Archive pour pierre kropotkine biologie sociale

8/2/1921 ~ 8/2/2021 Centenaire de la disparition de Pierre Kropotkine, ce prince de l’évolution

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, crise mondiale, documentaire, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, société des sociétés, terrorisme d'état with tags , , , , , on 8 février 2021 by Résistance 71


1842 – 1921

1921-2021 Hommage à Pierre Kropotkine, l’homme, son œuvre

Résistance 71

8 février 2021

Pour le centenaire de sa disparition :

Piotr Alexeïvich Kropotkin (né à Moscou le 9 décembre1842 – mort à Dmitrov le 8 février 1921), géographe, explorateur, zoologiste, anthropologue, géologue, grand penseur universel et figure de la pensée anarchiste, père de la socio-biologie, pourfendeur de la pseudo-science du darwinisme-social représenté à son époque par le très dogmatique Thomas Huxley (grand-père de Julian et Aldous Huxley) et de ses clones malthusianistes.

De son grand voyage d’étude en Sibérie en 1862, il analyse et théorise le concept d’entraide en tant que facteur d’évolution des espèces dans la lignée de l’autre grand zoologiste russe Karl Fedorovich Kessler. Dès les années 1880, il s’oppose aux théories du darwinisme-social et du malthusianisme qu’il prouve être bien trop réductrices pour être scientifiquement valides.

Considéré comme le père fondateur de la biologie sociale, Kropotkine a mis en place l’antidote contre le poison de l’ingénierie sociale issue des théories pour le moins scabreuses et mise en place quant à elles par Huxley, Spencer et leurs successeurs. Les implications des questions et des réponses trouvées par Kropotkine font l’objet dans l’époque moderne de centaines d’articles scientifiques revus et publiés chaque année dans le monde.

La vie de Kropotkine fut un véritable roman dont on pourrait aisément faire un excellent film, né dans la noblesse russe, jeune officier de l’armée du tsar auquel il est présenté, il renonce à tout pour suivre une voie le menant, tel un Gautama moderne, vers la vision et la compréhension anarchiste biologique de la société au gré de pérégrinations le plus souvent forcées. Kropotkine fut incarcéré pour ses idées et ses écrits en Russie (d’où il s’évada pour s’exiler), en France à la prison de Clervaux (où Victor Hugo pétitionna pour sa liberté), il s’exila de nouveau en Angleterre où il côtoya Oscar Wilde qui dit de lui : “Il est ce superbe Christ tout blanc semblant venir de Russie… Un des êtres humains les plus parfaits qu’il m’ait été donné de rencontrer.” Il fit plusieurs voyages aux Etats-Unis (le premier en 1891, son second tour de conférences se fit en 1901) où il fut une véritable “pop-star” de son époque, ses conférences étant pleines à craquer et sa notoriété très vaste en tant que scientifique et conférencier. Il voyagea aussi au Canada. Il déclara à la presse américaine qui le chérissait : “Je suis un anarchiste, qui essaie de trouver la société idéale.

Kropotkine prouva que si la sélection naturelle de Darwin était bien réelle et la force vive qui façonnait la vie, il pensait que les idées de Darwin avaient été galvaudées et perverties par des scientifiques britanniques (dont Thomas Huxley, sans doute en mission commandée et plus tard Herbert Spencer). Kropotkine argumentait que la sélection naturelle menait à l’entraide, à la coopération et que la concurrence, la “survie du plus apte” n’en était qu’un élément, sans être le principal et que la sélection naturelle de fait, favorisait les sociétés animales dans lesquelles l’entraide et la coopération étaient primordiales et que les individus membres de ce type de société avaient une prédisposition innée à l’entraide parce que justement la sélection naturelle avait favorisée ce comportement. Il créa un nouveau terme, celui de “l’évolution progressiste” pour décrire comment la coopération et l’entraide, non seulement au sein d’une espèce mais aussi entre les espèces, étaient devenues la condition sine qua non de la vie en société, ce à la fois dans le monde animal et humain.

C’est cette vision et approche scientifiques vérifiées par les observations de terrain qui le fit réfléchir sur l’organisation politique optimale de la société humaine. Il ne faisait dès lors  plus aucun doute que l’organisation “anarcho-communiste” de la société était la seule possiblement viable dans l’évolution humaine ; à savoir une société fonctionnant sans autorité ni pouvoir coercitif, s’étant débarrasser de l’État, de ses rouages, de la marchandise et de l’argent ainsi que du salariat.

Kropotkine écrivit : “Les anarchistes politiques ont la biologie de leur côté : ils ne firent qu’adopter la route tracée par la philosophie moderne de l’évolution. L’anarchie n’est que le résumé de la prochaine phase de l’évolution humaine.

