Archive pour standing rock sioux contre doctrine chrétienne découverte

Résistance politique au colonialisme: Les associations d’anciens combattants américains se joignent aux protecteurs de l’eau à Standing Rock !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2016 by Résistance 71

Nous l’avons dit et le répétons: une partie de l’avenir de l’humanité se joue en ce moment même à Standing Rock ! Le combat des peuples unis contre l’empire et les forces politico-corporatistes est engagé… Standing Rock n’est que le début, des dizaines de Standing Rock partout sur les terres usurpées par l’empire colonial du Nord au Sud, vont bourgeonner.

Empire… Rend-toi tu es cerné !

~ Résistance 71 ~

 

Les anciens combattants au front dans la guerre de Standing Rock

 

Ian Greenhalgh

 

23 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/11/23/us-veterans-stand-with-standing-rock-call-for-action/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Rejoignez les manifestants pacifiques de Standing Rock contre la police et l’État corrompus.

[Note éditoriale: VT soutient totalement les manifestations se tenant à Standing Rock et l’appel des anciens combattants à se tenir aux côtés des braves manifestants qui font face à une réponse policière des plus brutales et inhumaines qui a vu des manifestants pacifiques et légaux être assaillis par les forces de coercition au moyen de balles en caoutchouc, de gaz lacrymogène, de canons à eau, de chiens d’attaque et peut-être le pire de tout: avec les bonnes vieilles matraques et massues aux mains de voyous en uniforme.

Ne vous y trompez pas, ceci représente un problème et une affaire très, très sérieuse, pas seulement pour les nations indiennes autochtones mais pour tout le peuple des Etats-Unis, cette bataille doit être combattue et gagnée si nous voulons préserver un semblant de démocratie, de droits humains et de règle de la loi. Ian]

Les anciens combattants (Veterans) des forces armées états-uniennes prennent bonne note des appels pour soutenir les manifestants autochtones (NdT: et non-autochtones de plus en plus nombreux !!…) autant que de lutter contre l’oléoduc en lui-même.

En décembre, les manifestants contre le Dakota Access Pipeline vont très certainement recevoir le soutien de centaines d’anciens combattants des forces armées américaines qui se commettent en toujours plus grand nombre pour la cause, si tout se passe comme prévu.

Un organisateur, Wes Clark Jr, connu comme animateur du programme TV des Young Turks a déclaré que des anciens combattants étaient prêts à prendre une bastos si besoin était. L’ex-officier de l’armée US a appelé sur les ondes le mouvement de résistance à Standing Rock “du plus important évènement jusqu’ici dans l’histoire de l’humanité.”

Titrée “Les anciens combattants se lèvent pour Standing Rock”, la page Facebook annonce que des centaines d’anciens combattants vont rejoindre les manifestations à partir du 4 décembre. La page sonne aussi un lien vers une page de levée de fonds GoFundMe pour aider à financer leur voyage, le projet à jusqu’ici reçu 68 000 des 200 000 US$ fixés pour but.

Le groupe sur Facebook a été formé avec un ordre de mission militaire de 5 paragraphes fixant très clairement qui sont “les forces d’opposition”: “Le bureau du Shériff du county de Morton ainsi que de multiples agences de police d’état et des contractants privés”, a rapporté le magazine Business Insider.

D’après leur page GoFundMe, ils appellent à “une milice pacifique, non armée… afin de défendre les protecteurs de l’eau contre les assauts et l’intimidation aux mains d’une force de police militarisée et la sécurité du DAPL.

“Il devient de plus en plus évident de jour en jour que les défenseurs de l’Amérique doivent se tenir avec les protecteurs de l’eau. Mettons un terme à cette injustice sauvage qui est commise ici et maintenant.” peut-on y lire.

Bien que le groupe planifie de se vêtir de tenues militaires incluant des équipements de protection corporelle, ils insistent sur le fait d’être un groupe pacifiste et qu’ils ne seront en aucun cas armés.

“Amenez des protections pour le corps, des masques à gaz, des bouchons de tir et des casques anti-bruit (nous aurons à faire face à un canon sonique)”, peut-on lire sur leur page Facebook.. “Mais n’amenez ni armes, ni drogues, ni alcool.”

De la priorité politique

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 novembre 2016 by Résistance 71

Résistance 71

 

24 novembre 2016

 

Lire notre dossier “Standing Rock ou la fin de l’empire”

 

Certains de nos lecteurs se demandent pourquoi nous ne couvrons pas l’actualité politique de l’après élections-farce américaines et du cirque politique franchouillard. Nous les remercions de nous forcer à nous justifier.

Nous essaierons d’être brefs.

Nous pensons depuis bien longtemps et ce blog en est l’illustration quotidienne, que ce que l’oligarchie nous autorise et nous incite à “débattre” n’est que mascarade et poudre aux yeux ; pire, une distraction du véritable enjeu politique et social pour les peuples du monde. L’oligarchie qui manipule le pouvoir depuis bien des siècles passe son temps et dépense des fortunes pour entretenir la seule forme possible de son maintien en haut de la pyramide politico-économique qu’elle a créée de toute pièce: la division des peuples.

Tout est fait et nous disons bien TOUT, pour nous maintenir divisés sur tout et n’importe quoi. La hantise des oligarques, leur cauchemard essentiel et primordial c’est l’UNION des peuples. Que, de concert, nous faisions fi de toutes les illusions mises devant nos yeux pour enfin nous unir et agir au-delà des frontières et de l’espace-temps, pour renverser, démonter cette pyramide du pouvoir construite sur la division induite et factice des peuples.

A cet égard, il n’est pas du tout surprenant de voir et de lire les merdias de la pressetituée de masse n’en finissant plus d’agoniser devant le renouveau de l’information produit par cette nouvelle presse de Gütemberg qu’est devenu l’internet, entretenir des débats aussi stériles qu’inutiles à grand renfort d’”analyses” et de “discussions” sur le mode farce et attrappe quant à l’avenir du monde sous le règne de la nouvelle marionnette oligarchique mise à la Maison Blanche ou bientôt à l’Élysée. Les votards gogos yankees ont eut à choisir entre la peste et le choléra, ils ont choisi ce qu’on leur a dit de penser être le “moindre mal”. Il en sera de même en France. Il en est déà de même avec des primaires politiques qui ne font qu’avancer toujours plus avant les pions de la division contre ceux de la raison.

Tout ceci n’est que PERTE DE TEMPS absolue !

Distraction, tournez-manèges sur un air d’”Il court il court le furet”…

Le pire est que les médias dits “alternatifs” s’en donnent également à cœur joie et rivalisent d’ineptie quant à soutenir Bozo plutôt que Kiri, ces clowns ne faisant plus rire personne depuis bien longtemps, sous le plus grand chapiteau du monde pour ce que d’aucuns appellent encore “la magistrature suprême”, celle de la politique spectacle d’une société spectacle vendue et achetée depuis belle lurette par l’oligarchie financière débridée, sans complexe, criminelle, parasite et totalement obsolète.

Pendant ce temps là, se joue une véritable bataille politique de terrain, celle que bien peu de médias ne couvrent (et nous sommes fiers de le faire…): la bataille de Standing Rock dans le reculé et froid état du Dakota au milieu de nulle part, au fin fond de l’île de la Grande Tortue, bataille sur fond de projet d’oléoduc du Dakota Access Pipeline ou DAPL de son acronyme anglophone. Là, Oceti Sakowin, la Grande Nation Sioux et ses frères, alliés, autochtones ou non, ont hurlé un retentissant NON ! à la mafia politico-industrielle du pétrole et à l’usurpation territoriale de l’état fédéral yankee ; un état félon, colonial, usurpateur, voleur et génocidaire, qui pille une terre qui ne lui appartient aucunement depuis 1776 en héritage des turpitudes coloniales perpétrés par les empires britannique. espagnol, hollandais et français avant lui.
L’acuité politique est de percevoir que ce combat, qui ne fait que débuter, ne fait pas que de mettre une nouvelle fois en scène les Indiens contre les cow-boys, mais bien au-delà, pose enfin et finalement la grande problématique sous-jacente depuis des siècles à toutes ces affaires territoriales: l’ILLEGALITE absolue des lois fédérales et locales sur les territoires autochtones et la perpétuelle violation des traités dûment signés et bafoués par le pouvoir colonial depuis la création de cet état félon et fantoche devenu modèle et ”nation indispensable” pour la frange judéo-chrétienne de l’humanité.

