Archive pour standing rock veterans

Résistance au colonialisme: Vivres et logistiques donnés aux protecteurs de l’eau de Standing Rock séquestrés par l’armée et son laquais « chef » tribal Archambaut II…

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 16 décembre 2016 by Résistance 71

L’auge tribale

 

Mohawk Nation News

 

14 décembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/12/14/tribal-trough/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous voyons l’ennemi et le mal sur leurs visages. Les dirigeants maladivement immoraux veulent nous voir prier les mains jointes, devant le trou. Pan! Nous mourons et tombons dans la tombe. Ils pensent qu’ils pourront alors faire passer l’oléoduc ou la galerie marchande ou une des stations hotel/casino de Trump sur nos cadavres.

Les anciens combattant sont arrivés [à Standing Rock] et ils ont pu constater que les réserves sont en fait des camps de prisonniers de guerre (NdT: comme l’a toujours dit le grand activiste Russell Means, Oglala, Lakota: “les réserves indiennes sont des camps de prisonniers, en fait ma réserve sioux de Pine Ridge est administrativement, le camp de prisonniers de guerre #44), gérés par l’armée. Les “présidents” des conseils indiens corporatistes sont les “chefs maton”. Lakota Inc. est la propriété frauduleuse de la corporation “USA” et des banques. Archie [Archambaut II], “chef” de conseil tribal élu et porte-voix de l’état colonial) a ordonné péremptoirement que tout le monde quitte maintenant les camps mis en place pour les protecteurs de l’eau à Standing Rock.

Le président Abraham Lincoln était un voyou. Le 26 décembre 1862, il ordonna la pendaison publique de 38 Sioux qui demandaient de la nourriture pour leur peuple affamé dans un camp de concentration.

“Saint Paul le 27 décembre 1862… Mr le président, j’ai l’honneur de vous informer que 38 Indiens dont vous avez ordonné l’exécution, ont été pendus hier à Mankato, état du Minnesota à 10 heures du matin. Tout s’est passé dans le calme, les autres prisonniers sont sous les verrous. Respectueusement,

H.H Sibley, Brigadier-Général”.

Aujourd’hui, le président de Lakota Inc., Archie Archambaut II ainsi que l’armée ont séquestré toutes les rations de vivre et de matériel qui furent données et envoyées aux protecteurs de l’eau. Ils ont entreposé ces vivres et logistique, les boîtes et colis postaux dans l’entrepôt de la Rock Industries Corporation, un contractant du ministère de la défense et avec lequel Lakota Inc. est associée. Ils fournissent de l’équipement militaire à la Garde Nationale et à la réserve de l’armée. La tribu fournit du propane et maintient un centre de communication élaboré en territoire Lakota. [Standing Rock Development Corporation Inc.]. Archie et la Lakota Tribe Inc. refusent tout courrier, paquet ou colis à destination des protecteurs de l’eau.

De telles tactiques d’escroqueries maffieuses ne pourront briser notre lien avec notre Mère, avec les autres et toute la vie qui nous entoure. La création nous a donné la volonté naturelle de combattre la corporation qui viole notre mère et essaie de la transformer en égoût à ciel ouvert. Le courage et la vérité ne laisseront pas ces gens malfaisants pourrir notre planète.

Tous les “chefs”/”présidents” des conseils de bandes/tribus corporatistes à travers l’Île de la Grande Tortue se sont aliénés le peuple. Ils ont renoncé à leur voix et à leur parole, à leur droit de naissance, leur terre, leur clan, leurs noms onkwe’hon:weh et tout ce qui va avec notre communauté inhérente. Leur boulot est de signer des actes de cession de terres bidons et de vendre notre existence, notre terre et nos ressources à leurs maîtres des entreprises et des banques, ceci est partie constituante du génocide perpétuel à notre égard. Ils travaillent d’arrache-pied pour toujours affaiblir plus avant nos traditions qui nous lient entre nous, qui nous rappellent nos droits inhérents. Seul le peuple peut décider du sort des traîtres.

Teio’hateh ou le Wampum Deux Rangées, est la base, la fondation de notre relation avec la création et toute vie.

Peut-être que bientôt, les choses ne tourneront plus rond pour les “Custer” des bandes et tribus corpo, comme Johnny Cash le chante au sujet du “General” [Custer]:

“With victories he was swimmin’ he killed children dogs and women. But the General he don’t ride well anymore. Crazy Horse sent out the call to Sitting Bull and Gall. And the General he don’t ride well anymore”.

