Archive pour Syrie ingérence politique

Guerre impérialiste en Syrie: Assad dit halte au sketch ?…

Posted in actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 juillet 2018 by Résistance 71

Cette info ci-dessous émanant de VT est-elle une intox ? Nous pensons qu’en fait, VT fait partie du plan et que tout cela est mis en place par les Russes avec l’aval d’Assad de façon à donner plus de poids en coulisse à Poutine lors de sa rencontre avec Trump. VT a de longue date été choisi comme véhicule de l’info “fuitée”.

Quoi qu’il en soit, il est très probable que ce soit effectif sur le terrain ou alors il est aussi possible que ce soit une intox avec les trois parties impliquées…

Lors de la rencontre Poutine/Trump, les deux parties de connivence sauront, Trump aura une excuse de fléchir pour sauver les apparences face aux sionistes va t’en guerre, Poutine pourra dire que la Syrie est en position de lui forcer un peu la main et Assad sortira grandi en fin stratège… renforçant son image.

Le dindon de la farce en serait l’entité sioniste… bien vu ! On est en pleine partie hybride d’échecs et de billard à trois bandes…

~ Résistance 71 ~

 

Exclusif VT: Assad balance une véritable bombe pour la réunion Poutine/Trump à venir

 

Gordon Duff  et Nahed al Husaini (VT)

 

10 juillet 2018

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2018/07/10/exclusive-assad-drops-bomb-on-putin-trump-confab/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le président Bachar al-Assad a ordonné secrètement que l’Armée arabe syrienne (AAS) tire sur toute unité militaire ou appareil aérien approchant de ses forces. Depuis que cet ordre a été donné, il s’en est suivi une véritable petite guerre entre la Syre et les Etats-Unis qui voit les morts côtés américains non rapportés ni déclarés, des unités terroristes supplétives comprenant des membres de l’EIIL et d’AQ annihilées en Syrie.

On nous dit qu’Assad a mis ceci en pratique afin de mettre le président russe Poutine “en alerte” lorsqu’il va rencontrer Trump dans 6 jours. Poutine devra alors soit se tenir aux côtés de la Syrie contre les Etats-Unis et Israël ou se coucher et admettre que la Russie, malgré la montée des prix du pétrole, devra se plier aux volontés de Washington et au poids des sanctions.

Des forces spéciales américaines (commandos), opérant à l’ouest de la rivière Euphrates, loin en territoire syrien, bien loin de toute zone “quasi-reconnue” d’intérêt américain, ont ouvert le feu sur des unités de l’AAS la semaine dernière.

Rien de tout ceci n’a été rapporté, ni n’a transpiré.

Ce ne fut pas la première fois non plus. Les Américains qui sont en Syrie de manière tout à fait illégale (NdT: non invités, contrairement aux Russes…) ont de puis longtemps reconnu la politique du président Assad de de facto ne par répliquer ni de riposter contre les attaques israéliennes et américaines. Cette politique est arrivée à sa fin comme l’a dit Assad à ses proches collaborateurs dont l’un d’eux nous a averti.

Les choses ont changé. L’EIIL / Daesh est fini et Israël va devoir regarder l’AAS écraser le reste des poches de résistance de l’EIIL qu’Israël a protégées depuis les plateaux du Golan, territoire syrien occupé.

Rien de ce que pourra faire Israël ne pourra faire une différence.

Israël a sous-estimé la Syrie et son président Assad, croyant qu’il demeurerait plein de civilité et exercerait la retenue d’un homme d’état face à la belligérance imbécile de Tel Aviv.

L’AAS est bien plus puissante aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été de toute son histoire, elle est maintenant aguerrie sur le champ de bataille mais aussi renforcée par des dizaines de milliers d’anciens “rebelles modérés” qui ont vu et compris leur destin. L’Amérique et Israël ne peuvent pas les protéger, ils ne peuvent pas gagner et parier sur des réformes syriennes et rester en vie est bien mieux pour eux que d’être perpétuellement traqués.

Malgré le fait que de tels actes sont de plus en plus évidents, inutiles et ne trompent plus personne, les terroristes soutenus par les Etats-Unis, aidés par l’agence de presse Reuters et les casques blancs de G. Clooney, ont été observés stocker des armes chimiques pour de nouvelles attaques faux-drapeau que Trump, Netanyahou et Pompeo blâmeront sur Assad une nouvelle fois.

Mais cette fois-ci, il y a de très grandes chances qu’un des navires américains de Méditerranée ou d’ailleurs se fasse tirer comme un canard au milieu du marais et se chope quelques missiles et torpilles.

C’est ce scénario auquel devront faire face Poutine et Trump et Trump est sur la voie inexorable d’un face à face qui devrait bien nous montrer les Etats-Unis plier tout comme ils l’ont fait avec la Corée du Nord.

Publicités

Nouvel Ordre Mondial: Al Qaïda et l’EIIL créés par l’empire (Harvard)

Posted in 11 septembre, actualité, altermondialisme, documentaire, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 juillet 2018 by Résistance 71


La lumière du N.O.M

 

Un chercheur de Harvard explique comment les Etats-Unis ont créé Al Qaïda et le groupe terroriste de l’EIIL / Daesh

 

Arjun Walia

 

27 juin 2018

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/49733.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

C’est assez fascinant de constater à quel point la conscience planétaire a changé en l’espace de ces quelques cinq dernières années et ceci ne s’est pas produit sur juste un sujet, mais dans bien des domaines allant de la santé à la géopolitique et tout ce qu’on peut trouver entre les deux.

Les gens sont vraiment en train de se réveiller et de voir au travers de la masse de la propagande et des mensonges qui nous sont continuellement apportés par les médias sur les sujets globaux et autre domaines englobant tous les aspects de l’humanité.

