Archive pour OTAN terrorisme organisé

Guerre impérialiste par procuration en Ukraine : Zelensky piégé par Moscou et Washington (Thierry Meyssan)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, démocratie participative, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 novembre 2022 by Résistance 71

ukraine_zelensky-marionnette
De la vie d’une marionnette…

Zelensky piégé par Moscou et Washington

Thierry Meyssan

22 novembre 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article218419.html

Article précédent : “Ukraine : qui sont les nationalistes intégraux ?” (Thierry Meyssan)

L’évolution du rapport de forces sur le champ de bataille ukrainien et l’épisode tragique du G20 de Bali marquent un retournement de situation. Si les Occidentaux croient toujours vaincre prochainement Moscou, les États-Unis ont déjà débuté des négociations secrètes avec la Russie. Ils s’apprêtent à lâcher l’Ukraine et à faire porter le chapeau au seul Volodymyr Zelensky. Comme en Afghanistan, le réveil sera brutal.

Discutant , il y a une dizaine de jours à Bruxelles, avec un chef de file des députés européens que l’on dit ouvert d’esprit, je l’écoutais me dire que le conflit ukrainien était certes complexe, mais que la chose la plus évidente était que la Russie avait envahi ce pays. Je lui répondis en observant que le droit international faisait obligation à l’Allemagne, à la France et à la Russie d’appliquer la résolution 2202, ce que Moscou, seul, avait fait. Je poursuivais en lui rappelant la responsabilité de protéger les populations en cas de défaillance de leur propre gouvernement. Il me coupa la parole et me demanda : « Si mon gouvernement se plaint du sort de ses ressortissants en Russie et attaque ce pays, vous trouverez cela normal ? ». Oui, lui répondis-je, si vous avez une résolution du Conseil de sécurité. En avez-vous une ? Décontenancé, il changea de sujet. Trois fois, je lui demandais si nous pouvions aborder la question des « nationalistes intégraux » ukrainiens. Trois fois, il refusa. Nous nous séparâmes avec courtoisie.

La question de la responsabilité de protéger aurait dû être nuancée. Ce principe n’autorise pas à une guerre, mais à une opération de police, menée avec des moyens militaires. C’est pourquoi le Kremlin veille à ne pas désigner ce conflit comme une « guerre », mais comme une « opération militaire spéciale ». Les deux manières de parler désignent les mêmes faits, mais « opération militaire spéciale » limite le conflit. Dès l’entrée de ses troupes en Ukraine, le président russe, Vladimir Poutine, a précisé qu’il n’entendait pas annexer ce territoire, mais uniquement libérer les populations persécutées par les « nazis » ukrainiens. Dans un long article précédent, j’ai indiqué que, si l’expression « nazis » est juste au sens historique, elle ne correspond pas à la manière dont ces gens se désignent. Ils utilisent l’expression : « nationalistes intégraux ». Rappelons que l’Ukraine est le seul État au monde à disposer d’une Constitution explicitement raciste.

Le fait d’observer que le droit international donne raison à la Russie ne signifie pas qu’on lui donne un blanc-seing. Chacun doit critiquer la manière dont elle applique le droit. Les Occidentaux trouvent toujours la Russie « asiatique », « sauvage » et « brutale », même s’ils se sont montrés eux-mêmes bien plus destructeurs en de nombreuses occasions.

RENVERSEMENT DE SITUATION

Les points de vue russe et occidentaux ayant été précisés, force est de constater que plusieurs évènements ont suscité une évolution occidentale.
Nous entrons dans l’hiver, une saison rude en Europe centrale. La population russe a conscience, depuis l’invasion napoléonienne, qu’elle ne peut pas défendre un pays aussi grand. Aussi a-t-elle appris à utiliser précisément l’immensité de son territoire et les saisons pour vaincre ceux qui l’attaquaient. Avec l’hiver, le front est figé pour plusieurs mois. Chacun peut constater que, contrairement au discours selon lequel les Russes sont vaincus, l’armée russe a libéré le Donbass et une partie de la Novorussia.
Avant que l’hiver ne tombe, le Kremlin a replié la population libérée qui habitait au Nord du Dniepr, puis a retiré son armée, abandonnant la partie de Kershon située sur la rive Nord du Dniepr. Pour la première fois, une frontière naturelle, le fleuve Dniepr, marque une frontière entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux contrôlés par Moscou. Or, durant l’entre-deux-guerres, c’est l’absence de frontières naturelles qui a fait tomber tous les pouvoirs successifs en Ukraine. Désormais, la Russie est en position de tenir.
Depuis le début du conflit, l’Ukraine peut compter sur l’aide illimitée des États-Unis et de leurs alliés. Or, les élections de mi-mandat aux USA ont enlevé la majorité de l’administration Biden à la Chambre des Représentants. Désormais, le soutien de Washington sera limité. Identiquement, l’Union européenne trouve aussi ses limites. Ses populations ne comprennent pas la hausse des coûts de l’énergie, la fermeture de certaines usines et l’impossibilité de se chauffer normalement.
Enfin, dans certains cercles de pouvoir, après avoir admiré les talents de communiquant de l’acteur Volodymyr Zelensky, on commence à s’interroger sur les rumeurs concernant sa soudaine fortune. En huit mois de guerre, il serait devenu milliardaire. L’imputation est invérifiable, mais le scandale des Pandora Papers (2021), la rend crédible. Est-il nécessaire de se saigner aux quatre veines pour ne pas voir arriver les dons en Ukraine, mais disparaître dans des sociétés off shore ?

Les Anglo-Saxons (c’est-à-dire Londres et Washington, NdR71 : c’est à dire la City de Londres et sa succursale de Wall Street...) souhaitaient transformer le G20 de Bali en sommet anti-Russe. Ils avaient d’abord fait pression pour que Moscou soit exclu du Groupe comme ils y sont parvenus au G8. Mais si la Russie avait été absente, la Chine, de très loin le premier exportateur mondial, ne serait pas venue. Aussi, c’est le Français Emmanuel Macron qui a été chargé de convaincre les autres invités de signer une déclaration sanglante contre la Russie. Durant deux jours, les agences de presse occidentales ont assuré que l’affaire était dans le sac. Mais, en définitive, la déclaration finale, si elle résume le point de vue occidental, ferme le débat en ces mots : « Il y avait d’autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions. Reconnaissant que le G20 n’est pas le forum pour résoudre les problèmes de sécurité, nous savons que les problèmes de sécurité peuvent avoir des conséquences importantes pour l’économie mondiale ». En d’autres termes, pour la première fois, les Occidentaux ne sont pas parvenus à imposer leur vision du monde au reste de la planète.

Cia-Azov

Le piège

Pire : les Occidentaux ont imposé une intervention vidéo de Volodymyr Zelensky comme ils l’avaient fait, le 24 août et le 27 septembre, au Conseil de sécurité des Nations unies. Or, alors que la Russie avait vainement tenté de s’y opposer en septembre à New York, elle l’a accepté en novembre à Bali. Au Conseil de sécurité, la France, qui détenait la présidence, avait violé le règlement intérieur pour donner la parole à un chef d’État par vidéo. Au contraire, au G20, l’Indonésie tenait une position absolument neutre et ne risquait pas d’accepter de lui donner la parole sans autorisation russe. Il s’agissait à l’évidence d’un piège. Le président Zelensky, qui ne connaît pas le fonctionnement de ces instances, y est tombé.

Après avoir caricaturé l’action de Moscou, il a appelé à l’exclure du… « G19 ». En d’autres termes, le petit Ukrainien a donné, au nom des Anglo-Saxons, un ordre aux chefs d’État, Premiers ministres et ministres des Affaires étrangères des 20 plus grandes puissances mondiales et n’a pas été entendu. En réalité, le litige entre ces dirigeants ne portait pas sur l’Ukraine, mais sur leur soumission ou pas à l’« ordre mondial américain ». Tous les participants latino-américains, africains et quatre asiatiques ont dit que cette domination était finie ; que désormais le monde est multipolaire.

Les Occidentaux ont dû sentir le sol trembler sous leurs pieds. Ils n’ont pas été les seuls. Volodymyr Zelensky a vu, pour la première fois, que ses parrains, jusqu’ici maîtres absolus du monde, le laissaient tomber sans hésiter pour maintenir quelques temps encore leur position.

Il est probable que Washington a été de mèche avec Moscou. Les États-Unis constatent qu’à l’échelle du monde, les choses tournent à leur désavantage. Ils n’auront aucune hésitation à faire porter le chapeau au régime ukrainien. William Burns, directeur de la CIA et opposant à la ligne straussienne, a déjà rencontré Sergueï Narychkine, le directeur du SVR, en Turquie. Ces entretiens font suite à ceux du straussien Jacob Sullivan, le conseiller national de Sécurité US, avec plusieurs officiels russes. Or, Washington n’a rien à négocier en Ukraine. Deux mois avant le conflit en Ukraine, j’expliquais que le fond du problème n’avait aucun rapport avec ce pays, pas plus qu’avec l’Otan. Il porte essentiellement sur la fin du monde unipolaire.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que, quelques jours après la gifle du G20, Volodymyr Zelensky ait contredit, pour la première fois en public, ses parrains états-uniens. Il a accusé la Russie d’avoir lancé un missile sur la Pologne et a maintenu ses propos lorsque le Pentagone a indiqué qu’il avait tort, c’était un contre-missile ukrainien. Il s’agissait pour lui de continuer à agir dans la droite ligne du Traité de Varsovie, conclu le 22 avril 1920, par les nationalistes intégraux de Symon Petlioura avec le régime de Piłsudski ; de pousser la Pologne à entrer en guerre contre la Russie. C’est la seconde fois que Washington faisait sonner une clochette à ses oreilles. Il ne l’a pas entendue.

Probablement, ces contradictions ne vont plus se manifester en public. Les positions occidentales vont s’assouplir. L’Ukraine est prévenue : dans les prochains mois, elle va devoir négocier avec la Russie. Le président Zelensky peut prévoir dès à présent sa fuite car ses compatriotes meurtris ne lui pardonneront pas de les avoir dupés.

Zelenskyy1

Empire anglo-americano-sioniste, doctrine Leo Strauss, neo-nazisme, Ukraine et guerre permanente… Ordo ab chao et le Nouvel Ordre Mondial en marche (Thierry Meyssan)

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, canada USA états coloniaux, colonialisme, crise mondiale, documentaire, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 octobre 2022 by Résistance 71

leostrauss
Leo Strauss (1899-1973)

Analyse vitale de Thierry Meyssan pour bien comprendre les enjeux géopolitiques en Ukraine, qui n’est qu’un “terrain de jeu” pour des intérêts stratégiques de portée mondiale. Les Russes ne s’y trompent pas. La solution a tout ce marasme est de refuser de jouer ce jeu criminel à grande échelle, de reprendre notre pouvoir de décision et d’agir hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat, les 4 piliers de la tyrannie.
~ Résistance 71 ~

A quoi jouent les Etats-Unis en Allemagne ?

Thierry Meyssan

18 octobre 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article218261.html

Sous nos yeux, l’Allemagne, qui vient de perdre son approvisionnement en gaz russe et ne pourra en obtenir au mieux que le sixième en Norvège, s’enfonce dans la guerre en Ukraine. Elle devient la plaque-tournante des actions secrètes de l’Otan qui agit, en définitive, contre elle. Le conflit actuel est particulièrement opaque lorsque l’on ignore les liens entre les straussiens US, les sionistes révisionnistes et les nationalistes intégraux ukrainiens.

La guerre en Ukraine agit comme un leurre. Nous ne voyons qu’elle et avons oublié le conflit majeur dans laquelle elle se situe. Du coup, nous ne comprenons pas ce qui se passe sur le champ de bataille, ni ne percevons correctement la manière dont le monde se réorganise et particulièrement la manière dont le continent européen évolue.

Tout a commencé avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche. Il s’est entouré d’anciens collaborateurs qu’il avait connus durant sa vice-présidence : les straussiens [1]. Cette petite secte varie de couleur politique, soit républicain, soit démocrate, selon le parti du président en exercice. Ses membres, presque tous juifs, suivent l’enseignement oral de feu Leo Strauss. Ils sont convaincus que les hommes sont méchants et les démocraties faibles. Plus : elles n’ont pas été capables de sauver leur peuple de la Shoah et ne le seront pas plus la prochaine fois. Ils pensent qu’ils ne pourront survivre qu’en constituant eux-mêmes une dictature et en conservant le contrôle. Dans les années 2000, ils avaient constitué le Project for a New American Century. Ils avaient appelé de leurs vœux un « Nouveau Pearl Harbor » qui choquerait tant les esprits des États-uniens qu’ils parviendraient à leur imposer leurs vues. Ce furent les attentats du 11 septembre 2001.

ukr_neonazis4

Ces informations sont choquantes et difficiles à admettre. Il existe pourtant quantités d’ouvrages considérés comme sérieux sur ce sujet. Surtout, la progression des Straussiens depuis 1976, date de la nomination de Paul Wolfowitz [2] au Pentagone, jusqu’à aujourd’hui confirme largement les pires inquiétudes. En Europe, les Straussiens ne sont pas connus, mais les journalistes qui les soutiennent le sont. On les qualifie de « néo-conservateurs ». Il faut reconnaître que jamais les intellectuels juifs n’ont soutenu cette minuscule secte juive.

Reprenons notre récit. En novembre 2021, les straussiens ont envoyé Victoria Nuland sommer le gouvernement russe de se ranger derrière eux. Mais le Kremlin leur a répondu en proposant un Traité garantissant la paix, c’est-à-dire en contestant non seulement le projet straussien, mais aussi la prétendue politique de sécurité des États-Unis [3]. Le président Vladimir Poutine a remis en cause l’extension de l’Otan à l’Est, qui menace son pays, et la manière dont Washington ne cesse d’attaquer et de détruire des États, notamment au « Moyen-Orient élargi ».

Les straussiens ont alors délibérément provoqué la Russie pour la faire sortir de ses gonds. Ils ont encouragé les « nationalistes intégraux » ukrainiens à bombarder leurs compatriotes du Donbass et à préparer une attaque simultanée du Donbass et de la Crimée [4]. Moscou, qui n’avait aucune confiance dans les Accords de Minsk et se préparait, depuis 2015, à un affrontement mondial, a jugé que le moment était venu. 300 000 soldats russes sont entrés en Ukraine pour « dénazifier » le pays [5]. Le Kremlin considère à juste titre que les « nationalistes intégraux « , qui avaient fait alliance avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, en partagent toujours l’idéologie raciale.