Enfin, il devrait être possible d’exposer la forfaiture et le crime au plus grand jour: le fait que pour la toute première fois dans l’histoire de l’humanité, un empire actif et hégémonique comme ses prédécesseurs, est construit sur du vent, sur une terre volée et sur un génocide sans précédent dans l’histoire.

A Standing Rock, la Grande Nation Sioux, ses alliés autochtones et non-autochtones livrent en ce moment même un combat qui, s’il est bien mené, peut mener à la fin de l’empire anglo-américain et restaurer paix, égalité, justice, harmonie et véritable liberté démocratique fondée sur le droit naturel et l’égalité, non seulement sur le continent des Amériques, mais dans le monde entier.

Le soutien à Standing Rock prend de l’ampleur mais avec ceci vient aussi la toujours dangereuse possibilité d’infiltration et de cooptage par les agents de l’empire qui s’infiltrent partout et toujours. Le mouvement vient de recevoir le soutien des associations d’anciens combattants de l’empire, soutien à double tranchant s’il en est.

L’enjeu politique réel aujourd’hui est à Standing Rock, un enjeu qui va bien au-delà de l’affaire environnementale, certes très importante, concernant ce projet en cours d’oléoduc mortifère ; nous avançons pas à pas vers l’heure de vérité pour l’empire et ses sbires.

Aujourd’hui, le choix politique n’est pas dans l’illusion démocratique des fantoches qu’on nous impose dans les grandes messes sectaires électorales occidentales et autres, mais dans le soutien des grands mouvements de résistance indigènes dans les pays toujours colonisés et affiliés au grand empire anglo-américain et ses vassaux. Aujourd’hui, l’enjeu politique réel est à Standing Rock et dans tous les foyers de luttes indigènes de résistance à l’empire: Le Chiapas et Oaxaca au Mexique, la lutte autochtone au Honduras et dans le sud du continent des Amériques, la résurgence politique aborigène en Océanie et bien entendu la lutte du peuple palestinien occupé et réprimé par la branche sioniste de la même volonté hégémonique coloniale occidentale.

Il est important de ne pas se tromper de combat et de dicerner l’important du futile en ces temps manipulés. Céder aujourd’hui à la mode de la division entretenue, une fois de plus, par la société du spectacle et débattre futilement des intentions ou de la couleur du slip d’un Trump ou d’un Juppé, ne fait qu’entretenir le consensus du statu quo oligarchique et nous maintient, nous les peuples, exactement là où l’oligarchie veut que nous restions: dans la cour de récréation à jouer aux billes et à nous chamailler entre nous.

Nous appelons le plus grand nombre à grandir politiquement pour que de véritables solutions politiques émergent des énormes ressources dont disposent les peuples. C’est ensemble que nous vaincrons l’oligarchie. L’Oceti Sakowin, ses frères et alliés nous montrent une fois de plus le chemin. Puissions-nous, le plus grand nombre possible, entendre la voix de la sagesse ancestrale amérindienne nous murmurant sans relàche:

“Ce n’est que quand le dernier arbre sera coupé et le dernier poisson mangé que l’homme blanc se rendra compte que l’argent ne se mange pas.”

Réflexion, Union, Action !

Mitakuye Oyasin

Ske:nen

Résistance au colonialisme: Standing Rock et la vérité légale…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 23 novembre 2016 by Résistance 71

Une fois de plus, il importe peu qui a été, est et sera à la Maison Blanche, le viol constant de la terre et des traités établis avec les nations autochtones est et demeurera la préoccupation principale des politiciens vendus et achetés depuis belle lurette par le système marchand et son oligarchie aux commandes. Trump n’en étant-il pas le plus superbe des exemples ?…
Le gouvernement fédéral scélérat et usurpateur des “Etats-Unis” a signé plus de 400 traités depuis 1776 avec les nations indigènes originellement libres et indépendantes hors de la domination chrétienne et occidentale. Tous ces traités ont été bafoués, violés et ignorés pour le profit de l’état colon lui-même propriété privée des banques et grosses entreprises désormais transnationales.
Cet empire est construit sur le vol, le meurtre de masse (génocide), la déshumanisation et la coercition du plus grand nombre par le plus petit nombre. Sa population colonisatrice est elle-même colonisée, sous l’emprise totale du totalitarisme marchand.
Abattre l’empire, abattre tout empire, c’est unifier les peuples dans l’intérêt commun des peuples de cette planète et éradiquer l’empire factice de la division et du chaos généré par le capitalisme et son arme de destruction massive qu’est la société du spectacle marchand.
Ce n’est pas un Standing Rock qu’il nous faut, mais 10, 15 Standing Rocks simultanés à travers cette empire du chaos d’Amérique du Nord et ses ramifications mortifères dans le monde. Standing Rock ce sont les ZAD. Il y a un Standing Rock potentiel dans chaque ville et village de France et d’occident, parce que nous sommes tous des colonisés de ce système dégénéré assassin mais aussi parce que nous sommes tous inter-reliés.
Mitakuye Oyasin !

 

~ Résistance 71 ~

 

Les actions de déshumanisation par la police du Nord Dakota viole le traité de Fort Laramie de 1851

 

Steven Newcomb

 

16 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/11/16/dehumanizing-actions-north-dakota-police-violate-1851-treaty-fort-laramie

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les camps pour la protection de l’eau à Standing Rock en opposition au projet du Dakota Access Pipeline sont sis en territoires reconnus par traités d’Oceti Sakowin (Le conseil des sept feux de la Grande Nation Sioux). Le peuple Sioux Standing Rock, faisant partie de la plus grande nation d’Oceti Sakowin, a parfaitemt le droit d’héberger les protecteurs de l’eau dans ces camps. Ce projet de construction d’oléoduc du Dakota Access devant traverser le territoire d’Oceti Sakowin sans le consentement préalable et informé de cette nation se déroule en violation totale du traité de Fort Laramie de 1851. Ainsi, les actions de la police de l’état du Dakota du Nord et de la Garde Nationale US en faveur du projet d’oléoduc sont en violation DIRECTE des territoires d’Oceti Sakowin reconnus expressément dans ce traité de Fort Laramie de 1851 (NdT: qui fut consolidé de mieux dans le second traité de Fort Laramie de 1868, après la seconde défaite de l’armée américaine face aux nations Sioux et Cheyenne)

Il est choquant de regarder les vidéos des interventions de ces forces de police militarisées du Dakota du Nord utilisant des triques, des massues, des balles en caoutchouc (infligeant de sérieuses blessures) et des engins à ultra-sons contre des protecteurs de l’eau pacifiques et non-armés à Standing Rock. Il y a déjà des rapports de fouilles à corps et d’humiliation perpétrées par les forces étatiques. Ceci représente la domination coloniale et la déshumanisation en action. Ce qui se passe à Standing Rock est aussi une illustration on ne peut plus claire d’un traité avec une nation indienne, celui de Fort Laramie en 1851, être une fois de plus complètement bafoué et ignoré par le gouvernement fédéral des Etats-Unis.

Ce traité de Fort Laramie est totalement ignoré par les Etats-Unis qui sont en faveur [au service ?…] d’intérêts spéciaux très puissants avec les industries du pétrole et de la finance. Standing Rock est un exemple au XXIème siècle de la méthodologie et des techniques d’oppression qui furent instiguées par les bulles pontificales du XVème siècle (NdT: Dum Diversas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493) ). En voici quelques étapes bien caractéristiques: “envahir, capturer, vaincre et subjuguer” les nations originelles de ce continent (et de tout continent, terre non-chrétiens), comme l’Oceti Sakowin. Réduire les “nations barbares” sous la domination (dominium) de “l’empire chrétien” ou ce qui est maintenant “l’empire américain”.

Quelle serait donc une bonne compréhension de ce traité de Fort Laramie de 1851 que les Etats-Unis signèrent avec la nation Oceti Sakowin / Grande Nation Sioux ?
Une information importante aux sujets des traités fut fournie par le tout premier patron de la Cour Suprême des Etats-Unis, John Jay. Il fut l’auteur de l’article Fédéraliste 64, qu’il publia en 1788 sous le nom de plume de Publius. Les articles fédéralistes furent écrits dans un effort particulier de renforcer le cas de la ratification de la constitution proposée, celle qui fut écrite à Philadelphie en 1787. Jay a eu quelque chose à dire à propos des traités dans le 64ème article fédéraliste.

