Archive pour syrie guerre par procuration

Guerre impérialiste en Syrie: Assad dit halte au sketch ?…

Posted in actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 11 juillet 2018 by Résistance 71

Cette info ci-dessous émanant de VT est-elle une intox ? Nous pensons qu’en fait, VT fait partie du plan et que tout cela est mis en place par les Russes avec l’aval d’Assad de façon à donner plus de poids en coulisse à Poutine lors de sa rencontre avec Trump. VT a de longue date été choisi comme véhicule de l’info “fuitée”.

Quoi qu’il en soit, il est très probable que ce soit effectif sur le terrain ou alors il est aussi possible que ce soit une intox avec les trois parties impliquées…

Lors de la rencontre Poutine/Trump, les deux parties de connivence sauront, Trump aura une excuse de fléchir pour sauver les apparences face aux sionistes va t’en guerre, Poutine pourra dire que la Syrie est en position de lui forcer un peu la main et Assad sortira grandi en fin stratège… renforçant son image.

Le dindon de la farce en serait l’entité sioniste… bien vu ! On est en pleine partie hybride d’échecs et de billard à trois bandes…

~ Résistance 71 ~

 

Exclusif VT: Assad balance une véritable bombe pour la réunion Poutine/Trump à venir

 

Gordon Duff  et Nahed al Husaini (VT)

 

10 juillet 2018

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2018/07/10/exclusive-assad-drops-bomb-on-putin-trump-confab/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le président Bachar al-Assad a ordonné secrètement que l’Armée arabe syrienne (AAS) tire sur toute unité militaire ou appareil aérien approchant de ses forces. Depuis que cet ordre a été donné, il s’en est suivi une véritable petite guerre entre la Syre et les Etats-Unis qui voit les morts côtés américains non rapportés ni déclarés, des unités terroristes supplétives comprenant des membres de l’EIIL et d’AQ annihilées en Syrie.

On nous dit qu’Assad a mis ceci en pratique afin de mettre le président russe Poutine “en alerte” lorsqu’il va rencontrer Trump dans 6 jours. Poutine devra alors soit se tenir aux côtés de la Syrie contre les Etats-Unis et Israël ou se coucher et admettre que la Russie, malgré la montée des prix du pétrole, devra se plier aux volontés de Washington et au poids des sanctions.

Des forces spéciales américaines (commandos), opérant à l’ouest de la rivière Euphrates, loin en territoire syrien, bien loin de toute zone “quasi-reconnue” d’intérêt américain, ont ouvert le feu sur des unités de l’AAS la semaine dernière.

Rien de tout ceci n’a été rapporté, ni n’a transpiré.

Ce ne fut pas la première fois non plus. Les Américains qui sont en Syrie de manière tout à fait illégale (NdT: non invités, contrairement aux Russes…) ont de puis longtemps reconnu la politique du président Assad de de facto ne par répliquer ni de riposter contre les attaques israéliennes et américaines. Cette politique est arrivée à sa fin comme l’a dit Assad à ses proches collaborateurs dont l’un d’eux nous a averti.

Les choses ont changé. L’EIIL / Daesh est fini et Israël va devoir regarder l’AAS écraser le reste des poches de résistance de l’EIIL qu’Israël a protégées depuis les plateaux du Golan, territoire syrien occupé.

Rien de ce que pourra faire Israël ne pourra faire une différence.

Israël a sous-estimé la Syrie et son président Assad, croyant qu’il demeurerait plein de civilité et exercerait la retenue d’un homme d’état face à la belligérance imbécile de Tel Aviv.

L’AAS est bien plus puissante aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été de toute son histoire, elle est maintenant aguerrie sur le champ de bataille mais aussi renforcée par des dizaines de milliers d’anciens “rebelles modérés” qui ont vu et compris leur destin. L’Amérique et Israël ne peuvent pas les protéger, ils ne peuvent pas gagner et parier sur des réformes syriennes et rester en vie est bien mieux pour eux que d’être perpétuellement traqués.

Malgré le fait que de tels actes sont de plus en plus évidents, inutiles et ne trompent plus personne, les terroristes soutenus par les Etats-Unis, aidés par l’agence de presse Reuters et les casques blancs de G. Clooney, ont été observés stocker des armes chimiques pour de nouvelles attaques faux-drapeau que Trump, Netanyahou et Pompeo blâmeront sur Assad une nouvelle fois.