Connu pour être le “père de la relation publique”, Edward Bernays (NdT: neveu de Sigmund Freud) le résume assez bien:

La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent de mécanisme invisible de la société constituent un gouvernement invisible qui est le véritable pouvoir de notre pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont formatés, nos goûts façonnés, nos idées suggérées, essentiellement par un groupe de personnes dont nous n’avons jamais entendu parler.” — Propaganda, 1928

Ce grand “réveil” dont je parle est devenu évident alors que des mots comme “état profond”, “terrorisme faux-drapeau” sont devenus des lieux communs de la rhétorique publique médiatique, des politiciens internationaux y faisant même souvent référence. Prenez le président russe Poutine par exemple qui a dénoncé en de multiples occasions l’alliance militaire occidentale et ses menaces “magiques”, “mythiques” qu’elle crée pour justifier son action politico-économique et ses sanctions et interventions dans de nombreux pays pour en fait d’autres motifs. Un autre exemple serait comment le président syrien Bachar al Assad a dénoncé Donald Trump pour n’être qu’un autre outil de l’état profond états-unien. Cette reconnaissance de “l’état profond” est énorme car de nombreux présidents américains ont essayé d’en informer le public au cours des dernières décennies.

L’ancien président Theodor Roosevelt fut un de ceux qui essaya de nous prévenir que les deux partis politiques US avaient dérogé de leur objectif initial et qu’au lieu que la politique soit un outil pour promouvoir le bien public des masses, “ils sont les outils d’intérêts corrompus qui les utilisent pour assouvir leurs propres intérêts. Derrière ce gouvernement de façade, siège, trône un gouvernement invisible, n’ayant aucune responsabilité ni allégeance de quelque sorte que ce soit envers le peuple.” (source)

L’idée que les gouvernements ne représentent en rien leur peuple et que ceci n’est pas nouveau est devenu évident aujourd’hui. Pour nous, à Collective Evolution, c’est fascinant parce que nous avons écrit et dénoncé cet état profond depuis des années (NdT: de la même manière pour nous à Résistance 71…) et avoir maintenant des figures de la politique en parler ouvertement fait définitivement se poser des questions.

Le meilleur exemple (moderne) de terrorisme faux-drapeau pourrait bien être les attentats du 11 septembre 2001 ainsi que les récentes attaques chimiques ayant eu lieu en Syrie. Est-ce que l’élite mondialiste fomente et perpétue ces évènements en le blâmant sur quelqu’un d’autre pour justifier les actions qu’ils ont décidé de prendre ? Est-ce que tout ce qu’on nous dit et ce que nous connaissons sur le terrorisme et la menace sur la sûreté de l’État est fondé sur de fausses assertions ?

La Syrie et l’histoire de la Syrie est un excellent exemple, le document intitulé “Syria: Scenarios of Dramatic Political Change,” a été écrit en juillet 1986 par le Foreign Subversion and Instability Center, partie du Mission Center for Global Issues de la CIA. Il déclare sa mission être: “d’analyser un nombre possible de scénarios pouvant mener à l’expulsion du président Assad ou tout autre changement politique d’importance en Syrie.” Bien que le document ait 25 ans d’âge, il montre que les Etats-Unis planifient d’infiltrer et d’influencer la Syrie afin de créer un changement utile à leurs intérêts, cela remonte à plus de 30 ans..

Le document vient aussi avec des témoignages de gens de l’intérieur, comme par exemple le général 4 étoiles Wesley Clark, ancien chef des opérations de l’OTAN de 1997 à 2000. Celui-ci a déclaré dans un entretien avec Democracy Now! que les USA planifiaient d’envahir 7 pays en 5 ans au Moyen-Orient incluant la Syrie et ce sans aucune raison valide. Il offrait le sentiment des personnes au sein de l’armée américaine que nous avions une “bonne armée” et que nous pouvions “renverser des gouvernements”. Il parla d’un mémo interne du Pentagone qui décrivait comment les Etats-Unis allaient “renverser 7 pays en 5 ans en commençant avec l’Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et pour finir l’Iran.

(source).

Alors, qui a créé Al Qaïda et l’EIIL ?…

Nous sommes face à face avec la prise de contrôle criminelle à un niveau international.. il y a une guerre ouverte menée par les Etats-Unis et qui peut être menée par quelques pays par procuration qui obéissent aux ordres de Washington… La ‘guerre globale contre le terrorisme’ est une action américaine, une fausse action, basée sur de fausses bases. Elle nous explique que quelque part les Etats-Unis et le monde occidental courent après un ennemi fictif, l’État Islamique, quand cet EI est de fait totalement soutenu et financé par l’alliance militaire occidentale et les alliés des Etats-Unis dans le Golfe Persique,

Cette citation ci-dessus provient d’un économiste canadien, Michel Chossudovsky, professeur émérite de l’université d’Ottawa. Il expliqua tout cela dans une conférence international sur le Nouvel Ordre Mondial qui fut organisée il y a quelques années par la Perdana Global Peace Foundation.

Comme on peut le constater, ce sentiment est partagé par beaucoup et une des dernières voix à abonder en ce sens est celle de Garikai Chengu de l’université de Harvard.

A l’instar d’Al Qaïda, l’EIIL est made in USA, il est un instrument de terreur fait pour diviser et conquérir le Moyen-Orient riche en pétrole et en hydrocarbures et pour contrer l’influence croissante de l’Iran dans la région. Le fait que les Etats-Unis ont une très longue histoire de soutien et de création  du terrorisme ne surprendra que ceux qui regardent les JT et ignorent l’histoire.

