Archive pour technologies nouvel ordre mondial

Science technologie et totalitarisme: Lettre ouverte de chercheurs en intelligence artificielle contre les « armes autonomes »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 31 juillet 2015 by Résistance 71

Le monde de « Terminator » est programmé… Saurons-nous arrêter la folie avant qu’il ne soit trop tard ou la réalité, une fois de plus, dépassera t’elle la fiction ?

Où est Sarah Connor ?…

— Résistance 71 —

 

Armes autonomes: des chercheurs en intelligence artificielle publient une lettre ouverte

 

Source RT, BBC

 

30 uillet 2015

 

url de l’article en français:

http://ilfattoquotidiano.fr/armes-autonomes-des-chercheurs-en-intelligence-artificielle-publient-une-lettre-ouverte/#.VbrYzihZFS8

 

Un groupe mélangeant de nombreux chercheurs, scientifiques et personnalités publiques – parmi lesquels on trouve Stephen Hawking(i), Elon Musk(ii) ou encore Steve Wosniak(iii) – vient de publier une lettre ouverte contre le développement des armes dite « autonomes », c’est-à-dire ces armes qui utilisent l’intelligence artificielle et sont en mesure d’agir en dehors de tout contrôle humain.Voici la traduction de cette lettre :

Les armes autonomes sélectionnent et affrontent leurs cibles sans aucune intervention humaine. Ces armes sont, par exemple, les quadricoptères armés capables d’identifier et d’éliminer les personnes sur la base de critères prédéfinis, mais elles ne recouvrent pas les armements tels que les missiles Cruise ou les drones pilotés à distance, pour lesquels c’est au final l’homme qui prend la décision de tirer.

La technologie de l’Intelligence artificielle a atteint un niveau tel qu’elle pourrait permettre de réaliser de tels systèmes – en termes pratiques, sinon légaux – en l’espace de quelques années, et non plus de quelques décennies. Le défi est énorme, puisque les armes autonomes ont été qualifiées de troisième révolution dans le domaine de la guerre, après la poudre et la bombe atomique.[…]

Des arguments ont été avancés aussi bien en faveur que contre les armes autonomes. Par exemple, le fait de remplacer les soldats humains par des machines est positif dans le sens où il permet de réduire le nombre de victimes, mais il est négatif en cela qu’il abaisse le seuil menant à l’ouverture d’un conflit. La question cruciale pour l’humanité aujourd’hui est de savoir si elle permet le lancement d’une course globale aux armes autonomes, ou si elle stoppe cette course avant qu’elle ne commence. Si une grande puissance militaire pousse au développement des armes autonomes, la course globale à de tels armements deviendra inévitable, et la conclusion de ce parcours technologique est évidente : les armes autonomes deviendront les Kalashnikov de demain.

A la différence des armes nucléaires, ces armements ne requièrent pas de matériels particulièrement couteux ni difficiles à obtenir. Cela signifie qu’on en retrouvera partout et qu’elles seront peu chères à la production, pour n’importe quelle puissance militaire.  Ce n’est donc qu’une question de temps avant de voir circuler ces armes au marché noir, puis entre les mains des terroristes, des dictateurs qui veulent garder leur peuple sous contrôle, des chefs de tribus décidés à mener une « purification ethnique », etc., etc.

Les armes autonomes sont aussi idéales pour assassiner quelqu’un, pour déstabiliser des nations, pour soumettre des populations, et pour éliminer de façon sélective un groupe ethnique en particulier. Par conséquent, nous pensons qu’une course au développement militaire des armes autonomes ne serait pas bénéfique pour l’humanité. Il y a quantité de façons d’utiliser l’IA pour rendre le champ de bataille plus sûr pour les êtres humains – surtout pour les civils – sans avoir besoin de créer de nouveaux outils pour tuer.

Tout comme les chimistes et les biologistes n’ont aucun intérêt à construire des armes chimiques ou biologiques, la majeure partie des chercheurs en Intelligence artificielle n’ont aucun intérêt à construire des armes autonomes, et ne veut pas voir salir la réputation de leur domaine de recherche, en créant une réaction négative du public qui pourrait impacter négativement les futurs bienfaits issus de l’Intelligence artificielle. De fait, les chimistes et les biologistes ont fortement soutenu les accords internationaux interdisant les armes chimiques et biologiques, tout comme la plupart des physiciens ont soutenu les traités interdisant les armes nucléaires dans l’espace et les armes aveuglantes à laser.

