Archive pour standing rock fin de l’empire

Résistance au colonialisme: Standing Rock et la nième trahison par l’état colonial yankee des édits de ses propres lois… (Steven Newcomb)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 janvier 2017 by Résistance 71

La méthodologie coloniale, même si perfectionnée sous la dictature chrétienne, existe depuis l’antiquité. Voici ce que nous en dit l’anthropologue politique (Yale) James C. Scott dans son remarquable ouvrage “The Art of not Being Governed”, Yale University Press, 2009:
“Où que possible les Romains créèrent des territoires, promulguèrent plus ou moins arbitrairement des distinctions ethniques et nommèrent ou reconnurent un chef unique qui était de fait le vecteur local de l’autorité romaine et répondait pour le ‘bien de son peuple’… Les barbares administrés dans les provinces gérées par les Romains perdirent leur désignation éthnique et devinrent tout comme les aysans, redevables de l’impôt et de la conscription. Tous ceux au-delà de cette sphere étaient invariablement étiquetés ethniquement, on leur donnait des chefs, et furent rendus responsables de payer le tribut (obsequium) distinctement des impôts, spécifiquement lorsqu’ils étaient perçus commes des peuples non agriculteurs.”
~ James C. Scott ~

Toutes les administrations coloniales de l’histoire n’ont pas fait autre chose. C’est ce que font toujours aujourd’hui les états coloniaux états-unien et canadien…

~ Résistance 71 ~

L’ordonnance du Nord-Ouest et les brutales actions de police du Nord-Dakota à Standing Rock

Un dédain flagrant du système légal organique des Etats-Unis est placardé à la vue de tous

 

Steven Newcomb

 

29 décembre 2016

 

url de l’article original:

https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/northwest-ordinance-north-dakotas-brutal-standing-rock/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il est enrageant de voir les photos des gens blessés par les actions d’une brutalité inouïe de la police du Dakota du Nord à Standing Rock. La police a utilisé des canons à eau sur les protecteurs de l’eau de Standing Rock et ce dans des conditions climatiques sub-zéro, les soumettant ainsi à un stress physique d’hypothermie mettant en danger la sécurité et la vie des manifestants. Ils ont tiré dans la foule avec des balles de caoutchouc et les ont aspergé de mace, un agent chimique irritant. 167 personnes ont été blessées en une nuit, plusieurs gravement. Une jeune-femme de 21 ans, Sophia Wilansky a été horriblement blessée et a perdu un bras après avoir été touchée par une grenade à concussion tirée par les forces de police. Les médecins disent qu’elle va avoir besoin de 20 opérations chirurgicales et qu’elle pourrait perdre complètement son bras malgré cela. Un jeune cheval fut également tué.

Plusieurs personnes ont reçu de sévères blessures à la tête à cause des actions de police protégeant les intérêts corporatistes liés au projet du Dakota Access Pipeline. Une chose est sûre: de telles actions de police déshumanisantes ne suivent pas la promesse de “la plus sincère bonne foi” que les congrès continental et fédéral ont fait aux nations natives en 1787, 1789 et 1861.

Le vendredi 13 juillet 1787, le congrès continental des Etats-Unis a adopté l’ordonnance du nord-ouest. Le 3ème article de cette ordonnance stipile: “La meilleure des bonne fois devra toujours être observée envers les Indiens et leurs terres, leurs propriétés ne devront jamais leur être enlevée sans leur consentement préalable et dans leurs droits, propriétés et liberté, ils ne devront jamais être envahis, perturbés, à moins que ce ne soit sous le coup de guerres justes et légales autorisées par le Congrès…

Quelqu’un devrait informer le gouverneur Dalrymple du Nord-Dakota, qui, de manière très rusée a fait détourner la route de l’oléoduc de son propre voisinage, que le Congrès des Etats-Unis n’a pas autorisé une guerre légale et juste contre l’Oceti Sakowin (le conseil des sept feux de la Grande Nation Sioux). Ses actions inconsidérées dans un territoire oceti Sakowin reconnu par les traités constituent de fait la plus grande des mauvaises fois et sont entièrement injustes et illégales.

Assurez-vous de bien (re)penser à la promesse “d’ultime bonne foi” du Congrès envers les Indiens quand vous regardez les photos ou vidéos de la police blessant physiquement les protecteurs de l’eau autochtones et non-autochtones et lorsqu’elle s’engage dans des actes oppresseurs et terroristes.

Lorsque vous voyez les corps meurtris et les visages tuméfiés des protecteurs de l’eau, faisant du mieux qu’ils peuvent pacifiquement pour défendre les eaux de la rivière Missouri qui suppléent des millions de personnes non-autochtones, de la malfaisance et des dégâts d’un oléoduc, pensez à cette “ultime bonne foi” professée dans l’article 3 de l’ordonnance du nord-ouest. Lorsque vous voyez ces ingaes très perturbantes, pensez à la promesse du congrès des Etats-Unis de ce que “les Indiens dans leurs droits, propriétees et liberté, ne devront jamais être envahis ni perturbés.”