Un autre excellent point que Chengu établit:

La relation de l’Amérique avec AQ a toujours été une relation de haine et d’amour. Tout cela dépend si un groupe particulier affilié à AQ sert des intérêts américains spécifiques dans la zone où il se trouve. Selon le cas, le ministère des affaires étrangères américain soutien et finance le groupe terroriste ou le fait bombarder. Alors même que les législateurs américains clament s’opposer à l’islam extrémiste, ils le fomente et le développent comme arme de leur politique étrangère.

Il fournit pas mal d’exemples dans son article, demandant aux lecteurs de se rappeler quand la “CIA donna naissance à Oussama Ben Laden et allaita son organisation pendant les années 1980.” Il rappelle brièvement l’ancien ministre britannique des affaires étrangères Robin Cook disant au parlement qu’Al Qaïda “était sans aucune équivoque, un produit des services de renseignement occidentaux.

La vérité est qu’il n’y a pas d’armée islamique ou de groupe terroriste répondant au nom d’Al Qaïda et tout officier de renseignement informé sait parfaitement cela. Mais en revanche, il y a une campagne de propagande pour faire croire au public la présence d’une entité intensifiée représentant ‘le diable’ et ce uniquement pour amener les téléspectateurs à accepter un leadership international unifié pour une ‘guerre contre le terrorisme’. Le pays qui se tient derrière cette campagne de propagande sont les Etats-Unis.” ~ Robin Cook

Aujourd’hui, nous avons de nombreux lanceurs d’alerte qui martèlent ce point précis. Voici par exemple une vidéo de la lanceuse d’alerte du FBI Sibel Edmonds sur RT news: video.

Elle est une ancienne traductrice du FBI et fondatrice de la National Security Whistleblowers Coalition (NSWBC). Elle a attiré pas mal d’attention sur elle en 2002 après avoir accusé un collègue de couvrir une activité illicite impliquant des citoyens turcs, qui mettaient en cause de sérieux manquements à la sécurité et des activités de camouflage en référence à des informations ultra-confidentielles qui étaient délibérément supprimées. Elle met en évidence le fait que l’EIIL est la création de ceux-là mêmes qui appelle le groupe terroriste.

Un autre exemple récent provient d’Edward Snowden qui publie un tweet de l’assistant professeur Max Abrahms, expert en sécurité internationale, posant la relation entre la CIA et AQ. […] 

Snowden a retweeter ceci le 12 septembre, le jour d’après l’anniversaire du 11 septembre.

La soi-disante guerre contre le terrorisme devrait être vue pour ce qu’elle est véritablement: un prétexte pour maintenir une armée américaine dangereusement sur-gonflée. Les deux groupes les plus importants influents sur la politique étrangère américaine sont le lobby israélien qui dirige la politique américaine du Moyen-Orient et le complexe militaro-industriel qui profite de toutes les actions qui en découlent. Depuis que George W. Bush a déclaré cette ‘guerre contre le terrorisme’ en 2001, celle-ci a coûté aux contribuable plus de 6600 milliards de dollars et des milliers de nos jeunes sont tombés pour cette mascarade ; mais cette guerre a aussi engrangé des milliards pour l’élite au sommet de la pyramide américaine.” ~ Garikai Chengu.

Alors que pouvez-vous faire ? En quoi cela change t’il votre vie ?

Le plus intéressant au sujet de ce type d’information est que cela va à contre-courant de l’info des merdias de base et de leur rhétorique usuelle. Dans un monde où l’information est présentée de manière totalement antinomique à la réalité de terrain, que doit donc faire celui qui est intéressé de connaître la vérité ?…

La plupart sait qui sert la soupe les vraies “fausses nouvelles/infos” et cela est spécifiquement intrigant quand on a tant de sources qui vont contre le narratif officiel. Ce qui est encore plus inquiétant est que ce sont les gouvernements qui veulent décider de ce qui est de la “vraie et de la fausse info”, de ce qui est réel et de ce qui est falsifié. Ne devrions-nous pas être capables de faire cela nous-mêmes ?… Ne devrions nous pas mettre notre casque à esprit critique ? Ne sommes-nous pas capable de regarder des sources variées d’information et de faire un choix informé plutôt que de dépendre exclusivement des infos diffusées sur nos écrans de TV avec des gens d’influence manipulant les perceptions et les esprits de la masse des gens ?…

En fin de compte, c’est tout ce qui existe, une guerre pour notre conscience et il est très clair qu’ils ne veulent vraiment pas que nous pensions par nous-mêmes.

Ce type d’info est du style catalyseur “ah ah, mais c’est pourtant bien sûr!”. Plus on commence à voir les choses, et à devenir conscients des réalités et plus cela devient le point de départ de l’action. Regardez ce qu’il s’est produit avec les OGM et l’activisme que cela a engendré, ainsi la vaste majorité de la nourriture OGM parfaitement légale aux Etats-Unis a été interdite dans bien des pays du monde.

C’est la même chose avec le terrorisme et la guerre en général. Au bout du compte, on nous a lavé le cerveau et on continue d’être conditionné afin d’accepter les raisons de la guerre. Au moment où nous nous réveillons, à l’instant où nous avons ce moment “ah ah”, c’est le moment où tout change et c’est aussi le moment où les soldats commenceront à arrêter d’appuyer sur la détente de leurs armes.

Le changement commence avec nous ! et au moment où nous ne permettons plus que nous soyons utilisés comme outils pour les objectifs et les fins de gens puissants, alors vient le moment où le monde commence à changer et nous sommes en ce moment même dans ce processus !… Une des choses les plus fortes et utiles que vous puissiez faire, est que lorsque l’opportunité vous ait présentée, n’ayez jamais peur de gueuler et de partager un avis, une opinion qui va à contre-courant.