Là encore, ce que j’écris est choquant. Les livres de référence des nationalistes ukrainiens n’ont jamais été traduits dans les langues occidentales, y compris le Nationalisme de Dmytro Dontsov. Si personne ne sait ce que Dontsov a fait durant la Seconde Guerre mondiale, tout le monde connaît les crimes de ses disciples, Stepan Bandera et Iaroslav Stetsko. Ces gens furent tout dévoués au chancelier Adolf Hitler. Ils favorisèrent et parfois supervisèrent l’assassinat d’au moins 1,7 millions de leurs compatriotes, dont 1 million de juifs. Au premier abord, il paraît difficile de les croire alliés aux straussiens et au président juif Zelensky comme l’a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. En effet, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a immédiatement pris position contre eux [6]. Il conseilla même au président Zelensky d’aider les Russes à en nettoyer son pays. Le rapport de force est tel que son successeur, Yaïr Lapid, tout en partageant les idées de Bennett et en refusant de fournir des armes à l’Ukraine, tient un discours atlantiste. Cependant, nous nous souvenons que Paul Wolfowitz présida à Washington un important congrès avec des ministres ukrainiens. Il s’y engagea à soutenir le combat des nationalistes intégraux contre la Russie [7].

sionisme

Pourtant les liens entre les « nationalistes intégraux » ukrainiens et les « sionistes révisionnistes » de l’Ukrainien Vladimir Jabotinsky sont historiques. Ils négocièrent un accord, en 1921, selon lequel ils s’uniraient contre les Bolchéviques. Compte tenu de la longue succession de pogroms que les « nationalistes ukrainiens » avaient déjà perpétrés, la révélation de cet accord, une fois que Jabotinsky eut été élu au Comité directeur de l’Organisation sioniste mondiale, provoqua un rejet unanime de la diaspora juive. Le Polonais David ben Gourion, qui reprit en main la milice de Jabotinsky en Palestine, le qualifia de « fasciste « et de « peut-être nazi ». Par la suite, Jabotinsky s’exila à New York où il fut rejoint par un autre Polonais, Bension Netanyahu, le père de Benjamin Netanyahu, qui devint son secrétaire particulier [8].

Après la Seconde Guerre mondiale, le maître à penser Dontsov et les deux assassins en chef, Bandera et Stetsko, furent récupérés par les Anglo-Saxons. Le premier fut exilé au Canada, puis aux États-Unis malgré son passé d’administrateur de l’institut Reinhard Heydrich en charge de la coordination de la « solution finale »[9], tandis que les deux autres le furent en Allemagne pour travailler sur la radio anticommuniste de la CIA [10]. Après l’assassinat de Bandera, Stetsko devint le co-président (avec Tchang Kaï-chek) de la Ligue anticommuniste mondiale dans laquelle la CIA réunit ses dictateurs et criminels préférés, dont Klaus Barbie [11].

Revenons à notre propos. Les straussiens n’ont que faire de l’Ukraine. Ce qui les intéresse, c’est la domination du monde et donc l’abaissement de tous les autres protagonistes : de la Russie [de la Chine] et des Européens. C’est ce que Wolfowitz écrivait en 1992 en qualifiant ces puissances de « compétiteurs », ce qu’elles ne sont pas [12].

Les Russes ne s’y trompent pas. C’est pourquoi il ont envoyé fort peu de troupes en Ukraine. Trois fois moins que l’armée ukrainienne. Il est donc stupide d’interpréter leur lenteur comme une déconvenue alors qu’ils se réservent pour l’affrontement direct avec Washington.

bidenNS

Aujourd’hui, les straussiens ont poussé au sabotage des gazoducs Nord Stream. Contrairement à ce que prétendent certains, il ne s’agit pas de casser l’économie russe, qui a d’autres clients, mais l’industrie allemande qui ne peut pas s’en passer [13]. Normalement Berlin aurait dû réagir face au crime de son suzerain. Que nenni ! C’est tout le contraire. Dès l’arrivée d’Olaf Scholtz à la Chancellerie, son gouvernement a mis en place un vaste système visant à « harmoniser les nouvelles » [14]. Il est supervisé par la ministre de l’Intérieur, la sociale-démocrate Nancy Faeser. Tous les médias russes s’adressant à un public occidental ont été interdits par les « démocraties » à partir du 24 février 2022, c’est-à-dire à partir de l’application par l’armée russe de la résolution 2202 du Conseil de sécurité. Désormais, en Allemagne, citer cette résolution et partager l’interprétation russe est assimilé à de la « propagande ». Il est très étonnant de voir les Allemands saborder eux-mêmes leurs institutions. Au XX° siècle, l’Allemagne qui avait été le phare des Sciences et des Techniques avant la Première Guerre mondiale est devenue en quelques années un pays aveugle qui a commis les pires crimes. Au XXI° siècle, alors que son industrie était la plus performante au monde, l’Allemagne s’aveugle à nouveau sans raison. Les Allemands entérinent eux mêmes leur chute au profit de la Pologne, celle de l’Union européenne au profit de l’Initiative des trois mers (Intermarium) [15].

De leur côté, les straussiens utilisent leurs privilèges en Allemagne. Les bases militaires US y disposent d’une extra-territorialité complète et le gouvernement fédéral n’a pas le droit de limiter leur activité. Ainsi, lorsque en 2002, le chancelier Gerhard Schröder s’opposa à la guerre des straussiens au Moyen-Orient, il ne put pas empêcher le Pentagone d’utiliser ses installations en Allemagne comme bases arrières de son invasion et de sa destruction de l’Iraq.

C’est à Ramstein (Rhénanie-Palatinat) que le Groupe de contact de Défense de l’Ukraine s’est réuni. Les délégués de la cinquantaine d’États invités, après avoir été racketés pour doter Kiev d’une multitude d’armes ont eu droit à des explications sur le Concept du fonctionnement de la Résistance (Resistance Operating Concept — ROC). Il s’agit de réactiver pour la énième fois les réseaux stay-behind mis en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale [16]. À l’époque, ils furent d’abord créés par la CIA états-unienne et le MI6 britannique, avant d’être intégrés dans l’Otan. Les anciens nazis et les « nationalistes intégraux » ukrainiens en furent la principale composante.

otan_terro

Le réseau stay-behind actuel est coordonné depuis 2013 par l’Otan sur sa base de Stuttgart-Vaihingen (Bade-Wurtemberg) où résident les Forces spéciales US pour l’Europe (SOCEUR). Il s’agit de créer un gouvernement en exil et d’organiser des sabotages sur le modèle de ce que firent le général Charles De Gaulle et le préfet Jean Moulin durant la Seconde Guerre mondiale. Otto C. Fiala y a ajouté les manifestations non-violentes testées par le professeur Gene Sharp dans le bloc de l’Est, puis lors des « révolutions colorées » [17]. Rappelons que, contrairement à ce qu’il prétendit, Gene Sharp a toujours travaillé pour l’Alliance atlantique [18]. La première manifestation du Stay-behind ukrainien a eu lieu le 8 octobre avec le sabotage du pont de Crimée, sur le détroit de Kertch.

UEnazie

[1] « Vladimir Poutine déclare la guerre aux Straussiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.

[2] « Paul Wolfowitz, l’âme du Pentagone », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 4 octobre 2004.

[3] « La Russie veut contraindre les USA à respecter la Charte des Nations unies », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2022.

[4] Les plans de cette attaque ont été révélés par le ministère russe de la Défense. On peut les trouver ici sur notre site.

[5] « Une bande de drogués et de néo-nazis », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.

[6] « Israël abasourdi par les néo-nazis ukrainiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 8 mars 2022.

[7] « Ukraine : la Seconde Guerre mondiale ne s’est jamais terminée », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 26 avril 2022.

[8] Cf. Voltaire, actualité internationale, n°8, p.4, 30 septembre 2022.

[9] Ukrainian nationalism in the age of extremes. An intellectual biography of Dmytro Dontsov, Trevor Erlacher, Harvard University Press (2021).

[10] Stepan Bandera : The Life and Afterlife of a Ukrainian Nationalist : Facism, Genocide, and Cult, Grzegorz Rossoliński-Liebe, Ibidem Press (2015).

[11] « La Ligue anti-communiste mondiale, une internationale du crime », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 mai 2004.

[12] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop » Patrick E. Tyler and « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » », New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[13] « Les États-Unis déclarent la guerre à la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas et la France », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 octobre 2022.

[14] « Dokumenten-Leak : Wie die Bundesregierung an einer „Narrativ-Gleichschaltung“ zum Ukraine-Krieg arbeitet », Florian Warweg, NachDenkSeiten, 29. September 2022.

[15] « La Pologne et l’Ukraine », « Le sabordage de la paix en Europe », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 14 et 28 juin 2022.

[16] Sur le réseau Stay-behind en général, lire : Les armées secrètes de l’Otan, Daniele Ganser, Demi-Lune. Sur le stay-behind en France, lire : « Stay-behind : les réseaux d’ingérence américains », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 20 août 2001.

[17] Resistance Operating Concept (ROC), Otto C. Fiala, Joint Special Operations University Press, 2020.

[18] « L’Albert Einstein Institution : la non-violence version CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 juin 2007.

Schwab_et_papa
Schwab père et fils… l’origine du FEM/Davos

AmAzNazflag
A (re)lire : « Wall Street et la montée d’Hitler », A. Sutton

L’empire Vile Coyote, connerie anglo-americano-sioniste ambiante et guerre du gaz… (Veterans Today)

Posted in 11 septembre, 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre iran, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 7 octobre 2022 by Résistance 71

nordstream-wile_e__coyote

Est-ce que l’Oncle Sam, alias Vile Coyote, a fait péter le mauvais gazoduc ?

Kevin Barrett

5 octobre 2022

Url de l’article original: https://www.veteranstoday.com/2022/10/05/uncle-wile-e/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Après que des “parties pas si inconnues que ça” aient fait péter les gazoduc Nord Stream, Anthony Blinken (NdT : ministre des affaires étrangères américain en poste) a célébré la “superbe opportunité”. Il pensait que toute l’opération Nord Stream était hors d’usage. Ceci aurait donné aux producteurs américains la chance de faire des milliards de dollars en volant l’Europe au coin du bois en lui vendant un gaz hors de prix.

Mais Blinken s’est peut-être réjoui trop tôt. D’après Bloomberg News: “Gazprom prêt à fournir du gaz via Nord Stream 2…”

Après le sabotage suspecté du réseau  la semaine dernière dans une série d’explosions, Gazprom a dit ce lundi que trois des lignes ont été affectées mais qu’une ne l’est pas. Le géant gazier a baissé la pression dans la ligne B du Nord Stream 2 non-affectée pour inspecter la structure pour des dégâts et des fuites potentielles, a dit l’entreprise dans une déclaration sur son compte Télégram.

Un commentateur de Unz Review commenter a expliqué:

La surfaite marine américaine s’est chiée dessus. Dans les profondeurs glauques de la Mer Baltique, ils ont implanté leurs explosifs pour faire sauter **Quatre** gazoduc du NS 1&2 (vous ne saviez pas qu’il y avait 4 pipelines n’est-ce pas ?… moi non plus…). Mais il apparaît qu’ils se sont plantés et ont placé deux de leurs explosifs sur un pipeline du NS2 — Ligne A— laissant l’autre pipeline —Ligne B— sans aucune charge explosive et donc par conséquent ** Sans dégâts**. La ligne B est donc **Prête à l’usage** avec une capacité de 27,5 milliards de m3 par an, ce qui représente en comparaison 50% de la capacité totale du NS1, qui comme vous vous le rappelez a dû réduire sa capacité et son flot d’acheminement récemment à 20% avant d’être fermé complètement. Ceci représente quand même 2,75x la capacité du nouveau pipeline qui vient de s’ouvrir entre la Norvège et la Pologne…” (NdT : tiens, tiens, à qui profite, en partie, le crime ?… et aussi, cette “boulette” n’est-elle pas aussi voulue et ne serait donc pas vraiment une boulette…)

Donc, si l’Allemagne est ennuyée par cette arrogante tentative terroriste des Etats-Unis de piller et de détruite son économie, tout ce que les Allemands ont à faire est d’annuler leurs sanctions envers la Russie et de demander à Poutine de rouvrir la vanne, ce qui aura pour effet très rapide de voir l’OTAN s’effondrer. Si cela se produit, l’attaque terroriste sur le Nord Stream se transformera en le pire but contre son camp de l’histoire de la stratégie.

Même si le pire des scénarios (du point de vue américain) ne se matérialise pas de suite, le sabotage en partie foiré du Nord Stream pourrait bien avoir un effet boomerang dévastateur sur ses perpétrateurs. Couper la ligne de vie au gaz russe de l’Allemagne pour la remplacer par des quantités inadéquates de gaz américain au prix fort pouvait paraître être une bonne idée sur le court terme, car cela forcerait le dollar contre l’euro et maintiendrait l’UE en vassal des Etats-Unis, coupée des vastes ressources russes. Mais sur le moyen terme, alors que les nations non-occidentales continuent de gagner une toujours plus grande part du PNB global alors que l’occident décline, saboter l’économie de votre plus grand vassal semble être se tirer une balle dans le pied, ce, même s’il est fort peu probable que les Européens décident de résister. (NdT : question pertinente si on oublie ou ignore le fait que le but est de détruire l’Europe que l’empire anglo-américano-sioniste voit comme son seul rival international dans une logique où l’alliance Europe-Russie, à terme est d’une logique économico-géographique implacable. Le plan est la destruction de l’Europe par la destruction de ses deux plus grandes puissances : l’Allemagne et la France, France qui est l’ennemi de l’empire depuis que De Gaulle a viré les bases yankees et de l’OTAN du sol français, comme l’a pertinemment rappelé Thierry Meyssan récemment.)

