Archive pour séralini maïs Monsanto NK603

Résistance à la dictature agro-alimentaire: Produits à boycotter contenant des OGM Monsanto…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, économie, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, santé, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 24 janvier 2014 by Résistance 71

Liste non-exhaustive bien-sûr, mais de produits qui ont envahis le marché français et francophone… La problématique est somme toute assez simple: Nous savons, grâce à de plus en plus d’études indépendantes (cf l‘étude don professeur Séralini sur le maïs OGM Monsanto), que notre alimentation tend à être empoisonnée (à dessein ou pas n’est plus vraiment le problème dans l’urgence…) par les OGM, par les produits chimiques (pesticides, insecticides, engrais), maintenant la radioactivité (Fukushima se révèle jour après jour être une source constante de contamination depuis près de 3 ans maintenant des écosystèmes pacifiques… Mangez-vous du saumon du pacifique ??…). Que faire ? On ne peut pas palier à tout, mais on peut déjà dire NON à ce dont on ne veut pas. Boycotter les produits qui utilisent les OGM est une première étape. En quoi les produits listés ci-après sont-ils potentiellement toxiques ? La très vaste majorité utilise ne serait-ce que du « syrop de maïs », ingredient « corn syrup » sur les étiquettes originales américaines… Sauf étiquetté NON GMO, tous les syrops de maïs utilisés proviennent de maïs génétiquement modifié dont Monsanto a le quasi monopole au pays du goulag levant. Ceci n’est qu’un cas parmi d’autres…

Nous boycottons ces marques depuis bien longtemps dans nos vies personnelles… C’est une affaire de choix, pourvu qu’il soit informé !

— Résistance 71 —

 

Monsanto les produits à Boycotter

 

Manon Laplace

 

20 janvier 2014

 

url de l’article original en français:

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/10502/monsanto-produits-boycotter

 

Les produits du géant de la biochimie Monsanto sont présents dans de très nombreux articles de consommation courante. Bio à la Une fait la liste de quelques unes des marques qu’il vaut mieux éviter afin de ne pas mettre n’importe quoi dans son assiette.

Monsanto, titan de la biotechnologie, est tristement célèbre pour les scandales sanitaires à répétition dans lesquels la firme est impliquée. Ce que l’on sait moins enr revanche, c’est que les marques qui contiennent des produits Monsanto envahissent nos rayons.
Pour mieux savoir ce que l’on met dans son assiette et dans celle de ses enfants, il est bon de connaître les multinationales, propriétaires de nombreuses marques, qui ont recours à des composants Monsanto pour certaines de leurs productions.
Parmi celles-ci, les sociétés Kraft Philipp Moris, Unilever, General Mills, Coca-Cola, Pepsico ou encore Procter & Gamble.

Boissons

Les boissons de la marque Coca-Cola: Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…
Les jus de fruits Capri-Sun et Topricana.
Le boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes ou les boissons énergisantes Gatorade.
Les thés Lipton et les cafés Maxwell.
Le lait Gloria de la firme Nestlé

Produits sucrés

Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone.
Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm.
Les produits Brossard ou Savane.
Les bonbons Carambar, Krema et La Vogienne.
Les chewing-gums Hollywood ou Malabar.
Les barres de chocolat Bounty.
Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s.
Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Froties ou encore All Bran.
Les céréales Quaker.
Les yaourts Yoplait.

Produits salés

Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.
Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.
Les spécialités fromagères Philadelphia.
Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.
Les pains Jacquet.
Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.
Les préparations mexicaines Old El Paso.
Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.
Les produits Uncle Ben’s.

Hygiène et entretien

Les couches pour bébé Pampers.
Les protections féminines de la marque Always.
Les gels douche, shampoings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona ou Timotei.
Les dentifrices Signal.
Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun.
Ou encore les désodorisants Febreze.

Cette longue liste, loin d’être exhaustive et qui ne concerne que les produits présents sur le marché français, permet de se donner une idée du nombre d’articles de consommation courante dans lesquels on peut retrouver des produits Monsanto, afin de faire le tri dans sa consommation.

Communiqué: Manifestation Mondiale contre Monsanto le 25 Mai 2013 !!