== =

“Soyez le changement que vous voulez pour le monde..”
~Mahatma Gandhi ~

= = =

Lectures complémentaires:

Manifeste pour la Société des Sociétés

Au sujet dun 11 septembre nucleaire

La_City_de_Londres_au_coeur_de_lempire

911_History_en

Que faire ?

Au sujet d’un 11 septembre nucleaire

Effondrer le colonialisme

Théorie Russo Ukrainienne de l’Origine Profonde Abiotique du Pétrole

petit_precis_sur_la_societe_et_letat

le bouclier du lanceur d’alerte

Guerre par procuration en Syrie: L’ex-adjoint à la sécurité d’Obama reconnaît l’implication yankee avec Daesh !…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 28 juin 2018 by Résistance 71

Question de R71:  Qu’est-ce que le monde, la soi-disante « communauté internationale », va faire de cet aveu ?…

 

Dans un entretien détonnant, Ben Rhodes admet qu’Obama armait les djihadistes en Syrie

 

Tyler Durden

 

26 juin 2018

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/49714.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quelqu’un a finalement demandé à des hauts-fonctionnaires de l’administration Obama de prendre en compte le développement de l’EIIL/Daesh et l’armement des djihadistes en Syrie.

Dans un entretien a bâton rompu intitulé « Confronting the Consequences of Obama’s Foreign Policy » le journaliste de The Intercept Mehdi Hasan a posé la question à Ben Rhodes qui a servi longtemps comme adjoint au conseiller national à la sécurité à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama et qui fait maintenant la promotion de son nouveau livre, The World As It Is: Inside the Obama White House.

Rhodes a été décrit comme étant tellement dans la confidence d’Obama qu’il était “dans la pièce” lors de pratiquement toutes les décisions importantes en politique étrangère prises par Obama lors de ses 8 années au pouvoir. Bien que l’entretien accordé à The Intercept vaut la peine d’être écouté dans sa totalité, c’est le segment sur la Syrie qui a capté notre attention.

Malgré le fait que Rhodes essaya de littéralement danser autour de l’affaire, il répond docilement par l’affirmative lorsque Mehdi Hasan lui pose les questions suivantes au sujet du soutien des djihadistes en Syrie:

“Êtes-vous trop intervenus en Syrie ? Parce que la CIA a dépensé des centaines de millions de dollars à financer et à armer les rebelles anti-Assad et beaucoup de ces armes comme vous le savez, ont terminé aux mains des groupes djihadistes, certaines même aux mains de l’EIIL.

Vos critiques diraient que vous avez exacerbé la guerre par procuration en Syrie ; que vous avez prolongé ce conflit et que ce faisant vous avez favorisé et poussé les djihadistes.

Rhodes dans un premier temps monologue au sujet de son livre et fait une “évaluation secondaire” de la politique sur la Syrie dans une tentative d’éluder la question, mais Hasan le ramène sur le cap à suivre en disant: “Allez enfin, vous coordonniez beaucoup de leurs armes.”

Les deux hommes argumentent sur l’accusation de Hasan de “pousser les djihadistes” dans la section suivante de l’entretien, à la fin de laquelle Rhodes lâche en traînant les pieds un “ouais…” tout en essayant de faire passer le blâme sur les alliés américains que sont la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite (de manière similaire sur ce que fit le vice-président Joe Biden dans un discours datant de 2014)

MH: Allez quoi, vous coordonniez beaucoup de leurs armes. Vous savez que les Etats-Unis étaient lourdement impliqués dans cette guerre ainsi que les Saoudiens, les Qataris et les Turcs.

BR: Et bien j’allais dire: la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar…

MH: Vous y étiez aussi…

BR: Ouais, mais en fait une fois que cela eut dégénéré en une sorte de guerre civile sectaire ayant des parties combattant pour ce qu’elles percevaient être leur propre survie, je pense que nous, en la capacité de mettre fin à ce type de situation, et une partie de ce avec quoi j’ai lutté avec le livre, sont les limites de notre capacité de tirer un levier et de faire qu’une telle tuerie s’arrête une fois qu’elle est déclenchée.

A notre connaissance, il s’agit de la seule et unique fois qu’une organisation médiatique importante a directement demandé à un haut-conseiller en politique étrangère de l’administration Obama de reconnaître les longues années de soutien des djihadistes en Syrie par la Maison Blanche.

Bien que l’entretien fut publié vendredi dernier, son importance n’a pas été relevée ni commenté dans les médias le week-end dernier et ce peut-être de manière bien prévisible. Ce qui a circulé en revanche fut un article du magazine Newsweek se moquant des “théories du complot” entourant la montée rapide de l’EIIL/Daesh, incluant ceci:

“Le président Trump a peu fait pour dissiper le mythe d’un soutien direct américain à l’EIIL depuis qu’il a pris ses fonctions. Lors de sa campagne électorale en 2016, Trump affirma, sans donner aucune preuve, que le président Obama et la ministre des AE d’alors Hillary Clinton, avaient co-fondé le groupe et que l’EIIL “honore” l’ancien président.”

Bien sûr, la vérité est un peu plus nuancée que ça, alors que Trump lui-même, ailleurs, semblait le reconnaître, ce qui amena le président un peu plus tard à mettre un terme à l’assistance de la CIA et à son programme de changement de régime en Syrie à l’été 2017 tout en se plaignant à ses aides de la brutalité choquante des soi-disants “rebelles” entraînés par la CIA.

Dans le même temps, les médias ont été satisfaits de diffuser la fausse information que l’héritage du président Obama est “qu’il est resté en dehors de Syrie” tout en approuvant à un niveau négligeable quelques aides à de soi-disants “rebelles modérés” qui combattaient à la fois Assad et de manière supposée l’État Islamique. Rhodes avait lui-même tenté, dans des entretiens précédents,, de faire le portrait d’un sage Obama qui était “resté sur le touche en Syrie”.

