Archive pour Séralini OGM université Caen

Détournement de la science et nécro-agriculture: Le secteur OGM au cœur de l’agenda eugéniste de l’oligarchie…

Posted in actualité, écologie & climat, économie, crise mondiale, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 4 avril 2013 by Résistance 71

Nous avons traduit cette article très complémentaire de ce que nous avons déjà publié au sujet de l’eugénisme et de la nécro-agriculture mortifère qui n’existent qu’à des fins de contrôle de la population.

La réalité est simple et il nous faut tous bien l’appréhender: l’oligarchie nous empoisonne à petit feu dans en suivant une méthodologie qui fera passer les Hitler, Staline et Mao pour de simples amateurs.

En Avril 2010, l’un de nous avait publié cet article: « Elite globaliste, eugénisme et contrôle des populations » où un simple historique de l’eugénisme qui vit son point culminant avec l’Allemagne nazie, nous montre que dans le monde post-seconde guerre mondiale le mot « eugénisme » a simplement été remplacé par le mot « génétique ». Tout le secteur de la génétique est-il eugéniste et fondamentalement mauvais ? Non, bien évidemment, il y a une multitude d’applications bénéfiques de la génétique, qui contribuent à maintenir l’image de ce secteur, tandis que l’agenda planifié et poussé de derrière le rideau est quant à lui, fondé sur de bien noirs desseins…

Rien de nouveau, il suffit de gratter la fine couche de vernis pour découvrir l’horreur larvée en son sein… Ceci constitue ni plus ni moins que du terrorisme écologique d’état, sponsorisé par les cartels de la nécro-agriculture monopolistes. La récente loi de protection de Monsanto votée et signée par Obama n’est que le dernier chapitre en date de l’ignominie qui se déroule.

— Résistance 71 —

 

Ingénierie génétique, eugénisme et l’idéologie des riches

 

Colin Todhunter

 

29 Mars 2013

 

url de l’article original:

http://www.globalresearch.ca/genetic-engineering-eugenics-and-the-ideology-of-the-rich/5329025

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Quelque soit les buts publiquement énoncés du secteur des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) et quelque soit son impact terrible sur la santé, l’environnement et les fermiers du cotton en Inde, il y a un côté bien plus sombre à cette industrie.

Afin de gouverner et de contrôler une population, mis à part l’utilisation de la violence, le consentement des gens doit être atteint au moyen de ce que Louis Althusser appelait les appareils idéologiques de l’état: le système éducatif, le spectacle, la religion, le système politique etc. Le livre de Noam Chomsky “La fabrication du consentement” discute du rôle important des médias dans ceci et Antonio Gramsci a beaucoup écrit au sujet de l’hégémonie, les méthodes utilisées par la classe dominante pour légitimer sa position aux yeux de ceux qu’elle opprime, une sorte de “coercition consentie” qui habille le véritable poing du pouvoir.

Quoi qu’il en soit, possiblement la forme la plus basique et efficace de contrôle social est l’eugénisme, une philosophie qui inclut la capacité de reproduction réduite de ceux des gens jugés “moins désirés”.

Il existe une peur grandissante que l’eugénisme soit utilisé à des fins de contrôle de la population, pour se débarasser de segments entiers de la population mondiale jugés être des “surplus aux requis”. En occident, à cause de l’automatisation et de la délocalisation du travail, il y a très certainement une grande proportion de la population qui sera non-employée ou sous-employée de manière permanente. Dans des pays comme la Chine, l’Inde et certains pays africains, la promotion du contrôle des naissances a été un objectif primordial de l’agenda depuis déjà plusieurs décennies.

La baron milliardaire américain des médias Ted Turner croit qu’une population mondiale de moins de 2 milliards d’individus serait idéale et le milliardaire Bill Gates a promis des centaines de millions de dollars pour améliorer l’accès à la contraception dans les pays en voie de développement. Fondée sur la supposition erronée que le monde est surpeuplé, quelques personnes des élites nanties pourront réduire la concurrence pour l’accaparement des ressources qu’elles convoitent de manière tant acharnée et aussi pour maintenir leur très haut niveau de consommation matérielle. Gates a aussi acheté des parts de l’entreprise Monsanto à hauteur de quelques 23 millions de dollars. Son agenda est d’aider Monsanto à avoir leurs OGM sur le sol africain à très grande échelle.

