Archive pour santé glaxosmithkline corruption milieu médical

Santé et manipulation: Recherche et publications médicales achetés par les grands labos pharmaceutiques…

Posted in actualité, désinformation, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, presse et média, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , on 20 décembre 2013 by Résistance 71

Ceci ne fait que confirmer officiellement ce que l’alternatif (médecine ET presse) sait depuis des lustres… Il est néanmoins bon de le dire officiellement ! Science et médecine sont corrompues jusqu’à la moëlle, la santé publique a été sacrifiée il y a belle lurette à l’autel du profit à tout prix.

Il est connu depuis au moins le milieu des années 1970 que la Fondation Rockefeller a totalement le contrôle des facultés de médecine américaines depuis 1916 et a totalement orienté la médecine allopathique vers le tout chimique, tout médicamenteux, au détriment des médecines naturelles pratiquées auparavant par les médecins avec bien plus de succès…

Ce qui est important de comprendre est la chose suivante: Il n’a jamais été dans l’intérêt des labos pharmaceutiques tous puissants de guérir ou de prévenir quoi que ce soit. Le but n’est pas de soigner mais de contrôler et forcer les patients à prendre des médicaments à vie (rente à long terme par les millions de patients) avant de les achever (dans un soucis eugéniste toujours présent chez les « élites » auto-proclamées…).

Lire nos traduction des livres de Griffin et Allen sur ce blog pour mieux comprendre les tenants et aboutissements de toute cette supercherie.

« Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que çà ne se vende pas » nous disait Coluche…

— Résistance 71 —

 

Le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline forcé d’arrêter de payer les médecins après une enquête majeure de corruption

 

Marco Torres

 

19 décembre 2013

 

url de l’article:

http://dprogram.net/2013/12/19/glaxosmithkline-forced-to-stop-paying-doctors-to-promote-drugs-after-major-bribery-investigation/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

GlaxoSmithKline (GSK) a dit cette semaine qu’ils allaient répondre à la pression mise pour qu’ils arrêtent de payer les médecins afin que ceux-ci promeuvent leurs produits au travers d’engagements verbaux et mettre fin aux compensations liant ses visiteurs médicaux au nombre de prescriptions que les médecins écrivent. Ceci intervient au moment d’une enquête massive en Chine sur la question de la corruption et de pots-de-vin. Le laboratoire planifie également d’arrêter de payer les professionnels de la santé pour leur participation à des conférences médicales à partir de 2016.

Les autorités disent qu’un grosse enquête pour corruption majeure est en cours en Chine et que cette enquête accuse le plus gros laboratoire pharmaceutique britannique de soudoyer des médecins et des officiels de la santé pour doper ses ventes de médicaments.

En 2012, GSK a dû payer une amende de 3 milliards de dollars après avoir plaidé coupable aux chefs d’accusations fédéraux afin de résoudre  une marée de procédures criminelles et civiles allant de l’utilisation de pots-de-vin à la publicité mensongère en passant par un tas d’autres malversations pour le marketing de ses médicaments comme le Paxil, Wellbutin et Advair.

L’accord légal de résolution fut le plus gros litige de fraude résolu dans l’histoire médicale, ayant des ramifications dans presque tous les états de l’union d’après le ministère de la justice. Ce fut aussi la plus grosse somme jamais payée par un laboratoire pharmaceutique.

Le labo avait fait une publicité illégale concernant son médicament anti-dépresseur Paxil aux enfants et adolescents, sponsorisant même des dîners et des programmes de spa au nom du médicament, ont dit les procureurs de l’affaire.

Glaxo utilisa des comités de conseil bidons et des conférenciers à la solde dans des stations balnéaires de luxe afin de promouvoir le médicament anti-dépresseur Wellbutrin comme option médicamenteuse pour perdre du poids, un remède contre le disfonctionnement sexuel et les addictions à certaines substances, d’après le gouvernement. Les clients étaient encouragés à utiliser un dosage supérieur à celui approuvé, toujours d’après des sources gouvernementales.

