Archive pour théorie du complot et propagande

Résistance politique: théorie du complot ou complot de la théorie ?

Posted in actualité, média et propagande, N.O.M, résistance politique with tags , on 5 juillet 2011 by Résistance 71

Conspirations

 

 

Par Paul Craig Roberts,

 

Le 4 Juillet 2011

 

 

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25501

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

 

Dans un billet du mois de Juin, je concluais que “la théorie de la complot” est un terme appliqué à tout fait, analyse, ou vérité qui est politiquement, idéologiquement ou émotionnellement inacceptable. Ce billet est à propos de ce que sont les véritables conspirations. Chaque évènement ne peut pas être expliqué par une conspiration, mais les conspirations sont monnaie courantes dans les évènements quotidiens. Ainsi, il est paradoxal que l’expression “théorie du complot” soit devenue synonyme “d’incroyable”.

Des complotss sont communément utilisées pour faire avancer certains agendas. Dans le numéro de Juillet de l”American Rifleman, une publication de l’Association Nationale des Détenteurs d’armes, le vice président de l’association, Wayne Lapierre, rapporte devant un comité d’enquête du congrès présidé par le sénateur Charles Grassley et un membre du parlement Darrell Issa d’une conspiration du bureau pour l’alcool, le tabac, les armes à feu et explosifs et du département de la justice afin de pousser plus avant des mesures de contrôle sur les armes à feu, en faisant passer clandestinement des armes des Etats-Unis au Mexique pour des criminels et en blâmant cet état de fait sur les vendeurs d’armes américains.

–(ndlr: cette affaire a fait grand bruit récemment aux Etats-Unis, les armes ayant été assujetties par le cartel de la drogue qui commet des crimes de part et d’autre de la frontière américano-mexicaine. Il s’est avéré que toute l’affaire était une opération fausse bannière ourdie depuis les Etats-Unis pour provoquer une regulation drastique des ventes d’armes aux citoyens américains par la création du bouc-émissaire de fait sinon de droit. Le gros problème des globalistes aux Etats-Unis intra-muros étant que les citoyens sont armés et que cela est un droit constitutionnel, droit qui a été établi par les pères fondateurs de la république pour que le peuple puisse se défendre à tout moment contre une invasion ou la tyrannie de son gouvernement le cas échéant. Ironie du sort, c’est ce qu’il se passe depuis l’avènement du patriot act et la tyrannie grandissante de l’état policier fasciste. Le cartel banquier et militaro-industriel aimerait bien désarmer le peuple afin de continuer le démantèlement du pays. Jusqu’ici le droit constitutionnel à posséder une arme a manifestement  été une dissuasion et a donné un certain sursis au peuple américain)–

Lapierre écrit: “Grand merci à des agents fédéraux qui sont venus avec des preuves de cette opération de contrebande d’armes, la conspiration criminelle de ce gouvernement a été exposée au grand jour. Menant une opération de couverture administrative, marquée par un mépris arrogant du rôle constitutionnel du congrès, le ministre de la justice Eric Holder a bloqué tous les efforts pour parvenir à la vérité. Ses sbires ont demandé aux employés fédéraux qui avaient connaissance de la supercherie de cette opération de contrebande d’armes de refuser de coopérer avec les enquêteurs du congrès.”

Beaucoup d’Américains vont trouver difficile à croire ce complot révélé au grand jour. L’agence fédérale états-unienne BATFE, avec la participation du ministère de la Justice, a livré des armes aux cartels de la drogue mexicains dans le but de créer un précédent et des preuves contre les vendeurs d’armes états-uniens, pointant le fait qu’ils sont la source des armes dont se servent les gangs de la drogue mexicains. Le but de cette conspiration gouvernementale est de faire avancer l’agenda du contrôle des armes à feu.

Le bétonnage de l’enquête du congrès par le ministre de la justice Eric Holder eût pour effet l’avertissement suivant de la part du républicain Issa: “Nous ne regardons pas les hommes de paille Mr le Ministre, nous vous regardons.” Ce qui risque de se passer est que Grassley et Issa auront un accident ou seront piégés au moyen d’un scandale sexuel.

Les conspirations sont également partie intégrante de la vie économique. Par exemple la firme de Wall Street Goldman Sachs est connue pour avoir spéculé à court terme sur des instruments financiers qu’ils vendaient simultanément comme des options d’investissements solides à ses clients.

Le sauvetage financier actuel de la dette souveraine des pays européens est une conspiration pour privatiser le domaine public. Les conspirations économiques sont sans fin et la plupart réussissent. NAFTA (NdT: North America Free Trade Agreement ou accords de libre-échange de l’Amérique du Nord entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique) est une conspiration contre le marché du travail américain, tout comme le sont les visas de travail H-1B et L-1. La mondialisation est une conspiration contre le marché du travail des pays développés. Les accusations de viol contre Dominique Strauss-Kahn pourraient s’avérer être aussi un complot. D’après le New York Times, la femme de ménage de l’hôtel possède des comptes en banque dans quatre Etats différents et quelqu’un y a déposé des milliers de dollars. Parfois des gouvernements sont prêts à vouloir assassiner des milliers de leurs propres citoyens pour faire avancer un agenda spécifique.

Par exemple l’opération Northwoods était un plan d’attaque terroriste fausse bannière imaginé par le haut commandement (état-major) états-unien (NdT: Joint Chiefs of Staff en anglais) et qui fut signé par le général Lyman Lemnitzer. Il prévoyait que la CIA et d’autres éléments des opérations secrètes assassinent des citoyens dans les rues de Miami et de Washington D.C, détournent et abattent des avions de ligne, attaquent coulent des bateaux de réfugiés cubains en route pour les Etats-Unis et fabriquent des preuves pour impliquer Castro.

L’agenda de l’état major et de la CIA était de provoquer la peur et la haine de Castro dans le public afin qu’il soutienne un changement de régime à Cuba. Avant que les lecteurs ne crient “à la théorie du complot”, qu’ils sachent que l’opération secrète Northwoods fut rendue publique le 18 Novembre 1997 par le comité de révision des archives sur l’assassinat de J.F. Kennedy. Quand le plan fut présenté au président Kennedy en 1962, il le rejeta et limogea Lemnitzer comme chef d’état-major.

Wikipedia cite de manière extensive de la table des matières du plan concernant les attaques terroristes fausse bannière. Pour ceux qui ne font pas confiance à Wikipedia, ils peuvent obtenir une copie du plan aux Archives Nationales. Quand je parle du plan Northwoods à des personnes éduquées, elles réagissent de manière incrédule, ce qui tend à montrer que même des conspirations gouvernementales reconnues publiques sont protégés par l’incrédulité et ce même un demi-siècle après qu’elles furent écloses et 14 ans après avoir été officiellement révélées par le gouvernement.

Un autre exemple de complot qui est prouvé, mais non officiellement reconnue, est l’attaque par Israël de navire américain USS Liberty en 1967. La capitaine Ward Boston, un des deux officiers légaux de la Marine, ordonna l’étouffement de l’affaire et de ne pas enquêter dessus, a révélé la conspiration de l’administration du président Johnson et de chaque administration qui lui a succédée, et de blâmer une erreur d’identification pour ce qui était une attaque on ne peut plus intentionnelle. La Commission non-officielle Moorer, menée par l’amiral Tom Moorer, ancien chef des opérations navales et chef-d’état major, prouva de manière conclusive que l’attaque israélienne, qui infligea de sévères pertes à la marine américaine, fut une attaque intentionnelle. Toujours est-il que le gouvernement américain refuse de le reconnaître et peu d’Américains connaissent même l’existence de cet incident.

Cet évènement que les Américains célèbrent le 4 Juillet (NdT: Fête nationale de l’indépendance américaine le 4 Juillet 1776) était une conspiration, et regardé comme tel par le gouvernement britannique et les Américains loyalistes, fidèles au roi George. Si nous ne croyons pas aux conspirations, pourquoi en célébrons-nous une le 4 Juillet?

Média et propagande: Révision orwellienne du concept de « théorie du complot »…

Posted in 11 septembre, actualité, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, média et propagande, presse et média, résistance politique with tags , , , , , , on 21 juin 2011 by Résistance 71

Le 11 Septembre et la redéfinition orwellienne de la “théorie du complot”

 

 

 

Par Paul Craig Roberts

 

 

Le 20 Juin 2011,

 

 

Url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=25339

 

 

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

 

Profitant de notre inattention, la théorie de la conspiration a été redéfinie de manière orwellienne.

Une “théorie du complot” ne veut plus du tout désigner un évènement qui s’explique par une conspiration. Au lieu de cela, c’est maintenant une explication ou même un fait qui est en dehors de la ligne d’explication du gouvernement et de ses proxénètes des médias.

Par exemple, les diffusions des nouvelles de la  chaîne de télévision Russia Today (RT) ont été étiquettées de théories du complot par le New York Times simplement parce que les rapports d’information et opinions que RT exprime ne sont pas ceux que le New York Times rapporte et le gouvernement américain ne les entérine pas.

En d’autres termes, comme la vérité devient inconfortable pour le gouvernement et son ministère de la propagande, la vérité est redéfinie comme une théorie du complot, ce qui veut dire que cela est une explication risible et absurde que nous devons ignorer.

Quand une quantité importante de livres très documentés, de documents gouvernementaux déclassifiés et des compte-rendus de témoins oculaires ont établi que Oswald n’était pas l’assassin du président J.F. Kennedy, la recherche volumineuse, les documents du gouvernement et les témoignages vérifiés furent tous estampillés “théorie de la conspiration”.

En d’autres termes, la vérité sur l’évènement est inacceptable pour les autorités et le ministère de la propagande qui représente les intérêts des autorités.

L’exemple le plus pur de la façon dont les Américains sont protégés de la vérité est la réponse des médias (y compris beaucoup de sites internet) au nombre important et croissant de professionnels qui trouvent l’explication officielle du 11 Septembre 2001 inconsistante avec tout ce qu’eux en tant qu’experts, connaissent à propos de la physique, de la chimie, de l’ingénierie structurelle, de l’architecture, des incendies, des dommages structurels, du pilotage d’avion commerciaux, des procédures de sécurité des Etats-Unis d’Amérique, des capacités du NORAD, du contrôle aérien, de la sécurité des aéroports et autres matières relevantes au sujet. Ces experts, qui se chiffrent par milliers, ont été réduits au silence par une clique de bons à rien dans les médias qui qualifient les experts de “théoriciens du complot”.

Et ceci en dépit du fait que l’explication officielle entérinée par les médias officiels est la plus extravagante théorie du complot jamais vue dans l’histoire humaine.

Prenons une minute pour nous re-familiariser avec l’explication officielle, qui n’est pas du tout considérée comme théorie du complot, malgré le fait qu’elle comprend une incroyable conspiration. La vérité officielle est qu’une poignée de jeunes musulmans arabes, qui ne pouvaient pas piloter d’avions, pour la plupart des Saoudiens, qui ne venaient ni d’Irak, ni d’Afghanistan, ont déjoué non seulement la CIA et le FBI, mais aussi les 16 agences de renseignement américaines et toutes les agences de renseignement alliées incluant le Mossad israélien, dont on dit qu’il a inflitré toutes les organisations terroristes et qui assassinent ceux que le Mossad classifie comme terroristes.

En plus donc, d’avoir déjoué toutes ces agences de renseignement, cette poignée de jeunes Saoudiens a aussi déjoué le Conseil National de la Sécurité, le département d’état, le NORAD, quatre fois la sécurité des aéroports dans la même heure le même matin, le traffic aérien, ont provoqué une incapacité pour l’armée de l’air états-unienne de faire décoller ses appareils d’interception et causé l’effondrement soudain en quelques secondes de trois bâtiments remarquablement bien construits et résistants, incluant un qui ne fut touché par aucun avion, tout cela en résultat de dégâts structurels minimes et de petits incendies à durée de vie très courte qui n’ont brûlés que quelques étages.

Les terroristes saoudiens furent même capables de vaincre les lois de la physique et d’occasionner l’effondrement à la vitesse de la chute libre pendant quelques secondes de la tour 7 du WTC, ce qui demeure une impossibilité physique en l’absence d’explosifs utilisés pour les démolitions contrôlées de bâtiments.

L’histoire que le gouvernement et les médias nous ont raconté relève d’une conspiration gigantesque, un script de film de James Bond même. Toujours est-il que quiconque doute de cette théorie improbable du complot est étiquetté comme sans importance par les médias à la botte.