Jay répondait à l’argument soutenant que les traités ne devraient pas être considérés comme la loi suprême de la terre au sein du cadre constitutionnel proposé. En discutant des traités, Jay dit alors: “Il serait impossible de trouver une nation qui pourrait traiter avec nous [les Etats-Unis] et les liant absolument au traité tandis que nous [les Etats:Unis] ne considérerions être liés au traité qu’autant que nous le désirions et dans la mesure où cela nous serait favorable.” Ceci décrit fort justement l’attitude générale des Etats-Unis en ce qui concerne les traités avec les nations natives comme l’Oceti Sakowin. Ce que Jay considérait comme impossible en regard des traités est en fait exactement comment les Etats-Unis ont vu le traité de Fort Laramie en 1851 (NdT: et tous les traités précédents et ceux qui s’en suivirent…). L’état colonial a considéré ce traité comme n’obligeant en rien les Etats-Unis.

Jay continua en parlant des législateurs (NdT: à savoir le congrès des États-Unis: chambre basse + sénat): “Ceux qui font les lois peuvent, sans aucun doute, les amender ou les abroger.” De plus Jay a dit: “il ne sera aucunement disputé que ceux qui font les traités peuvent les altérer ou les annuler.” Jay exhorta les gens à néanmoins ne pas oublier quoi qu’il en soit, que “les traités ne sont pas seulement faits par une des parties contractantes, mais par les deux.” Le consentement des deux parties prenantes d’un traité est essentiel à sa réalisation a dit Jay. Ainsi, le consentement des deux parties est toujours nécessaire ultérieurement pour “altérer ou annuler” un traité.

En d’autres termes, l’Oceti Sakowin doit d’abord donner son consentement avant que le traité de Fort Laramie de 1851 ne soit altéré ou annulé. Les Etats-Unis par conséquent n’ont absolument aucun droit d’altérer ou d’annuler unilatéralement le traité de Fort Laramie de 1851 (NdT: ou tout autre traité) par législation du congrès. Les Etats-Unis n’ont également aucun droit d’imposer validement à la nation Oceti Sakowin leur interprétation américano-centriste du traité.

Jay déclara que la constitution proposée “n’a donc pas étendu l’obligation des traités le moins du monde.” Les traités “sont juste tout autant liant et juste hors de la portée légale des actes législatifs maintenant ou dans quelque future période que ce soit ou sous toute forme de gouvernement que ce soit.Donc depuis 1851, le traité de Fort Laramie est “hors de portée de tout acte législatif” du congrès des Etats-Unis, comment fut-il donc possible pour ces mêmes Etats-Unis d’utiliser validement un acte législatif du congrès en 1958 pour, de manière supposée, donner au corps du génie de l’armée des Etats-Unis le droit de “prendre” la terre Oceti Sakowin sans la permission de cette dernière ?

D’après John Jay, il n’est pas possible pour le congrès de donner VALIDEMENT, LEGALEMENT, au corps du génie de l’armée quelque permission que ce soit de “prendre” la terre Oceti Sakowin sans leur consentement. La loi de 1958 est une fraude en accord avec les règles de traité que John Jay, grand patron de la Cour Suprême avait si brillamment et clairement exprimées.

La loi territoriale des Etats-Unis sur le Dakota dit explicitement que le territoire indien qui n’a pas été cédé aux Etats-Unis par traité ne peut pas être considéré comme partie de ce que les Etats-Unis déclarent être le territoire du Dakota des Etats-Unis d’Amérique. Ainsi, le territoire d’Octi Sakowin n’est aucunement une “terre fédérale”. Il n’est pas non plus “territoire de l’état du Dakota”. Il demeure le pays distinct et séparé de la nation Oceti Sakowin. Ceci est le raisonnement qui s’ensuit de l’explication de John Jay faite sur la constitution proposée des Etats-Unis. Jusqu’à ce jour, la nation Oceti Sakowin n’a JAMAIS donné l’autorisation dans un traité ratifié par les Etats-Unis, de permettre que son territoire soit considéré comme partie de l’état du Dakota du Nord ou du sud et de l’état fédéral (colonial) des Etats-Unis d’Amérique.

Le raisonnement ci-dessus a été savamment caché parce qu’en 1823, la décision de la CS dans l’affaire Johnson contre M’Intosh et la doctrine chrétienne de la découverte et de la domination sous-jacente, furent déclarées prévalentes et s’affirmèrent comme le paradigme invalide et usurpateur de la loi et de la politique fédérales indiennes. Les lois scélérates votées par les Etats-Unis et qui n’ont pas eu de résultats positifs pour la grande nation Sioux sont documentées plus avant dans cet article de Peter Cozzens qui vient juste d’être publié par le magazine de la société smithsonienne dans son édition de novembre 2016 et intitulé: “Ulysses S. Grant Launches an Illegal War Against the Plains Indians, Then Lied About It.” (Note de R71: Nous avons lu ce long article au demeurant excellent, trop long pour être traduit, mais Ô combien édifiant sur la fourberie et l’infâmie répétées du gouvernement fédéral colonial yankee… Cliquez sur le lien ci-dessous pour y avoir accès en anglais désolé).

Illegal War

Ce que tout le monde a su est que l’extension géographique et les frontières politiques des Dakota du nord et du sud sont fausses. Les frontières de ces deux états n’incluent en rien quelque partie que ce soit du territoire Oceti Sakowin qui n’a pas été cédé, abandonné ou rétrocédé aux Etats-Unis par un traité ratifié par les Etats-Unis eux-mêmes. Ceci constitue le territoire d’un pays séparé, celui de Lakotiah ou de Dakotiah.

Note de Résistance 71:

Les territoires Oceti Sakowin couverts par le traité de Fort Laramie de 1851 ainsi que les territoires non cédés par traités couvrent une énorme superficie qui s’étend au cœur des grandes plaines sur les 6 états du Dakota du nord et du sud, du Montana, du Wyoming, du Colorado et du Nebraska. Ce territoire représente quelques 220 000 km2 soit un peu moins de la moitié de la superficie de la France, qui appartiennent et sont PAR DROIT NATUREL le territoire de la Grande Nation Sioux usurpé par cet empire sans terre que sont les Etats-Unis.

Voir carte ci-dessous.

siouxmap

Empire !… Rends-toi tu es cerné !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 novembre 2016 by Résistance 71

“Et la destinée murmure au guerrier: ‘tu ne peux pas résister à la tempête !’ et le guerrier lui murmure en retour: ‘Je suis la tempête…’ “

 

Levez vous pour notre mère Nature

 

Mohawk Nation News

 

16 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/16/stand-up-for-creation/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Seuls le vrai et le faux existent dans la vie. Nous vivons pour les générations ici, celles du passé et celles à venir. Les faiseurs de fric vivent dans le moment. Tout le monde a le choix, la capacité de raisonner. S’ils ne l’utilisent pas, ils devront faire face aux conséquences de leurs actions.
Plus on utilise de force contre le peuple, et toujours plus de pouvoir et de puissance possède t’il, lui et ses supporteurs. L’unification des gens pour protéger notre terre-mère est en train de se produire de partout. Tout le monde agite le drapeau des guerriers parce qu’ils veulent s’unir pour résister à la corporation.

Après la fin du voyage de Dekanawida, il laissa derrière lui l’accord de paix et de défense de cette paix (Kaiane’re:kowa) pour protéger les innocents. Onkwe’hon:weh (habitants de l’Île de la Grande Tortue) fut chargé de disséminer le message et d’utiliser la force psychique qui vient avec le fait d’avoir le bon esprit.
Les 300 manifestations aujourd’hui aux Etats-Unis montrent que tout le monde désire se tenir avec la création/nature. Ils veulent la liberté et exercer leur pouvoir.

La création/nature nous aide, tout comme l’eau que nous préservons, qui façonne notre action et notre destinée. La police et l’armée élaborent leurs attaques en fonction d’un ennemi qu’elles ne comprennent pas. Pour elles, nous sommes imprévisibles. Nous changeons constamment la situation tandis que leur situation, leur position sont statiques. Lorsque c’est nécessaire, la nature nous fait changer de tactiques.
Nos ennemis seront subjugués sans même les combattre. Leurs villes se tiennent déjà à nos côtés. Elles renversent leur propre royaume.

Nous capturerons notre opposant militarisé sans même combattre ou le détruire.