Mais, comme nous l’avons fait remarqué à maintes reprises ces dernières années, ce narratif ignore et cherche même à blanchir ce qui est probablement le plus grand programme secret de la CIA de son histoire, commencé par Obama, qui a armé et financé une insurrection djihadiste dans le but de renverser Al Assad et qui a coûté au contribuable américain de l’ordre d’un milliard de dollars par an (1/15 du budget publiquement connu de la CIA, d’après les documents fuités par Edward Snowden et révélés par le Washington Post).

Ceci ignore également le fait bien établi, documenté à la fois dans les rapport du renseignement américain et authentifié par les prises de vue sur les champs de batailles, que l’EIIL et l’Armée Syrienne Libre (ASL) ont combattu sous un commandement unifié géré par les Américains pendant les premières années de la guerre en Syrie et ce jusqu’à la fin 2013, chose qui a été confirmée par le professeur Joshua Landis, de l’université de l’Oklahoma, l’expert mondial sur la Syrie.

Guerre impérialiste en Syrie: Stratégie russe contre propagande occidentale…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mai 2018 by Résistance 71

Le décryptage de l’opération du 28 mai 2018 en Syrie

 

Press TV

 

30 mai 2018

 

url de l’article en français:

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/05/30/563366/Syrie-fin-de-lalliance-iranorusse

 

Israël et l’Arabie saoudite s’échinent pour saper l’alliance russo-iranienne en Syrie, avec en toile de fond la volonté d’empêcher l’armée syrienne d’en finir avec les terroristes dans le Sud.

Quatre conseillers militaires russes ont été tués et trois autres blessés dans la province de Deir ez-Zor le 27 mai dernier, alors qu’un convoi militaire de l’armée syrienne traversait l’Euphrate.

Quatre jours plus tôt, le 23 mai, Daech avait attaqué de façon similaire l’armée gouvernementale non loin de la ville stratégique d’al-Mayadin, située dans le triangle frontalier Syrie/Irak/Jordanie. Après l’attaque, Amaq, l’agence de presse liée à Daech, a annoncé, là aussi, la mort de 23 soldats « syriens et russes ».

Quelques jours avant l’attaque du 27 mai, orchestrée visiblement par FDS interposées depuis la base américaine d’al-Tanf, la Russie a lancé un appel : elle a demandé le retrait de toutes les forces étrangères (amis et adversaires) du Sud syrien, voire de toute la Syrie, alors qu’un dialogue se déroule entre Russes d’une part et Jordaniens et Américains de l’autre sur le statut des régions du Sud.

Est-ce la fin de l’alliance Iran/Russie en Syrie ? Oui à en croire les presses israélienne et arabe. Selon Haaretz, « la Russie envisage de retirer les forces iraniennes de la frontière israélo-syrienne », car elle craint que les frappes d’Israël en Syrie finissent par miner le régime d’Assad. Le journal va encore plus loin en affirmant que Moscou « pourrait accepter de déplacer les pro-Iraniens à 60 kilomètres de la frontière israélienne ».

Et Haaretz d’ajouter : « Le changement de position de la Russie s’est produit au lendemain de l’affrontement militaire du 10 mai entre Israël et l’Iran en Syrie, dans la mesure où Moscou craint que d’autres mesures israéliennes ne menacent la stabilité du régime du président syrien Bachar al-Assad. »

En d’autres termes, Israël a fait peur à la Russie et a fini par briser en éclats l’une des alliances les plus efficaces et les plus porteuses d’espoir de l’histoire récente pour la Russie, alliance qui lui avait ouvert grand les portes du Moyen-Orient.

La thèse est pour autant absurde à un double titre :

1. La Russie n’a aucun moyen d’empêcher la présence de l’Iran en Syrie ou d’enjoindre aux conseillers militaires iraniens comment se positionner. Le gouvernement syrien n’aura aucun intérêt non plus à se détacher de son meilleur allié, l’Iran, venu à son secours avant l’arrivée de la Russie, et qui continuera à l’appuyer tant que la Syrie n’aura pas recouvré une souveraineté pleine et entière sur l’ensemble de son territoire. Si la Russie devait choisir entre l’Iran et Israël, sa décision serait probablement et en toute logique en faveur du premier et contre le second, tant est incontournable la place de l’Iran sur l’échiquier eurasiatique.

2. L’Iran a déjà annoncé qu’il ne participerait pas à la prochaine opération de Deraa dans le sud-ouest de la Syrie et l’ambassadeur iranien en Jordanie, Mojtaba Ferdowsi, l’a confirmé. Or l’annonce iranienne a été ignorée à dessein par les médias mainstream qui ont préféré se focaliser sur les appels russes au retrait des forces étrangères de la Syrie… sans comprendre le subtil manège irano-russe :

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a utilisé la décision iranienne pour offrir un marché aux États-Unis : seules les troupes de l’armée syrienne devront être à la frontière sud du pays avec la Jordanie et Israël. « Bien sûr, le retrait de toutes les forces non syriennes doit se faire sur une base mutuelle, cela devra être donnant donnant », a déclaré le ministre russe. Les États-Unis disposent de la base frontalière d’al-Tanf, située sur le triangle frontalier de la Syrie, de la Jordanie et de l’Irak. Lors de la même conférence de presse qui s’est tenue lundi, Lavrov a accusé les États-Unis de cacher les forces de Daech dans un camp de réfugiés voisin. Quand Lavrov a déclaré que « le retrait de toutes les forces non syriennes doit être effectué sur une base mutuelle », il offrait le retrait iranien (déjà annoncé) du sud-ouest de la Syrie en échange d’un retrait US d’al-Tanf dans le Sud-Est…

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: conflit Iran-Israël voulu par l’oligarchie ?…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 11 mai 2018 by Résistance 71

Des cibles israélienne frappées dans le Golan, Israël accuse l’Iran et dit ne pas chercher l’escalade

 

Al Manar

 

10 mai 2018

 

Source: http://french.almanar.com.lb/885850

 

Des dizaines de missiles en provenance de la Syrie se sont abattus, dans la nuit de mercredi à jeudi, sur plusieurs positions militaires israéliennes dans le Golan syrien occupé.