Mais cette fois-ci, il y a de très grandes chances qu’un des navires américains de Méditerranée ou d’ailleurs se fasse tirer comme un canard au milieu du marais et se chope quelques missiles et torpilles.

C’est ce scénario auquel devront faire face Poutine et Trump et Trump est sur la voie inexorable d’un face à face qui devrait bien nous montrer les Etats-Unis plier tout comme ils l’ont fait avec la Corée du Nord.

Publicités

Guerre impérialiste en Syrie: Stratégie russe contre propagande occidentale…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mai 2018 by Résistance 71

Le décryptage de l’opération du 28 mai 2018 en Syrie

 

Press TV

 

30 mai 2018

 

url de l’article en français:

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/05/30/563366/Syrie-fin-de-lalliance-iranorusse

 

Israël et l’Arabie saoudite s’échinent pour saper l’alliance russo-iranienne en Syrie, avec en toile de fond la volonté d’empêcher l’armée syrienne d’en finir avec les terroristes dans le Sud.

Quatre conseillers militaires russes ont été tués et trois autres blessés dans la province de Deir ez-Zor le 27 mai dernier, alors qu’un convoi militaire de l’armée syrienne traversait l’Euphrate.

Quatre jours plus tôt, le 23 mai, Daech avait attaqué de façon similaire l’armée gouvernementale non loin de la ville stratégique d’al-Mayadin, située dans le triangle frontalier Syrie/Irak/Jordanie. Après l’attaque, Amaq, l’agence de presse liée à Daech, a annoncé, là aussi, la mort de 23 soldats « syriens et russes ».

Quelques jours avant l’attaque du 27 mai, orchestrée visiblement par FDS interposées depuis la base américaine d’al-Tanf, la Russie a lancé un appel : elle a demandé le retrait de toutes les forces étrangères (amis et adversaires) du Sud syrien, voire de toute la Syrie, alors qu’un dialogue se déroule entre Russes d’une part et Jordaniens et Américains de l’autre sur le statut des régions du Sud.

Est-ce la fin de l’alliance Iran/Russie en Syrie ? Oui à en croire les presses israélienne et arabe. Selon Haaretz, « la Russie envisage de retirer les forces iraniennes de la frontière israélo-syrienne », car elle craint que les frappes d’Israël en Syrie finissent par miner le régime d’Assad. Le journal va encore plus loin en affirmant que Moscou « pourrait accepter de déplacer les pro-Iraniens à 60 kilomètres de la frontière israélienne ».

Et Haaretz d’ajouter : « Le changement de position de la Russie s’est produit au lendemain de l’affrontement militaire du 10 mai entre Israël et l’Iran en Syrie, dans la mesure où Moscou craint que d’autres mesures israéliennes ne menacent la stabilité du régime du président syrien Bachar al-Assad. »

En d’autres termes, Israël a fait peur à la Russie et a fini par briser en éclats l’une des alliances les plus efficaces et les plus porteuses d’espoir de l’histoire récente pour la Russie, alliance qui lui avait ouvert grand les portes du Moyen-Orient.

La thèse est pour autant absurde à un double titre :

1. La Russie n’a aucun moyen d’empêcher la présence de l’Iran en Syrie ou d’enjoindre aux conseillers militaires iraniens comment se positionner. Le gouvernement syrien n’aura aucun intérêt non plus à se détacher de son meilleur allié, l’Iran, venu à son secours avant l’arrivée de la Russie, et qui continuera à l’appuyer tant que la Syrie n’aura pas recouvré une souveraineté pleine et entière sur l’ensemble de son territoire. Si la Russie devait choisir entre l’Iran et Israël, sa décision serait probablement et en toute logique en faveur du premier et contre le second, tant est incontournable la place de l’Iran sur l’échiquier eurasiatique.

