Archive pour Sergei Lavrov résolution ONU Syrie

Géopolitique: La Russie telle qu’en elle-même ?

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerre Libye, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , on 4 septembre 2016 by Résistance 71

Si nous pensons que la Chine est partie prenante du Nouvel Ordre Mondial de contrôle hégémonique de la planète et se retrouve pas à pas intégrée dans l’empire actuel anglo-américano-sioniste (article très intéressant à suivre…), nous pensons également que la Russie lutte véritablement pour ne pas y sombrer. Nous pensons que la Russie, dans sa vision poutinienne du monde, est en grande partie sincère et lutte contre l’empire, l’hégémonie et pour la paix dans le monde, même si elle doit lâcher du lest de temps en temps aux hydres impérialistes.

Ainsi nous accordons un certain crédit à la présentation qui suit. Nous pensons également que dans le cadre et contexte de relations internationales toujours (hélas !!) gérées par des états, Sergueï Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe, est, et de très loin, le meilleur diplomate sur cette planète !

— Résistance 71 —

 

La Russie dit à l’occident ce qu’elle est et ce qu’elle veut

 

Oscar Fortin

 

1er septembre 2016

 

url de l’article:

http://www.mondialisation.ca/la-russie-dit-a-loccident-ce-quelle-est-et-ce-quelle-veut/5543701

 

L’image projetée de la Russie par l’Occident et ses médias en est une d’ennemie à mettre au pas et contre laquelle il faut se protéger par tous les moyens. Que n’a-t-on pas dit de Vladimir Poutine, l’actuel président ! N’est-il pas l’homme dont il faut se méfier et qui est capable de tous les coups bas ? Je vous invite à lire Occident vs Russie: pourquoi la faute revient toujours à Poutine et Vu de l’occident. Vladimir Poutine, “un discours hyperagressif” qui reflète la perception que se fait l’Occident des interventions de Poutine.

Cette perception de l’Occident institutionnel largement diffusée par les médias officiels n’est pas la même que répercutent les réseaux d’information alternative de ce même Occident. Il y a de nombreux articles qui relèvent les véritables motifs de cette « haine » de l’Occident à l’endroit de Poutine et de la Russie. Un de ces articles met en évidence l’intervention non prévue de la Russie en Syrie. Cette intervention a mis fin au projet de l’Occident  de prendre le contrôle de Syrie tout comme la reconnaissance de la Crimée a mis fin aux ambitions de l’Occident de contrôler tout ce territoire et les ports qui donnent sur la mer Noire.

Tout ceci pour dire que la Russie d’aujourd’hui se déclare suffisamment adulte pour  décider elle-même de son destin et de la nature de ses relations avec les autres peuples et États du monde. Dans une déclaration toute récente, le ministre des Relations extérieures de Russie, Sergueï Lavrov, a mis au clair ce qu’est devenue la Russie et l’esprit avec lequel elle prétend gérer ses relations avec l’Occident et les autres peuples de la terre. Voici quelques extraits de cette intervention qui n’aura que très peu d’échos dans nos médias officiels.

« La plupart des propositions avancées par Moscou se sont heurtées à l’égoïsme des hauts responsables cherchant à dominer sur la scène géopolitique au détriment des intérêts des autres. »

« Les partenaires occidentaux ont régulièrement violé leurs engagements en matière de sécurité obtenus dans les années 90 au niveau de l’OSCE. De ce fait, il n’est plus possible de faire des affaires avec l’UE, les États-Unis et l’OTAN comme avant. »

« Malgré le froid qui s’est installé dans les relations entre la Russie et l’Occident, Moscou n’envisage pas de tourner le dos à qui que ce soit et se dit prêt à travailler à leur normalisation. À condition qu’elles se basent sur le principe d’égalité, bien sûr. »

Pour bien comprendre, il faut savoir que la Russie a les moyens d’obliger ses adversaires à respecter son indépendance et sa souveraineté, ambition que tous les peuples ont, mais qui n’ont pas les moyens nécessaires pour faire reculer les forces impériales, dirigées par les États-Unis.

La Russie, libre et indépendante, n’est pas le genre de partenaire que souhaite l’Empire, d’autant moins si ce dernier se porte au secours de ceux qui en sont victimes, comme c’est actuellement le cas en Syrie.

La Russie est devenue entièrement libre et indépendante et exige que les partenaires étrangers respectent cette liberté et cette indépendance.

C’est pourtant simple à comprendre et tout à fait légitime à l’exiger.  Ce principe est celui-là même que reconnaissent les Nations Unies dans sa Charte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

On peut conclure en disant que la Russie de Poutine et de Lavrov est ouverte au monde, intéressée à participer à la résolution des conflits et à travailler pour la paix avec l’Occident, pour autant que ces échanges soient fondés sur le principe d’égalité et de respect des peuples. La Russie d’aujourd’hui est un antidote à tout pouvoir impérial à caractère international.