“Il nageait dans les victoires, il tuait des enfants, des chiens et des femmes. Mais le général ne monte plus très bien à cheval. Crazy Horse envoya le message à Sitting Bull et Gall et depuis le général ne monte plus très bien à cheval.”

Et le reste fait partie de l’histoire…

Publicités

Standing Rock: La victoire sur DAPL est loin d’être acquise, mesure et vigilance que diable !…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 6 décembre 2016 by Résistance 71

Aujourd’hui n’est pas une victoire pour les protecteurs de l’eau

Johnny Dangers

We Are the Media,

December 5, 2016

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Les manchettes de canards n’arrêtent pas un oléoduc ! Aujourd’hui n’est pas un jour de victoire ! Je veux que ceci soit clair comme de l’eau de roche…

Ne vous laissez pas berner par les manchettes des merdias ou la propagande. Je ne quitte pas Standing Rock et j’intime tous les protecteurs de l’eau d’écouter leur cœur et vos prières pour rester ici jusqu’à ce que le serpent noir soit mort et enterré. Vous faites confiance en mes informations parce que je vous transmet la dure vérité, alors je vais vous la donner maintenant.

Je n’ai absolument aucune confiance dans le fait que DAPL ne va pas forer sous la rivière Missouri à cause de ces mots ! L’amende est minime et ils ne respectent en rien la loi ni les droits humains. Je vous ai montrè dans bien des photos et des vidéos plus tôt cette année la continuité du travail du DAPL pendant l’injonction. Les gens célébrèrent également à la vue des manchettes, mais cela ne les a pas arrêté…

Je n’ai absolument aucune confiance dans le nouveau président élu Trump. Il fera tout ce qui est en son pouvoir et celui de son gouvernement pour que cet oléoduc soit construit. Il abrogera ou changera tout ce qui sera nécessaire pour que ceci se produise. Toutes les règles passeront par la fenêtre lorsque Trump prendra ses fonctions en Janvier prochain. Il y a toujours un ordre d’expulsion militaire valide et ceci pourrait très bien être utilisé pour faire pression sur le camp pour forcer les protecteurs hors de la terre des traités. Si un nombre suffisant de protecteurs s’en va du camp maintenant, ce que je suspecte va se produire suite à la lecture de ces manchettes propagandistes et de la déclaration de “victoire” de Greenpeace, il sera bien plus facile de virer par la force les quelques protecteurs qui resteront en place.

Je peux voir maintenant les forces de Morton County Sheriff et la sécurité privée barbouze du DAPL sur les collines de l’autre côté de la rivière Cannonball tourner autour. Les grandes barricades monstrueuses en béton bloquant la voie d’accès où la police se gaussait de nous alors qu’elle pointait ses canons à eau sur des manifestants innocents et les arrosait dans des températures sub-zéro, sont toujours en place. Le fil de fer constantine sur l’Île de la Grande Tortue et les collines est toujours là.

L’armée a suspendu la décision à cause du défaut d’évaluation de l’impact sur l’environnement mais N’A PAS REFUSÉ le permis de construire pour traverser la rivière Missouri. Ceci est une distintion légale très très importante qui n’est aucunement rapportée par quelques merdias que ce soit qui ne comprennent pas la nuance légale (NdT: ou font semblant de l’ignorer…). Dérouter l’oléoduc 15km plus au nord est totalement inacceptable car cela continue de mettre l’eau potable de la nation Standing Rock et celle de millions de personnes alentours en danger direct. […]

Je vous conjure de continuer de soutenir la lutte.

Je vous aime tous et vous remercie de votre solidarité.

Jusqu’à ce que nous nous rencontrions en défense de l’eau.

Source:

http://wearethemedia.tv/opinion/2016/today-is-not-a-victory-for-water-protectors/

Résistance au colonialisme: Succès à Standing Rock mais la vigilance est de rigueur. Appel aux protecteurs à rester sur place !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2016 by Résistance 71

Nous sommes tout à fait d’accord avec le premier commentaire cité. Confiance zéro ! La traîtrise est au coin du bois ! Ils ne font que gagner du temps pour recycler l’affaire. 