2. L’Iran a déjà annoncé qu’il ne participerait pas à la prochaine opération de Deraa dans le sud-ouest de la Syrie et l’ambassadeur iranien en Jordanie, Mojtaba Ferdowsi, l’a confirmé. Or l’annonce iranienne a été ignorée à dessein par les médias mainstream qui ont préféré se focaliser sur les appels russes au retrait des forces étrangères de la Syrie… sans comprendre le subtil manège irano-russe :

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a utilisé la décision iranienne pour offrir un marché aux États-Unis : seules les troupes de l’armée syrienne devront être à la frontière sud du pays avec la Jordanie et Israël. « Bien sûr, le retrait de toutes les forces non syriennes doit se faire sur une base mutuelle, cela devra être donnant donnant », a déclaré le ministre russe. Les États-Unis disposent de la base frontalière d’al-Tanf, située sur le triangle frontalier de la Syrie, de la Jordanie et de l’Irak. Lors de la même conférence de presse qui s’est tenue lundi, Lavrov a accusé les États-Unis de cacher les forces de Daech dans un camp de réfugiés voisin. Quand Lavrov a déclaré que « le retrait de toutes les forces non syriennes doit être effectué sur une base mutuelle », il offrait le retrait iranien (déjà annoncé) du sud-ouest de la Syrie en échange d’un retrait US d’al-Tanf dans le Sud-Est…

Guerre impérialiste en Syrie: Le régime sioniste veut la peau d’Assad et la destruction du pays pour mieux en contrôler les ressources

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, économie, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 1 mai 2017 by Résistance 71

Au-delà, nous dirions aussi de ne pas oublier que la guerre de Syrie est aussi et surtout une guerre du gaz impliquant par procuration, les grandes entreprises gazières: Exxon-Mobil au Qatar (Rockefeller), Gazprom (Russie), Iran Oil et… Israël puisque d’énormes réserves de gaz ont été trouvées dans de vastes champs sous-marins au large de la Palestine, de la Syrie et ce jusqu’à Chypre. Israël doit en être le “gardien” pour Exxon-Mobil et son acolyte de la Royal Dutch Shell (Rothschild).

Voir notre dossier: “Guerre du gaz en Syrie”

~ Résistance 71 ~

 

Hauts fonctionnaires israéliens: nous voulons boire le sang d’Assad par tous les moyens

 

Jonas Alexis

 

27 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2017/04/27/israeli-officials-we-want-to-drink-assads-blood-by-any-means-necessary/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le complot politique s’épaissit une fois de plus: le régime sioniste veut une rivière de sang en Syrie. Il veut le chaos et la destructon parce qu’il pense que c’est le meilleur moyen d’étendre leur idéologie essentiellement talmudique et diabolique

Si vous croyez toujours qu’Israël veut la paix en Syrie, alors vous avez besoins d’écouter la sagesse d’un ambassadeur isrélien: Michael Oren. Le journal du Jerusalem Post a récemment cité Oren en disant de manière inéquivoque qu’“il n’y a pas de Syrie avec qui négocier.”[1]

Pourquoi ? Ecoutez le titre de la publication d’où provient cette citation: “Avec la Syrie en pièces, il est grand temps de reconnaître l’annexion du Golan par Israël.” En d’autres termes, sir le gouvernement Assad s’effondre et si l’EIIL et autres groupes terroristes s’emparent de la Syrie, alors le seul bénéficiaire de tout cela sera inexorablement le régime d’Israël.

Il y a aussi ici une autre implication. S’il y a la paix en Syrie, alors ce sera mauvais pour le régime sioniste précisément parce qu’il ne serait pas capable de se débarrasser d’Assad et que “l’annexion du Golan” deviendrait presque impossible. La paix est très dangereuse pour le régime sioniste, c’est une des raisons pour laquelle celui-ci a fait de son mieux pour verrouiller toute résolution pacifique avec le gouvernement syrien. En fait, la CIA a dit aux soi-disants rebelles syriens de ne pas participer à quelque conférence de paix que ce soit avec la Russie et le gouvernement syrien.

Une fois de plus, Trump a aidé le régime sioniste lorsqu’il a attaqué la Syrie il y a quelques semaines. Trump a déjà donné à Mattis le “chien fou” carte blanche pour envoyer plus de troupes dans la région (NdT: on apprend depuis la rédaction de cet article que les Yanks sont en tran de masser des troupes à la frontière turco-syrienne, soi-disant pour s’interposer entre l’armée turque et les kurdes du Rojava…). Dans le même temps, les Etats-Unis ont déjà envoyé une livraison d’avions de combat à Israël.