Le fiasco terroriste du Nord Stream fait partie d’une longue série d’actions incroyablement stupides de la part de l’hégémon mondial. Les Etats-Unis auraient pu s’épanouir dans l’après guerre froide en faisant des accords où tout le monde y gagne avec toutes les majeures nations et civilisations. Au lieu de cela, Poutine a fait observer dans son discours la semaine dernière, que les Etats-Unis sont parvenus à s’aliéner la vaste majorité du monde avec son arrogance psychopathe sans borne et son vandalisme criminel répandant le sang. En pillant la Russie et en poussant l’OTAN toujours plus vers l’Est dans les années 90, lançant une attaque faux-drapeau sur l’islam en septembre 2001 et plus récemment s’aliénant simultanément la Russie, la Chine, l’Iran et tout le monde musulman (NdT : sauf les états wahabites du Golfe qui n’existent que par la volonté de l’empire anglo-americano-sioniste depuis l’après première guerre mondiale dans la grande braderie colonialiste que fut le démantèlement de l’empire ottoman…), les génies stratèges qui gèrent les Etats-Unis et sa sécurité nationale semblent vouloir délibérément créer la mère de toutes les coalitions anti-occidentales. (NdT : une fois de plus, ceci est normal et logique si on regarde les faits et leur déroulement du point de vue des nouveaux cons(ervateurs) trotsko-straussiens qui mènent le bal des vampires impérialistes…)

Est-ce que l’empire abrite un désir de mort caché ? Une culpabilité inconsciente (de trahir la république américaine et de massacrer des millions de gens) qui pousse le brain trust de la sécurité nationale à l’auto-destruction ? Peut-être. Mais considérons deux autres explications, une évidente et une autre plus conspirationniste…

D’abord la plus évidente :  L’état de sécurité nationale permanent américain a été absolument corrompu par le pouvoir absolu. Lorsque la guerre froide a pris fin et que les Etats-Unis en sont sortis comme le grand-maître unipolaire, les gérants de l’empire ont commencé à croire que “Nous sommes un empire maintenant et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité”. Ceci est au mieux de l’hubris, de la psychose au pire. Ils ont commencé à penser qu’il pouvait échapper à toute conséquence de leurs actions néfastes. De telles folies des grandeurs ont déclenché une curée chez ceux qui se gorgent des mannes du complexe militaro-industriel. La corruption et l’incompétence dansent ensemble la gigue dans une vaste farandole d’auto-satisfaction et d’auto-plébiscite. Personne n’a vraiment eu à se soucier des conséquences et répercussions dans le monde réel, celui de ceux d’en-bas, de toutes ces mauvaises décisions prises, parce que “nous vivons notre propre réalité” d’omnipotence apparente.

Mais la politique américaine a été si décidément auto-destructrice qu’il est difficile de ne pas se demander si cela ne serait pas de fait, intentionnel. Une puissance hostile se serait-elle emparée du cerveau américain et mènerait-elle la nation à son auto-destruction, de la manière dont les parasites de toxoplasmose s’emparent du cerveau des souris et les rendent amoureuses des chats ?…

La nation la plus en vue de profiter de l’auto-défaite des Etats-Unis est la Chine. Qui a décidé de transférer la puissance de production américaine en Chine, puis de gaspiller plus de 7000 milliards de dollars à combattre les musulmans sans aucune raison, puis a cherché des noises à la Russie en Ukraine, pourrait bien avoir été un agent chinois dormant. Même la soi-disante guerre commerciale anti-chinoise de 2019, suivie par la supposée attaque COVID sur Wuhan, furent si indécemment inefficaces, que cela aurait tout aussi bien pu être écrit dans une version du Dr Fu Manchu par le PCC.

Mais il n’y a aucune preuve que le PCC gère secrètement la politique étrangère américaine. (NdT : de fait, il faudrait arrêter ce délire de voir la Chine piloter tout en sous-main… La Chine, depuis le XIXème siècle et les deux guerres de l’opium menées par la City de Londres et ses succursales commerciales, est inféodée à l’empire anglo-américain actuel et le modèle de contrôle social chinois est le modèle que la clique d’oligarques veut imposer au monde pour son Nouvel Ordre Mondial / Great Reset… La Chine fait partie de l’empire, de fait de sa métamorphose en hydre totalitaire planétaire) S’il y a un parasite de type toxoplasmose dans le cerveau de l’Oncle Sam, ce serait plutôt celui des néo-cons sionistes. Ces gugusses sont chargés comme des mules de l’idéologie toxique malfaisante du philosophe Leo Strauss. Toute la notion de situation gagnant-gagnant et de savoir donner pour prendre leur est totalement inconnue. Ils n’ont jamais rencontré un acte extrême de chutzpah impérialiste qu’ils n’ont pas aimé. Des attentats du 11 septembre aux guerres que ces actions avaient pour mission de déclencher, à la de facto déclaration de guerre à la Russie de 2014 par le coup d’état du Maïdan de Kiev, en passant par les attaques biologiques de la fin 2019 sur Wuhan et Qom en Iran, pour finir récemment avec la tentative de rendre inutilisable de manière permanente le gazoduc Nord Stream, les neo-cons continuent de faire leurs folles imbécilités afin de renforcer l’empire américain, mais l’handicapant et le minant sous cape.

Les Neo-cons sionards ont-ils pour plan de détruire les Etats-Unis pour ensuite dominer le Nouvel Ordre Mondial qui surgira de ses cendres ? Ou bien sont-ils si imprégnés et endoctrinés par leur arrogance fanatique pro-impérialisme américain, qu’ils continent contre vents et marées de faire et de produire les mêmes folies contre-productrices ?…

= = =

Lire notre dossier « Guerre du gaz »

et aussi…

« Les Etats-Unis déclarent la guerre à la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas et la France » (Thierry Meyssan)

« Une Europe totalement soumise aux Etats-Unis » (Réseau International)

NSgazoduc

bidenNS

Guerre contre la Fédération de Russie : en marche! (Paul Craig Roberts)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, économie, colonialisme, crise mondiale, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 26 juin 2022 by Résistance 71

cauchemar-non

Nous n’avons plus traduit Paul Craig Roberts (PCR) depuis bien longtemps. Nous fûmes des pionniers dans la traduction de ses textes il y a plus de 10 ans. PCR est un insider, il a travaillé au plus haut sommet du gouvernement américain sous l’ère Reagan et les reaganomics. Il connaît bien le système de l’intérieur et c’est tout à son honneur qu’il ait décidé à un moment donné, de dire la vérité et de participer à une critique et un éveil massifs concernant la turpitude et le mensonge ambiant. A Résistance 71, nous sommes les pionniers de la traduction de ses analyses en français depuis 2010 et le respectons pour le chemin qu’il a pris. Depuis quelques années, nous avons cessé de le traduire pour une raison simple : nous donnons depuis un bon moment la priorité aux solutions en plus de la critique du système étatico-marchand. Roberts, comme Pepe Escobar, John Pilger, Thierry Meyssan et tant d’autres, sont de bons analystes, mais ne savent faire que cela : analyser pour mieux faire comprendre. C’est bien, mais pas, ou plus suffisant, nous devons maintenant penser aux solutions… Comment radicalement sortir de cette merde systémique dont l’aboutissement implosif final est programmé dans sa propre “mécanique” ? Comment reprendre la barre du bateau ivre et mener la société humaine sur la voie émancipatrice de l’exploitation, de la répression, du mensonge perpétuel et de la division politico-sociale qui entretient le système dans sa dérive et décadence permanentes, sachant qu’il n’y a pas de solution en son sein, ce que Roberts et autres critiques ne voient pas ou ne veulent pas voir… Ceci dit, PCR est correct dans son évaluation de la croisée des chemins à laquelle mène cette énième crise politico-marchande résolue dans la guerre. Les stratèges yankees l’ont dit depuis des lustres : le seul ennemi dangereux de l’empire anglo-américano-sioniste n’est ni la Russie, ni la Chine… mais l’Europe, qui seule a la capacité économique et technologique de rivaliser avec l’empire et si l’Europe s’alliait avec la Russie dans un élan unificateur politico-économique, ce serait très vite la fin de l’hégémonie anglo-saxonne et de ses vassaux. Elle doit donc être détruite. Ainsi donc, cette guerre en Ukraine est un piège qui se referme sur la Russie et l’Europe, qui a terme, verra le triomphe de la marchandise mondialisée et de sa dictature planétaire achevée… si, une fois de plus, nous les laissons faire !
La solution est hors système, dans la reprise en main des affaires politiques, économiques et sociales par les peuples du monde, unis en une vaste Commune Universelle, une société des sociétés horizontale, non-hiérarchique et non coercitive. Roberts et consort sont incapables de comprendre cela parce que ce sont d’indécrottables réformistes, des sbires du système, critiques certes, mais sbires quand même puisque pour eux, rien n’existe et ne saurait exister hors du moule, ce qui les rend invalides et obsolètes… Nous ne devons rien attendre d’eux, la solution est en nous et nous seuls. Personne ne viendra nous aider. C’est à nous de (re)prendre nos affaires en main comme les Zapatistes l’ont fait il y a 28 ans et continuent de montrer la marche à suivre à un monde aveuglé et distrait par l’illusion marchande et son spectacle perpétuel.
~ Résistance 71 ~

bateau_ivre
Reprendre la barre et foutre le système par dessus bord !…

Guerre contre la Fédération de Russie

Paul Craig Roberts

24 juin 2022

Url de l’article original :
https://www.paulcraigroberts.org/2022/06/24/war-with-the-russian-federation/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Je me souviens lorsque l’on félicitait mes analyses et dires. Le gouvernement français de François Mitterrand m’a décerné la légion d’honneur pour la restauration de la science économique. Le président Reagan envoya son directeur du budget, Jim Miller, à la cérémonie de remise de la médaille avec une lettre de Reagan me donnant crédit pour la politique économique réussie de Reagan qui aida à résoudre la stagflation. Le ministère de l’économie américain m’a donné sa médaille d’argent pour “une remarquable contribution à la politique économique des Etats-Unis.” Le Who’s Who des Etats-Unis me donna son Lifetime Achievement Award. Le Club de la Presse du Mexique m’a donné sa palme du journalisme international. Lorsque mes enfants sont nés, des lettres de félicitations s’amassèrent en provenance de personnalités telles que le chef des opérations de la marine américaine et le chef d’état-major des armées, etc, etc.

Aujourd’hui, on ne me félicite plus, je dois le faire moi-même, ce que je n’ai jamais fait, mais vais le faire. Je me suis ruiné à dire la vérité et on ne me donne même pas le crédit de cela.

Hier (23 juin), The Saker (Andrei Raevsky) a écrit que cela devenait indéniable que ce qui avait commencé comme une opération militaire russe limitée en Ukraine avait tourné en une guerre ouverte et totale entre la Russie et l’occident.

Je fus la première personne qui écrivit que l’aspect “limité” de l’intervention russe au Donbass n’était qu’une illusion. Washington, avais-je dit, ne permettrait jamais que cela soit limité. Pour cette analyse correcte, Andrei m’a dénoncé comme un anti-russe. Dmitry Orlov m’a traité de barjot qui voulait une guerre nucléaire. En d’autres termes, le fait que je pointais du doigt un mauvais calcul du Kremlin qui résulterait en une guerre plus large n’était pas le bienvenu, ce malgré la vérité évidente que cela annonçait.

Et bien, alors qu’Andrei maintenant le reconnaît, la guerre plus large que j’avais prédite est sur nous. La réceptivité du Kremlin aux provocations les a amené à la situation où un pays insignifiant, du moins militairement, a bloqué les provisions russes vers une partie de la Russie, Kaliningrad. Si le Kremlin, toujours tolérant envers les provocations, tolère ceci, La Russie est finie. Si le Kremlin ne l’accepte pas, la Lithuanie est finie.

Comme la Lithuanie est un membre de l’OTAN, l’OTAN et ses mauvaises décisions devra entrer en guerre ou reculer. Les néo-conservateurs juifs qui contrôlent la politique étrangère américaine ne les laisseront pas reculer. Washington paienbeaucoup pour l’obéissance et s’attend à ce que l’OTAN acquiesce et obéisse.

En d’autres termes, Les “leaders” européens vont certainement très bientôt devoir prendre une décision : détruisons-nous l’Europe ou abandonnons-nous notre pognon américain ?

Ils vont prendre l’oseille et se tirer, mais où ?

En tant qu’ancien guerrier de la guerre froide, en tant qu’ex-membre d’un comité d’enquête présidentiel (NdT : dans l’ère Reagan) pour évaluer les vues de la CIA sur la capacité militaire et économique de l’URSS, je peux dire en toute confiance, qu’il n’y a nulle part où aller, nulle part où se planquer.

A moins que l’emprise hégémonique sur la politique étrangère des Etats-Unis et donc de l’occident, tenue par les juifs néo-conservateurs ne soit brisée, l’Occident et la Russie sont en marche pour une guerre nucléaire.

La guerre sera nucléaire, parce que l’occident est trop faible pour gagner une confrontation conventionnelle contre la Russie. L’occident ne le sait pas, parce que l’intervention russe dans le Donbass n’implique que peu de troupes russes et celles-ci bougent lentement dans des manœuvres d’encerclement. Normalement, une force d’invasion table sur une supériorité numérique de 3 pour 1, mais dans le conflit du Donbass, les Ukrainiens étaient probablement bien plus nombreux que les Russes, la masse de l’armée russe elle, attendant en renfort dans l’éventualité d’une intervention des troupes de l’OTAN.

Il n’y a absolument aucun doute que la Russie va nettoyer le Donbass de toutes forces militaires ukrainiennes. Le boulot est presque fini du reste ; mais pas le conflit plus large.