Voici où cela devient intéressant. En 2001, Monsanto et DuPont ont acheté en commun une petite entreprise de biotechnologie appelée Epicyte, entreprise qui avait créée un gène qui fondamentalement, rend le mâle stérile par déplétion des spermatozoïdes et induit la non-réceptivité à la fécondation de l’ovule de la femelle. Aux Etats-Unis, les aliments à base d’OGM sont déjà sur le marché et ne sont pas étiquettés. Le secteur des OGM a dépensé des millions pour s’assurer du statu quo. Ainsi, les citoyens américains n’ont absolument aucune idée de ce qui est dans leur assiette; de plus la nourriture incriminée n’a pas été testée de manière indépendante pour évaluer son impact réel sur la santé.

Ne voudriez-vous pas savoir si ce que vous mangez n’est pas (d’après le professeur Seralini de l’université de Caen en France) dommageable à la santé ?

Ne voudriez-vous pas savoir si ce que vous mangez contient quelque chose qui pourrait vous rendre stérile ?

Le père de Bill Gates a été longuement impliqué avec Planned Parenthood:

“Lorsque j’ai grandi, mes parents étaient toujours impliqués dans des actions bénévoles. Mon père était à la tète de l’organisation du Planned Parenthood (NdT: Planification parentale) et il était très controversif d’être impliqué avec cette organisation.”

La citation ci-dessus provient d’une interview de 2003 avec Bill Gates.

Planned Parenthodd fut fondée sur le concept que la plupart des êtres humains sont des reproducteurs inconsidérés. Gates senior est co-chairman de la Bill & Melinda Gates Foundation et un guide derrière la vision et la direction prise par la fondation, qui s’est lourdement concentrée sur la promotion des OGM en Afrique et le financement de l’Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) – NdT: Il suffit de lire le désastre qu’a été la révolution verte en Inde dans les années 1960, “révolution” qui ne se fit que pour les semenciers et leur monopole sur les semences, l’erradication de milliers de variétés de cultures et de semences naturelles (riz, céréales, cotton)… pour pouvoir imaginer ce que sera celle que les eugénistes imposent en Afrique —

La fondation Gates a donné au moins 264,5 millions de dollars pour l’AGRA. D’après un rapport publié par La Via Campesina (La Voie paysanne) en 2010, 70% des récipients des fonds de l’AGRA au Kenya travaillent directement avec Monsanto et 80% des fonds de la fondation Gates sont dévoués à la biotechnologie. Le rapport explique également que la fondation Gates a promis 880 millions de dollars au Global Agriculture and Food Security Program (GAFSP), qui est un promoteur hyper-actif des OGM.

Au lieu d’embrasser et de soutenir un véritable essor vers une souveraineté alimentaire et d’adresser les problèmes économiques et politiques sous-jacents qui sont les causes de la pauvreté, la Fondation Gates a choisi la promotion d’une agriculture contrôlée par les cartels industriels, ce qui a mené à la perte de contrôle et de pouvoir inéluctables des paysans.

Alors que le secteur OGM continue de marteler la porte de l’Inde, nous avons tous les droits d’être préoccupés, non seulement par les impacts rapportés des monopoles des graines et des OGM qui sont documentés être détrimentaux à la santé publique et à l’environnement, mais aussi à cause du souci au sujet de gènes pouvant être dans notre nourriture et qui nous sont inconnus.

Le chercheur F William Engdahl (NdT: Auteur de l’excellent ouvrage: “Les semences de la destruction”) déclare que l’ingénierie génétique ne peut pas être comprise sans d’abord regarder et analyser l’hégémonie de la puissance américaine. Des personnalités importantes de la “révolution verte” ont financé par les Etats-Unis dans le secteur agricole de pays en voie de développement afin de créer de nouveaux marchés pour les engrais pétro-chimiques et les produits pétroliers ainsi que pour augmenter la dépendance envers les produits énergétiques. La nourriture est maintenant devenue une arme pour sécuriser la domination mondiale.

Les problèmes du monde ne sont pas du tout causés par une surpopulation, mais par la veulerie et un système de propriété qui assure que la richesse est pompée et se dirige de la base vers le haut. Ceci n’est pas du tout au sujet de stopper la croissance de la population, mais bien à propos de changer un système mondial tentaculaire et la mentalité inhérente qui sont basés sur une sur-dépendance des produits pétroliers et le tarissement des ressources naturelles non durables, les Etats-Unis étant le coupable majeur de ceci.