Également : “Je pense que l’importance de l’entraide dans l’évolution du monde animal et dans l’histoire humaine peut-être prise comme une vérité scientifique établie positive, libre de toute admission hypothétique.

Pour Kropotkine, que ce soit pour les oiseaux ou les paysans, l’entraide et la coopération sont un attribut naturel. C’est Kropotkine qui amena le concept “d’empathie instinctive” comme facteur mécanique de la coopération des espèces. L’empathie devenait ainsi le moteur de la solidarité animale et le succès de l’évolution est en grande partie lié à cette solidarité dont elle descend. “Sans confiance mutuelle, la lutte n’est pas possible, il n’y a pas de courage ni d’initiative, la défaite est certaine !” La formule si puissante de Kropotkine réside en ce passage de l’empathie à la solidarité, puis à l’entraide, consolidant la survie et menant au delà de la survie… à l’épanouissement de l’espèce animale, humains compris.

Contemporain de Karl Marx, il réfuta le marxisme comme “biologiquement léger et creux” car ne se préoccupant que de la société humaine coupée du reste et de sa dynamique essentiellement économique et que tout ceci était bien trop étriqué pour être véritablement utile. Il concevait que seule l’anarchie, au travers de son lien avec l’entraide, représentait le véritable lien entre la politique et la biologie. Kropotkine regardait Marx et le marxisme comme une religion dont “Berlin est La Mecque, leur catholicisme est le marxisme et pour le reste… je m’en fous !” disait-il.

Alors Kropotkine homme et scientifique parfait ? Il y a, disons-le clairement, une ombre au tableau et elle est de taille. Lors de la première guerre mondiale, alors que la vaste majorité du monde anarchiste était pacifiste et contre la guerre, Kropotkine co-rédige avec Jean Grave ce qui deviendra le “Manifeste des 16” et qui est publié en février 1916, prenant position pour l’union sacrée alliée et contre l’Allemagne, vue comme le symbole absolutiste de l’État et un danger clair et présent contre les peuples et leur émancipation, et ce en réponse à un manifeste anarchiste de février 1915 co-signé par 36 anarchistes renommés tels Errico Malatesta, Alexandre Berkman, Emma Goldman, Henri Combes et Luigi Bertoni, tous amis de Kropotkine, refusant de faire le jeu de l’État et de son jeu guerrier systémique. Cette affaire va diviser le monde anarchiste jusqu’à aujourd’hui, aussi pour comprendre de quoi il s’agit, nous reproduisons ci-dessous les deux textes dans l’ordre chronologique.

Le premier de février 1915 affirmant le refus de la belligérance, celui de Malatesta et Berkman (que Kropotkine visita en prison lors de son passage aux Etats-Unis) :

L’Internationale Anarchiste et la Guerre » : « La vérité, c’est que la cause des guerres, de celle qui ensanglante actuellement les plaines de l’Europe, comme de toutes celles qui l’ont précédée, réside uniquement dans l’existence de l’État, qui est la forme politique du privilège. L’État est né de la force militaire ; il s’est développé en se servant de la force militaire ; et c’est encore sur la force militaire qu’il doit logiquement s’appuyer pour maintenir sa toute puissance. Quelle que soit la forme qu’il revête, l’État n’est que l’oppression organisée au profit d’une minorité de privilégiés. […] Nous devons profiter de tous les mouvements de révolte, de tous les mécontentements, pour fomenter l’insurrection, pour organiser la révolution, de laquelle nous attendons la fin de toutes les iniquités sociales. Pas de découragement – même devant une calamité comme la guerre actuelle. C’est dans des périodes aussi troublées où des milliers d’hommes donnent héroïquement leur vie pour une idée, qu’il faut que nous montrions à ces hommes la générosité, la grandeur et la beauté de l’idéal anarchiste ; la justice sociale réalisée par l’organisation libre des producteurs ; la guerre et le militarisme à jamais supprimés ; la liberté entière conquise par la destruction totale de l’État et de ses organismes de coercition.

Le second donc, co-rédigé par Kropotkine et Jean Grave, publié en février 1916 :

« En notre profonde conscience, l’agression allemande était une menace – mise à exécution – non seulement contre nos espoirs d’émancipation, mais contre toute l’évolution humaine. C’est pourquoi nous, anarchistes, nous antimilitaristes, nous, ennemis de la guerre, nous, partisans passionnés de la paix et de la fraternité des peuples, nous nous sommes rangés du côté de la résistance et nous n’avons pas cru devoir séparer notre sort de celui du reste de la population. Nous ne croyons pas nécessaire d’insister que nous aurions préféré voir cette population prendre, en ses propres mains, le soin de sa défense. Ceci ayant été impossible, il n’y avait qu’à subir ce qui ne pouvait être changé. Et, avec ceux qui luttent, nous estimons que, à moins que la population allemande, revenant à de plus saines notions de la justice et du droit, renonce enfin à servir plus longtemps d’instrument aux projets de domination politique pangermaniste, il ne peut être question de paix. Sans doute, malgré la guerre, malgré les meurtres, nous n’oublions pas que nous sommes internationalistes, que nous voulons l’union des peuples, la disparition des frontières. Et c’est parce que nous voulons la réconciliation des peuples, y compris le peuple allemand, que nous pensons qu’il faut résister à un agresseur qui représente l’anéantissement de tous nos espoirs d’affranchissement.”