Posted in actualité, écologie & climat, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique française, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , , on 20 mai 2013 by Résistance 71

Ceci fait suite à notre article sur le processus engagé pour annihiler la « loi de protection de Monsanto » signée par Obama il y a quelques semaines…

Lutter contre Monsanto, c’est être à la pointe de la lutte contre le  Nouvel Ordre Mondial ! N’oublions jamais que depuis 1945, le terme eugénisme a été remplacé par le terme « génétique ». Les mêmes eugénistes se cachent aujourd’hui derrière la promotion du « génie génétique »… Monsanto en est un des géants et est une entreprise phare du Nouvel Ordre Mondial.

Il nous faut les empêcher de nuire. C’est une mesure de salubrité publique. Par le boycott et la lutte, nous devons faire en sorte que ces entreprises eugénistes ferment leurs portes et ne puissent pas recommencer sous un nouveau prétexte.

Mort à l’agriculture génétique mortifère et au patentage des gènes et donc de la nature !

— Résistance 71 —

 

Manifestation mondiale contre Monsanto le 25 mai : Rendez-vous à Paris, Marseille et Strasbourg !

Combat Monsanto

Pour que le monde de Monsanto ne devienne jamais le notre !

 

url de l’article:

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1011

 

Le 25 mai 2013 sera une journée marquée d’une pierre blanche dans la mobilisation citoyenne mondiale. A l’initiative du mouvement Occupy américain, dans une démarche citoyenne autonome, le mot d’ordre a été lancé à travers les réseaux sociaux d’organiser la première manifestation internationale simultanée contre Monsanto.

Plusieurs dizaines de manifestations sont organisées aux Etats-Unis, mais aussi en Europe et en Inde. La France et ses citoyens mobilisés de longue date contre les OGM auront aussi leur manifestation citoyenne avec l’organisation d’un rassemblement Place du Trocadéro le samedi 25 mai à partir de 14h (Nb du 13 mai : la manif a été déplacée, initialement prévue à l’Assemblée, ce RDV est annulé). Sans étiquette politique, ce rassemblement citoyen est spontané et ouvert à tous ceux qui se reconnaissent dans le rejet des multinationales de l’agroalimentaire pour réclamer une nourriture dépourvue de poison chimique et la reconnaissance due droit à un environnement sain pour tous !

Alors rejoignez nous à PARIS le 25 Mai 2013 pour dire ensemble que « Le monde de Monsanto ne sera jamais le notre ! »

Combat Monsanto appelle tous ceux qui nous soutiennent à se joindre au mouvement !

 

Communiqué

Communiqué des organisateurs citoyens de la « MARCH AGAINST MONSANTO – PARIS » pour un SIT-IN PACIFISTE Place du Trocadéro LE 25 MAI 2013 DE 14 À 18H

Face à la voracité de Monsanto faisons entendre nos voix !

Semences OGM, Round-up, hormone de croissance bovine, PCB, aspartame, agent orange… Le point commun entre tous les mots de cette liste toxique ? Monsanto…

Nous, citoyens responsables et vigilants, sommes informés des graves accusations qui pèsent sur la multinationale américaine Monsanto, « accusée de promouvoir des produits nocifs pour la santé et l’écosystème mais aussi de falsifier les résultats d’enquêtes scientifiques, accusations portées entre autres par un ancien directeur de filiale de la firme », rappelle l’encyclopédie citoyenne Wikipédia sur la page consacrée à Monsanto.

Nous appelons au principe de précaution alimentaire !

Le manque de transparence de l’État sur les études qui sont fournies pour les demandes d’autorisation des produits Monsanto, l’absence d’étiquetage obligatoire européen sur les OGM, nous amène à appeler nos concitoyens à la vigilance, en les invitant à s’orienter vers des produits issus de l’agriculture biologique et de marchés locaux, en prenant soin de contrôler le mode de culture des fruits et légumes ainsi que le contenu de l’alimentation des animaux de boucherie.

Ce 25 mai nous interpellons les élus et le gouvernement en participant à une marche mondiale contre Monsanto et au sitting Place du Palais Royale.

Ayant connaissance des conflits d’intérêts chez un grand nombre d’experts des autorités sanitaires françaises et européennes, nous sommes déterminés à utiliser la mobilisation citoyenne pour exiger de nos représentants qu’ils agissent pour le bien-être des populations dont ils sont responsables !

Nous demandons aux représentants du peuple français, ainsi qu’aux responsables européens de :

Rendre obligatoire, par devoir d’information, un étiquetage des produits issus d’OGM au niveau européen.