Nous assistons encore et toujours au fait que la guerre en Syrie n’a jamais eu pour prétexte les réfugiés syriens ; le gouvernement syrien n’est pas non plus la raison, bien que les merdias sionistes l’aient étiqueté comme dictateur. Si c’était le cas, alors les Etats-Unis et Israël devraient antagoniser et attaquer l’Arabie Saoudite et non pas l’Iran ou las Corée du Nord.

Gardez à l’esprit que la guerre de l’Arabie Saoudite au Yémen a déjà produit son lot d’inommable misère. En fait, “un enfant y meure chaque 10 minutes” à cause de la guerre. N’oubliez pas non plus que l’Arabie Saoudite est un solide allié des Etats-Unis. Le ministre saoudien des affaires étrangères vient juste de rencontrer de hauts-responsables russes et leur a dit qu’”il n’y avait aucun futur politique pour le président Bachar al-Assad.”

Ainsi dont, les Etats-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite travaillent sans relâche pour tuer Assad et faire boire son sang dans les rues de Damas Ils ont bu le sang de Kaddhafi et maintenant ils en veulent toujours plus.

[1] “With Syria in pieces, it’s time to recognize Israel’s annexation of the Golan,” Jerusalem Post, April 20, 2017.

[2] “’Child dies every 10 min’: UN, Amnesty call to stop Saudi-led assault on ‘crucial lifeline’ in Yemen,” Russia Today, April 25, 2017.

Guerre impérialiste en Syrie… et ailleurs: Le pathétisme français…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, France et colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2016 by Résistance 71

La France dans toute sa splendeur collabo avec un empire génocidaire, usurpateur du sol sur lequel il affirme des prétentions illégales ; larbine d’une entité raciste, suprémaciste, à la mythomanie « exceptionnaliste » galopante ; la France succombant au syndrome du larbin et en ce qui concerne la Russie, au syndrome Tolstoïevski, pour prétendre picorer les miettes des « grands »… Le peuple est victime (ou complice c’est selon…) de l’institutionnalisation du larbinisme comme condition sine qua non d’existence vassale à la puissance coloniale moderne.

Quand on pense qu’il suffit de dire NON ! Ensemble, haut et fort et de s’y tenir, pour que tout s’arrête… Alors, résolution pour l’an 2017 ? Chiche?..

~ Résistance 71 ~

 

Sur la Syrie, la France est en état d’extinction cérébrale

 

Bruno Guigue

 

15 décembre 2016

 

url de l’article:

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7991

 

Provoquée par la cupidité des puissances occidentales et des pétromonarchies corrompues, la guerre en Syrie connaît avec la libération d’Alep un tournant majeur. Le dernier carré des terroristes d’Al-Qaida et consorts, cerné dans les décombres, est sur le point de céder devant la progression fulgurante de l’armée arabe syrienne. Les civils s’enfuient en masse vers le reste de la ville, tenu par les troupes gouvernementales.

Que fait la France ? Elle éteint la Tour Eiffel par solidarité avec Alep. Avec les habitants d’Alep, avec tous ses habitants ? Non. Le million d’Alépins réfugié dans les quartiers Ouest, pour le gouvernement français et pour les médias qui le servent, ce sont des gens qui n’existent pas. Et même s’ils existaient, ils ne mériteraient pas de vivre. Lorsqu’ils subissaient les tirs de mortier des courageux rebelles en lutte pour la démocratie, leurs morts demeuraient invisibles, effacés des écran-radar.

Car ils ont commis une faute impardonnable, ces Syriens qui ne demandaient qu’à vivre en paix, un crime qu’on ose à peine nommer. Ils n’ont pas pris les armes contre le gouvernement de leur pays. Ils n’ont pas obéi aux gouvernements occidentaux qui leur demandaient de renverser le pouvoir bassiste. Sourds aux appels des prédicateurs saoudiens, ils n’ont pas réclamé l’instauration de la charia wahhabite. Alors on n’en parle pas, c’est plus simple.

On fait l’impossible, en revanche pour sauver la peau des mercenaires recrutés en masse pour détruire l’Etat syrien, laïque et souverain, et le remplacer par un Etat-croupion d’obédience wahhabite. Encerclés dans ce qui reste de la « capitale » d’une révolution-bidon, ces mercenaires sont les mêmes que ceux qui ont tué nos compatriotes au Bataclan. Ce sont les charognards du takfir, les seconds couteaux des Saoud, les petites frappes du gangstérisme sponsorisé par l’OTAN.