L’armée d’occupation israélienne a directement accusé les Gardiens de la révolution iranienne d’être derrière cette attaque. A en croire le porte-parole de l’armée d’occupation, une vingtaine de missiles été tirées par des hommes de la brigade iranienne al-Qods ont visé les premières lignes de l’armée israélienne sur le Golan. Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus a prétendu que le système antimissile Dôme de fer en a intercepté plusieurs.

Or, le quotidien israélienne Haaretz a reconnu que le Dôme de fer n’a fonctionné que partiellement et que « certains des missiles iraniens » ont traversé le « bouclier antimissile israélien ».

Dans ce contexte, la chaine libanaise Al Mayadeen, citant des sources militaires concordantes, a affirmé que plus de 50 missiles ont atteint plusieurs positions de l’armée d’occupation.

Et de préciser : ‘dix sites militaires israéliens ont été visés au nombre des quels figurent le site ultra-secret du renseignement des unités de protection des frontières’.

Citant des témoins, AlMayadeen a fait état d’énormes incendies après la chute des missiles et un mouvement intensif des ambulances.

L’armée d’occupation a imposé un black out total sur les dégâts et les pertes israéliennes, recommandant des médias israéliens de n’évoquer qu’une vingtaine de missiles pour éviter de semer la panique parmi les Israéliens.

La première salve de tirs de missiles a eu lieu vers minuit heure locale contre les positions israéliennes déclenchant les sirènes d’alertes.  Le conseil local du Golan occupé, organe désignée par l’armée de l’occupation, a lancé la consigne d’évacuation et a demandé aux colons de gagner les abris.

Raids contre Damas, ‘Israël’ ne cherche pas l’escalade

L’incapacité des missiles Patriot israéliens à intercepter ces missiles a poussé l’aviation sioniste à lancer des raids contre la banlieue de Damas.

Vers 04h30 (Heure locale), des avions de combat israéliens ont lancé une série de raids aériens contre la capitale syrienne, et sa banlieue. Des détonations ont été entendues non loin du siège de la Garde présidentielle et du centre de recherche militaire Jamaria. La DCA syrienne a été pleinement active à l’heure où l’information tombait sur le télex.

Selon le ministère russe de la Défense, les raids israéliens ont été menés par 28 avions israéliens F-15 et F-16 qui ont tiré environ 60 missiles, dont plus de la moitié ont été abattus par la DCA de l’armée syrienne. Le moment de l’interception a été enregistré par des caméras.

Une source des forces alliées de Damas a indiqué à l’AFP que les frappes israéliennes ont touché « un régiment de l’armée de l’air près de la ville de Doumeir (à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Damas, ndlr) et la brigade 38 dans les environs de Deraa ».

« Les systèmes de défense anti-aériens ont réussi à abattre des missiles qui visaient l’aéroport de Damas », a ajouté cette même source.

De son côté, le porte parole de l’armée d’occupation a confirmé les raids contre la Syrie, tout en insistant que l’entité sioniste « ne cherche pas l’escalade » militaire.

Selon lui, le chef de la brigade al-Qods, « Qassem Soleimani, a ordonné et dirigé en personne l’attaque aux missiles contre les positions de l’armée israélienne ».

Et d’ajouter: « Israël a informé la Russie avant ses raids menés jeudi contre des cibles en Syrie ».

Le ministre israélien de la guerre, Avigdor Lieberman, a également déclaré qu’ ‘Israël ne veut pas une escalade’ tout en espérant que ‘cet épisode soit clos’, a rapporté AlMayadeen.

Citant des sources bien informées, la chaine libanaise d’informations a affirmé qu’Israël informé les Casques bleux de la FNUOD qu’il n’aspire pas à une escalade ou à une guerre avec l’Iran.

Les abris ouverts dans la Galilée

Et puis à 5h30 heure locale, de nouvelles explosions ont été entendue, cette fois-ci, dans la colonie de Metula, au le nord de l’entité sioniste, a pour sa part rapporté la chaine d’informations iranienne francophone PressTV. Et d’ajouter : les colons ont été sommés à quitter la colonie : les refuges à « Tiberiade » et « Kiryat Shmona » dans la Galilée ont été ouverts.

Mardi soir, les forces d’occupation ont été mises en état d’alerte pour se préparer à une éventuelle riposte qui pourrait être lancée à partir de la Syrie. Deux missiles israéliens ont été interceptés mardi soir par la défense antiaérienne syrienne au-dessus de la ville d’al-Kiswah, située au sud de Damas.

Paris appelle à la « désescalade » entre ‘Israël’ et l’Iran

En réaction, le chef de l’Etat français Emmanuel Macron a appelé à la « désescalade » entre ‘Israël’ et l’Iran, a indiqué jeudi la présidence française.

« Il appelle à la désescalade », a indiqué la présidence et « il s’entretiendra à ce sujet avec la chancelière » allemande Angela Merkel, qu’il rencontre dans la journée à Aix-la-Chapelle en Allemagne à l’occasion de la remise d’un prix européen.

Dans une interview publiée le week-end dernier dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, le président français avait mis en garde contre le risque de guerre en pareil cas.

Si les Etats-Unis se retirent de l’accord « cela signifie que nous ouvririons la boîte de Pandore, il pourrait y avoir une guerre », avait dit M. Macron.