Débloquer des crédits de recherche pour étudier les conséquences à long terme d’une alimentation OGM sur la santé publique.

Réévaluer les molécules de synthèse employées par Monsanto. Prendre en compte toutes les études indépendantes et non les études financées par cette firme dont la crédibilité est sévèrement remise en cause.

Procéder à une mise en jour des études sur les liens entre l’exposition chronique aux produits chimiques agricoles (désherbants, fongicides, pesticides, insecticides, fertilisants…) et l’augmentation des cancers et des problèmes d’infertilité.

Ouvrir un grand débat national sur les orientations responsables et soutenables de l’agriculture de demain, pour préparer et mettre en œuvre sa nécessaire conversion écologique.

Nous réclamons une protection des semences !

Conscients de la tentative de main mise de Monsanto sur les semences dans de nombreux pays par le rachat des entreprises locales semencières, nous considérons qu’aucune organisation ne doit détenir les clefs du garde-manger du monde !

Nous savons que l’utilisation de semences hybrides est une plaie pour la biodiversité, qu’elle rend la terre stérile et les agriculteurs dépendants des produits chimiques, que le processus naturel de pollinisation entraîne une contamination des semences là où les OGM sont cultivés (une industrie de 10 milliards d’euros en 2011), que dégradation de l’environnement, misère sociale et agriculture industrielle sont étroitement liées.

Nous demandons à nos dirigeants de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter de suivre le triste exemple des Etats-Unis et du « Monsanto Protection Act » : la justice américaine ne pourra plus s’opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si leur homologation est contestée devant un tribunal.

Nous refusons d’être mis devant le fait accompli d’une pollution génétique et chimique de notre environnement et de notre santé !

Participez ! Retrouvez toutes les infos sur la page de l’événement FB https://www.facebook.com/events/160596650769757

Des manifestations sont également organisées à Marseille et Strasbourg face au Parlement européen le même jour !

 

Nécro-agriculture et eugénisme: C’est officiel… Monsanto est un empoisonneur !…

Posted in actualité, écologie & climat, N.O.M, OGM et nécro-agriculure, politique et lobbyisme, politique et social, sciences et technologies, technologie et totalitarisme with tags , , , , , , , , , , , on 24 septembre 2012 by Résistance 71

Vous pouvez consulter l’article de la recherche originale de l’équipe du Professeur Séralini en format .pdf: « La toxicité à long terme d’un herbicide RoundUp et d’un maïs tolérant au RoundUp génétiquement modifié« 

(Séralini, G.-E., et al. Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. Food Chem. Toxicol. (2012), http://dx.doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005)

Ceci devrait exposer Monsanto et autres nécro-agro-businesses pour ce qu’il sont: non seulement des profiteurs monopolistes, mais aussi et surtout des eugénistes qui participent à un agenda global de réduction massive de la population.

— Résistance 71 —

 

Une bombe dans les champs d’OGM

 

Par Lise Bergeron

 

Le 21 Septembre 2012,

 

Url de l’article original:

http://www.mondialisation.ca/une-bombe-dans-les-champs-dogm/

 

Pour la première fois, les effets toxiques d’un OGM alimentaire majeur – le maïs NK603 – et du pesticide le plus utilisé dans le monde – le «Roundup» de Monsanto – ont été étudiés à long terme. Et les résultats sont alarmants. «Ceux-ci remettent en cause toutes nos politiques sanitaires et environnementales», avance l’auteur de l’étude Gilles-Éric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen, en France, et président du conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN).

L’étude menée sur 200 rats nourris pendant deux ans avec du maïs OGM résistant au Roundup est parue dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology. Et elle donne des frissons: les rats exposés aux OGM sont morts plus rapidement et en plus grand nombre que ceux du groupe témoin, et ils ont développé davantage de tumeurs.

Les rats de l’étude ont été divisés en trois groupes: un premier qui recevait du maïs OGM (à 11, 22 et 33 %), un second qui recevait le même OGM accompagné de l’herbicide Roundup, et un troisième qui buvait de l’eau additionnée de Roundup en faible concentration (0,5 %).

Les femelles sont principalement mortes de tumeurs mammaires et d’anomalies hypophysaires. Les males, quant à eux, sont morts de problèmes au foie et aux reins. Conclusion des chercheurs: le Roundup a des effets graves sur la santé à très faible dose. Problème majeur: on trouve des résidus de cet herbicide dans 80 % des OGM alimentaires, note le chercheur.

