Archive pour résistance nations natives canada

Résistance politique: L’attaque impérialiste sur la Syrie relève de la même idéologie colonialiste génocidaire occidentale…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 6 septembre 2013 by Résistance 71

Une fois de plus apprenons des Indiens des Amériques. Ils luttent contre le terrorisme depuis 1492 et savent parfaitement de quoi il rertourne. De plus, leurs sociétés traditionnelles contiennent certains éléments de solution à nos problèmes sur cette planète. Comprenons, acceptons nos torts et allions-nous !

N’oublions jamais que la terre ne nous appartient pas… Nous appartenons à la terre. Nuance… Grosse nuance…

— Résistance 71 —

 

Dur dur de vendre la salade syrienne

 

Mohawk Nation News

 

5 Septembre 2013

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/09/05/syria-hard-sell/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ceux qui dirigent l’entreprise ne connaissent que la guerre. Tout ce qu’ils ont a été volé. Le mensonge originel est la hiérarchie. La guerre permanente est nécessaire pour maintenir les mensonges. La politique d’extermination totale des nations indigènes n’a jamais été abandonnée. Pour nous tuer, nous finir, les banquiers va t’en guerre tirent les ficelles de leurs politiciens dans leur prétendue démocratie. Ils leur ont ordonné de voter pour la guerre.

La raison pour attaquer la Syrie est réelle, imaginée ou mise en scène. La Syrie ne doit pas d’argent à la Banque Mondiale. Elle doit être plongée dans la misère de la dette par les banquiers pour détruire le pays. Les rebelles financés par les Etats-Unis ne sont que des mercenaires payés par l’entreprise tout comme l’étaient les Hessiens en 1778. La guerre révolutionnaire et la guerre civile ne furent que des escroqueries qu’afin de créer une armée pour nous annihiler. Ils créèrent et entrainèrent les “Buffalo soldiers”, soldats anciens esclaves noirs formés pour nous assassiner.

Les Etats-Unis argumentent que ne pas aller en guerre (contre la Syrie) endommagerait leur capacité à mentir. Les sponsors disent à leurs politiciens: “Ce vote pour bombarder la Syrie est très important !” Le monde politicien et les gros banquiers internationaux vont bénéficier grandement de la guerre.

Les investisseurs connaissent les politiciens au travers des chèques qu’ils signent pour les mettre au pouvoir. Ensuite, vient le temps du “remboursement”.

Les corrupteurs sont appelés des “lobbyistes” qui achètent ces faibles politiciens. Ils entrent dans leurs bureaux avec un sac de billets. S’ils n’aiment pas ce qu’ils entendent, ils reviennent. Les politiciens peuvent-être éjectés. “Les élections importent peu, ce qui est important est qui compte les voix”, disait Joseph Staline.

Le congrès des Etats-Unis (sénat et parlement) protègent l’économie de guerre. Le président des Etats-Unis est le maître de guerre qui s’assure que cela continue. Il est le seul au monde qui peut “déclarer” la guerre “légalement” à quiconque il juge bon pour les banquiers.

Les politiciens sont publiquement attachés aux boutons de vote de la chambre des débats afin de nous montrer qui possède tout et tout le monde. Ils doivent voter “comme il faut”. Plus de guerre n’arrête pas la guerre. Les politiciens et leurs sponsors d’entreprises ont créé et possèdent le jeu.

Dekanawida et Jigosaseh nous ont dit que nous ne pouvions accepter quiconque sur notre territoire est engagé dans la guerre. Le serpent entrepreneurial s’est imiscé dans tous les aspects de nos vies. Nous commençons à peigner ces serpents de nos cheveux.

Syrian rebels loading for gas attack.

http://mjayrosenberg.com/2013/09/04/exclusive-house-staffer-tells-me-what-aipac-is-doing/

*  *  *

Ménage à trois

 

Mohawk Nation News

 

4 septembre 2013

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/09/04/threesome/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Sans nom et sans visage. Il est immoral de voler et de tuer ? Dans un vol, une personne vole ou blesse mortellement une victime. Le voleur ou le tueur peut être pris, arrêté, traduit devant la justice, emprisonné ou exécuté. Le criminel pourrait argumenter qu’il a besoin de protection, de nourriture, de vêtements, d’une télé à écran plat ou d’un téléphone cellulaire. Il supplie pour que toutes les accusations soient abandonnées pour des raisons de compassion. Il est victime de l’inégalité !

