Archive pour technologies internet nouvel ordre mondial

Contrôle de l’internet: L’ONU suit la logique dictatoriale qui lui est insufflée…

Posted in actualité, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , on 10 décembre 2012 by Résistance 71

L’ONU, dans le délire des parasites psychopathes poussant pour le Nouvel Ordre Mondial, est la structure de base avec le FMI et la Banque Mondiale pour la gestion de la gouvernance mondiale. A ce titre, le pouvoir de l’ombre pousse pour que cette entité dictatoriale par essence, car contrôlée par l’oligarchie transnationale consolidant le pouvoir en le moins de mains possible.

L’internet, de l’épine dans le pied de l’oligarchie, est devenu une énorme boule de pus qui handicape la progression vers l’établissement du Nouvel Ordre Mondial.A ce titre, l’internet doit sinon disparaître, du moins être transformé et contrôlé de façon à ce que l’oligarchie puisse contrôler la pensée critique et la dissidence qui devient de plus en plus et à juste titre, hors de son contrôle…

La guerre de l’internet n’a pas fini de faire rage et nous devons tous nous battre pour protéger la liberté d’expression et de diffusion. En ce qui nous concerne pour les « droits d’auteurs » et la « propriété intellectuelle », nous ne reconnaissons pas cette « loi » inepte. Toute création humaine, qu’elle soit physique ou intellectuelle, artistique, ne peut pas se faire sans la somme de travail effectuée par un nombre incalculable de personnes, ainsi toute réalisation humaine fait partie intégrante du patrimoine de l’humanité et se doit de pouvoir être utilisée par tout à chacun, sans restriction.

Le contrôle de l’internet passe par la foutaise du contrôle « des droits d’auteurs » et de la lutte contre le piratage de réalisations tombant sous le coup de règlementations obsolètes sur la « propriété intellectuelle », non sens total. Ceci n’est que l’écran de fumée. La véritable bataille est celle de la liberté d’expression et de son contrôle sous couvert de protection de privllèges qui n’ont aucun lieu d’être.

Nous devons rester vigilants et nous battre pour un internet de plus en plus libre et non pas de plus en plus restreint…

— Résistance 71 —

 

L’ONU demande le contrôle de l’internet mondial

 

RT

 

Le 6 Décembre 2012

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/news/un-internet-itu-packet-385/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les membres de l’International Telecommunications Union (ITU) de l’ONU se sont mis d’accord pour travailler sur des standards de l’internet qui permettraient une mise sous surveillance des usagers à l’échelle mondiale.

Dans une conférence à Dubaï cette semaine, les membres de l’ITU ont décidé d’adopter le standard Y.2770 pour un Deep Packet Inspection (DPI), une proposition top-secrète, qui à l’image de la Chine, permettrait aux entreprises de télécommunications à travers le monde de creuser plus avant et de stocker les données circulant sur la toile.

D’après l’ONU, utilisert les DPI sur une telle échelle globale permettrait aux autorités de détecter plus facilement les transfets et les partages de matériaux à copyrights et d’autres fichiers protégés, en trouvant une façon pour les administrateurs d’analyser les données des transmissions sur la toile et pas seulement les données d’en-tête, qui sont généralement identifiées et interprétées.

“C’est une procédure standard que de canaliser les packets d’information en se fiant aux en-têtes, après tout, cela est la partie qui contient les in formations sur la destination d el’information”, écrit Lawrence Lati de l’Inquirer, “mais en inspectant les contenus de chaque packet d’ISP, les gouvernements et quiconque d’autre, peuvent regarder des données sensibles. Bien que les utilisateurs peuvent limiter les risques d’interception en encryptant les données, suffisamment de ressources d’encryptage peuvent être craquées.”

Tim Berners-Lee, un scientifique informatique que beaucoup regarde comme étant le “père de l’internet”, s’est élevé contre cette mesure de lecture des DPI sur une telle échelle, en s’adressant plus tôt dans l’année dans une conférence du World Wide Web Consortium.