“L’UE et l’OTAN forment une coalition pour une guerre contre la Russie” – Lavrov

Le ministre des affaires étrangères russe a dit aujourd’hui : “Hitler a rallié une portion significative si pas la plupart des nations européennes sous sa bannière pour mener une guerre contre l’Union Soviétique,” ajoutant “maintenant, L’UE avec l’OTAN sont en train de former une autre coalition, moderne, pour un défi, plus ultimement, une guerre contre la Fédération de Russie.

https://www.rt.com/russia/557741-nato-europe-coalition-war-moscow/

AmAzNazflag

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

ne-pas-abandonner-cest-la-vie

Nouvel ordre Mondial : Nouvelle guerre en préparation (Thierry Meyssan) et mise de l’analyse géopolitique en perspective dans le grand plan oligarchique en cours de réalisation (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, crise mondiale, guerre Libye, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , on 25 mai 2022 by Résistance 71

La guerre en Ukraine en une vision géopolitique panoramique, celle d’un Thierry Meyssan affuté et lucide. Cette très bonne analyse doit aussi être intégrée à une analyse plus large incluant l’ensemble du plan oligarchique eugéniste mondialiste. La famine annoncée et les pénuries mondiales serviront au renforcement de politiques internes liberticides et de contrôle et la mise en place accélérée de la grille de contrôle technotronique d’un monde qui sera confiné, selon les désirs oligarchiques, à des relations néo-féodales de domination et de soumission. Toutes ces pièces du puzzle géant se mettent en place : guerres, renforcement des pouvoirs coercitifs, pénuries, famines et pandémies planifiées et provoquées, accélération de la diffusion de technologies nocives et liberticides (nanotechnologie, injections OGM à ARNm, connexion 5G etc…) indispensables à la mise en place de la grille de contrôle pour une dictature technotronique, faisant de chaque endroit connecté, nos corps inclus, des cellules à géométrie variable et inter-connectées d’un goulag planétaire, qui sera plus facile à gérer lorsque le troupeau humain aura été réduit de 95%, ce qui est en cours de réalisation depuis le début des “remèdes” à ARNm mortifères. Pour les oligarques, argent et technologie ne sont plus un problème, leur problème, c’est nous… les peuples. Vous pensez que tout ceci est un grand délire de science-fiction ? (Re)lisez “La ferme des animaux”, “1984”, “Le meilleur des mondes”, “Fahrenheit 451” et les écrits des idéologues straussiens, le NSSM200 de Kissinger (1974), l’éditorial de David Rockefeller dans le New York Times (1971) où il vantait les “immenses qualités du timonier Mao” et l’érigeait en modèle, les écrits de psychopathes comme Richard Perle, Zbigniew Brzezinski, Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Donald Rumsfeld, tous impliqués jusqu’au cou dans Big Pharma, le complexe militaro-industriel et les attentats (nucléaires) du 11 septembre 2001 ainsi que la création de groupes terroristes comme Al Qaïda et l’EIIL / Daesh, leur légion arabe d’entretien de la peur. (Re)lisez l’analyse de l’historien Anthony Sutton sur la planification et l’implication de longue date de l’oligarchie industrio-financière de la City de Londres et de sa succursale de Wall Street dans les mises en place de régime totalitaires tels que la Russie bolchévique (capitalisme d’état) et l’Allemagne nazie, dont les retombées bandéristes ukrainiennes minent ce monde jusqu’ici’ à nos jours.
Tout se tient, tout n’est que continuité. La pourriture aux manettes fait tout ce qu’elle dit, elle œuvre sans relâche pour notre mise en esclavage définitive, du moins de ce qui restera de l’humanité une fois la grande tonte réalisée. Les sionistes occupant de la Palestine ont une expression pour exprimer leur répression armée génocidaire du peuple palestinien, ils disent “il est l’heure de tondre la pelouse”. Ce n’est que la réalisation géo-localisée d’un plan qui se veut réalisé à l’échelle planétaire. Pour l’oligarchie, il est l’heure de tondre la pelouse du monde. Ce qu’ils disent et planifient, ils le font, le feront.. Si, bien sûr, nous les laissons faire !
Conclusion ?
~ Résistance 71 ~

si-le-peuple-se-leve-le-jeu-est-fini

Une nouvelle guerre se prépare pour l’après-défaite face à la Russie

Thierry Meyssan

24 mai 2022

Url de l’article original : https://www.voltairenet.org/article217006.html

La guerre en Ukraine est un trompe l’oeil. Derrière les apparences de l’unité de l’Otan et de sa consolidation par de nouveaux adhérents, plusieurs gros joueurs ménagent la chèvre et le chou. En réalité tous ceux qui ne sont pas aveuglés par leur propre propagande savent que leur camp va perdre et qu’il planifie déjà d’autres ennemis sur d’autres champs de bataille. Washington fait contre mauvaise fortune bon cœur et utilise la pression russe pour serrer les rangs.

Sur le devant de la scène, l’Otan assure avoir été renforcée par la « folie de Poutine ». L’Ukraine, puissamment armée par les Occidentaux, mène une contre-offensive et repousse l’« envahisseur ». Au plan international, les sanctions portent leur fruit. La Finlande et la Suède, se sentant menacées, ont décidé d’adhérer à l’Alliance atlantique. Bientôt les Russes renverseront le « dictateur » du Kremlin.

Cette magnifique narration est contredite par les faits : seul un tiers environ des armes occidentales parviennent au front. Mais l’armée ukrainienne est épuisée. Presque partout elle recule et quelques exploits ne changent rien au tableau global. Les deux tiers des armes occidentales, notamment les plus lourdes, sont déjà disponibles au marché noir dans les Balkans, particulièrement au Kosovo et en Albanie devenus les principales places du trafic en la matière. Les sanctions occidentales font peser un risque de famine, non pas en Russie, mais dans le reste du monde et particulièrement en Afrique. La Turquie et la Croatie s’opposent à l’adhésion de nouveaux membres dans l’Otan. Il est possible de les convaincre, mais au prix de changements politiques radicaux auxquels les Occidentaux se sont toujours opposés.

Même si la Russie aura la sagesse de célébrer trop fort sa victoire, comme elle a su le faire en Syrie, celle-ci apparaîtra comme l’échec de la plus grande force militaire de l’Histoire, l’Otan. Une victoire sans appel puisque l’Alliance atlantique s’est physiquement impliquée dans le combat, tandis qu’elle se tenait alentour des champs de bataille en Syrie. De nombreux États vassaux de Washington vont tenter de s’affranchir. Il est probable que leurs dirigeants civils resteront mentalement tournés vers l’Occident, tandis que leur chefs militaires se tourneront plus rapidement vers Moscou et Beijing. Dans les années à venir, les cartes seront redistribuées. Il ne s’agira pas de passer d’un alignement sur Washington à un autre alignement sur les nouveaux vainqueurs, mais de créer un monde multipolaire où chacun sera responsable de lui-même. Ce qui se joue, ce n’est pas une redéfinition des zones d’influence, mais la fin de la mentalité établissant une hiérarchie entre les peuples.

De ce point de vue prospectif, il est fascinant d’observer la rhétorique occidentale. Quantité d’experts de l’ancien monde expliquent que la Russie veut reconstruire son empire. Ils assurent qu’elle a déjà reconquis l’Ossétie et la Crimée et attaque aujourd’hui le Donbass. Ils reconstruisent l’histoire, citations falsifiées du président Poutine à l’appui. Tous ceux qui étudient la Russie contemporaine et vérifient les données savent que c’est faux. L’adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie et celles à venir de l’Ossétie, du Donbass et de la Transnistrie n’ont rien à voir avec un empire, mais avec la reconstitution de la nation russe, démembrée au cours de l’effondrement de l’Union soviétique.

Dans ce contexte, une petite partie des dirigeants occidentaux commence à contester les choix de leur suzerain états-unien. Le même phénomène avait eu lieu durant un trimestre, à la fin du mandat du président français Nicolas Sarkozy. Celui-ci voyant le désastre humain qu’il avait contribué à provoquer en Libye et son échec en Syrie avait accepté de négocier une paix séparée avec Damas. Cependant Washington, furieux de son indépendance, organisa sa défaite électorale au profit de François Hollande. Dans les jours suivant son accession à l’Élysée, ce dernier relança la machine de guerre occidentale pour une décennie. C’est précisément à ce moment-là que la Russie s’est engagée à intervenir en Syrie. Durant deux ans elle a fini de mettre au point de nouvelles armes, puis est venue combattre les jihadistes armés par les Occidentaux et dirigés par l’Otan depuis son Allied Land Command en Turquie.

Si les mots d’ordre de l’Otan ont triomphé dans la presse occidentale, nos études sur l’histoire, l’importance et la place des bandéristes dans l’Ukraine contemporaine ont largement circulé dans les milieux dirigeants du monde entier. De nombreux « alliés » de Washington refusent désormais de soutenir ces « Ukrainiens » qu’ils savent néo-nazis. Ils considèrent que, dans ce combat, c’est la Russie qui a raison. Déjà l’Allemagne, la France et l’Italie ont autorisé certains membres de leur gouvernement à discuter avec la Russie sans que cela ne change la politique officielle de leur pays. Au moins ces trois membres de l’Alliance atlantique mènent avec prudence un double jeu. Si les choses tournent mal pour l’Otan, ils seront les premiers à retourner leur veste.

Identiquement le Saint-Siège, qui a failli prêcher une nouvelle croisade contre la « Troisième Rome » (Moscou) et a diffusé des photographies du pape priant avec des épouses de bandéristes du régiment Azov, a également pris contact non seulement avec le patriarche Cyril, mais aussi avec le Kremlin.

Tous ces contacts, aussi discrets soient-ils, insupportent Washington qui essaye déjà de faire écarter les émissaires secrets. Mais précisément, le fait d’être officiellement limogés donne plus de latitude à ces émissaires pour négocier. L’important est qu’ils puissent rendre compte à qui de droit de ce qu’ils font. Il s’agit là d’un jeu dangereux comme le prouve la défaite électorale du président Sarkozy lorsqu’il tenta de s’affranchir de son sponsor états-unien.

AmAzNazflag

HYPOTHÈSE 1 : L’ÉLARGISSEMENT DE L’OTAN CONFIRMERAIT SON NOUVEL OBJECTIF

Essayons de prendre un peu de distance avec les événements et de voir comment ils pourraient évoluer.

Pour que la Turquie et la Croatie acceptent l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan, il faudrait que l’Otan souscrive à leurs conditions. Celles-ci sont pour la Turquie (1) l’inscription du PKK et de l’Hizmet (Fethullah Gülen) sur les listes d’organisation terroristes, l’arrestation et l’extradition de leurs membres (2) le rétablissement de son industrie d’armement dans le programme de fabrication des F-35, et pour la Croatie (3), le changement des lois électorales en Bosnie-Herzégovine afin d’accorder l’égalité politique à sa minorité croate.

Le PKK ne représente pas les Kurdes en général, mais uniquement certains d’entre eux. Il s’agissait au départ d’un parti marxiste-léniniste combattant la dictature militaire turque durant la Guerre froide. Puis, après l’arrestation de son chef et la dissolution de l’URSS, il a changé de camp pour devenir un parti libertaire au service du Pentagone au Moyen-Orient. Aujourd’hui, c’est une milice mercenaire qui sert de couverture à l’occupation US en Syrie. Le considérer comme une organisation terroriste signifierait évacuer les GI de Syrie et restituer les puits de pétrole à Damas.

Fethullah Gülen est le père spirituel d’une vaste organisation caritative, présente dans de nombreux pays. L’extrader des États-Unis et considérer son organisation comme terroriste priverait la CIA de relais dans de nombreux pays africains et asiatiques turcophones. Cela ne pourrait se concevoir pour Washington que si l’AfriCom était déployé sur le continent Africain au lieu d’être exilé en Allemagne. Des négociations sont en cours pour l’établir au Somaliland, qui deviendrait un État internationalement reconnu.

Compte tenu de la longue série d’attentats que le PKK a perpétrée en Turquie et de la tentative d’assassinat du président Erdoğan suivie de la tentative de coup d’État en juillet 2016 dans lequel le Hizmet a joué un rôle central pour le compte de la CIA, Ankara est légitime dans ses demandes.

Le rétablissement de la Turquie parmi les nations fabriquant le F-35 ne coûte rien, mais sa radiation était une sanction face à l’achat par l’armée turque des armes antiaériennes russes S400. Donner satisfaction à Ankara pour élargir l’Otan face à la Russie serait pour le moins contradictoire et illisible. En outre faire fabriquer des F-35 par une puissance qui ne s’est pas gênée pour en critiquer la prétendue qualité peut aussi s’avérer gênant.

La Bosnie-Herzégovine a été créé par les Straussiens (Richard Perle n’était pas membre de la délégation états-unienne, mais bosniaque, aux accords de Dayton). Elle a été imaginée comme une entité homogène conformément à la pensée des Straussiens. La minorité croate (15 % de la population) y a donc été ostracisée. Leur langue n’est pas reconnue et ils ne disposent pas de représentants politiques. Accéder à la demande que la Croatie formule en leur nom signifierait remettre en cause les raisons pour lesquelles les Straussiens ont organisé les guerres de Yougoslavie (séparer les ethnies et créer des populations homogènes). Or, ce sont les Straussiens qui sont à la manœuvre en Ukraine.

À supposer que ces trois conditions soient remplies ou que les dirigeants politiques qui les ont formulées soient renversés, l’élargissement de l’Alliance atlantique à la Finlande et à la Suède confirmerait le changement de nature de l’Otan. Il ne s’agirait plus du tout d’une structure visant à stabiliser la région de l’Atlantique-Nord ainsi que le stipule le Traité, ce qui avait conduit, en 1995, le président Boris Eltsine à envisager sérieusement d’y faire adhérer son pays. L’Otan achèverait sa mutation en une administration militaire US de son empire occidental.

liberte_securite_vote

HYPOTHÈSE 2 : LES SANCTIONS ET L’AIDE MILITAIRE OCCIDENTALES SONT DESTINÉES À PRÉPARER D’AUTRES CONFLITS

Observons maintenant les conséquences réelles des sanctions occidentales. Les mesures d’exclusion de la Russie du système financier international ne l’atteignent pas. Elle continue à importer et à exporter autant que de besoin, mais elle est contrainte de changer de fournisseurs et de clients. Elle met rapidement en place l’équivalent du SWIFT avec les Brics (l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine et l’Inde) mais elle ne peut plus commercer directement avec le reste du monde. D’ores et déjà, il est impossible d’acheter des engrais à base de potasse en Afrique. En effet, la Russie et la Biélorussie en sont les principaux exportateurs. Une famine se prépare. Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déjà sonné l’alarme. Il demande que les Occidentaux admettent une exemption à leur embargo pour ce qui concerne les engrais à base de potasse.

Dans le cas le plus probable, celui selon lequel Washington ne changera rien à sa politique, la famine suscitera de nouvelles guerres et de vastes migrations vers l’Union européenne.

Il est pour le moins surprenant qu’après la chute de Marioupol, les États-Unis aient eu la volonté d’envoyer pour 40 milliards de dollars supplémentaires en Ukraine où ils en avaient déjà perdu pour 14 autres milliards de dollars. En réalité les deux tiers ne sont jamais parvenues à destination. Ces sommes ont été détournée. Bientôt pour environ 18 milliards de dollars d’armes seront disponibles au Kosovo et en Albanie. Soit l’on considère que le Pentagone jette l’argent par les fenêtres, soit qu’il investit en soustrayant ce gigantesque arsenal aux yeux du Congrès.

