Archive pour paul craig « obama menace la russie et l’OTAN »

Ingérence occidentale en Ukraine: La Russie ne joue plus au « Monopoly » avec Washington …

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 8 avril 2014 by Résistance 71

Analyse pertinente de Paul Craig Roberts, c’est ici l’économiste qui parle et il nous livre une des clefs de la solution pour se défaire de l’empire: Dire NON ! Refuser de jouer le jeu du dollar, un autre clef étant le levier légal tenu par les nations autochtones pour légalement priver l’empire de son territoire usurpé.

Si en apparence le pays du goulag levant paraît encore fort, l’étau se resserre considérablement sur son empire. Les masques tombent, l’empereur est nu, le colosse aux pieds d’argile chancèle, çà sent de plus en plus le sapin pour les oligarques, qui désespérés, cherchent à porter l’estocade de leur Nouvel Ordre Mondial.

Les peuples et l’humanité prévaudront, la question est maintenant de savoir ce que nous voulons pour notre monde et notre société humaine ? Il nous faut détruire la pyramide et remettre la société à plat. Les éléments existent.

— Résistance 71 —

 

Obama menace la Russie et l’OTAN

 

Paul Craig Roberts

 

6 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/06/obama-issues-threats-russia-nato-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le régime Obama a envoyé simultanément des menaces aux ennemis qu’il se fait de la Russie et de ses propres alliés européens de l’OTAN, alliés sur lesquels Washington se repose pour soutenir des sanctions contre la Russie. Ceci ne peut que mal se finir.

Alors que même les Américains qui vivent dans un environnement médiatique complètement contrôlé le savent, les Européens, les Sud-Américains et les Chinois sont furieux de l’espionnage de leurs communications par la National Stasi Agency ou NSA. L’affront de la NSA contre la légalité, la constitution des Etats-Unis et les normes diplomatiques internationales est sans précédent dans l’histoire et pourtant, l’espionnage continue de plus belle, tandis que le congrès américain suce son pouce et trahit son serment de défendre la constitution des Etats-Unis.

A Washington, le babillage de la branche exécutive au sujet de la “sécurité nationale” suffit pour nier et faire annuler la loi statutaire et les obligations constitutionnelles. L’Europe occidentale, voyant que la Maison Blanche, le congrès et les tribunaux fédéraux sont impotents et incapables de mettre la bride à l’état policier Stasi, a décidé de créer un système de communication européen qui exclut les entreprises américaines afin de protéger la vie privée des citoyens européens et des communications gouvernementales des écoutes de la Stasi de Washington.

Le régime Obama, désespéré qu’aucun individu et aucun pays ne puissent échapper à la nasse espionne, a dénoncé l’intention de l’Europe occidentale de protéger la confidentialité de ses communications comme étant un “acte de violation des lois du commerce”.

Le représentant américain du commerce d’Obama, qui a négocié en secret des “accords commerciaux” en Europe et en Asie qui donnent une immunité aux entreprises américaines vis à vis des lois des pays qui signent l’accord, a menacé de pénalités à l’OMC si le réseau de communications de l’Europe excluait les entreprises américaines qui servent d’espions à la NSA. Washington dans toute la splendeur de son arrogance a dit à ses alliés les plus nécessaires que s’ils ne laissaient pas la NSA les espionner, ils utiliseraient l’OMC pour les sanctionner.

Voilà. Le reste du monde a maintenant la meilleure des raisons de sortir de l’OMC et d’éviter à tout prix les “accords commerciaux” Trans-Pacifique et Trans-Atlantique. Ces accords n’ont rien à voir avec le commerce. Le but de des “accords commerciaux” est d’établir une hégémonie de Washington et des entreprises américaines sur les autres pays.

Dans une arrogante démonstration du pouvoir de Washington sur l’Europe, le représentant du commerce américain a averti les alliés de Washington: “Le représentant du commerce va surveiller attentivement le développement de telles propositions”, de créer un réseau de communication européen séparé. . http://rt.com/news/us-europe-nsa-snowden-549/
Washington se fie à la chancelière allemande, au président français et au PM de la GB afin qu’ils placent le service et l’allégeance à Washington devant la confidentialité des communications de leurs pays.

Il est aparu au gouvernement russe que faire partie du système monnétaire lié par dollar américain, veut dire que la Russie est ouverte au pillage par les banques et entreprises occidentales ou par des individus financés par celles-ci ; que le rouble est vulnérable pour la spéculation à la baisse dans les marchée de change et que la dépendance au système de paiement international américain expose la Russie à des sanctions arbitraires imposées par le “pays exceptionnel et indispensable”.

Pourquoi cela a t’il pris tant de temps à la Russie de comprendre que le système de paiements en dollar met les nations sous la férule de Washington est intrigant. La réponse se trouve peut-être dans le succès de la propagande américaine de la guerre froide. Cette propagande a fait le portrait de l’Amérique comme étant la lumière resplendissante, la grande respectueuse des droits de l’Homme, l’opposante à la torture, la garante de la liberté, la défenseuse des petits, l’amoureuse de la paix et la bénéfactrice du monde. Cette image a survécu alors même que le gouvernement américain empêchait la montée de gouvernements représentatifs en Amérique Latine et alors que les Etats-Unis avaient bombardé une demi-douzaine de pays pour les renvoyer à l’âge de pierre.

