Archive pour palestine occupée crimes israël

Le Canada complice des crimes israéliens contre l’humanité…

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 14 juillet 2014 by Résistance 71

Le Canada n’est bien évidemment pas le seul. La GB, la France, le pays du goulag levant bien entendu… Tous complices de crimes contre l’humanité dans le cas de Gaza, acteurs de ces crimes dans le cas de l’ex-Yougoslavie, de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, indirectement pour la Syrie… La liste est longue.

Sur les bases établies par ces mêmes nations lors du procès de Nüremberg, l’empire et ses pays satellites sont 1000 fois coupables de crimes contre l’humanité, à quand des tribunaux populaires de droit coutumier pour les faire condamner ?

— Résistance 71 —

 

L’implication du Canada dans les bombardements de Gaza

 

WhatsUpIC

 

13 Juillet 2014

 

url de l’article:

http://dprogram.net/2014/07/13/canadian-hands-involved-gaza-bombings/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La complicité du Canada dans les crimes de guerre commis par Israël contre les Palestiniens de la bande de Gaza est profonde.

Le gouvernement conservateur d’Ottawa n’a pas hésité à offrir un soutien total aux attaques en cours d’Israël et plus généralement à la politique d’apartheid perpétrée, une politique qui se base sur une complicité ouverte des précédents gouvernements libéraux (dit de “gauche”).
Mis à part le rôle de pom-pom girl diplomatique joué par le gouvernement conservateur, un élément clef de l’implication du Canada qui est moins visible à l’œil du public mais qui demeure très important, est le rôle majeur joué par de nombreuses entreprises canadiennes dans la fabrication d’engins militaires et de leur technologie, connus pour être la source des attaques meurtrières dans les raids aériens de bombardement sur Gaza.

Un rapport récent de la revue “Foreign Affairs, Trade & Development Canada” sur les états d’exportation militaire qui sont “une priorité de la politique étrangère du Canada pour le maintien de la paix et de la sécurité”, des idéaux qui sont constamment pris à contre-pied dans le monde, comme par exemple avec des exportations militaires vers des régimes autoritaires comme au Bahreïn et en Arabie Saoudite, mais aussi des idéaux complètement réduits au silence avec des exportations directes d’armement à Israël.

L’information rassemblée par la Coalition d’opposition au Commerce des Armes détaille qu’un minimum de 50 fabricants d’armes canadiens exportent leurs produits directement vers Israël aujourd’hui ; un chiffre qui doit certainement être croissant alors que les conservateurs continuent de tisser des liens plus étroits avec l’état d’Israël. La récente mission diplomatique, entrepreneuriale et militaire du Canada en Israël, une des plus grosses délégations étrangères envoyées de l’histoire du Canada, qui comprenait plus de 200 personnes, a certainement creusé plus avant la complicité avec l’apartheid d’Israël, complicité rendue plus profonde depuis les couloirs du pouvoir à Ottawa.

Les exemples spécifiques d’équipement militaire et d’engins produits au Canada et maintenant déployés par la Force de Défense Israélienne (FDI) et l’Armée de l’Air Israélienne (AAI), sont nombreux et incriminatoires.

Des moteurs pour l’hélicoptère Bell Cobra, nommé “vipère” sur le site des forces armée israélienne, sont produits dans la région de Montréal par Pratt & Whitney Canada. L’armée israélienne utilise aussi des hélicoptères produits à Mirabel au Québec par Bell Helocopter Textron Canada, une entreprise représentée dans la délégation récente du gouvernement conservateur en Israël.

CAE également, une entreprise de Montréal qui se spécialise dans les simulateurs de vol et les “systèmes opérationnels en temps-réel”, a securisé des contrats importants pour développer la technologie pour l’armée israélienne, visant à entrainer le personnel militaire à manœuvrer la “nouvelle génération d’appareil de combat”.

Alors que les bombes pleuvent du ciel au dessus de Gaza, pensons aux technologies d’entrainement au vol utilisées par les pilotes israéliens et qui sont fabriqués ici à Montréal par CAE.

Au-delà d’Israël, d’autres contrats liés à CAE incluent la production de systèmes de simulation de vol pour drones à destinations des Etats-Unis, contrat signé ces dernières années dans le cadre du projet unilatéral du gouvernement Obama pour ses guerres de drone qui de manière très claire sont totalement illégales en regard du droit international (NdT: dont tout le monde se fout en occident de manière évidente…).