La cuisante défaite de ces desperados de la terreur leur arrache des larmes, à nos faiseurs d’opinion, elle les met en transe compassionnelle comme si ces coupeurs de tête étaient nos frères d’armes, ou de pauvres victimes sur le sort desquelles il faudrait s’apitoyer. Avec un art consommé du mensonge et de la manipulation, ces affabulateurs professionnels font comme si le sort des terroristes était lié aux populations civiles qui leur servent de boucliers humains, comme si les souffrances des innocents causées par la guerre justifiaient notre soutien aux terroristes qui en sont responsables.

Pourtant on les voit, ces civils, qui fuient les quartiers rebelles dès qu’ils le peuvent, essuyant les tirs de leurs soi-disant protecteurs. Les médias parlent de 100 000 personnes qui seraient recluses dans le dernier réduit « rebelle », mais sans nous expliquer comment elles peuvent contenir dans trois kilomètres carrés ! Plus les heures passent, en réalité, et plus ce dernier bastion de fanatiques se vide de ses civils, et plus les gouvernements occidentaux, relayés par leurs perroquets médiatiques, s’en affligent.

Avec un cynisme sans limite, nos dirigeants voudraient que ces civils restent bien sagement avec les terroristes dans leur trou à rats, pour servir d’alibi à la poursuite de la guerre par procuration contre la souveraineté syrienne. Complices des allumés du takfir maquillés en rebelles démocrates, nos dirigeants aimeraient les prendre en otages, ces civils, les avoir sous la main comme des preuves vivantes de cette révolution-bidon, en nous faisant croire que lorsque l’armée syrienne frappe Al-Qaïda, elle s’acharne en fait contre des innocents.

Mensonge pour mensonge, on nous dit aussi que des dizaines de civils ont été froidement abattus par des milices chiites. Mais ceux qui rapportent cette accusation oublient de dire que selon l’ONU il n’y a pas de preuve de ces massacres et que ces allégations sont « invérifiables ». Peu importe, c’est un détail ! Les mêmes accusateurs diront alors que des massacres auront lieu, que c’est inévitable, qu’il y aura un « génocide » ! Impuissante à produire la moindre preuve sur des faits passés, l’accusation se conjugue au futur, elle se fait prophétique, elle vaticine en prenant ses désirs pour des réalités.

La désinformation bat son plein, l’esprit collabo se déchaîne et l’hexagone, comme d’habitude, bat tous les records. Quel pays de masochistes ! On éteint la Tour Eiffel pour pleurer la défaite de ceux qui mitraillent les terrasses de nos cafés, mais on impose un embargo sur les médicaments à un peuple qui ne nous a rien fait en croyant punir un gouvernement qui combat ces assassins sans frontières. Alors, oui, éteignons la Tour Eiffel et tout le reste. De toute façon, la France est un pays en état d’extinction cérébrale, une colonie de l’Empire dirigée par des imposteurs qui, en faisant le malheur des autres, feront aussi le nôtre.

Bruno Guigue, ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’ENA, Haut fonctionnaire d’Etat français, essayiste et politologue, professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire, chargé de cours en relations internationales à l’Université de La Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

 

 

Guerre impérialiste en Syrie: La supercherie des « casques blancs » démasquées…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 novembre 2016 by Résistance 71

En Syrie les “casques blancs” pris la main dans le sac de la mise en scène

 

Tony Cartalucci

 

22 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.jp/2016/11/syria-white-helmets-caught-in-mannequin.html#more

 

~ Traduit de l’angais par Résistance 71 ~

 

La “Défense Civile Syrienne” financée par les Etats-Unis et l’Europe plus connue sous le vocable des “Casques Blancs”, est de plus en plus démontrée être un des plus gros et des plus élaborés mensonges et tromperies de la propagande de guerre moderne occidentale. Se présentant comme à la fois “sauveteurs” de civils coincés dans de soi-disants bombardements russes en Syrie et “observateurs” des soi-disantes “atrocités” commises contre les militants combattant le gouvernement syrien, les preuves se sont accumulées pour démontrer que cette entité est en fait complice des groupes militants islamistes incluant des groupes terroristes reconnus et aussi une agence de propagande occidentale.
En octobre de cette année, des manifestants en Europe ont facilement recréé virtuellement chaque scène de “sauvetage” montrée par les “casques blancs” simplement en se barbouillant de farine et de colorant rouge et en s’allongeant sur le sol de villes européennes. Partie prenante de la campagne “Sauver Alep”, les manifestants cherchèrent à amener la “réalité” du “travail” des “casques blancs” à une audience européenne. Mais ils l’ont peut-être fait de manière trop littérale, révélant par là-même que de nombreuses scènes filmées par les “casques blancs” en Syrie sont en fait arrangées et truquées et font partie d’un théâtre de propagande urbaine.