En conclusion, nous croyons que l’intelligence artificielle représente un formidable potentiel bénéfique pour l’humanité, et que le but ultime de ce domaine de recherches est précisément cela. Le fait de lancer une course aux armes autonomes serait une très mauvaise idée, et devrait être stoppé par l’interdiction de toute arme capable d’agir en dehors du contrôle humain.

Publicités

Détournement de la science et de la technologie… Nikola Tesla contre JP Morgan / Rockefeller

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, ingérence et etats-unis, neoliberalisme et fascisme, politique et social, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 24 avril 2014 by Résistance 71

Prophète ou profit ? La vision de Nikola Tesla contre la veulerie de JP Morgan

 

Dr Antony Hall

 

22 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2014/04/22/prophet-or-profit-nikola-teslas-vision-vs-j-p-morgans-greed/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Vers 1900, le cadre de base fut mis en place pour ce qui est de l’architecture industrielle qui régit toujours bien des aspects de notre civilisation globale. Un immigrant serbe qui s’installa à New York du nom de Nikola Tesla, était et de loin, le plus brillant des inventeurs qui émergea à une époque où il était possible de concevoir et d’appliquer de nouvelles technologies complexes aux frontières s’étendant rapidement de la science.

Tesla travailla avec George Westinghouse sur le courant alternatif, CA. Leurs réalisations le long de ces lignes de recherche dépassèrent de loin celles de Thomas Edison et de son entreprise de la General Electric of Direct Current ou CD (courant continu). Après avoir emporté le contrat de l’illumination électrique de la World’s Columbian Exposition de Chicago en 1893, le système de CA de Tesla fut rapidement adopté comme le standard des utilités électriques d’abord aux Etats-Unis puis à travers le monde.

L’aimant à pétrole, John D. Rockefeller, réagit à la popularité croissante de l’illumination électrique, qui coupait l’herbe sous le pied de la technologie de la lampe à kerosène, en soutenant l’entreprise automobile d’Henry Ford. L’entreprise Ford, basée à Detroit, aiderait dès lors à fortifier le concept du moteur à combustion ingurgitant du pétrole, comme le moyen principal de transport et de locomotion. Rockefeller soutint Ford parce qu’il avait peur que Tesla fut en mesure de limiter l’ampleur de l’industrie du pétrole en créant et en aidant à la construction de véhicules électriques bien meilleur marché et moins chers à faire fonctionner.

Avec la construction en 1894 de centrales énergétiques qui fonctionnaient gràce à la puissance de l’eau des chutes du Niagara, Tesla et Westinghouse renforcèrent leur système de génèse, de transport et d’utilisation de gros volume d’électricité en CA. A 38 ans, Tesla commençait juste la partie la plus productive de sa carrière et appliquant de véritables révolutions scientifiques incluant quelques unes de ses propres découvertes, au développement d’un changement de paradigme technologique.

Dans ses présentations publiques légendaires, Tesla introduisit bon nombre de nouvelles théories, incluant celles qui permettaient de faire fonctionner des systèmes électriques sans fil.

Pendant un certain temps, bon nombrfe des financiers les plus importants entrèrent en compétition les uns avec les autres pour investir dans les projets de Tesla ; puis éventuellement, le plus prominent banquier de sa génération, J.P Morgan, devint le soutien financier exclusif de Tesla pendant la période où il expérimentait le plus utilisant la terre elle-même plutôt que des fils, pour conduire le courant.

D’abord à Colorado Springs, puis avec son installation de Wardenclyffe sur l’île de Long Island de New York, Tesla travailla sur difféfrentes façons de tirer de l’électricité de l’ionosphère, la couche la plus extérieure de l’atmosphère terrestre. Il combina son travail d’utilisation des systèmes naturels d’interaction électrique entre des moyens sans fil pour communiquer des textes, des photos et du son. Il est dit que Morgan se retourna contre Tesla lorsqu’il réalisa pleinement les implications technologiques révolutionnaires de son travail. Le financier, qui était un fil conducteur entre la famille Rothschild d’Europe et les intérêts financiers américains, se plaignit de manière fameuse que les inovations technologiques de Tesla étaient ennuyeuses parce qu’il n’était plus clair du tout de savoir comment on pourrait alors imposer les compteurs pour acheter et vendre l’énergie.