Le tout premier acte du nouveau congrès des Etats-Unis sous sa nouvelle constitution de 1789 a réaffirmé l’ordonnance du nord-ouest de 1787. Cette ordonnance fait partie intégrante de la fondation même des Etats-Unis d’Amérique. L’ordonnance du nord-ouest sert de constitution pour tous les nouveaux territoires ou colonies US, incluant la promesse que les “Indiens, leurs terres et propriétés ne leur seront jamais retirés sans leur consentement.” Soixante-quatorze ans après l’adoption initiale de l(ordonnance du nord-ouest, le Congrès inclua la promesse “de bonne foi ultime” de la loi de 1861 pour établir le territoire du Dakota.

Une provision clef de la loi territoriale du Dakota de 1861 suit l’article 3 de l’ordonnance du nord-ouest de 1787. C’est la clause disant qu’aucune terre indienne ne deviendra partie du territoire de l’état du Dakota avant que les Indiens n’aient donné leur consentement dans un traité avec les Etats-Unis. Les Oceti Sakowin n’ont JAMAIS consenti pour que ceci ne se produise.

L’oceti Sakowin, le conseil des sept feux de la Grande Nation Sioux a eu les deux traités de Fort Laramie de 1851 et 1868 avec les Etats-Unis. Ces documents de traités reconnaissent le territoire oceti sakowin qui n’a pas été abandonné, donné ou cédé aux Etats-Unis.

Laissez-moi répéter cela clairement:
La loi organique des Etats-Unis requiert que l’oceti sakowin donne d’abord sa permission afin que son territoire ne devienne partie du territoire fédéral et de l’état du Dakota. Une telle permission des Indiens (nations natives originelles) est requise avant que toute partie ou totalité du territoire oceti sakowin ne devienne partie intégrante du Nord-Dakota et du Sud-Dakota. De fait, jusqu’à aujourd’hui, le territoire traditionnel de la Grande Nation Sioux Oceti Sakowin n’est JAMAIS devenu quelconque partie des états du nord ou sud-Dakota !!

En conséquence, la violence et la brutalité pratiquées par la police du Nord-Dakota contre les protecteurs de l’eau pacifiques à Standing Rock rappelle l’article 6, section 2 de la constitution des Etats-Unis. Ce langage nous dit que “les traités établis et ceux qui seront établis par les Etats-Unis, sont la loi suprême de la terre du pays, les juges des états y étant liés de droit”. Il est ici important de noter que les traités des nations indiennes avec les Etats-Unis sont des traités établis entre des nations indépendantes. (NdT: ceci est d’autant plus évident avec les traités de Fort Laramie de 1851 et 1868, tous deux résultants de défaites militaires des Etats-Unis face aux nations d’Oceti Sakowin et de leurs alliés Cheyennes et Arapaho, aucune concession ne fut faite aux Etats-Unis, absolument aucune bien au contraire…)

Résumons maintenant les éléments mentionnés ci-dessus:

1) Le territoire d’Oceti Sakowin n’est jamais devenu partie du territoire fédéral du Dakota ou partie des états du nord et dus-Dakota. Pourquoi ? Parce qu’Oceti Sakowin n’a pas donné son consentement sur un traité ratifié pour que ceci se produise.

2) Les traités de Fort Laramie de 1851 et 1868 reconnaissent la nation libre, indépendante et de plein droit d’Oceti Sakowin ; ces traités constituent la loi suprême de la terre pour les Etats-Unis et les juges des états du nord et sud-Dakota sont de ce fait liés à ces traités pour toutes leurs décisions.

3) Sans le consentement d’Oceti Sakowin, le gouverneur Dalrymple du Nord-Dakota et les forces de police de cet état n’ont absolument aucune juridiction légale au sein des territoires délimités par les traités de Fort Laramie de 1851 et 1868, qui jusqu’à ce jour et pour les raisons citées ci-dessus, sont toujours le territoire de la Grande Nation Sioux Oceti Sakowin.

Qu’est-ce que le système judiciaire des Etats-Unis a  employé dans un effort de détourner l’attention de l’ordonnance du nord-ouest, de la clause de suprémacie territoriale et de la loi d’établissement du territoire de l’état du Dakota ? Voici un argument exprimé par un juge fédéral des Etats-Unis en 1975:

“Il est indéniable que la politique officielle des Etats-Unis jusqu’à au moins la fin du XIXème siècle, fut motivée par une volonté résolue de contrôler tout territoire substantiel pour ses gens s’établissant vers l’Ouest. Tout ce qui pouvait empêcher ce mouvement migratoire, incluant les Indiens, devait être balayé, dominé ou détruit. Des guerres, maladies, des traités tissés de emnsonges et de duplicité et la décimation des bisons par les blancs, poussèrent les Sioux vers les réserves, firent décliner leur population et ont éviscéré leurs corps constitués. Ils devinrent [par force] un peuple involontairement dépendant et de fait, dominé par les Etats-Unis.”