Un tiers rejoint l’affaire, qui devient un “ménage à trois”. La hiérarchie entrepreneuriale artificielle est la tierce partie. Ils volent notre propriété, la donne à quelqu’un d’autre et nous tuent pour ce faire. Nous sommes les victimes des deux autres parties. Des règlementation bidons sont passées. Ceux qui les appliquent peuvent nous tuer, nous les propriétaires naturels, en toute impunité.

Nous sommes constamment en désaccord et nous sommes étiquetés comme ennemis de l’État, égoïstes, gourmands, criminels inconsidérés et terroristes. Les règlementations édictées par l’entreprise commerciale (que sont le Canada et les Etats-Unis) font le portrait des récipients des biens volés comme ne commettant pas de crimes. Les autorisateurs appellent ceci le “budget” tiré et dépensé sur les fonds toujours croissants des 375 000 milliards de dollars de l’Indian Trust Fund canadien.

Nous sommes poussés hors circuit afin que le gouvernement (contrôleur de la pensée) puisse survivre. Le génocide nous élimine nous et nos voix. Les banquiers le perpétuent avec l’aide de leurs “sujets” qui ont signés leur accord. Les Canadiens ne se voient pas en criminels dès lors que leur gouvernement est supposé s’occuper d’eux. Personne ne demande d’où proviennent les fonds…

Il n’y a pas de limite à la stupidité ! Voler est voler. Le statut limitatif n’expire jamais. Cela ne devient magiquement pas  moral lorsque le gouvernement commet le crime pour ses sujets qui veulent éviter la responsabilité directe. Se détourner de la responsabilité pour un génocide continu de nos peuples les rend complices de ce crime. Ils “votent” et donc embrassent l’entreprise. Même s’ils ne votent pas, nous ne les entendons jamais dire qu’ils vont rendre la plus petite parcelle de la terre volée.

La Grande Loi de la Paix nous donne les outils pour subvenir à nos besoins et ceux des autres. Dekanawida et Jigosaseh ont vu que nous pouvions exister comme peuple auto-dirigé, autogéré, vivant dans le meilleur intérêt de tout le monde. Le gouvernement n’est pas l’usage de la force afin que quelqu’un puisse avoir plus que les autres. Laisser les faiseurs de réglementations entrepreneuriales distribuer nos possessions volées a créé la tyrannie du IVème Reich, la fusion de l’entreprise commerciale et financière avec l’État (NdT: la définition même du fascisme par Mussolini…) sur l’île de la grande tortue.

L’hymne nazi pourrait être révisé et chanté par les Américains:

‘Germany, Germany above everything,
 Above everything in the world’,
http://www.youtube.com/watch?v=ai_bOYJLwYs The True Fuhrer Adolph Hitler.

http://sas4liberty.wordpress.com/2011/09/02/the-nameless-faceless-victims/

Résistance politique globale: Éveil et Union sont les piliers de la victoire des peuples…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, crise mondiale, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, OGM et nécro-agriculure, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 16 juillet 2013 by Résistance 71

Nous avons traduit ici un des derniers articles du politologue canadien Andrew Gavin Marshall, qui a une vision très similaire à la notre concernant le lien entre les luttes des nations natives contre le colonialisme  actif (Amérique du Nord et Latine), le néo-colonialisme prenant place en Afrique et les mouvements de lutte sociale en Europe et en occident. Nous devons venir à terme de notre culpabilité et tendre la main aux peuples que nous opprimons. Les mêmes méthodes sont appliquées contre nous que celles qui ont été et sont appliquées contre les nations indigènes, seul le degré varie. Nous sommes tous des colonisés !

C’est ensemble, unis que nous vaincrons le fascisme mondialiste.

— Résistance 71 —

 

Culture entrepreneuriale et empire global: Crise alimentaire, vols de terres, pauvreté, bidonvilles, dévastation environnementale et résistance

 

Andrew Gavin Marshall

 

Juillet 2013

 

url de l’article original:

http://andrewgavinmarshall.com/2013/01/07/corporate-culture-and-global-empire-food-crisis-land-grabs-poverty-slums-environmental-devastation-and-resistance/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le pouvoir des corporations est immense. La plus grande entreprise au monde est la Royal Dutch Shell, qui n’est surpassée en richesse que par les 24 plus grands pays sur terre. Des 150 plus grosses entités économiques au monde, 58% sont des corporations. Ces méga-entreprises sont institutionnellement totalitaires, et le résultat de la résistance du pouvoir à la révolution démocratique, qui fut acceptée avec réticence dans la sphère politique, mais refusée dans la sphère économique, ce qui a abouti à une société pas vraiment démocratique. Elles sont conduites par une religion, celle “du profit à court terme”. La société des corporations, une société de capitalisme d’état, s’est épanouie aux Etats-Unis et a géré la transition de la société américaine au début du XXème siècle, tout comme les fascistes et les communistes, géraient les transitions en Europe. Avec chaque guerre mondiale, la société états-unienne, son pouvoir économique et politique, vit la croissance de son influence globale et avec la fin de la seconde guerre mondiale, la société corporatiste fut mondialement exportée.

Ceci est l’empire. L’armée américaine, les agences de renseignement, et l’appareil de sécurité nationale, opèrent avec l’intention de servir les intérêts des cartels d’entreprises américaines et maintenant de plus en plus supranationales. Guerres, coups d’état, campagnes de déstabilisation, soutiens de dictateurs, de tyrans, génocides et oppression sont les produits de l’interaction de l’occideent avec le reste du monde.

Dans le même ordre d’idée que le “dieu a créé l’Homme à son image”, les corporations ont refaçonné la société en fonction de leurs propres intérêts et avec une égale arrogance. Les cartels industriels et financiers ont créé ou récupéré les think tanks, les fondations, les institutions éducatives, les médias, les relations publiques, la publicité et bien d’autres secteurs de la société. Par leur contrôle d’autres institutions, elles ont pu étendre leurs idéologies de pouvoir et leurs variantes entre elles, à la population, aux autres élites, à la classe “éduquée”, la classe moyenne, la classe laborieuse et pauvre.Tant que les idées exprimées soutiennent le pouvoir, c’est “acceptable”. Cela peut être critique, mais l’analyse institutionnelle n‘est pas permise. Les idées qui s’opposent au pouvoir institutionnel sont “idéologiques”, “idéalistes”, “utopiques” et ultimement inacceptables.

La culture corporatiste des cartels domine notre société occidentale. Étant des institutions de manière inhérente totalitaire, la culture et ses institutions, sont devenues de plus en plus totalitaires. Ceci est une réponse du pouvoir économique pour détricoter les résultats obtenus au grè de l’histoire humaine, résultats qui sont venus par les victoires des luttes pour plus de démocratie dans la sphère politique. Les entreprises et les banques cherchent à tout contrôler et à consumer, afin de dominer sans partage et sans fin.

La seule raison du pourquoi les corporations furent et sont capables d’être l’institution culturelle de référence au XXème et XXIème siècles, est à cause de leur pouvoir économique. Ceci est un dérivé de l’exploitation: des ressources, de l’environnement, du travail et des consommateurs. Cela est renforcé au moyen de la répression: le boulot de l’état dans la société capitaliste d’état, ainsi que des grandes mesures de subsides et de protectionnisme pour protéger les intérêts des cartels industriels et financiers. Alors que le pouvoir entrepreneurial s’est développé dans le monde, la destruction rapide de l’environnement et des ressources s’est précipitée et les puissances occidentales ont fait sous-traiter la dévastation environnementale que nos sociétés de consommation demandent, aux pays du tiers-monde. Nous consommons, ils souffrent. Un mariage inconvénient que nous appelons “civilisation”. Les mega-entreprises et nos états maintiennent le reste du monde dans un état de pauvreté et de répression, tentant éternellement de bloquer la révolution mondale inévitable pour créer une société humaine agissant… humainement. Jusqu’ici, nous fûmes très occupés à acheter plein de trucs. On n’en avait rien à faire, cela ne nous concernait pas.

