Archive pour sionisme antisémite

Lutte anti-coloniale : La naissance de l’entité sioniste prend sa racine dans l’antisémitisme des pères fondateurs du sionisme (Miko Peled)

Posted in actualité, colonialisme, documentaire, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , on 2 avril 2021 by Résistance 71

jerusalem

La naissance antisémite de l’état sioniste : une histoire des fondateurs d’Israël et de leur haine envers eux-mêmes

Miko Peled

17 mars 2021

url de l’article original:
https://www.mintpressnews.com/anti-semitic-birth-of-zionism-history-israel-self-hating-jews/276238/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

JERUSALEM — “Les juifs s’auto-détestant”, avec des termes comme “traîtres, Zhid, Kapo, Nazi et petit juif”, sont des épithètes utilisés par les sionistes pour insulter les personnes juives qui s’opposent ou rejettent le sionisme et son idéologie raciste.

Un épisode récent du rabin Yaakov Shapiro en podcast “Committing High Reason “ rappelle l’histoire de Théodore Hertzl, le fondateur du sionisme et de l’état sioniste et met nouvellement en lumière le terme de “juif s’auto-détestant”.

Committing High Reason [note de R71 : nous ne traduisons pas ce sous-titre car il s’agit d’un jeu de mot avec “High Treason” ou “haute trahison” et perd son sens en français…]

Le rabbin Shapiro source toutes ses affirmations méthodologiquement et quand on apprend ce que Hertzl, qui était lui-même juif, écrivait à propos des juifs, la seule conclusion possible est qu’il était le maître étalon du “juif s’auto-détestant”. Il ne peut y avoir aucun doute quant à sa haine de ses semblables et ne voulait rien d’autre que se dissocier du juif “du commun”. Il n’était de plus pas le seul : d’autres leaders sionistes comme Vladimir Jabotinsky, Chaim Weizmann et autres, étaient ouvertement haineux envers leurs frères juifs.

En 2018, le rabbin Shapiro a publié un livre de 1400 pages intitulé “The Empty Wagon, Zionism’s Journey from Identity Crisis to Identity Theft.” (NdT: qui peut se traduite par : “Le wagon vide : Sionisme, de la crise identitaire à l’usurpation d’identité”). Le livre souligne les vastes différences qui existent entre le judaïsme et son ennemi mortel, le sionisme. Le livre a été écrit pour une audience juive orthodoxe et de fait, chaque maison , foyer juif orthodoxe que j’ai visitée ces deux dernières années avait une copie de cet énorme travail. Bien que le livre assume que le lecteur ait une grande connaissance au sujet du judaïsme, il contient une source sans précédent d’information particulièrement bien référencée de façon à ce que même ceux d’entre nous qui n’ont pas une connaissance profonde du judaïsme, puissent grandement apprendre de sa lecture.

L’information présentée par le rabbin Shapiro dans ce podcast particulier peut aussi être trouvé dans le livre et mène au fait indéniable que le fondateur du sionisme (Théodore Hertzl) et beaucoup de ses contemporains, haïssaient absolument tout au sujet des juifs et du judaïsme et détestaient le fait même d’être juifs. D’après le rabbin Shapiro et bon nombre de rabbins orthodoxes du judaïsme qu’il cite, ce fut leur haine des juifs et non pas leur désir de les sauver de l’antisémitisme qui fut la force dominante derrière la création du sionisme et de l’établissement d’un état sioniste.

Le fondateur du sionisme non seulement pensait que les trolls antisémites des juifs étaient réels, mais il les justifiait également. Il affirma que seulement ces accusations racistes s’appliquaient aux “autres” juifs, ceux qui n’étaient pas séculiers et “éveillés” comme lui.

L’histoire de Hertzl, comme elle est racontée dans les écoles sionistes en Israël et dans le monde, le fait ressembler à un sauveur des juifs, un homme motivé par le désir de bonté et de faire le bien. Quoi qu’il en soit, un regard plus en profondeur sur l’homme et ses motivations révèle qu’il méprisait le peuple juif et voulait se séparer des “juifs du commun” en créant un espace, une existence pour des gens comme lui, juifs de naissance mais qui méprisaient ce que cela voulait dire que d’être juif.

Vladimir Jabotinsky, le père du sionisme d’extrême-droite, aujourd’hui représenté par le parti du Likud en Israël, fut un autre cas de juif “s’auto-détestant”. Il écrivit que “Les juifs sont des gens particulièrement malfaisants et leurs voisins les détestent et ils ont raison.” Un autre leader spirituel sioniste, Uri Zvi Greenberg, a écrit : “Ces juifs détestables sont vomis par tout collectif et état sains pas parce qu’ils sont juifs mais à cause de leur laideur juive.

Les sionistes idolâtrent la force physique tandis que le judaïsme orthodoxe la méprise. Dans une conversation que j’ai eue un jour avec un rabbin ultra-orthodoxe, David Feldman de New York, je lui ai posé la question. Je lui ai dit que pour des gens comme moi, élevés dans le sionisme, les juifs orthodoxes avaient l’air faibles, pâles, maladifs et peu attractifs. Le rabbin Feldman me regarda droit dans les yeux et me répondit : “Vous n’avez aucune idée de tout le travail qu’il y a pour maintenir cette apparence. Être juif est une expérience et une existence spirituelles, certainement pas une existence masculine.