L’entreprise Alphacasting Inc. basée dans la ville de St Laurent, fabrique “des équipement de précision pour l’aviation, des systèmes de vision nocturne, des radars, des fusils, des chars d’assaut, des missiles, et des drones” d’après leur propre site internet, entreprise pointée du doigt par la Coalition contre le Commerce des Armes. L’entreprise exporte directement vers Israël.

Toutes les corporations mentionnées ci-dessus sont étroitement liées avec la Canadian Association of Defence and Security Industries (CADSI), une organisation très importante au Canada représentant le production industrielle orientée vers l’armée et qui entretient des liens très étroits avec le régime d’apartheid israélien.

Au-delà des entreprises militaires le gouvernement canadien continue d’appronfondir ses liens avec Israël, un processus qui remonte au premiers accords de “libre échange”, signés avec Israël en 1997. Aussi vu dans le plus large et récent “accord de sécurité publique”, sous lequel Israël a nommé un attaché militaire à Ottawa pour la toute première fois, au travers duquel les agences israéliennes visent “à renforcer la coopération” entre les institutions étatiques israéliennes et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), les services de renseignement canadiens (CSIS et CBSA).

La collaboration du Canada avec l’apartheid israélien croît, processus qui lie maintenant des systèmes de la matrix sécuritaire entre les deux pays coloniaux. La délégation la plus importante cette dernière année en Israël sous la houlette de Harper formalise juste une collaboration de longue haleine, sécurisant juste la scène pour une réalité qui voit une complicité totale et sans retenue de Canada ainsi qu’un soutien avec la politique d’état d’Israël.

Bien que cette alliance politique soit maintenant exprimée sans détour et est de plus en plus reconnue, regardons maintenant comment ces relations intimes entre le Canada et Israël se transfèrent sur le terrain à Gaza.

Il y a certainement maintenant une grande partie de la technologie militaire produite au Canada qui est devenue une partie importante de la machine de guerre israélienne, machine impliquée dans la mort de plus de 100 Palestineins à Gaza ces derniers jours. Sur un plan diplomatique, un soutien total du Canada envers la violence d’état horrible d’Israël équivaut à plus d’espace de manœuvre politique pour Israël pour affirmer sa violence et son narratif colonial qui déshumanise et tente d’effacer la lutte légitime du peuple palestinien.

Dans les jours à venir, alors que les gens vont manifester dans les rues de bon nombre de villes au Canada en solidarité avec le peuple palestinien qui vit maintenant la réalité de l’apartheid israélien et sa violence militaire, attirons clairement l’attention sur la complicité manifeste du Canada dans ces crimes.

Renforcer la campagne mondiale du Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) ici au Canada est clairement prioritaire alors que l’évidence de la complicité est à nue. Il y a déjà un bon nombre de campagnes et d’initiatives qui sont en cours, soutenons et étendons ces efforts inspirés.

En regardant les images ignobles de la souffrance humaine sur le terrain à Gaza à l’heure où nous parlons, focalisons nos énergies et nos efforts pour rendre publiquement responsables certaine entreprises spécifiques canadiennes et ce gouvernement conservateur pour leurs liens étroits et directs avec les crimes de guerre qui sont maintenant perpétrés contre le peuple palestinien de Gaza.

 

Source: Whats Up IC

Résistance politique: Le ghetto de Gaza harcelé par le sionisme colonial…

Posted in actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 9 juillet 2014 by Résistance 71

Gaza chancelle sous les bombardements israéliens

 

Joe Catron

 

8 juillet 2014

 

url de l’article en français:

http://www.info-palestine.net/spip.php?article14678

 

Les Palestiniens de la bande de Gaza se préparent à des frappes ininterrompues pendant « Opération bordures protectrices », l’agression militaire israélienne contre l’enclave qui a commencé mardi aux aurores.

Tout de suite après son annonce vers 1H du matin, heure locale (22:00 GMT), l’armée israélienne a procédé à 65 frappes aériennes et 3 frappes navales contre 50 objectifs dans la bande de Gaza pendant la nuit, détruisant 5 maisons et blessant 16 Palestiniens dont 7 enfants.

Le Cabinet de Sécurité israélien s’est mis d’accord, à 18H lundi soir, pour intensifier les frappes sur Gaza en réponse aux tirs de roquettes en provenance des territoires occupés sans toutefois envoyer des troupes sur le terrain.

Dimanche soir et lundi matin, 3 frappes israéliennes ont tué 9 Palestiniens dans le camp de réfugiés de al-Bureij et à Rafah. Selon les brigades al-Qassam du Hamas, 7 des hommes tués à Rafah – Ibrahim ’Abdeen par des bombes et Ibrahim al-Bal’aawy, Abdul-Rahman az-Zamely, Mustafa Abu Morr, son jumeau Khaled Abu Morr, Yousef Sharaf Ghannam, et Jom’a Abu Shallouf dans une frappe ultérieure sur un tunnel – faisaient partie de leurs combattants.