Maintenant ce que nos sociétés ont fait aux gens sur le territoire desquels nous vivons maintenant (NdT: Marshall est canadien et parle ici du continent des Amériques) et du reste des gens dans le monde, nous est appliqué de manière interne. Tout est à vendre ! Les corporations font des profits gigantesques, possèdent des milliers de milliards de dollars en réserve cash, non investie, mais attendant que vos standards de vie soient réduits de manière signifiante pour que votre travail et ressources soient bien meilleur marché et donc ultimement plus prône à de juteux profits. Ceci est appelé “austérité” et “réforme structurelle”, euphémismes politiques pour apauvrissement et exploitation.

Les corporations, les banques et les états, ont ces dernières années causé une crise alimentaire globale, fait monter les prix alimentaires à des records stratosphériques et ce de manière subséquente depuis 2007. Avec des milliards de personnes dans le monde vivant avec moins de 2US$ par jour, la vaste majorité de l’humanité dépense ses revenus en nourriture. L’augmentation des prix alimentaires a été essentiellement causée par la spéculation financière, avec les grands joueurs de ce casino géant étant Goldman Sachs, Morgan Stanley et la banque Barclays, elles ont poussé des dizaines de millions de personnes dans un état de pauvreté extrême à la famine. Environ 1 milliard de personnes, soient 1/7 de a population du monde vit dans des bidonvilles. Cette population croît rapidement. D’énormes bidonvilles urbains furent créés par l’impérialisme étatique et corporatiste occidental imposé au reste du monde, poussant les gens à l’exode rural et à venir s’agglutiner dans les bidonvilles urbains ou en forçant l’exode par les bombes et les guerres. Le tout lié au terrorisme d’état occidental généralisé. Nous avons soutenu et soutenons toujours de petites élites sans scrupules ni pitié dans les pays que nous dominons à travers le monde et maintenant nous commençons à réaliser que ces petites élites sanguinaires commencent à règner sur nos propres vies (NdT: Ici Marshall fait allusion à l’influence des pétro-monarchies telles l’Arabie Saoudite et le Qatar…). Leur fonction sociale est celle de parasites: pomper le sang/la vie de la société humaine mondiale.

Les augmentations des prix alimentaires ont aidé à générer une gigantesque saisie de terres, voyant les puissances occidentales, mais aussi asiatiques et du Golfe, s’emparer de vaste territoires et de ressources aquifères dans le monde, et ce pour une bouchée de pain. Cette saisie de terres est la plus extensive en Afrique, où ces dernières années, des investisseurs essentiellement occidentaux ont pu saisir des superficies équivalents à la superficie de l’Europe de l’Ouest. Ces terres contiennent non seulement des ressources naturelles etvde sous-sols importantes, mais aussi l’eau (le Nil est à vendre !), ceci est aussi le lieu d’habitation de centaines de milions de personnes; il y a environ 2,5 milliards de personnes engagés dans la microagriculture dans le monde… Ceci est essentiellement fait au travers de la propriété commune de la terre, ce que la société occidentale avec son dogme de la “propriété privée de droit divin”, ne peut pas comprendre. Ainsi, dans la loi internationale, d’état et des affaires, que nous avons créée de toute pièce, nous assimilons les terres communales et d’utiisation communale comme devant être des terres appartenant “à l’état”. Nos “investisseurs”, les banques, hedge funds, états, fonds de retraite, corporations, parviennent à des “accords” avec les états corrompus locaux pour des contrats de leasing de 40, 50 ou 100 ans d’exploitation de vastes territoires, payant très peu souvent aucun loyer. Ensuite “le territoire vide” comme nous l’appelons est “nettoyé” (de son “vide” sans aucun doute…), expulsant des personnes qui ont vécues là depuis des générations et qui dépendent de la terre pour leur nourriture. Ces gens sont expulsés vers les villes, et donc vers les bidonvilles.

C’est ce que nous appelons une “utilisation productive de la terre”. Donc naturellement, nous la détruisons, nous y éviscérons l’environnement, empoisonnons, polluons, extrayons, exploitons, pillons et profitons. Ou alors nous gardons la terre, sans l’exploiter, attendant que les prix montent pour plus de profit. Même d’importantes universités américaines comme Harvard sont impliquées dans les saisies massives de terres en Afrique et ailleurs. Ceci est le plus grand vol de territoires de l’histoire depuis la fin du XIXème siècle et son “envol vers l’Afrique” lorsque les Européens ont colonisé pratiquement l’ensemble du continent. Lorsque nous utilisons la terre à des “fins productives”, nous disons que cela “aidera le climat” et “réduira la famine”. Comment ? Parce que nous allons produire du bio-carburant et de la nourriture et ce faisant nous allons déverser des quantités industrielles de pesticides, d’engrais chimiques, planter des OGM, pratiquer une déforestation massive, détruire la biodiversité, allons hautement mécaniser et augmenter les consommations de carburant pour les exploitations agricoles. La nourriture produite, qui n’est pas conséquente puisque l’intériet est porté sur les bio-carburanrs, le bois, les minerais, le pétrole et le gaz, les cultures pour l’argent facile, est de toute façon exportée vers nos pays et loin des populations pauvres où la faim et la précarité sont pourtant prévalentes. Ces gens perdent leurs terres, s’enfoncent plus dans la pauvreté avec le bonus de la précarité alimentaire en sus, des risques de famine accrus, augmentation de la mortalité, des maladies et de la violence. La pauvreté est violence.

Ceci est la manière dont les états occidentaux, les banques et les cartels industriels ainsi que les organisations internationales, s’occupent du problème de la faim: en en créant toujours plus. Ironie du sort encore plus amère, nous appelons ceci évoluer vers “la durabilité”. Coïncidentellement, ce mot a déjà une signification pour la plupart des gens, nous n’en avons que mal interprété le sens voilà tout. Mais il y a des gens qui prennent ce concept très sérieusement, ceux qui ont fait l’expérience de pertes majeures dans une société non durable.

Nous sommes les témoins d’une résistance massive globale à ces processus, cette résistance est largement conduite par les populations indigènes d’Afrique, dAmérique Latine, d’Asie et maintenant d’Amérique du Nord. Au Canada le mouvement Idle no More a commencé avec quatre femmes indigènes de la province du Saskatchewan, qui décidèrent de se rencontrer et de discuter les problèmes induits par le projet de budget du premier ministre Harper, qui entre autres choses, a réduit le nombre de rivières, de lacs et de ruisseaux protégés au Canada d’environ 2,5 millions (au 4 Décembre 2012) à quelques 62 (au 5 décembre 2012…), un mouvement social international menés par les peuples indigènes se développe. Il y a moins de deux mois, cela a commencé avec 4 femmes ayant une discussion.

Les peuples indigènes montrent aux Canadiens et aux autres personnes dans le monde, comme se soulever devant le pouvoir. Et ils ont une certaine pratique de la chose. Depuis plus de 500 ans, nos sociétés ont opprimé et souvent éradiqué des populations natives sur place et à l’étranger. Les peuples indigènes, comme tous les peuples opprimés, sont au front de la nature la plus oppressive de notre société: ils ont expérimenté et expérimentent encore l’exploitation, la dévastation envrironnementale, la domination et la décimation. Avec les peuples natifs qui parlent, et pas seulement au Canada, mais à travers l’Amérique Latine, l’Afrique et ailleurs, il est plus que temps pour que nous les peuples occidentaux, commencions à écouter ceux qui sont les plus opprimés, les histoires de nos “victimes” sont rarement narrées et écrites, ou simplement connues, du moins pas de nous, Les victimes elles se souviennent. Et il est plus qu’important que nous commencions à écouter.

Comment pouvons-nous attendre un changement, ou connaître quoi et comment changer nos sociétés, si nous n’écoutons pas ceux qui ont fait l’expérience du pire de notre société ? Les peuples natifs nous donnent maintenant une leçon de lutte démocratique. Si nous continuons sur notre voie actuelle, les communautés indigènes seront complètement annihilées et les puissances qui dirignent notre société auront réussi à accomplir un génocide complet sur 500 ans.

Ainsi, nous devons nous poser cette question: Devrions-nous écouter maintenant, apprendre et rejoindre ceux qui luttent pour la justice et une véritable idée d’une société humaine ou bien… Sommes-nous toujours trop occupés à acheter des choses totalement inutiles ?

Peut-être est-il aussi grand temps que nous soyons… Idle No More (Jamais Plus en Veilleuse).

Résistance politique: Les pensées d’un Mohawk ~ 2ème partie ~

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, économie, démocratie participative, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, société libertaire, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 15 juin 2013 by Résistance 71

Les pensées d’un Mohawk

Une série d’écrits et de dessins par Louis Karoniaktajeh Hall

1ère partie

 

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

 

Message de Ganienkeh état indien indépendant d’Amérique du Nord au secrétaire général des Nations Unies, New York, le 5 Février 1975

RE: Le communiqué de presse des Nations Unies apparaissant dans les éditions courantes des journaux exprimant l’opinion que la repossession de la terre de Ganienkeh par les Indiens d’Amérique du Nord est une “décision de justice interne d’un état membre”.

Sehkon:

Les traités où les Etats-Unis et la Confédération des Six Nations Iroquoises sont impliqués est une affaire internationale. Que seules des nations puissent légalement établir des traités est un fait légal.
Les Hollandais, Français, Anglais puis ensuite les Etats-Unis ont recherché la signature de traités avec les nations amérindiennes. Ceci montre qu’elles étaient reconnues comme nations. D’après le droit international, une nation une fois reconnue comme telle en reste une jusqu’à ce qu’elle se dissolve d’elle-même. Aucune nation ne peut dissoudre une autre nation.

Que les Nations-Unies ont été établies pour corriger et prévenir les méfaits commis par des nations à l’encontre d’autres nations est un but établi. Ce but ne peut pas être rempli si seulement quelques nations bénéficient de cette organisation. Si la paix. l’harmonie, la fin des souffrances de la guerre et la fin de l’inhumanité de l’Homme, doivent être établis, alors toutes les nations devraient avoir le droit de bénéficier du forum international des Nations-Unies pour faire entendre les cas des nations opprimées. L’un des buts de l’ONU est de mettre fin aux discriminations, mais par le fait de refuser d’admettre les cas des nations opprimées au sein du forum des nations-unies, ceci ne pourrait-il pas être vu par les observateurs comme étant de la discrimination raciale dont les Etats-Unis eux-mêmes feraient indulgence ? Ceci ne serait-il pas en faveur et ne viendrait-il pas en aide aux oppresseurs ?

Le 10 Décembre 1948, les Nations-Unies ont proclamé leur déclaration universelle des droits de l’Homme et elle établit dans son article 15: “1. Chacun a le droit à une nationalité. 2. Personne ne peut être privé de sa nationalité arbitrairement ou se voir refuser le droit de changer de nationalité.” Personne n’a le droit de nous priver de notre nationalité Ganienkahaga (Nation Mohawk de la Confédération Iroquoise). Ganienkeh est le territoire de la nation Mohawk et l’a été durant des siècles avant l’arrivée de l’homme blanc. Nous étions une nation bien avant que les colonies anglaises ne tombent du nid et apprennent à voler de ses propres ailes en copiant la confédération des six nations iroquoises et deviennent la nation des Etats-Unis d’Amérique, Nous ne sommes en aucun cas une “affaire intérieure” d’une nation étrangère quelconque, spécifiquement une nation qui n’existe qu’au travers des terres de l’homme rouge.

Nous avons aussi le droit à la véritable propriété. Nous, parmi les autres nations amérindiennes, avons le droit à un état indépendant sur notre propre sol. Quelques 74 nations de par le monde ont reconquis leurs terres, leurs gouvernements et peuvent décider de leur propre destinée. Seuls les Indiens des Amériques ont ce droit qui leur est refusé !! Si l’ONU veut amener la paix, l’harmonie et le droit pour toutes les nations, comment peut-elle ignorer les droits des peuples dont la terre qui leur a été usurpée abrite le siège même des Nations-Unies ? Toute nation qui a signée un traité avec une nation membre de l’ONU devrait automatiquement  et légalement avoir son cas présenté à la cour internationale des Nations-Unies. Que la justice et la sagesse prévalent !

Onen,

(Signé) Louis Hall

Secrétaire – GANIENKEH COUNCIL FIRE (Conseil de feu de Ganienkeh)

Résistance politique: Mort suspecte du grand activiste Mohawk Dacajeweiah ou Splitting the Sky… Accident ou liquidation ?