Moscou appelle à la retenue

La Russie, a quant à elle, appelé à « la retenue », a déclaré jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, faisant part de sa « préoccupation ».

« Nous avons établi des contacts avec chaque partie, nous les appelons toutes à la retenue », a indiqué aux agences de presse russes le haut diplomate, ajoutant: « bien sûr, cela suscite pour tout le monde de la préoccupation ».

Ces frappes interviennent au lendemain d’une rencontre à Moscou entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Guerre impérialiste en Syrie, guerre du gaz, guerre coloniale… (Dean Henderson)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 mai 2018 by Résistance 71

Voir notre dossier sur la guerre du gaz en Syrie et au Moyen-Orient

Lecture complémentaire pour ne pas oublier (ou apprendre) que cette affaire pétrolière est une vaste escroquerie qui commence par l’enfumage total sur l’origine réelle du pétrole et de tout hydrocarbure plus lourd que le méthane:

Théorie Russo Ukrainienne de l’Origine Profonde Abiotique du Pétrole

 


Les 4 cavaliers de l’apocalypse pétrolière

 

Le jeu des Rothschild avec le pétrole syrien

 

26 avril 2018

 

Dean Henderson

 

url de l’article:

https://hendersonlefthook.wordpress.com/2018/04/25/rothschilds-syria-oil-play/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En février 2013, gardé par ses très bien payés mercenaires de l’EIIL/Daesh, l’entreprise du New Jersey Genie Energy reçût un droit d’exploration pétrolière sur les plateaux du Golan du sud-syrien, plateaux occupés par Israël.

le 31 octobre 2011, alors que le cartel banquier de la City de Londres lançait sa guerre par procuration contre le président syrien élu Bachar al-Assad, Genie Energy fut éjectée de son entreprise parente IDT Telecom.

Genie  reçu son permis de forer dans le Golan du gouvernement israélien en claire violation de l’annexe de la 4ème convention de Genève. L’entreprise opère sur le Golan par le truchement de sa succursale israélienne Afek Israel Oil & Gas.

Le président de Genie Oil, Efraïm Eitam, fut instrumental dans l’accomplissement de ce braquage du pétrole du Golan. Il est général dans la FDI et diplômé du London’s Royal College of Defence Studies.

Eitam a dit une fois: “Nous ne pouvons pas rester avec tous ces Arabes et nous ne pouvons pas abandonner la terre parce qu’on a déjà vu ce qu’ils y font. Certains pourront rester sous certaines conditions, mais la plupart devront partir.

Les patrons d’Eitam eux-mêmes sont une clique de barbares plus qu’intéressante.

Le comité de conseil stratégique de Genie Energy inclut le propriétaire de la Royal Dutch/Shell, Lord Jacob Rothschild, l’ancien VP des Etats-Unis Dick Cheney, le PDG de Newscorp (Fox News & Wall Street Journal) Rupert Murdoch, l’ancien ministre du trésor et des finances des Etats-Unis Lawrence Summers, l’ancien ministre de l’énergie Bill Richardson, l’ancien patron de la CIA et membre de Dyncorp (NdT: entreprise de mercenariat) James Woosley et l’ancienne sénatrice pour la Louisiane Mary Landrien.

Ils sont aussi tous des investisseurs et actionnaires de Genie Energy.

Un document fuité de la CIA datant de 1983 révèle le plan des Rothschild pour la Syrie. Le document, écrit par l’officier de la CIA Graham Fuller, argumente que l’occident devrait “être plus musclé contre la Syrie” en renversant le président [d’alors] Haffez al Assad, le remplaçant par une marionnette des banquiers coupant ainsi la route d’approvisionnement en armes depuis l’URSS. 

Ceci ferait la route pour un oléoduc/gazoduc contrôlé par la City de Londres qui prendrait sa source du Qatar (NdT: lui-même propriété littérale d’Exxon-Mobil / Rockefeller). Exxon-Mobil possède une très grosse part de Qatar Gas, dont le champ gazier offshore du North Pars contient plus de gaz naturel que tout autre champ gazier au monde. (NdT: champ gazier partagé entre le Qatar et l’Iran, c’est pourquoi un changement de régime s’étant avéré impossible, une guerre contre l’Iran est forcément de mise pour l’empire et il s’y emploie non-stop depuis un bon moment…) Ceci explique pourquoi le maintenant ex-ministre des affaires étrangères américain et longtemps CEO d’Exxon-Mobil, Rex Tillerson, penche vers le Qatar dans la dispute qui l’anime envers l’Arabie Saoudite.

Cet oléoduc/gazoduc doit passer au nord au travers du Bahreïn, de l’Arabie Saoudite et de la Jordanie avant de traverser en Syrie et d’entrer en Turquie sur la route de l’Europe. Un tel volume de gaz aiderait les banquiers à mettre fin à la main mise russe sur les imports de gaz de l’Europe.

La Russie, l’Iran, l’Irak et la Syrie font quant à eux, la promotion d’une route bien différente qui aurait son origine dans le champ gazier voisin du South Pars du Golfe Persique, propriété de l’Iran. Le gazoduc passerait par le nord à travers l’Iran, puis à travers l’Irak et la Syrie et le port de Homs d’où le gaz serait soit transporter dans un gazoduc sous-marin à travers la Méditerranée ou transporté en Europe par vaisseaux gaziers.