« L’ennemi paiera un lourd tribut, » a déclaré le porte-parole du Hamas Sami Abu Zohri en réponse aux attaques.

Des sources dans l’armée ont affirmé à des médias israéliens que les combattants avaient été tués par leurs propres explosifs qu’ils déplaçaient dans les tunnels.

Mazen al-Jadya et Marwan Salim, tués dans une frappe précédente sur al-Bureij, étaient des combattants des brigades Abd al-Qadir al-Husseini.

Les groupes armés palestiniens ont riposté par des dizaines de tirs de roquettes sur Israël. Dans une déclaration au petit matin, les brigades al-Qassam ont prévenu que le groupe « répondrait en élargissant le champ de ses objectifs » si Israël continuait à viser les maisons car, a-t-il ajouté, « en bombardant des maisons civiles ils franchissent la ligne rouge. »

L’échange vient après presque un mois d’escalade de la tension suite à des raids israéliens, des détentions et des fusillades en Cisjordanie et un durcissement de l’étranglement de la bande de Gaza après la disparition des 3 jeunes colons qu’on a plus tard retrouvés morts près de Hébron le 12 juin.

« C’est une autre forme d’escalade, » a dit Noor Harazeen, une journaliste de Gaza à Middle East Eye, lundi soir, avant l’annonce de l’opération par Israël.

« Dans les escalades précédentes, il y avait quelques frappes aériennes ici et là et les combattants de la résistance tiraient quelques roquettes,” a-t-elle ajouté. “Cela ne durait que quelques jours et les Israéliens bombardaient surtout des endroits déserts en faisant peu de martyrs et de blessés. »

Mardi, les magasins de Gaza étaient plus fréquentés qu’un matin normal de Ramadan, le mois pendant lequel les musulmans jeûnent toute la journée, parce que les gens faisaient des stocks de produits de consommation.

« Cette opération va faire des morts à Gaza, » a dit Maher Azzam, un étudiant en droit du quartier al-Nasser de la ville de Gaza à Middle East Eye, mardi matin.

« Ça va être l’enfer ici, » a-t-il ajouté. « Personne ne pourra sortir de chez lui parce qu’Israël va viser tout ce qui bouge à Gaza. »

Les précédentes agressions militaires israéliennes en 2008-2009 et en 2012 ont contraint des milliers de Gazaouis à rester enfermés chez eux pendant des jours et des jours.

Pourtant ce sont dans les maisons privées que les Israéliens ont tué le plus de monde à la fois : 49 Palestiniens de la famille Samouni 2009 et 12 dans la maison des Dalou en 2012.

Et comme Israël recommence à viser les maisons privées, les Palestiniens ne sont pas plus à l’abri dans leur maison aujourd’hui que ceux qui ont été tués dans leurs maisons lors des précédents raids.

« Ils vont tuer des citoyens et détruire des maisons comme d’habitude mais à une bien plus vaste échelle, » a dit Azzam.

Une guerre contre les moyens de subsistance

Avec la fermeture du terminal de Kerem Shalom, la seule route que peuvent emprunter les importations de Gaza, à toutes les marchandises, sauf l’essence, la pression israélienne s’est accrue sur l’enclave.

Les familles de 377 prisonniers palestiniens ont été interdites de visite pendant plusieurs semaines.

Dimanche, Israël a réduit la zone de pèche autorisée aux pécheurs de Gaza de 6 miles nautiques, la distance maximum autorisée suite aux accords conclus avec les groupes palestiniens armés pour mettre fin au conflit de 2012, à 3 miles nautiques.

Le ministre palestiniens de l’agriculture a déclaré que cette décision qui s’est accompagnée de menaces de tirer sur les contrevenants était une « guerre contre des milliers de pécheurs palestiniens et leurs moyens de subsistance ».

Nizar Ayyash, un porte-parole du syndicat des pécheurs de Gaza a dit à Ma’an News que les pécheurs allaient continuer de pécher dans les 6 miles nautiques et qu’ils « verraient bien si on allait leur tirer dessus. »

L’opération israélienne dans la bande de Gaza s’accompagne d’une offensive en Cisjordanie. Depuis le 12 juin, l’armée israélienne a tué au moins 5 Palestiniens – Mustafa Hosini Aslan, Mahmoud Jihad Muhammad Dudeen, Ahmed Said Soud Khaled, Muhammad Ismail Atallah Tarifi, et Yousef Abu Zagha – et en a emprisonné plus de 830.