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 1 avril 2013 by Résistance 71

Après Russell Means il y a quelques mois, décédé de maladie, un autre grand activiste natif disparaît: Dacajewiah ou Splitting The Sky, une célèbre personnalité de la résistance à l’impérialisme en Amérique du Nord, qui s’était récemment distingué lors de sa tentative d’arrestation citoyenne de George Bush pour crimes contre l’humanité en 2009 dans la ville de Calgary au Canada. Les circonstances de sa disparition en Colombie Britannique (Canada) sont pour le moins douteuses. La thèse de l’accident est-elle si fine qu’elle serait plus une opération de couverture ? C’est tout aussi vraisemblable que la disparition puis la réapparition à l’état de cadavre de Dacajewiah en 24 heures.

Les autorités mènent l’enquête nous assure t’on… Vraiment ? Sachant le passif de Splitting the Sky avec ces autorités, doit-on vraiment s’attendre à une impartialité de leur part ? Le bureau du procureur de Colombie Britannique, par exemple, suite aux évènements de 1995, se réjouit très certainement de son « accident ». Le mouvement de résistance des nations aborigènes du Canada a récemment monté la pression sur le gouvernement avec le mouvement Idle No More. Le gouvernement canadien a t’il adopté la méthode des escadrons de la mort appliquée pour la première fois en Amérique du Nord lors de l’élimination des membres de l’American Indian Movement (AIM) ? Splitting the Sky est-il un coup de semonce tiré devant le mouvement de résistance indien du Canada ? Très possible, l’avenir le dira, mais une chose est certaine, le mouvement de recouvrement de souveraineté et d’indépendance politique des nations natives est un bénéfice non seulement pour les nations concernées, mais pour l’ensemble de l’humanité. Le combat des nations indigènes des Amériques et aussi le combat des peuples occidentaux pour changer à tout jamais la face politique du monde en injectant enfin, respect, solidarité, union, tolérance et entr’ aide mutuelle. En y regardant de plus près, c’est aussi notre combat, celui de notre émancipation de la nuit colonialiste et impérialiste qui englobe le monde depuis bien trop longtemps et qui asservit tous les peuples sans exception aux diktats des privilégiés du capitalisme monopoliste.

Voir également ce document sur le programme de contre-intelligence (COINTELPRO) organisé par le FBI et le Bureau of Indian Affairs (BIA) contre les activistes de l’AIM dans les années 1970… L’élimination physique faisait partie du programme, édifiant ! Il est à noter que la stratégie de la « disparition » des opposants politiques fut enseigner et appliquer par la suite en Amérique latine. Cette méthode est une méthode française appliquée de manière systémique pour la première fois lors de la « Bataille d’Alger » en 1957 par l’armée française (cf. les écrits et témoignage du général Paul Aussaresses)

Faites confiance à l’État et son gouvernement quel qu’il soit !… Demandez aux Indiens, ils en connaissent un rayon sur le sujet, c’est pour cela que nous devons comprendre et nous inspirer de leur histoire, car l’hégémonie culturelle élitiste et mortifère s’applique à nous également. Les natifs des Amériques combattent le terrorisme depuis 1492… Ils savent de quoi ils parlent !

= Résistance 71 =

*  *  *

Dacajeweiah « Splitting the Sky » alias John Boncore ou John Hill, un Mohawk, principal leader de la rébellion carcérale D’Attica en 1971, un leader de l’American Indian Movement (AIM) avec la Ligue des Nations Souveraines Indigènes, en particulier au Lac Gustafen en Colombie Britannique, Canada et un rechercheur pour la vérité sur les attentats du 11 Septembre 2001, activiste et conférencier; il fut aussi un acteur à temps partiel et un charpentier de profession. Né le 7 Janvier 1952, décédé le 13 Mars 2013.

Un rapport d’agence de presse très suspect après la mort de l’activiste Splitting the Sky

 

Le 23 Mars 2013

 

url de l’article original:

http://splittingthesky.blogspot.jp/2013/03/a-very-fishy-news-report-regarding.html

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Après plus d’une semaine, un nouveau rapport de presse a finalement été publié, même s’il est très bref, dans un journal local, le Salmon Arm Observer, concernant la mort de Splitting The Sky. Ceci est pour le moins très bizarre et suspect !

Le manchette lisait: “Mauvaise action hors de question dans le cas du décès de l’homme de lac Adams”.

 » Ceci résonne comme un: “affaire classée, circulez y a rien à voir !..”