“Quelqu’un attache un de ces intercepteurs de DPI sur votre câble et peut lire chaque packaet d’information et peut réassembler les pages internet visionnées, les cataloguer sous votre nom, votre adresse, votre numéro de téléphone, pour être soit donné au gouvernement lorsqu’il le demande ou pour étre vendu au plus offrant, ceci est une chose très sérieuse au sujet de l’ingérence dans la vie privée des gens”, a t’il dit.

Le blogueur Arthur Herman écrit cette semaine pour Fox News en ligne qe le but des délégués de l’ITU est “de reprendre le contrôle du World Wide Web aux Etats-Unis et le donner aux bureaucrates de l’ONU. Ce sera la plus grosse prise de pouvoir de l’histoire de l’ONU, ainsi qu’une perversion de ce pouvoir”, a t’il prévenu.

 

Le secrétaire général de l’ITU, le Dr Hamadoun I. Touré, a balayé les critiques qui ont dépeintes le modèle proposé de DPI comme étant invasif, écrivant cette semaine un ´´ditorial où il insiste que la réunion de son organisation à Dubaï ne pose “aucun danger à la liberté d’expression”.

“Ceci est notre chance de tracer une carte routière pour connecter les non-connectés, tout en s’assurant qu’il y ait l’investissement pour créer l’infrastructure nécessaire pour la croissance exponentielle du traffic audio et audio-visuel en ligne”, a déclaré le Dr. Touré durant la conf´´rence, ajoutant que cela présente pour l’ONU “une opportunité en or de donner une connectivité bon marché pour tous, incluant les milliards d’êtres humains sur la planètre qui ne peuvent pas être connectés sur la toile.”

Malgré son explication, quelques nations et qulques grands noms du milieu des affaires en ligne sont demeurés opposés à cette proposition. La conférence de l’ITU cette semaine s’est déroulée à huis-clos et les représentants des grands prestataires de service internet comme Google, Facebook et Twitter n’ont pas pu y participer.

Dans un rapport publié cette semaine par CNet, le journaliste tech Declan McCullagh cite un document coréen qui décrit le document confidentiel standard Y.2770 comme étant capable “d’identifier des données watermark incluses dans les packets MP3, de découvrir les contenus audios protégés par les droits d’auteur, de trouver des messages Jabber dans les textes espagnols et d’identifier les utilisateurs de téléchargements BitTorrent.”

Mercredi, la chambre des représentants américaine a unanimement passée une résolution demandant au gouvernement de s’opposer aux efforts des Nations-Unies à contrôler l’internet.

Nouvel Ordre Mondial: le détournement de la science et de la technologie au profit de l’État totalitaire se poursuit…

Posted in actualité, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 1 avril 2012 by Résistance 71

Quand la réalité dépasse la fiction… Cela se produit de plus en plus. La grille de surveillance globale se poursuit. L’étau du goulag en préparation se resserre sur les peuples qui continuent à jouer avec les gadgets mis à leur disposition, s’abreuver des inepties des médias hypnotiseurs de masse et gober les mouches de la propagande des états fantoches assujettis aux cartels de la finance et de big business.

A l’horloge du totalitarisme mondial: il est minuit moins deux… tic, tac, tic, tac…

— Résistance 71 —

 

Minority Report:  L’ère de la surveillance totale est-elle venue aux Etats-Unis ?

 

 

RT

 

Le 30 Mars 2012,

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/cia-spy-internet-gadgets-862/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Des gadgets haute technologie toujours en évolution et l’internet ont donné un judas de vision sur la vie de tous les jours des Américains pour Grand Frère. Maintenant, sans avoir à se soucier de mettre des “mouchards” dans les maisons nécessitant de les pénétrer, le gouvernement peut virtuellement contrôler tout ce qu’il désire.

La CIA a récemment clâmé qu’elle serait capable de “lire” les ustensiles tels que les machines à laver ou les réfrégirateurs avec l’internet et peut-être même les ondes radios depuis l’extérieur des habitations.

