Archive pour résistance kahnawake colonialisme

Résistance au colonialisme: De Kahnawake au Donbass les femmes se lèvent et avertissent les « chefs » errants… (Mohawk Nation News)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 février 2015 by Résistance 71

Femmes éveillées

 

Mohawk Nation News

 

11 février 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/02/11/women-awake/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans la “crise Mohawk de Oka” en 1990, 5000 soldats canadiens lourdement armés avaient encerclé trois de nos communautés. Nous protestions contre l’expansion d’un parcours de golf non-Ongwe’hon:we (natifs) sur des terres ancestrales lieux de sépultures et de cérémonies. L’armée attaqua et bon nombre d’entre nous furent blessés. Un de nos enfants fut blessé à la poitrine par une baïonnette. Notre Longue Maison emplie de femmes et d’enfants fut encerclée par des chars pour nous attaquer. Les femmes sortirent et firent face aux blindés et aux soldats. Dans la bataille qui s’en suivie, beaucoup furent sérieusement blessées.

Le monde naturel a créé les femmes comme progénitrices et gardiennes du sol et de la terre pour les générations futures. Les femmes ont toujours fait face aux agressions et aux brutalités émanant de la matrix de l’amirauté qui contrôle le monde de ses lois frauduleuses. Nous ressentons le courage et la colère du peuple ukrainien au travers de ses femmes dans cette vidéo:

Ukranian Women face soldiers.

Nous pouvons entendre les futurs enfants pleurant pour leurs mères de Donetsk et du Donbass maintenant.

Le conseil de bande de Kahnawake, contrôlé par des nazis, crée un chaos confus similaire afin de nous forcer à monétariser notre terre. Les élus du Conseil Mohawk Kahnawake Inc Mike Delisle et Christine Deorn ne sont pas Ongwe’hon:we (natifs). Nous pouvons bien voir qu’ils travaillent pour la corporation et entreprise (Canada). Nous n’avons aucune information ni discussion dans les médias locaux ou nationaux de masse au sujet de l’action génocidaire planifiée de nous expulser de notre terre. Les femmes du monde ne veulent pas envoyer leurs maris et leurs enfants faire le sale boulot des corporations transnationales (la guerre).

Le conseil de bande local nazi ment et nous menace. Ils sont les soldats envahisseurs et nous sommes le peuple. Tout ce qui est basé sur un mensonge est un mensonge. Eux et leurs soutiens nazis doivent faire leurs valises et quitter Kahnawake avant qu’ils ne soient physiquement virés. Kayoni (Wampum) # 59 (NdT: voir la note * sous l’article…) de la loi de la terre, Kaia’nere:kowa, indique que lorsque les traîtres refusent trois fois de prndre en considération les avertissements des femmes, alors l’affaire est gérée par Rotiskenra’keteh (NdT: la société des “guerriers”. En langage Mohawk et Iroquois, le mot “guerrier” n’existe pas… le mot employé veut dire “celui qui est investit de la charge de la paix”… Il n’y a pas de mot “guerrier” dans la plupart des langues natives des Amériques. Ce mot, venant du mot “guerre”, est propre au vocabulaire occidental…)

Les mensonges patriarcaux feront face à la vérité maternelle comme nous le rappelle Red and Kitty: “The love I treasured you sold for gold, for worldly goods you left me cold. You are happy now but the time will come, your false loves will leave you one by one.”

Lisez cet article publié il y a quelques jours dans la presse de masse canadienne CBC invoquant la révocation des bulles papales du XVème siècle, fondements de la “doctrine chrétiene de la découverte” et du colonialisme occidental depuis lors. Repeal Papal Bulls.

Dans ce second article sur CBC, un groupe catholique fait pression sur le pape François 1er pour qu’il révoque les bulles du XVème siècle:
http://www.cbc.ca/news/canada/north/catholic-group-lobbies-pope-to-revoke-doctrine-of-discovery-1.2771145

Le capitalisme doit mourir pour que vivent les indigènes:

Capitalism must die for Indigenous to live.