Nous demeurerons comme une grande rivière qui maintient son cours ou ajuste ses flots. Nous avons une forme mais ils ne peuvent pas la voir.. Nous n’avons pas de leaders à renverser, personne n’est en charge, personne ne nous donne des ordres ou met quiconque en formation pour attaquer.
Nous nous adaptons et n’avons aucune peur des batailles. Nous vaincrons ceux qui ont déjà perdu. Puis, ils viendront nous rejoindre. Nous nous lèverons tous contre leur machine de guerre avec la vérité…

Résistance au colonialisme: Convergence à Standing Rock…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 16 novembre 2016 by Résistance 71

“Je salue la lumière de tes yeux où réside tout l’univers. Lorsque tu seras en ce centre au sein de toi-même et que je serai en ce même endroit en moi-même, alors nous serons un.”
~ Chef de guerre Lakota, Oglala, Crazy Horse, 1877 ~

“Il faudrait que quelqu’un m’explique pourquoi le fait que je revendique de l’eau non polluée fait de moi une activiste, tandis que proposer de détruire l’eau au moyen d’une guerre chimique ne fait pas d’une entreprise un terroriste ?”

~ Winona Laduke ~

 

Où est Crazy Horse ?

 

Mohawk Nation News

 

15 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/15/where-is-crazy-horse/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Crazy Horse a dit: “Nous ne vous avons pas demandé vous les hommes blancs de venir ici. Le grand mystère nous a placé ici et nous a donné ces terres pour maison. Vous aviez la votre. Nous n’avons jamais interféré avec vous. Nous ne voulons pas de votre ‘civilisation’”. Nous avons beaucoup de soutien parmi les non-autochtones, bien des gens se tiennent à nos côtés dans ce combat contre la veulerie des entreprises coloniales et leur dévastation de notre terre.

A Standing Rock, nous utilisons l’énergie qui honore notre vie, le son mystérieux qui vient de nos ancêtres et que nous transmettrons à ceux encore non-nés. Nous les honorons en ne violant pas la vérité de la création naturelle. Ceci est une révolution permanente pour ceux d’entre nous ayant du sang onkwe’on:weh (habitants de l’Île de la Grande Tortue) et qui doivent suivre les instructions originelles de survivre et de co-exister. Cette protection de l’environnemnt n’est pas juste pour nous, mais pour tous nos amis et alliés.

Des voleurs se sont emparés de nos possessions et de notre capacité à nous en occuper. Nous ne sommes pas des voleurs. Nous avons le droit de nous défendre et de suivre nos instructions originelles. La peur submerge et noie la capacité des gens à penser. Beaucoup ne veulent pas entendre ce quelque chose contre lequel ils devraient sans doute se rebeller.
Assez de nos ossements ont été jetés dans la poussière de notre terre-mère et piétinés par les envahisseurs. Nous n’allons pas les laisser continuer à désacraliser et à profaner nos corps.

Le déni de notre droit de propriété sur nos possessions, notre liberté de parole et d’association, de communiquer personnellement les uns avec les autres et le fait que nous soyons sous surveillance sont des violations de la loi internationale et de la loi de la terre, Kaia’nere:kowa ou la Grande Loi de la Paix.

Le Patriot Act aux Etats-Unis et au Canada la loi C-51 ont été créés pour permettre à ce que quiconque se dresse contre les entreprises soit envoyé dans des prisons privées, sans autre forme de procès, sans communication légale et pour transformer tout le monde en prisonniers de guerre comme ils l’ont fait d’onkwe’hon:weh (le peuple naturelle de la terre).

Ceux que ne se dressent pas pour leur propre terre-mère sont complices de sa destruction.

Resistance au colonialisme: Colonisés de tous les pays…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 novembre 2016 by Résistance 71

Ces mots issus de la seconde déclaration zapatiste de la jungle de Lacandon le 12 juin 1994 doivent résonner plus que jamais pour tous les peuples du monde, parce qu’en fin de compte, en regard de l’oligarchie globaliste régnante: Nous sommes tous des colonisés !

« Frères et Sœurs,
Ne vous laissez pas acheter !. Résistez avec nous !. Ne vous rendez pas ! Résistez avec nous ! Répérez sans cesse avec nous ‘nous ne nous rendrons pas, nous résisterons!’ Que ces mots soient entendus non seulement dans les montagnes du sud-est mexicain, mais aussi au nord, dans les péninsules. qu’ils soient entendus des deux côtés sur les deux côtes ; qu’ils soient entendus au centre du pays, dans les vallées et les montagnes, dans les villes et les campagnes. Unissons nos voix, frères et sœurs. Criez avec nous: ‘nous ne nous rendrons pas, nous résisterons!’
Que la dignité brise le siège et retire ces sales mains avec lesquelles le gouvernement essaie de nous étrangler. Nous sommes sous siège. Ils ne laisseront pas la liberté, la justice et la démocratie entrer au Mexique. Nous sommes sous siège frères et sœurs mais nous ne nous rendrons pas, nous résisterons ! Nous avons notre dignité et nous ne nous vendrons pas au plus offrant !
La dignité ne se rendra pas ! La dignité va résister ! […]
Démocratie
Liberté
Justice! »
(traduction Résistance 71)

Maintenant changez le mot « Mexique » et remplacez le par n’importe quelle autre nation… L’effet est le même. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous des colonisés! et que l’heure est venu de briser les chaînes de l’esclavage moderne et de nous tenir debout, émancipés de l’idéologie colonialiste, aux côtés de nos frères et sœurs plus colonisés que nous, car ce n’est qu’une question de degré au bout du compte et que l’avenir de l’humanité passe par l’union sacrée entre les peuples colonisés pour un changement de paradigme politique et la mise en place de la société des sociétés.

~ Résistance 71 ~

 

Lire la 6ème déclaration zapatiste de la jungle de Lacandon (2005), la « Sixte »

 

Boum

 

Mohawk Nation News

 

4 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/04/boom/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

On n’a pas besoin des oléoducs toxiques. Les banquiers et les barons du pétrole veulent nous montrer qu’ils sont les patrons.. Nous avons tous les droits de décider qui peut passer sur nos terres et comment.

Le pétrole brut Bakken mortifère et autres poisons ne peuvent aucunement traverser le territoire de Kaia’nere:kowa, La Grande Loi de la Paix ! Nos amis et nos alliés doivent maintenant se dresser avec nous. Comme le disait John F. Kennedy: “Ceux qui fuient la controverse en sont les complices”.
L’entreprise n’a aucun droit sur notre terre et nos ressources, sous ou sur le sol. Ils jubilent de voir leurs mercenaires nous humilier, nous asperger de gaz lacrymo, nous tirer dessus avec des balles en caoutchouc, nous matraquer, nous jeter en prison et nous menacer de nous tuer ainsi que notre environnement. L’usage des armes chimiques et biologiques violent les conventions de Genève et de l’ONU et la loi internationale. (NdT: les armées sont interdites d’employer des gaz lacrymogènes ou des gaz au poivre contre des armées ennemies, et pourtant tout le monde trouve normal que la flicaille les utilise contre des manifestants, partout, et ce en toute violation des conventions internationales…)

La création nous protège tous, partout dans le monde. La matrice corporatiste s’effondre quand les flics et les ouvriers des chantiers quittent leurs fonctions ou rejoignent le peuple afin de protéger notre terre-mère. Personne ne veut de ces oléoducs quelques soient les accords passés entre les conseils de bandes/tribus corpos corrompus et leurs maîtres banquiers/gouvernements/politiciens.

Le pétrole et les poisons chimiques viennent des Dakota du nord et du sud par oléoduc ou par chemin de fer directement dans et au travers de nos communautés kanion’ke:haka / Mohawk

Nos instructions originelles de la création animent notre insticnt de survie. Nous essayons de partager ce pouvoir avec nos amis et alliés. L’ohenton kariwa tekwe nous dicte nos devoirs envers la Nature.

https://rotinonshonnionhwetkanatahere.wordpress.com/thanksgiving/ 

Ces lignes de transport de gaz, ces ponts, voies ferrées, autoroutes, voies fluviales, réseaux de communication et tout ce qui passe au travers de nos communautés et au travers d’ ono’ware:keh ou Île de la Grande Tortue (Amérique du Nord) sont des menaces pour notre peuple et notre mode de vie.

-[]-[]-<I>-[]-[]-

Aujourd’hui, les Kanien’ke:haka/Mohawk bloquent la voie de chemin de fer CP à partir de 21:00 à la jonction Adirondack, en solidarité avec nos frères Lakota de Standing Rock dans le Nord-Dakota qui continuent de défendre notre Mère à tous. Les femmes ont donné leur consentement pour que rotiskarekethe (la société des guerriers) se positionnent sur la ligne de front de protection de notre eau sacrée pour des millions de personnes.