La sous-secrétaire d’État US aux Affaires politiques, la Straussienne Victoria Nuland, s’est donc rendue au Maroc, le 11 mai, pour présider une réunion de la Coalition globale contre Daesh. 85 États y participaient au niveau de leurs ministres des Affaires étrangères. Comme prévisible, Madame Nuland a dénoncé la reformation de Daesh, non plus au Moyen-Orient, mais au Sahel. Elle a invité tous les participants à se joindre aux USA pour combattre cet ennemi. Cependant chacun ayant constaté en Iraq et en Syrie le soutien massif du Pentagone aux jihadistes, tous les diplomates présents ont bien compris que l’orage ne tarderait pas à éclater. Il manquait des armes et le Pentagone ne souhaite pas se retrouver pris sur la fait d’en livrer à nouveau aux jihadistes. Il lui faudra juste les faire acheminer depuis les Balkans où elles attendent leurs utilisateurs finaux encore dans leurs caisses.

Une guerre au Sahel ne posera aucun problème : elle épargnera les grandes puissances et ne fera que des victimes africaines. Elle durera le temps qu’on l’alimentera et aucun allié ne se permettra de remarquer que ce conflit n’existe que depuis qu’ils ont envahi et détruit la Libye. Tout pourra continuer comme avant : pour une partie de l’humanité, le monde restera unipolaire avec Washington pour centre.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

varlin

otan_terro

Des mensonges de l’occident sur l’Ukraine : Faux-drapeau de Kramatorsk, le missile est ukrainien + des instructeurs de l’OTAN encadrant les nazis du bataillon Azov encerclés dans le chaudron de Marioupol (VT et Le Saker)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, crise mondiale, désinformation, documentaire, guerre ukraine, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 11 avril 2022 by Résistance 71

numerodeserie
#série du missile Tochka-U ukrainien tombé sur la gare…

Pensez bien que ce qu’on vous raconte sur les élections françaises présidentielles est du même niveau de mensonge que ce qu’on vous raconte sur l’Ukraine et les choses en cours… Voir ci-dessous.
~ Résistance 71 ~

Traduction du début du long article sur VT : Sitrep Opération Z

VT

10 avril 2022

Url de l’article orignal sur VT :
https://www.veteranstoday.com/2022/04/10/sitrep-operation-z/
https://thesaker.is/sitrep-operation-z-7/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

NdT : il y est question des cadres/officiers/instructeurs de l’OTAN coincés avec les nazis d’Azov dans le chaudron de Marioupol et de l’attaque faux-drapeau éventée sur la gare de la ville de Kramatorsk…

Commençons avec le plus gros scoop de la journée. Nous avons finalement une confirmation du plus haut niveau des officiels russes disant que des instructeurs, conseillers militaire de l’OTAN et des combattants étrangers sont en fait piégés dans le chaudron de Marioupol.

Le membre de la Douma russe (parlement) Adam Delimkhanov, dans un entretien avec la chaîne RT, a ouvertement déclaré qu’il estime à environ une centaine le nombre d’étrangers coincés à Marioupol et qu’ils sont en communication avec eux et que les rumeurs disant qu’ils essaient de négocier une libération et un couloir de sortie sont vraies. Ceci indique que toutes les rumeurs concernant Macron étaient justes.

Video: https://www.bitchute.com/video/72MTe5On9t9Y/

D’un autre côté, Igor Konachenkov confirme lui aussi qu’un nombre significatif de combattants d’étrangers sont sus être là-bas parce que les Russes peuvent les entendre geindre et se plaindre dans 6 langues différentes sur des interceptions d’appels radio.

https://sputniknews.com/20220408/radio-communications-indicate-significant-numbers-of-foreign-mercs-stuck-in-mariupol-russian-mod-1094598098.html

Il y a maintenant un rapport disant qu’ils essaient de briser le blocus en envoyant un bateau à la rescousse (ils doivent être à court d’hélicoptères je pense ?…) https://sputniknews.com/20220409/ukrainian-cargo-ship-tried-to-break-through-to-russian-black-sea-fleet-blocking-mariupol-port-mod-1094624584.html

Ceci ne fait donc plus partie du monde de la spéculation et de l’invention fantasmagorique.

Maintenant au sujet de la frappe de missile à Kramatorsk, elle a des objectifs multiples comme nous les avions analysés dans un précédent message, lorsque nous avons dit spécifiquement que l’Ukraine était maintenant en train de passer à un stade de guerre psychologique et de guerre de terreur exclusivement, pour la raison qu’elle ne peut pas gagner une guerre conventionnelle.

Les buts furent : de terroriser les civils pour les empêcher de fuir pour qu’ils demeurent ainsi des otages et boucliers humains dans ce qui va devenir le face à face de Kramatorsk, de faire blâmer le faux-drapeau sur la Russie pour les mêmes raisons que pour le “massacre de Boutcha”, pour continuer à extorquer la sympathie et les fonds de l’OTAN.

Ils l’ont habilement perpétré après l’annonce par la Russie de nouvelles mesures de frappes sur des chemins de fer, car ils savaient que cela apparaitrait comme juste un nouveau ciblage des Russes sur cette catégorie d’infrastructure. Mais ils se sont emmêlés les pinceaux lorsqu’Arestovitch et leur côté ont d’abord rapporté la frappe d’un missile Iskander russe, sans savoir qu’un projectile Tochka ukrainien serait découvert.

Une fois de plus, ceci est la preuve de ce que nous avions analysé il  a deux messages lorsque nous avions dit que l’Ukraine a été forcée au massacre de Boutcha pour essayer de rediriger le momentum hors de ce qui allait devenir la libération de Marioupol et que le faux-drapeau était en fait une preuve que Marioupol était en train de tomber, car ils savaient que le grand 501ème bataillon de fusiliers marins allait se rendre à tout moment.

[…]

MaJ 13 avril 2022: Preuve que le missile qui a touché la gare de Kramatorsk est ukrainien et non pas russe :

Source : https://www.voltairenet.org/article216416.html

Manlio Dinucci

Le numéro de série du missile Tochka-U qui a frappé la gare ferroviaire de Kramatorsk, le 8 avril 2022, est (en russe) Ш91579 ou (en anglais) Sh91579. Ce numéro de série marque le stock de missiles Tochka-U en possession de l’armée ukrainienne. Seules les Forces Armées Ukrainiennes ont des missiles Tochka-U. La Russie n’en a pas depuis 2019 : ils ont tous été désactivés. Les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk n’ont pas et n’ont jamais eu de Tochka-U. 

La direction du cône et de l’empennage (ou section de queue) du missile qui a atterri sur le terrain proche de la gare ferroviaire de Kramatorsk montre clairement qu’il été lancé par la 19eme Brigade de Missiles Ukrainienne, basée près de Dobropolie à 45 km de Kramatorsk.

Précédemment les Forces Armées Ukrainiennes ont utilisé des missiles Tochka-U de la même série comme des Ш915611, lancés sur Berdyansk et un Ш915516, lancé sur Melitopol. Les mêmes missiles ont été utilisés contre Donetsk et Lugansk.

Ukraine_neo-nazis
Répétons-le : pas de nazis en Ukraine !

Asov_nazi
Drapeaux (vrais ceux-là) : OTAN – AZOV et…
puisqu’on vous dit qu’il n’y a que deux drapeaux sur la photo…

Quand le renseignement russe informe Vétérans Today sur l’Ukraine… (VT)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 20 mars 2022 by Résistance 71

agressionrusse
Agression russe…

VT a demandé aux Russes de quoi il retournait, ils nous ont répondu avec des points clefs de briefings de leurs services de renseignement

Les Etats-Unis semblent avoir oublié, pour paraphraser une célèbre réplique du livre “Octobre rouge”, que les Russes ne vont pas chier sans avoir un plan.

VT

10 mars 2022

url de l’article original :
https://www.veteranstoday.com/2022/03/10/vt-asked-the-russians-about-what-was-going-on-and-they-responded-with-an-intel-drop/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

L’information qui suit provient d’une source du renseignement russe et d’un briefing fait à Damas sur notre requête alors que les médias américains sont 100% censurés. Merci de diffuser ces informations au grand large.
~ L’équipe éditoriale de VT ~

VT : Lisez tout d’un bout à l’autre même si ça digresse ou se répète un peu. Il y a des choses dans cette liste que vous ne trouverez nulle part ailleurs et bien entendu ceci provient directement du renseignement russe. C’est ce que le journalisme est supposé être. Mais nous ne pouvons pas dire que tout ce qui est dit est vrai, juste qu’”ils” l’ont dit.

  • Trump était notre homme depuis le départ, comme le FBI vous l’avait dit…
  • Biden va se rendre en Arabie Saoudite pour rencontrer Bin Salman
  • Il a peur que celui-ci ne rejoigne la Russie
  • Aussi, Mohamed bin Naif pourrait bien être mort, vérifiez cette info
  • Les Arabes ont catégoriquement refusé à Biden une augmentation de leur fourniture de pétrole
  • Le Venezuela lui a aussi refusé !
  • Les Etats-Unis et leurs alliés ont eu bien tort dans leurs sanctions et véritables opportunités d’exclure la Russie de leurs fournisseurs technologiques et de matières premières. Après ce que les Etats-Unis ont fait au Venezuela, ils ne parleront même pas à Biden là-bas !
  • Le pétrole et le gaz russes sont toujours en fleurs, les fruits sont à venir.
  • La Russie fournit 90% du palladium de l’électronique mondiale !
  • La Russie fournit 80% des substrats uniques de saphire pour les microcircuits, ceci est une technologie unique russe !
  • La Russie possède plus de la moitié des brevets du projet Airbus et la moitié de la fourniture des matériaux.
  • L’acier russe est le matériel principal pour l’Europe, qui ne peut pas le remplacer par quoi que ce soit d’autre
  • Les Arabes ne soutiendront que leurs propres intérêts. En ce moment ils sont très satisfaits des prix du pétrole. Ils ne vont pas refuser une telle douche d’or ! Les Etats-Uns n’ont rien à offrir en retour de ce grand cadeau du destin.
  • La Chine est prête à acheter tout le pétrole et le gaz russes, donc par principe, nous n’intéressons plus les acheteurs d’Europe
  • Cette opération militaire [en Ukraine] va permettre à Poutine de résoudre tout une volée de problèmes internes
  • Le problème de la Banque Centrale Russe étant sous le contrôle de la réserve fédérale américaine va être finalement résolu !
  • Toutes les structures compromises du business russe vont être neutralisées. La Russie va continuer à se développer. L’Occident ne se rend même pas compte à quel point il s’est éloigné de nous. Ils ne savent pas le faire. Un paradigme scientifique et technologique complètement différent est imbriqué dans presque toutes les technologies futures russes. La politique pro-occidentale de nos oligarques va prendre fin ! La Russie a la grande opportunité de commencer un développement actif et rapide.
  • Les Etats-Unis ont clarifié qu’ils ont un plan pour remplacer Zelensky. Il reste avec eux comme sacrifice potentiel. Ils n’ont plus besoin de lui, ce clown impuissant, qui ne sait que jouer du piano avec sa bite.
  • Une véritable guerre moderne est une destruction ultra-rapide et TOTALE et un nettoyage du territoire. La Russie n’a pas de tels objectifs. Ceci est une situation unique lorsque le soi-disant agresseur considère grandement les populations civiles du pays comme étant son peuple et essaie de le protéger du mieux possible ! Les barjots nazis agissent différemment : ils détruisent leur propre peuple !
  • Les Etats-Unis et l’occident ont besoin d’un nouveau set d’objectifs pour le XXIème siècle, autrement ils devront faire face à une extinction complète. Trump n’est en rien un de ces politiciens. Il vit au XXème siècle. Il n’a aucune idée ni réelle compréhension du véritable futur des Etats-Unis et du monde. C’est bien triste !
  • La boutique financière associée qu’est Matrix Capital de Pavel Teploukhine croit que l’industrie russe aura de plus grandes opportunités. Il commente de cette façon :

“La bulle de la haute technologie doit péter […] et les entreprises qui représentent le secteur industriel doivent aller plus vite les segments surgonflés en termes de croissance. Ainsi, en ayant la structure actuelle économique, nous devrions aussi être en avance sur les pays développés en termes de croissance, qui largement sortent du surgonflage de la haute technologie. Ainsi, la Russie aura des années de bon augure économique.”