 

Note (*) sur le wampum 59:

La constitution de la Confédération Iroquoise (XIIème siècle) explique en long en large et en travers le modus operandi dans le cas où un ou des chefs deviendraient des chefs errants ou traîtres à la décision du peuple, ce que ne font pas nos “constitutions” occidentales qui ne sont écrites que pour sauvegarder les privilèges du petit nombre. Les chefs des nations indigènes n’ont pas de pouvoir per se, ils ne sont que des portes-parole de leurs peuples et nations au sein des conseils, mais l’anticipation est faite d’une collusion néfaste entre chefs allant à l’encontre du bien commun. L’encadrement de la chefferie par le peuple est strict et sans équivoque. Aucun leader ne peut dire qu’il ne savait pas !…

Voici ce que dit textuellement le Wampum (article) 59 de la constitution iroquoise: Traduction de Résistance 71

 

  1. Une ceinture tissée de nacres de coquillages wampum d’une largeur de trois mains, la moitié supérieure blanche, la moitié inférieurs noire, faite à contribution égale par les hommes des cinq nations, sera la manifestation physique de ce que les les gens ont fusionné en une tête, un corps et une pensée ; cela symbolisera aussi leur ratification du pacte de paix de la confédération, où les chefs des Cinq Nations ont établi la Grande Paix.

La portion blanche des nacres représente les femmes tandis que la portion noire représente les hommes. La portion noire est de plus le signe du pouvoir investi chez les hommes des Cinq Nations.

Cette ceinture wampum investit le peuple du droit de corriger leurs chefs errants. Dans le cas d’une partie où tous les chefs s’engagent sur un chemin qui n’est pas embrassé par le peuple et qu’ils ne considèrent toujours pas le troisième avertissement donné par les femmes de leurs familles, alors l’affaire devra être porté devant le conseil général des femmes des Cinq Nations. Si les chefs notifiés et avertis trois fois ne rentrent toujours pas dans le rang, alors l’affaire devra être portée devant les hommes des Cinq Nations. Les chefs de guerre devront alors, par droit et suivant l’autorité qui leur est conférée, entrer le conseil ouvert, pour avertir le ou les chefs de retourner sur le droit chemin. Si les chefs incriminés entendent le conseil, ils devront dire: “Nous répondrons demain”. Si une réponse favorable est ensuite donnéee en faveur de la justice et en accord avec la Grande Loi de la Paix, alors les chefs devront de nouveau prêter allégeance en fournissant chacun les ceintures wampum requises. Alors les chef de guerre ou les chefs devront exhorter les chefs errants d’être juste et bon.

Si les chefs devaient refuser d’entendre le troisième avertissement, deux options sont alors possibles: soit les hommes peuvent décider en conseil de déposer le ou les chefs ou de les frapper à mort avec leurs massues de guerre. S’ils décident dans leur conseil de prendre la première option, le chef de guerre devra s’adresser aux chefs intéressés et leur dire: “Puisque vous, chefs des Cinq Nations, avez refusé de retourner dans le bon processus de la constitution, nous déclarons dès maintenant vos positions vacantes, nous vous retirons vos bois de cerf, symboles de votre chefferie et d’autres devront être choisis pour siéger à vos places, laissez donc place libre.”

Si les hommes en conseil devaient choisir la seconde option, le chef de guerre devra ordonner à ses hommes d’entrer dans le conseil et de prendre positions aux côtés des chefs errants, s’asseyant entre eux si possible. Lorsque ceci est fait, le chef de guerre tiendra alors à bout de bras le wampum noir et dira aux chefs errants: “Et bien maintenant, chefs des Cinq Nations, oyez ces derniers mots de vos hommes. Vous n’avez pas tenu compte des avertissements des femmes de vos familles, vous n’avez pas tenu compte des avertissements du conseil général des femmes et vous n’avez pas non plus tenu compte des avertissements des hommes de vos nations, qui tous insistaient pour que vous retourniez sur le chemin de l’action juste. Puisque vous êtes déterminé à resister et à ne pas rendre justice à votre peuple, il n’y a plus qu’une seule façon d’agir pour nous.” A ce moment, le chef de guerre laissera tomber le wampum noir et les hommes devront se lever d’un bond et battre à mort les chefs errants. Chaque chef errant peut se soumettre avant que le wampum noir ne soit lâché. Son exécution sera immédiatement suspendu.

Le Wampum Noir ici utilisé symbolise que le pouvoir d’exécuter est enterré mais qu’il peut encore être déterré par les hommes. Il est enterré, mais lorsque l’occasion se présente, ils peuvent le déterrer et en dériver leur pouvoir et leur autorité pour agir comme ici prescrit.

