Archive pour révolution médias alternatifs

Impérialisme et propagande: L’occident repose sur des mensonges et de moins en moins de personnes sont dupes… (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, désinformation, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 30 juin 2015 by Résistance 71

PCR enlève les gants et envoie l’État dans les cordes… crochet au foie… De fait, il n’y a plus AUCUNE raison de mettre quelque gant que ce soit avec la pourriture de l’État et son ministère de la propagande généralisé, qui gangrènent au plus haut point tout ce qu’ils touchent…

— Résistance 71 —

 

La vérité est un crime contre l’État

 

Paul Craig Roberts

 

28 juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2015/06/28/truth-crime-state/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’édifice complet de l’occident est basé sur des mensonges. Il n’y a aucune autre fondation solide, que des mensonges.

Ceci fait de la vérité un ennemi. Des ennemis doivent être supprimés, donc la vérité doit être supprimée.

La vérité provient de sources d’information étrangères, comme Russia Today (RT) et de sites internet alternatifs, comme celui-ci.

Ainsi, Washington et ses vassaux sont occupés à travailler d’arrache-pied pour fermer les médias indépendants.

Washington et ses vassaux ont redéfini la propagande. La vérité est propagande si elle est dite par des pays, comme la Russie ou la Chine, qui ont des politiques étrangères indépendantes.

La propagande est vérité si elle est dite par Washington et ses marionnettes, comme l’European Union Observer.

L’EU Observer, suivant les ordres de Washington sans aucun doute, a dénoncé les organes de presse RT et Sputnik News (NdT: Nouvel organe de presse russe combinant les sites de RIA Novosti et de la Voix de la Russie…) pour “diffuser des fabrications et un discours de haine depuis leurs bureaux directeurs sis dans les grandes villes de l’UE”.

Je donne souvent des entretiens à la fois sur RT et sur Sputnik News. A mon avis, ces deux organes sont trop timides dans leur reportage, de peur sans aucun doute, d’être fermés, leur auto-restriction ne correspond pas à ce dont a besoin la vérité. Je n’ ai jamais entendu un mot de haine ou de propagande sur aucun de ces organes de presse. La propagande de Washington sans aucun doute oui, mais pas celle du gouvernement de la Russie.

En d’autres termes, Washingon a le monde de l’information tellement sous sa coupe et tellement faussé, que même des médias indépendants ne peuvent parler avec clarté sur les affaires.

La pressetituée occidentale a réussi à créer une fausse réalité pour les Américains insouciants et aussi pour la vaste portion de la population occidentale.

Un bon pourcentage de ces personnes insouciantes croient que la Russie a envahi l’Ukraine et que la Russie menace d’envahir les états de la Mer Baltique et la Pologne. Cette croyance existe malgré toute l’information de renseignement de tous les gouvernements occidentaux diffusée, rapportant qu’il n’y a aucun signe de quelques forces militaires russes que ce soient dans les environs, forces qui seraient requises et nécessaires pour une telle invasion.

“L’invasion russe”, tout comme “les armes de destruction massive de Sadam Hussein et ses connexions avec Al Qaïda”, tout comme “Assad utilisant des armes chimiques contre son propre peuple”, tout comme “les armes nucléaires iraniennes”, n’ont jamais existé, mais néanmoins, tout cela est devenu une réalité dans les médias occidentaux. Ainsi les peuples de l’occident croient-ils en des faits totalement inexistants.

En d’autres termes, juste pour citer le fait évident non controversé, les médias d’information occidentaux ne sont que des ministères de la propagande desquels n’émergent absolument aucune vérité.

Ainsi le monde occidental est régi par la propagande. La vérité en est exclue. Fox “news”, CNN, le New York Times, le Washington Post et tout le reste de cette clique de menteurs accomplis dans l’histoire du monde, répètent constamment les mêmes mensonges et ce pour Washington bien sûr et le complexe militaro-industriel et de la sécurité.

La guerre est le seul résultat possible de la propagande faite pour la guerre. Lorsque les merdias occidentaux irresponsables amènent l’armaguédon sur vous, vous pouvez remercier le New York Times et toute la pressetituée pour votre destruction, celle de tous vos espoirs pour vous et vos enfants.

Stephen Lendman, qui intègre une bonne partie de ce qui reste de la conscience morale de l’occident, explique la situation:

L’EU martèle la “propagande russe”


par Stephen Lendman

Les médias principaux occidentaux marchent au même son de tambours, régurgitant avec diligence la pourriture de désinformation gérée à cet effet, enterrant volontairement les vérités cinglantes sur les problèmes qui comptent le plus.

Les sources alternatives observant la vérité et la divulgant opèrent sur des standards bien différents, engendrant la colère parmi les nations occidentales voulant leurs grands crimes supprimés de l’attention publique et que des sources révèlent avec grand fracas.

L’EU Observer prétend avoir un crédit d’indépendant tout en soutenant les politiques responsables que des sources d’information dénoncent.

Rapporter de manière indépendante des vérités cinglantes ne fait pas partie de son histoire. Son rédacteur en chef, Lisbeth Kirk, est l’épouse de l’ancien député européen danois Jens-Peter Bonde. La directrice d’Human Rights Watch (NdT: financé par le milliardaire protégé des Rockefeller George Soros…) Europe et Asie Centrale Veronika Szente Goldston appelle ses journalistes “les plus ‘rentre-dedans’ de Bruxelles”.

L’UE Observer a attaqué de manière irresponsable Sputnik News et RT, deux sources de réputation pour l’information et l’analyse, qui ont une vue diamétralement opposée à la propagande médiatique occidentale.

Il a appelé sans honte aucune leur information, qui est appréciée par des millions de personnes et plus à venir, “des diffusions fabriquées de toute pièce et des propos haineux en provenance de leurs bureaux respectifs des villes de l’Union Européenne”.

Il a fait allusion à des plans de l’UE de contrer ce qu’ils appellent “l’utilisation et la mauvaise utilisation d’outils de communication… jouant un rôle important dans les développements politiques, économiques et liés à la sécurité dans les pays de l’Est ces 18 derniers mois.

Il a produit un “plan d’action” de neuf pages qui a pour intention de faire passer des messages “positifs”. Il va augmenter le financement pour que la vision de l’Europe retentisse plus profondément et plus efficacement.

Il veut les politiques de l’UE promues dans les anciennes républiques de l’URSS en utilisant la bonne vieille méthode, celle de répéter ad nauseam les plus gros mensonges et le plus souvent possible jusqu’à ce que les gens finissent par les croire.

Une nouvelle cellule du service des relations étrangères de l’UE appelée East StratCom Team et qui sera opérationnelle dès Septembre va gérer tout cela, fonctionnant en cela comme un ministère européen de la propagande.

II “développera des matériels de communication adéquats basé sur des problèmes prioritaires… et qui seront mis à la disposition du leadership politique de l’UE, de ses services de presse, des délégations de l’UE et des états membres de l’UE.”

Le matériel circulé en Russie et dans d’autres pays de l’UE a pour objectif de laisser les consommateurs d’information “comprendre facilement que les réformes politiqus et économiques promues par l’UE peuvent, avec le temps, avoir un impact positif sur leurs vies quotidiennes”, même si précisément c’est le contraire qui est vrai.

Il veut que les soi-disants bénéfices dont les Européens jouiront soient expliqués au peuple à travers tout le continent. Des dizaines de millions de chômeurs, de sous-employés et de personnes appauvries vont-ils croire ce qu’ils savent être faux de par leur propre expérience ?

Sputnik News, RT et des sources d’information indépendantes comme le Progessive Radio Network et bien d’autres gagnent une audience qui ne cesse d’augmenter et de se renforcer au détriment de la pressetituée que les gens abandonnent pour de très bonnes raisons.

De plus en plus de gens veulent la vérité et les révélations sur les choses qui affectent leurs vies et leur bien-être. Les politiciens d’occident veulent que les gens ordinaires soient traités comme les champignons: bien mouillés et dans le noir.

La rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan, a dit que “L’UE essaie de manière diligente d’étouffer la voix alternative de RT dans une période où en Europe, il y a des centaines de journaux, de chaînes de télévision et de radio, qui n’émettent qu’un point de vue à l’unisson sur ce qu’il se passe dans le monde.

La BBC n’est que Fox News avec un accent anglais. Les soi-disantes radios et chaînes de diffusion publiques américaines ne sont pas différentes, disant à leurs auditeurs et à leurs spectateurs tout ce qu’on veut sauf ce qu’ils auraient besoin de savoir le plus.

Simonyan a expliqué “La Grande-Bretagne a une brigade d’armée de 1500 hommes… dont la tâche se compose de lutter contre la Russie dans les médias sociaux. L’OTAN a une force spéciale dont l’objectif est de contrer l’influence russe à travers le monde.

Récemment, la chaîne Deutsche Welle, DW, a lancé une chaîne de télévision 24/24 en anglais pour contrer RT. En même temps, pratiquement tous les médias majeurs de l’occident, incluant la BBC, DW, Euronews, ont depuis longtemps disséminé leur info en langue russe, tandis que Radio Liberty, financée directement par le gouvernement des Etats-Unis, diffuse en russe.”

“Si après tout cela, l’UE se plaint toujours qu’elle ‘perd la guerre de l’information’ contre la Russie, peut-être alors est-il temps de réaliser qu’ ‘un nombre croissant de gens en a ras le bol qu’on leur mente et leur raconte des salades…

Les gens veulent des sources d’information sûres, l’info et l’analyse ne sont pas fournies par les merdias de masse occidentaux qui ne font qu’utiliser des propagandistes déguisés en journalistes.

Visit his blog site at sjlendman.blogspot.com. 

Publicités

Média propagande et Nouvel Ordre Mondial: La sauce propagandiste occidentale ne prend plus…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, presse et média, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 21 avril 2014 by Résistance 71

Vers la fin de la propagande états-uniennes

 

Thierry Meyssan

 

21 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article183332.html

 

L’Empire anglo-saxon est basé depuis un siècle sur la propagande. Elle est parvenue à nous convaincre que les États-Unis sont « le pays de la liberté » et qu’ils ne livrent de guerres que pour défendre leurs idéaux. Mais la crise actuelle à propos de l’Ukraine vient de changer les règles du jeu : désormais Washington et ses alliés ne sont plus les seuls locuteurs. Leurs mensonges sont ouvertement contestés par le gouvernement et les médias d’un autre grand État, la Russie. À l’heure des satellites et de l’Internet, la propagande anglo-saxonne ne fonctionne plus.

Depuis toujours les gouvernants tentent de convaincre de la justesse de leurs actes, car jamais les foules ne suivent les hommes qu’elles savent mauvais. Le XXème siècle a été le théâtre de méthodes nouvelles de propagation d’idées qui ne s’encombraient pas de la vérité. Les Occidentaux font remonter la propagande moderne au ministre nazi Joseph Goebbels. C’est une manière de faire oublier que l’art de fausser la perception des choses fut développé auparavant par les Anglo-Saxons.

En 1916, le Royaume-Uni créa la Wellington House à Londres, suivie par la Crewe House. Simultanément, les États-Unis créèrent le Committee on Public Information (CPI). Considérant que la Première Guerre mondiale opposait des masses et non plus des armées, ces organismes tentèrent d’intoxiquer leur propre population tout autant que celles de leurs alliés et que celles de leurs ennemis.

La propagande moderne commence avec la publication à Londres du rapport Bryce sur les crimes de guerre allemands, qui fut traduit en trente langues. Selon ce document, l’armée allemande avait violé des milliers de femmes en Belgique, les armées britanniques luttaient donc contre la barbarie. On découvrit à la fin de la Première Guerre mondiale que l’ensemble du rapport était une supercherie, faite de faux témoignages avec l’aide de journalistes.

De son côté, aux États-Unis, George Creel inventa un mythe selon lequel la Guerre mondiale était une croisade des démocraties pour une paix réalisant les droits de l’humanité.

Les historiens ont montré que la Première Guerre mondiale répondait à des causes autant immédiates que profondes, la plus importante étant la compétition entre grandes puissances pour étendre leur empires coloniaux.

Les bureaux britanniques et états-unien étaient des organismes secrets, travaillant pour le compte de leurs États. À la différence de la propagande léniniste, qui ambitionnait de « révéler la vérité » aux masses ignorantes, les Anglo-Saxons cherchaient à les tromper pour les manipuler. Et pour cela, les organismes étatiques anglo-saxons devaient se cacher et usurper de fausses identités.

Après la disparition de l’Union soviétique, les États-Unis ont négligé la propagande et lui ont préféré les Relations publiques. Il ne s’agissait plus de mentir, mais de tenir la main des journalistes pour qu’ils ne voient que ce qu’on leur montre. Durant la guerre du Kosovo, l’Otan fit appel à Alastair Campbell, un conseiller du Premier ministre britannique, pour raconter à la presse une histoire édifiante par jour. Pendant que les journalistes la reproduisaient, l’Alliance pouvait bombarder « en paix ». Le story telling visait moins à mentir qu’à détourner l’attention.

Cependant, le story telling est revenu en force avec le 11-Septembre : il s’agissait de concentrer l’attention du public sur les attentats de New York et de Washington pour qu’il ne perçoive pas le coup d’État militaire organisé ce jour-là : transfert des pouvoirs exécutifs du président Bush à une entité militaire secrète et placement en résidence surveillée de tous les parlementaires. Cette intoxication fut notamment l’œuvre de Benjamin Rhodes, aujourd’hui conseiller de Barack Obama.

Au cours des années suivantes, la Maison-Blanche installa un système d’intoxication avec ses principaux alliés (Royaume-Uni, Canada, Australie et bien sûr Israël). Chaque jour ces quatre gouvernements recevaient des instructions, voire des discours pré-écrits, du Bureau des médias globaux pour justifier la guerre en Irak ou calomnier l’Iran [1].

Pour diffuser rapidement ses mensonges, Washington s’appuyait, depuis 1989, sur CNN. Avec le temps, les États-Unis créèrent un cartel de chaines d’information satellitaires (Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, France 24, Sky). En 2011, lors du bombardement de Tripoli, l’Otan parvint par surprise à convaincre les Libyens qu’ils avaient perdu la guerre et qu’il était inutile de résister encore. Mais en 2012, l’Otan a échoué à reproduire ce modèle et à convaincre les Syriens que leur gouvernement allait inévitablement tomber. Cette tactique a failli parce que les Syriens ont eu connaissance de la manipulation effectuée par les chaînes de télévision internationales en Libye et ont pu s’y préparer [2]. Et cet échec marque la fin de l’hégémonie de ce cartel de « l’information ».

La crise actuelle entre Washington et Moscou à propos de l’Ukraine a contraint l’administration Obama à revoir son système. En effet, désormais Washington n’est plus seul à parler, il doit contredire le gouvernement et les médias russes, accessibles partout dans le monde via les satellites et Internet. Le secrétaire d’État John Kerry a donc désigné un nouvel adjoint pour la propagande, en la personne de l’ancien rédacteur en chef de Time Magazine, Richard Stengel [3]. Avant même de prêter serment, le 15 avril, il occupait déjà sa fonction et, dès le 5 mars, envoyait aux principaux médias atlantistes une « fiche documentaire » sur les « 10 contre-vérités » que Vladimir Poutine aurait énoncées sur l’Ukraine [4]. Il récidivait le 13 avril avec une seconde fiche présentant « 10 autres contre-vérités » [5].

Ce qui frappe en lisant cette prose, c’est son ineptie. Elle vise à valider l’histoire officielle d’une révolution à Kiev et à discréditer le discours russe sur la présence de nazis dans le nouveau gouvernement. Or, on sait aujourd’hui qu’en fait de révolution, il s’agissait bien d’un coup d’État fomenté par l’Otan et mis en œuvre par la Pologne et Israël en mixant des recettes des « révolutions colorées » et des « printemps arabes » [6]. Les journalistes qui ont reçu ces fiches et les ont relayées connaissent parfaitement les enregistrements de conversations téléphoniques de l’assistante du secrétaire d’État Victoria Nuland, sur la manière dont Washington allait changer le régime au détriment de l’Union européenne, et du ministre estonien des Affaires étrangères, Urmas Paets, sur la véritable identité des snipers de la place Maidan. En outre, ils ont pris connaissance ultérieurement des révélations de l’hebdomadaire polonais Nie sur la formation deux mois avant le début des événements des émeutiers nazis à l’Académie de police polonaise. Quant à nier la présence de nazis au sein du nouveau gouvernement ukrainien, cela revient à clamer que la nuit est lumineuse. Il n’est pas nécessaire de se rendre à Kiev, il suffit de lire les écrits des ministres actuels ou d’écouter leurs propos pour le constater [7].

En définitive, si ces argumentaires permettent de donner l’illusion d’un consensus des grands médias atlantistes, ils n’ont aucune chance de convaincre des citoyens curieux. Au contraire, il est si facile avec Internet de découvrir la supercherie que ce type de manipulation ne pourra qu’entamer un peu plus la crédibilité de Washington.

L’unanimisme des médias atlantistes le 11-Septembre a permis de convaincre l’opinion publique internationale, mais le travail réalisé par des très nombreux journalistes et citoyens, dont j’ai été le précurseur, a montré l’impossibilité matérielle de la version officielle. Treize ans plus tard, des centaines de millions de personnes ont pris conscience de ces mensonges. Ce processus ne pourra que se développer avec le nouveau dispositif de propagande états-unien. En définitive, tous ceux qui relayent les argumentaires de la Maison-Blanche, notamment les gouvernements et les médias de l’Otan, détruisent eux-mêmes leur crédibilité.

Barack Obama et Benjamin Rhodes, John Kerry et Richard Stengel n’agissent qu’à court terme. Leur propagande ne convainc les masses que quelques semaines et contribue à les révolter lorsqu’elles comprennent la manipulation. Involontairement, ils sapent la crédibilité des institutions des États de l’Otan qui les relayent consciemment. Ils ont oublié que la propagande du XXème siècle ne pouvait réussir que parce que le monde était divisé en blocs qui ne communiquaient pas entre eux, et que son principe monolithique est incompatible avec les nouveaux moyens de communication.

La crise en Ukraine n’est pas terminée, mais elle a déjà profondément changé le monde : en contredisant en public le président des États-Unis, Vladimir Poutine a franchi un pas qui empêche désormais le succès de la propagande états-unienne.

[1] « Un réseau militaire d’intoxication », Réseau Voltaire, 8 décembre 2003.

[2] « L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication », par Thierry Meyssan, Komsomolskaïa Pravda , Réseau Voltaire, 10 juin 2012.

[3] « Le rédacteur en chef de Time Magazine, nouveau patron de la propagande US », Réseau Voltaire, 16 avril 2014.

[4] « Fiche documentaire du département d’État : 10 contre-vérités sur l’Ukraine », Réseau Voltaire, 5 mars 2014.

[5] « Note aux médias du Département d’État : 10 contre-vérités russes à propos de l’Ukraine », Réseau Voltaire, 13 avril 2014.

[6] « Ukraine : la Pologne avait formé les putschistes deux mois à l’avance », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 17 avril 2014.

[7] « Qui sont les nazis au sein du gouvernement ukrainien ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 mars 2014.

 

Média et propagande: La guerre de l’information et la révolution de la connaissance alternative par l’internet…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, Internet et liberté, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, politique française, presse et média, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 avril 2012 by Résistance 71

“De nos jours, la propagande intervient nécessairement dans tout ce qui a un peu d’importance sur le plan social, que ce soit dans le domaine de la politique ou de la finance, de l’industrie, de l’agriculture, de la charité ou de l’enseignement. La propagande est l’organe exécutif du gouvernement de l’ombre.”

(Edward Bernays, 1928)

 

 

La révolution des médias alternatifs, dissidence à la gouvernance mondiale et muselage de la toile

 

 

Par Résistance 71

 

 

Le 3 Avril 2012

 

Suite aux articles que nous avons récemment publiés concernant la volonté du contrôle de la toile par les autorités (1, 2), une question nous est venue à l’esprit:

Quel est le point commun entre l’affaire Merah, l’affaire de la déstabilisation de la Syrie par l’occident (après l’agression criminelle et la destruction de la Libye par l’OTAN), l’affaire de l’escroquerie “Kony 2012”, les affaires de dénonciations et de lutte contre le passage de lois internet liberticides en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis et bien d’autres moins récentes ?

Toutes ces affaires ont été exposées au grand jour et en un temps record par les médias alternatifs et citoyens, formant aujourd’hui le réseau d’information et de diffusion de l’information hors propagande (dans sa vaste majorité même si on ne peut pas ignorer le fait qu’il y a des infiltrations et de la fausse info balancée et relayée à dessein pour discrimer le réseau) le plus vaste et le plus incroyable de l’histoire de l’humanité, car il touche massivement les cinq continents en temps réel.

Ce réseau a vu le jour après l’onde de choc des attentats du 11 Septembre 2001 et l’ampleur de la supercherie. Il s’est exponentiellement développé après les invasions de l’Afghanistan en 2001 et de l’Irak en 2003 afin de dénoncer les multiples mensonges répétés ad nauseam par l’establishment assisté de sa pressetituée pour convaincre les peuples du bien-fondé de ses crimes contre l’humanité. Devant l’incroyable omerta sur des évènements majeurs de l’histoire moderne (et plus ancienne), des citoyens, quelques journalistes et intellectuels non corrompus deci delà, ont repris l’affaire de l’information en main pour permettre aux peuples de s’informer en dehors de la ligne d’information officielle promulguée par les ministères nationaux de la propagande et de reconstruction de l’histoire.

La réaction de l’establishment a été des plus classiques dans un premier temps: le dédain et la moquerie. Puis devant l’ampleur des mouvements pour la vérité sur le 11 Septembre et anti-guerre, l’establishment est passé en phase 2 de la progression de la vérité selon Schopenhauer qui veut que toute vérité est d’abord moquée, puis combattue pour être enfin admise comme évidence, le plus classique exemple demeurant l’affaire de la “révolution cognitive galiléo-copernicienne” et l’acceptation par une église toujours obscurantiste à souhait, de l’évidence scientifique de la théorie héliocentrique et du non sens de la théorie du système de Ptolémée jusqu’alors dogmatiquement soutenue et validée par l’église.

Les gouvernements occidentaux, dont les intérêts hégémoniques globaux convergent du fait de leurs contrôleurs en chef de la haute finance et du gros business transnationaux communs et avec l’aide des médias majeurs appartenant au cartel oligarchique pré-cité, se sont lancés dans une vaste campagne de lutte idéologique sans merci afin de diaboliser et de décrédibiliser la montée des médias alternatifs et essayer d’enrayer l’engouement populaire pour ceux-ci dans un vaste éventail de langues. La mission de la propagande est de préserver les dogmes (tous eronnés) sur lesquels l’oligarchie s’appuie pour assurer sa domination culturelle.

Enumérons quelques-uns d’entr’eux de manière non exhaustive:

  • Le capitalisme et la social-démocratie de délégation de pouvoir à une élite est le seul système socio-politique viable et progressiste.
  • Nous vivons en démocratie, le vote et la délégation de pouvoir en sont la preuve et seule solution viable.
  • Il n’y a pas d’alternative à la dette et à l’inégalité sociale, en atténuer les impacts est la seule solution possible.
  • Le reste du monde est jaloux de notre mode de vie démocratique, de nos libertés et veut nous détruire pour cela. Ceci constitue la source primordiale du “terrorisme anti-occidental”.
  • Nous agissons toujours dans l’intérêt de l’humanité.
  • La nature humaine est assujettie à la “survie du plus apte” qui domine le reste. L’hégémonie occidentale sur le monde est donc par là même justifiée et est un droit naturel.
  • L’occident doit se défendre (même préventivement…) contre les ennemis de la civilisation et de la démocratie dont il est le garant.

Bien d’autres inepties de ce style justifient pompeusement l’hégémonie occidentale, ses guerres impérialistes et la nécessité du muselage de la dissidence interne et externe.

Le muselage de la dissidence classique qui en général se manifeste au sein du monde académique et de l’intelligentsia a été rendu plus facile par une neutralisation liée au financement des recherches en tout genre. Le message pour les universitaires de tout poil ayant été celui-ci de manière simplifié: “Pour vos recherches vous avez besoin d’argent, nous contrôlons les ficelles de la bourse, du robinet à fric qui inondent, ou pas, vos projets. Sans cet argent vous n’existez plus, donc filez droit, dites et faites ce qu’on vous dit et tout se passera bien. Votre asservissement aux dogmes divers prônés est le garant de votre survie sociale et de vos privilèges”

En ce qui concerne l’intelligentsia, celle-ci dépend de la vente et donc de la promotion de sa littérature. Il suffit que les médias les ignorent pour que cela ne se vende pas, c’est aussi simple que cela, dans un monde sans internet s’entend. Les maisons d’éditions sont sous contrôle de l’oligarchie, ainsi que les journaux, la presse spécialisée et les chaînes de radio-télévision.

Dans le monde pré-internet, la dissidence était facilement muselable et ne pouvait se cantonner que dans des milieux très marginaux (en comparaison de la “norme sociétale”) et donc restreints. L’ère de l’internet a complètement changé la donne pour le bien de l’information libre et non biaisée. Depuis une dizaine d’années, la poussée de l’information alternative a fait d’énormes progrès depuis le pays le plus touché par cette émergence totalitaire aux ramifications mondiales: les Etats-Unis d’Amérique. Cette force de diffusion de l’information hors propagande a un effet centrifuge (du centre: les Etats-Unis, vers les extérieurs de l’empire et les nations non-alignées qui elles ont toujours été alertes et pour bon nombre non dupes de la propagande insufflée par l’occident).

Aujourd’hui après une décennie de lutte contre-propagandiste, le nombre de citoyens prenant son information sur la toile, en dehors de la sphère étriquée de la pensée unique, grandit de jour en jour, surtout en francophonie et en France en particulier, qui fut bien en retard à ce sujet (dans la bonne tradition gauloise de toujours avoir plusieurs rames de métro de retard, mais de grandement compenser une fois le retard comblé…).

Il y a trois ans, un des stratèges de l’oligarchie pour l’établissement de son Nouvel Ordre Mondial, ancien National Security Advisor (conseiller à la sécurité d’état) du président Jimmy Carter et récent conseiller d’Obama pour la politique étrangère: Zbigniew Brzezinski a déclaré devant un parterre de zombies du CFR et de Chatham House (Council on Foreign Relations dont la branche française est l’IFRI), que “pour la première fois de l’histoire de l’humanité, la masse des peuples est politiquement éveillée” – vidéo ici, entre 2min30 et 2min55

Cela tenait à notre avis d’une exagération, mais Brzezinski voulait attirer l’attention de son audience, tous larbins et dépendants des manes des grands oligarques en charge, sur le fait que la pilule propagandiste avait de plus en plus de mal à passer et ce malgré leurs efforts redoublés.

Un an auparavant, le sénateur Jay Rockefeller, membre de la sinistre lignée Rockefeller avait déclaré lors d’un débat devant une commission sénatorial, non sans un trait de sarcasme désabusé, “que nous n’aurions jamais du inventer l’internet”.

Hillary Clinton, l’actuelle ministre des affaires étrangères d’Obama a aussi déclaré plus récemment devant un parterre de sbires du Nouvel Ordre Mondial lors d’une audition au sénat américain: “Il y a une guerre de l’information et nous sommes en train de la perdre”… C’est quand ce genre d’idéologues montent au créneau et appellent un chat un chat que l’on sait que l’information alternative fait définitivement mouche.

Nous pensons même que si le Nouvel Ordre Mondial et sa grille de surveillance / contrôle mondiale n’est pas encore en vigueur à 100% aujourd’hui, c’est parce que l’agenda destructeur global a été considérablement perturbé par l’action directe de l’activisme contre-propagandiste alternatif sur la toile. Les médias alternatifs et citoyens sont une grosse épine dans le pied de l’oligarchie, qui ne peut plus faire avancer ses turpitudes sans que soient exposés au grand jour ses mensonges et manœuvres criminelles. Si la Syrie n’a pas encore été attaquée et detruite avant l’Iran puis la Russie, c’est parce que l’empire criminel et destructeur ne peut plus faire avancer son agenda de destruction, bloqué qu’il est par les révélations constantes sur internet de la réalité de terrain contre-disant les mensonges éhontés des gouvernements impliqués. L’empire s’en est remis à un plan B de substitution qui l’ennuie: celui de la guerre par proxy, par intermédiaire. C’est long, fastidieux et sujet à sombrer dans un bourbier qui ne fera pas avancer son programme de domination et de division au Moyen-Orient et en Afrique, bien que la première vague de contrôle du printemps arabe et l’agression destructrice de la Libye par l’OTAN aient porté les fruits escomptés, mais dont les mensonges et fallacies ont été très tôt exposées aux peuples.

Nous pouvons mesurer l’impact des médias alternatifs sur la façon de raisonner des citoyens français, simplement en comparant la blogosphère des années 2005-2009 et celle qui lui a succédé depuis fin 2009 et le tournant que fut l’exposition du ClimateGate, pourfendant le dogme pseudo-scientifique du “réchauffement climatique anthropique” (RCA) des gourous du commerce du carbone, tel Al Gore et Patchauri le patron du GIEC. La bataille sur la toile fut rude, mais bon nombre de citoyens se sont éveillés à cette occcasion au tissus de mensonges auquel ils avaient été exposés depuis si longtemps. Le débat est ouvert aujourd’hui. L’oligarchie ne parle plus de RCA mais de “changement climatique”, toujours impliquant en filigrane le dogme pseudo-scientifique, que nous, les humains, en sommes responsables bien au delà des phénomènes naturels essentiellement éludés des conclusions de l’organisme politique dirigeant la manœuvre propagandiste: le GIEC, qui fonde son dogme sur des données tronquées voire falsifiées à dessein. Aujourd’hui, la blogosphère françaises est équilibrée sur le sujet et le débat est possible, même si les médias de masse restent obtus, ce qui est attendu des cerbères du système en place qui les paie.

Cette blogosphère est bien plus également équilibrée sur les sujets du 11 Septembre, des guerre impérialistes (Afpak, Irak, Libye, Syrie), des mensonges des industries agro-alimentaire et pharmaceutique (OGM, mal-bouffe, vaccins, thérapie du cancer), du groupe Bilderberg (dont les médias forcés d’admettre aujourd’hui son existence par les preuves incessantes apportées par les médias alternatifs sur le sujet, après avoir pratiqué un déni et une omerta totale sur le sujet pendant plus de 50 ans…), de la contestation des “solutions” apportées à la crise qu’elle a créé, par l’oligarchie ou des turpitudes des gouvernements à l’égard de leurs peuples ou d’autres nations souveraines… Par l’action érosive des médias alternatifs, la pensée unique s’est elle-même érodée et certains rats commencent à quitter le navire dogmatique qui immanquablement ne peut que sombrer.

La bataille a été portée sur le terrain de l’information et de la connaissance (par opposition à la propagande maquillée en information), qui est le terrain crucial de la survie sociale des peuples. C’est cette guerre de l’information et de la connaissance qui doit être gagnée, le reste suivra.

Partis de loin, dans le brouillard total artificiel instauré par la machine propagandiste oligarchique, les médias alternatifs et citoyens ont reconquis la vérité, exposés au monde les mensonges des criminels qui nous gouvernent, eux-mêmes les laquais de l’élite auto-proclamée de l’ombre dont parle Bernays dans la citation qui nous sert de préambule à cet article; nous avons gagné quelques batailles cruciales mais la route est encore bien longue jusqu’à la victoire finale. L’élite arrogante et auto-proclamée a déclaré la guerre aux peuples. La fin de partie pour ces criminels interviendra quand ils auront instaurés leur grille de surveillance et de gouvernance mondiale grâce à laquelle ils pourront passer à leur plan ultime: celui d’éliminer physiquement 90% de la population mondiale.

C’est pourquoi les vampires du Nouvel Ordre Mondial doivent sinon fermer, du moins sérieusement museler la toile et son information alternative qui les empêchent plus que jamais de comploter en rond contre nous, les peuples (parce que complot il y a c’est l’évidence même). L’internet tel qu’il a évolué est devenu leur némésis. Les médias alternatifs et citoyens leur cauchemar… et fier de l’être !

Continuons à leur mettre la pression, ils commettent déjà des erreurs et en commettront toujours plus, car ils avancent désormais à découvert. Tous les jours, de par le monde, de plus en plus de citoyens s’éveillent et ne sont plus dupes des mensonges dont on les abreuve quotidiennement. La bête immonde du fascisme global est blessée et il convient de l’achever. Mais gare à la bête traquée et à ses sursauts de désespoir.

L’oligarchie entre dans une phase où elle devient la plus dangereuse: celle du désespoir et de la rage. Nous pensons qu’elle se doit de porter un coup qu’elle espérera mortel à son ennemi mortel: la vérité issue de la toile et ceux qui la colportent. Ce moyen de communication unique dans l’histoire de l’humanité a généré une véritable révolution: celle de l’information. Les parasites du pouvoir usurpé le savent et vont tout faire pour s’en débarasser. La vérité agit sur eux comme la lumière du jour sur les vampires des livres et des films. Ils vont tout faire pour plonger le monde dans la nuit de l’information. Nous pouvons nous attendre à un “attentat” fausse bannière qui sera pour la toile ce que fut le 11 Septembre; ceci sera perpétré afin de donner le prétexte d’essayer de fermer l’internet ou y mettre des verrous de contrôle draconniens, le tout pour notre bien et notre sécurité bien entendu…

Restons vigilants et continuons notre travail de fourmis au sein de ce qui est devenu un système parallèle autogéré et auto-régulé: le réseau internet d’information alternatif, qui constitue déjà la véritable révolution de ce début de XXIème siècle… En attendant mieux !

“C’est à la violence que les États doivent leur origine; presque toujours quelque heureux brigand en est le fondateur et presque partout les lois ne furent, dans leur principe, que des règlements de police, propres à maintenir à chacun la jouissance de ces rapines…

…Tandis que les peuples se livrent au sommeil, le prince qui se voit entouré d’hommes peu soigneux d’éclairer sa conduite, entreprend de porter quelques coups à la liberté. Pour sonder le terrain, il hasarde quelque proposition propre à favoriser ses vues secrètes: si elle passe, c’est un fondement sur lequel il se hâte de bâtir; si elle effarouche, il a recours à la ruse et cherche à colorer ses desseins: pour le bien de l’état, ce beau prétexte, dont ceux qui gouvernent couvrent leurs projets ambitieux, est sans cesse dans sa bouche, comme si le bonheur public lui tenait tant à cœur. Il demande qu’on se fie à sa bienveillance, puis, sans honte de se parjurer lâchement, il prend les dieux à témoin de la pureté de ses intentions, de son respect pour les lois qu’il se dispose à violer et les peuples ont la sottise de s’abandonner à ses serments.”

(Jean Paul Marat, “Les chaînes de l’esclavage”, 1774)

Pourquoi les mots de Marat résonnent (raisonnent)-ils si fort aujourd’hui ? Parce que rien n’a changé depuis au sein du système, c’est pourtant ce que changera à terme la Révolution de l’information et de la connaissance en cours.

Les oligarques en ont bien conscience et ils ont peur !

Vive la résistance au Nouvel Ordre Mondial !