Morgan pouvait bien voir que la motivation première de Tesla n’était pas du tout l’argent mais d’émanciper l’humanité avec de nouvelles formes de technologies qui libéreraient les gens de l’obscurité, des corvées et de formes variées d’oppression du haut vers le bas. Ni Morgan, ni bien sûr la classe qu’il représente, ne partageaient le but de Tesla de conduire des recherches et un développement pour rendre la vie plus facile aux gens avec de meilleures façons de faire fonctionner le système en accord plutôt que contre les schémas prévalents de la Nature, incluant ce qui est le mieux pour l’humanité. Tesla fut victime d’une dépression nerveuse après 1904 lorsque Morgan le trahît. La célèbre tour de Tesla et son laboratoire de Wardenclyffe furent subséquemment détruits alors même que Morgan plaçait beaucoup d’obstacles sur le chemin de l’inventeur pour obtenir d’autres supports financiers. Les quatre décennies qui suivirent dans la vie de Tesla demeurent enveloppées de mystère.

Certains pensent que Tesla récupéra totalement et qu’il retourna à son travail en secret avec de nouveaux soutiens financiers non divulgués. D’autres croient que ses inventions secrètes incluent des engins de télétransportation et de communication avec d’autres formes de vie dans l’univers. Quoi qui transpira, le FBI intervint pour saisir tous ses documents et prototypes après sa mort dans la misère en 1943.

Il y a de bonnes raisons de croire que jusqu’à aujourd’hui, l’armée américaine continue d’exploiter les inventions et les théories de Tesla de façon qui viole directement la philosophie de la personne qui fut peut-être l’inventeur le plus talentueux et le plus inspiré que l’humanité ait jamais connue. Un des meilleurs exemples est l’abomination militaire qu’est le HAARP, le High Frequency Active Auroral Research Program basé en Alaska. Plutôt que de suivre le principe de Tesla pour dériver l’énergie électrique de l’ionosphère pour donner à l’humanité une énergie libre (et inépuisable), HAARP est devenu le véhicule pour faire avancer le but de ce que l’armée américaine a appelé la “full spectrum dominance”, c’est à dire l’hégémonie totale.

Parmi ces systèmes d’armement électromagnétique développés par les techniciens du HAARP, se situent, très probablement, des outils pour assister dans la transformation climatique et météorologique et la création de tremblements de terre ciblés. De telles interventions hostiles dans le flux harmonieux de la Nature est contre tout ce que Tesla représentait.

A posteriori, il est clair que l’humanité fut forcée de prendre un bien mauvais virage au début du XXème siècle lorsqu’il fallut établir les bases des systèmes de génèse, de transformation et d’utilisation de l’énergie. Tandis que ses premières inovations furent adoptées sur la base du courant alternatif pour une électrification mondiale, les théories plus avancées de Tesla fuent rejetées afin de libérer la voie pour plus de développement de moyens plus primitifs mais plus profitables financièrement pour faire fonctionner les moteurs du commerce.

Les conséquences de notre mauvais virage des années 1900 se révèlent dans les obscénités grotesques de la dérivation de l’énergie d’activités écologiquement désastreuses comme la fracturation hydraulique et l’exploitation des sables bitumeux d’Alberta au Canada. Encore plus évident est la véritable insanité du business de l’énergie dans sa forme courante d’holocauste radioactif au ralenti qui est disséminé aux quatres coins de la Terre par Fukushima. Ce désastre est toujours dans sa phase enfantine.

Beaucoup dépend de la façon dont nous revisiterons ce mauvais tournant que l’humanité fut forcée de prendre. Il est toujours en notre pouvoir de retourner à la vision de Nikola Tesla pour une politique économique mondiale de paix, d’harmonie et d’égalité. Nous pouvons toujours nous détourner de la vision de l’énegie pour le profit historiquement promue par les Morgan, Rockefeller, Edison et Ford.