  • Les Etats-Unis imposent un embargo à la fourniture à la Russie d’électronique produite dans tout pays du monde utilisant une technologie américaine. D’après des estimation préliminaires, les plus grandes marques comme Apple, Samsung, Xiaomi vont perdre quelques 10 milliards de dollars par an.
  • En réponse, le gouvernement russe pense stopper la vente de gaz néon à l’occident. D’un côté, ce gaz est juste un déchet de l’industrie métallurgique, mais on en a besoin pour les lasers dans les scanners lithographes qui produisent les puces électroniques.
  • 90% du gaz néon qui arrive aux USA provient d’Ukraine. Mais là, il n’est que seulement nettoyé. Il est un produit dérivé de la production russe.
  • Le groupe de recherche Techcet a publié un rapport disant que les manufacturiers de semi-conducteurs sont très lourdement dépendants des matières premières russes.
  • Contre la toile de fond de la situation géopolitique actuelle, la Maison Blanche a poussé les entreprises à chercher des alternatives pour leurs fournisseurs de matières premières, incluant le néon. Ceci a été rapporté par l’agence Reuters. Ceci dit, trouver ces alternatives ne sera pas du tout facile. Il y a de longues listes d’attente pour les années à venir. De plus beaucoup d’alternatives sont en Chine, qui est aussi sujette à des sanctions.
  • L’usine TyazhMekhPress de Voronezh est un leader de la production de presses lourdes pour l’industrie de l’automobile et des transports
  • En 2013, TyazhMekhPress a fabriqué la première presse au monde ayant un for ce de compression de 16 500 tonnes pour les forges à chaud. Il n’y en a que deux analogues en Allemagne et au Japon.  Les presses TMP, qui ont une force de 4000 tonnes ont une part de marché mondial de 50-60%
  • Les Forges de Courcelles près de Paris ont acheté 7 TMP pour fabriquer les villebrequins pour les moteurs Audi, VW, Mercédès.
  • Ces machines TMP travaillent aussi dans les usines Renault, Peugeot, Citroën, Toyota, Mitsubishi, Samsung, Tata Motors.
  • Un autre sujet explosif est le fait qu’un programme biologique et bactériologique militaire est en cours en Ukraine, programme financé par le Pentagone. Comme l’a récemment rapporté Igor Konachenkov, le ministère de la défense russe a reçu des informations des employés de ces laboratoires au sujet de la destruction en urgence le 24 février de pathogènes qui causent un bon nombre de maladies comme le choléra, l’anthrax (maladie du charbon), la peste, la tularemia et autres. Ceci fut fait pour empêcher la divulgation des faits en violation par l’Ukraine et les Etats-Unis de la Convention on the Prohibition of Biological and Toxin Weapons (BTWC).
  • Les médias russes sonnent l’alarme depuis longtemps au sujet des nombreux laboratoire biologiques en Ukraine (une bonne trentaine), labos supervisés par l’agence américaine de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA).
  • En connexion avec leurs activités hors de contrôle au cours des années et dans différentes régions de l’Ukraine, il y a eu des noyaux de contagion de maladies atypiques, souvent ayant eu des résultats fatals.
  • D’après un ancien membre de la commission de l’ONU sur les armes biologiques, le microbiologiste Igor Nikouline, les Américains font des recherches actives sur les caractéristiques du système immunitaire des Slaves orientaux et créent de nouveaux pathogènes résistants aux antibiotiques.
  • La porte-parole du ministère des affaires étrangères américain, Victoria Nuland, parlant lors d’une audition au sénat américain, a admis les efforts conjoints avec les ukrainiens pour “empêcher que des matériaux en rapport avec ces recherches ne tombent entre les mains des troupes russes.”
  • Dans le même temps, des officiels à la fois de Russie et de Chine ont demandé des explications aux Etats-Unis sur les activités de 336 laboratoires biologiques déployés par le Pentagone dans plus de 30 pays. En connexion avec la suspicion d’une claire violation des normes internationales et du risque de la menace biologique sur la population, Moscou n’exclut pas l’utilisation des articles du BTWC en consultation de ces problèmes.
  • De manière évidente, les Américains ont poussé le bouchon trop loin, imposant leurs propres règles inacceptables au monde, pensant que la loi ne s’applique pas à “l’hégémon”.
  • Le président adjoint du conseil de la Fédération [de Russie], Constantin Kosachev, prédit que bientôt la preuve du soutien de l’occident aux structures néo-nazies ukrainiennes sera établie.
  • Ceci ne sera pas un pétard mouillé, mais des faits avérés qui pourront radicalement affecter l’opinion publique et les évaluations de ce qui se passe vraiment par ceux aux pouvoirs en occident. Pour ce faire, il est important de préparer minutieusement la base de preuve et de s’assurer de sa délivrance aux intéressés.
  • Alors que l’opération spéciale de démilitarisation et dé-nazification de l’Ukraine progresse, l’armé russe obtient des documents qui font la lumière sur des plans profonds du régime de Kiev, étroitement gardé par des conseillers occidentaux.
  • Ainsi, le ministère de la défense russe a publié un document contenant un ordre de combat à la Garde Nationale ukrainienne de se préparer pour une offensive sur le Donbass début mars 2022.
  • Maintenant il devient clair pourquoi les politiciens occidentaux ont fait tout un foin au sujet de “l’invasion” russe en cours : ils demandèrent de la Russie que “les troupes retournent dans leurs cantonnements “ afin de libérer les mains des forces armées ukrainiennes et les bataillons de gardes nationaux dans le Donbass.
  • D’après le représentant officiel du ministère de la défense, le général Igor Konachenkov, l’opération spéciale militaire lancée le 24 février a empêché une large offensive par des groupes armés ukrainiens sur les républiques populaires de Donetsk et de Loughansk, qui ne sont pas contrôlées par Kiev, en mars.
  • Maintenant nous devons voir et analyser à quel point le leadership américain et ses alliés de l’OTAN, qui parlent beaucoup de paix en Ukraine, ont été impliqués dans la planification et la préparation de l’opération offensive contre le Donbass.
  • Le secret est devenu clair au sujet des plans de l’Ukraine d’acquérir et de créer ses propres armes nucléaires. L’agence de presse Interfax, citant une source informée d’un des départements compétents en la matière de Russie, a rapporté que “la mise en place par Kiev de de projet très dangereux de développement nucléaire pourrait bien devenir une réalité dans un futur proche.”
  • D’après la source, les spécialistes ukrainiens préparaient une “bombe sale” et séparait le plutonium dans la zone d’exclusion de la centrale de Tchernobyl et l’augmentation du niveau de radiation, qui est naturel dans ce contexte, cacha le travail effectué.
  • Le rôle central de la création d’une arme nucléaire a été assigné au centre de recherche scientifique du Kharkov Institute of Physics and Technology, qui possède une bonne base expérimentale. Comme l’a noté la source, Kiev pourrait secrètement acquérir des technologies d’enrichissement d’uranium par centrifuge et de séparation d’isotope par laser de l’occident.
  • Pour accélérer ce travail, le plutonium de cette qualité requise a été obtenu dans l’étape initiale et il y a une raison de croire que tout ceci ne fut pas sans la participation de Washington.
  • Alors que l’opération spéciale de démilitarisation et dé-nazification de l’Ukraine avance, l’armée russe possède des documents qui mettent en lumière les plans extensifs du régime de Kiev, étroitement gardé par ses protecteurs occidentaux. Ainsi le ministère russe de la défense a publié un document contenant un ordre offensif de marche de la Garde Nationale d’Ukraine en préparation d’une offensive contre le Donbass début mars 2022.
  • L’armée russe va peut-être atteindre les frontières occidentales de l’Ukraine ces prochains jours. Cette opinion fut exprimée par le premier vice-président de l’académie des problèmes géopolitiques et membre correspondant de l’académie russe des sciences de l’artillerie et des fusées, Constantin Sivkov.
  • L’analyste militaire pense que le but de l’opération spéciale russe est très simple. Ceci est l’occupation de tout le territoire ukrainien, l’accès à ses frontières occidentales, virer le junte de là-bas, puis mener à bien un nettoyage des villes. De fait, cette dernière tâche sera mieux effectuée par la police que par l’armée
  • D’après Sivkov, l’accès aux frontières occidentales de l’Ukraine pourra se produire dans les prochains jours. Ensuite, l’expérience de la Syrie dans l’opération de nettoyage pourra être utilisée, par exemple les militants pourront être mis dans des bus et expulsés.
  • Arme génétique contre les Slaves
  • Des échantillons sanguins ont été pris sur des soldats pour rechercher la présence d’anticorps du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et des virus hanta. Cette information est devenue publique grâce à l’enquête publiée par la journalise bulgare Dilyana Gaytandzhieva. Elle a aussi ajouté que 80 millions de $ ont été alloués pour les expériences. Le programme fut géré par Black and Veatch Special Projects Corp., sous la direction de la DTRA américaine. Ceci est un des départements du pentagone.
  • Il doit être noté que les Etats-Unis font constamment des recherches biologiques qui mettent l’humanité au seuil du désastre global. Ainsi, pour nettoyer la gigantesque marée noire du Golfe du Mexique de 2010, les laboratoires américains, menés par le prix Nobel Hamilton Smith, ont synthétisé en 2011 au J. Craig Venter Institute, un très dangereux organisme artificiel nommé “Cynthia” (mycoplasma laboratorium), qui dans le futur est supposé avoir traversé l’Atlantique et causé la contagion par une infection inconnue de pêcheurs du Sénégal. Quelques dizaines de milliers de personnes ont souffert de maladies cutanées, d’abscès sur la peau et d’un littéral effondrement du fonctionnement de leurs organes internes.
  • Pour commenter sur cette information, il peut être assumé avec un haut degré de probabilité que cela soit lié à des tentatives de créer une arme génétique ciblant des personnes de manière spécifique, des porteurs de “groupes haplo” de génotype slave.
  • En fait, les actions des Etats-Unis et de la junte de Kiev violent directement l’article 1 de la Convention de l’ONU sur la prohibition des armes bactériologiques (biologiques) et des armes à toxines. De plus, la mise en opération de telles facilités à la frontière avec la Russie pose une menace directe pour notre pays. Donc, nous parlons ici de la sécurité de la Russie et de la santé de ses citoyens.
  • Un autre sujet explosif est le fait qu’un programme militaire biologique est mis en place en Ukraine, financé par le Pentagone.
  • Comme l’a rapporté récemment Igor Konachenkov, le ministère de la défense a reçu de la documentation venant d’employés de bio-laboratoires au sujet d’une destruction d’urgence le 24 février 2022, d’organismes pathogènes causant des maladies variées comme le choléra, la maladie du charbon, la peste et autres. Ceci fut fait afin d’empêcher la divulgation des faits de violations par l’Ukraine et les Etats-Unis de la convention de l’ONU sur les armes biologiques.
  • Les médias russes ont sonné l’alarme depuis bien longtemps au sujet des nombreux laboratoires biologiques en Ukraine (il y en a plus de 30), supervisés par  l’agence DTRA américaine du Pentagone. En connexion avec leurs activités incontrôlées, il y a eu des foyers de contagion de maladies atypiques dans différentes régions d’Ukraine, souvent avec une issue fatale.
  • D’après un ancien membre de la commission de l’ONU sur les armes biologiques, le microbiologiste Igor Nikouline, les Américains étudient les caractéristiques du système immunitaire des Slaves de l’Est européen et créent de nouveaux pathogènes en conséquence résistant aux antibiotiques. (FIN du communiqué)

= = =

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

ukraine_zelensky-marionnette

Il y a 22 ans… Entretien avec Vladimir Poutine qui s’exprime sur l’OTAN, cette Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , on 17 mars 2022 by Résistance 71

ours_russe1

Poutine parle de l’OTAN et de ses modèles politiques

Extraits de l’autoportrait fait par lui-même au gré d’un entretien avec trois journalistes russes et publié en 2000 sous le titre “First Person”.

Les trois journalistes sont : Nataliya Gervorkyan, Natalya Timakova et Andreï Kolesnikov

Traduit par Résistance 71 depuis la version anglaise publiée aux éditions Public Affairs

Mars 2022

Le livre est très intéressant à plusieurs titres, d’abord parce que les journalistes, contrairement à ce qu’on pourrait penser, “cuisinent” Poutine sur certains sujets de l’époque comme la Tchétchénie, la Yougoslavie, l’OTAN, les oligarques, ses relations politiques, sa motivation jeune à entrer au KGB, ensuite il permet sans aucun doute de comprendre la mentalité de Poutine l’homme d’état, qui a grandi dans l’ère soviétique, a vécu la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’URSS ainsi que le chaos interne et l’humiliation qui s’en sont suivis, la descente aux enfers du capitalisme privé de la Russie, sans préparation aucune, son pillage en règle. Son parcours d’officier du KGB soviétique à la présidence de la Russie en passant par des postes d’adjoint du maire de St Petersbourg, de haut responsable du FSB et de premier ministre de la Fédération de Russie, l’a amené à côtoyer le meilleur et le pire de son pays et a façonné l’homme d’état qu’il est aujourd’hui.
Nous ne défendons pas Poutine, nous essayons simplement et logiquement de le comprendre dans le contexte qui est le sien, le nôtre, et qu’on le veuille ou non, est celui de la fuite en avant du marasme étatico-marchand dont l’occident veule et sociopathe, accélère la déliquescence programmée ; ce au-delà de l’hystérie propagandiste russophobe montée de toute pièce par une oligarchie aux abois.
Voici ce que dit Poutine aux journalistes qui le questionnent sur l’OTAN, la Tchétchénie, la Yougoslavie, Kissinger etc…
Cet entretien a eu lieu ll y a … 22 ans !
~ Résistance 71 ~

otan_terro

Q : Qu’est-ce qui ne va pas avec l’OTAN ?

Poutine : Nous sentons que nous ne sommes pas des participants à part entière dans le processus. Si on nous accordait une totale participation dans le processus de décision des choses, alors les choses ne seraient pas si terribles.

Q : La situation avec la Yougoslavie illustre bien que des décisions peuvent être prises sans la Russie…

P : Mais c’est le point exact ! Nous n’avons pas besoin de ce genre de relations …

Q : Ils ont dit que le Kosovo resterait en Yougoslavie et pourtant, ils y ont amené des troupes.

P : C’est pourquoi nous ne pouvons en rien être d’accord avec quelque option que ce soit dans la veine de ce qui se passe au Kosovo. Rien d’analogue à ce qui s’y passe ne peut être possible. Et ce ne sera jamais possible. Tout ce que les alliés de l’OTAN sont parvenus à faire au Kosovo est en contradiction directe avec les buts que l’OTAN a établis pour elle-même.

On peut dire qu’on nous a offert des médiateurs pour aider à résoudre le conflit en Tchétchénie. Nous n’avons pas besoin de médiateurs, car ceci est le premier pas vers l’internationalisation du conflit, d’abord arrivent les médiateurs, puis quelqu’un d’autre et puis des observateurs, puis des observateurs militaires et puis un contingent limité de troupes et nous y sommes…

Q : Avec ce genre d’approche, il semble que l’intégration à l’Europe n’est pas pour demain ni même à l’horizon…

P : Cela dépend de quelle Europe vous parlez. Analysons cela : oui, le monde a changé et l’Europe aussi a changé, ce n’est un secret pour personne. La charte des Nations-Unies fut signée avec à l’idée des puissances mondiales différentes. Nous (la Russie) étions les vainqueurs principaux de la seconde guerre mondiale. (NdT : n’oublions pas que la “Grande Guerre Patriotique” contre le nazisme a coûté 27 millions de morts à l’URSS, essentiellement des civils, massacrés dans le grand projet nazi d’éradication des Slaves et que des descendants biologiques et/ou politiques des Ukrainiens occidentaux qui s’allièrent aux nazis durant cet évènement ont été mis au pouvoir en Ukraine 14 ans après cet entretien de Poutine…)

Mais hélas maintenant, nous sommes devenus plus faibles et la charte de l’ONU demeure effective. Pas tout le monde l’apprécie. Ils essaient de la changer ou de la supplanter par exemple avec des décisions de l’OTAN. Nous ne devons pas suivre cela.

Beaucoup de gens ont oublié, que ,lorsque l’OTAN fut créée à la fin des années 40, l’Union Soviétique avait indiquée son intention d’entrer dans ce bloc des nations. On nous a refusé l’entrée. En réponse à cela, ensemble avec les pays de l’Europe de l’Est, nous avons formé le Pacte de Varsovie, qui n’existe plus aujourd’hui. Le Pacte fut une réponse directe à la formation de l’alliance de l’OTAN.