Dans une vraie situation de guerre, des bombardements laissent derrière eux un carnage indescriptible, avec des corps calcinés au delà de toute possibilité de reconnaissance, des membres arrachés, pantelants, des plaies ouvertes et des tas de chair sanguinolente. Les vidéos de ces “casques blancs” (NdT: rappelons-le financés à hauteur de millonos d’euros par les Etats-Unis et l’UE…) ne représentent bizarrement aucune de ces dures réalités et au lieu de cela mettent le plus souvent en scène de la farine et des colorants sur des figurants, comme vus dans les scènes de manifestations en Europe le mois dernier.

Il est à noter que la seule chose qui manquait des manifestations inspirées des “casques blancs” en Europe, fut un décor de fond de ville en ruines et les piles de gravas pour y “enfouir” les acteurs.

Une vidéo récente partagée sur facebook par l’activiste syrienne Mimi Al Laham expose grandement cette farce avec l’inclusion de cette dernière caractéristique.

Ce qui apparaît être une vidéo des “casques blancs” est filmé dans un style technique connu sous le nom de “mannequin challenge”. Sur ce type de plan, les acteurs sont figés tandis que la caméra bouge autour d’eux pour un effet similaire d’une technique employée à Hollywood pour augementer l’effet dramatique. Ceci a fait surface sur Youtube. (NdT: voir la vidéo en section commentaire)

La vidéo commence avec trois hommes tentant de demeurer parfaitement immobiles alors que la caméra bouge autour d’eux. Les hommes posent dans des gravas d’un bâtiment effondré. Deux des hommes sont habillés en “casques blancs” et le 3ème homme est allongé au sol avec ses jambes partiellement ensevelies sous les gravas. Un effet son est ajouté à la bande son de manière évidente, son similaire de celui que nous pouvons entendre dans les films de guerre lorsqu’un parsonnage est choqué et ses oreilles sifflent et bourdonnent, juste avant que les personnages ne commencent à bouger et à crier, les volontaires commencent alors à “dégager” l’homme coincé qui feint des cris de douleurs.

A part le style du “mannequin challenge”, la vidéo n’est pas différente de toute celles inclues dans la “filmographie” des “casques blancs”. Comme toutes les “victimes” que les “casques blancs” ont “sauvées”, l’homme dans cette vidéo n’est manifestement pas blessé et est simplement couvert de poussière tout comme les manifestants en Europe étaient couverts de farine et juste comme toutes les “victimes” que les “casques blancs” ont “sauvé” en Syrie, le furent après les soi-disants bombardements.

De sérieuses questions éthiques se posent

Dans cette vidéo, les trois hommes sont indubitablement des acteurs. La “victime” a été manifestement et sans aucun doute intentionnellement et précautionneusement enfouie dans les gravas et non pas coincée en résultat d’un bombardement. Le fait que les deux autres acteurs soient complètement habillés des uniformes des “casques blancs”, acquis par les dizaines de millions d’euros fournis à l’organisation par les gouvernements occidentaux, révèle une violation potentiellement sérieuse de l’éthique, similaire aux violations du code d’éthique commises par des sauveteurs et médecins, réels eux, et qui utilisent leurs ressources et leur statut protégé à des fins politiques et militaires plutôt que pour leurs missions humanitaires réelles. (NdT: suivez notre regard….)

Les “casques blancs” sont peut-être la parfaite personnalisation de cette “opposition” syrienne. Une façade, une supercherie totalement créée par des intérêts étrangers pour diviser et détruire une nation entière, voire une région entière, tout en posant comme des héros de la “liberté”, de la “démocratie” et de la “cause humanitaire”. Pour toutes les autres ONG du monde recevant le financement des Etats-Unis et de l’UE (NdT: directement ou par procuration… USAID, NED etc…), elles devraient sérieusement considérer en quelle compagnie elles se retrouvent: celles de menteurs et de terroristes, d’acteurs qui se repaissent des bonnes intentions des gens à faire le bien tout en exploitant la misère dont ils sont eux-mêmes le plus souvent directement impliqués à créer.