— Résistance 71 —

 

Quelques rapides réponses à la nouvelle que le Corps du Génie de l’armée US a arrêté la construction de l’oléoduc DAPL

 

Warrior Publications

 

4 décembre 2016

 

url de l’article original:

https://warriorpublications.wordpress.com/2016/12/04/some-quick-responses-to-us-army-corps-of-engineers-halting-dapl-construction/13642

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En trainant sur internet j’ai trouvé quelques déclarations intéressantes au sujet de l’annonce faite par le Corps du Génie de l’armée américaine qu’il a refusé la facilitation pour le forage sous le lac Oahe, un réservoir de la rivière Missouri. J’ai pris la liberté de collecter quelques commentaires pertinents sur FB. Quelques uns contredisant la déclaration du président de tribu de Standing Rock Dave Archambaut II, qui a dit que les manifestants pouvaient donc maintenant rentrer chez eux.

Note de Résistance 71: Dave Archambaut II est le chef élu du conseil de tribu sous la loi fédérale indienne, c’est à dire une marionnette du gouvernement fédéral colonial des Etats-Unis, qui fait et fera ce qu’on lui dit et dira de faire parce que lui et ses sbires bouffent au ratelier colonial depuis que ce système gestionnaire mortifère a été introduit. Certains de ces “chefs” (non traditionnels et non reconnus par leurs pairs dans la vaste majorité des cas) œuvrent ouvertement pour leurs maîtres qui les ont mis en place moyennant finances et privilèges mafieux, d’autres essaient plus de ménager la chèvre et le chou. Archambaut est plus vraisemblablement dans la seconde catégorie mais ne peut néanmoins pas être cru à 100% loin de là…

Rax Symelich a dit: “Non, le DAPL n’est pas mort. Non, nous n’avons pas gagné ! Non, non et non, ceci est une ruse. Le Corps du Génie de l’armée a refusé de donner une facilitation de forage et de construction sous le lac Oahe à Energy Transfer Partners ; ceci ne veut pas dire que c’est un refus catégorique. Ce que cela veut dire est qu’ils vont faire une ‘étude sur l’impact environnemental’ limitée avant d’autoriser les travaux. Cette étude prendra quelques mois, dès lors Trump sera président et ils espèrent que les protecteurs de l’eau seront partis pour qu’ils puissent finir les travaux de construction de l’oléoduc tranquillement, loin de toute attention médiatique.”

Pennelys Droz a dit: “Le DAPL a dit qu’ils vont construire de toute façon, sans permis. Les protecteurs de l’eau Oceti Sakowin sont instamment demandés de rester aux camps. Le CG a refusé le permis, l’annonce a été faite publiquement au grand cercle d’Oceti Sakowin, en direct sur la radio Standing Rock Spirit Resistance. Depuis le camp: le DAPL va payer les amendes pour continuer les travaux sans permis. On a demandé aux gens de rester au camp Oceti Sakowin, de ne pas quitter le camp parce que le DAPL va continuer les travaux de toute façon. Mot d’ordre: Restez ! et assurons nous que cela ne se produise pas !”.

Klee Benally, un organisateur avec Indigenous Action et qui a été impliqué depuis plusieurs années dans une camagne pour arrêter la construction d’une station de ski sur San Francisco Peaks a dit:

“On a célébré cette victoire, mais nous devons rester très vigilant. Le processus NEPA n’est pas du tout fait pour servir les intérêts indigènes. Nous avons expérimenté tout ceci au travers de la profanation de sites sacrés comme les San Francisco Peaks. Il y a eu des déclarations et résultats de recherche d’impact environnemental qui ont facilité la profanation des sites sous le gouvernement Obama, alors imaginez ce que çà va être sous celui de Trump ! Des fascistes dans son genre ont essayé d’éviscérer les processus du NEPA depuis des années. Pour complètemet mettre un terme à ces oléoducs nous devons en fait mettre un terme au système qui les génere. Protégeons tous les endroits sacrés, amenons la lutte chez nous. Célébrez, organisez-vous et continuez la lutte en retour.”