Nos frères et sœurs sont abusés et menacés par la police militarisée sur le sol de leur patrie. Le gouvernement des Etats-Unis protège la ligne d’Oléoduc du Dakota Access Pipeline tout en ignorant les désastres environementaux. Les gouvernements américain et canadien négligent leurs obligations envers leurs peuples. Nous nous dressons pour la sécurité de tous.

Les gens voient bien le lien entre le train CP qui passe par Kahnawake et l’origine à Standing Rock. Ces trains transportent le pétrole brut Bakken depuis le nord et sud Dakota ; 85% de ce “serpent noir” qui rampe sur la terre, transporte ce poison, ne peut en fait pas transporter ce produit toxique en toute sécurité. Des millards de litres de ce matériau hautement explosif et inflammable sont transportés à travers l’Île de la Grande Tortue par ces fragiles citernes quotidiennement, mettant ainsi bien des familles à risque.
Le chemin de fer traverse des zones résidentielles à Kahnawake et au travers de l’Île de la Grande Tortue. Les kanien’ke:haka craignent que ne se reproduisent une explosion comme à Lac Megantic le 6 juillet 2013. L’explosion du train s’est produite après le passage de Kahnawake, elle tua 47 personnes et fit bien des blessés. Ces bombes à retardement sur rail sont prévisibles et on peut les prévenir. Bien des alternatives sont possibles. Nous demandons des alternatives en sécurité de la part des corporations pétrolières.
Editeur de MNN

Cette vidéo décrit parfaitement l’affaire de ces bombes à retardement que sont les trains citerne passant par nos communautés.

Les amis et les alliés sont priés de faire circuler cette information sur Standing Rock et sa lutte en cours:  http://bsnorrell.blogspot.ca/

Source:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/03/kahnawake-peoples-fire-block-trains/

Résistance au colonialisme: Standing Rock résistance à l’oléoduc, le ver est-il dans le fruit ?…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 novembre 2016 by Résistance 71

Ce phénomème de la collaboration d’un segment d’une population colonisée avec ses oppresseurs est récurent à tout pays colonisé. de fait, l’administration coloniale ne peut pas être totalement effective sans ces collabos, traîtres à leur peuple. En Amérique du nord, ces premiers autochtones asservis furent appelés « Fort Indians » ou les Indiens des forts, ceux qui vivaient autour des forts, villages fortifiés des colons et collaboraient moyennant pitance et faveurs sexuelles. Les conseils de bandes (Canada) et de tribus (USA) sont le résultat de l’institutionnalisation  coloniale de ce phénomène, conseils de « chefs » élus selon les adages des lois coloniales sur les Indiens et qui pilotent de l’intérieur les desideratas des gouvernements coloniaux oppresseurs.
Ainsi, il faut bien comprendre que le mouvement de résistance autochtone est divisé selon le vieux principe étatique et colonial du « diviser pour mieux régner ». C’est ce à quoi nous assistons en ce moment à Standing Rock (et ailleurs) et n’a pu, aux Etats-Unis, se produire à ce niveau parce que l’American Indian Movement (AIM) si actif et efficace dans les années 1960-80, a été en grande partie infiltré et coopté par le régime colonial.

~ Résistance 71 ~

 

La carte des routes d’oléoducs et de gazoducs au Canada et aux Etats-Unis

 

Associés aborigènes dans le crime ou comment le génocide moderne est alimenté par les victimes elles-mêmes

 

Kevin Annett

 

2 novembre 2016

 

Source: « Associés aborigènes dans le crime ou comment le génocide moderne est alimenté par les victimes elles-mêmes. »

 

Traduction Résistance 71 

 

Des évènements récents durant la manifestation et le blocage de Standing Rock dans le Dakota du Nord, suggèrent qu’un accord est en train d’être négocié par les « leaders » autochtones afin de permettre la continuation du passage de l’oléoduc en échange de bénéfices pour les officiels des conseils de tribus (NdT: les conseils « élus » coloniaux ne répondant qu’aux instances fédérales coloniales…). L’arrivée récente à Standing Rock du repris de justice et criminel de guerre, représentant des corporations exploiteuses, le « chef » Ed John du Canada nous remémore les accords que ce même Ed John a fait avec les entreprises en Colombie Britannique au Canada et ce aux dépends de son propre peuple. Encore ce même Ed John joue un rôle central dans le trafic des enfants autochtones lié à des rituels de cultes depuis les réserves indiennes aujourd’hui (NdT: voir ce segment dans le livre que nous avons traduit « Meurtre par décret »).
Nous ne pouvons pas nier que depuis le premier contact avec les envahisseurs, une classe d’aborigène est entrée en partenariat avec leurs conquérants et participent activement à la destruction de leurs propres vies et de leur terre.

Kevin Annett
2 novembre 2016

Source: « Associés aborigènes dans le crime ou comment le génocide moderne est alimenté par les victimes elles-mêmes. »

Traduction Résistance 71

Résistance au colonialisme: Standing Rock, oléoduc et vol de terres ancestrales, un regard légal (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 octobre 2016 by Résistance 71

« Les pères fondateurs des Etats-Unis sont un gang d’esclavagistes qui a voulu être libre, pour pouvoir continuer à mettre en esclavage l’homme noir , massacrer et voler l’homme rouge.”

~ George Carlin ~

 

Un regard sur l’assertion des Etats-Unis faite à Oceti Sakowin ou la Grande Nation Sioux

 

Steven Newcomb

 

3 octobre 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/10/03/look-us-claim-oceti-sakowin-great-sioux-nation

 

~ Traduit de l’anglais par Résistsnce 71 ~

 

Nous pouvons nous remémorer un temps où nos ancêtres vivaient libres et indépendants des idées développées au-delà de l’océan Atlantique, dans cet endroit appelé la Chrétienté. Nous savons que nos ancêtres autochtones au continent des Amériques n’étaient en aucune mesure sujets aux idées chrétiennes avant que les chrétiens ne traversent l’océan à la voile pour venir dans notre partie du monde, ici, sur l’Île de la Grande Tortue. Parce que les chrétiens européens n’étaient pas physiquement ici, sur l’Île de la Grande Tortue, leurs concepts, leurs idées et leurs arguments ne l’étaient bien évidemment pas non plus. Ceci nous laisse en proie à un mystère. Sur quelle base les premiers colonisateurs assumèrent-ils que nos nations libres et nos ancêtres étaient sujets aux idées et aux arguments du monde chrétien ? Dans quelle mesure ces idées sont-elles toujours utilisées aujourd’hui, des siècles plus tard par les Etats-Unis ?

Dans ses “Commentiares sur la Constitution des Etats-Unis”, publiés en 1833, le juge de la cour suprême Joseph Story posa une question liée à cela. Il demanda comment les colonies britanniques obtinrent le titre de propriété du sol sur le continent nord-américain. Sa question ne faisait pas qu’assumer que les colonies britanniques avaient le titre du sol sur le continent, mais assumait également, comme le dit Story, que les puissances coloniales obtinrent un “titre de propriété” par leur propre “assertion” qu’elles avaient le “titre complet” d’une “domination absolue” sur la terre qui de la perspective de nos ancêtres, était le sol de nos territoires nationaux. Story remonta ces idées jusqu’à la bulle pontificale du XVème siècle et les chartes royales d’Angleterre et de la Grande-Bretagne.

La plupart des gens ne réalisèrent pas que des hommes comme Joseph Story et John Marshall passèrent une grande partie de leur temps à penser à de telles choses. Ils le firent parce qu’ils devaient développer une logique pour affirmer que les colonisateurs chrétiens d’Europe avaient le droit à la terre de ce continent, droit qui était supérieur au quelque droit que nos nations et ancêtres pensaient avoir. Les hommes d’idées comme Story ou Marshall dont le boulot était de persuader, savaient sans aucun doute qu’il y avait une chance qu’un jour, dans un futur distant, pour que nous, les descendants de nos ancêtres autochtones, puissent bien essayer de retourner et d’analyser les archives des idées des colons pour retracer leur cheminement mental.

Quelques uns d’entre nous ont travaillé depuis des décennies sur cette rétrospective avec pour but de non seulement comprendre, mais aussi pour pouvoir enfin défier les idées et les arguments qui furent émis par les ancêtres de la société colonisatrice qui s’en vint sur l’Île de la Grande Tortue depuis la chrétienté occidentale.

Note de R71: Steven Newcomb est un de ces juristes autochtones (Shawnee, Lenape) qui se sont attaqués et arque-boutés sur les textes légaux afin d’en comprendre les mécanismes et de pouvoir les débouter. Ceci étant fait, il faut maintenant le faire VALIDER. Pour ce faire, ils ont besoin de l’opinion publique internationale et de tribunaux réellement indépendants. Cette affaire n’est pas anecdotique, elle représente le FONDEMENT même de l’empire anglo-américain par sa “loi de la terre” et du pourquoi il est frauduleux, criminel et usurpateur ; pourquoi il est un empire SANS TERRE et donc par là même UN EMPIRE A TERRE. Newcomb a écrit un livre étude essentiel que nous avons traduit en grande partie en français: “Païens en terre promise: Décoder la doctrine chrétienne de la découverte”, 2009. Nous conseillons de le lire pour comprendre ce qu’il se passe vraiment et où se situe le combat contre l’empire… Il y a un lien direct entre ce qu’il se passe en Syrie aujourd’hui et les bulles pontificales Romanus Pontifex et Inter Caetera du XVème siècle ! La destruction de l’empire passe par cette reconnaissance et notre solidarité avec les nations colonisées par la “couronne” (City de Londres) dont les Etats-Unis n’en sont qu’un des bras armés.

Fondé sur des décennies de recherche intensive et diligente, nous savons maintenant que les penseurs européens chrétiens ne faisaient que rêver l’idée que les représentants de la chrétienté pouvaient entrer dans le pays d’autrui et mentalement, verbalement et cérémonieusement affirmer que le monarque qu’ils représentaient avait un “dominion absolu” sur le pays où leur bateau était arrivé. Ils assumèrent de plus que leur assertion mentale, verbale et cérémonieuse deviendrait “vraie” parce que les penseurs chrétiens la rêvaient tout éveillé dans leurs têtes et la traitaient comme “vraie” ainsi la perpétuant au fil du temps.

L’idée qu’ils, en tant que colonisateurs, avaient un titre complet de propriété et un dominion absolu sur le sol des territoires de nos nations originelles, un point que Story, Marshall et d’autres hommes blancs ont clâmé pour les Etats-Unis, est devenu “vrai” et une “réalité” pour les colons et pour les Etats-Unis simplement parce que ces idées étaient traités collectivement comme étant “vraies” et “réelles”. Comme tout ceci ne se passait que dans la langue des colonisateurs de toute façon à cette époque, lorsque de telles assertions furent initialement faites, nos ancêtres n’avaient aucune compréhension de la nature spécifique de ces vues bizarres des colonisateurs. Quelques-uns de nos ancêtres comme Tecumseh (NdT: grand leader et chef de guerre Shawnee) ont essayé de défier la pensée des colons en se basant sur l’existence originelle libre et indépendante de nos nations.

La récente controverse au sujet du Dakota Access Pipeline remonte à ce processus de construction de la réalité et la capacité du gouvernement des Etats-Unis de simplement déclarer quelque réalité désirée comme existante. Mais il y a quelque chose d’assez surprenant dans les archives historiques dont la plupart des gens n’ont pas connaissance. C’est surprenant parce que c’est un langage qui pourrait toujours bien bénéficier les nations autochtones.

Prenez par exemple la loi “An Act to provide a temporary Government for the Territory of Dakota, loi de gouvernement temporaire sur le territoire du Dakota” que le congrès des Etats-Unis passa en mars 1861, de manière surprenante, le territoire du Dakota n’incluait aucun territoire indien qui n’avait pas été cédé ou abandonné par voie de traité par une nation indienne.

Mais “tout territoire indien”, dit la loi sur le territoire du Dakota, “devra être exclus des frontières et ne constitue aucune partie du territoire du Dakota, jusqu’à ce que les tribus signifient leur accord au président des Etats-Unis pour y inclure ces dits territoires.” Jusqu’à aujourd’hui l’Oceti Sakowin (le conseil des sept feux) et le Ihanktuwana Dakota Nation (feux de la grande nation Sioux) n’ont JAMAIS donné leur accord au président des Etats-Unis de voir leur territoire Oceti Sakowin inclus dans le territoire de l’état du Dakota.

Cette loi congressionnelle sur le territoire du Dakota stipulait également que “rien dans cette loi… ne doit être fait pour entraver les droits des personnes ou de la propriété maintenant échus aux Indiens de ces territoires, aussi loin que de tels droits demeurent inextinguibles par traité entre les Etats-Unis et ces Indiens…” Jusqu’à aujourd’hui, ces droits demeurent des droits inextinguibles par traité.

Ceci étant le cas, on peut se demander “pourquoi le phrasé mentionné dans la loi de donner un gouvernement provisoire pour le territoire du Dakota” n’est pas utilisé par le leadership de Standing Rock ou par leurs avocats dans un effort de défendre l’ Ihunktuwana Standing Rock Dakota et l’Oceti Sakowin ?” A mon avis, il est très probable que le leadership de Standing Rock n’a pas été informé de la signifiance de la loi sur le territoire du Dakota. Pourtant, à moins qu’il ne commence à pousser le gouvernement des Etats-Unis sur ce point précis, le langage protecteur pourtant émis dand la loi sur le territoire du Dakota sera continuellement ignoré et ne sera pas invoqué.

La loi d’établissement du territoire du Dakota est considérée comme faisant partie de la loi organique fondamentale des Etats-Unis. Ceci veut dire qu’elle est fondamentale au système entier des Etats-Unis. Le phrasé ci-dessus favorable à l’Oceti Sakowin (la Grande Nation Sioux) provient de l’ordonnance du Nord-Ouest de 1787, “La meilleure des bonne foi devra toujours être observée envers les Indiens et leur propriété, leurs droits, liberté, ils ne devront jamais être envahis ou dérangés, à moins de justes guerres légales déclarées par le Congrès.” L’adoption de l’ordonnance du Nord-Ouest fut le tout dernier acte du congrès continental et le tout premier acte du nouveau congrès sous la constitution des Etats-Unis de 1789. Le langage trouvé dans les lois territoriales pour le Dakota, l’Iowa, l’Oregon, le Nevada, pour n’en nommer que quelques-uns, remonte à cette ordonnance du Nord-Ouest.

Quoi qu’il en soit, il y a une autre trace parallèle à la loi organique des Etats-Unis et celle-ci suit le modèle de domination des bulles pontificales du Vatican. C’est de là que provient l’argument au sujet “du dominion absolu” sur la terre de la loi fédérale sur les Indiens, à commencer avec l’affaire Johnson vs M’Intosh de 1823. Le système conceptuel de domination de la chrétienté qui a pour origine les documents du Vatican a été utilisé par le gouvernement des Etats-Unis comme façon de contourner la loi organique américaine régie par l’ordonnance du Nord-Ouest, qui est le langage que l’on trouve dans la loi établissant le territoire du Dakota.

En mars 1958, la nation sioux Standing Rock a battu le corps du génie de l’armée des Etats-Unis au cours d’un procès à la cour de district après que le corps du génie eut tenté de s’emparer de terres pour satisfaire le projet de barrage hydraulique de Oahe. Ignorant totalement la loi pour le gouvernement temporaire pour le territoire du Dakota, la cour de district déclara que le congrès avait le pouvoir de domaine imminent sur les terres de traité de Standing Rock. Mais le congrès n’avait pas exercé ce pouvoir donc Standing Rock fut donné victorieux. En septembre 1958, le congrès passa une loi pour permettre au corps du génie de prendre un peu plus de 1500 Ha de terre pour le projet de barrage Oahe sans que le congrès ne prenne jamais en considération le libellé de la loi sur le territoire du Dakota concernant les territoires indiens.

La base du modèle de domination sur lequel le congrès donna au corps du génie le feu vert pour saisir les terres de la nation Standing Rock fut révélée par le ministère de la justice dans memo légal qu’il envoya à la cour suprême des Etats-unis 4 ans plus tôt en 1954, pour l’affaire Tee-Hit-Ton Indians vs les Etats-Unis. Le ministère argumentait que le peuple Tee-Hit-Ton ne pouvait pas recevoir de compensations financières pour le bois pris sur leur territoire parce que les “nations chrétiennes” avaient assumé la “juridiction” sur les terres des “païens et infidèles”. Le ministère de la justice cita des décrets (bulles) pontificales datant de l’année 1344 et ce en 1954! Les bulles pontificales de domination résultèrent en un système conceptuel de domination et de déshumanisation qui fut utilisé contre nos nations originelles libres et indépendantes et ceci constitue le contexte de la dispute actuelle et de la controverse à Standing Rock et le Dakota Access Pipeline.

Résistance au colonialisme: Soutien à Standing Rock (Leonard Peltier)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 octobre 2016 by Résistance 71

Déclaration de Léonard Peltier en soutien de la lutte contre l’oléoduc de la nation Sioux à Standing Rock

Septembre 2016

url de l’article en français:

http://lesakerfrancophone.fr/solidaire-des-sioux-le-saker-francophone-prend-la-plume

Leonard Peltier est un militant amérindien (Native American) anishinaabe/lakota, né le 12 septembre 1944, incarcéré depuis 1976 et condamné à deux peines à perpétuité. Il est membre de l’American Indian Movement. (AIM)

L’organisation Amnesty International le considère comme un prisonnier politique, qui «devrait être libéré immédiatement et sans condition».

=*=

Mes sœurs et frères, je vous salue

On m’a demandé d’écrire une déclaration de solidarité pour tous ceux qui participent aux manifestations du Camp des Pierres Sacrées à Standing Rock. Merci pour ce grand honneur. Je dois avouer qu’il m’est très difficile d’entamer cette déclaration. J’ai les larmes aux yeux, mon cœur se gonfle de fierté, alors que des frissons montent et descendent le long de mon cou et de mon dos. Je suis tellement fier de vous, les jeunes, et les autres personnes qui sont là.

Je suis reconnaissant d’avoir survécu pour voir la renaissance unie et invaincue de la nation Sioux à Standing Rock, résistant au conduit empoisonné qui menace la source d’où naissent les fleuves Missouri et Mississippi. C’est un honneur d’être en vie, pour voir cela se produire avec vous les jeunes. Vous n’êtes rien de moins qu’impressionnants à mes yeux.

Ces quarante années ont été pour moi une route longue et difficile, emprisonné par un système inhumain, pour un crime que je n’ai pas commis. Je n’aurais pas pu survivre physiquement ou mentalement sans votre soutien, et je vous remercie du fond du cœur et des profondeurs de mon âme de m’avoir encouragé à supporter et maintenir une résistance spirituelle et légale.

Nous arrivons maintenant à la fin de cette route. Nous arriverons bientôt à une destination qui, au moins en partie, aura été déterminée par vous. Dans la lignée de ce que Martin Luther King avait dit peu avant son décès : il se peut que je n’arrive pas avec vous, mais je ne peux qu’espérer et prier pour que ma vie, et si nécessaire ma mort, fassent que mes peuples autochtones progressent vers la Terre Promise.

Je ne fais pas ici référence à la Terre Promise de la Bible chrétienne, mais aux promesses modestes des Traités obtenus par nos ancêtres de ces ennemis résolus à nous détruire, pour nous permettre de survivre en tant que peuples distincts et vivre dignement. Nos anciens connaissaient la valeur des mots écrits et des lois de l’homme blanc, de même ils savaient jusqu’où les envahisseurs iraient pour essayer de les contourner.

Nos ancêtres n’ont pas bénéficié de ces Traités, mais ils ont habilement et de manière persistante, négocié les meilleurs termes possibles de manière à nous protéger de guerres qui finiraient par nous détruire, en dépit du courage et de l’efficacité avec lesquels nous nous battrions. Non, les Traités étaient à l’avantage des Étasuniens, cette nation parvenue avait besoin des Traités pour appliquer un vernis de légitimité à sa conquête de la terre et à sa rébellion contre ses propres compatriotes et leur roi.

Il convient de noter que Standing Rock était, en 1974,  le site de la conférence du Mouvement autochtone international qui s’est propagé à travers les Amériques et au-delà, ainsi que le point de départ de la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations Unies (DDPA). Celle-ci a été combattue par les États-Unis durant trois décennies, jusqu’à son adoption par l’ONU en 2007. Les États-Unis étaient l’un des quatre pays à voter contre la ratification, le président Obama a considéré la Déclaration comme un document ambitieux et sans caractère contraignant, au regard du droit international.

Alors que certains des leaders de ce mouvement sont des anciens combattants de la résistance de Pine Ridge des années 1970, ils partagent la sagesse de nos anciens en percevant le symbolisme moral et politique que la manifestation pacifique d’aujourd’hui est aussi nécessaire pour nous que pour les habitants de Pine Ridge dans les années 1970. L’occupation de 71 jours de Wounded Knee a pris fin sur un accord d’enquêter à propos des droits de l’homme et des violations de Traités. Cette enquête et cette promesse n’ont jamais vu le jour, ni été honorées par les États-Unis. L’accord de Wounded Knee devrait être honoré par une Commission de vérité et de réconciliation créée pour examiner soigneusement le rôle du gouvernement étasunien lors du «règne de la Terreur» à Pine Ridge dans les années 1970. Ce projet devrait être coordonné en coopération avec de nombreuses organisations internationales des droits de l’Homme qui appellent pour ma libération immédiate et inconditionnelle depuis plus de quatre décennies.

Je dois vous mettre en garde vous les jeunes, soyez prudents, car vous avez à faire à un groupe de personnes très malfaisantes, dont le seul souci est de se remplir les poches avec encore plus d’or et de richesse. Ils n’ont rien à faire de savoir combien d’entre vous ils auront à tuer ou enterrer dans une cellule de prison. Ils ne se soucient pas si vous êtes un jeune enfant ou une vieille grand-mère, et il vaut mieux que vous soyez avertis qu’ils recrutent dans nos propres rangs pour faire des délateurs et des traîtres. Ils se serviront des ivrognes, des drogués et des agresseurs d’enfants. Ils prennent pour proies nos vieux et nos enfants ; ils recherchent les personnes faibles d’esprit. Vous devez vous rappeler qu’il vous faudra être très prudents vis-à-vis des fausses accusations contre des personnes fondées sur des opinions personnelles plutôt que sur des preuves. Soyez astucieux.

Je demande à tous ceux qui me soutiennent et à mes alliés de se joindre à la lutte à Standing Rock, dans un esprit de résistance spirituelle pacifique, et de travailler ensemble pour protéger Unci Maka, Grand-mère Terre. Je demande aussi à ceux qui me soutiennent et tous ceux qui partagent cette Terre, de s’unir pour obliger les États-Unis à se conformer et à honorer les dispositions du Droit international tel qu’il est exprimé par la DDPA des Nations Unies, les Traités internationaux des droits de l’Homme et les Traités longtemps négligés, ainsi que les accords de confiance avec la nation Sioux. Je lance un appel particulier à Jill Stein et aux Partis verts des États-Unis et du monde, de se joindre à cette lutte en demandant ma libération et l’adoption de la DDPA comme nouveau cadre juridique pour les relations avec les peuples autochtones.

Finalement, j’exhorte aussi mes soutiens à en appeler immédiatement et urgemment au président Obama pour qu’il approuve ma demande de clémence, et me permette de vivre mes dernières années dans la réserve de Turtle Mountain. Des savants, dirigeants locaux politiques, humanitaires et lauréats Nobel de la Paix demandent ma libération depuis plus de quatre décennies. Ma pétition de clémence s’adresse au président Obama pour qu’il commue ou mette un terme maintenant à mon emprisonnement de manière à ce que notre nation puisse progresser vers le rétablissement de ses relations fracturées avec les communautés autochtones. En confrontant les injustices du passé ensemble, nous pouvons construire un avenir meilleur pour nos enfants et les enfants de nos enfants.

Encore une fois, mes sincères remerciements à vous tous pour avoir travaillé ensemble pour protéger l’eau. L’Eau c’est la Vie.

Dans l’esprit de Crazy Horse,

Doksha

Persévérance colonialiste: Dominer, subjuguer et forcer… Les credos chrétiens du colonialisme forcené (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 16 septembre 2016 by Résistance 71

A lire sur Résistance 71:

“Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte”, Steven Newcomb, 2008 (Traduction de Résistance 71 )

“Le chemin de sortie de cette sombre période dans laquelle nous nous trouvons tous maintenant, doit impliquer un changement de paradigme de connaissance positive de la mentalité et attitude impérialiste et de la domination, reflets du modèle du conquérant ainsi que du modèle du peuple élu/terre promise issu de l’ancien testament, ceci incluant la doctrine chrétienne de la découverte et le modèle de domination établi par la décision de justice dans l’affaire Johnson vs M’Intosh.”