Voir vidéo en section commentaire

Guerre impérialiste par procuration en Syrie… Alep et changement de donne…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerre iran, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique et lobbyisme, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 13 août 2016 by Résistance 71

Poutine a aidé Erdogan à déjouer le coup d’état contre lui et a replacé la Turquie en position de débitrice vis à vis de la Russie… Celle-ci vient de demander à la Turquie de fermer sa frontière avec la Syrie, Erdogan peut-il refuser ? S’il ferme la frontière, il aura sans doute basculé, s’il fait semblant çà va vite se savoir, s’il refuse il est cuit. Poutine a semble t’il piégé Erdogan, il le tient par les c… Si la Turquie ferme sa frontière avec la Syrie le flot d’assistance à l’EIIL de la CIA et du Mossad soutenu par les roitelets du Golfe va grandement se tarir. Ce ne sera pas bon pour les affaires mafieuses de la famille Erdogan. La pression monte… Dans le même temps n’oublions jamais que la guerre par procuration en Syrie est une guerre du gaz, une guerre entre Exxon-Mobil (qui possède le Qatar) des Rockefeller et la Royal Dutch Shell des Rothschild contre Gazprom la russe et la compagnie nationale iranienne du gaz et du pétrole… La Syrie est sise sur d’énormes gisements de gaz on et offshore et est sur la route du gazoduc devant venir du Qatar, dont Bachar Al Assad a refusé le passage sur le sol syrien en 2009…

~ Résistance 71 ~

 

Les Etats Unis tentent de faire pression sur la russie à Alep

 

Al Manar

 

12 août 2016

 

url de l’article:

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=320076

 

Des rebelles syriens affirment que des fonctionnaires américains responsables pour le soutien de l’opposition modérée en Syrie ferment délibérément les yeux sur la participation des djihadistes à l’offensive sur Alep.

Selon le Financial Times (FT), lors de l’offensive des rebelles sur Alep, ces derniers reconnaissent être  ravitaillés en armes et munitions, ainsi qu’en argent liquide.

« Hier à la frontière, nous avons compté des dizaines de camions fournissant des armes. Cela se produit de jour en jour plusieurs semaines durant… Il ne s’agit pas seulement de balles ou de fusils, mais d’armes, de pièces d’artillerie », a confié un activiste franchissant la frontière entre la Syrie et la Turquie. D’autres rebelles interrogés par le FT disent que l’argent et les équipements proviennent de leurs sponsors régionaux, soit l’Arabie saoudite et le Qatar, via la frontière entre la Syrie et la Turquie.

« L’offensive des rebelles sur les positions des forces gouvernementales à Alep a été organisée et menée par les djihadistes du groupe Front Fatah al-Cham (anciennement le Front al-Nosra) », signale le FT.

Certains rebelles affirment que les fonctionnaires américains responsables pour le soutien de  « l’opposition modérée » en Syrie ont délibérément fermé les yeux sur la participation des djihadistes à l’offensive en vue de garantir aux troupes rebelles une tête de pont sûre à Alep.

« Il va de soi que les Américains sont au courant de ce qui se passe. Ils ont ignoré tout cela pour faire pression sur la Russie et l’Iran », a déclaré au FT sous couvert d’anonymat un diplomate occidental entretenant des contacts avec l’opposition syrienne.

Des combattants affirment pour leur part que diverses forces étrangères ont des raisons tangibles d’accorder en sourdine une assistance militaire et financière aux adversaires d’el-Assad à Alep.

Le 27 février, une trêve a été décrétée en Syrie, qui ne concerne pas cependant Daech, le Front Fatah al-Cham (ancien Front al-Nosra) et d’autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’Onu.