La corruption de journaux médicaux

GSK ainsi que les plus gros laboratoires ont soudoyé des chercheurs dans le domaine de la recherche médicale depuis des décennies.

Richard Smith, l’ex-rédacteur en chef du British Medical Journal (BMJ) a publiquement critiqué son ancienne publication, disant que le BMJ était bien trop dépendant des revenus publicitaires pour être considéré comme impartial. Smith estime qu’entre les 2/3 ou les ¾ des essais médico-pharmaceutiques publiés dans les journaux/revues, annales principales de médecine interne, Journal of the American Medical Association (JAMA), le (célèbre) Lancet et le New England Journal of Medicine (NEJM), sont financés par l’industrie pharmaceutique, tandis qu’environ 1/3 des essais médico-pharmaceutiques publiés par le BMJ sont ainsi financés.

Il ajoute que les essais publiés sont tellement d’utilité aux laboratoires que ceux-ci bien souvent, dépensent jusqu’à 1 million de dollars en coût de réimpression de ces articles (sources additionnelles de revenus pour les journaux et revues médicaux). Les consommateurs font confiance aux publications médicales pour être impartiales en ce qui concerne les médicaments à prescrire, mais peu de gens sont au courant de ce qui se passe vraiment derrière la scène à la fois au niveau des essais médicamenteux qu’au niveau des journaux et publications médicales.

Les scientifiques qui font ces essais médicamenteux peuvent éprouver une grande difficulté à demeurer impartiaux lorsque les laboratoires pharmaceutiques les paient souvent pour des consultations, des conférences ou lorsqu’ils font leurs recherches qui ont elles-mêmes été financées par les laboratoires pharmaceutiques. De plus, comme expliqué par les Dr Mark Hyman et Mark Liponis dans UltraPrevention, comme les labos sont très dépendants de la parole des médecins, ils visitent souvent les cabinets afin de délivrer des échantillons gratuits, d’emmener le personnel manger, d’offrir des cadeaux, incluant jouets pour les enfants, des séminaires dans des restaurants et hotels de luxe et des voyages de travail/agrément dans les Caraïbes. Les laboratoires financent également souvent la formation continue des médecins.

La fin de la corruption

GSK n’est pas, loin s’en faut, le seul coupable (NdT: Il est simplement aujourd’hui celui qui s’est fait piquer par la patrouille, la question reste: pourquoi GSK ?… ne se sont-ils pas acquittés d’une “taxe” interne ??…), les laboratoires Pfizer, Novartis, Merck, Eli Lilly et Sanofi (Pasteur) ont tous été lourdement critiqués et accusés d’initier des scandales dans la recherche médicale.

“Ceci touche à sa fin” dit la Dr Robin Herring. “Il n’y a plus de place pour une santé corrompue dans ce pays et les laboratoires pharmaceutiques sont finalement exposés pour pratiques de l’ombre” a t’elle déclaré.

Les opposants à cette corruption commencent à offrir des solutions. Un changement pourrait se produire et comme le note le Dr Richard Gerber, médecin généraliste, le nombre de patients recherchant des solutions alternatives à leurs problèmes médicaux devient bien trop grand aujourd’hui pour que les médias médicaux puissent continuer à les ignorer. Gerber dit que certains journaux médicaux publient même des articles qui explorent la nature de ces traitements “non orthodoxes” et discutent du pourquoi les patients recherchent de plus en plus une solution alternative à leurs thérapies médicales.

L’admission de GSK ne sera sûrement pas la dernière de ces gros poissons de la chaîne alimentaire du business de big pharma.

Sources: 
latimes.compreventdisease.comreuters.com

Marco Torres est un spécialiste en recherche, écrivain et avocat pour un style de vie et de consommation sains. Il est diplômé en santé publique et en sciences environnementales, il est conférencier professionnel sur des sujets comme la prévention des maladies, les toxines environnementales et la politique de la santé publique.

Source: Prevent Disease