Archive pour santé coronavirus

Coronavirus crise et manipulation… Prédictions sur la suite des évènements pré-fabriqués (James Corbett)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, coronavirus CoV19, documentaire, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 avril 2020 by Résistance 71

 


Coronacontrôle et dictature technotronique

 

Une fois de plus analyse décapante et des plus pertinentes de James Corbett sur cette “crise pandémique du CoV19”, à laquelle nous adhérons totalement. Nous avions également mentionné (le 27 mars) que tout ceci était en fait une guerre biologique menée contre l’humanité, les pistes mènent de plus en plus vers cette thèse quelle que soit l’origine du CoV19.
Nous attirons particulièrement l’attention de nos lecteurs sur le second point de Corbett où il énonce que « les médias alternatifs reçoivent la corde qui va les pendre », point de vue intéressant qui ne peut que renforcer ce que nous disons depuis bien longtemps et que nous reformulerons différemment ici : Il ne sert à rien d’y voir clair si c’est pour ne pas agir. L’humanité est mûre pour une (r)évolution radicale, nous ramenant à nos sources et donc sur le chemin de notre réalisation humaine. Nous n’avons été que trop fourvoyés sur des voies de garages ne profitant qu’au plus petit nombre. La réflexion critique sans l’action n’est que masturbation intellectuelle. De fait, réflexion, pensée critique, compréhension critique de notre réalité et action pour la transformer doivent être étroitement imbriquées ; il ne doit pas y avoir entre elles l’épaisseur d’un cheveu. Nous sommes loin du compte, mais à un moment donné faudra bouger son cul dans le bon sens ou faire face à notre mise en esclavage perpétuelle. Ne donnons pas raison à cette vision de G. Orwell nous disant « Vous voulez savoir ce que sera le futur ? Imaginez une botte écrasant un visage… pour toujours. »

Ne soyons pas dupes, analysons, gardons notre sens et pensées critiques et… agissons en conséquence.

~ Résistance 71 ~

 

Prédictions : Ce qui arrivera ensuite dans la crise du Coronavirus

 

James Corbett

 

25 avril 2020

 

url de l’article original:

https://steemit.com/news/@corbettreport/predictions-what-will-happen-next-in-the-corona-crisis

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Parfois il n’est pas difficile de prédire le futur. Tout ce que vous avez à faire c’est d’écouter ce que les ingénieurs sociaux vous disent qu’ils vont faire. Par exemple, quand des néo-conservateurs vous disent que nous avons besoin “d’un nouveau Pearl Harbor” pour justifier la transformation de l’armée américaine, vous pouvez être certains que ce nouveau Pearl Harbor va se produire bientôt, dès qu’ils arriveront au pouvoir. (NdT: Corbett réfère ici à la célèbre phrase du document du think-tank PNAC un an avant les attentats de 11 septembre 2001…) Et maintenant, après avoir entendu pendant des années Bill Gates nous prévenir qu’une pandémie allait nous frapper et allait de ce fait transformer le monde tel que nous le connaissons, nous y sommes et il a même été aussi loin que de “simuler” l’exact scénario  de ce que nous vivons depuis quelques mois, juste un peu avant que cela ne se produise (NdT: comme il y avait des exercices en cours du NORAD le 11/9/01 simulant des détournements d’avions, durant les évènements de ce même jour et comme il y avait aussi en cours un scénario identique d’attaque du métro et des bus à Londres lors des attentats du 7/7/05… mais on nous explique que tout ça n’est que coïncidence bien entendu…).

Donc, vous voyez où je veux en venir. Parfois, entrevoir ce qui va se produire ensuite n’est juste qu’une question d’écouter ce que les planificateurs nous disent. Ceci à l’esprit, regardons 4 prédictions sur ce que la crise du coronavirus va bien pouvoir produire à partir de maintenant.

1. La “seconde vague” de pandémie sera blâmée sur les contestataires du confinement

Il y a une seconde vague du CoV19 qui va déferler dans quelques mois. Nous n’avons pas à spéculer là-dessus. Non seulement l’avons nous entendu de toutes les façons possibles par les politiciens et les “autorités” sanitaires ces derniers mois, mais c’est aussi une partie intégrale du maintenant célèbre article de la revue du MIT « We’re not going back to normal » (“Nous ne retournerons pas à la normale”), qui a révélé comment les vagues successives de confinement et de déconfinement allaient restructurer nos vies et nous conditionner dans l’Ordre Mondial du Corona (Corona World Order. )

Il n’y a aucun doute que ceci fasse partie du narratif de la pandémie alors que Bill Gates vient juste de le réaffirmer dans ses dernières notes sur la “première pandémie moderne” (« The first modern pandemic.”).

En fait, les planificateurs de la pandémie ont averti le public d’une seconde (puis troisième, quatrième…) vague de cette crise tellement de fois que nous pouvons affirmer sans crainte qu’une seconde vague va se produire.. Une telle vague pourrait se produire seulement si, comme le note le Dr. Dan Erickson dans son récent briefing sur le CoV19, si les gens donc émergent de leur confinement avec un système immunitaire affaibli et seraient donc plus susceptibles aux pathogènes de toute sorte.

Mais cette redoutée “seconde vague” ne doit même pas se produire dans la réalité, on peut toujours compter sur le bidouillage statistique des fraudeurs pour donner l’impression d’un nouveau round d’infections dans l’esprit public. Merde, si le gouvernement japonais peut magiquement affirmer une augmentation dramatique des infections au CoV-SARS-2 le même jour où les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont été officiellement reportés (comme je l’avais prédis du reste…), alors vous pouvez croire que les gouvernements dans le monde entier vont pouvoir délivrer leur narratif de “seconde vague” du virus sans se soucier du nombre de personnes malades ou pas.

Voici l’astuce : Quoi qu’il arrive, les planificateurs de la pandémie qui poussent un agenda bien précis (NdT :de contrôle) vont blâmer cette seconde vague sur ces satanés réfractaires au confinement qui se plaignent sans cesse d’être assignés à résidence. Vous savez, ces horribles tueurs de grand-maman qui osent s’opposer aux ordres de fermer les affaires qu’ils ont passé une vie de labeur à mettre en place et tous ces haïssables répandeurs de maladie qui refusent abruptement leur chômage forcé.

Vous pouvez déjà constater les grandes lignes de ce narratif être plantées dans la couverture médiatique entourant ce mouvement anti-confinement qui croît globalement. Ce sont ces ignorants imbéciles qui protestent qui mettent la vie de ces vaillants personnels médicaux en danger et qui osent exercer leur droit de se rassembler pacifiquement et demandent un remède à leurs griefs !

Donc vous verrez que lorsque le confinement va se terminer juste un petit peu, alors déferlera avec force la “seconde vague”.. du moins dans les médias. Et chaque mort supplémentaire sera blâmée sur ces inconscients qui contestent leur emprisonnement à la maison et sont forcés au chômage.

2. Les médias alternatifs reçoivent la corde pour se pendre eux-mêmes

Cette prédiction est fondée sur les observations :

  1. Il y a environ un an, YouTube a mis en place un nouveau système qui rend public les comptes des abonnés, ceci a eu pour résultat une chute des abonnements pour beaucoup de chaînes altmedias, incluant la mienne.
  2. A peu près à la même époque, ils ont commencé à mettre en place des changements dans la recommandation d’algorithme assurant que des “contenus dangereux” (lire : les médias alternatifs), ne seraient plus si souvent recommandés aux visionneurs.
  3. Vers le moment où la crise du coronavirus a vraiment commencé à se faire sentir, il y a environ 6 semaines, ces restrictions semblent avoir été levées, les abonnés de mon compte soudainement augmentant et mon travail étant d’un seul coup recommandé de nouveau par l’algorithme de YT

Bon, je n’ai aucune info de l’intérieur sur le pourquoi de ces changements. Je ne peux ici que travailler en observant et je peux confirmer (ainsi que d’autres personnes des altmedias avec qui je suis en contact) ceci de ma propre expérience. Mais il n’y a aucun doute dans mon esprit que certains filtres qui mettaient mon travail sous le boisseau ainsi que celui des medias alternatifs de manière générale, ont été retirés.