Les officiels de l’agence de renseignement disent que d’ici à 2020, près de 100 milliards de ces ustensiles pourront être connectés sur l’internet tout comme le sont maintenant les ordinateurs et la téléphonie mobile

Le directeur de la CIA, le général David Petraeus a auparavant décrit la chute dystopique de l’Amérique lorsqu’il décrivit selon ses termes “un internet des choses”:

“Les objets d’intérêt seront localisés, identifiés, surveillés et contrôlés à distance au moyen de technologies telles que  l’identification par fréquence radio, les réseaux de capteurs, de petits serveurs implantés et des collecteurs de données énergétiques, le tout connecté sur la nouvelle génération d’internet utilisant une très grande puissance de traitement de données à moindre coût”, a dit Petraeus plus tôt ce mois-ci.

Les données digitales de chaque Américain vont bientôt être connectées à une énorme base de données localisé dans l’Utah, alors que la construction d’un centre de données d’une agence nationale pour la sécurité d’une valeur de 2 milliards de dollars est en cours ( $2 billion data center for the US national security agency ). Le complexe pourra collecter, analyser et stocker toute forme de communication personnelle, ceci incluant les achats faits en ligne, les appels faits et reçus sur la téléphonie mobile, les recherches sur Google et oui, les messages privés.

“Ils sont en train de chercher à désencrypter toutes les données. Par exemple, quand vous utilisez gmail, tous vos courriels sont encryptés par défaut,” dit Amie Stepanovitch de l’Electronic Privacy Information Center. “Le centre de la NSA est construit autour de systèmes qui vont désencrypter les données et enlever quelque protection que vous pourriez y mettre.”

Si le plus grand complexe de récupération de données ou les réfrégirateurs connectés sur l’internet sont des projets pour un futur pas si lointain, quelques technologies de contrôle sont déjà utilisées.

« Vous marchez dans la rue et une caméra qui vous suit est capable de comparer par le biais d’une cartographie faciale, la photo de votre permis de conduire ou toute autre photo et de certifier que vous étiez à l’intersection de telle et telle rue Jeudi à 15 heures; une autre photo de vous confirme que vous étiez à tel endroit Samedi dernier à 15 heures”, dit Steve Rambam, détective privé et fondateur CEO de Pallorium Inc, une compagnie d’enquête privée certifiée. En plus de la technologie de reconnaissance faciale, la police de New York n’est qu’une de plusieurs entités de police qui demande aux citoyens de se soumettre à un scan de l’iris de leur œil avant d’être relâché des postes de police. Ces six derniers mois, des scans de l’iris de centaines de manifestants du mouvement Occupy Wall Street ont été effectués, comme l’ont témoigné un grand nombre d’activistes interpellés.

“Ils ne vous disent vraiment pas pourquoi. Ils disent juste que c’est une autre forme d’identification et cela est très désagréable d’avoir quelqu’un qui vous met une machine près de votre visage, sans que vous ayez la moindre idée non seulement des dangers potentiels pour la santé de la procédure, mais aussi le pourquoi ils le font vraiment”, dit l’activiste du mouvemement Occupy Wall Street Christina Gonzales, qui a été arrêté durant des manifestations.

Les scans de l’iris de l’œil sont comme des empreintes digitales high-tech, mais plus rapide. Les officiels peuvent rapidement identifer quelqu’un dont les caractéristiques uniques de l’iris sont dans la base de données.

Ainsi, si les données biométriques, l’espionage robotique et la surveillance d’état étaient parties intégrantes d’un film de science-fiction avec Tom Cruise il y a à peine dix ans, pas mal de scènes de ce film “Minority Report” sont devenues des réalités de la vie américaine aujourd’hui, la vie ne cessant constamment d’imiter l’art.

Internet Big Brother: Google et la surenchère totalitaire…

Posted in actualité, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , , , , , , on 26 janvier 2012 by Résistance 71

Rien de surprenant sachant que Google est un partenaire actif des agences de sécurité nationales américaines, notamment la NSA (National Security Agency), l’équivalent de la DCRI française avec bien plus de moyens. Une controverse à ce sujet éclata il y a deux ans, mais les relations de Google et de la NSA remonte à bien plus loin. Un des anciens directeurs de la cybersécurité de Google (Ben Laurie) travaillait pour la NSA et a siégé au comité directeur de Wikileaks… Une grande famille le renseignement…

Google est-il une machine à espionner ? Bien sûr… L’internet dans son ensemble l’est, chaque médaille a son revers. A lire notre traduction d’une interview de John Young, fondateur de Cryptome et cypherpunk originel.