Résistance au colonialisme: Toile de fond historique de Standing Rock avant l’assaut militaire prévu du 5 décembre… (Russell Means)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 4 décembre 2016 by Résistance 71

La toile de fond historique de Standing Rock: les traités de Fort Laramie de 1851 et de 1868

 

Depuis l’autobiographie du grand activiste Lakota Oglala Russell Means et le chapitre 43 de son livre “Where White Men Fear to Tread” (éditions St Martin’s Griffin, 1995)

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

4 décembre 2016

 

“Après plus d’un siècle de colonisation, nous peuple indien, avons appris à exceller à nous battre entre nous. Nous avons, de manière bien regrettable, appris à refléter la société blanche.”
~ Russell Means ~

 

“Notre présence au camp de Yellow Thunder [en 1981] ramena le traité de Fort Laramie de 1868 au goût du jour. Ce traité fut signé par le Lieutenant Général William Tecumseh Sherman représentant les Etats-Unis d’Amérique et par les leaders des nations Lakota et Cheyenne représentant leurs peuples respectifs. Ce traité reconfirma que le territoire de mes ancêtres s’étendait de la branche nord de la rivière Platte dans ce qui est aujourd’hui l’état du Nébraska, vers l’Est au travers de l’Iowa et jusqu’à la rivière Missouri et au Nord au travers des deux états du Dakota, du Wyoming et du Montana jusqu’au Canada. En son centre se situait les Collines Noires (Paha Sapa). Nos droits sur Paha Sapa furent reconfirmés dans un document écrit en anglais qui stipulait très clairement que le traité ne pouvait être amendé que par le vote des ¾ des Lakota mâles adultes.

Les Etats-Unis avaient désespérément recherché ce traité après avoir été battus bataille après bataille. Il est bien triste de constater que tous ces combats auraient été totalement inutiles si les Etats-Unis n’avaient pas trahi les termes du traité de Fort Laramie de 1851, traité qui garantissait aux Etats-Unis un droit de passage au travers des territoires indiens jusqu’à la côte Ouest. Lorsque des garnisons commencèrent à s’installer le long de la piste Bozeman vers les mines d’or du Montana, mes ancêtres leur demandèrent de les retirer. Notre peuple a attendu jusqu’en 1866, alors que la guerre de sécession (1861-65) avait épuisé l’homme blanc militairement, économiquement et spirituellement. C’est alors que les Lakota défendirent leurs terres, attaquant les armées de l’envahisseur et les chassant.

Tout comme nous avons cru Nixon et ses porte-flingues dans les années 1970, nos ancêtres avaient signé le traité de Fort Laramie en 1868 croyant les mots du président Andrew Johnson et de ses généraux, Sherman, John B. Sanborn, William S. Harney, et Philip Sheridan, connu pour sa déclaration tristement célèbre: “Le seul bon Indien est l’Indien mort.” Quatre ans plus tard, sans aucune permission des Lakota, Sheridan envoie George Armstrong Custer rechercher de l’or dans les Collines Noires. Mes aïeux le laissèrent faire ses tribulations sur nos terres sacrées sans le toucher ni lui ni sa force expéditionnaire. Quand Custer trouva ce qu’il cherchait, le gouvernement du président Ulysse Grant fuita l’information et en quelques mois, notre terre sacrée fut envahit par une armée de prospecteurs. Notre peuple voyageait régulièrement dans ce territoire sacré de Khe Sapa, visite faite pour renouer avec la force spirituelle, mais nous n’avions aucun campement permanent sur ces terres. A l’encontre des mines d’or de Californie où les mineurs massacrèrent tout ce qu’ils trouvaient comme Indiens, il n’y eut aucun massacre, aucune confrontation. Néanmoins, mon peuple avertit alors les chefs militaires US et les agents civils du gouvernement fédéral, que si les mineurs restaient, alors ce serait un retour à la guerre, mais ils laissèrent les premiers chercheurs de fortune tranquilles. Mes aïeux pensaient que lorsque les leaders blancs à Washington apprendraient ce qui se passait, ils se comporteraient en êtres humains, honoreraient leur parole et forceraient les mineurs à partir.