Notre position à Résistance 71 aurait été celle de Malatesta en 1915 et bien que “kropotkinien” de fond, nous pensons que Kropotkine a fait une erreur de jugement non seulement en brisant le pacte pacifiste, de refus et de boycott des exactions criminelles étatiques, mais plus encore parce que sa démarche divisa profondément le mouvement anarchiste qui n’avait pas besoin de ça ni à ce moment là, ni plus tard.

Malade et vieillissant, Kropotkine retourna dans sa Russie natale en mai 1917 après plus de trente ans d’exil. Kerensky lui proposa un poste de ministre qu’il refusa. L’arrivée de Lénine et de Trotsky au pouvoir en octobre 1917 lui fit engager une correspondance avec les deux hommes. Il vit Lénine au moins une fois. Kropotkine entra en désaccord avec la centralisation et l’état bolchévique marxiste et critiqua le système, ce qui fit dire à Lénine en privé qu’il “en avait marre du vieux fou, qui ne comprend rien à la politique…”

Avant sa mort, Emma Goldman lui rendit une dernière visite, sans doute pour se réconcilier avec lui avant l’échéance, suite à son égarement de 1916, qui les mis elle, son compagnon Alexandre Berkman et Kropotkine de chaque côté d’un fossé grandissant.

Piotr Kropotkine décéda le 8 février 1921. Lénine proposa à sa famille, qui les refusa, des funérailles nationales. Des milliers de personnes attendirent son cercueil au train qui le ramenait à Moscou. Plus de 20 000 personnes assistèrent à son enterrement. Ce fut la dernière fois que fut autorisée en Russie Soviétique, une manifestation publique de la sorte pour des funérailles non nationales ou un évènement non-étatique.

L’héritage de Kropotkine est inestimable et universel. Il fut la figure anarchiste la plus reconnue de son vivant et il eut une incroyable renommée scientifique. Il fut celui qui mit en avant et prouva que la solidarité et l’entraide étaient des éléments cruciaux de l’évolution. Il défia les théories darwiniennes et affiliées préconisant que la concurrence et la survie du plus apte prévalaient dans l’évolution biologique des espèces. A son apogée, Kropotkine était une des personnes les plus reconnues de la planète, faisant se déplacer des foules aussi bien pour ses conférences scientifiques que pour ses conférences sur l’anarchie. Il est considéré aujourd’hui comme le “père fondateur” de la biologie sociale et il laissa un domaine entier de la biologie à l’étude de la coopération et de l’altruisme dans le règne animal, ce qui n’est pas rien convenons-en.

Il y a aujourd’hui des centaines d’articles par an publiés par des anthropologues, des politologues, des économistes, sur des sujets comme la coopération humaine et beaucoup de recherches dans ces domaines effectuées et un grand nombre de ces gens, année après année, finissent par se rendre compte ce qu’ils doivent dans leur domaine au travail et aux idées de Pierre Kropotkine, ce “Prince de l’évolution”.

100 ans après sa mort, Kropotkine éclaire toujours la seule voie possible de notre évolution, celle qui mène à la société des sociétés sans pouvoir coercitif, sans état, sans marchandise, sans argent et sans salariat, dans l’entraide et la coopération universelle. Si nous retrouvons la nature même des choses, c’est là que nous attend l’émancipation finale.

Vive la commune universelle de l’entraide, de l’amour et de la complémentarité. A bas la tyrannie étatico-marchande pour que vive notre humanité enfin réalisée !

A lire, notre traduction de l’excellent ouvrage de Lee Alan Dugatkin (Ph.D) “Le prince de l’évolution” (2011, traduit en 2012 par nos soins)

Notre page “Pierre Kropotkine, anarchisme, entraide et évolution” où vous retrouverez sous format PDF 8 textes de Kropotkine ainsi qu’un lien vers tout ce qui a été publié de ou sur lui sur Résistance 71 depuis 2010.

L’œuvre phare de P. Kropotkine: « L’entraide, un facteur de l’évolution »

Les obsèques de Piotr Alexeyevich Kropotkin (vidéo) :