Mais alors que nous continuons sa lecture, le rapport devient très contradictoire:

“Le service de médecine légale de la province de Colombie Britannique confirme qu’une mauvaise action a été mise hors de cause dans le cas de la mort soudaine d’un résident de la réserve indienne du lac Adams ce Mardi 12 Mars 2013. Le corps de John Pasquale Boncore, connu aussi sous son nom natif (Mohawk) de Splitting the Sky/Dacajeweiah, fut découvert par quelques uns de ses amis le 13 Mars. Les services légistes et la Gendarmerie Royale du Canada (NdT: la Police Montée ou RCMP) de Chase continuent d’enquêter sur la mort soudaine de l’homme âgé de 61 ans. Une autopsie sera effectuée afin de déterminer la cause de la mort.

http://www.saobserver.net/news/199261931.html

Pardonnez-moi ? Comment diable les services de médecine légale peuvent-ils confirmer qu’une “mauvaise action” n’était pas à l’origine de ce décès alors que les services n’ont pas terminé leur enquête, ni même effectué une autopsie du corps ? Sont-ils devins, que se passe t’il donc ?

Le rapport ensuite stipule qu’il est décédé le 12 et que son corps fut découvert le 13 Mars (plus de 24 heures plus tard, ce détail ne figurait pas dans les autres rapports). Comment savaient-ils qu’il était mort le 12 si aucune autopsie n’avait été encore effectuée sur le corps confirmant date et heure probable de la mort ?

Je questionne aussi le fait du comment Splitting The Sky, qui est très connu, aurait pu être porté disparu dans la petite ville de Chase, BC pendant plus de 24 heures, sans que personne ne l’ai vu et sans que quiconque ne tombe par hasard sur son corps pendant plus de 24 heures ?

Ils disent que son corps “a été découvert par des amis”, mais qui sont ces amis, combien d’amis étaient sur place, pourquoi étaient-ils là-bas et pourquoi n’ a t’il pas une seule remarque citée de ces “amis” ?

Le rapport de presse précédent (posté ici la semaine dernière) indiquait que le corps avait été trouvé “sur des escaliers en ciment”. Ceci tendrait à confirmer qu’il a été retrouvé au sein des limites de la ville et non pas dans la nature, sur une piste isolée. Donc, si c’est le cas, pourquoi cela aurait-il pris plus de 24 heures pour découvrir son corps ?

Et voici la partie la plus bizarre. Ils ont dit que…

 » Le service de médecine légale et la gendarmerie royale de Chase continuent l’enquête » .

Hum, hum ?  Ils ont commencé en disant pratiquement “affaire classée”. Donc qu’y a t’il de plus à enquêter lorsque les autorités “ont déjà conclu qu’une ‘mauvaise action ne pouvait pas être la cause du décès’, que cela est donc un accident au cours duquel il est tombé accidentellement, cogné sa tête et en est subséquemment décédé ?”

Très très bizarre !!!

Qui enquête ? Pourquoi aucun nom n’a été donné ? Qu’est-ce que c’est que ce journalisme !

Les esprits curieux veulent savoir !

Est-ce que ces gens ne savent pas qu’il sont en train de gérer la mort d’un activiste politique et social très connu et dont l’activisme s’étend sur sa vie entière ? De quelqu’un qui a de nombreux ennemis très puissants et ce depuis de nombreuses années ? Il a en fait même exposé la corruption de la Gendarmerie Royale du Canada et du bureau du procureur général de Colombie Britannique dès les troubles du lac Gustafsen en 1995 !

Veuillez regarder cette vidéo en deux parties: Part 1  and Part II (en anglais)

Le décès de Splitting The Sky demande une enquête totale, claire avec compte-rendu public de tous les faits et détails entourant cette affaire, afin qu’ils puissent être vérifiés de manière indépendante !

En fait, tout ceci ne fait que conforter la question qui brûle les lèvre: Est-ce ceci une enquête ou n’est-ce qu’une dissimulation ?

****

PS   A toute personne résidente de Chase, BC qui connaissait Dac et qui pourrait aider à faire plus de lumière sur ce qui lui est arrivé, où cela s’est-il exactement passé, date, heure etc, merci d’envoyer un courriel à:  

warcriminalsout @ yahoo.ca  

Si possible, merci d’inclure un numéro de téléphone auquel Je puisse vous contacter. Détails anonymes Ok, mais s’il vous plaît, donnez le plus de détails possible. Merci !