Au lieu de cela, en juin 1876, Sheridan envoya Custer et le 7ème de cavalerie résoudre le “problème indien”, dans ce qui allait devenir une des plus célèbres confrontations entre les blancs et les Indiens du XIXème siècle. Au lieu de rencontrer des femmes, enfants et vieillards sans défense comme ils en avaient l’habitude et qui constituaient la vaste majorité de leurs victimes, les maraudeurs tombèrent sur des groupes d’hommes indigènes armés sur les berges de la rivière Greasy Grass. Ils payèrent un très lourd tribut pour cette erreur. Embarrassés et humiliés, les Etats-Unis commencèrent à chercher d’autres moyens pour pouvoir répudier le traité. Les colons ne pouvaient pas obtenir ces fameux ¾ de la population mâle adulte à signer un nouveau traité et enterrer celui de Fort Laramie, alors ils saoûlèrent des “Indiens de forts” (NdT: des groupes d’Indiens qui restaient près des forts blancs et vivaient aux crochets des colons et de l’armée), mis tous ensemble, ils représentèrent moins d’un neuvième de la population adulte mâle Lakota et après bien des chantages et des menaces, les firent aposer leur marque sur un accord qu’ils ne pouvaient pas lire. Ces nouveaux documents cédaient les Collines Noires au gouvernement fédéral américain. Ce vol en bande organisée fut nommé “l’accord de 1876”.

Lorsque la très vaste majorité de mes ancêtres refusèrent toujours de céder les terres de Paha Sapa, les blancs les menacèrent alors de les déporter en “pays indien”, ce qui est aujourd’hui l’état de l’Oklahoma. En substance les Lakota répondirent ceci à la menace: On vous a déjà botté le cul, on va le refaire, alors allez-y venez… En substance les hauts-fonctionnaires US répondirent: vendez-nous les Collines Noires ou crevez de faim !

Les agents du gouvernement refusèrent de délivrer la nourriture et les vivres que le traité nous alouait ainsi que les munitions pour la chasse. Et notre peuple refusa toujours de vendre. Les blancs prirent notre terre sacrée quoi qu’il en soit en 1876, ils assassinèrent le grand Crazy Horse en 1877 et Sitting Bull en 1890 ainsi que quiconque était une menace à leur fièvre de l’or. A cause de la famine provoquée par les agents du gouvernement et des douzaines d’autres actes de génocide, mes ancêtres devinrent trop faibles pour résister militairement.

Les mineurs blancs dépouillèrent les Collines Noires de plus d’un milliard de dollars d’or et de bien plus de minerais et ce sans aucune tentative ou velléité de compensation de la part du gouvernemnt fédéral.”

=*=

Note de R71: Toute cette zone renferme du charbon, du cobalt et surtout une grande “valeur” moderne: de l’uranium.

 =*=

“Toute la tradition européenne, marxisme inclus, a conspiré pour défier l’ordre naturel de toutes choses. La terre-mère a été abusée, les pouvoirs ont été abusés et tout ceci ne peut pas continuer indéfiniment. Aucune théorie ne peut venir changer ce simple fait. La terre-mère va riposter, l’environnement va riposter et ceux qui abusent seront éliminés. Les choses reviennent au point de départ. C’est çà la révolution. C’est aussi une prophétie faite par mon peuple, par le peuple Hopi et bien des autres peuples corrects. Les Indiens des Amériques ont essayé d’apprendre cela aux Européens depuis des siècles ; mais, comme je l’ai dit plus tôt, les Européens sont incapables d’écouter. L’ordre naturel des choses gagnera et les abuseurs, les offenseurs mourront, comme les daims meurent lorsqu’ils brisent l’harmonie en surpeuplant une zone donnée. Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’une catastrophe naturelle ne se produise, une catastrophe aux proportions planétaires. C’est le rôle des Indiens et de toutes choses naturelles de survivre. Une partie de notre survie consiste à résister. Nous résistons non pas pour renverser un gouvernement ou pour saisir le pouvoir, mais simplement parce qu’il est normal et naturel de résister à l’extermination, de survivre. Nous ne voulons en aucun cas le pouvoir au-delà des institutions des blancs, ce que nous voulons c’est que les institutions des blancs disparaissent. C’est çà la révolution.

Nous, les Indiens des Amériques, sommes toujours en contact avec ces réalités, les prophéties, les traditions de nos ancêtres. Nous apprenons de nos anciens, de la nature, des pouvoirs. Et quand la catastrophe sera passée, nous les Indiens des Amériques, nous serons toujours là pour habiter ces terres et ce continent. Peu importe si ce ne sera qu’une poignée d’entre nous au fin fond des Andes. Le peuple amérindien survivra, l’harmonie sera rétablie. C’est çà la révolution.

