brut irakien, qu’il ait été transporté par caminons citernes ou par oléoduc hors d’Irak.

Il n’y a pas de “pétrole kurde”, que ce soit au sein des frontières du KRG (Kurdistan irakien) ou même au sein des frontières théorétiquement tenues par l’EIIL/Daesh pour Erbil, la Turquie et/ou Israël, si l’EIIL existe comme il est décrit officiellement.

Ce que nous savons est ceci: il n’y a aucune preuve de quelque sorte que ce soit qu’un oléoduc ait été détruit, mais nous avons les preuves que la Turquie a muselé la presse de la région et qu’elle a fait un nettoyage ethnique de la ville de Cizre, tuant des centaines de civils kurdes dans un règne de la terreur totale.

Si on prenait une tournure conspirationiste d’assumer qu’une voire peut-être “beaucoup” de ces attaques récentes à la bombe en Turquie, soient en fait des attaques faux-drapeau, hypothèse basée sur le timing des évènements et le nombre de victimes, et nous souscrivons à cette hypothèse, alors il est tout aussi concevable que l’action militaire turque ou du moins une partie de celle-ci, sert à couvrir l’énorme butin volé pour la conspiration criminelle mondiale.

Si c’est la cas et nous le pensons, alors les actions de la Turquie en Ukraine qui menancent la Crimée, l’intérêt turc dans la production d’armes chimiques à Tbilissi (Georgie) étant maintenant un fait bien établi et les actions récentes de la Turquie au Qatar, au Nigéria et au Ghana prennent un aspect des plus sinistre.

Si on regarde ensuite à ce que beaucoup juge comme inévitable, à savoir la chute de la maison Al Saoud, les difficultés de la position internationale d’Israël, leur relation endommagée avec les Etats-Unis et l’Europe puis une attirance pour des actions dangereuses mal préparées potentielles par la Turquie met en danger toute la région.

Quand on assume également qu’Erdogan par ses comportements récents, montre des signes d’instabilité croissants et un désordre psychologique narcissique de grande envergure et pourtant parvient toujours à mettre l’Allemagne et la majorité des pays européens sur les talons; les outils standards d’analyse ne fonctionnent plus et c’est alors que prend forme l’idée d’un “marionnettiste invisible”, comme l’hypothèse le dit, une entreprise criminelle mondiale toute-puissante, une véritable hydre de la ligne de sang (familles royales), illuminati, Bilderberg, Loge P2, entités du cercle rouge et autres.

Puis on retourne à la feuille de route, le début de la révolution droitiste en Pologne, l’effondrement non admis de l’Ukraine, les tumultes en Afrique, l’Afghanistan et le Pakistan dans leur danse de la mort et tout ce qu’il y a entre à la limite de l’Armaguédon, tout ceci sans opposition religieuse, sans clash des civilisations, sans théories politiques en porte-à-faux, rien mais quoi ?

Il n’y a pas de réponse si ce n’est le crime global, se nourrissant des biens, construisant plus des bases (militaires) qu’un empire, pas de terre à conquérir, que des choses à voler, des gens à massacrer, à brûler, à déraciner et à démolir.

Si c’est une bataille du bien contre le mal, alors il n’y manque qu’une chose… Il n’y a pas de “bien”.