(United States v. Consolidated Wounded Knee Cases, Judge Warren Urbom, 1975)

Avec ces mots, le juge Urbom a montré, tout comme le gouverneur Darymple aujourd’hui, le plus grand dédain pour le système légal organique des Etats-Unis, la provision de “bonne foi ultime” de l’ordonnance du nord-ouest et de la loi établissant le territoire du Sakota. Ce qui fut et continue d’être démontré contre les peuples Lakota et Dakota et leurs supporteurs est la “pire, l’ultime mauvaise foi” contre le peuple autochtone et ses alliés non-autochtones.

La décision d’Urbom et ce qui se passe maintenant à Standing Rock sont fondés sur le principe que “sur leurs droits, propriétés et liberté, les Indiens seront TOUJOURS envahis et perturbés, même quand il n’y a aucune guerre juste et légale déclarée par le congrès. Les abus policiers sur les protecteurs de l’eau à Standing Rock est le type d’attitude qui suit parfaitement les documents du Vatican datant du XVème siècle qui stipulent d’aller de l’avant, de localiser et de dominer, subjuguer toutes les nations non-chrétiennes.

=*=*=*=

En rapport avec les bulles pontificales Romanus Pontifex et surtout Inter Caetera de 1455 et 1493, qui devinrent le fondement, la base “légale” de la colonisation du monde “païen”, l’auteur de l’article a publié un livre en 2008 que nous avons traduit en très grande partie en 2015 et que nous avons republié en version pdf suite à la réalisation de Jo de JBL1960

Ce livre: “Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte” est disponible en version PDF gratuite en cliquant sur le lien du titre.

A lire et diffuser sans modération pour mieux comprendre l’empire et comment le détruire.

~ Résistance 71 ~

Résistance au colonialisme: Succès à Standing Rock mais la vigilance est de rigueur. Appel aux protecteurs à rester sur place !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 5 décembre 2016 by Résistance 71

Nous sommes tout à fait d’accord avec le premier commentaire cité. Confiance zéro ! La traîtrise est au coin du bois ! Ils ne font que gagner du temps pour recycler l’affaire. 

— Résistance 71 —

 

Quelques rapides réponses à la nouvelle que le Corps du Génie de l’armée US a arrêté la construction de l’oléoduc DAPL

 

Warrior Publications

 

4 décembre 2016

 

url de l’article original:

https://warriorpublications.wordpress.com/2016/12/04/some-quick-responses-to-us-army-corps-of-engineers-halting-dapl-construction/13642

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En trainant sur internet j’ai trouvé quelques déclarations intéressantes au sujet de l’annonce faite par le Corps du Génie de l’armée américaine qu’il a refusé la facilitation pour le forage sous le lac Oahe, un réservoir de la rivière Missouri. J’ai pris la liberté de collecter quelques commentaires pertinents sur FB. Quelques uns contredisant la déclaration du président de tribu de Standing Rock Dave Archambaut II, qui a dit que les manifestants pouvaient donc maintenant rentrer chez eux.

Note de Résistance 71: Dave Archambaut II est le chef élu du conseil de tribu sous la loi fédérale indienne, c’est à dire une marionnette du gouvernement fédéral colonial des Etats-Unis, qui fait et fera ce qu’on lui dit et dira de faire parce que lui et ses sbires bouffent au ratelier colonial depuis que ce système gestionnaire mortifère a été introduit. Certains de ces “chefs” (non traditionnels et non reconnus par leurs pairs dans la vaste majorité des cas) œuvrent ouvertement pour leurs maîtres qui les ont mis en place moyennant finances et privilèges mafieux, d’autres essaient plus de ménager la chèvre et le chou. Archambaut est plus vraisemblablement dans la seconde catégorie mais ne peut néanmoins pas être cru à 100% loin de là…

Rax Symelich a dit: “Non, le DAPL n’est pas mort. Non, nous n’avons pas gagné ! Non, non et non, ceci est une ruse. Le Corps du Génie de l’armée a refusé de donner une facilitation de forage et de construction sous le lac Oahe à Energy Transfer Partners ; ceci ne veut pas dire que c’est un refus catégorique. Ce que cela veut dire est qu’ils vont faire une ‘étude sur l’impact environnemental’ limitée avant d’autoriser les travaux. Cette étude prendra quelques mois, dès lors Trump sera président et ils espèrent que les protecteurs de l’eau seront partis pour qu’ils puissent finir les travaux de construction de l’oléoduc tranquillement, loin de toute attention médiatique.”

Pennelys Droz a dit: “Le DAPL a dit qu’ils vont construire de toute façon, sans permis. Les protecteurs de l’eau Oceti Sakowin sont instamment demandés de rester aux camps. Le CG a refusé le permis, l’annonce a été faite publiquement au grand cercle d’Oceti Sakowin, en direct sur la radio Standing Rock Spirit Resistance. Depuis le camp: le DAPL va payer les amendes pour continuer les travaux sans permis. On a demandé aux gens de rester au camp Oceti Sakowin, de ne pas quitter le camp parce que le DAPL va continuer les travaux de toute façon. Mot d’ordre: Restez ! et assurons nous que cela ne se produise pas !”.

Klee Benally, un organisateur avec Indigenous Action et qui a été impliqué depuis plusieurs années dans une camagne pour arrêter la construction d’une station de ski sur San Francisco Peaks a dit:

“On a célébré cette victoire, mais nous devons rester très vigilant. Le processus NEPA n’est pas du tout fait pour servir les intérêts indigènes. Nous avons expérimenté tout ceci au travers de la profanation de sites sacrés comme les San Francisco Peaks. Il y a eu des déclarations et résultats de recherche d’impact environnemental qui ont facilité la profanation des sites sous le gouvernement Obama, alors imaginez ce que çà va être sous celui de Trump ! Des fascistes dans son genre ont essayé d’éviscérer les processus du NEPA depuis des années. Pour complètemet mettre un terme à ces oléoducs nous devons en fait mettre un terme au système qui les génere. Protégeons tous les endroits sacrés, amenons la lutte chez nous. Célébrez, organisez-vous et continuez la lutte en retour.”

Résistance au colonialisme: Toile de fond historique de Standing Rock avant l’assaut militaire prévu du 5 décembre… (Russell Means)

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 4 décembre 2016 by Résistance 71

La toile de fond historique de Standing Rock: les traités de Fort Laramie de 1851 et de 1868

 

Depuis l’autobiographie du grand activiste Lakota Oglala Russell Means et le chapitre 43 de son livre “Where White Men Fear to Tread” (éditions St Martin’s Griffin, 1995)

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

4 décembre 2016

 

“Après plus d’un siècle de colonisation, nous peuple indien, avons appris à exceller à nous battre entre nous. Nous avons, de manière bien regrettable, appris à refléter la société blanche.”
~ Russell Means ~

 

“Notre présence au camp de Yellow Thunder [en 1981] ramena le traité de Fort Laramie de 1868 au goût du jour. Ce traité fut signé par le Lieutenant Général William Tecumseh Sherman représentant les Etats-Unis d’Amérique et par les leaders des nations Lakota et Cheyenne représentant leurs peuples respectifs. Ce traité reconfirma que le territoire de mes ancêtres s’étendait de la branche nord de la rivière Platte dans ce qui est aujourd’hui l’état du Nébraska, vers l’Est au travers de l’Iowa et jusqu’à la rivière Missouri et au Nord au travers des deux états du Dakota, du Wyoming et du Montana jusqu’au Canada. En son centre se situait les Collines Noires (Paha Sapa). Nos droits sur Paha Sapa furent reconfirmés dans un document écrit en anglais qui stipulait très clairement que le traité ne pouvait être amendé que par le vote des ¾ des Lakota mâles adultes.

Les Etats-Unis avaient désespérément recherché ce traité après avoir été battus bataille après bataille. Il est bien triste de constater que tous ces combats auraient été totalement inutiles si les Etats-Unis n’avaient pas trahi les termes du traité de Fort Laramie de 1851, traité qui garantissait aux Etats-Unis un droit de passage au travers des territoires indiens jusqu’à la côte Ouest. Lorsque des garnisons commencèrent à s’installer le long de la piste Bozeman vers les mines d’or du Montana, mes ancêtres leur demandèrent de les retirer. Notre peuple a attendu jusqu’en 1866, alors que la guerre de sécession (1861-65) avait épuisé l’homme blanc militairement, économiquement et spirituellement. C’est alors que les Lakota défendirent leurs terres, attaquant les armées de l’envahisseur et les chassant.

Tout comme nous avons cru Nixon et ses porte-flingues dans les années 1970, nos ancêtres avaient signé le traité de Fort Laramie en 1868 croyant les mots du président Andrew Johnson et de ses généraux, Sherman, John B. Sanborn, William S. Harney, et Philip Sheridan, connu pour sa déclaration tristement célèbre: “Le seul bon Indien est l’Indien mort.” Quatre ans plus tard, sans aucune permission des Lakota, Sheridan envoie George Armstrong Custer rechercher de l’or dans les Collines Noires. Mes aïeux le laissèrent faire ses tribulations sur nos terres sacrées sans le toucher ni lui ni sa force expéditionnaire. Quand Custer trouva ce qu’il cherchait, le gouvernement du président Ulysse Grant fuita l’information et en quelques mois, notre terre sacrée fut envahit par une armée de prospecteurs. Notre peuple voyageait régulièrement dans ce territoire sacré de Khe Sapa, visite faite pour renouer avec la force spirituelle, mais nous n’avions aucun campement permanent sur ces terres. A l’encontre des mines d’or de Californie où les mineurs massacrèrent tout ce qu’ils trouvaient comme Indiens, il n’y eut aucun massacre, aucune confrontation. Néanmoins, mon peuple avertit alors les chefs militaires US et les agents civils du gouvernement fédéral, que si les mineurs restaient, alors ce serait un retour à la guerre, mais ils laissèrent les premiers chercheurs de fortune tranquilles. Mes aïeux pensaient que lorsque les leaders blancs à Washington apprendraient ce qui se passait, ils se comporteraient en êtres humains, honoreraient leur parole et forceraient les mineurs à partir.

Au lieu de cela, en juin 1876, Sheridan envoya Custer et le 7ème de cavalerie résoudre le “problème indien”, dans ce qui allait devenir une des plus célèbres confrontations entre les blancs et les Indiens du XIXème siècle. Au lieu de rencontrer des femmes, enfants et vieillards sans défense comme ils en avaient l’habitude et qui constituaient la vaste majorité de leurs victimes, les maraudeurs tombèrent sur des groupes d’hommes indigènes armés sur les berges de la rivière Greasy Grass. Ils payèrent un très lourd tribut pour cette erreur. Embarrassés et humiliés, les Etats-Unis commencèrent à chercher d’autres moyens pour pouvoir répudier le traité. Les colons ne pouvaient pas obtenir ces fameux ¾ de la population mâle adulte à signer un nouveau traité et enterrer celui de Fort Laramie, alors ils saoûlèrent des “Indiens de forts” (NdT: des groupes d’Indiens qui restaient près des forts blancs et vivaient aux crochets des colons et de l’armée), mis tous ensemble, ils représentèrent moins d’un neuvième de la population adulte mâle Lakota et après bien des chantages et des menaces, les firent aposer leur marque sur un accord qu’ils ne pouvaient pas lire. Ces nouveaux documents cédaient les Collines Noires au gouvernement fédéral américain. Ce vol en bande organisée fut nommé “l’accord de 1876”.

Lorsque la très vaste majorité de mes ancêtres refusèrent toujours de céder les terres de Paha Sapa, les blancs les menacèrent alors de les déporter en “pays indien”, ce qui est aujourd’hui l’état de l’Oklahoma. En substance les Lakota répondirent ceci à la menace: On vous a déjà botté le cul, on va le refaire, alors allez-y venez… En substance les hauts-fonctionnaires US répondirent: vendez-nous les Collines Noires ou crevez de faim !

Les agents du gouvernement refusèrent de délivrer la nourriture et les vivres que le traité nous alouait ainsi que les munitions pour la chasse. Et notre peuple refusa toujours de vendre. Les blancs prirent notre terre sacrée quoi qu’il en soit en 1876, ils assassinèrent le grand Crazy Horse en 1877 et Sitting Bull en 1890 ainsi que quiconque était une menace à leur fièvre de l’or. A cause de la famine provoquée par les agents du gouvernement et des douzaines d’autres actes de génocide, mes ancêtres devinrent trop faibles pour résister militairement.

Les mineurs blancs dépouillèrent les Collines Noires de plus d’un milliard de dollars d’or et de bien plus de minerais et ce sans aucune tentative ou velléité de compensation de la part du gouvernemnt fédéral.”

=*=

Note de R71: Toute cette zone renferme du charbon, du cobalt et surtout une grande “valeur” moderne: de l’uranium.

 =*=

“Toute la tradition européenne, marxisme inclus, a conspiré pour défier l’ordre naturel de toutes choses. La terre-mère a été abusée, les pouvoirs ont été abusés et tout ceci ne peut pas continuer indéfiniment. Aucune théorie ne peut venir changer ce simple fait. La terre-mère va riposter, l’environnement va riposter et ceux qui abusent seront éliminés. Les choses reviennent au point de départ. C’est çà la révolution. C’est aussi une prophétie faite par mon peuple, par le peuple Hopi et bien des autres peuples corrects. Les Indiens des Amériques ont essayé d’apprendre cela aux Européens depuis des siècles ; mais, comme je l’ai dit plus tôt, les Européens sont incapables d’écouter. L’ordre naturel des choses gagnera et les abuseurs, les offenseurs mourront, comme les daims meurent lorsqu’ils brisent l’harmonie en surpeuplant une zone donnée. Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’une catastrophe naturelle ne se produise, une catastrophe aux proportions planétaires. C’est le rôle des Indiens et de toutes choses naturelles de survivre. Une partie de notre survie consiste à résister. Nous résistons non pas pour renverser un gouvernement ou pour saisir le pouvoir, mais simplement parce qu’il est normal et naturel de résister à l’extermination, de survivre. Nous ne voulons en aucun cas le pouvoir au-delà des institutions des blancs, ce que nous voulons c’est que les institutions des blancs disparaissent. C’est çà la révolution.

Nous, les Indiens des Amériques, sommes toujours en contact avec ces réalités, les prophéties, les traditions de nos ancêtres. Nous apprenons de nos anciens, de la nature, des pouvoirs. Et quand la catastrophe sera passée, nous les Indiens des Amériques, nous serons toujours là pour habiter ces terres et ce continent. Peu importe si ce ne sera qu’une poignée d’entre nous au fin fond des Andes. Le peuple amérindien survivra, l’harmonie sera rétablie. C’est çà la révolution.

~ Extrait du discours de Russell Means durant le Black Hills International Survival Gathering, Dakota du Sud, juillet 1980 ~

(Traduit de l’anglais par Résistance 71)

Résistance au colonialisme: L’armée yankee publie un avis d’expulsion des indigènes et alliés de leur terre à Standing Rock!…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 28 novembre 2016 by Résistance 71

Déclaration de la coalition des protecteurs de l’eau

 

Standing Rock

 

27 novembre 2016

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le vendredi 25 novembre 2016, après que la dinde fut pardonnée, le gouvernement Obama a fait publier une notice d’expulsion des camps actuellement sis en terre Oceti Sakowin (Grande Nation Sioux) à Standing Rock. Nous sommes une coalition de groupes de la base populaire, vivant et travaillant dans les camps et nous ne serons pas expulsés. Nous nous dressons unis devant le serpent noir et nous sommes décidés à défendre notre eau, notre terre-mère et nos droits en tant que peuples indigènes. Nous en appelons à toutes les personnes de conscience, de toutes les nations, de nous rejoindre aux camps et de nous soutenir tandis que nous faisons rampart de nos corps contre ce projet.

La notification d’expulsion est venue du corps du génie de l’armée américaine pour la tribu Sioux Standing Rock, l’informant que le 5 décembre, il allait “fermer” à l’accès public toutes les terres au nord de la rivière Cannonball, là où les camps d’øceti Sakowin se trouvent. Ce n’est pas une coïncidence si le corps du génie de l’armée a choisi la date du 5 décembre, il s’agit de la date de naissance du général George Armstrong Custer. Celui-ci a bafoué le traité pour prospecter l’or, le corps du génie de l’armée le bafoue pour le pétrole.

Le corps du génie dit que sa décision de nettoyer la zone est nécessaire pour protéger les gens de confrontations violentes avec les forces de l’ordre et pour maintenir les locations de ces terres à des individus privés à des fins de pâturages et de culture de foin. Il a désigné une “zone de libre parole” au sud de la rivière Cannonball et tous ceux qui se trouveront en dehors de cette zone seront considérés comme des intrus et sujets à être dégagés par la force et à des poursuites judiciaires. Quiconque choisit de demeurer dans les camps le fait “à ses risques et périls et assume pleine responsabilité des conséquences dûes à sa présence hors-la-loi.”

Le corps du génie de l’armée n’a absolument aucune autorité pour évincer quiconque de cette terre. Le camp d’Oceti Sakowin est situé sur la terre ancestrale des Lakota, Mandan, Arikara et des Cheyennes du Nord, un territoire qui n’a jamais été cédé au gouvernement fédéral des Etats-Unis et qui est affiirmé comme tel dans le traité de Fort Laramie de 1851, terre souveraine appartenant à la Grande Nation Sioux. Le camp est en bien des aspects, une réclamation de ce territoire volé et celui du droit à l’autodétermination garanti par les traités. Nos protecteurs de l’eau ne sont pas des intrus et ne peuvent en aucun cas être des intrus. Le corps du génie n’a de surcroit aucune autorité pour museler notre droit de parole, où est-il écrit dans la constitution que sont établies des zones de libre-parole ? Est-ce que les entreprises commerciales décident maintenant où et quand la constitution s’applique ? Nous ne bougerons pas et nous ne serons pas réduit au silence.

Comme l’a si bien noté la tribu Sioux de la rivière Cheyenne dans sa réponse au corps du génie militaire, cette décision “continue le cycle du racisme et de l’oppression imposé à notre peuple et à nos terres au travers de l’histoire.” Ce n’est pas la première fois que ces terres ont été détruites sur les ordres du corps du génie des Etats-Unis. Le meilleur de cette terre fut inondé par ce même corps dans les années 1950 et 1960, un nombre incalculable de sites sacrés furent profanés, la grande majorité du bois et de la vie sauvage détruite et des miliers de personnes furent déplacées. Nous n’allons pas rester à ne rien faire tandis que le gouvernement fédéral continue ce narratif destructeur.

La notification d’expulsion du corps du génie militaire  est une menace agressive envers les peuples indigènes. Elle renforce les pouvoirs et motive d’autant plus une force de police militarisée qui a déjà blessé des centaines de protecteurs de l’eau pacifiques et désarmés et qui continue l’escalade des tactiques brutales contre nous. Ceci ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu d’une situation de crise humanitaire déjà bien avancée.
L’escalade extrême de la violence sous les coups des forces de l’ordre ces dernières semaines demande une action immédiate du gouvernement Obama afin d’apaiser et de démilitatiser la réponse des forces de l’ordre et de ne pas nous criminaliser. Comme la tribu Sioux Standing Rock l’a stipulé dans sa réponse au corps du génie, la seule façon de protéger les gens et de refuser la dernière facilitation requise pour que l’oléoduc traverse la rivière Missouri.

NOUS APPELONS LA MAISON BLANCHE A REFUSER LA FACILITATION D’ACCES DES MAINTENANT, DE REVOQUER LES PERMIS, DE RETIRER DES SITES LES OUVRIERS DE CONSTRUCTION DU DAPL ET D’ORDONNER UNE DECLARATION DE CONSULTATION SUR L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL EN COLLABORATION FORMELLE AVEC LES GOUVERNEMENTS TRIBAUX SUBISSANT L’IMPACT DE CE PROJET. METTEZ UN TERME A LA VIOLENCE.