— Résistance 71 —

 

Google va surveiller ses utilisateurs… comme jamais auparavant !

 

RT

 

Le 25 Janvier 2012,

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/google-privacy-policy-tracking-671/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans un plan qui a déclanché la fureur, Google a annoncé ses intentions de ramener toutes les données collectées sur les comptes séparés des utilisateurs de ses sites dans un profil intégré. Au delà du fait que cela pose des questions sur l’atteinte à la vie privée, cela est aussi une offre… que vous nous pourrez pas refuser.

Les changements prendront effet le 1er Mars. Avant cette date, Google va avertir ses centaines de millions d’utilisateurs à propos des nouvelles règles du jeu. En préparation, la compagnie renforce sa police sur l’aspect privé des informations et ses conditions d’utilisation de services. Les utilisateurs devront décider s’ils sont d’accord avec ces nouveaux termes, ou perdre l’accès à certains de leurs sites favoris. Il n’y a pas de possibilité de se défiler.

Certains disent que l’annonce de Google sur l’aspect privé est frustrant et quelque peu inquiétant. “Même si la compagnie croit que tracer les utilisateurs à travers toutes les plateformes améliore ses services, les consommateurs devraient toujours avoir la possibilité de ne pas participer”, a dit le directeur exécutif de Common Sense Media James Steyer, cité par le Washington Post.

Google dit que sa nouvelle politique reflète “le désir de créer une expérience simple”, qui répond aux besoins, quand on en a besoin. Les changements permettront apparemment à Google d’offrir plus de services et de “choses sympas”.

Google est en train de résumer plus de 60 notes légales séparées en un contrat d’utiisation et de confidentialité unique qui sera plus facile à comprende pour les consommateurs, ou du moins autoriser la lecture complète des termes de services et d’utilisation.

Mais ces changements viennent avec une clause de collection et de combinaison de données personnelles jusqu’ici sans précédent dans la façon dont elles pourront être compilées, façon que vous n’auriez jamais imaginé lorsque vous vous êtes enregistré pour Gmail ou Picasa.

“Notre nouveau contrat de confidentialité établit clairement que si vous êtes en ligne dans votre compte Google, nous pouvons combiner l’information que vous avez donnée dans un service avec d’autres services”, a écrit la directrice de Google sur la confidentialité Alma Whitten dans son blog officiel.

“En bref, nous vous traiterons comme un utilisateur unique au travers tous nos produits, ce qui voudra dire un accès à une expérience plus simple, plus intuitive de Google”, a t’elle dit.

Ce n’est pas comme si Google ne collectait pas déjà beaucoup d’informations à propos de ses clients. Quand vous utilisez un téléphone cellulaire Android, Google peut avoir accès à vos contacts et lieux. Si vous cherchez pour quelque chose sur l’internet, Google se rappelle de tous les mots clés utilisés. Quand vous vous enregistrez sur votre compte Google, la compagnie peut tracer tous les sites que vous avez visités.

Les seuls projets de Google qui ne sont pas pour l’instant affectés par cette massive opération de collecte de données sont Google Wallet, Google Books et le navigateur internet Chrome.

Google affirme qu’il est dévoué à protéger votre vie privée et que la seule personne avec laquelle il partagera l’information c’est vous.

“Notre projet récent de recherche personnelle est un bon exemple des trucs sympas que Google peut faire quand nous combinons l’information au travers des produits”, dit Google.

Mais cette propriété de recherche personnelle a déjà soulevé sa part de scepticisme. Google est sujet à une enquête anti-trust à propos de ses derniers changements sur son moteur de recherche. Le Washington Post dit que la commission fédérale du commerce enquête de manière privée pour voir si la décision de Google de promouvoir son réseau social Google+ sur les pages de résultats de recherches est un acte de concurrence déloyale.

Maintenant, les nouveaux changements ont ouvert encore plus de débats au sujet de la prise de position de Google sur la confidentialité et la vie privée, ainsi que la protection des données personnelles.