Q : Devrions-nous reconsidérer intégrer l’OTAN ?

P : Nous pouvons le considérer, mais pas en ce moment précis. C’est aussi toujours une question de quel genre d’OTAN nous parlons. Si nous parlons de cette OTAN qui a agit au Kosovo en violation directe des décisions de l’ONU, ceci n’est même pas d’un intérêt théorique pour nous et il n’y a rien à discuter. Si nous parlons d’une transformation sérieuse de ce bloc en une organisation politique préparée à avoir des interactions constructives avec la Russie, alors il y a sans aucun doute sujet à discussion.

En bref, je ne vois aucune raison pour qu’une coopération entre la Russie et l’OTAN ne puisse pas se développer plus avant, mais je répète que cela ne se produira que si la Russie est traitée comme un partenaire égal.

En tout cas, , même en faisant des suppositions, vous devez penser sur le long et très long terme. Il y a beaucoup de problèmes, politiques, économiques, militaires. Par exemple, tout bloc, et l’OTAN n’y fait pas exception, établit des standards d’armement qui affectent substantiellement les intérêts de l’industrie de la défense (NdT : c’est à dire, les fabricants d’armes…)

Q : Mais que pensent de tout cela les membres de l’OTAN ?

P : Je pense qu’ils craignent grandement la destruction de l’OTAN de l’intérieur. Je les comprend parfaitement bien. Nous sommes un thème dominant trop puissant. Il n’y a qu’une seule grande puissance, les Etats-Unis. Disons qu’une seconde n’apparaisse, même si pas aussi puissante que la première ; la répartition du pouvoir peut-être ruinée. Les pères fondateurs de l’OTAN ont peur que leur organisation puisse drastiquement changer. De notre perspective, elle changerait pour le mieux et de leur perspective, sans doute pour le pire.

Si nous avions participé aux prises de décision concernant le processus de résolution en Yougoslavie, elles n’auraient jamais été prises. Nous n’aurions jamais été d’accord avec ce niveau d’interférence dans les affaires internes d’un autre pays. Ce type de comportement ne peut tout simplement pas être justifié, ce même pour des raisons soi-disantes “humanitaires”. Je pense que cette opération (NdT : de morcellement et de destruction de l’ex-Yougoslavie) en elle-même fut une erreur majeure dans les relations internationales et une violation flagrante des principes fondateurs mêmes de la loi internationale.

Regardez, nous avons commencé à parler de la relation de la Russie avec l’Europe et nous avons réduit cette discussion à nos relations avec l’OTAN. Même avec l’orientation de l’OTAN politique en Europe aujourd’hui, nous ne pouvons jamais oublier que l’Europe et l’OTAN ne sont pas la même chose. J’ai déjà dit à maintes reprises que la Russie est un pays de culture européenne et non pas de culture OTAN.

Q : Quels leaders politiques trouvez-vous les plus intéressants ?

P : Napoléon Bonaparte (rires). Non sérieusement, De Gaulle très certainement. J’aime aussi beaucoup Erhard, c’est une personne très pragmatique. Il fut le reconstructeur d’une nouvelle Allemagne après la guerre. (NdT : N’oublions pas que Poutine est un spécialiste de l’Allemagne, qu’il a passé 5 ans entre 1985 et 1990, après la chute du mur, comme officier de liaison du KGB en Allemagne de l’Est et qu’il parle couramment allemand… Plus tôt dans l’entretien un journaliste lui demanda s’il avait pensé aux purges staliniennes de 1937 lorsqu’il est entré au KGB, Poutine répond : “Je n’ai pas pensé aux purges de l’ère de Staline. Ma notion du KGB provenait d’histoires d’espionnage romantiques. J’étais un pur produit, à succès, de l’éducation patriotique soviétique.” ) Ceci était particulièrement important après l’effondrement de l’Allemagne nazie.

Sur Kissinger, voici ce que dit Poutine dans l’entretien :

“[…] Plus tard, de retour à St Petersbourg, j’ai eu une rencontre très intéressante avec Kissinger et il confirma ce que je pensais déjà. Il y avait une commission appelée la Commission Kissinger-Sobchak [NdR71: Sobchak était à l’époque le maire de St Petersbourg dont Poutine était l’adjoint au début de sa carrière politique), commission fondée pour le développement de la ville de St Petersbourg et pour y attirer les investissements étrangers. Kissinger est venu plusieurs fois dans notre ville. Une fois, j’ai été le chercher à l’aéroport. Nous sommes montés dans la voiture et prîmes la route en direction de la résidence. En chemin, il me demanda d’où je venais et ce que je faisais. C’est un vieux bonhomme assez inquisiteur. Il paraît toujours être en train de s’endormir, mais en fait il voit et entend absolument tout autour de lui. Nous parlions au travers d’un traducteur. Il me demanda : “Avez-vous travaillé ici depuis longtemps ?” Je lui répondit environ un an. “Et où travailliez-vous avant cela ?”. “A la mairie de Leningrad”, lui répondis-je.

“Et avant cela ?”

“J’étais à l’université”

“Et avant l’université ?”

“J’étais dans l’armée.”

“Dans quel corps ?”

“Et bien, me dis-je en aparté, maintenant je vais vous surprendre Mr Kissinger.”

“J’ai travaillé dans le renseignement” lui dis-je.

“Avez-vous travaillé à l’étranger ?” Demanda t’il calmement.

“Oui, en Allemagne” répondis-je.

“Est ou Ouest ?”

“Est.”

“Tous les gens décents ont commencé dans le renseignement, moi aussi”, dit Kissinger.

Puis il a dit quelque chose de complètement inattendu et de très intéressant : “Vous savez, je suis très critiqué pour la position que j’ai prise envers l’URSS à l’époque. Je pensais que l’Union Soviétique ne devait pas abandonner l’Europe de l’Est si rapidement. Nous étions en train de changer l’équilibre du monde très rapidement et je pensais que cela mènerait à des conséquences indésirables. Et maintenant on me blâme pour cette prise de position. Les gens disent: ‘Vous voyez, les soviétiques sont partis et tout est normal. Je pensais que c’était impossible.” Il pensa un moment puis ajouta : “Franchement, jusqu’à aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi Gorbatchev a fait cela.”

Je n’aurai jamais pu imaginer quelque chose de tel sortir de la bouche de Kissinger. Je lui ai dit ce que je pensais et je vais vous le répéter maintenant : Kissinger avait raison. Nous aurions évité bien des problèmes si les Soviétiques ne s’étaient pas retirés si rapidement de l’Europe de l’Est.”

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

===

Deux communiqués sur la guerre en Ukraine à diffuser sans modération :

A voir également : La Russie, l’Ukraine, Poutine et les mensonges des médias.. en 4-4-2

jeuechecs_fondnoir

L’écume des jours du Nouvel Ordre Mondial : Du COVID au Donbass (Résistance 71)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, altermondialisme, colonialisme, coronavirus CoV19, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, pédagogie libération, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, santé et vaccins, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , on 19 février 2022 by Résistance 71

faucheuse1

« A Partir de maintenant, les dépressions économiques seront créées scientifiquement. »
Charles Lindberg Sr, membre du congrès des Etats-Unis ~

« Nous aurons un gouvernement mondial de gré ou de force. La seule question demeure si le gouvernement mondial viendra par conquête ou par accord. »
~ Paul Warbug (CFR et fondateur de la réserve fédérale), 1950 ~

« La grande dépression [de 1929] n’était pas accidentelle. Elle a été soigneusement planifiée. Les banquiers internationaux ont amené une condition de désespoir de façon à émerger comme nos dirigeants à tous. »
~ Louis McFadden (président de la commission des changes du parlement des Etats-Unis) ~

« Si les leaders sont sérieux quant à créer de nouvelles responsabilités globales pour la gouvernance, laissons les commencer par moderniser le multilatéralisme pour donner les pouvoirs à l’OMC, au FMI et à la Banque Mondiale afin de contrôler les politiques nationales. »
~ Robert Zoellick (président de la Banque Mondiale) ~

Résistance 71

19 février 2022

L’actualité de la fiction et supercherie marchandes s’affole à l’instar de ses marionnettes stériles et futiles. Attardons-nous quelques instants pour en analyser le contenu si classique au demeurant.
Historiquement, toute crise politico-économique de grande envergure a été « résolue » par une guerre majeure, voire mondiale. Pourquoi en serait-il autrement dans le schéma actuel du début de la crise finale du capitalisme et des états-nations phagocytés ?
Succintement, le système marchand devenu étatico-capitaliste ne peut se reproduire et donc subsister que par la coercition, le contrôle, l’oppression, l’exploitation, la guerre et la colonisation. La phase finale de la phagocytose du politique par l’économique voit la vampirisation totale par la réification absolue des choses et de la vie elle-même. Dans ce délire mortifère flamboyant et auto-destructeur, la crise pseudo-sanitaire COVID était une nécessité. Cette crise, toute aussi fabriquée que les autres est, après deux ans de duperie à l’échelle planétaire, entrée en phase d’implosion. La sauce ne prend plus, les mensonges sont éventées et le narratif s’écroule jour après jour, devenant intenable pour la clique des marionnettes aux commandes.
Une des nécessités de cette pseudo-crise sanitaire a été de maquiller et de faire diversion de l’effondrement économique en cours ; effondrement d’une logique sans faille dans la lignée des crises successives de ces dernières décennies suivant la fin des trente glorieuses, ces années de reconstruction suite à la dernière destruction planétaire programmée qui s’acheva le 8 mai 1945.
Chaque grande crise dans l’histoire s’étant résolue par une grande guerre, les pilotes du système à la dérive et voué au marasme final, hébergés par la haute finance transnationale, ont décidé que le temps était venu pour une nouvelle boucherie planétaire, le temps était de nouveau venu de « tondre la pelouse », comme le disent les sionistes avant de rebombarder une énième fois le ghetto de Gaza et le peuple palestinien opprimé et génocidé depuis plus d’un demi-siècle. Pour ce faire, l’empire a créé en 2014 une nouvelle poudrière qui a remplacé les « Balkans », bien que géographiquement très proche : l’Ukraine. L’occident y a poussé à une guerre civile menant à une crise séparatiste qui a créé la région autonome du Donbass, dans l’Est du pays et aux populations de culture russe, entrée en rébellion contre un régime néo-nazi mis en place à Kiev et soutenu par l’OTAN, et donc l’empire anglo-américano-sioniste qui met de ce fait la pression constante aux frontières de « l’ennemi » russe. Il est bien évident que toute cette mascarade géopolitique, si elle fait de véritables victimes au sein des peuples, n’en est pas moins une supercherie supplémentaire sur le grand échiquier de l’illusion mondialiste totalitaire.

jeuechecs_fondnoir

Devant le marasme que devient la pseudo-crise sanitaire, la vraie crise économique, même si fabriquée et la peur de se retrouver face à leurs responsabilités de crimes contre l’humanité, les pathétiques ordures du pouvoir poussent à une guerre contre la Russie par Ukraine interposée, guerre dont personne ne veut, mais qui est la condition sine qua non pour les gugusses de Davos et Bilderberg, de pouvoir continuer à imposer leur diktat et opprimer, exploiter le monde comme ils l’ont toujours fait et en toute impunité.
Les populations occidentales s’éveillent en masse à la supercherie et à la mascarade de l’illusion démocratique qui se jouent devant leurs yeux depuis des générations et seule une guerre mondiale (pas forcément thermo-nucléaire) peut imposer la diversion nécessaire et occuper le monde à sa survie plutôt qu’à chasser et juger les criminels de la politique et du gros business qui ont mis en place l’escroquerie COVID et l’injection de centaines de millions de personnes dans le monde avec une soupe toxique OGM expérimentale, dont on ignore à termes, les effets sur le génome et la santé humains.
C’est leur plan et ils iront jusqu’au bout du bout du banc car ils n’ont plus le choix, l’histoire les a mis dans une position ou tout recul est impossible.
La mauvaise nouvelle est que ces ordures peuvent parfaitement réussir dans leur entreprise déjà bien avancée… La bonne nouvelle est que pour qu’ils réussissent il faut que nous y adhérions en masse.

Or, il suffit de dire NON ! et tout s’arrête. Ils ne réussissent dans leur projet que parce que nous acquiesçons. La prise de conscience demande une action directe, celle de la rébellion, du boycott et de la désobéissance civile. Changeons notre attitude vis à vis des institutions opprimantes et changeons notre vie par la mise en place des associations libres. Il est une chose que nous ne devons jamais au grand jamais perdre de vue, c’est qu’ :

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

demainbienpire

« La puissance financière conspire » (Abraham Lincoln)

Slog1

situslog

OTAN : de la crise programmée au suicide énergétique (F. William Engdahl)

Posted in 3eme guerre mondiale, actualité, écologie & climat, économie, colonialisme, crise mondiale, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, réchauffement climatique anthropique, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 29 janvier 2022 by Résistance 71

engdahl_StopGMO

Pourquoi les Etats de l’OTAN commettent-ils un suicide énergétique ?

F. William Engdahl

18 janvier 2022

Source :
https://www.mondialisation.ca/pourquoi-les-etats-de-lotan-commettent-ils-un-suicide-energetique/5664260 

Il y a un grand paradoxe dans la position militaire de plus en plus agressive des États-Unis et de l’OTAN à l’égard de la Russie et de la Chine, lorsqu’on la compare aux politiques économiques nationales clairement suicidaires de l’Agenda vert des États-Unis et des États de l’UE et de l’OTAN. Une transformation étonnante des économies des pays industriels les plus avancés du monde est en cours et prend de l’ampleur. Le cœur de cette transformation est l’énergie, et l’exigence absurde d’une énergie « zéro carbone » d’ici 2050 ou avant. Éliminer le carbone de l’industrie énergétique n’est pas possible à l’heure actuelle, ni peut-être jamais. Mais si l’on cherche à l’atteindre, cela signifie que les économies les plus productives du monde seront mises en pièces. Sans une base énergétique industrielle viable, les pays de l’OTAN deviennent une plaisanterie militaire. Nous ne pouvons pas parler d’énergie « renouvelable » pour le solaire, l’éolien et le stockage sur batterie. Nous devons parler d’énergie non fiable. C’est l’un des délires scientifiques les plus colossaux de l’histoire.