Un scandale annoncé

L’étude de Séralini a fait l’effet d’une bombe partout sur la planète, et les critiques n’ont pas tardé: les rats choisis seraient naturellement enclins à développer des tumeurs mammaires, le groupe contrôle ne comptait pas suffisamment de cobayes et la méthode statistique utilisée n’est pas standard, rapporte la presse internationale.

«Cette étude est pourtant plus rigoureuse que toutes les autres. Aucune n’est allée jusqu’à deux ans. De plus, elle a été publiée dans une revue scientifique où il y a un comité de lecture. Elle a donc été soumise à l’œil critique des pairs, comme il est normal de le faire pour toute étude sérieuse», croit Louise Vandelac, Ph.D., chercheuse au CRIIGEN, professeure titulaire au Département de sociologie et directrice de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

«Ce que cette étude révèle, en fait, c’est la situation aberrante qui entoure la question des OGM. Comment se fait-il qu’on ait disséminé des OGM dans la nature sans faire d’études indépendantes? C’est scandaleux. Les gouvernements nord-américains, pour des raisons économiques, ont cédé aux pressions de l’industrie agrochimique qui voulait récupérer sa mise le plus rapidement possible.

«Or, si un médicament démontrait des effets aussi néfastes que ceux observés dans l’étude de Séralini, il serait retiré sur-le- champ. Il faut revoir en profondeur les bases réglementaires sur lesquelles est fondée l’autorisation des OGM», explique Louise Vandelac.

Alors, on fait quoi?
Pour l’agronome Christine Gingras, directrice adjointe de Nature Québec et présidente de Vigilance OGM, l’étude de Séralini est très préoccupante: «Il est important que nos gouvernements prennent leurs responsabilités. En effet, le système d’homologation des OGM est inadéquat: les études sont réalisées par les compagnie de biotechnologie elles-mêmes, sont faites sur de trop courtes périodes, et il n’y pas de contre-expertise de la part du gouvernement canadien, qui autorise les OGM.

«L’étude de Séralini devrait inciter la population à demander une révision du système d’homologation, l’étiquetage des produits OGM, et à exiger un grand débat sur la place des OGM dans notre agriculture et notre alimentation.»

Louise Vandelac, qui a realisé en 1999 le film documentaire Main basse sur les gènes, trouve la situation profondément paradoxale: «Les OGM sont assez différents des semences originales pour être brevetés, mais pas assez pour être étudiés… La Société royale du Canada a déjà demandé un moratoire sur la commercialisation des OGM, et la population en réclame l’étiquetage obligatoire depuis des années.

«Le Roundup est reconnu comme étant un perturbateur endocrinien. On ne peut plus attendre. Le fardeau de la preuve de l’innocuité des OGM revient aux pouvoirs publics. C’est à eux de financer les études indépendantes nécessaires à cette fin.»

Résultats «préoccupants»

L’Association des jardiniers-maraîchers du Québec trouve aussi les résultats «préoccupants» et attend avec impatience l’évaluation qu’en fera la communauté scientifique. «Si cette étude est solide, notre industrie devra entreprendre une sérieuse réflexion sur le sujet. Nous allons suivre les choses de près», dit André Plante, directeur général de l’Association qui regroupe 400 membres du secteur horticole au Québec.

En Europe, la Commission européenne a demandé à l’agence chargée de la sécurité des aliments (European Food Safety Authority, ou EFSA) d’examiner les résultats de l’étude et de prendre les mesures qui s’imposent, tandis que plusieurs groupes de pression exigent le retrait immédiat de tous les OGM.

«L’insuffisance des tests, leur absence de transparence et la compromission des agences sanitaires doivent cesser», réclame de son côté Gilles-Éric Séralini. C’est pourquoi il recommande que l’autorisation de ces produits soit revue, que les tests actuels de 90 jours soient prolongés à deux ans pour tous les OGM et que les études soient publiques, menées de façon indépendante et soumises à la contre-expertise.

Tous cobayes?

L’étude du Pr Gille-Éric Séralini ne risque pas de tomber dans l’oubli de sitôt, puisqu’elle est suivie du lancement du livre Tous cobayes? aux Éditions Flammarion (accessible ici le 16 octobre 2012) et d’un film éponyme qui sortira au Festival du nouveau cinéma à Montréal à la fin d’octobre. Voici la bande-annonce du film: