Archive pour Sea shepherd et action directe écologique

Résistance écologique: Sea Shepherd… Opération Tolérance Zéro… C’est parti !!

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, résistance politique with tags , , , , , , , on 7 novembre 2012 by Résistance 71

En tant que soutien actif de Sea Shepherd, nous pensons que cette saison est la saison la plus propice pour mettre un terme à cette barbarie. Les Japonais sont sous perfusion étatique, ils ont perdu des dizaines et dizaines de millions de dollars ces dernières saisons, seule une partie  des fonds détournés de l’aide pour le tremblement de terre et le tsunami les maintient à flot (environ 30 millions de dollars…). L’affaire n’a pas pu être étouffée longtemps et fait scandale au Japon. Les braconniers ont la queue entre les pattes avant de partir… L’estocade finale devrait être pour cette année.

Les tactiques de Sea Shepherd pourrait parfaitement être appliquée contre nos oligarchies, une poignée de femmes et d’hommes décidés font basculer l’Histoire, les exemples sont nombreux… De fait les grands chambardements historiques n’arrivent le plus souvent jamais par la masse déferlante, mais par l’action  initiale d’une poignée de résistants déterminés…

Hoka Hey à tous les équipages de Sea Shepherd !

— Résistance 71 —

 

Sea Shepherd lance l’Opération Tolérance Zéro

 

Sea Shepherd

 

Le 5 Novembre 2012

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/11/05/sea-shepherd-launches-operation-zero-tolerance-1462

 

– Traduit de l ’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce matin, le capitaine Siddharth Chakravarty a mené le Sea Shepherd Ship (SSS) Steve Irwin hors de Seaworks, Williamstown, Australie, afin de lancer officiellemnt la nouvelle campagne anti-baleinière de Sea Shepherd “Opération Tolérance Zéro”, ceci constitue la neuvième campagne anti-baleinière antarctique. Le Steve Irwin est le vaisseau amiral de la flotte de Sea Shepherd.

Chakravarty est un jeune marin de Maharashtra en Inde et ceci sera sa seconde campagne de défense des baleines dans l’Antarctique avec Sea Shepherd. “Le but est de mettre fin aux opérations baleinières. Nous voulons metter un terme définitif à la chasse à la baleine  illégale dans le sanctuaire baleinier de l’océan du grand sud, qui est protégé par un moratoire international”, a t’il dit.

Le capitaine du SSS Bob Barker, Peter Hammerstedt a déclaré : “Le plan de notre flotte est de venir à la rencontre de la flotte japonaise dans le Pacifique Nord au large du Japon. Nous plannifions d’amener en fait la bataille très près du Japon lui-même. Nous gardons secrets l’endroit et l’identité de notre nouveau vaisseau “SSS Sam Simon” dans l’espoir que la première fois que les baleiniers japonais le verront, ce sera lorsqu’il arrivera sur le rail de chargement de poupe de leur navire amiral le Nisshin Maru, ce qui aura pour effet de complètement fermer leur possibilité de chasse illégale pour la saison.”

En ce moment amaré au quai de la Marina Del Rey en Californie, pour son tout premier voyage aux Etats-Unis, notre vaisseau de reconnaissance rapide le SSS Brigitte Bardot, partira lui le 11 Novembre et rejoindra rapidement le reste de la flotte de Sea Shepherd.

Hammerstedt a poursuivi en disant: “Nous nous attendons à ce que le fondateur et président de la Société Sea Shepherd, Paul Watson, apparaisse aux commandes d’un de nos navires lorsque l’action commencera.” Le capitaine Paul Watson s’est tenu dans un endroit secret depuis le 22 Juillet, date à laquelle il a quitté sa mise en résidence en Allemagne pour éviter d’être extradé sur des accusations mensongères vers le Costa Rica puis le Japon.

Le directeur australien Jeff Hansen a dit: “Ceci est notre plus forte flotte jusqu’ici, avec quatre navires et plus de 100 membres d’équipages bénévoles représentant 23 nations pour défendre le sanctuaire baleinier de l’océan du Grand Sud. L’Opération Tolérance Zéro va être la campagne la mieux équipée et préparée jusqu’ici. Ceci est un moment historique pour Sea Shepherd: nous avons une tolérance zéro pur le braconnage des baleines. Notre objectif cette année est de 100%. Nous allons essayer de les intercepter le plus vite possible et essayer de faire en sorte que cette année aucune baleine ne soit tuée.”

“Nous n’avons jamais été aussi forts et les baleiniers japonais n’ont jamais été aussi faibles, nous devons saisir cet avantage de nos forces et de leurs faiblesses et nous devons porter cette campagne chez eux… proche du Japon”, a dit le capitaine Watson.

Résistance écologique: Sea Shepherd va porter le fer contre les Japonais plus au Nord… Objectif de la nouvelle campagne: Aucune baleine tuée cette saison de braconnage en Antarctique !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, résistance politique with tags , , , , , , , , on 29 octobre 2012 by Résistance 71

Operation Zero Tolerance Set to Launch November 5th

Pour la première fois nos équipages prévoient de rencontrer la flotte baleinière japonaise dans le Pacifique Nord

 

Par le capitaine Paul Watson

 

Octobre 2012

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/commentary-and-editorials/2012/10/19/operation-zero-tolerance-set-to-launch-november-5th-570

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La campagne de la Sea Shepherd Conservation Society pour défendre les baleines va commencer plus tôt cette année par rapport aux autres années avec le vaisseau amiral de la flotte de Sea Shepherd: le Steve Irwin, programmé pour apareiller de Melbourne le 5 Novembre. L’Opération Tolérance Zéro (OTZ) sera alors officiellement lancée.

L’Opération Tolérance Zéro sera la neuvième campagne annuelle dans l’océan du grand sud lancée par la Sea Shepherd Conservation Society. Durant ces neuf années les baleiniers illégaux japonais ont souffert de dizaines de millions de dollars de pertes sèches en tentant de tuer illégalement des baleines dans le sanctuaire baleinier de l’Antarctique.

Cette fois-ci, au lieu de rencontrer la flotte nippone dans le sanctuaire du grand sud, Sea Shepherd va aller à la rencontre des braconniers dans le Pacifique Nord, au large du Japon.

Cette année, la Sea Shepherd Conservation Society va déployer quatre navires, un hélicoptère, huit petits bateaux rapides semi-rigides, trois drones et plus de cent volontaires d’équipages internationaux.

En addition des vaisseaux Steve Irwin, Bob Barket et Brigitte Bardot, Sea Shepherd va dévoiler un quatrième navire, une fois la campagne lancée. Ce quatrième navire s’appelle le Sam Simon, baptisé en l’honneur du célèbre producteur de télévision et grand soutien de la vie animale sauvage. Le Sam Simon sera déployé dans l’océan du grand sud en attente de la flotte baleinière japonaise au cas où les autres navires de Sea Shepherd ne puissent pas localiser les baleiniers japonais.

Le Bob Barker appareillera plus tard en Novembre pour rencontrer les baleiniers et le Steve Irwin en haute mer avec le Brigitte Bardot.

“Il est temps d’amener cette intervention plus au Nord, pour montrer aux baleiniers japonais que nous avons l’intention d’assurer qu’aucune baleine ne sera tuée cette saison,” a dit le Capitaine Paul Watson. “Nous n’avons jamais été aussi forts et les baleiniers aussi faibles, nous devons saisir cet avantage de nos forces et de leurs faiblesses pour amener cette campagne chez eux, au Japon !”

“La flotte japonaise ne survit qu’aux dépends du peuple japonais à cause d’allocations massives provenant des fonds internationaux donnés pour aider la nation après le tremblement de terre et le tsunami de 2011. Nous devons mettre un terme à ce projet sous perfusion étatique glorifié et pour ce faire, nous devons une fois de plus priver les baleiniers de leurs gains crapuleux résultant de ces opérations illégales baleinières dans le sanctuaire de l’océan du grand sud,” a dit le capitaine du Bob Barker Peter Hammerstedt de Suède.

“La clef du succès pour arrêter ces activités baleinières illégales dans le sanctuaire baleinier de l’Antarctique est une question d’économie fondamentale. Nous allons une fois de plus les empêcher de faire un profit. Notre objectif est de couler cette flotte baleinière économiquement, de les mener à la banqueroute,” a dit le Capitaine Paul Watson. “Et nous sommes en route pour réussir.”

=  =  =

Dons pour la campagne “Tolérance Zéro”: Contribuez en achetant du gasoil pour les navires de Sea Shepherd:

https://my.seashepherd.org/NetCommunity/SSLPage.aspx?pid=632

Sea Shepherd expose le détournement de fonds d’aide au tsunami au profit des braconniers baleiniers japonais… Le soleil couchant, c’est pour bientôt !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique with tags , , , , , , , on 15 octobre 2012 by Résistance 71

Sea Shepherd au cœur d’un scandale japonais

 

Sea Shepherd

 

Le 11 Octobre 2012,

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/10/11/sea-shepherd-at-the-heart-of-a-japanese-scandal-1451

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Il apparaît que la campagne de Sea Shepherd pour arrêter les opérations baleinières illégales japonaises dans le sanctuaire baleinier de l’océan du grand sud a un sérieux impact politique en plus des pertes de profit massives occasionnées à l’industrie baleinière. La semaine dernière, les médias japonais ont rapporté que les baleiniers avaient eu une perte sèche de 20,5 millions de dollars la saison dernière à cause des interventions de Sea Shepherd. Ce narratif fut aussi rapporté dans le New York Times et le magazine Newsweek.

Cette semaine, Le Yomiuri Shinbun (NdT: un grand quotidien japonais) rapporte que l’allocation d’argent provenant des fonds d’aide du grand tremblement de terre du Japon oriental vers des dépenses liées à des causes ne provenant pas du désastre naturel est finalement en train de provoquer un scandale politique au Japon.

Il y a un an, quand le capitaine Paul Watson a exposé publiquement le fait  que quelques 30 millions de dolllars avaient été aloués des fonds de soutien du tsunami spécifiquement pour opposer les opérations de la Sea Shepherd Conservation Society, il fut accusé de mentir par le gouvernement japonais et ce malgré un communiqué corroborant le fait émis par le ministère japonais de la pêche disant que cette allocation avait bien été effectuée. D’autres défenseurs des baleiniers déclarèrent que les fonds avaient été aloués à partir des impôts et non de l’argent de l’aide internationale. A cette époque, les médias japonais n’avaient pas exprimé un intérêt particulier pour cette allocation. Un an plus tard, les médias japonais semblent maintenant voir cela comme un scandale et c’en est effectivement un. Le gouvernement japonais a sérieusement abusé la bonne volonté de tous les gens autour du monde qui ont donnés, en dépensant une partie de l’argent qui était destinée aux victimes du tremblement de terre et du tsunami sur des projets qui n’ont absolument rien à voir avec le désastre.

Comme Le Yomiuri Shimbun le rapporte:

“Les allocations fiscales pour la reconstruction de zones dévastées par le grand tremblement de terre du Japon oriental ont été utilisés pour des projets qui ne sont pas directement liés avec les zones dévastées. Cette diversion des fonds ne peut pas être ignorée.”

“Sous la pression du parti libéral démocrate au parlement, le ministère des finances et d’autres ministères ont établi une liste des projets en cours. Beaucoup de ces projets sont suspectés ne pas être essentiels à la reconstruction (des zones sinistrées). Les ministères de l’agriculture, des forêts et de la pêche ont inclu le coût de gestion contre Sea Shepherd, une organisation anti-baleinière, comme faisant partie du budget de la reconstruction. Le raisonnement est le suivant: à moins que la campagne anti-baleinière de Sea Shepherd ne puisse être arrêtée, ceci affectera la reconstruction de Ishinomaki dans la préfecture de Miyagi, qui possède des usines de transformation des produits baleiniers.” Le Yomiuri Shinbun décrit ceci comme “l’excuse idiote” du vice-premier ministre Katsuya Okada.

Il apparaît que l’allocation faite pour opposer Sea Shepherd fut une des utilisations les plus évidemment déconnectées des fonds aloués. Les 30 millions de dollars ont été tracés comme ayant fait partie d’une campagne de relation publique contre Sea Shepherd, également vers une plainte enregistrée aux Etats-Unis cherchant une inculpation de Sea Shepherd, à la pression exercée sur le gouvernement costa-ricain pour qu’il fasse renaître une accusation auparavant abandonnée et vieille de plus de 10 ans contre le capitaine Paul Watson et aussi en mettant la pression sur Interpol pour qu’elle émette une “notification en liste rouge” pour le capitaine Watson. Des fonds furent aussi alloués pour fournir un vaisseau de sécurité pour accompagner la flotte baleinière.

Le gouvernement japonais fut embarrassé lorsque des activistes anti-baleiniers australiens abordèrent ce vaisseau de sécurité au large des côtes australiennes en plus de Sea Shepherd coupant leur quota de meurtres de baleines de 74%. Rajoutant de l’huile sur le feu de ce scandale, le rapport que le gouvernement japonais gruge les contribuables japonais sous le prétexte d’utiliser l’augmentation des impôts afin de servir les efforts de reconstruction. A la fin, les impôts fonciers, les impôts locaux vont augmenter sur une période de 10 à 25 ans respectivement d’après le quotidien. Malgré ce scandale, le gouvernement japonais va une fois de plus allouer des fonds pour sponsoriser la flotte baleinière afin qu’elle oppose Sea Shepherd, ses navires et ses équipages. Ils dépensent aussi de larges sommes d’argent pour essayer de traquer le capitain Watson. Il apparaît que le gouvernement japonais pense que s’il peut éliminer le capitaine Watson, il éliminera aussi l’opposition de Sea Shepherd à leur activités baleinières illégales.

Des critiques à la fois au Japon et en dehors, sont en colère de la mauvaise utilisation des fonds et se demandent pendant encore combien de temps les fonds de soutien pour le tremblement de terre et le tsunami vont être détournés de leur but principal et gaspillés à la défense d’une industrie baleinière en banqueroute, usurpant le label de “projet de recherche” et qui n’a pas produit une seule étude peer reviewed dans la presse scientifique internationale dans le quart de siècle où elle a été en opération. Le navire amiral usine de la flotte le Nisshin Maru est maintenant en cale sèche à Hiroshima et se fait renflouer avec les deniers publics, cela coûte très cher. Pendant ce temps, quatre navires de Sea Shepherd attendent dans le Pacifique-sud pour intervenir une fois de plus contre cette indusrie minée par le scandale et qui ne continue à exister que comme un projet sous perfusion étatique financé par des gens qui pensaient que leurs dons iraient aider les citoyens japonais après le désastre et non pas aider les massacreurs de baleines.

 

Nouvelles du front de la guerre anti-baleinière: Sea Shepherd prêt pour l’annihilation de la flotte braconnière baleinière japonaise…

Posted in actualité, écologie & climat, militantisme alternatif, résistance politique, sciences et technologies with tags , , , , , on 7 octobre 2012 by Résistance 71

Un véritable combat à soutenir, celui de David contre Goliath.

Pour aider Sea Shepherd dans leur lutte véritable de terrain et non pas de salon, faites un don ici: 

https://my.seashepherd.org/NetCommunity/SSLPage.aspx?pid=184

Avec Sea Shepherd, l’argent va à 100% dans la lutte, ce qui n’est pas le cas de tout le monde…

— Résistance 71 —

 

Les baleiniers japonais confirment l’efficacité de Sea Shepherd

 

Sea Shepherd Conservation Society

 

Le 3 Octobre 2012

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/10/03/japanese-whalers-confirm-sea-shepherds-effectiveness-1445

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le New York Times a rapporté le 2 Octobre que l’Institut de la Recherche sur les Cétacés, l’opération du gouvernement qui gère la flotte baleinière japonaise, a confirmé que la Sea Shepherd Conservation Society a coûté 20,5 millions de dollars en pertes financières pour la saison baleinère 2010-2011 dans le sanctuaire baleinier du grand sud.

La dernière saison a vu les baleiniers ne prendre que 26% de leur quota auto-attribué. La saison d’avant, ils ne furent capables de tuer que 17% de leur quota et ce dû à l’interférence de Sea Shepherd. Sea Shepherd fut de plus handicappé par la perte de son vaisseau Brigitte Bardot qui fut endommagé tôt dans la campagne par une déferlante.

En réponse à l’artice du New York Times, le capitaine Paul Watson a déclaré: “Je pense que cela confirme notre efficacité à stopper les opérations baleinières et à sauver des baleines, Les chiffres parlent d’eux-mêmes.” Il continua pour dire: “Nous avons eu beaucoup de succès en poursuivant nos deux objectifs principaux qui sont: premièrement de sauver la vie du plus grand nombre de baleines possibles et deuxièmement de couler la flotte japonaise économiquement.”

La saison dernière a vu les baleiniers sombrer toujours plus dans les dettes alors qu’ils continuent à n’opérer que sous la perfusion de subsides gouvernementaux, incluant quelques 30 millions de dollars qui furent prélevés sur les fonds d’aide et de secours du tsunami.

La réalité est que la flotte baleinière japonaise est dans un triste état opérationnel. La vaisseau amiral usine le Nisshin Maru a besoin de grosses réparations. Afin de retourner dans l’océan du grand sud, il leur faudra une autre grosse injection massive de fonds du gouvernement.

C’est pour cette raison que le Japon a entrepris des mesures extrêmes pour arrêter le travail efficace du capitaine Watson et de Sea Shepherd au moyen d’allégations fabriquées. La position des baleiniers est la suivante: si nous pouvons sortir le capitaine Watson de l’équation, ils pourront stopper les opérations de Sea Shepherd.

Mais la flotte de Sea Shepherd est plus forte que jamais avec maintenant quatre vaisseaux anti-braconnage baleiniers prêts à intervenir contre les balieniers illégaux japonais ce mois de Décembre au cours de l’opération “Tolérance Zéro”.

Le capitaine Peter Hammerstedt a ceci a dire à propos de l’ “opération tolérance zéro”: “Notre objectif est de ramener la tuerie des baleines à zéro cette saison et nous sommes maintenant en position de le faire. Nous pensons que si nous pouvons parvenir à atteindre cet objectif de zéro baleines tuées, nous pourrons expulser les baleiniers japonais du sanctuaire baleinier du grand sud.”

Lien vers l’article du New York Times Article

Faire un don pour aider la campagne “Tolérance Zéro”

Résistance politique: Message de Paul Watson (Sea Shepherd)

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 11 septembre 2012 by Résistance 71

On ne reculera devant rien

 

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Le 28 Août 2012

url de l’aerticle original:

http://www.seashepherd.fr/news-and-media/editorial-120828-1.html

 

 

La chose dont je suis le plus fier dans ma longue carrière est qu’en 35 ans d’interventions pour défendre la vie marine, nous n’avons blessé personne, et alors que nous avons effectué environ 350 voyages, aucun des membres de mon équipage n’a été sérieusement blessé. Je suis aussi fier du fait que, bien qu’étant intervenus de façon agressive contre les braconniers, qu’il s’agisse de chasseurs de baleines, chasseurs de phoque, tueurs de dauphins, pêcheurs aux filets dérivants, chalutiers, tueurs de tortues et autres entreprises qui détruisent la vie dans les océans, nous avons toujours agi dans les limites de la loi.

Nous avons mené huit campagnes pour nous opposer aux baleiniers japonais qui opèrent avec arrogance dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Nous n’avons blessé personne, ni n’avons abîmé un seul de leurs bateaux. Les baleiniers, par contre, nous ont tiré dessus, ont percuté nos navires et en ont détruit un complètement, sans la moindre conséquence judiciaire.

Nous les avons paralysés financièrement en les empêchant de tuer des baleines, et le bilan de nos actions dont je suis le plus fier est que grâce à nos interventions, grâce aux efforts de mes équipages qui font preuve d’un courage incroyable, environ 4000 baleines ont échappé aux harpons.

Notre objectif depuis le début de la campagne était de couler la flotte japonaise économiquement. Nous avons réussi sur ce point. Nous les avons poussés à la faillite et submergés de dettes, et la flotte japonaise, plus faible aujourd’hui que jamais, ne survit que grâce aux subventions massives du gouvernement japonais.

Je n’ai jamais eu la naïveté de penser que m’attaquer à l’une des plus grandes puissances économiques mondiales se ferait sans conséquence pour nous, surtout en ayant autant humilié les baleiniers en mer, les déjouant et les chassant du Sanctuaire baleinier de l’océan Austral avec des quotas de meurtres non atteints et leurs profits anéantis.

Et bien sûr, ce sont deux événements que nous ne pouvions prévoir dans notre stratégie générale qui nous ont causé le plus de problèmes.

Le premier est le tsunami japonais.

Parmi les centaines de millions de dollars récoltés dans le monde entier pour venir en aide aux victimes de ce désastre, une dotation d’environ 30 millions de dollars a été accordée aux baleiniers pour lutter contre Sea Shepherd Conservation Society. Ce n’est certainement pas de cette façon que les donateurs pensaient que leur argent allait être utilisé. La reconstruction des maisons, la nourriture, les médicaments, la réparation des infrastructures, oui, mais subventionner les baleiniers pour qu’ils puissent continuer leurs activités de chasse à la baleine dans un sanctuaire – qui aurait pu prévoir qu’on trahirait ainsi leur confiance?

Avec cet argent, les baleiniers ont engagé des sociétés de relations publiques, ont renforcé leur sécurité, et engagé des poursuites judiciaires. Cependant, la sécurité accrue sur leur flotte n’a pas réussi à empêcher Sea Shepherd d’intervenir à nouveau et, par conséquent, les baleiniers ont capturé seulement 26% de leurs prévisions et de nouveau perdu tous les bénéfices possibles, s’enfonçant encore plus profondément dans les dettes.

Le dépôt d’une injonction à l’encontre de Sea Shepherd devant une Cour des Etats-Unis a également échoué lorsque le juge américain a rejeté la demande du Japon d’une injonction préliminaire et bien qu’ils aient fait appel de la décision, leurs chances de succès sont minces.

Ils forcent Sea Shepherd à dépenser de l’argent en frais juridiques, mais ces dépenses font partie du plan de bataille global et notre réussite en mer nous apporte de plus en plus de soutiens, ce qui nous permet de poursuivre notre lutte contre leurs activités de braconnage à la fois sur l’eau et maintenant au tribunal.

Les fonds du tsunami ont également servi à élaborer des stratégies pour nous vaincre, et l’une d’elles était de faire remonter un incident vieux de dix ans qui a eu lieu au large du Guatemala, lorsque nous sommes intervenus, avec la permission du gouvernement guatémaltèque, contre une opération illégale de pêche aux requins pour leurs ailerons. Les accusations avaient été rejetées à l’époque après que le tribunal du Costa Rica eut pris connaissance de nos documents, et l’incident avait été visionné par des centaines de milliers de personnes dans le film documentaire primé, Sharkwater. Mais avec un peu de persuasion du Japon, le Costa Rica a décidé de ressusciter l’incident au motif que nous avions projeté de l’eau sur le bateau des pêcheurs à l’aide de notre canon à eau, leur faisant perdre le contrôle de leur bateau et entrer en collision avec le notre. Toutefois personne n’a été blessé, et leur vaisseau n’a pas été endommagé. Ce n’est pas vraiment un délit méritant une extradition.

Lors du premier dépôt du dossier par le Costa Rica auprès d’Interpol, la requête a été rejetée. Mais quand je suis arrivé en Allemagne le 13 mai, les Allemands ont décidé de prendre en compte la demande du Costa Rica malgré le rejet d’Interpol, et ils m’ont emprisonné. Dès le début, j’ai soupçonné qu’il s’agissait d’une initiative japonaise et qu’une fois que le Japon aurait vu que l’Allemagne était prête à agir sur une base bilatérale avec le Costa Rica, ils seraient entrés en contact avec elle pour leur propre demande d’extradition. 
Quand une source fiable au sein du ministère allemand de la Justice m’a prévenu que les Allemands allaient m’arrêter le lendemain matin quand j’irais pointer à la police de Francfort, je savais qu’une fois envoyé au Japon, je n’en sortirais pas avant longtemps. C’est ainsi que j’ai pris la décision de quitter l’Allemagne.

Cette source allemande m’a également envoyé une copie de la demande japonaise, et tout le dossier du Japon repose sur les accusations portées contre moi par Peter Bethune.

Il s’agit là du deuxième incident imprévu.

Pendant l’opération Waltzing Matilda (2009-2010), l’Ady Gil, commandé par Pete Bethune, a été délibérément percuté et coupé en deux par le Shonan Maru 2. Pete Bethune a décidé de monter à bord du Shonan Maru 2 pour affronter le capitaine japonais. Dans l’un des épisodes de Whale Wars , je conseille à Bethune de ne pas monter à bord du navire. Il a répondu alors que c’était ce qu’il fallait faire, que c’était son navire et qu’il avait le droit d’exiger que le capitaine japonais réponde de ses actes pour la destruction de son bateau. Bethune a dit qu’il prendrait l’entière responsabilité de ses actes et donc il est monté à bord avec son propre jet ski, assisté par son propre équipier.

Bethune a été emmené au Japon, et au lieu d’assumer la pleine responsabilité de sa décision, il m’a accusé de lui avoir ordonné de monter à bord du Shonan Maru 2. Il s’agissait là d’un accord qu’il avait conclu avec le procureur en échange d’une peine avec sursis. Notre équipe juridique a des preuves documentées de cet accord.

Mes critiques peuvent dire ce qu’ils veulent mais je pense que tout examen objectif des faits dans le contexte de notre histoire montrera que ces demandes d’extradition sont politiquement motivées et ne reposent pas sur une véritable enquête judiciaire. Tout ce qui s’est passé lors de l’incident du Costa Rica a été filmé par le cinéaste indépendant Rob Stewart pour le tournage du film Sharkwater. Tout ce qui s’est produit concernant les opérations baleinières japonaises dans le Sanctuaire baleinier antarctique a été documenté pour l’émission Whale Wars de Animal Planet et dans le film At the Edge of the World . Sea Shepherd Conservation Society opère ouvertement et de façon honnête. Toutes nos activités sont filmées.

Aux critiques qui disent que, si je n’ai rien à cacher, je devrais me rendre au Costa Rica ou au Japon, je peux seulement dire que ce serait une option si on me laissait la possibilité d’un procès équitable et impartial. Je ne crois pas que ces deux pays me proposeront un procès équitable et impartial, et même en cas d’acquittement par un tribunal du Costa Rica, ils m’enverraient au Japon. Le Japon n’est pas en quête de justice, il est en quête de vengeance.

Nous avons là un capitaine japonais ayant complètement détruit un navire de 1,5 millions de dollars, blessé un cameraman et qui a failli tuer six membres d’équipage. Cet équipage avait été recruté par Pete Bethune pour l’aider à manœuvrer son navire, l’Ady Gil. Ses membres de l’équipage n’étaient pas de Sea Shepherd, mais Sea Shepherd a toujours travaillé avec eux pour essayer d’arrêter les baleiniers japonais, et les a sauvés lorsque leur navire a été percuté et détruit. Notez que Pete Bethune n’était pas un capitaine de Sea Shepherd non plus. En fait, je n’ai aucun doute que si un capitaine de Sea Shepherd avait été à la tête de l’Ady Gil ce jour-là, la collision n’aurait pas eu lieu. Mais ce n’était pas le cas et la collision s’est produite. Le capitaine du Shonan Maru 2 n’a même pas été soumis à un interrogatoire sur cet incident. Alors que des accusations ont été portées contre moi, ne m’impliquant même pas directement dans ce qui s’est passé, et fondées uniquement sur les accusations d’un homme qui a conclu un marché avec les Japonais en échange d’une peine avec sursis.

En ce qui concerne le Costa Rica, les tribunaux ont vu les preuves et m’ont interrogé ainsi que les témoins. On m’a donné une autorisation de quitter le Costa Rica en 2002, puis les accusations ont été relancées une décennie plus tard, en même temps que se tenait une réunion entre le Président Chinchilla du Costa Rica et le premier ministre du Japon.

Cliquez ici pour voir l’autorisation pour le départ du bateau du Costa Rica en 2002 (pdf)

D’autres incidents causés par le Japon n’ont pas non plus fait l’objet d’enquêtes, notamment quand le Bob Barker s’est fait éperonner par l’un des navires-harpons, mais aussi les collisions entre les navires-harpons et le Steve Irwin lorsque les baleiniers ont tenté de repousser par la force le navire de Sea Shepherd qui bloquait la rampe arrière du Nisshin Maru.

Pour ma part, je dois déterminer quel sera le meilleur plan d’action dans le cadre de notre stratégie globale visant à défendre et protéger le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Si je me rends au Japon et / ou au Costa Rica, je ne serai pas en mesure de prendre directement des décisions de commandement pour intervenir contre les braconniers de baleines japonais dans les eaux antarctiques. Je peux coordonner la campagne depuis la terre ferme ou à bord d’un navire, mais il ne me sera pas possible de le faire depuis une prison japonaise. L’opération Zero Tolerance doit être ma principale préoccupation et c’est au lancement de cette campagne que j’ai décidé de me consacrer. Si je suis emprisonné avant son lancement, la campagne se déroulera sous les ordres de la hiérarchie de commandement de la campagne. Après la campagne, si des problèmes juridiques restent en suspens, je m’en occuperai directement et à ma convenance avec les conseils de notre équipe juridique.

Un autre exemple de désinformation, c’est de prétendre que je suis en fuite. Je ne suis pas en fuite, et ce n’est un délit pour personne de travailler avec moi ni de m’aider. Il s’agit d’un cas compliqué, mais je ne suis pas recherché en dehors du Japon, du Costa Rica et de l’Allemagne. Il n’y a pas de mandat d’arrêt contre moi en dehors de ces trois pays et en ce qui concerne l’Allemagne, je n’ai pas enfreint la loi allemande. Renoncer à sa caution n’est pas un crime en Allemagne, quels que soient les motifs de mon assignation à résidence.

Actuellement, je suis dans un endroit où je ne peux pas être atteint par la notice « rouge » d’Interpol, et notre équipe juridique travaille à prouver que les mandats locaux du Costa Rica et du Japon ont des motifs politiques, pour qu’Interpol n’en tienne pas compte. Je crois que tout examen impartial des éléments de preuve me disculpera et il est préférable de voir ces éléments de preuve examinés avec impartialité plutôt que de me rendre à la merci de tribunaux où le verdict a été déjà décidé.

Depuis le début de cette campagne contre les braconniers de baleines japonais dans l’océan Austral, je savais très bien qu’il y avait des risques extrêmes en jeu. En plus d’opérer dans le milieu marin le plus hostile de la planète, nous étions aussi conscients que nous nous engagions contre l’un des pays les plus riches et les plus puissants de la planète. Malgré cela, chaque année, nous sommes devenus plus forts, et la flotte baleinière est devenue plus faible. Et surtout nos efforts pour défendre les baleines, pour sauver leurs vies, ont porté leurs fruits puisque les Japonais ont échoué durant deux années consécutives à tuer plus de 70% de leurs cibles qui désormais ne sont plus sans défense.

C’est ainsi que nous en sommes arrivés à la confrontation et c’est la raison pour laquelle nous appelons cette opération Zero Tolerance. Notre objectif cette année est d’atteindre zéro baleine tuée et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour faire de cet objectif une réalité. Nous nous attendons à ce que les Japonais fassent tout ce qu’ils peuvent pour nous arrêter et l’une de leurs tactiques consiste à m’éliminer en tant que leader de cette campagne. Qu’ils y arrivent ou non, de toute façon ils ne peuvent pas arrêter la passion de mes officiers et membres d’équipage qui seront là avec moi ou – s’il le faut – sans moi. Mais ils tiendront bon et nos navires s’engageront une fois de plus en haute mer contre ces tueurs sans scrupules pour protéger les doux géants de leurs harpons impitoyables.

Si je suis capturé et crucifié politiquement avant cette campagne, tout ce que je peux dire, c’est que j’ai toujours envisagé cette possibilité et les Japonais réaliseront que je ne suis pas aussi docile et mal préparé que l’a été leur précédent prisonnier. La perte de ma liberté personnelle ou même de ma vie sera un prix équitable pour atteindre l’objectif de la sécurisation du Sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Et avec ou sans moi, cet objectif sera réalisé parce que nous avons quelque chose que les baleiniers japonais n’auront jamais. C’est un respect absolu et passionné de la vie et du maintien de l’intégrité du Sanctuaire. Ils sont motivés par la cupidité. Nous sommes motivés par l’amour, et l’amour et le respect de la vie triompheront toujours de la cupidité et de la mort.

A tous nos supporters dans le monde entier, je dis merci. Votre soutien nous donne les moyens d’aller de l’avant, là où nous devons nous rendre pour cette bataille. Merci également à notre équipe de Gardiens de la Baie qui ont commencé leurs six mois à Taiji, au Japon pour défendre les dauphins. Merci à notre équipe en Afrique qui défend les otaries, à notre équipage dans les îles Galápagos qui défend ces îles enchantées, à notre équipage en Méditerranée qui défend le thon rouge en voie de disparition, à nos équipes dans le Pacifique Sud qui défendent les requins et les récifs coralliens et à tous les guerriers de Sea Shepherd qui s’occupent de la collecte de fonds, de la sensibilisation du public et des campagnes militantes pour les espèces marines dans le monde entier.

Je suis honoré de travailler avec chacun d’entre vous. Ensemble, nous sommes une force qui a démontré et continue de démontrer que nous pouvons faire une différence, et que peu importe les obstacles ou la complexité de la mission, nous ne reculerons pas. Martin Sheen m’a dit que lorsque quelqu’un l’a accusé de soutenir une cause perdue, il a répondu que « les causes perdues sont les seules causes qui méritent qu’on se batte pour elles. » Martin, moi-même et tous les membres de notre équipe sommes unis dans cette croyance que l’impossible peut devenir possible. Et c’est la passion, le courage, l’imagination et l’ingéniosité de mon incroyable équipe qui va gagner ce combat pour les baleines et pour les océans.

Je suis fier d’eux tous et plus qu’honoré d’avoir servi cette cause pour protéger nos océans, pour la plus basique des vérités qui est la suivante: si les océans meurent, nous mourrons! C’est aussi simple que cela et, par conséquent, pour moi, il n’y a pas de cause plus importante.

Action directe environnementale: magouilles en eaux troubles pour la Japan – Costa Rican connection du braconnage international…

Posted in actualité, écologie & climat, documentaire with tags , , , , , , , , , on 3 juillet 2012 by Résistance 71

Le complot du riz et de la banane: La Japan / Costa Rica connection

 

Sea Shepherd

 

Le 27 Juin 2012,

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/06/27/the-rice-and-banana-conspiracy-the-japancosta-rica-connection-1400

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Chronologie:

Octobre 2011: L’Institut japonais pour la recherche sur les cétacés, alias l’industrie baleinière japonaise reçoit environ 30 millions de dollars des fonds d’aide pour le désastre du tsunami afin de donner une sécurité à sa flotte pour faire opposition aux efforts de Sea Shepherd d’interrompre les opérations baleinières illégales japonaises dans le sanctuaire baleinier du grand sud. Référence ci-dessous.

Du 6 au 10 Décembre 2011: La présidente du Costa Rica Mme Laura Chinchilla visite le Japon

Le 8 Décembre 2011: D’après un communiqué officiel de la Casa Presidencial du Costa Rica : Le Jeudi 8 Décembre 2011, à partir de 6:30 du matin et pour environ 30 minutes, le premier ministre japonais Mr Yoshihiko Noda a eu un entretien avec son excellence Mme Laura Chinchilla Miranda, présidente de la république du Costa Rica.

Le 8 Décembre 2011. L’institut japonais de recherche sur les cétacés enregistre une plainte contre la Sea Shepherd Conservation Society demandant une injonction pour arrêter les navires de Sea Shepherd de déranger les opérations illégales japonaises dans le sanctuaire baleinier du grand sud. Sea Shepherd reçoit la notification administrative le 9 Décembre.

Le 8 Mars 2012: La flotte baleinière japonaise bat en retraite du sanctuaire baleinier antarctique deux semaines pleines avant la fin de saison et n’ayant pris que seulement 26% de leur quota ciblé (267 baleines tuées). Sea Shepherd a évité le massacre de 768 autres baleines. L’année précédente, la flotte japonaise avait battu en retraite le 18 Février, un mois et demi avant la fin de leur saison, après n’avoir pris que 17% de leur quota (172 baleines tuées). Sea Shepherd a empêché le massacre de 863 baleines supplémentaires. Au total les interventions antarctiques de Sea Shepherd on permis de sauver 3 690 baleines des harpons nippons, ce qui a coûté aux baleiniers la perte d’une somme colossale d’argent.

Le 19 Mars 2012: L’ordre refusant la tentative d’injonction de Sea Shepherd par l’Institut japonais de la recherche sur les cétacés est émis le 19 Mars 2012 par une cour de justice de Seattle, USA.

Le 13 Mai 2012:  La capitaine Paul Watson est arrêté à l’aéroport de Francfort en Allemagne suite à un mandat délivré par le Costa Rica sur des accusations d’avoir mis en danger la vie de pêcheurs costa ricains en Avril 2002.

L’incident, datant de 2002, n’a causé aucun dommage physique ou matériel quelconque et fut le résultat d’une intervention contre une opération de braconnage aux ailerons de requins par un navire costa ricain, le Varadero I,  dans les eaux territoriales guatémaltèque. Le gouvernement guatémaltèque autorisa l’intervention et l’incident fut filmé dans sa totalité par l’équipe du film primé internationalement “Sharkwater”.

Le 21 Mai 2012: Le capitaine Alex Cornelissen (de Sea Shepherd) rencontre le ministre de l’environnement costa ricain, qui exprine son intérêt quant à voir Sea Shepherd venir protéger les eaux autours de l’île de Cocos.

Le 26 Juin 2012:  Le Japon donne 9 millions de dollars à l’Institut costa ricain du tourisme (ICT) et au ministère de l’environnement et de l’énergie (MINAET). “Nous célébrons ce don substantiel du gouvernement japonais”, dit le gérant principal de l’ICT Carlos Borbon.

Ainsi, dans les 6 mois qui ont suivis la rencontre de la présidente costa ricaine et le premier ministre japonais, le Capitaine Paul Watson a été arrêté sur un mandat costa ricain sur des faits remontant à plus de 10 ans et le Costa Rica reçoit 9 millions de dollars du Japon pour ses parcs nationaux.

Quelques questions sans réponses.

1. Le cas du capitaine Watson impliquant Sea Shepherd et le navire Varadero I a t’il été abordé lors la réunion de la présidente Chinchilla et du premier ministre Noda le 8 Décembre 2011 ?

2. Pourquoi le Costa Rica a t’il émis un mandat d’amenée dix ans après l’incident et aux alentours de la date à laquelle cette réunion a eu lieu ?

3. D’où viennent les fonds aloués ?

4.Quand la décision a t’elle été prise de les alouer au Costa Rica ? Les fonds du ministère de la pêche japonais faisaient ils partie des 30 millions de dollars détournés du fond d’aide du tsunami ?

5. Quelles conditions étaient-elles attachées à ce don de 9 millions de dollars, contribution du Japon au Costa Rica?

6. Le Japon a t’il exercé des pressions sur le Costa Rica pour que celui-ci émette la demande d’extradition pour le capitaine Paul Watson ?

Nous n’attendons aucune réponse du Costa Rica ou du Japon, mais il y a certainement des preuves circonstantielles pour suggérer que la pression japonaise a eu une influence sur la décision du Costa Rica d’avoir le capitaine Watson arrêté et détenu en Allemagne en attente de son extradition.

References aux fonds du Tsunami L’ Institute for Cetacean Research a admis ce fait.

Cliquez sur les liens ci-dessous pour lire des articles de sources extérieures aux parties impliquées, soutenant nos dires:

Japan says some tsunami reconstruction funds going to whaling (CNN)

Japan using tsunami funds for whaling hunt (USA Today)

Use of Government Recovery Funds Stokes Japan Whaling Row (Wall Street Journal)

Japan funding whaling hunt with disaster budget (Seattle Times)

Japan tsunami relief funds go to save — whaling (San Francisco Gate)

Japan whaling fleet accused of using tsunami disaster funds (The Guardian)

Japan Admits Tsunami Funds Used to Defend Whaling Fleet (Mother Jones Magazine)

Sea Shepherd: mise à jour dans l’affaire costa-ricaine

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat with tags , , , , , , on 21 mai 2012 by Résistance 71

Le processus de demande d’extradition bidon se fera mais le capitaine Watson libéré sous caution

 

La haute cour régionale défère le jugement au ministère de la justice

Sea Shepherd

 

Le 18 Mai 2012,

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/05/18/higher-regional-court-defers-judgment-to-ministry-of-justice-bogus-extradition-process-to-proceed-bu-1379

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Dans un dénouement extraordinaire, la haute cour régionale de Francfort a accordé la requête du procureur général pour l’arrestation préliminaire du capitaien Paul Watson en vue de son extradition vers le Costa Rica. N´ánmoins, la cour a également accordé la liberté sous caution pour Watson pendant le temps imparti pour la cour à vérifier toute documentation qur le Costa Rica sera capable de lui fournir pour soutenir leurs accusations frauduleuses contre le capitaine Paul Watson. Il est entendu que le capitaine sera libéré après le paiement d’une caution Lundi 21 Mai 2012. L’équipe juridique de Sea Shepherd dit que ceci est inhabituel mais encourageant de la part de la cour régionale et une indication supplémentaire que les efforts de campagne internationale pour la libération du capitaine Watson sont entendus dans les cercles judiciaires allemands.

Dans un communiqué de presse reçu vers la fin de journée Vendredi, la haute cour régionale stipule que “La question de savoir si Mr Paul Watson sera ou ne sera pas extradé n’est pas ultimement une décision de la haute cour régionale mais du corps exécutif, qui est le ministère de la justice.”

La haute cour régionale ajoute même que le ministère de la justice en Allemagne peut intervenir et empêcher son extradition à tout moment. La campagne internationale pour sauver le capitaine Watson d’une extradition politiquement motivée vers le Costa Rica où il n’aura non seulement pas un procès juste, mais où il est douteux qu’il survive sa détention afin d’assister son procès, a un effet certain. La mafia taïwanaise du commerce des ailerons de requins basée au Costa Rica a menacé de mort le capitaine Watson.

Dans un premier temps, le procureur général a dit dans son délibéré à la haute cour, que les ministères de la justice et des affaires étrangères ont le pouvoir d’arrèter la procédure d’extradition pour raisons politiques. Maintenant la haute cour régional réfère également le cas au ministère de la justice..

Sea Shepherd appele tous ses supporteurs en Allemagne et internationalement de continuer à écrire au minsitres de la justice fédérale Meme Sabine Leutheusser-Schnarrenberger et au minsitre des affaires étrangères Dr. Guido Westerwelle afin d’exprimer leur inquiétude sur une demande d’extradition politiquement motivée qui enverrait le capitaine Watson vers une une peine de mort certaine.

Sea Shepherd planifie une journée d’action ttale Mercredi 23 Mai, coïncidant avec le visite diplomatique en Allemagne de la présidente du Costa Rica Mme Laura Chinchilla Miranda.

Pour lire les déclarations officielles de la haute cour régionale de Francfort, veuillez cliquer sur les liens ci-dessous (textes en allemand)

Oberlandesgericht Frankfurt am Main ordnet vorläufige Auslieferungshaft gegen Tierschutzaktivisten Paul Watson an und setzt Haftbefehl gegen Sicherheit außer Vollzug

Auslieferungsverfahren gegen Tierschutzaktivisten Paul Watson

Plus d’information suivra…

Merci de continuer à contacter (poliment) les ministères et ministres allemands concernés par voies téléphonique, fax ou courriel, lettre type à faire parvenir aux ministères en cliquant ici:

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger
Federal Minister of Justice
 Deutscher Bundestag

Platz der Republik 1
11011 Berlin

Telephone 030 – 227 751 62

Fax 030 – 227 764 02

E-Mail: sabine.leutheusser-schnarrenberger@bundestag.de

Federal Ministry of Justice
 Mohrenstrasse 37

10117 Berlin
Germany

Telephone: +49 (030) 18 580-0
Telefax: +49 (030) 18 580-9525

Dr. Guido WesterwelleMinister of Foreign Affairs
FDP-Bundestagsfraktion
Platz der Republik 1

11011 Berlin

Tel.: 030 / 22771636
Fax: 030 / 22776562
E-Mail: guido.westerwelle@bundestag.de

Sea Shepherd, appel militant et citoyen # 2: contre la mafia des braconniers… Mise à jour de l’affaire qui se joue en Allemagne…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat with tags , , , on 18 mai 2012 by Résistance 71

La dernière décision du procureur allemand donne aux ministres allemands plus de temps pour libérer le capitaine Paul Watson !

 

Sea Shepherd

Le 17 Mai 2012,

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.org/news-and-media/2012/05/17/german-prosecutors-late-motion-gives-german-ministers-more-time-to-free-captain-paul-watson-1378

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Sea Shepherd s’attendait à ce que des nouvelles sur le sort du capitaine Paul Watson soient annoncée hier par la haute-cours régionale de Francfort mais les heures ont passé et aucun mot n’a été reçu du procureur général avant la fin de la journée administrative. A 18:00, le procureur a finalement soumis sa procédure pour les préliminaires d’un mandat d’arrêt extraditoire contre le capitaine Paul Watson. Le fait que ceci fut fait tardivement, couplé avec un jour férié aujourd’hui, a donné au capitaine et à ses supporteurs et alliés jusqu’à Vendredi pour faire appel aux standards des droits de l’Homme internationaux auprès du ministère de la justice allemand et de sa ministre Sabine Leutheusser-Schnarrenberger et du ministre des affaires étrangères le Dr. Guido Westerwelle.

Le conseiller légal principal du capitaine Paul Watson, Oliver Wallasch, avait ceci à dire à propos de la proposition du procureur général de Mercredi:

 “Absolument inhabituel. Je n’ai jamais expérimenté cela dans toute ma carrière de cas juridiques internationaux, le fait que le procureur ait déclaré que le ministère de la justice allemand et le ministère des affaires étrangères avaient le pouvoir de stopper la procédure d’extradition pour raisons politiques.”

Ainsi les clefs de la libération du capitaine Paul Watson sont dans les mains de l’Honorable ministre de la justice et de l’Honorable ministre des affaires étrangères. Nous demandons donc à tous les supporterus du capitaine de contacter immédiatement le ministre de la justice et le ministre des affaires étrangères afin de leur demander de mettre fin à une demande d’extradition injuste et motivée politiquement avant qu’une assemblée de juges ne décident du sort du capiaine Paul Watson Vendredi.

Depuis des jours, des supporteurs de Sea Shepherd et du capitaine du monde entier ont exprimés leur inquiétude au sujet de la nature politique de cette extradition, ainsi que leur inquiétude au sujet de la sécurité même du capitaine Paul Watson. Au vu de la décision prise par le procureur général, il nous faut maintenant tous focaliser notre attention sur le ministre des affaires étrangères, Dr. Guido Westerwelle. L’un de ces deux ministres (ou les deux) peut prendre la décision qu’interpol a déjà prise en reconnaissant que le cas contre le capitaine Paul Watson est politiquement motivé et constitue une violation des droits du capitaine Watson.

Si les ministres ne mettent pas un frein à la persécution du capitaine Watson, la procédure d’extradition sera enclanchée et le Costa Rica aura un maximum de 90 jours à partir de la date de l’arrestation, pour faire valoir leur cas frauduleux d’extradition. Pendant ce temps, la capitaine Paul Watson restera en isolement en prison, en attente d’une extradition qui serait assimilable une condamnation à mort.

La mafia du commerce des ailerons de requins taïwanaise a émis une récompense de 20 000 US$ pour la tête de Watson depuis des années. Nous savons que le bras de la mafia des ailerons de requins taïwanaise atteint non seulement l’industrie de la pêche illégale au Costa Rica, mais aussi dans le système carcéral de ce pays. Sea Shepherd craint que non seulement le capitaine Watson ne recevrait pas un procès équitable au Costa Rica, mais aussi qu’il ne survivrait probablement pas son séjour en prison pour voir l’intérieur de la cour de justice.

Ceci constitue notre effort final pour demander aux honorables ministres d’intervenir avant que la procédure d’extradition officielle ne commence. Nous n’avons plus que quelques heures pour changer les avis des officiels allemands qui peuvent faire une différence en non seulement sauvant la vie du capitaine Watson, mais aussi celle des baleines, dauphins, phoques et poissons qu’il a passé sa vie à défendre courageusement.

En visitant le capitaine Watson en prison, le chef des opérations navales de Sea Shepherd, Peter Hammarstedt et le directeur du renseignement et des enquêtes, Scott West, ont été capables d’obtenir une note manuscrite du capitaine Paul Watson à destination de ses supporteurs, que vous pouvez lire en bas de l’article (NdT: en l’occurence en bas de l’article original sur Sea Shepherd.org, lien actif en haut de notre traduction…)

Merci de téléphoner, d’envoyer des courriels ou de faxer à ces ministères:

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger
Federal Minister of Justice
Deutscher Bundestag

Platz der Republik
11011 Berlin

Telephone 030 – 227 751 62

Fax 030 – 227 764 02

E-Mail: sabine.leutheusser-schnarrenberger@bundestag.de

Federal Ministry of Justice
Mohrenstrasse
37
10117 Berlin
Germany

Telephone: +49 (030) 18 580-0
Telefax: +49 (030) 18 580-9525

Dr. Guido WesterwelleMinister of Foreign Affairs
 FDP-Bundestagsfraktion
Platz der Republik 1
11011
Berlin

Tel.: 030 / 22771636
Fax: 030 / 22776562
E-Mail: guido.westerwelle@bundestag.de

Appel militant et citoyen de Sea Shepherd !

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, résistance politique with tags , , , on 17 mai 2012 by Résistance 71

Nous appelons tous ceux qui réellement se soucient de l’action pour l’environnement (et non pas la futile contestation de pancartes), familiers ou non, avec le mouvement militant d’action directe écologique Sea Shepherd de contacter (poliment) le ministère de la justice allemand afin de stopper ce non-sens d’extradition du Capitaine Watson vers le Costa Rica… La décision est uniquement politique et doit être dénoncée comme telle…

Un exemple de lettre à faire parvenir au ministère allemand de la justice se trouve en bas de la page, ceci n’est pas une pétition, c’est une action directe citoyenne, merci à toutes et tous qui vous engagerez dans l’action.

— Résistance 71 —

Appel urgent aux supporters de Sea Shepherd – Aidez-nous à éviter au Capitaine Watson une extradition vers le Costa Rica!

Sea Sheperd France

 

Le 15 Mai 2012

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.fr/news-and-media/news-120515-1.html

Une nouvelle bouleversante vient de tomber: le Costa Rica va demander l’extradition du capitaine Paul Watson. Paul Watson, Sea Shepherd et les océans qui se meurent ont besoin de vous pour le faire libérer. Notre dernier espoir pour lui éviter l’extradition est d’adresser une lettre au Ministère de la Justice allemand en lui demandant d’intervenir, de reconnaître que l’extradition de Paul Watson est politiquement motivée et de le libérer.

Soutenez le capitaine Watson en contactant Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, la ministre fédérale de la Justice à Berlin, en Allemagne. Faites-lui savoir que le mandat d’arrêt contre Paul Watson est politiquement motivé et qu’il doit donc être ignoré par le gouvernement allemand. Avec un soutien international, nous pouvons libérer Paul Watson et ainsi lui éviter un procès inéquitable au Costa Rica.

Contactez: (s.v.p. soyez respectueux dans vos courriers)

Sabine Leutheusser-SchnarrenbergerFederal Minister of Justice
Deutscher Bundestag
Platz der Republik
11011 Berlin

Téléphone (depuis l’Allemagne): 030 – 227 751 62
Fax 030 – 227 764 02
E-Mail: sabine.leutheusser-schnarrenberger@bundestag.de

Federal Ministry of Justice
Mohrenstrasse 37
10117 Berlin, Germany

Téléphone (depuis l’international): +49 (030) 18 580-0
Fax: +49 (030) 18 580-9525

Exemple de lettre:

Madame Leutheusser-Schnarrenberger,

Je suis très préoccupé(e) par la possible décision de l’Allemagne d’extrader vers le Costa Rica Paul Watson, fondateur de l’association Sea Shepherd. Je pense que le mandat d’arrêt contre lui est politiquement motivé et qu’il est très certainement une réponse à une opération menée par Sea Shepherd pour dénoncer des activités illégales de pêche aux ailerons de requins.

Je soutiens les efforts de Sea Shepherd pour surveiller et dénoncer la pêche et la chasse illégales partout dans le monde, et je reconnais que des personnes menant des opérations de pêche illégales tentent d’utiliser les lois internationales pour stopper la mission de Sea Shepherd.

Je vous invite vivement à prendre en compte le travail que le capitaine Watson et Sea Shepherd accomplissent à l’échelle mondiale pour mettre l’accent sur les dangers qui menacent nos océans lorsque vous examinerez cette demande d’extradition.

Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Votre nom.

*  *  *

 

 

Article de Sea Shepherd France du 14 Mai 2012 expliquant l’affaire du mandat d’arrêt émis par le Costa Rica fin 2011 pour une affaire ayant eu lieu en… 2002. Les magouilles inhérentes à la Commission Baleinière Internationale ne sont sûrement pas étrangères à cet état de fait. Une fois de plus, à qui tout cela profite t’il ?

— Résistance 71 —

Le Capitaine Watson reste en garde à vue en Allemagne

Le Capitaine Paul Watson est toujours maintenu en garde à vue par les autorités allemandes. Un juge de la Cour de Francfort a refusé de libérer le Capitaine Watson, arguant que la cour de justice allemande souhaitait avoir la confirmation que le Costa Rica souhaitait bien extrader ce dernier vers leur pays.

Paul Watson est actuellement représenté par les avocats allemands Oliver Wallasch et Alexander Gruner. Les représentants européens et sud-américains de Sea Shepherd Conservation Society s’activent sans relâche pour mettre à jour les raisons réelles qui se cachent derrière ce mandat d’arrêt du Costa Rica.

En effet, le mandat pour l’arrestation du Capitaine Watson a été émis par le Costa Rica en octobre 2011, curieusement à la même période où l’Institut de Recherche sur les Cétacés (IRC), chargé de la chasse baleinière ‘scientifique’ japonnaise en Antarctique, a déposé une plainte devant la cour de justice américaine pour tenter d’empêcher Sea Shepherd d’intervenir une nouvelle fois contre la chasse baleinière nippone. En février dernier, le juge américain a finalement tranché en faveur de Sea Shepherd en déboutant le Japon. La question reste entière quant à la raison pour laquelle le Costa Rica a attendu octobre 2011 pour lancer un mandat d’arrêt contre Paul Watson pour des faits datant de 2002 et pour lesquels deux juges successifs avaient déjà statué d’un non-lieu.

Suite à cette arrestation, Interpol a émis sur son site internet une note visant à rappeler que le Capitaine Watson n’était aucunement inscrit sur sa liste rouge car son bureau des affaires légales n’était pas satisfait par la requête du Costa Rica – celle-ci ne correspondant pas à leurs critères légaux (lire cette déclaration). Reste à espérer que la cour de justice allemande parvienne à la même conclusion et qu’elle décide de libérer le Capitaine Watson rapidement.

D’une manière générale, plus Sea Shepherd gagne en efficacité, plus ses ennemis redoublent d’efforts pour l’empêcher d’agir. Sea Shepherd est actuellement la cible d’attaques en justice dans plusieurs parties du monde et chaque cas est, en soi, une représentation d’un pan de la biodiversité marine que nous défendons.

Au Royaume-Uni, Sea Shepherd est en pleine bataille juridique avec la ferme d’engraissement de thons rouges  Fish And Fish vers laquelle étaient destinés les quelques 800 thons rouges braconnés qu’a libérés Sea Shepherd en juin 2010. Aux États Unis, Sea Shepherd sort tout juste victorieuse d’une attaque en justice de l’IRC en rapport avec la chasse à la baleine illégale. Et voici désormais Paul Watson arrêté et détenu en Allemagne pour des actions de Sea Shepherd contre le braconnage d’ailerons de requins. Quelque soit le pays, quelque soit le système judiciaire, le Capitaine Watson ne se laissera pas intimider et n’abandonnera pas tant que les écosystèmes marins n’auront pas enfin obtenu les mesures de protection qu’ils méritent.

Action directe écologique: Sea Shepherd France répond à Alain Juppé…

Posted in actualité, altermondialisme, écologie & climat, militantisme alternatif with tags , , , , , , on 15 avril 2012 by Résistance 71

Sea Shepherd… C’est çà:

http://www.youtube.com/watch?v=s62NfTdyWPs

 

Hoka Hey Paul !

 

— Résistance 71 —

 

Lettre ouverte de Sea Shepherd en réponse à Monsieur Alain Juppé – ministre des Affaires Etrangères.

 

Le 10 Avril 2012

 

url de l’article original:

http://www.seashepherd.fr/france/20120411-04.html

 

Monsieur,

En réponse à Madame Brigitte Bardot qui vous a interpellé par courrier sur les efforts de Sea Shepherd pour mettre un terme à la chasse illégale pratiquée par le Japon en plein sanctuaire baleinier antarctique, vous répondez par un courrier daté du 10 Février que « …la France ne peut soutenir Sea Shepherd qui semble privilégier les actions qui sortent du cadre de la légalité et des principes essentiels de sécurité en mer ».  Vous ajoutez plus loin qu’à l’instar des pays les plus « protecteurs » des baleines, la France a condamné « ces pratiques de protestations violentes en mer ».

Nous jugeons utile de préciser Monsieur, que les actions de Sea Shepherd ne sont, contrairement à ce que vous semblez penser, ni de nature protestataire – la protestation est vaine dans le cas présent et nous la laissons  à d’autres – ni de nature violente: en huit ans d’interventions dans le sanctuaire baleinier, Sea Shepherd n’a jamais blessé aucun braconnier bien que ces derniers ne fassent nullement preuve de la même retenue à l’égard de nos équipages. La violence en Antarctique Monsieur est d’une autre nature: elle résonne à chaque coup de harpon explosif dans ce sanctuaire baleinier qui n’a de sanctuaire que le nom.  Et les actions sortant du cadre légal ayant cours dans cette zone sont les mises à mort répétées de ces baleines vulnérables, comme s’est d’ailleurs récemment plu à le rappeler la Cour de Justice Américaine, interpellée par les baleiniers Japonais sur « nos illégalités ».

Nous entendons donc votre condamnation de nos « actions violentes et illégales » mais sachez bien, Monsieur, que nous ne demandons pas mieux que de vous passer le relais sur cette question.

La France tout comme de nombreux « pays protecteurs » des baleines sait faire entendre sa voix lorsque ses intérêts sont mis à mal. Il semble malheureusement que la survie des baleines ne  représente pas un enjeu suffisamment important pour que la France fasse preuve de cette même force de persuasion qu’elle déploie pourtant ailleurs. Tout comme les autres « pays protecteurs » des baleines, elle ne juge pas utile de dépasser la vaine protestation contre la chasse baleinière et se contente « d’efforts diplomatiques » qui ont pourtant prouvé leur totale inefficacité.

Dans un Appel aux Nations, émis récemment et adressé entre autres à la France, nous signifions bien que nous n’avons aucun plaisir ni aucun intérêt à risquer nos vies aux confins du monde, chaque année depuis huit ans pour donner un semblant de réalité à des mesures de protection des baleines mises en place par les « pays protecteurs » des baleines. Dans cet appel, nous spécifions que nous serions heureux de ne plus jamais retourner en Antarctique pour peu que les gouvernements concernés prennent enfin les mesures nécessaires pour faire cesser le massacre illégal des baleines dans ce sanctuaire.

Sea Shepherd ne réclame pour son compte aucun soutien de la France, ni de nulle autre nation. Nous n’attendons rien d’autre des gouvernements qu’ils ne prennent leurs responsabilités et qu’ils se décident enfin à défendre en mer celles qu’ils défendent avec tant d’ardeur sur le papier.

Dans cette attente, nous continuerons d’agir en conformité avec la Charte Mondiale pour La Nature des Nations Unies afin de pallier autant que possible au manque de volonté et au manque d’initiative des « pays protecteurs des baleines » dont la France fait partie pour que le jour où la préservation des océans occupera enfin la place qu’elle mérite dans l’ordre des priorités de nos gouvernements… il reste encore quelque chose à préserver.

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de nos  sincères salutations.

Lamya ESSEMLALI

Présidente Sea Shepherd France

Annexe 1 : Lettre de Monsieur Alain Juppé à laquelle répond ce courrier .

Annexe 2 : Appel aux Nations émis par Sea Shepherd en Février 2012 pour que les gouvernements dont la France, fassent respecter le sanctuaire baleinier de l’Antarctique.