Les milliardaires comme Ted Turner croient que cela ne doit pas enfreindre la consommation aussi loin que l’on réduise la population. Ceci est l’idéologie des riches qui voient le reste de l’humanité comme un problème “qu’il faut adresser”. Il dit qu’il y a “trop de gens qui utilisent trop de choses”. Il ne peut pas être plus dans l’erreur. Par exemple, les nations en voie de développement comptent pour plus de 80% de la population mondiale, mais ne consomme qu’environ le tiers de l’énergie mondiale. Les citoyens américains consomment à eux seuls 24% de l’énergie mondiale tout en ne constituant que 5% de la population mondiale. En moyenne, un citoyen de base américain consomme autant d’énergie que deux Japonais, six Mexicains, 13 Chinois, 31 Indiens, 128 Bengladeshis, 307 Tanzaniens et 370 Ethiopiens (mindfully.org) ~ NdT: George Bush n’avait-il pas dit après le 11 Septembre: “The american way of life is non-negotiable”, c’est à dire: “le mode de vie américain n’est pas négociable”… Tout était dit ~

Alors, devrions-nous être inquiets au sujet d’un secteur extrêmement connecté politiquement, qui est propriétaire de technologies qui permettent la transformation génétique de la nourriture et d’un gène qui pourrait être utilisé (ou l’est déjà…) pour la stérilisation forcée des masses ? Bien sûr que nous le devrions. Ceci représente un secteur dont l’objectif déclaré est le contrôle de la chaîne alimentaire de la planète et donc par implication, de la population mondiale.

Dans le monde d’aujourd’hui, piloté par la technologie, les intérêts entrepreneuriaux d’état utilisent la panoplie complète des moyens de la haute-technologie pour nous contrôler. Il y a plusieurs décennies, le théoricien et philosophe social Herbert Marcuse avait résumé le problème auquel la société moderne devait faire face en disant que les capacités, à la fois intellectuelles et technologiques, des sociétés contemporaines sont bien plus grandes qu’auparavant, ce qui veut dire que la portée de la domination de la société sur l’individu est aussi bien plus grande qu’auparavant. Ceci est d’autant plus vrai là où le secteur de l’ingénierie génétique est concerné.

Nécro-agriculture et eugénisme: C’est officiel… Monsanto est un empoisonneur !…

Posted in actualité, écologie & climat, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , on 24 septembre 2012 by Résistance 71

Vous pouvez consulter l’article de la recherche originale de l’équipe du Professeur Séralini en format .pdf: « La toxicité à long terme d’un herbicide RoundUp et d’un maïs tolérant au RoundUp génétiquement modifié« 

(Séralini, G.-E., et al. Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. Food Chem. Toxicol. (2012), http://dx.doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005)

Ceci devrait exposer Monsanto et autres nécro-agro-businesses pour ce qu’il sont: non seulement des profiteurs monopolistes, mais aussi et surtout des eugénistes qui participent à un agenda global de réduction massive de la population.

— Résistance 71 —

 

Une bombe dans les champs d’OGM

 

Par Lise Bergeron

 

Le 21 Septembre 2012,

 

Url de l’article original:

http://www.mondialisation.ca/une-bombe-dans-les-champs-dogm/

 

Pour la première fois, les effets toxiques d’un OGM alimentaire majeur – le maïs NK603 – et du pesticide le plus utilisé dans le monde – le «Roundup» de Monsanto – ont été étudiés à long terme. Et les résultats sont alarmants. «Ceux-ci remettent en cause toutes nos politiques sanitaires et environnementales», avance l’auteur de l’étude Gilles-Éric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen, en France, et président du conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN).

L’étude menée sur 200 rats nourris pendant deux ans avec du maïs OGM résistant au Roundup est parue dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology. Et elle donne des frissons: les rats exposés aux OGM sont morts plus rapidement et en plus grand nombre que ceux du groupe témoin, et ils ont développé davantage de tumeurs.

Les rats de l’étude ont été divisés en trois groupes: un premier qui recevait du maïs OGM (à 11, 22 et 33 %), un second qui recevait le même OGM accompagné de l’herbicide Roundup, et un troisième qui buvait de l’eau additionnée de Roundup en faible concentration (0,5 %).

Les femelles sont principalement mortes de tumeurs mammaires et d’anomalies hypophysaires. Les males, quant à eux, sont morts de problèmes au foie et aux reins. Conclusion des chercheurs: le Roundup a des effets graves sur la santé à très faible dose. Problème majeur: on trouve des résidus de cet herbicide dans 80 % des OGM alimentaires, note le chercheur.