Dans le même temps, nous ne bougerons pas et ce en défense de l’eau et des générations non-nées. Notre combat n’est pas seulement dû à ce projet d’oléoduc ; il est tout autant en rapport avec plus de 500 ans de colonisation et d’oppression. C’est notre moment, une grande chance de demander un futur pour notre peuple et pour tous les peuples.

Nous vous demandons de nous rejoindre !

=*=

Source:

http://sacredstonecamp.org/blog/2016/11/27/the-us-army-cannot-evict-us-from-treaty-lands

SOUTENEZ LE MOUVEMENT POUR LE MONDE A STANDING ROCK !

http://sacredstonecamp.org/donate/

http://sacredstonecamp.org/supply-list/

 

Résistance au colonialisme: Empire et terrorisme… Bas les masques !

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, écologie & climat, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2016 by Résistance 71

“Nous ne retournerons pas, nous n’abandonnerons pas. Ils devront nous tuer pour construire ce serpent noir !… Merci à tous d’être de si bons membres de la famille !”
~ Grand-mère Lakota, Standing Rock, nov. 2016 ~

“Vous avez tué le fils de votre dieu lors de sa venue sur terre et seulement après l’avoir tué, avez-vous commencé à le vénérer et à tuer ceux qui ne le faisaient pas.”

“Formons un corps, un cœur et un esprit et défendons jusqu’au dernier notre terre, nos maisons, notre liberté et les sépultures de nos ancêtres.”

~ Tecumseh, chef de guerre Shawnee ~

“L’amour de la propriété est une maladie de l’homme blanc… Si j’acquiesce à céder une partie de notre terre, je serai alors coupable de retirer la nourriture de la bouche de nos enfants et je ne désire pas ètre aussi méchant…”

“Mettons nos esprits en commun et voyons ce que la vie peut donner à nos enfants.”
~ Chef Sitting Bull, Lakota, Hunkpapa ~

 

haudenosaunee

 

La diplomatie de la “bombe”

 

Mohawk Nation News

 

24 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/11/24/bomb-diplomacy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Comme ce fut démontré à Standing Rock le 20 novembre dernier, les forces du mal ont commis un acte de guerre en attaquant des gens désarmés en utilisant leur technologie. Pour l’entreprise corporatiste, la violence paie. Ils n’apprécient pas que les Lakota et nos alliés révèlent au monde le pire de la nature des Etats-Unis.
Quelle est la mère qui donna naissance à ces monstres qui visent délibérément les gens pour les tuer ou les estropier ? Leurs stratèges sont assis au chaud dans des burlingues et tirent les ficelles. Ils ont essayé de nous démoraliser. Ils ne peuvent pas détruire notre volonté ni notre ténacité.

Les Etats-Unis résolvent leurs problèmes à coup de massacres, ils l’ont toujours fait. Du moment où les colons arrivèrent ici sur l’Île de la Grande Tortue, ils se sont entretués, nous ont massacré, puis s’en allèrent massacrer autour du monde.

La solution à tous les problèmes planétaires est la Loi de la Grande Paix: Kaia’nere:kowa qui fait de nous des êtres humains naturels. Les envahisseurs pensent qu’ils sont des dieux, créés par eux-mêmes pour se servir eux-mêmes et pour ignorer tout le reste de la création.

Les Lakota sont un vrai peuple en accord avec la fabrique naturelle des choses, un peuple qui va dans le sens de l’unité et de la création. Tout ce qui vit est égal, pas de différence. La loi humaine n’est en aucun cas supérieure ni ne peut supplanter notre droit naturel de naissance. Nous utilisons notre cerveau pour penser et nos yeux pour voir. Nous n’écoutons pas ceux qui ne font que protéger leurs propres intérêts.
On ne peut pas imposer la paix avec des bombes. Les Etats-Unis ne font que maintenir leur pouvoir par la tyrannie. Ils utilisent cette fabrication doctrinaire de “l’exceptionnalisme américain” pour étendre leurs guerres à travers le monde (NdT: action typiquement impérialiste). Les Etats-Unis se moquent complètement de toutes considérations humanitaires. Leurs tribunaux de l’amirauté leur permettent de le faire et de s’en sortir sans ambage. Ils violent en permanence la convention de Genève et les autres conventions et devraient être jugés pour crimes de guerre et contre l’humanité.

Les Etats-Unis affirment qu’ils œuvrent pour la paix mais ils nous font tous chanter en maintenant leur doigt sur le bouton nucléaire. Le véritable gouvernement des Etats-Unis est en fait partie des 13 familles de sang. Nous, rotino’shonni (Iroquois) leur ont rendu visite en Angleterre en 1710 pour essayer de leur faire entrevoir et de leur enseigner la paix. Ils continuent depuis tout ce temps à l’ignorer et maintenant ces familles tentent de faire la promotion de leur guerre perpétuelle.