Hourra ! Un point pour les medias alternatifs et la vérité non ?

On peut rêver. Non, je pense que ce que nous voyons actuellement est une poussée voulue et une large promotion d’une certaine pensée questionnant la version officielle du CoV19 de façon à ce qu’ils aient précisément une excuse pour avancer vers leur agenda de purge de l’internet, sûrement durant la seconde (et troisème, quatrième) vague de la crise. Ma théorie est qu’on nous met en scène pour “une seconde vague mortelle” non seulement dans le narratif “pandémique viral”, mais aussi dans la “mortelle infodémie” son narratif et ce soudain “bourgeonnement” de conspiration en ligne théorisant sur le sujet, va être utilisé comme une excuse pour purger toute information qui ne suit pas le narratif officiel des gouvernements sur la pandémie.

Pensez à une opération faux-drapeau de guerre de l’info : poussez toute sorte de contenu “conspirationniste”, du bien pensé au plus délirant de façon que ce soit une présence bien visible que les gens ont en ligne de cette crise. Puis, alors que les choses s’aggravent et partent en sucette, les théoriciens du complot peuvent être blâmés (comme les réfractaires au confinement) d’avoir troublé les eaux de l’info avec de la “désinformation”.

Nous voyons déjà le tout début de ce narratif qui se joue. Les géants des réseaux sociaux  se sont déjà impliqués pour combattre “la fraude et la désinformation” en ce qui concerne le CoV19 et la CEO de YT, Susan Wojciki vient juste de confirmer ce qu’ils voulaient exactement dire par “fraude et désinformation”, à savoir : tout ce qui défie les dires et annonces de l’OMS (NdT: dont le premier investisseur est Bill Gates maintenant que les Yankees ne la financent plus… pour l’instant…).

Personnellement, je vais tirer avantage de cette courte fenêtre d’opportunité pour atteindre le plus possible de personnes, mais je ne me fais aucune illusion que la promotion  d’une information fondée sur la vérité trouvera sa juste place pour très longtemps encore sur les grosses plateformes high tech des réseaux sociaux. Comme je l’avais prédit dans mon New World Next Year 2020, il est plus que possible que cette année restera comme la dernière pour l’internet que nous connaissons toutes et tous.

3. La Chine sera blâmée

N’est-il pas marrant de constater qu’il y a encore juste quelques semaines, c’était un crime de la pensée streng verboten que de suggérer que ce nouveau coronavirus ait pu provenir d’un laboratoire classé P4 dans l’échelle du biohazard sis à Wuhan et que maintenant cette théorie est devenue une thèse des merdias de masse et fait les manchettes. Pourquoi donc ? Je vais vous le dire : c’est parce que nous sommes en 3ème guerre mondiale.

Si tout ceci paraît familier, c’est parce que j’ai exactement écrit cela le mois dernier. Je sais que vous me l’avez déjà entendu dire, mais cela vaut de le répéter : les historiens du futur prendront peut-être la crise du CoV19 de 2020 comme le marqueur du début de la 3ème guerre mondiale ; et j’ai aussi dit auparavant que ces historiens auront tort, en assumant du moins qu’ils ne se réfèrent qu’au jeu d’échecs à 2 dimensions de surface que semblent jouer les Etats-Unis et la Chine dans cette version de la 3ème GM. Mais comme je l’ai déjà dit le mois dernier (NdT: nous aussi sur R71 de manière indépendante…), la 3ème guerre mondiale a déjà commencé et elle oppose l’humanité libre contre les oligarques qui cherchent à nous réduire en esclavage.

Mais on peut être certain que si et quand les oligarques décideront de vraiment plonger le monde dans le chaos et de lâcher les chiens de guerre, les escrocs du pouvoir utiliseront le narratif du “coronavirus fait dans un laboratoire” (chinois) pour justifier cette guerre. La guerre des mots fait déjà rage. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Zhao Lijian a déjà levé la possibilité que l’armée américaine a amené le virus à Wuhan durant les derniers jeux militaires qui s’y sont déroulés en octobre dernier. En retour, le sénateur américain Tom Cotton suggère que le virus a fuité et est une arme biologique chinoise, une affirmation qui est maintenant suivie de manière bien cavalière par certaines parties de la presse américaine sous influence “Mockingbird” (NdT : du nom de code de l’opération de contrôle de la CIA sur les médias..)

Il y a maintenant un bon nombre de plaintes en justice déposées sur la théorie que ceci fut en fait une arme biologique chinoise et que le gouvernement chinois doit être tenu pour responsable de tous les dégâts causés par le CoV19 ainsi que la fermeture de l’économie mondiale qui s’en suit (il y a une plainte enregistrée pour une somme en dommage et intérêt de 20 000 milliards de dollars !!…). Bien entendu personne ne pense ou ne compte sur Pékin déboursant cette somme sur le jugement éventuel d’un juge américain, mais si une telle condamnation survenait, il y a fort à parier que cela ajouterait grandement au cas des faucons chinois pataugeant dans le marécage Trump.

Pour la millionnième fois, laissez-moi rajouter que toute guerre sino-américaine qui se trame est en fait un conflit forcé et totalement manipulé, tout comme le conflit qui opposa au XXème siècle les Etats-Unis et l’URSS (guerre froide) ; mais les pertes en vie humaine dans le premier cas seront bel et bien réelles.

Ne vous y trompez pas, vous n’avez pas encore tout entendu au sujet de la disputaille entre Pékin et Washington sur qui est à blâmer pour le présent bordel que nous vivons toutes et tous.

4. Les vraies armes biologiques attendent sous le coude

En parlant d’arme biologique, ne mettons pas de côté la possibilité que nous soyons en fait en train de gérer une telle situation. En fait, il y a de très fortes raisons de penser que c’est en fait le cas et que le déni patenté de l’idée par la clique habituelle est en fait facilement démontable comme bidouillage non-scientifique.

Un autre indice des plus intéressants le long de ce jeu de piste aux miettes de biscuit émerge avec le travail de Li Lanjuan de l’université de Zhejiang, qui rapporte maintenant la découverte de quelques 30 espèces différentes de ce SRAS-CoV-2. Quelques unes de ces espèces, incluant celle prévalente en certaines parties de l’Europe et à New York, sont capables de reproduire jusqu’à 270 fois la charge virale des espèces plus faibles. La recherche a aussi découvert un développement des plus inhabituels chez un des patients étudiés :

Les chercheurs ont aussi trouvé trois changements consécutifs, connus sous le terme de mutations tri-nucleotidiques, chez un patient de 60 ans, ce qui est un évènement rare. D’habitude, les gènes mutaient sur un site à la fois. Ce patient a passé plus de 50 jours à l’hôpital, bien plus longtemps que les autres patients du CoV19 et même ses matières fécales étaient contaminantes avec des espèces virales actives et vivantes.

Prenez cette recherche avec tout ce qu’on entend sur ce virus avec un bon grain de sel certes ; mais si tout cela est vrai, cela pourrait certainement ajouter toujours d’eau au moulin de la théorie que nous n’avons pas à faire à un virus naturel.

Quoi qu’il en soit, nous savons tous que toutes les puissances militaires ont dépensé des sommes considérables d’argent dans le développement d’armes biologiques très variées. Officiellement, ces programmes de recherche et de développement d’armes biologiques sont toujours faits sous le prétexte qu’elles ne serviraient que de moyen de “défense”. Après tout, si nous ne développons pas ces armes comment pourrons-nous apprendre à nous en défendre.. vous savez, si l’ennemi en développe ? (n’y pensez-pas trop fort ni trop longtemps quand même hein ?…)

Bien sûr, ceux qui sont à l’écoute et lisent le Corbett Report sont plus au courant. La vérité est que les programmes d’armes biologiques sont mis en place à des fins offensives. Le fait que l’anthrax par exemple, qui a terrorisé les Etats-Unis à la fin 2001 provenait du labo de Fort Detrick n’est qu’une toute petite indication que ces programmes existent. Le PNAC avait même mis des armes biologiques créées spécifiquement contre certaines races sur sa liste de vœux à la page 60 de leur document sur la reconstruction de la défense américaine « Rebuilding America’s Defenses .

La triste vérité est que la possibilité que des armes biologiques soient lâchées et inévitablement, utilisées dans des attentats terroristes faux-drapeau afin de blâmer la chose sur l’ennemi du moment, a toujours existé. Mais maintenant que nous opérons la transition de l’âge de la terreur à l’âge de la bio-terreur, cette possibilité a considérablement augmenté.


Bill « la piquouze » nous attend…

Donc, sur cette note, je vous laisse avec cette observation à glacer le sang : Rappelez-vous les dernières “Gates Notes” en date que je mentionnais dans la prédiction #1 plus haut ? Vous savez cette fameuse “première pandémie moderne” ? Et bien voici comment Bill “planificateur de pandémie” Gates parle de cette crise courante du coronavirus dans sa conclusion :

“Melinda et moi-même avons grandi en apprenant que la seconde guerre mondiale fut le moment qui a défini la génération de nos parents. De manière similaire, la pandémie du CoV19, la première pandémie moderne, va définir cette ère. Personne survivant à cette pandémie #1 ne pourra l’oublier et il est impossible d’en dire trop sur la douleur que les gens ressentent maintenant et vont continuer à ressentir dans les années à venir.”

Et oui, non seulement il assimile la lutte contre cet “ennemi invisible” à la seconde guerre mondiale, comme tous les politiciens et “experts” semblent vouloir le faire dernièrement, mais il va même jusqu’à qualifier cette crise de “pandémie #1”, comme dans “1ère partie”. L’implication évidente ici est que, juste comme la première guerre mondiale fut suivie par la seconde, également, la “pandémie #1” sera suivie de la “pandémie #2”.

On se demande vraiment ce qu’il a encore comme tour dans son sac à nous montrer non ?…

= = =

L’article le plus lu sur R71 ces 30 derniers jours:
« Coronavirus * L’oligarchie lance une guerre biologique contre les peuples »

Notre page « CORONAVIRUS, guerre contre l’humanité »

Notre dossier « Dictature technotronique »

Dossier spécial CoV19, ingénierie sociale & dictature technotronique

5 textes modernes pour mieux comprendre et agir :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir !

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

 


L’humanité vaincra…

Coronavirus : Entretien avec le professeur Didier Raoult… La science posée face à l’hystérie politico-médiatique…

Posted in actualité, crise mondiale, désinformation, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 24 mars 2020 by Résistance 71

 

 

Professeur Didier Raoult : “Je ne suis absolument pas terrifié”

 

21 mars 2020

 

Entretien avec le Pr. Raoult réalisé par le journal “La Provence”

 

Source:

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/03/21/didier-raoult-je-ne-suis-absolument-pas-terrifie/

 

Il n’en démord pas. Malgré l’écho donné à la défiance politique et médicale concernant son essai clinique, le patron de l’IHU est convaincu de la pertinence de l’hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19. Malgré la psychose médiatique et son décompte mortuaire quotidien, il le répète : on a plus de chance de mourir d’autre chose que du virus chinois. Alors qu’hier soir le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait solennellement à une stratégie de dépistage massif, Didier Raoult, lui, l’avait préconisée et mise en place dès l’arrivée des premiers rapatriés de Wuhan. Dans les couloirs de l’IHU, on glisse que dans cette crise sanitaire, « il a mis ses couilles sur la table ». L’histoire dira si le détonnant Pr Raoult avait raison. Rencontre.

Par Alexandra Ducamp

627 morts en une journée et 40 000 cas de Covid-19 en Italie, on n’en est plus à la « grippette » dont vous parliez il y a quelques semaines…

Pr Didier Raoult : Vraisemblablement, vous ne comprenez pas du premier coup. Toutes les situations doivent être mises en perspective. Sur quelle maladie infectieuse toute la presse s’est-elle excitée l’année dernière ? La rougeole. À la fin, il y a eu 1 000 cas avec un mort et il y avait une annonce tous les jours dans les médias. Le monde de l’information vit dans un monde parallèle au mien, celui de l’observation. On est passé d’une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d’infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ?

On ne parle pas de statistiques, on parle d’êtres humains, de populations entières confinées…

Pr Didier Raoult : De quoi voulez-vous parler d’autres ? Les gens meurent, oui. La plus grande surmortalité de ces dernières années en France, c’était en 2017 : 10 000 morts supplémentaires en hiver, on ne sait pas même pas si c’est de la grippe. 10 000 morts, c’est beaucoup. Mais là, on en est à moins de 500. On va voir si on arrive à en tuer 10 000, mais ça m’étonnerait.

L’argument statistique est donc le seul prisme…

Pr Didier Raoult : À Marseille, nous avons diagnostiqué 120 cas positifs, il y avait deux morts de plus de 87 ans. Ils mourraient aussi l’année dernière. Sur 100 prélèvements de gens qui ont une infection respiratoire, ce sont plutôt des cas graves, quand on teste 20 virus et 8 bactéries, il y en 50 % dont on ne sait pas ce qu’ils ont, c’est notre grande ignorance. Pour tous les autres, il y a 19 virus saisonniers, qui tuent aussi. Les coronavirus endémiques tuent plus ici que le chinois. Je confronte en permanence les causes de mortalité dans toute la région à cette espèce de soufflet anxiogène qui monte : pour l’instant, on a plus de chance de mourir d’autres choses que du Covid-19. Le grand âge, les comorbidités et la prise en charge tardive sont des facteurs de mortalité. C’est peut-être inentendable, mais c’est la réalité. La seule chose qui m’intéresse sont les datas, les données brutes. Les données vont rester, les opinions, elles, changent… Je ne dis pas l’avenir, mais je ne suis absolument pas terrifié.

« Dans mon monde, je suis une star mondiale »

Comment expliquez-vous la situation dans l’est de la France ?

Pr Didier Raoult : Je suis scientifique, c’est ce qui manque dans ce pays ; une grande partie du monde politique et administratif réagit comme vous (les médias, NDLR). Nous, nous ne devons pas réagir comme ça. Les seules données qui m’intéressent ce sont les données d’observation, je n’ai pas d’opinion. Il n’y a que la presse qui parle de ce qui se passe dans l’Est, moi, je n’ai pas de données. Pour l’Italie, on disait pis que pendre, j’ai reçu une analyse, c’est comme ailleurs, ce sont des gens de plus de 75 ans. Les Japonais ont fait un très beau modèle expérimental en confinant les croisiéristes assez âgés sur le Diamond Princess. On a bien vu que c’était contagieux, 700 l’ont chopé. Mais en dépit d’une population très fragile, il n’y a eu qu’1 % qui sont morts. C’est la réalité observée. Quand il y aura 1 000 morts dans l’Est, je dirai oui, c’est grave.

Vous êtes en permanence à contre-courant du discours…

Pr Didier Raoult : Ce n’est pas parce qu’il y a quelques personnes qui pensent certaines choses à Paris, que je suis à contre-courant. Dans mon monde, je suis une star mondiale, je ne suis pas du tout à contre-courant. Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n’est pas très compliqué, c’est diagnostic et traitement. C’est le B-A ba, si les gens ne connaissent pas le B-A ba des maladies infectieuses ou de la chloroquine qui s’apprend en troisième année de médecine, je n’y peux rien. Je vais pas refaire l’éducation de ceux qui refont le monde sur les plateaux-télé. Je me fous de ce que pensent les autres. Je ne suis pas un outsider, je suis celui qui est le plus en avance. La vraie question est : comment ce pays est arrivé dans un tel état que l’on préfère écouter les gens qui ne savent pas que plutôt ceux qui savent ?

24 patients sont suivis dans l’essai clinique, combien de personnes ont été traitées depuis…

Pr Didier Raoult : On en a traité d’autres mais je ne vous dirai pas combien. J’en informerai d’abord le ministère.

Après six jours de traitement, la charge virale de 75% des patients est négative, sont-ils pour autant guéris ?

Pr Didier Raoult : Ils sont guéris du virus. Mais si vous avez des lésions pulmonaires, elles ne disparaîtront pas en trois jours. Nous ne savons pas pour le moment non plus si, une fois guéri, vous pouvez retomber malade, cela n’a pas été décrit par les Chinois qui ont deux mois d’avance sur nous.

Quid des 25 % qui sont toujours positifs ? Leur situation s’aggrave-t-elle comme on le dit autour des 7e et 8e jours ?

Pr Didier Raoult : Nous n’avons pas eu d’aggravation dans les cas traités mais nous ne voyons pas de gens dans des états graves. Pour l’instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l’on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale.

Votre stratégie depuis le début de l’épidémie est de mobiliser tout l’IHU pour faire du dépistage massif, pourquoi, cela n’a pas été une stratégie nationale dès l’origine ?

Pr Didier Raoult : Ce n’est pas ma stratégie, c’est du bon sens. Je ne sais pas pourquoi ce n’est pas une stratégie nationale, c’est un choix politique. Moi, je fais mon devoir, point final. Je fais ce que je dois faire, je joue ma partition dans une pièce. Mais ce n’est pas moi qui ai inventé le théâtre, ni le texte. Je suis le seul à avoir une pensée classique sur les maladies infectieuses alors que tout le monde perd ses nerfs…

Quid des effets secondaires du traitement à l’hydroxychloroquine ?

Pr Didier Raoult : Ce qu’on dit sur les effets secondaires est tout simplement délirant. Ce sont des gens qui n’ont pas ouvert un livre de médecine depuis des années. Plus d’un milliard de gens en ont bouffé, les personnes qui souffrent de lupus en prennent pendant des décennies… Je connais très bien ces médicaments, j’ai traité 4 000 personnes au Plaquénil depuis 20 ans. Ce n’est pas moi qui suis bizarre, ce sont les gens qui sont ignorants. On ne va pas m’apprendre la toxicité de ce médicament.

« On ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif »

Le gouvernement a annoncé élargir les essais sur l’hydroxychloroquine mais par des équipes indépendantes de la vôtre, pourquoi ?

Pr Didier Raoult : C’est normal. Jusqu’il y a 30 ou 40 ans, en faisant face à des maladies qu’on soignait mal ou pas, la méthodologie, on s’en foutait un peu. Le premier type qui avait une infection à staphylocoque, on lui donnait de la pénicilline, il était guéri et tout le monde était content. Au fur et à mesure où l’on a été de plus en plus compétent, il a fallu faire des études en double aveugle, puis rendre publiques des données pour ne pas qu’il y ait des tricheurs, notamment en raison des enjeux financiers. Aujourd’hui, on sait par les Chinois que le portage moyen du virus est de 20 jours. Nous, nous avons les moyens de mesurer la charge virale, on voit qu’elle baisse, donc c’est que ça marche. On n’avait pas besoin de groupe témoin. Je suis content de l’élargissement des essais avec des médicaments, qui marchent, je suis juste un docteur. Si vous avez des doutes sur ma crédibilité, ce n’est pas mon problème. Il y a des gens soignés dans le monde entier, je ne me sens pas plus responsable des malades de Paris que de Corée. Ce seront les plus intelligents qui seront le mieux soignés. Je n’essaie pas d’être arrogant. Si les gens ne veulent pas regarder les chiffres, je n’y peux rien. Nous avons réalisé les 2/3 des tests de France, on a mis en place une machine de guerre. Après, on ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif.

La Provence, le 21 mars 2020

 


… et surgonflage politico-médiatique

Coronavirus : La bidasserie « sportive » yankee amène le virus à Wuhan en octobre 2019…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 15 mars 2020 by Résistance 71

 


CoVD19… Guerre biologique ?…

 

La preuve est de plus en plus évidente que l’armée américaine a amené le CoVD19 en Chine au moyen d’une fausse équipe sportive militaire pour des jeux mondiaux à Wuhan en octobre 2019

 

VT

 

13 mars 2020

 

url de l’article original:

https://www.veteranstoday.com/2020/03/13/china-us-brought-covid19-to-china-during-army-games-hid-disease-in-us-as-influenza/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En octobre 2019, les Etats-Unis ont amené 172 (en réalité 369) athlètes militaires aux jeux militaires mondiaux de… Wuhan. Malgré le fait d’avoir l’armée la plus puissante du monde, les Etats-Unis sont arrivés 35ème au décompte des médailles, derrière des pays comme l’Iran, la Finlande et la Slovénie. L’équipe américaine a été si pitoyable, qu’elle fut en fait surnommée l’équipe des “soldats sauce soja” par les Chinois. En fait, beaucoup des membres de cette équipe ne participèrent même pas à un évènement sportif et restèrent dans Wuhan, très près de… Huanan, le marché de vente en gros de fruits de mer, là où il est assumé que le CoVD19 eut son origine et ce quelques jours seulement après que l’équipe américaine n’ait quitté les lieux.

L’équipe américaine s’en retourna à la maison le 28 octobre 2019 et dans les deux semaines qui suivirent, les premiers cas de contact humain avec la maladie CoVD19 furent notifiés à Wuhan. Les Chinois n’ont pas été capables de retrouver celui ou celle qui serait le/la “patient(e) zéro” et pensent qu’il s’agissait d’un membre de l’équipe américaine.

Ils ont aussi des sources qui disent que les Etats-Unis ont mal représenté la grippe que Trump affirme avoir tué des milliers, une grippe apportée en Chine par l’équipe américaine, une grippe qui en réalité était le CoVD19, une maladie développée dans un laboratoire de guerre biologique militaire dans l’état de Washington, maintenant “ground zero” aux Etats-Unis pour le CoVD19.

Les Chinois affirment, chose qui est bien entendue censurée aux Etats-Unis, que l’attitude d’inattention et les résultats disproportionnellement pathétiques de l’équipe américaine à ces jeux sportifs, indiquent que ces personnes aient bien pu être présentes en Chine pour un objectif tout autre et qu’ils auraient bien pu être des agents de guerre biologique américains, et que leur endroit de résidence durant leur séjour à Wuhan était aussi très proche du marché de fruits de mer de Huanan où s’est produite la première agglomération de cas de la maladie.

De RT / Moscou : L’armée américaine a bien pu amener le nouveau coronavirus (CoVD19) en Chine à Wuhan, la ville qui a vu les premières infections de ce virus, a dit le porte-parole du ministre des affaires étrangères chinois Zhao Lijian jeudi.

“Quand le patient zero s’est-il déclaré aux Etats-Unis ? Combien de personnes ont-elles été infectées ? Quels sont les noms des hôpitaux ? Il se pourrait bien que ce soit l’armée américaine qui ait amené la maladie à Wuhan. Soyez transparents ! Rendez vos données publiques ! Les Etats-Unis nous doivent une explication !” a tweeté Zhao.

Se référant à une vidéo du Center for Disease Control (CDC) américain et de la prévention dans laquelle son directeur Robert Redfield admet apparemment que les Etats-Unis ont effectivement eu plusieurs décès liés au CoVD19 avant d’être capable de tester pour le virus, Zhao a appelé le service de contrôle américain  de se blanchir et de rendre les infos publiques, dans un tweet posté jeudi.

“Il est bien possible que ce soit les Etats-Unis qui ont amené la maladie à Wuhan”, a suggéré Zhao, appelant le CDC et les Etats-Unis de manière générale, d’être “transparents” et de partager ce qu’ils savent sur l’endroit et la date où fut diagnostiqué le “patient zero” de la maladie.

En l’absence des détails sur les patients ou de la chronologie des décès, la spéculation s’est amplifiée. La “théorie” de Zhao en particulier, s’est focalisée sur la délégation militaire américaine qui s’est rendue à Wuhan en octobre 2019 pour les jeux mondiaux militaires, quelques semaines avant le déclenchement de l’épidémie confirmé en décembre. La délégation faisait partie d’un groupe de 300 militaires américains prenant part à un évènement multi-sport international, évènement qui à l’instar de JO se tient tous les 4 ans.

L’OMS déclare que ce qui est maintenant la pandémie du CoVD19 a été en premier lieu rapporté comme un foyer de contagion depuis Wuhan en Chine le 31 décembre 2019. La recherche de l’origine de cette maladie potentiellement mortelle ne s’est pas interrompue, avec des versions conflictuelles impliquant le marché de fruits de mer de la ville de Wuhan et des chauves-souris, un met local, vendues aussi sur ce marché, tandis que d’autres suggèrent que les humains ont reçu le virus de tatous, un mammifère à écaille inscrit sur la liste des espèces menacées.

Des théories moins orthodoxes suggèrent une intention malicieuse, avec le chef du Corps des Gardiens de la Révolution iranien affirmant la semaine dernière que le CoVD19 pourrait bien être “le produit d’une attaque biologique de l’Amérique initialement ciblant la Chine puis s’étendant à l’Iran et au reste du monde”.

Jusqu’ici, le problème avec toutes ces théories, blâmant à la fois les humains et les animaux, est qu’aucune preuve directe de l’origine de la maladie ne s’est fait jour, alors que l’identité du “patient zero” chinois demeure également opaque. Il ne s’agit pas seulement de la Chine : dans l’état de Washington, qui a apparement identifié et isolé le tout premier voyageur, ayant eu des douzaines de contact vérifiés et sous-contrôle, le virus commença malgré tout à se propager.

Même Steve Wosniak, le co-fondateur d’Apple, a dit à un moment donné que lui et son épouse ont bien pu être les “patients zero” américains après avoir développé une mauvaise toux à leur retour de Chine. Il a depuis émergé que son épouse a été diagnostiquée avec “une infection des sinus”.

= = =

A lire aussi:
“Pourquoi Pékin soupçonne les Etats-Unis d’avoir apporté le virus CoV19 en Chine”  

Notre « Dossier Coronavirus »

 

Quelques réflexions sur l’origine du coronavirus impliquant les suspects habituels en toute affaire glauque…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, résistance politique, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 10 mars 2020 by Résistance 71

 


ß test d’arme biologique ciblante ?…

 

D’où vient le coronavirus… De Chine, des Etats-Unis ou d’Israël ?

 

Philip Giraldi* et RT

 

8 mars 2020

 

Traduction française du Cri des Peuples

 

Source:

https://lecridespeuples.fr/2020/03/08/dou-vient-le-coronavirus-de-chine-des-etats-unis-ou-disrael/

 

Notre dossier “Coronavirus 2019”

 

Le compte rendu médiatique le plus souvent rapporté de la genèse du Coronavirus suggère qu’il est dérivé d’un micro-organisme d’origine animale trouvé dans une chauve-souris sauvage qui a été consommée par un résident chinois de Wuhan. Mais il semble y avoir des preuves pour contester cela, à savoir le fait que les provinces chinoises adjacentes de Wuhan, où les chauves-souris sauvages sont plus nombreuses, n’ont pas connu de flambées majeures de la maladie. En raison de cela et d’autres facteurs, il y a également eu des spéculations considérables selon lesquelles le coronavirus ne s’est pas produit naturellement par mutation, mais a plutôt été produit en laboratoire, peut-être en tant qu’agent de guerre biologique.

Plusieurs rapports suggèrent qu’il existe des composants du virus liés au VIH qui n’auraient pas pu se produire naturellement. S’il est avéré que le virus avait été développé ou même produit pour être utilisé en tant qu’arme, cela suggérerait en outre que son ‘évasion’ de l’Institut de virologie de Wuhan, pour se retrouver dans la population animale et humaine, aurait pu être accidentelle. Les techniciens qui travaillent dans de tels environnements sont conscients que des « fuites » se produisent fréquemment dans les laboratoires.

Il y a, bien sûr et inévitablement, une autre théorie. Il y a eu des spéculations selon lesquelles puisque l’administration Trump a constamment soulevé la question de la croissance de la compétitivité mondiale de la Chine comme une menace directe pour la sécurité nationale et la domination économique américaines, il doit être possible que Washington ait créé et déclenché le virus dans le but de faire baisser l’économie et les forces militaires croissantes de Pékin de quelques crans. Il est certes difficile de croire que même la Maison Blanche sous Trump ferait quelque chose de si imprudent, mais il existe des précédents pour ce type de comportement. En 2005-2009, les gouvernements américain et israélien ont secrètement développé un virus informatique appelé Stuxnet, qui visait à endommager les systèmes de contrôle et d’exploitation des ordinateurs iraniens utilisés dans le programme de recherche nucléaire de ce pays. Certes, Stuxnet était destiné à endommager les ordinateurs, non à infecter ou tuer des êtres humains, mais les craintes qu’il se diffuse et se propage à des ordinateurs en dehors de l’Iran se sont avérées exactes, car il a infecté des milliers de PCs en dehors de l’Iran, dans des pays aussi éloignés que la Chine, l’Allemagne, le Kazakhstan et l’Indonésie [parlons encore de la guerre biologique de Washington à Cuba et au Viet-Nam avec le fameux ‘Agent orange‘, d’Al-Qaïda & de Daech, etc.].

Il y a inévitablement une histoire israélienne qui pourrait peut-être faire la lumière sur ce qui se passe en Chine. Des scientifiques de l’Institut israélien de recherche de Galilée affirment maintenant qu’ils auront un vaccin contre le coronavirus dans quelques semaines, qui sera prêt à être distribué et utilisé dans les 90 jours. L’Institut prétend qu’il a engagé quatre années de recherche sur le coronavirus aviaire, financées par les ministères israéliens des sciences, de la technologie et de l’agriculture. Il affirme que le virus est similaire à la version qui a infecté les humains, ce qui a conduit à des percées dans le développement du vaccin grâce à la manipulation génétique, mais certains scientifiques sont sceptiques quant à la possibilité de produire un nouveau vaccin si rapidement pour empêcher un virus qui n’existe que depuis tout récemment. Ils ont également averti que même si un vaccin était développé, il devrait normalement être testé pour les effets secondaires, un processus qui prend normalement plus d’un an et comprend son utilisation sur des humains infectés.

Si l’on considère qu’il serait ne serait-ce que possible que les États-Unis aient contribué à la création du coronavirus dans ce qui reste de son centre de recherche sur les armes biologiques autrefois étendu à Fort Detrick, Maryland, il est très probable qu’Israël était un partenaire du projet.

Aider à développer le virus expliquerait également comment les scientifiques israéliens ont pu prétendre réussir à créer un vaccin si rapidement, peut-être parce que le virus et son traitement ont été développés simultanément.

Quoi qu’il en soit, il y a des ramifications politiques claires à l’apparition du coronavirus, et pas seulement en Chine. Aux États-Unis, le Président Donald Trump est déjà blâmé pour avoir menti sur le virus, et il existe divers scénarios dans les publications grand public spéculant sur l’impact possible de la pandémie sur les élections en 2020. Si l’économie s’effondre avec le marché boursier, cela se reflétera mal sur Trump, qu’il soit ou non réellement en faute. Si l’endiguement et le traitement de la maladie elle-même aux États-Unis ne se passent pas bien, il pourrait également y avoir un contrecoup considérable, d’autant plus que les Démocrates ont encouragé l’amélioration de la prise en charge des soins et du système de santé. Cependant, un expert fait valoir que la maladie et une économie en déclin n’auront pas d’importance tant qu’il y a un revirement avant les élections, et beaucoup de choses peuvent se produire au cours des huit prochains mois.

Et puis il y a la question de la sécurité nationale / de la politique étrangère vue de Tel-Aviv et de Washington. Il est difficile d’expliquer pourquoi le coronavirus a frappé très sévèrement un pays en particulier autre que la Chine : ce pays est l’Iran, l’ennemi majeur des États-Unis et d’Israël. Le nombre de cas de coronavirus en Iran continue d’augmenter, et d’autres membres du gouvernement et responsables politiques infectés ont été confirmés samedi. Il y a eu 205 nouveaux cas de coronavirus, ce qui porte le total de 593 cas déclarés par le gouvernement à 43 décès, bien que les rapports officieux des hôpitaux suggèrent que les décès sont en fait bien supérieurs à 100. C’est le plus grand nombre de décès dus au virus en dehors de la Chine [article écrit avant que l’Italie annonce 366 décès].

Pas moins de cinq députés iraniens ont également été testés positifs, au milieu d’un nombre croissant de hauts responsables qui ont contracté la maladie. Le vice-président iranien Masoumeh Ebtekar et le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi avaient également déjà été confirmés infectés par le virus.

Les suspects habituels aux États-Unis sont ravis d’apprendre la mort des Iraniens. Mark Dubowitz, directeur exécutif de la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), basée à Washington mais connectée au gouvernement israélien, s’est vanté mardi sur Twitter que « le coronavirus a fait ce que les sanctions économiques américaines n’ont pas pu faire : arrêter les exportations non pétrolières de l’Iran ». Un porte-parole du gouvernement iranien a répondu : « Il est honteux et carrément inhumain de se féliciter de la propagation d’un virus mortel et de se réjouir de voir les gens en souffrir… » Dubowitz a poursuivi avec une raillerie supplémentaire, affirmant que Téhéran a « propagé le terrorisme » au Moyen-Orient et que « maintenant, l’Iran propage le coronavirus. »

Il y a donc plusieurs possibilités, et à chacun de pencher pour celle qui lui paraît le plus vraisemblable. Soit le coronavirus s’est produit naturellement, soit il est sorti d’un laboratoire en Chine même, ou même d’Israël ou des États-Unis. Si l’on soupçonne Israël et / ou les États-Unis, l’intention aurait clairement été de créer une arme biologique qui infligerait de sévères dégâts à deux nations désignées comme ennemies mortelles. Mais le coronavirus ne peut pas être contenu facilement et il est clair que plusieurs milliers de personnes en mourront. Malheureusement, comme avec Stuxnet, une fois que le génie est sorti de la lampe, il est diablement difficile de l’y faire rentrer.

* Philip M. Giraldi est un ancien spécialiste de la lutte contre le terrorisme et officier du renseignement militaire de la CIA qui a servi dix-neuf ans à l’étranger en Turquie, en Italie, en Allemagne et en Espagne. Il a été chef de la base de la CIA pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 et a été l’un des premiers Américains à entrer en Afghanistan en décembre 2001. Philip est directeur exécutif du Council for the National Interest, un groupe de défense basé à Washington qui cherche à encourager et à promouvoir une politique étrangère américaine au Moyen-Orient conforme aux valeurs et aux intérêts américains.

***

Rappelons ce propos de Vladimir Poutine le 30 octobre 2017 :

« Quant au fait que des images de nos citoyens et de nos électeurs soient collectées par certains et utilisées d’une manière ou d’une autre… Ce n’est pas si grave, mais savez-vous que du matériel biologique est collecté [par les Etats-Unis] dans tout le pays, à partir de différents groupes ethniques et de personnes vivant dans différents lieux géographiques de la Russie ? Mais pour quelle raison ?

Ils le font avec détermination et professionnalisme. Nous sommes un objet d’un très grand intérêt. Par conséquent, ce que j’ai dit dans la première partie et tout cela est interconnecté. Nous devons le traiter sans crainte. Laissez-les le faire ce qu’ils veulent, et pour notre part, nous ferons ce que nous devons faire. »

***

Le coronavirus pourrait être le produit d’une « attaque biologique » américaine dirigée contre l’Iran et la Chine, selon le chef du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran

Source : RT, le 5 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Commentaire de Denis Rancourt à propos de cet article : Il est difficile de ne pas considérer cette affirmation comme plausible ou du moins possible. Les États-Unis sont très avancés dans les armes biologiques. Dans une récente campagne bien connue : tous les dirigeants anti-américains en Amérique latine développaient des cancers agressifs mortels… De même, il a été démontré que la maladie de Lyme aux États-Unis était transmise par des tiques armées échappées de laboratoires. Le « coronavirus » et ses nombreuses variétés génomiques pourraient simplement être une couverture pour le véritable agent pathogène armé livré aux concentrations de leadership iranien par les États-Unis ?

Les États-Unis pourraient être le principal coupable de l’épidémie de Covid-2019 qui a frappé la Chine puis l’Iran, a déclaré le chef des Gardiens de la révolution, menaçant que le virus se retournera finalement contre ceux qui l’ont déclenché.

« Il est possible que ce virus soit le produit d’une attaque biologique des Etats-Unis qui s’est d’abord propagée à la Chine, puis à l’Iran et au reste du monde », a déclaré jeudi Hossein Salami.

Il a promis que l’Iran « lutterait » contre le virus et a averti que la maladie « reviendrait » aux États-Unis, si Washington était en effet responsable de l’épidémie.

Bien que de telles « théories du complot » circulent depuis un certain temps, il n’y a toujours aucune preuve officielle que cela soit vrai.

Le chef de l’Organisation de défense civile iranienne, le Général Gholam Reza Jalali, a déclaré mardi que le fait que les médias semaient la peur au sujet du nouveau coronavirus dans le pays pouvait suggérer que le virus est une attaque biologique contre la Chine et l’Iran. Il a déclaré que certains rapports indiquent qu’il pourrait s’agir d’un État hostile, mais a ajouté que ses soupçons nécessitaient une enquête en laboratoire et une étude du génome du virus.

L’Iran a été l’un des pays les plus durement touchés par le Covid-19 en dehors de la Chine continentale d’où il est originaire. Jeudi, la République Islamique avait signalé 3 513 cas confirmés et 107 décès attribués au virus. Selon le ministre iranien de la Santé, Saeed Namaki, une quinzaine de ceux qui ont succombé au coronavirus sont morts au cours des dernières 24 heures.

Le pays a fermé toutes les écoles et universités jusqu’à la fin de l’année civile du pays, le 20 mars, dans le but de stopper la propagation du virus.

Mardi, les médias d’État ont annoncé que le chef des services médicaux d’urgence iraniens était traité pour le coronavirus. De nombreux responsables iraniens de haut niveau sont tombés malades, infectés par le virus. Récemment, 23 députés  ont été testés positifs pour la maladie en République Islamique.

Mohammad Mirmohammadi, membre d’un conseil qui conseille le Guide Suprême Ali Khamenei, est décédé des suites de la maladie. Sa mort fait suite à celle de deux autres Iraniens de renom qui ont contracté le virus, un ancien ambassadeur et un député nouvellement élu.

***

Les échantillons biologiques russes sont « collectés pour la recherche », affirme l’US Air Force

Source : RT, 1er novembre 2017

Traduction : lecridespeuples.fr

Le choix de la population russe pour le matériel génétique n’était pas intentionnel et est lié à la recherche sur le système musculo-squelettique, a déclaré le porte-parole de l’US Air Education and Training Command (AETC).

Les doutes ont été suscités pour la première fois en juillet lorsque l’AETC a publié un appel d’offres visant à acquérir des échantillons d’-+acide ribonucléique (ARN) et de liquide synovial de Russes. Il a annoncé que tous les échantillons (12 ARN et 27 liquide synovial) « doivent être prélevés en Russie et doivent être de race blanche ». L’Air Force a indiqué qu’elle ne prendrait pas en compte les échantillons de tissus en provenance d’Ukraine, pour des raisons non expliquées.

Selon le porte-parole de l’AETC, le capitaine Beau Downey, le 59e centre de recherche moléculaire du groupe médical mène actuellement des « études locomotrices pour identifier divers biomarqueurs associés aux traumatismes ».

Downey a déclaré à RIA Novosti que l’étude nécessitait deux ensembles d’échantillons, avec des échantillons de maladie et de contrôle d’ARN et de membrane synoviale. Le premier ensemble a été fourni par une  « société basée aux États-Unis ».

« La demande [du centre de recherche] ne précisait pas d’où les échantillons devaient être reçus, mais pour poursuivre l’étude, des échantillons similaires étaient nécessaires. Étant donné que le fournisseur a initialement fourni des échantillons de Russie, adaptés au groupe initial de maladies, le groupe témoin des échantillons devrait également être d’origine russe », a-t-il déclaré. « Le but est l’intégrité de l’étude, pas l’origine [des échantillons]. »

Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi que du matériel génétique russe était récolté dans tout le pays. « Savez-vous que du matériel biologique est collecté dans tout le pays, auprès de différents groupes ethniques et de personnes vivant dans différentes régions géographiques de la Fédération de Russie ? La question est : Pourquoi font-ils cela ? Cela se fait avec détermination et professionnalisme. Nous sommes une sorte d’objet de grand intérêt », a déclaré Poutine au Conseil des droits de l’homme de la Russie, sans préciser qui pourrait être à l’origine des activités impliquant des échantillons biologiques russes. « Laissez-les faire ce qu’ils veulent, et nous ferons ce que nous devons », a-t-il dit.

Le fait que des échantillons de tissus russes figurent spécifiquement sur la liste des personnes recherchées a incité certains à se demander si le Pentagone travaille sur une arme biologique pour cibler les Russes. « Je ne dis pas qu’il s’agit de préparer une guerre biologique contre la Russie. Mais sans aucun doute, de tels scénarios sont en cours d’étude. C’est-à-dire au cas où le besoin se présenterait soudainement », a écrit sur Facebook Franz Klintsevich, le premier vice-président de la Commission de défense et de sécurité du Conseil de la Fédération de Russie. « Ce n’est pas un secret non plus que les différents groupes ethniques réagissent différemment aux armes biologiques. D’où la collecte du matériel biologique de Russes vivant dans des lieux géographiques différents. En Occident, tout est fait avec beaucoup de scrupule et est vérifié dans les moindres détails. »

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé mardi que les services spéciaux russes sont en possession de renseignements suggérant que les ONG collectent du matériel génétique auprès de la population. « Certains émissaires mènent réellement de telles activités, des représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres organismes. De tels cas ont été enregistrés, et les services de sécurité et le Président possèdent naturellement ces informations », a-t-il dit.

Ce n’est pas la première tentative de collecte d’échantillons de matériel génétique russe par des agences étrangères en Russie, a déclaré à RT Igor Nikulin, un ancien membre de la commission des Nations Unies sur les armes biologiques.

« De telles tentatives ont été faites dans les années 90, quand il y avait un programme sur le génome humain, puis il y avait aussi divers programmes dans les années 2000… sous différents prétextes, y compris les plus nobles ; mais pour une raison quelconque, tout cela se fait dans l’intérêt du département militaire des États-Unis, et cela soulève des soupçons », a déclaré Nikulin.

Il a noté qu’en règle générale, « des échantillons d’Européens du groupe slave, principalement des Russes » sont recherchés. « Des échantillons de sang sont prélevés pour analyse, et si l’organisation est étrangère, ce qu’ils font avec les résultats est toujours inconnu », a-t-il déclaré.

 

Coronavirus : Des résultats d’autopsies publiés par la Chine

Posted in actualité, crise mondiale, presse et média, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies with tags , , , , , , on 8 mars 2020 by Résistance 71

 

 

La Chine publie les résultats d’autopsies pratiquées sur des victimes du Coronavirus, les sources d’infection déterminées

 

VT

 

8 mars 2020

 

Source:

https://www.veteranstoday.com/2020/03/07/china-publishes-coronavirus-patients-autopsy-results-infection-sources-determined/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Note de l’éditeur Jim Dean:

Ceci est un article du 4 mars 2020 que je n’ai trouvé qu’en fouillant les infos de l’agence [russe] TASS. Je n’ai vu ceci mentionné nulle part ailleurs dans quelques mises à jour que ce soit sur le virus et ce malgré une grosse couverture médiatique ces jours derniers. Ainsi, maintenant nous savons qu’il y a deux type de virus…

Les médias ont-ils été simplement estomaqués par cela, ou y a t’il eu une censure ayant pour but de ne pas mettre la Chine sous les feux de la rampe maintenant qu’elle est la meilleure soUrce de connaissance du virus maintenant ?…

La Commission Nationale pour la Santé chinoise a publié des résultats d’autopsies faites sur des patients décédés du coronavirus et a dit que les sources d’infection sont déterminées, a rapporté mercredi l’agence d’information chinoise Xinhua.

L’article donne les données sur le degré d’infection et les changements pathologiques dans les poumons des victimes, elle rapporte également une diminution de la taille de la rate et une dégradation des cellules du myocarde (cœur). Le rapport note que le coronavirus a été trouvé dans le système d’excrétion humain, qui peut aussi servir de source de contamination par contact et de mécanisme d’infection aérosol.

Le mécanisme d’infection aérosol implique la transmission du virus en parlant, toussant et éternuant. Il inclut aussi la transmission par poussière, lorsque des particules de poussière contenant le virus pénètrent dans les poumons d’un humain sain.

De plus, les chercheurs chinois ont découvert deux sous-types de virus qui ont une virulence différente, d’après l’académie des sciences chinoises.

Les chercheurs ont examiné 103 spécimen de Coronavirus et on découvert qu’ils avaient opéré 149 mutations et évolué en deux sous-types : S et L. Ces deux sous-types ont été trouvés dans 101 spécimen et 70% de ceux-ci étaient de type L, tandis que 30% étaient de type S.

Le sous-type L est le plus virulent a dit la recherche.

Le sous-type S du coronavirus ressemble plus à celui trouvé chez les chauves-souris.

Les chercheurs pensent que le sous-type S est une version plus “ancienne” du coronavirus.

Pendant les premiers jours de la contamination à Wuhan, le sous-type L était très présent, mais après la première semaine, son incidence a diminué.

Au sujet de l’infection

Une éruption de pneumonie causée par la CoVD-19 a été rapporté à Wuhan en Chine, une grosse ville de commerce et industrielle ayant une population de 12 millions d’habitants, fin décembre 2019.

L’OMS a déclaré l’éruption du coronavirus comme urgence à la santé publique et une préoccupation internationale, la décrivant comme une épidémie sur plusieurs endroits.

A part la Chine, des éruptions du virus se sont produites en Corée du Sud en Iran et en Italie. Plus de 70 pays, incluant la Russie, ont déclaré des cas d’infection au coronavirus.

La Chine, qui compte la grande majorité des cas enregistrés d’infection au coronavirus , quelques 3000 personnes y sont décédées du virus avec près de 80 000 personnes infectées et 50 000 qui ont récupéré de la maladie. D’après l’OMS, en dehors de Chine quelques 10 500 personnes ont été infectées et 160 sont décédées (NdT: soit un taux de mortalité d’environ 1,5% de personnes essentiellement affaiblies au préalable ou âgées…)

Lecture complémentaire:
« Coronavirus… Pandémie ou hystérie organisée ? »

 


La peur musèle la réflexion…

Coronavirus… Pandémie ou hystérie organisée ?

Posted in actualité, média et propagande, santé, santé et vaccins, science et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , on 3 février 2020 by Résistance 71

 


Danger réel ou nouveau croquemitaine ?…

 

Coronavirus : Une hystérie disproportionnée au service des lobbys

 

Denis Rancourt

 

2 février 2020

 

Source de l’article en français:

https://lecridespeuples.fr/2020/02/02/coronavirus-un-scientifique-denonce-une-hysterie-disproportionnee-au-service-des-lobbys/

 

En ce qui concerne le Coronavirus, le contexte socio-économique mondial est que les Nations Unies, influencées par la finance internationale liée à de grands intérêts pharmaceutiques, ont mis en place une structure de réponse à la pandémie caractérisée par une phobie coordonnée et institutionnalisée, toujours désireuse de détecter et de répondre de manière disproportionnée à chaque noyau supposé d’une nouvelle pandémie de grippe létale.

En fait, les seules pandémies de grippe historiques notables ont toutes causé un million de décès ou plus, alors même que grâce à une détection accrue et des méthodes de diagnostic modernes, le coronavirus actuel n’a causé que quelques centaines de décès, bien moins que la grippe classique dans les grandes villes occidentales.

Lesdits intérêts de la finance mondiale contrôlent également les principaux réseaux de médias et sont toujours heureux de gonfler la phobie pandémique. En outre, la plus grande menace perçue aux États-Unis à l’ère actuelle est la montée et l’intégration de l’Eurasie, tirée par la Chine sur le plan économique. Par conséquent, l’alarmisme autour du coronavirus est également une opportunité de campagne géopolitique pour rabaisser et isoler la Chine ; en fait, il s’agit d’une hystérie militarisée qui crée des réactions racistes dans de nombreux centres occidentaux. Le racisme intérieur anti-chinois peut être politiquement exploité aux États-Unis pour soutenir des politiques agressives contre la Chine, y compris des politiques protectionnistes limitant les échanges économiques et même culturels.

Cependant, je ne pense pas que les accords commerciaux de Trump puissent être considérablement affectés par la frénésie médiatique autour du coronavirus : les soi-disant accords commerciaux (« équilibrage » commercial contraint) sont une bouée de sauvetage imposée avec force pour une économie américaine en déclin, qui fait face à un horizon dans lequel le dollar américain ne sera plus la monnaie prépondérante à l’échelle mondiale.

* Denis Rancourt est un scientifique de renom, ancien Professeur de physique à l’Université d’Ottawa, exclu pour son militantisme (notamment pro-palestinien) & ses positions controversées sur le réchauffement climatique

***

Coronavirus : Rappel de quelques faits

 

Par Godfree Roberts, le 28 janvier 2020

 

Source : https://www.unz.com/article/coronavirus-the-dark-side/

 

Traduction : lecridespeuples.fr

 

1/ Le médicament Vioxx a tué des dizaines voire des centaines de milliers d’Américains : un bilan qui aurait pu être réduit de 90% si la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) avait émis un avertissement en temps opportun.

2/ Les produits pharmaceutiques, correctement et légalement prescrits, tuent 140 000 Américains chaque année, mais la plupart des gens ne sont pas conscients de leur létalité et ne savent pas comment éviter d’être tués de cette façon.

3/ Les décès par coronavirus sont peu nombreux, ses victimes sont âgées et la prévention est simple.

4/ Les médias rapportent que les décès dus à la grippe américaine cette saison s’élèvent à 8 200 jusqu’à présent, mais ce ne serait pas digne de figurer dans les informations ?

5/ 142 000 Américains sont décédés des suites d’une consommation de médicaments pharmaceutiques en 2016, mais ce n’est pas non plus un rappel digne d’intérêt.

6/ Mais le fait que 300 Chinois (pour la plupart nés pendant la Seconde Guerre mondiale, souffrant de malnutrition et /ou porteurs de maladies lourdes par ailleurs) sont morts à cause d’un nouveau virus devrait  nous faire croire qu’il s’agit d’une épidémie ?

Cette année marque le centenaire de la grippe espagnole, la pandémie la plus meurtrière de l’histoire humaine. On estime que 500 millions de personnes l’ont contractée (un tiers de la population mondiale en 1918) et qu’entre 50 et 100 millions d’entre elles sont mortes. Les Asiatiques étaient trente fois plus susceptibles de mourir que les Européens.

La grippe tue 646 000 personnes dans le monde chaque année, tandis que dans le monde, des dizaines de millions de personnes attrapent la grippe et en guérissent sur tous les continents habités. Tous ces millions de personnes infectées en contaminent d’autres à la maison, au travail, à l’école, dans les lieux de culte, dans les voyages et dans tous les lieux publics imaginables, propageant leurs virus à travers la planète. Cela n’alarme personne.

La souche impliquée dans la dernière pandémie de grippe, l’éclosion de grippe porcine en 2009 (H1N1), était très contagieuse, mais moins sévère et fatale que les souches pandémiques précédentes. Sur les 61,7 millions de personnes vivant au Royaume-Uni en 2009, 457 en sont mortes, ce qui est similaire au bilan annuel habituel de la grippe. La grippe asiatique de 1957 et les pandémies de grippe de Hong Kong de 1968 à 1969 ont été plus graves ; le nombre de morts dans chaque cas a été estimé à environ un million dans le monde.

Le taux de mortalité des infections grippales « graves » dans le monde est d’environ 13%, à peu près le même que pour les « infections SRAS graves ». Le nouveau virus est probablement bien plus létal que cela.

Les médias occidentaux nous conditionnent à une peur pavlovienne de la Chine avec des cartes comme celles-ci, tout en criant au loup pour que la grippe chinoise soit déclarée comme une urgence sanitaire internationale et une pandémie mondiale, mais jusqu’à présent, l’OMS refuse de déclarer que l’épidémie du virus chinois est une urgence sanitaire mondiale. Comment a-t-elle osé, en regardant la carte grotesque montrée ci-dessus?

Le service de santé publique chinois compte probablement parmi les plus efficaces au monde, et c’est pourquoi les enfants chinois vivront plus longtemps et en meilleure santé que leurs contemporains américains. Mais ce n’est pas nouveau non plus. Et c’est indigne d’être rappelé par les médias dominants.

Selon la revue scientifique internationale Nature,

La rapidité et l’ouverture de la réponse scientifique au coronavirus sont sans précédent. Dix jours après qu’il a été signalé pour la première fois chez l’homme, des scientifiques chinois et australiens ont publié la séquence génétique du virus. En quelques heures, les laboratoires de recherche du monde entier mobilisaient toutes leurs ressources pour comprendre la maladie. « C’est l’une des premières fois que nous voyons une épidémie d’un nouveau virus et que la communauté scientifique partage ses données presque en temps réel », explique le biologiste moléculaire Michael Letko.

David Ho, chercheur médical sur le VIH / SIDA, a souligné qu’à la fin de la semaine dernière, le taux de mortalité semblait être d’environ 2,5%, ce qui est « environ 3 à 4 fois inférieur à celui du SRAS », ajoutant : « Les décès surviennent chez les personnes âgées ou ayant des problèmes de santé antérieurs. Si nous devions comparer les chiffres de la grippe à ceux de ce nouveau Coronavirus, le nombre absolu de cas et les taux de mortalité seraient beaucoup plus élevés [pour la grippe normale]. Mais nous sommes plutôt complaisants face à la grippe même si elle est assez mortelle pour les très jeunes, les personnes âgées et ceux qui ont des problèmes médicaux sous-jacents. »

Aucun décès n’a été signalé en dehors de la Chine, corroborant le taux de mortalité relativement faible d’après les données officielles en Chine.

Le New York Times résume la situation internationale pour ce qui est de la propagation de l’infection :

La Thaïlande et Hong Kong ont signalé chacun huit cas d’infection ; les États-Unis, Taïwan, l’Australie et Macao en ont cinq chacun ; Singapour, le Japon, la Corée du Sud et la Malaisie en ont chacun signalé quatre ; la France en a trois ; le Canada et le Vietnam en ont deux, et le Népal et le Cambodge en ont chacun un.

= = =

Mise à jour du 4 février 2020 par Résistance 71:
Ci dessous une traduction du dernier article de Paul Craig Roberts, que nous fûmes les premiers à traduire il y a bien des années de cela et que nous ne traduisons plus et publiée sur AlterInfo. Cette intervention de Roberts sur le sujet est néanmoins intéressante:

« Mise au point sur cette histoire de Coronavirus »

 


CoV… naturel ou fabriqué ?