Quiconque croit un architecte, un ingénieur du bâtiment ou un expert en démolition disant que les vidéos montrent que les bâtiments explosent et ne s’écroulent pas, quiconque croit un docteur en physique qui dit que la version officielle est inconsistante avec ce que nous connaissons des lois de la physique, quiconque croit des pilotes experts qui témoignent du fait que des pilotes novices peu entrainés n’ont pas pu piloter ces avions dans ce type de manœuvres aériennes, quiconque croit la centaine plus d’éléments des premiers secours qui témoignèrent non seulement avoir entendu des explosions, mais en avoir fait eux-mêmes l’expérience sur le terrain, quiconque croit le professeur de chimie Niels Harrit de l’université de Copenhague qui rapporte explicitement avoir retrouvé des éléments de nano-thermite (NdT: explosif puissant utilisé en démolition et dont les éléments retrouvé dans les poussières du WTC ne peuvent avoir qu’une origine militaire) dans des échantillons de poussière provenant des tours du  WTC; quiconque est convaincu par ces experts au lieu de la propagande idoine est étiquetté comme frapadingue.

Aux Etats-Unis aujourd’hui, et de manière croissante à travers le monde occidental, les faits bruts et les véritables explications ont été relégués au rang de plaisanteries farfelues. Seules les personnes qui croient aux mensonges sont socialement approuvées et acceptées comme citoyens patriotes.

De fait, un écrivain ou un journaliste ,n’ont pas la permission de donner écho aux trouvailles des sceptiques de la version officielle du 11 Septembre. En d’autres termes, le simple fait de rapporter les trouvailles du professeur Harrit veut maintenant dire que vous êtes d’accord avec celles-ci ou que vous les trouvez valides. Tout le monde dans les médias écrits et audiovisuels américains sait qu’ils seront immédiatement virés s’ils rapportaient les recherches du professeur Harrit, même en plaisantant. Ainsi, alors même que le professeur Harrit a mentionné ses recherches et trouvailles à la télévision en Europe et a donné des conférences rendant largement compte de ses travaux dans des universités canadiennes, le fait que lui et l’équipe de chercheurs internationaux qui l’a accompagnée dans son travail, aient trouvé de la nano-thermite intacte dans les poussières du WTC et ont offert des échantillons à bon nombre d’autres scientifiques pour les examiner également, n’a aussi loin que je le sache, jamais été rapporté dans les médias américains.

Même les sites internet dont je suis parmi les favoris des lecteurs, ne m’autoriseront pas à rapporter les découvertes du professeur Harrit.

Comme je l’ai dit plus tôt, j’ai moi-même eu une expérience avec un journaliste du Huffington Post qui était content de pouvoir interviewer un membre appointé de l’administration Reagan qui était en désaccord avec les guerres des républicains au Moyen-Orient. Après avoir publié l’interview que je lui ai accordé à sa demande, il fut terrifié d’apprendre que j’avais rapporté les trouvailles d’enquêteurs sur le 11 Septembre. Pour protéger sa carrière, il se dépêcha d’insérer dans l’interview publiée en ligne, que mes vues sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak pouvaient être ignorées car j’avais rapporté sur des recherches inacceptable concernant le 11 Septembre.

Le manque de volonté ou l’incapacité d’émettre un point de vue concernant le 11 septembre différent de celui de la voix officielle condamne beaucoup de sites internet opposés aux guerres et au développement de l’état policier états-unien à une certaine inutilité. Ces sites, pour quelque raison que ce soit, acceptent la version officielle du gouvernement concernant le 11 Septembre, mais ils sont opposés à “la guerre contre le terrorisme” et à l’état policier, qui sont les conséquences directes de l’acceptation de l’explication du gouvernement. Essayer de s’opposer aux conséquences d’un évènement pour equel vous en acceptez l’explication est une tâche impossible.

Si vous croyez que les Etats-Unis ont été attaqués par des terroristes musulmans et qu’ils sont susceptibles d’être le récipiendaire de nouvelles attaques, alors une “guerre contre la terreur” et un état policier pour éradiquer le terrorisme deviennent nécessaires pour donner plus de sécurité aux Américains. L’idée qu’un état policier et une guerre ouverte sans fin serait de plus dangereuses menaces pour le peuple américain est une pensée interdite.

Un pays dont la population a été formatée pour accepter la parole du gouvernement et à ostraciser ceux qui la questionne est un pays sans liberté dans son futur.

 

Dr. Paul Craig Roberts était l’assistant secrétaire au trésor de l’administration Reagan (secrétaire d’état aux finances chez nous), éditeur associé au Wall Street Journal, Senior Research Fellow de la Hoover Institution, Stanford University, il tînt la chaire William E. Simon Chair de Politique Economique, Center for Strategic and International Studies, Georgetown University.

Il est l’auteur et le co-auteur de neuf livres et a témoigné devant des commissions d’enquête du congrès américain en trente différentes occasions.