Publicités

Echec à l’empire en Syrie: la Russie (et la Chine) secoue l’arrogance impérialiste occidentale à l’ONU…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, politique française, résistance politique with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 janvier 2012 by Résistance 71

La Russie devient le garant de la paix dans la région. La partie d’échec contre l’empire continue. Comme nous l’avions dit il y a plusieurs mois, il semblerait que la Russie ait sacrifié politiquement la Libye à la vindicte impériale, sachant que cela ferait « jurisprudence » sur le cas de la Syrie. Le Modus Operandi étant identique, il est clair que Lavrov boit du petit lait en disant « j’ai déjà vu çà »… La Russie a maintenant l’exemple pathétique des crimes de l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord à mettre en exergue pour disqualifier un scenario identique sur la Syrie, qui représente un enjeu géostratégique bien plus important pour la Russie, que l’était la Libye du fantasque Kadhafi.

Bien évidemment, dans leur empressement et leur arrogance les criminels impérialistes occidentaux sont tombés dans le panneau. La Russie tient une position diplomatique avec la Chine très forte, qui s’appuie sur les échecs et les crimes de l’OTAN en Libye.

Pour Lavrov, c’est l’aboutissement d’une carrière… Savoir que la clownesque Clinton fulmine au téléphone pour lui parler, croyant que le sommer de venir discutailler séance tenante allait faire ramper le russe au téléphone… Hilarant Hillary !… Rien que cela vaut toute la chienlit de la politique.

Si les criminels occidentaux passent en force ou outre le conseil de sécurité (ce qui est possible), alors le jeu sera à nu: plus de façade pseudo-légale d’une ONU à la botte de l’empire. Les Russes l’ont joué fine sur le coup de la Libye, ils ramassent les dividendes maintenant. L’empire dans son arrogance sans borne est tellement prévisible, que la partie devient monotone…

Et Poutine n’est pas encore revenu président… çà promet !

A suivre donc…

— Résistance 71 —

 

Dans l’arène de l’ONU: le clash des titans à propos de la Syrie

 

 

RT

 

 

Le 31 Janvier 2012,

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/un-resolution-syria-russia-131/

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Les diplomates occidentaux et arabes vont pousser une résolution conjointe à l’Onu appelant le président syrien Al Assad à quitter le pouvoir. La Russie et la Chine ont rejeté ce qu’elles voient comme un changement de régime forcé et disent qu’elles vont bloquer le mouvement  et advienne que pourra.

La diplomatie occidentale fait une nouvelle tentative d’utiliser l’ONU comme un outil de sa politique étrangère, écrivant et proposant une nouvelle résolution ambigüe sur la Syrie, qui établit la feuille de route pour évincer le président Bachar Al Assad. La résolution ne prend pas en compte les positions des pays comme la Russie et la Chine, qui ont présentés un front uni s’opposant au changement de régime à Damas.

Moscou dit que la nouvelle résolution contient une menace “d’adopter plus de mesures si la Syrie n’obéit pas aux termes de la résolution”, ce qui ouvre immanquablement la voie à une intervention étrangère du style de la Libye dans le pays miné par les conflits.

D’après certains rapports, les tensions sont si intenses que la porte-parole de la ministre des affaire étrangères américaines a accusé le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, qui est actuellement en visite en Australie, de ne pas avoir été disponible par téléphone lorsqu’Hillary Clinton a cherché à le joindre pour discuter de la situation.

Sergei Lavrov a dit aux journalistes qu’ilétait simplement impossible pour lui de prendre des communications téléphoniques au milieu de négociations avec ses collègues australiens, mais a promis de disctuter de la Syrie avec Hillary Clinton à la première opportunité.

Il a dit que les Américains ont insisté de programmer le coup de téléphone durant une période où il parlait à Sydney, ce qui ne pouvait pas être changé dans le calendrier. Commentant sur l’impossibilté de Washington à réarranger la communication téléphonique, le ministre russe a spéculé que “cela pourrait-être expliqué par leurs manières.”

Sergei Lavrov a dit que le conseil de sécurité ne soutiendra jamais un tour de force contre la Syrie.

“Si l’opposition syrienne refuse de s’assoir à la table des négociations avec le régime, quelle est l’alternative ? Bombarder le régime ? J’ai déjà vu cela avant”, a dit Lavrov, “Je peux garantir que le conseil de sécurité n’approuvera jamais cela”.

Clinton doit rejoindre ses contre-parties française et britannique au QG de l’ONU Mardi pour ajouter une puissance de feu supplémentaire pour la poussée de l’occident à faire voter cette résolution.