Pendant la même période, 17 Palestiniens ont été tués et plus de 50 ont été blessés dans la bande de Gaza, a annoncé, mardi, le ministre palestinien de la santé.

« Cette fois-ci ce n’est pas seulement une escalade à Gaza, » a dit Harazeen. « Cela s’accompagne de raids en Cisjordanie et dans la Palestine occupée depuis 1948. On peut parler d’une agression contre toute la Palestine. Ce qui se passe en Cisjordanie affecte la population de Gaza et ce qui se passe à Gaza affecte la Cisjordanie. »

Le Hamas a donné ses conditions pour un cessez le feu ; elles incluent les termes du précédent accord conclu avec Israël lors de la trêve de 2012 et la libération des Palestiniens libérés dans l’échange de prisonniers de 2011 qu’Israël a remis en prison.

« L’escalade va continuer, » dit Harazeen. « Je ne crois pas que les populations de la bande de Gaza et de Cisjordanie vont supporter ces attaques israéliennes sans rien dire. »

Les Gazaouis qui ont déjà enduré deux agressions miliaires au cours des six dernières années, semblent pour la plupart se résigner à cette nouvelle attaque et aux nouvelles épreuves à venir.

« La vie quotidienne à Gaza commence à se dégrader, » a dit Wafaa Abu Hajajj, journaliste à Gaza, lundi soir. « La population a peur d’une nouvelle guerre. Mais les Gazaouis sont forts. Après tout ce qu’ils ont subi, ils sont capables de faire face à n’importe quoi. »

Mardi matin, de bonne heure, les bombes ont commencé à tomber en quantité. « La population qui a supporté avec endurance les guerres précédentes, sera capable de supporter aussi celle-ci, » a affirmé Azzam.

* Joe Catron : New-Yorkais membre de ISM, Catron est un militant et journaliste qui vit à Gaza. 
Il a co-édité The Prisoners’ Diaries : Palestinian Voices from the Israeli Gulag, une anthologie de récits de prisonniers libérés en 2011. Son blog : http://joecatron.wordpress.com – son compte twitter : @jncatron.

Résistance politique au colonialisme: La complainte du trouffion sioniste…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 28 décembre 2013 by Résistance 71

“Intolérable de ne pas pouvoir tuer les Palestiniens plus librement”

 

IRIB

 

27 décembre 2013

 

url de l’article:

 

http://french.irib.ir/component/k2/item/307993-intolérable-de-ne-pas-pouvoir-tuer-plus-librement-les-palestiniens

 

 

Des soldats de l’occupation israélienne se sont plaints à Ynet (1),

un site internet d’information israélien, qu’ils ne sont pas autorisés à user de plus de violence à l’encontre des Palestiniens dont ils occupent la terre de Cisjordanie. Ils semblent en particulier mécontents de ne plus pouvoir tuer les Palestiniens qui leur lancent des pierres parce qu’ils n’apprécient pas que des armées étrangères occupent leurs villes. Ynetne les cite que par des initiales.

 

Beit Ummar, près d’Al-Khalil/Hébron, le 16 novembre 2012 – un soldat de l’occupation lance des grenades lacrymogènes sur des manifestants protestant contre l’attaque sur Gaza (Mamoun Wazwazi / APA images) 
« D’après S., les ordres d’ouvrir le feu concernent des situations où le danger est clairement et précisément identifié et où une personne a les moyens et la volonté de tuer. Mais qu’est-ce qu’une foule hostile qui vous lance des pierres, et parfois des grosses, sinon une situation avec un danger de mort ? Je n’ordonnerais pas d’ouvrir le feu sur une foule, mais il ne peut pas y avoir de situation où l’on se retrouve face à une personne armée d’une grosse pierre, et commencer à se demander si cette personne menace notre vie. Et si je lui tire dessus, je vais en prison. »

Intolérable de ne pas pouvoir tirer sur les Palestiniens comme on veut

Un soldat admet que la présence d’appareils photos-vidéos – probablement entre les mains de Palestiniens ou d’autres vidéastes – empêche les soldats d’être encore plus violents.

« T. indique que les caméras présentes sur le terrain affaiblissent les efforts des forces armées. « Quand un commandant ou un officier voit un appareil photo-vidéo, il se transforme en diplomate, calculant chaque balle caoutchouc-acier, chaque avancée. C’est intolérable, nous nous retrouvons totalement exposés. Les caméras sont notre kryptonite. » (2) »

Occasionnellement, les crimes perpétrés par les soldats de l’occupation israélienne et les colons sont capturés en vidéo. 