Même avant 1983. les agences de renseignement occidentales avaient soutenu la confrérie des Frères Musulmans syrienne dans une guerre clandestine pour virer Assad père du pouvoir. (https://hendersonlefthook.wordpress.com/2014/11/25/the-muslim-brotherhood-subsidiary/)

En 1982, les frères musulmans avaient pris le contrôle de la ville de Hama avant que d’être bombardés et forcés à se soumettre, par l’aviation d’Assad. Être membre de la confrérie est passible de la peine de mort en Syrie parce que le parti Baath au pouvoir insiste sur l’unité tandis que les frères musulmans ont toujours travaillé avec ses “frères” franc-maçons de Londres afin de semer la division et la discorde au sein des nationalismes arabes.

Avec Genie Oil qui fore sur les plateaux occupés du Golan et la course à la construction de ce gazoduc contrôlé par la City de Londres s’étant intensifiée, on peut être certain que malgré l’avantage de terrain regagné par Assad et ses alliés russes, iraniens et du Hezbollah, Rothschild et ses mignons vont trouver toujours plus de prétextes pour maintenir un président Trump fatigué de la guerre à continuer de guerroyer pour l’empire en Syrie.

C’est en fait au peuple américain de soutenir la volonté du président de se retirer de Syrie et hurlant haut et fort qu’il est temps pour les Etats-Unis de quitter la Syrie mais aussi de sous le joug des banksters de la City de Londres.

Nouvel Ordre Mondial: à quel jeu joue la Russie sous le plus grand chapiteau du monde ? (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 mai 2018 by Résistance 71

Ce dernier billet en date de PCR nous refait poser la question d’à quel jeu joue la Russie et ses dirigeants ?
Plusieurs lectures possibles:
1- Elle est prudente et marche sur des œufs ne voulant pas risquer la guerre.
2- Elle est vraiment naïve et pense que l’empire est apprivoisable…
3- Elle voit les choses venir, mais doit composer avec des contraintes politiques internes et externes et doit faire des compromis…
4- Elle est partie prenante du N.O.M et tout n’est que mascarade pour continuer l’escalade dans le temps, culminant dans une nouvelle « guerre froide » qui verra les mêmes oligarques engranger les profits de la course à l’armement, des guerres par proxy et de la continuité de la guerre du pétrole et du gaz que se livrent les grandes entreprises par nations interposées…
Nous finissons par penser qu’il y a un peu des 4 mais que le 4ème point est majoritaire. Tout le monde à le cul sale et si les oligarques des deux côtés de la barrière ont quelques divergences, leur intérêt global converge et leur entente est inévitable…
Il n’y a pas de solutions au sein du système et ne peut y en avoir… Cela devient de plus en plus clair, les peuples doivent comprendre et agir en conséquence.
~ Résistance 71 ~

 

Israël a lancé un ultimatum à la Russie

 

Paul Craig Roberts

 

4 mai 2018

 

Source: http://www.informationclearinghouse.info/49365.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Je me demande vraiment si la Russie comprend bien le criminel Washington avec lequel elle est si désespérément convaincue de négocier paix et compréhension mutuelle.

Le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov est tout excité que Trump ait invité Poutine à la Maison Blanche pour “freiner ensemble la course à l’armement”. Il est bien évident que le complexe militaro-industriel américain veut freiner cette nouvelle course à l’armement dans laquelle la Russie a pris environ 30 ans d’avance. Est-ce que le gouvernement russe va laisser son pays exposé à l’annihilation au gré de sa vision erronée et romantique des Etats-Unis et de ses vassaux et se laisser pomper une nouvelle fois dans des accords sans aucune valeur ?

Comment la Russie peut-elle toujours penser qu’un quelconque accord avec les Etats-Unis ou des pays européens puisse vouloir dire quoi que ce soit alors que devant ses yeux même, les Etats-Unis, seuls au monde, sont en train de briser l’accord et le traité établi avec l’Iran au sujet de son enrichissement d’uranium ?

Pourquoi Lavrov veut-il négocier un autre accord avec Washington, accord que Washington brisera comme il a brisé chaque accord négocié avec la Russie depuis le régime Clinton. Est-ce si difficile pour le ministère des AE russe d’apprendre de sa propre expérience ? (NdT: Intra muros si on peut dire quand il s’agit de terres volées, les USA ont négocié plus de 400 traités avec les nations autochtones depuis 1776, tous ont été brisés unilatéralement par les états coloniaux qu’il soit fédéral ou locaux… Demandez aux Indiens ce que vaut la “parole de Washington”, ils savent mieux que quiconque…)

La Russie a pourtant en main les cartes pour gagner, mais elle ne sait pas comment les jouer. La précaution avec laquelle le gouvernement opère encourage toujours plus de provocations, alors qu’une politique plus décisive découragerait toute provocation.

Washington interprète l’attitude conciliante de la Russie comme une faiblesse et le nain Israël fait de même. Croyez-le ou pas, mais Israël a adressé un ultimatum à la Russie. Israël, un si petit pays qu’il pourrait être balayé avec des armes conventionnelles et qui a maintenant ordonné à la première puissance militaire du monde de se retirer du chemin de ses attaques militaires sur la Syrie.

Un pays qui peut recevoir un ultimatum d’Israël, dont l’armée a par deux fois été mises en déroute et vaincue par une petite milice libanaise, n’est pas respecté en occident (NdT: cet épisode prouve une fois de plus s’il en était encore besoin, que le peuple en arme, préparé et solidaire met en déroute une armée ennemie régulière. Parce que le Hezbollah n’est que cela: une fraction du peuple libanais, en arme, entraîné, efficace et résistant à toute agression et occupation sioniste). C’est le problème de la Russie. Même les britanniques, totalement militairement impuissants, parlent de partir en guerre contre la Russie comme si c’était une ballade sans risque dans le jardin.

Aussi longtemps que le gouvernement russe fera passer le message d’indécision et de faiblesse dans ses réponses aux provocations extrêmes de l’empire, les provocations continueront et pousseront le monde à la 3ème guerre mondiale.