L’opération américano-saoudienne en Syrie… Nom de code « Timber Sycamore »…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 27 janvier 2016 by Résistance 71

L’axe secret USA Arabie Saoudite

 

Manlio Dinucci

 

26 janvier 2016

 

url de l’article en français:
http://francophone.sahartv.ir/infos/chronique-i21481-l’axe_secret_usa_arabie_saoudite_par_manlio_dinucci

 

Nom de code «Timber Sycamore» : ainsi s’appelle l’opération d’armement et entraînement des «rebelles», en Syrie, «autorisée, secrètement, par le Président Obama, en 2013». C’est ce que documente une enquête, publiée dimanche, par le « New York Times ».

Quand elle a été chargée par le président d’effectuer cette opération couverte, «la Cia savait, déjà, qu’elle avait un partenaire disposé à la financer : l’Arabie saoudite». Avec le Qatar, «elle a fourni des armes et divers milliards de dollars, tandis que la Cia a dirigé l’entraînement des rebelles». La fourniture d’armes aux «rebelles», y compris, des «groupes radicaux, comme Al-Qaïda», avait commencé l’été 2012, quand, à travers un réseau, disposé par la Cia, des agents secrets saoudiens avaient acheté, en Croatie, en Europe orientale, des milliers de fusils d’assaut Ak-47, avec des millions de projectiles, et que des Qataris avaient infiltré, en Syrie, à travers la Turquie, des missiles portables chinois, Fn-6, achetés, sur le marché international. Comme la fourniture d’armes arrivait en roue libre, à la fin de 2012, le Directeur de la Cia, David Petraeus, convoquait les alliés, en Jordanie, en leur imposant un contrôle plus étroit, de la part de l’Agence, sur l’ensemble de l’opération. Quelques mois plus tard, au printemps 2013, Obama autorisait la Cia à entraîner les «rebelles», dans une base, en Jordanie, et dans une autre, au Qatar, et à leur fournir des armes, dont des missiles anti-chars Tow. Toujours, avec les milliards du «plus grand contributeur», l’Arabie saoudite. Pas nouvelle, dans ce genre d’opérations. Dans les années 70 et 80, celle-ci aida la Cia, dans une série d’opérations secrètes. En Afrique, notamment, en Angola, où, avec les financements saoudiens, la Cia soutenait les rebelles contre le gouvernement allié de l’URSS. En Afghanistan, où «pour armer les moujahiddines contre les Soviétiques, les Etats-Unis lancèrent une opération, d’un coût annuel de millions de dollars, que les Saoudiens payèrent, dollar par dollar, par un compte de la Cia, dans une banque suisse». Au Nicaragua, quand l’administration Reagan lança le plan secret, pour aider les contras, les Saoudiens financèrent l’opération de la Cia, avec 32 millions de dollars, par l’intermédiaire d’une banque des Iles Caïman. Par ces opérations et quelques autres, secrètes, jusqu’à celle actuelle, en Syrie, s’est cimentée «la longue relation entre les services secrets des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite». Malgré le «rapprochement diplomatique» de Washington avec l’Iran, non apprécié, à Riyad, «l’alliance persiste, maintenue à flot, sur une mer d’argent saoudien, et sur la reconnaissance de leur intérêt mutuel». Cela explique pourquoi «les Etats-Unis sont réticents à critiquer l’Arabie saoudite, sur la violation des droits humains, le traitement des femmes et le soutien à l’aile extrémiste de l’Islam, le Wahhabisme, qui inspire de nombreux groupes terroristes», et pourquoi «Obama n’a pas condamné l’Arabie saoudite, pour la décapitation de Cheikh Nimr al-Nimr, le dissident religieux chiite, qui avait défié la famille royale». S’y ajoute le fait, dont le « New York Times » ne parle pas, que le secrétaire d’Etat John Kerry, en visite, à Riyad, le 23 janvier, a réaffirmé, que, «au Yémen, où l’insurrection Houthi menace l’Arabie saoudite, les USA sont aux côtés de leurs amis saoudiens». Les amis, qui, depuis presque un an, massacrent les civils, au Yémen, en bombardant même les hôpitaux, aidés par les USA, qui leur fournissent du renseignement, (c’est-à-dire, en indiquant les objectifs à toucher), des armes, (dont des bombes à fragmentation), et un soutien logistique, (dont l’approvisionnement en vol des chasseurs bombardiers saoudiens). Ces mêmes amis que le Premier ministre Renzi a, officiellement, rencontré, en novembre dernier, à Riyad, en leur garantissant le soutien et les bombes de l’Italie, dans la «lutte commune contre le terrorisme».