Les Lakota et tous les peuples naturels n’ont pas d’autre choix que de se dresser et de défendre notre terre pour toujours, nous n’avons nulle part d’autre où aller. Nous appartenons à cette terre où nous sommes.

Les Etats-Unis (NdT: et l’oligarchie en contrôle du monde occidental) sont terrifiés de l’unification du peuple, des peuples, afin que nous mettions un terme à la bombe et à la destruction de notre mère la terre. Nous devons nous dresser comme un seul homme et clâmer: “NON !” car nous faisons tous partie de la Nature et de l’ordre naturel des choses.

Les cinq flèches rotino’shonni en sont le symbole (voir ci-dessus)

Notre esprit commun pour toujours. Nous demandons aux gens de nous rejoindre.

Résistance politique au colonialisme: Les associations d’anciens combattants américains se joignent aux protecteurs de l’eau à Standing Rock !…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, canada USA états coloniaux, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, société libertaire, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 novembre 2016 by Résistance 71

Nous l’avons dit et le répétons: une partie de l’avenir de l’humanité se joue en ce moment même à Standing Rock ! Le combat des peuples unis contre l’empire et les forces politico-corporatistes est engagé… Standing Rock n’est que le début, des dizaines de Standing Rock partout sur les terres usurpées par l’empire colonial du Nord au Sud, vont bourgeonner.

Empire… Rend-toi tu es cerné !

~ Résistance 71 ~

 

Les anciens combattants au front dans la guerre de Standing Rock

 

Ian Greenhalgh

 

23 novembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2016/11/23/us-veterans-stand-with-standing-rock-call-for-action/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Rejoignez les manifestants pacifiques de Standing Rock contre la police et l’État corrompus.

[Note éditoriale: VT soutient totalement les manifestations se tenant à Standing Rock et l’appel des anciens combattants à se tenir aux côtés des braves manifestants qui font face à une réponse policière des plus brutales et inhumaines qui a vu des manifestants pacifiques et légaux être assaillis par les forces de coercition au moyen de balles en caoutchouc, de gaz lacrymogène, de canons à eau, de chiens d’attaque et peut-être le pire de tout: avec les bonnes vieilles matraques et massues aux mains de voyous en uniforme.

Ne vous y trompez pas, ceci représente un problème et une affaire très, très sérieuse, pas seulement pour les nations indiennes autochtones mais pour tout le peuple des Etats-Unis, cette bataille doit être combattue et gagnée si nous voulons préserver un semblant de démocratie, de droits humains et de règle de la loi. Ian]

Les anciens combattants (Veterans) des forces armées états-uniennes prennent bonne note des appels pour soutenir les manifestants autochtones (NdT: et non-autochtones de plus en plus nombreux !!…) autant que de lutter contre l’oléoduc en lui-même.

En décembre, les manifestants contre le Dakota Access Pipeline vont très certainement recevoir le soutien de centaines d’anciens combattants des forces armées américaines qui se commettent en toujours plus grand nombre pour la cause, si tout se passe comme prévu.

Un organisateur, Wes Clark Jr, connu comme animateur du programme TV des Young Turks a déclaré que des anciens combattants étaient prêts à prendre une bastos si besoin était. L’ex-officier de l’armée US a appelé sur les ondes le mouvement de résistance à Standing Rock “du plus important évènement jusqu’ici dans l’histoire de l’humanité.”

Titrée “Les anciens combattants se lèvent pour Standing Rock”, la page Facebook annonce que des centaines d’anciens combattants vont rejoindre les manifestations à partir du 4 décembre. La page sonne aussi un lien vers une page de levée de fonds GoFundMe pour aider à financer leur voyage, le projet à jusqu’ici reçu 68 000 des 200 000 US$ fixés pour but.

Le groupe sur Facebook a été formé avec un ordre de mission militaire de 5 paragraphes fixant très clairement qui sont “les forces d’opposition”: “Le bureau du Shériff du county de Morton ainsi que de multiples agences de police d’état et des contractants privés”, a rapporté le magazine Business Insider.

D’après leur page GoFundMe, ils appellent à “une milice pacifique, non armée… afin de défendre les protecteurs de l’eau contre les assauts et l’intimidation aux mains d’une force de police militarisée et la sécurité du DAPL.

“Il devient de plus en plus évident de jour en jour que les défenseurs de l’Amérique doivent se tenir avec les protecteurs de l’eau. Mettons un terme à cette injustice sauvage qui est commise ici et maintenant.” peut-on y lire.

Bien que le groupe planifie de se vêtir de tenues militaires incluant des équipements de protection corporelle, ils insistent sur le fait d’être un groupe pacifiste et qu’ils ne seront en aucun cas armés.

“Amenez des protections pour le corps, des masques à gaz, des bouchons de tir et des casques anti-bruit (nous aurons à faire face à un canon sonique)”, peut-on lire sur leur page Facebook.. “Mais n’amenez ni armes, ni drogues, ni alcool.”