Résistance politique: Avertissement Mohawk au gouverneur général de Canada au sujet du vol des terres…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 9 décembre 2014 by Résistance 71

Lier les flèches

 

Mohawk Nation News

 

8 décembre 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/08/binding-the-arrows/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Une copie de cette objection a été envoyée par courrier recommandé avec A/R au gouverneur général de la corporation du Canada (NdT: rappelons-le, nommé(e) par la reine d’Angleterre et qui en dernière instance dit au premier ministre canadien ce qu’il faut faire ou pas dans les intérêts de la COURONNE c’est à dire la City de Londres et la Banque d’Angleterre…):

A tous les Ongwehonwe (membres des peuples originels) de la confédération Rotinoshonni (6 nations iroquoises) et à tous nos amis et alliés sur Onowaregeh (Île de a Grande Tortue, terminologie amérindienne pour dire l’Amérique du Nord):

She:kon/Salutations.
De petits groupes d’individus ont reçu le pouvoir des colonisateurs pour agir ent tant qu’imposteurs. Ils représentent Ongwehonwe de manière frauduleuse. Ils “négocient” secrètement des accords au nom de notre peuple et de nos générations futures. Ils essaient d’abandonner notre terre, notre titre et notre droit de naissance. Ils seront mis en accusation selon la Grande Loi de la Paix ainsi que leurs maîtres entrepreneuriaux et ils seront tous jugés pour génocide au tribunal de La Hague.

Ce ne sont pas des négociations, seulement des instructions reçues des colonisateurs. Pour de l’argent, ces indvidus acceptent de signer adieu notre droit de naissance Ongwehonwe en échange d’un “privilège” de vivre quelque part d’autre comme des INDIENS.

Nous sommes les souverains naturels d’Onowaregeh, l’Île de la Grande Tortue. Par la tromperie, certains membres de notre peuple ont été convaincus d’abandonner notre terre et les droits inhérents. Quand quelqu’un vous donne un privilège, celui-ci peut vous être repris à tout moment.

Kahnawake et tous les territoires Rotinoshonni d’Onowaregeh qui appartiennent à notre peuple sont un pays. Nous ne pouvons pas abandonner ni vendre notre Mère, notre patrie, notre pays. Il n’y a aucun document existant montrant que notre peuple ait jamais donné, abandonné réellement quelque partie de notre terre que ce soit. Tous les documents pouvant exister sont frauduleux (NdT: dans le sens qu’il n’émane pas de la gouvernance traditionnelle, mais d’entités gouvernantes coloniales fictives n’ayant aucun droit sur quoi que ce soit. De par Kaianerekowa, tout leg de terre ancestrale ne peut être effectué que par le conseil des femmes des nations concernées, gardiennes du patrimoine territorial. Aucun conseil de femmes dans l’histoire n’a légué quelque terre iroquoise que ce soit, nulle part, jamais !… point barre..). On nous ordonne de nous relocaliser dans une nouvelle RESERVE INDIENNE, loin de notre terre ancestrale.

Le plan est de recouvrer au nom de la COURONNE/Vatican et d’en faire sa terre, les 18 500 hectares de la Seigneurie Sault St Louis. Nous serions alors forcés de partir dans un territoire de nos voisins, qui sera “réservé” à l’utilisation des INDIENS jusqu’à ce que la COURONNE en décide autrement.

C’est un privilège temporaire. Le plan à terme est de se débarrasser des Affaires Indiennes parce qu’il n’y aura plus d’Ongwehonwe. Le conseil de bande entrepreneurial INDIEN deviendra maires et conseillers municipaux de villes ou de quartiers. On nous donnera un “certificat de possession” imposable pour y bâtir nos maisons, qui seront temporaires sur des terres de la COURONNE Ainsi le vol de nos terres par la COURONNE sera complété et la mission édictée par Duncan Campbell Scott et l’Indian Advancement Act de 1924 pour se “débarrasser du problème indien”, sera accomplie.

Toux ceux qui lisent cet article maintenant savent très bien que cela est malfaisant et génocidaire.

Je fais cette objection officiellement car j’appelle solennellement Ongwehonwe à se tenir debout rassemblé, à garder nos flèches solidement attachées ensemble, et ce où que nous résidions sur Onowaregeh. Nous devons protéger toute notre terre-mère, pas seulement des portions de celle-ci, de façon à ce que nous puissions de nouveau être forts. N’importe qui peut briser une flèche. Personne ne peut briser 5 flèches solidement attachées ensemble avec du boyau.

Kahentinetha, Kohtihon’tia:kwenio, Bear Clan, Kanionkehaka”.

~ Les conseillers de bande essaient de faire un grand bracage de nos terres, comme du temps de Bonnie and Clyde. Merle Haggard nous rappelle ce qui va se passer pour ces conseillers de bande: “Two years of running was ended that day. For robbin’ and killin’, they both had to pay. But we’ll always remember how they lived and died. So goes the legend of Bonnie and Clyde.”

Extraits du film “Bonnie & Clyde” immortalisés à l’écran par Warren Beatty et Faye Dunaway:

http://www.youtube.com/watch?v=kqCa-YKhqsM