Le 31 décembre, le nouveau gouvernement de coalition allemand a fermé définitivement trois des six centrales nucléaires restantes. Ils l’ont fait à un moment où les réserves de gaz naturel étaient extrêmement basses à l’aube d’un hiver difficile, et où tout front froid sévère pouvait entraîner des pannes d’électricité. En raison du refus allemand d’autoriser l’importation d’un deuxième gazoduc russe, Nord Stream 2, l’Allemagne est confrontée à une augmentation de 500% du prix au comptant de l’électricité par rapport à janvier 2021.

La crise énergétique de l’UE était prévue

En 2011, lorsque la chancelière Merkel a déclaré la fin anticipée de l’énergie nucléaire, sa tristement célèbre Energiewende, pour sortir du nucléaire et passer aux sources renouvelables, 17 centrales nucléaires ont fourni de manière fiable 25% de toute l’énergie électrique du pays. Les trois centrales restantes doivent maintenant fermer d’ici fin 2022. Dans le même temps, le programme d’énergie verte du gouvernement depuis 2016 a entraîné l’arrêt de la production de 15,8 GigaWatts par des centrales à charbon à partir de janvier 2022. Pour compenser le fait que le solaire et l’éolien, malgré une propagande élogieuse, ne comblent pas le vide, le réseau électrique allemand doit importer une quantité importante d’électricité des voisins de l’UE, la France et la République tchèque, ironiquement en grande partie de leurs centrales nucléaires. L’Allemagne a aujourd’hui le coût de l’électricité le plus élevé de tous les pays industrialisés en raison de l’Energiewende.

L’approvisionnement en électricité nucléaire en provenance de France pose désormais un problème. En décembre, EDF, l’agence nucléaire française, a annoncé la fermeture de quatre réacteurs pour inspection et réparation, suite à la découverte de dommages dus à la corrosion. Le président Macron, confronté aux élections d’avril, tente de jouer les champions du nucléaire dans l’UE en s’opposant à la forte position antinucléaire de l’Allemagne. Mais le pont nucléaire est vulnérable et il est peu probable que la France fasse de nouveaux investissements majeurs dans le nucléaire, malgré les déclarations récentes, avec des plans pour fermer douze réacteurs dans les prochaines années, ainsi que le charbon, laissant la France et l’Allemagne vulnérables aux futures pénuries d’énergie. Le programme France 2030 de Macron prévoit d’investir la bagatelle de 1,2 milliard de dollars dans la technologie nucléaire des petites centrales.

Mais la question du nucléaire n’est pas la seule mouche dans la soupe énergétique de l’UE. Chaque aspect du plan énergétique actuel de l’UE est conçu pour anéantir une économie industrielle moderne, et les architectes qui financent généreusement les groupes de réflexion verts comme l’Institut de Potsdam en Allemagne le savent. Amener l’éolien et le solaire, les deux seules options sérieuses mises en œuvre, à remplacer le charbon, le gaz et le nucléaire, est tout simplement dit, impossible.

Moulins à vent et folie des foules

Pour l’Allemagne, un pays dont l’ensoleillement n’est pas optimal, l’éolien est la principale alternative. Le problème de l’éolien, comme l’a montré l’hiver 2021, est qu’il ne souffle pas toujours, et de manière imprévisible. Cela signifie des pannes d’électricité ou un système de secours fiable, ce qui signifie du charbon ou du gaz naturel, car le nucléaire est évincé. Les éoliennes sont évaluées de manière trompeuse en termes de capacité théorique brute lorsque des États comme l’Allemagne veulent se vanter des progrès réalisés dans le domaine des énergies renouvelables.

En réalité, ce qui compte, c’est l’électricité effectivement produite au fil du temps ou ce que l’on appelle le facteur de capacité ou le facteur de charge. Pour le solaire, le facteur de capacité n’est généralement que de 25% environ. Dans le nord de l’Europe ou en Amérique du Nord, le soleil ne brille pas 24 heures sur 24. Le ciel n’est pas non plus toujours sans nuages. De même, le vent ne souffle pas toujours et n’est guère fiable. L’Allemagne se targue de produire 45% d’énergie renouvelable brute, mais cela cache la réalité. Dans une étude réalisée en 2021, l’Institut Frauenhofer estime que l’Allemagne doit installer au moins six à huit fois plus d’énergie solaire qu’aujourd’hui pour atteindre l’objectif de zéro émission de carbone en 2045, ce pour quoi le gouvernement refuse d’estimer les coûts, mais les estimations privées se chiffrent en billions. Le rapport indique que la capacité solaire brute actuelle de 54 GW doit atteindre 544 GW d’ici 2045. Cela signifierait un espace terrestre de 1,4 million d’hectares, soit plus de 16 000 kilomètres carrés de panneaux solaires solides à travers le pays. Ajoutez à cela de grandes stations éoliennes. C’est une recette suicidaire.

La fraude de l’éolien et du solaire en tant qu’option raisonnable sans carbone commence à être réalisée. Le 5 janvier dernier, dans l’Alberta (Canada), où le gouvernement construit furieusement des sites éoliens et solaires, par une journée de grand froid avec des températures proches de -40°, les 13 installations solaires de l’Alberta connectées au réseau, d’une capacité nominale de 736 mégawatts, fournissaient 58 mégawatts au réseau. Les 26 parcs éoliens, d’une capacité nominale combinée de 2269 mégawatts, ont fourni 18 mégawatts au réseau. Le total des énergies renouvelables n’était que de 76 mégawatts sur un total théorique de 3005 mégawatts d’énergie supposée verte et renouvelable. Le Texas, lors des fortes chutes de neige de février 2021, a connu les mêmes problèmes avec l’énergie solaire et éolienne que l’Allemagne. De plus, lorsqu’il neige, les fermes solaires ne valent rien.

De même, pour atteindre le niveau zéro carbone à partir de sources renouvelables, d’énormes surfaces de terre doivent être recouvertes de réflecteurs solaires ou consacrées à des parcs éoliens. Selon une estimation, la superficie nécessaire pour accueillir les 46 480 centrales photovoltaïques envisagées aux États-Unis est de 650 720 miles carrés, soit près de 20% des 48 premiers territoires américains. Cela correspond à la superficie du Texas, de la Californie, de l’Arizona et du Nevada réunis. Rien qu’aux États-Unis, dans l’État de Virginie, une nouvelle loi verte, la Virginia Clean Economy Act (VCEA), a entraîné une augmentation considérable des demandes de projets solaires, qui représentent à ce jour 780 miles carrés de panneaux solaires. Comme le souligne David Wojick, cela représente environ 500 000 acres de campagne, de terres agricoles ou de forêts détruites et pavées, avec quelque 500 projets distincts couvrant une grande partie de la Virginie rurale, qui nécessiteront un nombre stupéfiant de 160 millions de panneaux solaires, provenant pour la plupart de Chine et tous destinés à devenir des centaines de tonnes de déchets toxiques.

Des millions d’emplois ?

L’administration Biden et le tsar des énergies renouvelables John Kerry ont faussement prétendu que leur programme vert ou « Build Back Better » se traduirait par des millions de nouveaux emplois. Ils omettent de dire que ces emplois seront créés en Chine, qui produit la plupart des panneaux solaires, un quasi-monopole après avoir détruit la concurrence américaine et européenne il y a dix ans avec des panneaux bon marché subventionnés fabriqués en Chine. De même, la majeure partie de l’énergie éolienne est produite en Chine par des entreprises chinoises. Pendant ce temps, la Chine utilise des volumes records de charbon et reporte à 2060 sa promesse d’atteindre l’objectif « zéro carbone » dix ans après l’UE et les États-Unis. Elle ne veut pas mettre en péril sa domination industrielle au profit d’une théorie climatique fondée sur des données fausses et des mensonges selon lesquels le CO2 est sur le point de détruire la planète. La fédération syndicale allemande DGB a récemment estimé que depuis 2011, ce pays avait perdu quelque 150 000 emplois dans le seul secteur des énergies renouvelables, principalement parce que les panneaux solaires fabriqués en Chine ont détruit les principales entreprises solaires allemandes. Et l’Allemagne est le pays de l’UE le plus écolo. Parce que, par définition, les énergies renouvelables moins denses en énergie que sont l’éolien et le solaire font grimper les coûts de base de l’électricité, elles suppriment plus d’emplois dans l’économie globale qu’elles n’en créent.

L’effondrement industriel de l’OTAN

Parce que l’énergie solaire et l’énergie éolienne sont en réalité beaucoup plus coûteuses que les hydrocarbures conventionnels ou l’électricité nucléaire, elles font augmenter le coût global de l’énergie électrique pour l’industrie, ce qui oblige de nombreuses entreprises à fermer ou à déménager. Seule la fraude statistique officielle masque ce phénomène. L’Europe et les États-Unis auront besoin d’énormes volumes d’acier et de béton pour construire les millions de panneaux solaires ou de parcs éoliens attendus. Cela nécessite d’énormes quantités de charbon conventionnel ou d’énergie nucléaire. Combien de stations de recharge de voitures électriques seront nécessaires pour recharger à domicile 47 millions de voitures électriques allemandes ? Quelle demande d’électricité supplémentaire ?

Un important groupe de réflexion sur l’énergie verte aux États-Unis, RethinkX, a publié une étude de propagande pour les énergies renouvelables en 2021 intitulée « Repenser l’énergie 2020-2030 : 100% de solaire, d’éolien et de batteries, ce n’est que le début ». Leur réponse aux problèmes de faible capacité pour l’éolien et le solaire est de construire 500% ou même 1000% de plus que prévu pour compenser le faible facteur de capacité de 25%. Ils affirment de manière absurde, sans aucune preuve concrète, que « Notre analyse montre que l’électricité 100% propre issue de la combinaison du solaire, de l’éolien et des batteries (SWB) est à la fois physiquement possible et économiquement abordable sur l’ensemble du territoire continental des États-Unis ainsi que dans l’écrasante majorité des autres régions peuplées du monde d’ici 2030… cette surabondance de production d’énergie propre – que nous appelons super puissance – sera disponible à un coût marginal proche de zéro pendant la majeure partie de l’année… ». Cette déclaration est présentée sans un iota de données ou d’analyse de faisabilité scientifique concrète, simplement une affirmation dogmatique.

L’architecte canadien défunt de l’Agenda 21 des Nations unies, Maurice Strong, un ami pétrolier milliardaire de David Rockefeller, était sous-secrétaire des Nations unies et secrétaire général de la conférence du Jour de la Terre organisée à Stockholm en juin 1972. Il était également membre du conseil d’administration de la Fondation Rockefeller. Plus que quiconque, il est responsable de l’agenda de désindustrialisation de « l’économie durable » sans carbone. Lors du Sommet de la Terre de l’ONU à Rio en 1992, il a ouvertement énoncé le programme brutal des partisans de l’eugénisme radical tels que Gates et Schwab : « Le seul espoir pour la planète n’est-il pas que les civilisations industrialisées s’effondrent ? N’est-il pas de notre responsabilité de le provoquer ? » Ce programme est en grande partie la grande réinitialisation d’aujourd’hui.

La guerre maintenant ?

Si les économies autrefois avancées et à forte intensité énergétique des pays membres de l’OTAN en Europe et aux États-Unis continuent sur cette voie suicidaire, leur capacité à organiser une défense ou une attaque militaire convaincante deviendra un mirage. Récemment, la présidente corrompue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que l’industrie de la défense allemande de haute technologie et ses fournisseurs ne devraient pas recevoir de crédit bancaire parce qu’ils ne sont pas assez « verts » ou « durables ». Il semblerait que les banques aient déjà compris le message. Avec le pétrole et le gaz, la production de défense est désormais visée. Von der Leyen, en tant que ministre allemande de la Défense, avait été largement blâmée pour avoir laissé la défense allemande s’effondrer jusqu’à un état catastrophique.

Dans leur poursuite unilatérale de l’Agenda 2030 et du programme « zéro carbone », l’administration Biden et l’UE mettent leur industrie sur la voie de la destruction bien avant la fin de cette décennie. Est-ce que cela conduit à son tour l’agenda actuel de l’OTAN vers la Russie en Ukraine, en Biélorussie, en Arménie et maintenant au Kazakhstan ? Si les puissances de l’OTAN savent qu’elles ne disposeront pas de l’infrastructure industrielle militaire de base dans un avenir proche, pensent-elles qu’il est préférable de provoquer une éventuelle guerre avec la Russie maintenant, afin d’éliminer une résistance potentielle à leur programme de désindustrialisation ? Outre la Chine, la Russie est le seul pays capable de porter un coup dévastateur à l’OTAN en cas de provocation.

Psychose de la formation des masses ou folie des foules

En 1852, l’historien anglais Charles Mackay a écrit un classique intitulé « Mémoires sur les délires populaires extraordinaires et la folie des foules », qui donne un aperçu peu connu de l’hystérie de masse à l’origine des grandes croisades religieuses du XIIe siècle, de la chasse aux sorcières ou de la folie des tulipes hollandaise et de nombreux autres délires populaires. Il est pertinent de comprendre la ruée irrationnelle mondiale vers le suicide économique et politique.

Les mêmes acteurs clés qui sont à l’origine des mandats de vaccination de masse anti-covid pour un vaccin expérimental modifiant la génétique et des verrouillages qui s’ensuivent dans le monde entier, notamment Bill Gates et le pape François, sont à l’origine de la grande réinitialisation du Forum économique mondial de Klaus Schwab et de sa folie verte zéro carbone de l’Agenda 2030 des Nations unies, afin de faire accepter au monde des mesures économiques draconiennes sans précédent.

Pour ce faire, il faudra que la population soit docile et physiquement faible, ce que le professeur de psychologie belge Mattias Desmet et le Dr Robert Malone appellent la psychose de formation de masse, une psychose de foule, une sorte d’hypnose de masse qui ignore la raison. Il est clair que le mythe du réchauffement climatique et l’agenda de la pandémie de coronavirus nécessitent tous deux une telle hypnose de masse – un « délire populaire extraordinaire ». Sans l’hystérie de peur du Covid, nous n’aurions jamais permis à l’agenda vert d’aller si loin que nos réseaux électriques sont au bord du black-out et nos économies au bord de l’effondrement. Le but ultime de la pandémie de Covid de l’OMS et de l’Agenda vert est une marche vers la Grande Réinitialisation dystopique de Schwab de l’ensemble de l’économie mondiale au profit d’une dictature d’une poignée de sociétés mondiales comme BlackRock ou Google-Alphabet.

= = =

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

NOFX_IATO

otan-terroriste