~ Extrait du discours de Russell Means durant le Black Hills International Survival Gathering, Dakota du Sud, juillet 1980 ~

(Traduit de l’anglais par Résistance 71)

Résistance politique au colonialisme: Les associations d’anciens combattants américains se joignent aux protecteurs de l’eau à Standing Rock !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2016 by Résistance 71

Nous l’avons dit et le répétons: une partie de l’avenir de l’humanité se joue en ce moment même à Standing Rock ! Le combat des peuples unis contre l’empire et les forces politico-corporatistes est engagé… Standing Rock n’est que le début, des dizaines de Standing Rock partout sur les terres usurpées par l’empire colonial du Nord au Sud, vont bourgeonner.

Empire… Rend-toi tu es cerné !

~ Résistance 71 ~

 

Les anciens combattants au front dans la guerre de Standing Rock

 

Ian Greenhalgh

 

23 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/11/23/us-veterans-stand-with-standing-rock-call-for-action/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Rejoignez les manifestants pacifiques de Standing Rock contre la police et l’État corrompus.

[Note éditoriale: VT soutient totalement les manifestations se tenant à Standing Rock et l’appel des anciens combattants à se tenir aux côtés des braves manifestants qui font face à une réponse policière des plus brutales et inhumaines qui a vu des manifestants pacifiques et légaux être assaillis par les forces de coercition au moyen de balles en caoutchouc, de gaz lacrymogène, de canons à eau, de chiens d’attaque et peut-être le pire de tout: avec les bonnes vieilles matraques et massues aux mains de voyous en uniforme.

Ne vous y trompez pas, ceci représente un problème et une affaire très, très sérieuse, pas seulement pour les nations indiennes autochtones mais pour tout le peuple des Etats-Unis, cette bataille doit être combattue et gagnée si nous voulons préserver un semblant de démocratie, de droits humains et de règle de la loi. Ian]

Les anciens combattants (Veterans) des forces armées états-uniennes prennent bonne note des appels pour soutenir les manifestants autochtones (NdT: et non-autochtones de plus en plus nombreux !!…) autant que de lutter contre l’oléoduc en lui-même.

En décembre, les manifestants contre le Dakota Access Pipeline vont très certainement recevoir le soutien de centaines d’anciens combattants des forces armées américaines qui se commettent en toujours plus grand nombre pour la cause, si tout se passe comme prévu.

Un organisateur, Wes Clark Jr, connu comme animateur du programme TV des Young Turks a déclaré que des anciens combattants étaient prêts à prendre une bastos si besoin était. L’ex-officier de l’armée US a appelé sur les ondes le mouvement de résistance à Standing Rock “du plus important évènement jusqu’ici dans l’histoire de l’humanité.”

Titrée “Les anciens combattants se lèvent pour Standing Rock”, la page Facebook annonce que des centaines d’anciens combattants vont rejoindre les manifestations à partir du 4 décembre. La page sonne aussi un lien vers une page de levée de fonds GoFundMe pour aider à financer leur voyage, le projet à jusqu’ici reçu 68 000 des 200 000 US$ fixés pour but.

Le groupe sur Facebook a été formé avec un ordre de mission militaire de 5 paragraphes fixant très clairement qui sont “les forces d’opposition”: “Le bureau du Shériff du county de Morton ainsi que de multiples agences de police d’état et des contractants privés”, a rapporté le magazine Business Insider.

D’après leur page GoFundMe, ils appellent à “une milice pacifique, non armée… afin de défendre les protecteurs de l’eau contre les assauts et l’intimidation aux mains d’une force de police militarisée et la sécurité du DAPL.

“Il devient de plus en plus évident de jour en jour que les défenseurs de l’Amérique doivent se tenir avec les protecteurs de l’eau. Mettons un terme à cette injustice sauvage qui est commise ici et maintenant.” peut-on y lire.

Bien que le groupe planifie de se vêtir de tenues militaires incluant des équipements de protection corporelle, ils insistent sur le fait d’être un groupe pacifiste et qu’ils ne seront en aucun cas armés.

“Amenez des protections pour le corps, des masques à gaz, des bouchons de tir et des casques anti-bruit (nous aurons à faire face à un canon sonique)”, peut-on lire sur leur page Facebook.. “Mais n’amenez ni armes, ni drogues, ni alcool.”