Archive pour salariat et esclavagisme moderne

Réflexion participative sur le 1er Mai…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 3 mai 2015 by Résistance 71

Nous avons traduit ce petit texte court et percutant (a t’elle écrit des textes non percutants ?…) d’Emma Goldman, qui est la retranscription d’une annonce qu’elle fit publiquement à Toronto en 1939. Comme le plus souvent, ce type de texte est toujours d’une actualité brûlante, néanmoins certaines choses essentielles ont changé depuis. Nous lançons ici une petite expérience pédagogique participative: Qu’est-ce qui a changé depuis 1939 et ce texte de Goldman ? Comment (ré)agir aujourd’hui ? Merci de commenter là-dessus en essayant de rester le plus bref possible afin d’encourager lecture et participation. Merci.

— Résistance 71 —

 

1er Mai 1939

 

Emma Goldman, Toronto 1939

 

Source: http://robertgraham.wordpress.com/2015/05/02/emma-goldman-on-may-day/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Une fois de plus nous célébrons le premier jour du mois de Mai, marchant dans les rues, chantant, écoutant les beaux discours des politiciens et des leaders ouvriers. Mais tout cela est-il le but de 1er Mai ?

On nous dit qu’ici, au Canada, la prospérité est de retour. Les barons de l’industrie engrangent des millions de dollars de la sueur et du labeur des travailleurs canadiens.

Oui, nos maîtres vont nous accorder des “droits démocratiques” lorsque vient le jour des élections. Ils savent très bien que tant que nous utilisons notre “puissant” papelard dans les urnes, rien ne viendra menacer leurs privilèges. Mais quand nous utilisons l’action directe, votre force collective, faisons la grève pour de plus hauts salaires, alors nos patrons nous disent que nous avons outrepassé nos “droits démocratiques”.

Notre force réside dans le domaine économique, dans les usines, dans les ateliers, dans les mines et non pas dans les lobbies du parlement ou sur les marches des mairies. Ainsi, compagnons travailleurs, marquons ce premier jour de Mai de la compréhension que l’organisation dans le champ économique est notre seule arme vraiment effective contre la guerre et son créateur qu’est l’État, contre le capitalisme et son rejetons le fascisme.”

Politique et social: Emploi et précarité… Retour au XIXème siècle

Posted in actualité, économie, crise mondiale, néo-libéralisme et paupérisation, politique et social, politique française, résistance politique, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , on 1 juillet 2013 by Résistance 71

A saisir, esclaves européens en solde !

 

1er Juillet 2013

 

url de l’article:

http://www.alterinfo.net/A-SAISIR–ESCLAVES-EUROPEENS-EN-SOLDE_a92037.html

 

 

Augusto de Azevedo Monteiro voulait gagner sa vie. Il l’a perdue. Maçon détaché en France par EYP, une boîte portugaise, cet ouvrier usinait sur l’air très en vogue de la sous-traitance à bas coût dans la gadoue d’un chantier de Spie Batignolles, à Villeneuve-la-Garenne. Le 6 décembre, il est mort écrasé par une dalle qu’un coffrage hâtif à force de cadences infernales n’a pas su contenir.

Enfant d’Esposende, ville voisine de Braga irriguée par la crise et ses misérables affluents, Augusto de Azevedo Monteiro avait 35 ans, une famille et plus un euro rouillé en poche. Les 565 € brut de son dernier Smic flambés, ses allocations chômage taries, il avait opté pour une mission en France. « Notre pays agonise et nous constituons une main-d’œuvre bon marché, confie une salariée francophone d’EYP. On sait que Spie fait appel à nous parce que nous coûtons moins que nos concurrents français. »

Roumaines, polonaises, espagnoles ou portugaises, les plaques d’immatriculation des camionnettes de société ou d’agences d’intérim alignées sur le parking de Villeneuve-la-Garenne disent la géographie de la crise. A en croire le communicant de Spie, pourtant, « EYP a été préféré à deux candidats hexagonaux pour des raisons de disponibilité, rien d’autre ! » Les Portugais parlent plus clair : « Nous n’avons presque plus de clients locaux et, quand c’est le cas, ils n’honorent pas leurs factures, tranche l’employée d’EYP. Spie au moins paie nos prestations : la détresse des uns fait les bonnes affaires des autres, c’est comme ça…»

L'(a)moralité de cette histoire, les bâtisseurs français l’ont bien comprise : faute de pouvoir délocaliser leurs chantiers, ils importent à grandes pelletées des ouvriers certifiés low cost par des entreprises sous-traitantes ou des agences d’intérim implantées dans des territoires où le coût du travail s’évalue en nèfles. C’est « malin », c’est légal, c’est européen.

En 1996, les crânes d’œuf de Bruxelles bétonnent une directive autorisant le « détachement temporaire de travailleurs » entre pays de l’UE. Alimentée par la disette qui sévit au sud, facilitée par les écarts de niveau de vie entre anciens et nouveaux entrants, la braderie tourne depuis le milieu des années 2000 à l’opération déstockage. Soldes à l’année, prix discount garantis. « Cette pratique est compétitive car ces salariés voyageurs restent assurés dans l’Etat d’établissement de leur employeur, avance Fabienne Muller, chercheuse en droit social à l’université de Strasbourg. Or, pour un non-cadre, les cotisations patronales varient de 38,9 % en France à 24,6 % en Espagne, 18,3 % en Pologne, pour tomber à 6,3 % à Chypre ! » Inutile de tyranniser les calculettes pour comprendre qu’entre le détachement et les employeurs français l’attraction est fatale.

De 10 000 en 2000, les pèlerins du turbin sont, selon le ministère du Travail, 145 000 aujourd’hui. « Ils permettent aux entreprises utilisatrices de réaliser une économie allant jusqu’à 25 % », note un inspecteur du travail. Juteux, oui, mais pas assez. En février 2011, un rapport parlementaire éclaire la face cachée du phénomène et porte le nombre de détachés à 435 000 : moult itinérants, dont un tiers tribulent dans le BTP, échappent en effet aux statistiques à force de magouilles.

« Les Français avaient l’air de Playmobil tellement ils étaient protégés. »

En juin 2011, à l’issue d’une série d’accidents du travail non déclarés, Bouygues avait dû divorcer d’Atlanco : cette société de travail temporaire opportunément localisée à Chypre avait envoyé des brassées de Polonais sans couverture sociale sur le chantier de l’EPR de Flamanville, dans la Manche.

Dans la foulée de ce couac nucléaire, le parquet de Cherbourg a ouvert quatre enquêtes. Pas moins ! Car, si les nomades de la truelle sont détachés, c’est d’abord de leurs droits. « Les textes prévoient qu’ils bénéficient du noyau dur de notre législation, salaire minimum et horaires de travail en tête. Or, c’est rarement le cas », tonne Laurent Dias, responsable de la CGT construction en Auvergne.

« La plupart du temps, les employeurs étrangers présentent des déclarations de détachement dûment remplies, enchaîne Renaud Dorchies, chargé de la lutte contre le travail illégal à l’Urssaf de Basse-Normandie. Mais, entre les salaires mentionnés et les sommes réellement versées, il y a un monde : beaucoup d’ouvriers rétrocèdent une partie de leur obole en rentrant chez eux, se voient infliger des retenues pour l’hébergement ou la nourriture théoriquement pris en charge… Jamais ils ne s’en plaignent : dans cet univers vicié, c’est malheur à celui qui l’ouvre. Aujourd’hui, on a des Bulgares qui se bousculent pour 300 € mensuels… »

Le limier de l’Urssaf a récemment épinglé une famille roumaine, fournisseuse de bras pour une entreprise nationale : « Père et fils avaient créé une société boîte aux lettres en Roumanie. Contrairement aux règles en vigueur, elle était dénuée de toute activité sur ses terres et déversait chez nous des soutiers payés à peine plus que le Smic roumain [180 €]. C’est une entourloupe classique. » Classique aussi, l’empilement des prestataires façon mille-feuille. « Sur les gros chantiers, ajoute l’enquêteur, on peut recenser huit ou neuf rangs de sous-traitants : les salariés ne savent plus à qui ils appartiennent ! »

Passé les bornes, y a plus de limites ? « Il est urgent de démanteler les montages illégaux qui faussent les règles de la concurrence, avance le cabinet de Michel Sapin, occupé à une révision de la directive de 1996. Nous plaidons aussi pour renforcer la responsabilité civile et pénale des donneurs d’ordre. » Les politiques français aboient… Leurs confrères anglais, polonais et autres ayatollahs de la flexibilité, crient au combat d’arrière-garde. Annoncé fin février, le remaniement de la directive a été reporté à des calendes qui pourraient être grecques.

Tant pis pour le dumping social alors que, en 2012, les dépôts de bilan dans le BTP ont bondi de 6 % ; tant pis pour les 40 000 emplois menacés d’ici à fin 2013. « Tant mieux pour le marché aux esclaves ! » raille le cégétiste Laurent Dias. Sherlock des parpaings, ce fils de réfugiés politiques portugais s’évertue à débusquer les anguilles sous échafaudages et tonitrue que « la « bolkensteinisation » des masses trimbalées d’un pays de l’UE l’autre pour des clopinettes est actée ».

Et de brandir la fiche de prestation d’un plaquiste polonais : traduite par une interprète, elle indique 628,80 € pour 169 heures. Le contrat de détachement établi voilà quelques mois entre MPP, pointure de l’intérim portugais, et Alberto, vaut lui aussi le coup d’œil : prêté à Sendin SA, prospère armaturier français, Alberto a officié sur une grande œuvre de Bouygues, à Boulogne. Une collaboration couronnée par 610 € mensuels. Champagne ! Pour le DRH de Sendin, « s’il y a eu manquement, c’est de bonne foi ! Tous mes intérimaires étrangers sont déclarés au Smic, mais je n’ai pas accès à leurs fiches de salaire, le droit m’en empêche. Si je pouvais, je vérifierais ! Reste que nous ne bosserions pas pour Eiffage ou Vinci si nous étions des barbares !» A écouter Joaquim, 48 ans, la chose se discute.

Originaire de Porto, il s’est démené quatre mois, au printemps 2012, sur le chantier du Carré de Jaude, mégacomplexe immobilier édifié par Eiffage à Clermont-Ferrand. Ferrailleur, il s’activait pour l’armaturier tricolore ASTP via la défunte agence d’intérim lusitanienne Paulo SA.

« Les Français avaient l’air de Playmobil tellement ils étaient protégés. Moi, j’œuvrais en suspension sans panoplie de sécurité. » Fruit de ses contorsions : « 600 € mensuels. Paulo SA en retenait 80 pour le mobil-home où je dormais, dans un camping. Les deux derniers mois, je n’ai rien touché. On m’a expliqué qu’ASTP était en redressement judiciaire. »

Précisons pour la bonne bouche qu’ASTP, experte ès détachements fumeux, est gérée par le frère du patron de Sendin SA. Une famille formidable ! « Quand j’ai signalé au chef de chantier d’Eiffage que mes sous étaient bloqués, poursuit Joachim, il a soupiré que c’était pénible. » Une empathie à la hauteur des positions du groupe : en septembre 2012, Michel Gostoli, président d’Eiffage Construction, écrivait ainsi à la CGT, mobilisée sur cette affaire : « L’entreprise ne peut être tenue responsable du non-paiement d’un quelconque salarié prêté. […] Nous ne sommes pas en mesure d’exiger de nos sous-traitants qu’ils nous communiquent des éléments de rémunération de leurs personnels. » Ponce Pilate ne se serait pas mieux rincé les pognes.

Joaquim pourtant est résolu à porter son infortune devant les prud’hommes avec le soutien de l’inusable Laurent Dias. « Je veux récupérer mon argent, réagit-il. Au Portugal, avec mes 5,50 € l’heure, je m’en sortais mieux. Ici, je n’étais même pas à 4 €. » A peine plus qu’Hugo et ses 3,17 € : enrôlé avec deux camarades par un compatriote véreux, ce trentenaire déjà voûté veut lui aussi en découdre. « On n’a pas été payés, les prud’hommes de Draguignan doivent nous rendre justice, scande-t-il. Cinq cent cinquante euros mensuels pour 40 heures hebdomadaires, c’est un tarif de chiens et on nous l’a refusé ! Quand l’un de nous s’est sectionné le tendon avec une scie circulaire, il a été jeté à l’hôpital comme un déchet, personne n’a été alerté. On ne mérite pas ça…»

Derrière cette valse des pantins, plusieurs marionnettistes : un maître d’œuvre, Var Habitat, qui plaide l’ignorance. Un sous-traitant, La Valettoise, qui jure avoir « cédé au low cost pour surnager à l’heure où tous les coûts sont tirés vers le bas». Une boîte d’intérim, Proposta Final, dissoute après avoir été sanctionnée pour «non-versement des rémunérations»… mais dont Marianne a retrouvé l’agité fondateur.

« Moi, je m’en fous, de tout ça, braille-t-il. J’ai monté une autre affaire en France avec une filiale au Portugal : là-bas, mes cinq sœurs trouvent des candidats par petites annonces et me les ramènent. Y a qu’à ramasser ! » Et de fanfaronner : « En ce moment, j’ai 10 gars à Toulon, 15 autres à Grenoble. Avec moi, un patron français économise 800 € par tête d’ouvrier. Je fais mon beurre et le Portugais, il est content. » Ce parangon d’intégrité a baptisé sa nouvelle machine à asservir Pioneiros em marcha, soit « Pionniers en marche ». Pour qui considère l’espace économique européen comme un nouveau Far West, ce n’est pas mal vu…

« Nous sommes sans arrêt démarchés par mail, par fax ou de visu par des commerciaux très rentre-dedans, ronchonne Patrick Liebus, de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). Ces rabatteurs se comportent comme des maquereaux ! »

Illustrations par quelques échanges téléphoniques : « Le tarif de nos intérimaires est négociable, on fait des prix de gros, promet Eurokontakt, boîte de placement de personnel temporaire basée à Wroclaw, en Pologne. Plus vous me prenez d’hommes, plus vos coûts de production baisseront. Et, si l’un de nos gars ne vous convient pas, on vous le remplace sans frais. » Un modèle de service après-vente !

Variation sur le même boniment dans les rangs d’Operari, domiciliée à Varsovie : « Tout se marchande, c’est la mondialisation. Si un patron français attaque bien la masse et me recrute assez de types, je lui facture le mec 13 € l’heure, deux fois moins qu’un prolo français. En plus, le Polonais ne fait pas de chichis tandis que le Gaulois – je le sais, je suis français – exige une prime intempérie à la première averse.»

La toujours polonaise Budex, qui affiche ses partenariats avec Bouygues et Vinci, vante le « courage » et la « motivation » de ses poulains avec la délicatesse d’un éleveur flattant le cul de ses vaches au Salon de l’agriculture. Au sud, au Portugal, la foire aux bestiaux bat aussi son plein. « Nos ouvriers savent se faire mal sans se rebeller », plastronne un certain Laurentino. Fondateur d’une « compagnie » (sic), l’homme « repère les boîtes en faillite dans la presse portugaise, drague les futurs licenciés et les détache en France. Mes équipes triment jusqu’à 60 heures par semaine, au-delà, elles fatiguent : sur les contrats, je diminue les heures réellement effectuées, j’augmente artificiellement le tarif horaire, et ça passe ! »

Face à ces contournements, les organismes de contrôle tricolores sont priés de se mobiliser sans moyens. « Sarkozy nous a saignés, nous sommes à peine 1 200, râle un inspecteur du travail. De plus, notre organisation est territorialisée : comment tracer des dossiers transfrontaliers quand on ne peut intervenir au-delà de sa région ? » Pour l’efficace et entêté Renaud Dorchies, de l’Urssaf, « ces affaires peuvent décourager car nous nous heurtons à la résistance de certains pays, dont les administrations ne collaborent pas du tout ».

Et de prévenir que, « faute de contre-feux efficaces, ces pratiques vont tourner au drame économique ». Volubile leader de la Capeb, Patrick Liebus acquiesce : « A systématiquement privilégier le moins-disant, les cadors de la construction ont introduit le ver de la concurrence déloyale dans le fruit. Aujourd’hui, pour remporter les marchés, les sous-traitants attitrés des Eiffage, Bouygues et Vinci sont acculés au low cost, c’est dévastateur. »

Membre de la très libérale Fédération française des travaux publics jusqu’en juin 2012, Jean-Yves Martin aurait-il tourné casaque ? Dans un curieux revirement idéologique, il pourfend un « système délirant » : « Soit on s’adapte au train d’enfer mené par les majors elles-mêmes pressurées par les maîtres d’ouvrage, soit on coule. On est dans la même folie que celle qui convertit le cheval en bœuf. » Qui fait le cheval, qui fait le bœuf ? Jean-Yves Martin hésite.

Et pour cause : liquidée l’été dernier, Centrelec, son entreprise, a en son temps sollicité un sous-traitant polonais… Vous avez dit double langage ? Prompt à éreinter la « frénésie low cost », Didier Ridoret n’en préside pas moins la patronale Fédération française du bâtiment (FFB), qui draine les mammouths écraseurs de prix : « J’ai 57 000 adhérents parmi lesquels figurent certainement des moutons noirs, mais je défends l’avenir de l’activité. La directive de 1996, même appliquée à la lettre, est devenue intenable. Cette compétition biaisée nous tue. »

Déontologue autoproclamé, Ridoret se refuse à tancer les mauvais élèves de la FFB, au motif qu’il « ne dirige pas un ordre ». « Si j’évinçais ceux qui sont en délicatesse avec le fisc, l’hygiène ou les règles du prêt de main-d’œuvre… » Avec des adversaires de cet acabit, le détachement n’a pas besoin de partisans.

« En France, ce dispositif est perçu comme honteux, mais cette Europe-là, les politiques l’ont voulue. Il n’y aura pas de retour en arrière : Bruxelles y verrait un abus de protectionnisme », analyse Pierre Maksymowicz, créateur d’In Temporis, spécialiste des mobilités intra-européennes. De Lublin, où il développe honnêtement son business, il témoigne que Maurice Taylor is rich… de partisans.

A l’instar du patron de Titan, Pierre Maksymowicz conchie les ouvriers français « obnubilés par leurs pauses- cigarette et incapables de rivaliser avec nos Polonais et nos Roumains en termes de rendement ». Et de lâcher : « Tous mes clients français me disent que, chez eux, c’est « bonjour paresse ». Ce refus de la pénibilité se traduit par une énorme pénurie : nos intérimaires ne font que colmater les brèches.» Avec 8 000 chômeurs supplémentaires recensés chaque mois dans le BTP, la pénurie sent l’alibi.

Patron du groupe Sesar, 160 salariés, Benoît Perret a sollicité une boîte portugaise pour rafler un appel d’offres d’Eiffage. « Ici, on manque vraiment de candidats dans les jobs d’exécution et, quand on trouve, il y a un déficit d’implication, commence-t-il par justifier. Je suis allé saluer mes intérimaires portugais et tous m’ont remercié de leur donner du travail. Chez nous, c’est impensable. »

Serait-ce la seule ingratitude de ses compatriotes qui l’aurait converti aux vertus du détachement ? « Aujourd’hui, admet-il, les donneurs d’ordre négocient prix et délais jusqu’au bout : le prêt de main-d’œuvre est la seule parade à leurs exigences. C’est tragique, mais tout le monde s’y met. » Kader, 56 ans, s’en désole. Chef de travaux pour un géant du secteur, il compare la déferlante low cost à « un virus qui ne profite qu’aux patrons. La misère de ces gars est utilisée pour nous démoraliser et nous convaincre que nos droits d’ouvriers vont régresser. Le pire, c’est qu’on n’arrive pas à expliquer à ces malheureux qu’ils nous précipitent vers le bas : ils sont dressés pour subir. Encore plus opprimés que nous, les Arabes, dans les années 60 ». A l’Europe, rien d’impossible.

QUAND L’EUROPE ÉTRANGLE SA MAIN-D’OEUVRE

Faute d’harmonisation sociale dans l’Union européenne, le recours à des «travailleurs détachés» menace des pans entiers de l’économie, s’alarme un rapport parlementaire rendu public fin mai. Le «détachement» consiste, pour un patron, à envoyer ses employés exercer temporairement leurs fonctions dans un autre Etat membre de l’Union. La manip ? Les charges sociales appliquées restant celles du pays d’origine, ces travailleurs low cost venus d’Europe de l’Est ou du Sud triment pour 3 à 6 € l’heure. Vive le dumping social made in Europe !

 

1,5 C’est, en million, le nombre de travailleurs détachés, selon la Commission européenne. Une grande partie d’entre eux n’est pas déclarée.