Les Russes émergeant du communisme (NdT: d’état, qui est totalement différent du communisme libertaire, qui est à l’origine de la première assemblée populaire ou “soviet” en 1905 à St Pétersbourg) s’alignèrent naturellement avec l’image propagandiste de la “liberté américaine”. Que les Etats-Unis et l’Europe étaient corrompus et avaient bien du sang sur leurs mains a été complètement occulté. Pendant les années de propagande anti-soviétique, Washington faisait assassiner des femmes et des enfants en Europe et faisait porter le chapeau aux communistes. La vérité se fit jour, lorsque l’ancien président italien Francesco Cossiga révèla publiquement les dessous de l’Opération Gladio, un plan terroriste fausse-bannière géré par la CIA et le renseignement italien pendant les années 1960, 70 et 80, qui cibla des femmes et des enfants européens afin de blâmer les communistes et ainsi d’empêcher, en sapant les opinions publiques, que les partis communistes européens ne fassent de gros progrès sur le plan électoral. L’opération Gladio est un des évènements fausse-bannière les plus connus de l’histoire, ayant résulté en des confessions extraordinaires de la part des services de renseignement italien (NdT: lire les recherches des deux meilleurs historiens à ce sujet: Webster G. Tarpley et le professeur suisse Daniele Ganser de l’université de Bâle).

Maintenant que le gouvernement russe comprend que la Russie doit sortir du système du dollar afin de protéger sa souveraineté, le président Poutine est entré dans des échanges troc/rouble pour les accords pétroliers et gaziers avec la Chine et l’Iran. Mais Washington ne veut pas que la Russie abandonne le système de paiement international en dollar. Zero Hedge, une source d’information de bien plus de confiance que les médias écrits et audio-visuels américains, rapporte que Washington a menacé la Russie et l’Iran que tout accord sur le pétrole/gaz conclut hors dollar mènerait à des sanctions américaines.

http://www.zerohedge.com/news/2014-04-04/us-threatens-russia-sanctions-over-petrodollar-busting-deal

L’objection de Washington à l’accord irano-russe a rendu clair pour tous les gouvernements que Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar comme moyen de contrôle. Pourquoi donc des pays devraient accepter un système de paiement international qui met en danger et rogne leur souveraineté ? Que se passerait-il si au lieu d’accepter passivement le dollar comme moyen de paiement international, les pays simplement le laissaient tomber ? La valeur du dollar s’effondrerait ainsi que le pouvoir de Washington. Sans le pouvoir donné à Washington par le dollar en tant que réserve monnétaire mondiale pour payer les factures et imprimer toujours plus d’argent, les Etats-Unis ne pourraient pas maintenir leur posture militaire agressive ou ses pots-de-vin aux gouvernements étrangers pour jouer le même jeu.

Washington serait un empire déchu de plus, dont la population peut difficilement joindre les deux bouts, avec le 1% qui comprend les méga-riches en concurrence avec leurs yachts de 60m et leurs jets d’eau à 750 000 dollars. L’aristocratie et les serfs ; c’est ce que l’Amérique est devenue (NdT: Là, Roberts devrait (re)lire Howard Zinn… ce n’est pas ce que l’Amérique est devenue… c’est ce qu’elle a toujours été…), un retour à l’âge féodal (NdT: les oligarques ne s’en sont jamais cachés et ont toujours prôné une société néo-féodale post-industrielle… Nous y sommes, qu’allons-nous faire contre ?).

Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il soit universellement reconnu que les Etats-Unis sont un état décrépit et en échec. Espérons que cette reconnaissance se passe avant que les arrogants locataires de Washington ne fassent exploser le monde à la poursuite de l’hégémonie sur les autres.

Les actions provocatrices de Washington contre la Russie sont inconscientes et dangereuses. Le renforcement plus avant des forces aériennes, terrestres et navales aux frontières de la Russie par l’OTAN est en violation du traité Russie-OTAN de 1997 et de la convention de Montreux, ceci bien sûr frappe le gouvernement russe par la suspiscion qui s’en dégage, spécifiquement alors que le renforcement est justifié sur la base de mensonges au sujet de la Russie voulant envahir la Pologne, les états baltes et la Moldavie en addition de l’Ukraine.

Ces mensonges sont transparents. Le ministre russe des AE, Sergueï Lavrov, a demandé une explication à l’OTAN disant: “Nous n’attendons pas seulement des réponses, mais des réponses qui seront fondées sur le respect des règles sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord.”

http://rt.com/news/lavrov-ukraine-nato-convention-069/

Anders Fogh Rasmussen, la marionnette de Washingrton installée à l’OTAN comme cakou en chef qui n’est pas plus en charge de l’OTAN que je ne le suis, a répondu d’une façon qui va faire monter l’anxiété des Russes. Rasmussen a en effet balayé la requête du ministre russe Lavrov pour une explication comme étant “propagande et désinformation”.

Clairement, nous sommes les témoins de tensions montantes causées par Washington et l’OTAN. Ces tensions sont à additionner aux tensions se faisant sentir depuis le coup d’état de Washington en Ukraine. Ces actions inconscientes, folles et dangereuses ont totalement détruit la confiance du gouvernement russe dans l’occident et ont fait avancer plus avant le monde vers une guerre mondiale.

Les manifestants de Kiev, appelés dans la rue par les ONG de Washington, n’ont pas réalisé que leur stupidité a mis le monde sur la voie de l’armageddon nucléaire.