Archive pour terrorisme d’état contre les populations natives

Résistance à l’impérialisme et au colonialisme: L’angle officiel du Grand Conseil de l’American Indian Movement (AIM)

Posted in actualité, altermondialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 29 octobre 2012 by Résistance 71

“Les soldats n’ont jamais expliqué au gouvernement quand les Indiens ont été trompés, mais ont rapporté leurs méfaits.” (Géronimo)

=  =  =

Géronimo, Cochise, Sitting Bull, Red Cloud, Crazy Horse, Big Foot, Black Elk… Leonard Peltier, Dennis Banks, Russel Means, Vernon & Clyde Bellecourt, Leonard Crow Dog, Oren Lyons, Splitting the Sky, et bien d’autres… ont perpétué et perpétuent toujours la lutte contre le terrorisme depuis 1492 (Résistance 71)

=  =  =

 

AMERICAN INDIAN MOVEMENT

GRAND GOVERNING COUNCIL

MINISTRY FOR INFORMATION 
P.O. Box 13521 
Minneapolis MN 55414 
612/ 721-3914 . fax 612/ 721-7826 
Email: aimggc@worldnet.att.net 
Web Address: www.aimovement.org

 

Goyathlay, alias Geronimo

 

Mai 2011

 

url de l’article original:

http://www.aimovement.org/moipr/Geronimo.html

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Plus connu sous le nom de Géronimo, Goyathlay, un Chiricahua de la nation Apache est décédé à Fort Sill, dans l’état d’Oklahoma en 1909. Il était un guerrier révéré et un homme sacré. Il fut chassé par l’armée américaine et capturé en 1886. Prisonnier de guerre, il fut forcé de vivre le reste de sa vie sans jamais pouvoir retourner dans sa patrie. Il fut enterré à Fort Sill dans le cimetière des prisonniers de guerre Apaches.

Géronimo n’était pas un terroriste. En 1858, son épouse, son enfant et sa mère furent massacrés par l’armée mexicaine. Géronimo fut un chef de guerre qui combattit contre l’invasion de son pays natal et contre les atrocités haineuses commises contre les nations indigènes. Il était un véritable défenseur à la fois de son pays et de son peuple. Un des plus célèbres guerriers de l’histoire, échappant à la fois aux armées mexicaine et américaine, il refusa d’abandonner. L’armée des Etats-Unis le pourchassa pendant plus de 10 ans, impliquant dans la chasse plus de 5000 soldats et 500 éclaireurs, quand il fut finalement capturé.

Des rapports de presse récents disent que ce que Géronimo fit durant son époque serait appelé actes de terrorisme aujourd’hui, attaquant des colons blancs vivant en territoire Apache. Mais ces déclarations ne reconnaissent en rien le brutal héritage de la colonisation et le génocide à l’encontre des Indiens d’Amérique à travers ce continent. Il n’y a aucune comparaison entre ce que les Etats-Unis ont fait à la nation Apache et autres nations. Il y a des tribus entières indiennes qui n’existent plus aujourd’hui dû à la campagne militaire pour nous exterminer et s’approprier nos territoires. Géronimo fut un héros. Sans lui et d’autres comme lui, nous Indiens d’Amérique, ne serions plus là aujourd’hui.

En tant qu’Amérindiens, nous entendons tout le temps que nous devrions “oublier le passé, que c’est de l’histoire ancienne” et toute ces choses ; mais il est clair que la mentalité coloniale qui a perpétrée les guerres indiennes et dictée la politique fédérale anti-indienne est toujours bien présente aujourd’hui dans le XXIème siècle. L’armée américaine et son commandement ont nommé la mission récente pour tuer l’homme connu sous le nom d’Oussama Ben Laden, “Opération Géronimo”. Mettre au même niveau la mission de chasse et de capture de Ben Laden avec celle de Géronimo envoie indubitablement un message fort disant que les Indiens d’Amérique sont toujours perçus comme des ennemis des Etats-Unis.

La longue histoire de déshumaniser les peuples Indiens et de traiter les nations natives comme ennemies est devenue tellement implantée dans l’idéologie courante américaine, que cela n’est même plus mis en question. La perception coloniale des peuples indigènes comme moins que des ennemis humains, endoctrinement qui fut utilisé pour justifier la domination et la violence, est toujours perpétrée subconsciemment aujourd’hui. Le terroriste au temps de Géronimo n’était pas Géronimo. Le meurtre de masse a été commis par les Etats-Unis. Nous devons nous rappeler que ce ne fut pas Géronimo qui a envahi ce pays. Ce n’est pas Géronimo qui a commis un génocide.