Hertzl1

Maushel (ou Moishel)

Dans l’édition du journal sioniste Die Welt du 15 octobre 1897, une publication fondée par Hertzl, celui-ci publia un essai intitulé “Maushe” au sujet d’un juif anti-sioniste. Le point de focus de cet essai était un personnage fictif, un juif que Hertzl appelait “Maushel”, qui était à l’époque un terme péjoratif utilisé par les antisémites pour qualifier les juifs.

Maushel ou Moishel, selon l’accent, est le juif religieux “commun”. L’article fut originellement écrit en allemand avec une version anglaise publiée dans une autre publication sioniste appelée “The Maccabean”. Voici quelques exemples de la manière dont Hertzl décrit les juifs dans son essai :

Maushel est un anti-sioniste. Nous le connaissons bien et en profondeur et nous avons toujours été dégoûté à sa vue.” Hertzl est encore plus écœuré et chagriné d’être obligé de reconnaître que Maushel est en fait “un des nôtres”, bien qu’il n’y ait “absolument  aucune utilité d’en être fier.”, ce qui, se lamente t’il, résulte “d’un mélange durant une sombre époque de notre histoire, d’une basse classe de gens avec notre nation.

Hertzl continue : “Le dégoût que nous avions pour lui était mélangé à la pitié. Nous cherchions à expliquer son apparence misérable et malheureuse. Nous nous sommes dits que nous devions le tolérer, que c’était notre devoir sacré que de le civiliser.” Voulant se dissocier lui-même du juif Maushel, Hertzl dit : “Il est le compagnon terrible des juifs et il leur est si inséparable, qu’on prend toujours l’un pour l’autre.

Hertzl continue avec sa haine ouverte et écrit que Maushel est “l’antithèse d’un être humain, quelque chose d’incroyablement dégradé et d’obstiné… Maushel fait ses sales affaires dans la pauvreté ; Maushel est un misérable mendiant.” Puis, bien tristement, justifiant les attaques antisémites contre les juifs, Hertzl dit : “Maushel fournit toujours les raisons des attaques contre nous.” En d’autres termes, les “véritables” juifs comme Hertzl, sont ciblés par les antisémites à cause de cette personne distante non affiliée que les antisémites confondent et prennent pour un juif.

Plus loin, Hertzl écrit:

Aux yeux de l’antisémite, le juif et Maushel sont liés, alors le sionisme est apparu et le juif et Maushel ont dû définir leur position, et maintenant Maushel a rendu service aux juifs : il s’est séparé de l’union parce qu’il est anti-sioniste.

En d’autres termes, Hertzl affirme que seuls les vrais juifs sont les juifs séculiers sionistes. Il fait ensuite l’amalgame entre antisémitisme et anti-sionisme : “Lorsque les gens disent que les juifs ne soutiennent pas le sionisme, la réponse est non ! Le juif ne peut pas être anti-sioniste, seul Maushel l’est.

Une telle rhétorique est très commune en Israël aujourd’hui, de dire que les véritables juifs sont les sionistes séculiers et les juifs religieux non-sionistes sont dépeints au moyen de termes péjoratifs et dégradants.

Hertzl continue en disant : “C’est bien, soyons délivrés de lui. Ceci est une opportunité de nous purifier de ces éléments dégradants.

La confusion en ce qui concerne l’identité juive et les affirmations que le sionisme fasse partie de l’identité juive est très commune et en fait très inquiétante. Cette profonde incompréhension à la fois du judaïsme et du sionisme peut être clairement retracée au fondateur du sionisme, Théodore Hertzl.

Qu’est-ce qui fait qu’un juif est juif ?

Le grand sage juif, rabbin Sa’adiya Ga’on, dont le nom complet était Sa’id Bin Yousef El-Fayyumi, était une des figures rabbiniques les plus importantes de l’histoire. Né à Fayyum en Egypte supérieure à la fin du IXème siècle, s’en fut étudier à Tabariya en Palestine, qui était un important centre d’étude judaïque ; plus tard, il vécut, travailla et écrivit à Baghdad. Dans ce qui est considéré être son livre le plus important, “Emunot Ve-Deot,” ou “Croyances et opinions”, qu’il écrivit en arabe en utilisant des caractères hébreu, Ga’on écrivit que le peuple d’Israël, donc les juifs, était une nation seulement en vertu de leurs lois religieuses (il utilisa le terme “sharia” en arabe pour lois religieuses). En d’autres termes, un peuple lié par la foi.

D’après Hertzl, les juifs sont une nation parce que, comme il le pense, “Nos ennemis ont fait de nous une unité sans notre consentement ; la détresse nous relie les uns aux autres.” Le premier définit le peuple juif comme un groupe religieux lié par les lois et la foi, le second, comme un groupe indéfini unifié par la haine des non-juifs.

Isr_cancer

Une oraison funèbre à Hertzl

L’oraison funèbre de Jabotinsky à Hertzl fut une énorme reconnaissance, une louange voire même une vénération. D’abord publiée sous forme de petit livre à Odessa en Ukraine en 1905, elle était écrite en russe puis fut traduite plus tard en hébreu. Dans celle-ci, Jabotinsky discute de l’héritage de Hertzl, qu’il admirait profondément malgré leurs différences. Dans une section de l’écrit, Jabotinsky loue les superbes caractéristiques d’un Hébreu et les compare à ce qu’il appelle les caractéristiques dégoûtantes d’un juif. Au lieu de dire juif, il utilisa l’horrible terme antisémite dégradant de “Zhid”.

L’oraison commence avec Jabotinsky admettant que personne n’avait jamais vu un véritable Hébreu : “Aucun de nous n’a jamais vu un véritable Hébreu de ses propres yeux” et il continue en disant que le juif que nous voyons aujourd’hui autour de nous n’est pas un Hébreu mais un “Zhid” : “Et aujourd’hui, nous prenons comme point de départ le Zhid et essayons d’imaginer son exact opposé dans nos efforts d’imaginer l’Hébreu”.

Parce que le Zhid est laid, maladif”, écrit le père du parti politique du Likud israélien, “nous donnerons l’image idéale de la beauté masculine hébraïque, la stature, les larges épaules, les mouvements vigoureux”, et Jabotinsky conclut en disant :

Le Zhid est apeuré et opprimé, l’Hébreu fier et indépendant. Le Zhid est dégoûtant pour tout le monde, l’Hébreu devra être charmant pour tous. Le Zhid accepte la soumission, l’Hébreu doit savoir comment commander. Le Zhid aime se cacher des regards étrangers, l’Hébreu possèdera panache et grandeur.

D’après Jabotinsky, Hertzl était le parfait spécimen de cet Hébreu que personne n’avait jamais vu.

Le sionisme… Pour qui ?

Si de fait, Hertzl et les autres leaders du sionisme étaient des juifs “s’auto-détestant” et condescendants envers le “juif du commun”, quelle était leur motivation d’installer le sionisme et de travailler si dur à la fondation d’un état sioniste ?

Dans le premier chapitre de son livre, le rabbin Shapiro cite un des rabbins les plus respecté, rabbin Chaïm Soloveichik, qui vivait en Europe de l’Est à la fin du XIXème siècle. d’après la citation, le rabbin Soloveichik dit que les sionistes voulaient créer un état afin de détruire le judaïsme.

En d’autres termes, les sionistes étaient séculiers et se voyaient comme éveillés et meilleurs que le juif “du commun”. Ils méprisaient les juifs observant la Torah (NdT: rappelons ici que la Torah n’est rien d’autre que le Pentateuque de l’Ancien Testament composé de cinq (penta) livres). Ils voulaient un endroit où les gens les aimeraient, ne vivant pas ni ne ressemblant pas aux juifs “du commun”. et où ils pourraient vivre sans avoir à interagir avec ces juifs croyants et où ils pourraient être comme les autres nations.

L’état d’Israël ne fut pas créé pour le juif “du commun”, celui avec sa longue barbe et ses paillottes dans les cheveux, ceux qui vivent dans des shetl (ghettos) d’Europe. Il ne fut pas non plus créé pour les juifs arabes, mais pour les juifs séculiers européens, qui ne veulent rien d’autre plus que d’être européens.

Dans un livre qui décrit comment les leaders sionistes regardaient les juifs d’Europe, il y a une photo qui montre des juifs sur un marché dans le ghetto de Nalewni à Varsovie. Il y a une citation attribuée à Chaïm Weizmann, leader important du mouvement sioniste et plus tard président de l’état d’Israël. La légende de la photo dit : “Eretz Yisrael (la terre d’Israël ou la Palestine) n’est pas pour ces marchands ambulants de Nalewski à Varsovie.” C’étaient les juifs qu’Hertzl et les autres leaders du sionisme détestaient. Lorsque les victimes du sionisme auront finalement leur heure venue dans les tribunaux, le monde verra alors à quel point les sionistes furent cruels et racistes. Le monde verra qu’Israël, aujourd’hui l’état sioniste, est une parfaite réflexion de ce que furent les premiers sionistes : raciste, violente et emplie de haine.

En Israël aujourd’hui, les juifs ultra-orthodoxes qui s’opposent au sionisme sont méprisés et ridiculisés ; les juifs non-religieux anti-sionistes sont repoussés et les Palestiniens ne sont que des collatéraux dont il faut se débarrasser, c’est le prix à payer pour que la vision de Hertzl et des autres “juifs s’auto-détestant” puisse devenir une réalité.

Miko Peled is MintPress News contributing writer, published author and human rights activist born in Jerusalem. His latest books are”The General’s Son. Journey of an Israeli in Palestine,” and “Injustice, the Story of the Holy Land Foundation Five.”

= = =

Lectures complémentaires :

Le mythe biblique

Effondrer le colonialisme (Résistance 71)

Nous sommes tous des colonisés (Résistance 71)

La Bible déterrée (Israël Finkelstein)

handala4
Handala veille…