“Dans la bulle pontificale Inter Caetera de 1493, le pape Alexandre VI n’a pas utilisé le terme ‘Européens’ pour exprimer le ‘droit à la découverte’, mais il a utilisé le terme de ‘chrétiens’. D’après le décret du pape, tout roi, prince ou nations chrétiens pouvaient découvrir’ et assumer la domination sur les terres préalablement conues des non-chrétiens mais inconnues des chrétiens…”
~ Steven Newcomb, 2008 ~

 

Des chiens méchants et la coercition lâchés sur nos nations libres

 

Steven Newcomb

 

7 septembre 2016

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/09/07/vicious-dogs-and-coercion-unleashed-original-free-nations

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans mon article “le Dakota Access Pipeline et la loi de la chrétienté”, j’ai cité le juge Catron de la Cour Suprême du Tennessee: “Notre affirmation est fondée sur le droit de forcer l’obéissance!, qui, prétendait-il est “la loi de la terre” utilisée par les Etats-Unis contre nos nation originelles.

Le 3 septembre 2016, nous avons vu une excellente illustration d’une affirmation de droit de coercition de nos nations à l’obéissance: le personnel de l’entreprise de sécurité privée d’Energy Transfer Partners utilisant des chiens vicieux et méchants ainsi que du gaz lacrymogène contre des indigènes (femmes, enfants et hommes) et des opposants non-natifs au projet du Dakota Access Pipeline (DAPL) près de Cannonball dans l’état du Nord-Dakota.

Le contraste entre la voie pacifique et spirituelle de la pipe sacrée de l’Oceti Sakowin (conseil des sept feux de la nation Sioux), qui cherche à protéger les eaux précieuses de notre terre-mère, son sang de vie et la voie veule et malfaisante de l’oléoduc à pétrole brut, en dit suffisamment long par lui-même. Ce contraste résume parfaitement le conflit de plusieurs siècles entre l’état d’esprit de la loi des Sept Feux d’Oceti Sakowin (et les lois spirituelles des autres nations amérindiennes) et les sept lois de la domination trouvées dans la signification donnée par la chrétienté au mot latin “domo”: “subjuguer, forcer à la soumission”, “apprivoiser”, “domestiquer”, “cultiver”, et “labourer”.

Ce projet du Dakota Access Pipeline symbolise bien le chemin toxique de l’empire américain s’étendant au travers des territoires de nos nations, laissant derrière lui un sillage de destruction et d’empoisonnement: pensez au plomb dans les systèmes circulatoires et des cerveaux des enfants de Detroit, du mercure dans le poisson partout sur le continent, des radiations dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire de Hanford, les 287 produits chimiques détectés dans les échantillons de cordons obilicaux que la Croix Rouge a collecté et analysé sur des femmes enceintes. 180 de ces produits chimiques sont connus pour être cancérigènes chez les animaux et l’Homme ; 217 sont toxiques pour les systèmes nerveux centraux et périphériques et 208 causent des malformations de naissance ou des développement anormaux chez les espèces animales étudées. Cela et une multitude d’autres exemples sont de forts indicateurs que la trajectoire impérialiste du dollar tout puissant ne révère ni ne protège la beauté de la fabrique de la vie.

Tout ceci et bien plus encore, a été fait à nos nations, nos écosystèmes et à tout le monde, et ce au nom de la “civilisation humaine” s’il vous plaît. Et pourtant, comme l’a si bien noté Stanley Diamond dans son livre “In Search of the Primitive”: “La civilisation commence avec la conquête à l’extérieur et la répression à l’intérieur.” Les mots “conquête” et “répression” sont bien sûr, deux synonymes du mot “domination”.

Le capitole de l’empire américain à Washington DC a été construit au moyen du travail d’esclaves et un impôt sur la propriété fut imposé sur les propriétaires d’esclaves. L’empire américain ainsi que ses intérêts entrepreneuriaux a affirmé avec aplomb son droit à la coercition sur les nations originellement libres et indépendantes des lieux et de les réduire à l’obéissance envers un système traumatisant que l’on peut remonter jusqu’à l’empire de la chrétienté et le soi-disant “âge de la découverte” (de l’invasion).

Les chiens de la chrétienté ont été lâchés sur des gens indigènes sans défense par les conquistadors espagnols, ceci fut utilisé pour adhérer à deux phrases clef que l’ion peut trouver dans les décrets pontificaux originaux du Saint Siège en date du 4 mai 1493. Ce document et trois autres émis cette même année, exhortaient les monarques espagnols de “mettre en œuvre la propagation de l’empire chrétien”, (”imperii Christiani propagationem prosequi”) et de “subjuguer les nations barbares” (“barbarae nationes deprimantur”).

Au travers de leurs actions, les Américains ont transformé ces phrases en “mettre en œuvre la propagation de l’empire américain” et “dominer les nations natives”. Prenez par exemple, l’utilisation des chiens et du gaz lacrymo pour déshumaniser et terroriser les indigènes et leurs supporteurs non-natifs qui étaient en colère envers le personnel d’Energy Access transfers, qui passait intentionnellement au bulldozer afin de le détruire un bout de terrain de 50m de large sur plus de 2,5km et ce directement au travers des lieux sacrés et/ou culturellement très importants. Les chiens et le gaz lacrymo symbolisent l’attitude d’un système impérialiste sans pitié qui se fout pas mal des endroits sacrés et cimetières de “païens infidèles”.

Le Dakota Access Pipeline est un projet majeur d’ingénierie. Dans leur livre Bridges, Canals & Tunnels: The Engineering Conquest of America (1968, American Heritage Publishing in Association with the Smithsonian Institution), David Jacobs et Anthony E. Neville introduisent leur sujet en reconnaissant les motivations religieuses derriere la soi-disante “expansion” des Etats-Unis en colonisant les territoires de nos nations natives. “Comme les croisés du moyen-âge, le peuple américain croyait en sa mission être d’inspiration divine et leur victoire inévitable”. (p.6)

Jacobs et Neville citent le poète Walt Whitman en disant: “C’est pour le bien de l’humanité” que les Etats-Unis et leur “pouvoir et territoire doivent être étendus, au plus loin sera le mieux” (Ibid). Ceci cadre nos nations et nos peuples comme étant en dehors de “l’humanité”. Jacobs et Neville disent que “les affirmations et l’appropriation de l’Amérique sur la terre furent justifiées” par John O’Sullivan lorsqu’il était un journaliste éditeur de 32 ans. Ce fut O’Sullivan qui dit à cette époque (1845): “Notre destinée manifeste est de nous étendre et de posséder l’ensemble du continent que la providence [dieu] nous a donné…”

Le juge de la cour suprême de la Caroline du Sud William Drayton, exprima ce même sentiment 70 ans avant O’Sullivan dans son adresse au Grand Jury en 1776. Drayton parla de la “sagesse indiscutable de la Providence” qui avait choisi la génération actuelle pour établir l’empire américain, celui qui promettait d’être le plus glorieux de toute l’histoire de l’humanité. La tradition d’utiliser des chiens méchants et autres techniques pour forcer les nations autochtones et leurs peuples à l’obéissance à son contrôle des plus arbitraires, fait aussi partie de cette “glorieuse” histoire de la construction de l’empire américain.

Franklin (Indiens + rhum = terre), Washington (“le destructeur de villes”), Jefferson, Madison, Marshall et bien d’autres ont tous envisionné l’empire américain englobant la totalité du continent et nos nations libres et indépendantes. Cette tradition générale est synthétisée sémantiquememt par les décrets pontificaux de 1452 (Dum Diversas), 1455 (Romanus Pontifex) et 1456 qui demandes “d’envahir, de capturer, de vaincre et de subjuguer” tous les non-chrétiens “de les réduire” et de “saisir toutes les possessions et propriétés”, phrasé renouvelé en 1493 et en 1514. Ce langage fut utilisé sous “autorité apostolique” et donc vu comme gratifié “par dieu”.

“In God We Trust” dit le billet de 1 dollar américain. La bulle papale dit de ce dieu: “Nous croyons en Lui, de qui provient les empires (imperia), les dominations (dominationes) et toutes les bonnes choses…” (bulles Inter Caetera des 3 et 4 mai 1493). Voilà l’état d’esprit auquel doivent faire face la nation Hunkpapa Dakota et l’Oceti Sakowin dans cette dernière saga du Dakota Access Pipeline envahisseur et colonisateur.

Grand merci à William “Pila” Laronal (Kanaka Maoli) pour son assistance dans cet article.