Mais le plus souvent, ils ne le sont pas.

Dans des témoignages récents confiés au groupe Breaking the Silence, des soldats israéliens ont admis l’existence de crimes affreux, parmi lesquels des attaques délibérées contre des enfants palestiniens choisis au hasard, allant jusqu’à les tuer, et parfois juste pour s’amuser.

Dans une vidéo filmée par des Palestiniens en mai dernier, on peut voir des colons israéliens attaquer un village avec des pierres, tirer à balles réelles, et mettre le feu aux champs, tandis que les forces de l’occupation israélienne protègent les colons.



Dans cette vidéo postée il y a quelques jours sur Youtube, ce sont des colons qui s’en prennent à des Palestiniens sur lesquels ils lancent des pierres, dans le village de Urif, en Cisjordanie occupée, à nouveau sous la protection des soldats.

Il est peu probable que S. et T. seraient très emballés à l’idée que le droit de tirer sur eux soit accordé aux Palestiniens. Les pierres ne sont des armes mortelles, apparemment, que lorsqu’elles se trouvent dans les mains de Palestiniens, et lorsqu’elles sont lancées en direction de forces de l’occupation, lourdement armées et invasives.

De toute façon, les soldats israéliens tuent en toute impunité
.

Pendant que T. s’inquiète au sujet des « calculs de chaque balle caoutchouc-acier« , des soldats israéliens ont trouvé comment contourner les règles originellement mises en place pour empêcher le massacre aveugle de Palestiniens.

Il y a exactement un an, Mustafa Tamimi, âgé de 28 ans, a été tué par une grenade de gaz lacrymogène tirée à bout portant dans la tête, dans le village de Nabi Saleh, un meurtre dont a été témoin Linah Alsaafin.

En novembre dernier et également à Nabi Saleh, une vidéo déchirante a montré Rushdi Tamimi, 31 ans, gisant sur la route quelques instants après avoir reçu des tirs à l’estomac et à la cuisse des forces de l’occupation israélienne, à l’occasion d’une manifestation contre l’attaque d’Israël sur Gaza.

La vidéo montre les soldats de l’occupation en train de menacer la femme qui filme et d’empêcher les villageois de s’approcher de Tamimi qui est mort de ses blessures à l’hôpital, deux jours plus tard.

En plus de Tamimi, un jeune de 22 ans, Hamdi al-Falah, a été tué par des soldats israéliens pendant les manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Hébron, en Cisjordanie , en protestation contre l’attaque sur Gaza.

S., qui était préoccupé, « Si je lui tire dessus, je vais en prison », n’a pas à s’inquiéter. Un an après la mort de Tamimi, personne n’a été traduit en justice. Il y a peu de chance que les assassins de Rushdi Tamimi soient plus inquiétés par la justice.

C’est comme ça depuis une vidéo montrant des soldats israéliens en train de brutaliser des Palestiniens, qui était apparue durant la première Intifada dont on a célébré le 25ème anniversaire ce week-end.

Vidéos ou pas, décennie après décennie, la brutalité de l’occupation israélienne continue, en toute impunité, sans que ceux qui donnent les ordres et ceux qui les suivent n’aient à rendre de comptes.

 

(1) « Soldiers : Our hands are being tied« , YnetNews.com, 10.12.2012.
(2) La kryptonite (petite pierre) est un matériau imaginaire de l’univers des jeux en ligne Selon sa couleur, la pierre à la propriété d’affecter le super-héros Superman. Seules les variétés vertes, rouges et dorées sont réellement dangereuses pour lui et constituent son talon d’Achille. (Wikipédia)

 

Notes ISM-France

1) La nuit dernière, la chaîne 7 de la télévision israélienne a rapporté les commentaires d’un commandant israélien en Cisjordanie , « Un soldat opérant sur le terrain a le choix de prendre sa propre décision après avoir évalué la situation et le niveau de danger auquel lui et ses collègues sont confrontés, et, selon son évaluation personnelle, il peut avoir recours à l’usage de balles réelles. »

2) Les vidéos prises par les Palestiniens ne témoignent pas seulement des meurtres et exactions perpétrés lâchement par les soldats de l’occupation sioniste surarmés contre une population légitime qui brandit des drapeaux et jette des pierres ; elles nous les montrent aussi tels qu’ils sont, couards et péteux, comme dans cette scène filmée la semaine dernière, à Kufr Qaddum, au nord de la Cisjordanie occupée :

 

Source : Electronic Intifada