Un scandale annoncé

L’étude de Séralini a fait l’effet d’une bombe partout sur la planète, et les critiques n’ont pas tardé: les rats choisis seraient naturellement enclins à développer des tumeurs mammaires, le groupe contrôle ne comptait pas suffisamment de cobayes et la méthode statistique utilisée n’est pas standard, rapporte la presse internationale.

«Cette étude est pourtant plus rigoureuse que toutes les autres. Aucune n’est allée jusqu’à deux ans. De plus, elle a été publiée dans une revue scientifique où il y a un comité de lecture. Elle a donc été soumise à l’œil critique des pairs, comme il est normal de le faire pour toute étude sérieuse», croit Louise Vandelac, Ph.D., chercheuse au CRIIGEN, professeure titulaire au Département de sociologie et directrice de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

«Ce que cette étude révèle, en fait, c’est la situation aberrante qui entoure la question des OGM. Comment se fait-il qu’on ait disséminé des OGM dans la nature sans faire d’études indépendantes? C’est scandaleux. Les gouvernements nord-américains, pour des raisons économiques, ont cédé aux pressions de l’industrie agrochimique qui voulait récupérer sa mise le plus rapidement possible.

«Or, si un médicament démontrait des effets aussi néfastes que ceux observés dans l’étude de Séralini, il serait retiré sur-le- champ. Il faut revoir en profondeur les bases réglementaires sur lesquelles est fondée l’autorisation des OGM», explique Louise Vandelac.

Alors, on fait quoi?
Pour l’agronome Christine Gingras, directrice adjointe de Nature Québec et présidente de Vigilance OGM, l’étude de Séralini est très préoccupante: «Il est important que nos gouvernements prennent leurs responsabilités. En effet, le système d’homologation des OGM est inadéquat: les études sont réalisées par les compagnie de biotechnologie elles-mêmes, sont faites sur de trop courtes périodes, et il n’y pas de contre-expertise de la part du gouvernement canadien, qui autorise les OGM.

«L’étude de Séralini devrait inciter la population à demander une révision du système d’homologation, l’étiquetage des produits OGM, et à exiger un grand débat sur la place des OGM dans notre agriculture et notre alimentation.»

Louise Vandelac, qui a realisé en 1999 le film documentaire Main basse sur les gènes, trouve la situation profondément paradoxale: «Les OGM sont assez différents des semences originales pour être brevetés, mais pas assez pour être étudiés… La Société royale du Canada a déjà demandé un moratoire sur la commercialisation des OGM, et la population en réclame l’étiquetage obligatoire depuis des années.

«Le Roundup est reconnu comme étant un perturbateur endocrinien. On ne peut plus attendre. Le fardeau de la preuve de l’innocuité des OGM revient aux pouvoirs publics. C’est à eux de financer les études indépendantes nécessaires à cette fin.»

Résultats «préoccupants»

L’Association des jardiniers-maraîchers du Québec trouve aussi les résultats «préoccupants» et attend avec impatience l’évaluation qu’en fera la communauté scientifique. «Si cette étude est solide, notre industrie devra entreprendre une sérieuse réflexion sur le sujet. Nous allons suivre les choses de près», dit André Plante, directeur général de l’Association qui regroupe 400 membres du secteur horticole au Québec.

En Europe, la Commission européenne a demandé à l’agence chargée de la sécurité des aliments (European Food Safety Authority, ou EFSA) d’examiner les résultats de l’étude et de prendre les mesures qui s’imposent, tandis que plusieurs groupes de pression exigent le retrait immédiat de tous les OGM.

«L’insuffisance des tests, leur absence de transparence et la compromission des agences sanitaires doivent cesser», réclame de son côté Gilles-Éric Séralini. C’est pourquoi il recommande que l’autorisation de ces produits soit revue, que les tests actuels de 90 jours soient prolongés à deux ans pour tous les OGM et que les études soient publiques, menées de façon indépendante et soumises à la contre-expertise.

Tous cobayes?

L’étude du Pr Gille-Éric Séralini ne risque pas de tomber dans l’oubli de sitôt, puisqu’elle est suivie du lancement du livre Tous cobayes? aux Éditions Flammarion (accessible ici le 16 octobre 2012) et d’un film éponyme qui sortira au Festival du nouveau cinéma à Montréal à la fin d’octobre. Voici la bande-annonce du film: