Archive pour ONU terrorisme d’état

Mascarade à l’ONU… La « Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes » réaffirme le colonialisme sous l’impulsion du Canada et du pays du goulag levant (ex-USA)

Posted in actualité, altermondialisme, colonialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, N.O.M, néo-libéralisme et paupérisation, pédagogie libération, philosophie, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 21 octobre 2014 by Résistance 71

Cet excellent compte-rendu de Glenn Morris est à mettre en parallèle des études de Steven Newcomb sur les Droits Indigènes à l’ONU.

L’ONU est contrôlée et gérée par les gouvernements occidentaux racistes et colonialistes, eux-mêmes contrôlés par de grosses transnationales pour qui le colonialisme est un droit existentiel… L’ONU est le grand Barnum de la diplomatie mondiale en tous les domaines.

— Résistance 71 —

 

Les états envahisseurs ont détourné la Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes (CMPI) de l’ONU

 

Glenn Morris

 

16 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2014/10/16/invader-states-hijacked-un-world-conference-indigenous-peoples

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

En regardant la frauduleuse “Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes” (CMPI) de l’ONU sur la chaîne UN Web TV les 22 et 23 Septembre dernier, je me remémorais une phrase fameuse de Thomas Pynchon: “S’ils vous poussent à poser les mauvaises questions, ils n’ont pas besoin de se soucier des réponses.” Cette réunion de l’ONU était remplie de membres d’états, de hauts fonctionnaires, qui ont convaincu un bon nombre de participants indigènes de poser une multitude de mauvaises questions. Malheureusement, quelles que soient les questions posées par les indigènes, la réponse fut toujours la même: les forces qui ont envahi vos patries sont fermement en contrôle de l’ONU.

Pire même, la pièce à l’ONU contenait des indigènes qui participèrent à cette réunion depuis une position de peur et non pas depuis cette fière position qui définissait la naissance du mouvement international contemporain de luttes indigènes pour leurs droits, commencé il y a plus de 40 ans. Les spectateurs indigènes semblaient ne participer que mûs par l’insécurité de se voir laisser en dehors de quelque chose de grand. Ils ne savaient pas exactement quoi, mais ils ne voulaient pas le louper. Ils refusèrent de faire valoir leurs droits les plus fondamentaux, de peur d’irriter, de courroucer les membres de l’ONU, ces mêmes états qui ont envahis leurs territoires, massacrés leurs peuples et tenter d’exterminer leurs cultures. Ce fut un spectacle pathétique, vraiment.

La réunion a été un succès prévisible pour les états envahisseurs des Nations-Unies. Elle a aussi marqué un retrait des 40 ans de lutte vers l’auto-détermination des peuples indigènes qui rugît après les 71 jours de libération de la réserve de Wounded Knee en 1973. Ce que la très grande majorité des peuples indigènes du monde ignoraient au sujet de cette CMPI fut que, de manière ridicule, les conclusions finales ou ce qu’ils ont appelés “Le Document Résultant” ou DR de la CMPI, avait déjà été rédigé par les états membres avant même que la conférence ne débute. La réunion elle-même ne fut qu’une farce ayant un résultat pré-déterminé. Il n’y avait aucun besoin de discussion encore moins d’un débat. En fait, il n’y avait absolument aucun besoin de cette réunion, excepté pour servir d’exemple de théâtre kabuki de l’auto-suffisance, pour permettre aux états de perpétrer la fraude de leur attention envers les peuples indigènes.

La réunion fut une régression pour les peuples indigènes car le mouvement international des peuples indigènes ces 40 dernières années a été largement influencé par 4 priorités stratégiques essentielles. Ces quatre positions ont été consciencieusement exclues ou furent rendues sans intérêt dans le document final résultant (précédant devrait-on dire…) la réunion:

  1. L’Auto-Determination. Le droit à l’auto-détermination des peuples indigènes, ce qui veut dire le droit international pour les nations indigènes de déterminer librement leur statut politique et de poursuivre librement un développement économique, politique, social et culturel. Ceci est un point phare par l’article 3 de la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU. L’auto-détermination n’est mentionnée nulle-part dans le DR de la réunion.
  2. La personalité internationale des nations indigènes et le caractère international des traités entre les nations indigènes et les états envahisseurs.

Ce principe est une extension de celui de l’auto-détermination et insiste sur le fait que les peuples indigènes ne sont ni conquis et ne sont pas non plus des nations légalement sous la domination de, ou l’occupation des états envahisseurs. De manière similaire, le principe revendique que les traités entre les peuples et nations indigènes et les envahisseurs doivent obtenir le respect international et être sujets à un arbitrage international impartial comme stipulé dans l’article 37 de la DDPI de l’ONU. Il n’y a aucune mention des traités de quelque nature que ce soit dans le DR de la CMPI.

  1. Le droit des peuples indigènes de contrôler nos territoires, nos ressources naturelles et notre connaissance traditionnelle.

Il n’y a aucune garantie dans le DR de la CMPI pour sécuriser le consentememt libre, préalable et informé (CLPI) des peuples indigènes avant l’invasion des territoires par les états. Il n’y a aucune mention dans la CMPI sur le CLPI. Le dernier jour de la conférence, le Canada a explicitement dit qu’il refusait d’abandonner sa présumée suprématie sur les peuples et nations autochtones. L’arrogance coloniale du Canada n’a pas été unique, simplement le Canada l’a admis ouvertement. Les références au CLPI dans le DR sont fortuites car rendues stériles par le pillage des états de la signification même du CLPI.

  1. Le démantèlement de la doctrine chrétienne de la découverte. Le lit légal sur lequel les Etats-Unis, le Canada et les autres états colons occidentaux rationalisent leur invasion, leur domination et destruction des peuples et nations indigènes. Cette doctrine “légale”, la fondation de toutes les lois fédérales américaines sur les Indiens, légitimise la suprématie blanche et chrétienne ainsi que le vol sur des continents entiers. La légitimité sans relâche de la doctrine dans la loi des états colonisateurs, viole la charte des Nations-Unies, les deux déclarations des droits de l’Homme et la Convention pour l’Éliminaton de la Discrimination Raciale. Et pourtant, la “Conférence Mondiale” et son DR ont entièrement ignoré cet aspect et ont laissé la doctrine chrétienne de la découverte sans aucun examen et complètement intacte.

Les États ne peuvent aucune anticipation de mise en application de la DDPI de l’ONU en ignorant chacun de ces quatre point de focalisation. De même, les peuples indigènes dans la réunion peuvent à peine demander le manteau du “leadership” après s’être portés volontaires comme piliers d’un processus escroc le tout en permettant aux États de déclarer la réunion un succès. La conférence a prouvé être un succès pour les États, pour l’extension de leur domination et de la domestication des peuples indigènes. Le processus de cette “conférence mondiale” a permis aux état d’esquiver toute responsabilité de leurs crimes contre l’humanité, pour génocide, et pour leur destruction persistante des peuples indigènes (ethnocide), au nom du progrès de la “civilisation”, du développement et de la mondialisation.

Le processus de la CMPI contrôlé par les États a utilisé trois tactiques éprouvées par le temps contre les peuples indigènes afin de parvenir à museler une participation effective indigène et d’arracher un consentement dans cet ersatz de “conférence mondiale”:

  1. Diviser pour mieux régner
  2. Exclusion de l’opposition et…
  3. Fayottage

Certains membres de l’ONU (ainsi que la bureaucratie de l’ONU elle-même, qui opère avant toute chose pour protéger les intérêts des états membres), maîtrisèrent très bien le contrôle de certains gardiens du temple indigènes au sein du système onusien et en privilégiant aussi ceux qui étaient en faveur de la CMPI, les “bons Indiens raisonnables”, tout en marginalisant ceux qui avaient des critiques à formuler comme étant les “mauvais Indiens hostiles”. En légitimisant les indigènes gardiens du temple étatique, L’ONU fournît une couche isolante entre les parties étatiques qui voulaient l’apparence des peuples indigènes “marchant avec la CMPI et ceux des indigènes qui rejetaient la manipulation étatique, qui demandaient le respect et une participation équitable et qui refusèrent de donner leur consentement à cette “conférence mondiale” complètement falsifiée.

Alors qu’il devenait clair que les sbires indigènes du système ne pouvaient pas parvenir à un consensus général pour la collaboration des peuples indigènes dans le plan de la CMPI, l’ONU décida alors d’exclure et de réduire au silence l’opposition. Lorsque le North American Indigenous Peoples’ Caucus (NAIPC) décida qu’il n’allait pas accepter la subordination et l’inégalité dans le design même de la conférence, les représentants du NAIPC (à la fois adultes et ceux de la jeunesse), furent systématiquement exclus de tout débat ou décisions en regard de la réunion. L’ONU commença à marginaliser subrepticement les “mauvais Indiens” et donna plus de pouvoir et de responsabilité aux “Indiens pragmatiques”, qui furent d’accord de se soumettre au programme de la conférence.

Les “Indiens raisonables” comme les représentants de l’Indian Law Resource Center (ILRC), le Native American Rights Fund (NARF), la National Congress of American Indians (NCAI) et l’International Indian Treaty Council (IITC), reçurent leur validation en étant permis de rester dans le circuit de communication de l’ONU ; ils furent récompensés avec de l’information, de l’accès et parfois même du financement, pour faciliter leur participation continue. La tactique prit la forme du refus explicite de financer les délégués de l’opposition, tout en finançant ceux qui étaient en soutien, ceci menant à la censure de certaines voix lors de la planification du programme de la CMPI. La stratégie des États était de fournir l’illusion d’un consensus indigène en excluant ceux qui auraient pu s’y opposer et bloquer ce consensus au travers de la critique ou de perspectives contraires.

La troisième tactique, celle du “fayotage”, fut utilisée sans vergogne par certains délégués indigènes des Etats-Unis et du Canada pour circonvenir aux “mauvais indiens hostile” du NAIPC et pour solliciter les gouvernements américain et canadien. Aux Etats-Unis, l’ ILRC, NARF, NCAI et l’IITC se sont rencontrés ont ont communiqués directement avec le gouvernement et ses représentants du ministère des affaires étrangères un bon nombre de fois avant la tenue du la CMPI. Dans un apparent qui pro quo avec les Etas-Unis, les ONG indigènes sont tombées d’accord pour jouer le jeu à la réunion de l’ONU et en échange le gouvernement américain leur lança quelques miettes. Ces miettes prirent la forme d’un soutien cosmétique sur des postures non controversives de la part des ONG, qui ne défiaient en rien la suprématie du pouvoir plénière américain sur la loi et la politique internes sur les Indiens. Les organisations des “bons Indiens” rejetteront bien sûr cette caractérisation, mais les faits parlent d’eux-mêmes. Ils ont permis eux-mêmes et on cajolé plusieurs représentants de “gouvernement tribal” afin qu’ils soient exploités en tant que figurants sur la scène de théâtre Kabuki des États. Pour leur peine, ils sortirent de la réunion sans rien de substantiel.

Une image spécifique de ces relations confortables peut se voir dans la présentation du représentant des Etats-Unis, Keith Harper, lors de la CMPI le 23 Septembre. Harper, un Cherokee, mais parlant pour le gouvernement des Etats-Unis, fut nommé cette année par Obama comme ambassadeur américain au conseils des droits de l’Homme de l’ONU. Le nombre de similarités dans le discours d’Harper avec les positions circulant de l’alliance ILRC/NARF/NCAI défie toute possibilité coïncidentelle. Il est certain que les “Indiens pragmatiques” jubilent sur le fait que Harper ait mentionné la considération américaine de la “possibilité” pour que les “gouvernements tribaux” puissent être un jour, quelque part, au sein du système des Nations-Unies. Les “Indiens raisonables” (comme ces vieux “bons Indiens” d’autrefois..) seraient pourtant bien avisés de ne pas trop en attendre des Etats-Unis et de ses artifices. Tout ceci est à classer avec les milliers de promesses qui jonchent le lit de la relation historique entre les Etats-Unis et les nations autochtones.

Dans les débats ayant eu lieu ces deux dernières années au sujet de savoir si le NAIPC devait se retirer de la CMPI de l’ONU, l’Amérique du Nord a défendu cette participation se basant sur le fait qu’il était important pour les peuples indigènes de participer à cette conférence en référence au dicton qui dit que “si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu”. En d’autres termes, afin de protéger les gains faits depuis 40 ans nous devons continuer à participer au processus de l’ONU, même, apparemment, sous des conditions qui pourraient être irrespectueuses, inégalitaires et destructrices.

En regardant la conférence sur la chaîne de télé de l‘ONU, je pensais à ces débats et au slogan du “menu”. Une autre citation culinaire me vint à l’esprit, cette fois-ci venant du grand auteur uruguyen Eduardo Galeano: “Votre participation dans ce processus ne vous permet que de suggérer la sauce avec laquelle vous serez mangés.” Malheureusement, tout ce qui est sorti de cette conférence de l’ONU fut, comme l’avait annoncé Galeano, l’ “opportunité” pour les peuples indigènes de participer à un processus qui nous permet seulement de suggérer la sauce avec laquelle nous serons mangés par les états et les corporations, entreprises transnationales.

Nous avons été prévenus.

Glenn Morris (Shawnee) est un membre et porte-parole du conseil de leadership de l’American Indian Movement (AIM) du Colorado. Il est professeur de science politique à l’université de Denver, Colorado, où il dirige le 4ème Centre Mondial pour l’Étude de la Loi et de la Politique Indigène. Il a été un défenseur actif des nations autochtones aux Nations-Unies depuis 1981.

ONU et colonialisme: La Déclaration des Droits des Peuples Indigènes… Vraiment ?…

Posted in actualité, altermondialisme, autogestion, colonialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , on 19 mars 2014 by Résistance 71

En tout point de vue, l’ONU n’est pas la solution aux problèmes, mais bel et bien une partie du problème global et du problème colonialiste en particulier. L’ONU couvre la fange impérialiste et colonialiste, mais que peut-on décemment attendre d’une entité dont le QG à New York repose sur un terrain « donné » par la famille Rockefeller ? Justice, équité, compassion, honneur, pacifisme ?… Y croire est vraiment le degré zéro de la naïveté !…

Les nations amérindiennes en ont parfaitement conscience, même si leurs « chefs élus » (ceux des conseils de bandes et de tribus) et non représentatifs de leurs nations font semblant d’y croire par intérêt personnel. Le vent est en train de tourner pour l’entité onusienne qui n’est que l’ossature de l’état fasciste supranational du Nouvel Ordre Mondial voulu par la clique banquière Rothschild/Rockefeller and co.

— Résistance 71 —

 

Les limites de la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU

 

Steven Newcomb

 

14 mars 2014

 

url de l’article:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2014/03/13/limitations-un-declaration-rights-indigenous-peoples

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Pour les nations et les peuples typiquement appelés “indigènes”, 2014 sera une année importante dans l’arène internationale. Au mois de Septembre prochain, l’assemblée générale des Nations-Unies (NdT: qu’il faut comprendre être l’infrastructure du Nouvel Ordre Mondial) a convenu d’organiser une haute réunion pléniaire en regard de la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes des Nations-Unies. Les préparations battent leur plein et l’évènement programmé génère une grande discussion mettant en lice les pro et les contre, parmi les représentants des peuples indigènes.

D’après une résolution de l’ONU, cette réunion pléniaire devra être connue sous le nom de “Conférence Mondiale sur les Peuples Indigènes”. Ceci donne la fausse impression que cela EST de fait, une conférence mondiale des Nations-Unies. Il n’en est rien. Une véritable conférence mondiale sous l’égide de l’ONU dure en général de 9 à 10 jours, tandis que cette réunion pléniaire durera environ 180 minutes total et ce sur une période de deux jours à New York.

L’idée d’une réunion pléniaire de l’ONU fut une initiative des états, à commencer avec celui de Bolivie. La réunion a été promue comme un rassemblement qui agira vers la mise en pratique des 46 articles de la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU. De manière plus importante, la réunion sera utilisée comme une opportunité pour les gouvernements des états du monde d’écrire et d’adopter un “document inhérent”. Évidemment, le texte de ce document servira de cadre de mise en application de la déclaration pour les états. Quoi qu’il en soit, bien qu’il y ait quelques possibilités pour les représentants des peuples indigènes de faire quelques suggestions, les nations indigènes et leurs peuples n’auront aucun impact direct sur sa rédaction, son contenu et son interprétation ne seront déterminés que d’après les intentions et les prérogatives dominantes des états.

Cet arrangement hiérarchique du haut vers le bas est en fait totalement consistant avec la règle de domination-subordination que le professeur Anthony Anghie a identifié dans son livre: Imperialism, Sovereignty, and the Making of International Law (traduction du titre: Impérialisme, souveraineté et la construction de la loi internationale) en étudiant les différentes époques de la loi internationale et de l’arène politique internationale. Ce schéma est explicitement identifié par le professeur James Crawford, un mentor d’Anghie.

Le professeur Anghie remarque de manière particulière que nos nations indigènes et leurs peuples devraient prendre à cœur de manière plus spécifique le fait que “la confrontation coloniale fut centrale à la création de la loi internationale et de son concept fondateur spécifique qu’est la souveraineté.” C’est dans ce contexte étatique colonial et impérialiste et de loi internationale que fut créée la Déclaration des Droits des Peuples Indigènes de l’ONU et qui va maintenant être dûment interprêtée par les états eux-mêmes Ceci sera également le contexte duquel naîtra le quelconque document inhérent que les états sont en train de terminer de concocter  et d’adopter.

Il y a eu pas mal de discussions à ce jour pour savoir si le nouveau président de l’assemblée générale de l’ONU John W. Ashe mettra en place un “co-facilitateur indigène” pour la réunion pléniaire. Suite à une réunion à l’ONU le 28 Janvier dernier, nous savons que Mr Ashe a refusé une telle nomination. Un effort de lobbying de cinq représentants indigènes a échoué à faire changer d’avis Mr Ashe qui est un citoyen de la nation de Commonwealth des Barbades. La résolution de l’ONU qui sert de cadre “opératoire” pour la réunion pléniaire, ne prévoit pas de position de co-facilitateur indigène et donc d’après la règlementation de l’ONU, Mr Ashe n’a aucune autorité pour satisfaire cette demande.

La perspective de cette réunion pléniaire en revient à une question clef: Quel document inhérent les gouvernements des états vont-ils produire ? Les nations et peuples indigènes doivent faire particulièrement attention à l’article 46 de la déclaration. C’est un des articles les plus pro-état. Il donne aux états une “porte de sortie” en donnant un explicatif pour limiter la capacité des nations indigènes et leurs peuples de mettre en pratique “les droits cités” dans la déclaration.

En fait, l’article 46 dit spécifiquement que les états peuvent mettre certaines limites sur “l’exercice des droits indiqués dans la déclaration”. Mais l’article dit aussi que de telles limites doivent “être déterminées par la loi” (cela veut-il dire la loi du pays, la loi internationale ou les deux ?,,) De telle limites peuvent être imposée par les états “en accord avec les obligations internationales des droits de l’Homme.” De manière importante, les gouvernements des états interprètent les “droits de l’Homme” comme les droits individuels dans le contexte de la  société civile. L’article 46 dit aussi que de telles “limites” ne devront intervenir que lorsque qu’elles sont “strictement nécessaire pour le seul but de sécuriser la reconnaissance et le respect des droits et des libertés des autres.” Le mot “autres” réfère aux sociétés dominantes non-indigènes.

Si on le dit différemment, des limites sur l’exercice des droits de la déclaration des peuples indigènes de l’ONU peuvent-être imposées par les états afin de “sécuriser” la “reconnaissance des droits et des libertés de…” ceux définis comme non-indigènes. Il y a une autre manière de dire ceci: L’exercice des droits établis dans la déclaration ne sera seulement limité que si et quand les états jugent ces limites nécessaires pour “sécuriser” et “faire respecter” les droits et les libertés d’une société non-indigène donnée.

De plus, de telles limites imposées par l’état seront placées sur les droits énumérés dans la déclaration de l’ONU lorsque de telles limites seront jugées nécessaires  par les états afin “de remplir les requis justes et les plus admirables d’une société démocratique”. A chacun d’interpréter ce que cela veut dire, mais surtout qui va décider ce que cette phrase veut dire ?

Il est intéressant de noter que le mot “requis” dans l’article 46 de la déclaration nous fait penser à un vieux “document inhérent” espagnol célèbre connu sous le nom de “Requerimiento”. Ce document fut établi par un théologien catholique espagnol il y a 500 ans. La monarchie espagnole avait ordonné que ce document fut lu, en espagnol, par les Conquistadores, dans les villages indiens. Ce texte était utilisé comme moyen de communiquer aux Indiens libres et indépendants qu’ils étaient “requis” de se soumettre à la monarchie espagnole pour des raison justes et admirables, comme celles de l’histoire à dormir debout de la création biblique et la chaîne de commandement qui s’ensuit.

Le requis principal auquel les Indiens étaient informé (NdT: en espagnol rappelons-le…) et comme rendu obligatoire de manière supposée par le “dieu” de l’homme blanc, était qu’ils devaient se soumettre sans réserve et pacifiquement à la règle imposée et à l’autorité du pape et de l’église catholique, des monarques catholiques, ainsi qu’aux conquistadores, qui étaient les messagers et les porte-flingues du roi Ferdinand et de la reine Isabelle d’Espagne. Les Indiens étaient informés que tout manquement à se soumettre résulterait en la mort immédiate ou la mise en esclavage et, comme ceux qui résistèrent s’en rendirent vite compte, les Espagnols ne rigolaient pas.

Le Requiremiento n’est qu’un des exemples historiques des origines de la relation domination/subordination et de ce que l’état appelle du doux euphémisme de “loi” et de “société démocratique” de l’Europe et de nos nations et nos peuples ainsi que de nos territoires traditionnels. La base de la “loi” dans la tradition européenne a été défini par “l’habitude de l’obéissance”. En accord avec cette tradition, il y a une chose dont nous pouvons être certains: Les états du monde vont forger et interprèter le document inhérent qui sortira de la réunion pléniaire comme une base de protection “pour des raisons justes et admirables”, des prérogatives de domination des états et ce, contre les nations et peuples que le système étatique international définit comme “un sous-ordre”, ou “indigène”.

=  =  =

Article connexe:

https://resistance71.wordpress.com/2014/03/18/resistance-politique-mouvement-pour-le-boycott-de-la-conference-mondiale-indigene-de-lonu/

Nouvel Ordre Mondial: Le larbinisme des hautes fonctions au service de l’Empire…

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, néo-libéralisme et paupérisation, politique et lobbyisme with tags , , , , , , , on 10 octobre 2013 by Résistance 71

Kofi Annan peau noire masques blancs

 

Cameroon Voice

 

Le 9 Octobre 2013

 

url de l’article:

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-12814.html

 

Texte original de Thierry Meyssan Mars 2012

 

Malcolm X développait le portrait de la mentalité de ce qu’il appelle, d’une part, le « nègre des champs » et, d’autre part, le « nègre de maison », ou Oncle Tom, en référence au célèbre roman La case de l’Oncle Tom. Deux types de nègres qui existaient au temps de l’esclavage et qui perdurent de nos jours

« (…) Le nègre de maison, lui, vit, respire et se règle sur le pas de son maître et de sa famille. Il est majordome, cuisinière, servante ou mieux encore nourrice. Il aurait même la possibilité de racheter sa liberté ou de s’émanciper quand la bonne fortune le met entre les mains d’un maître « zweeen » ou éclairé, mais n’en veut pas vraiment car elle l’éloignerait de sa protection et ses bienfaits. Il voit même dans le droit de cuissage exercé par son maître ou ses fils une chance de purification de sa descendance, et accepte les châtiments corporels comme une œuvre de redressement moral salutaire pour lui ».

Le désir manifeste de quitter la Cpi qu’éprouvent les dirigeants des pays africains n’a pas été  du goût du « nègre de maison », ancien secrétaire général de l’Onu. Dans une sortie maladroite, Koffi Annan a défrayé la chronique hier en déclarant que  « Quitter la CPI serait une marque de honte pour l’Afrique ».

Cette déclaration n’est pas surprenante pour ceux qui connaissent l’individu. Pour ceux qui ne connaissent pas bien M. Annan, nous  « réchauffons» ici un texte de Thierry Meyssan, initialement publié en Mars 2012 pour le Réseau Voltaire, quelques jours après que M. Annan eût été nommé médiateur de la crise syrienne

Ne vous méprenez pas, un processus irréversible de prise de conscience gagne progressivement du terrain chez  les africains : Kofi Annan ne pourra pas l’arrêter. L’Afrique se portera mieux qu’on ne le pense, dans un proche avenir. Cette Afrique de demain ne se fera pas avec des espèces en voie de disparition de cet acabit…

___________

Si le bilan de Kofi Annan à l’ONU est une réussite incontestée en matière de management, de gestion et d’efficacité, il est extrêmement critiqué au plan politique. En tant que secrétaire général, il s’est appliqué à adapter l’Organisation au monde unipolaire et à la globalisation de l’hégémonie US. Il a remis en question les fondements idéologiques de l’ONU et l’a privée de sa capacité à prévenir les conflits. Pourtant, il est aujourd’hui chargé de résoudre la crise syrienne.

L’ancien secrétaire général des Nations Unies et Prix Nobel de la Paix, Kofi Annan, a été désigné comme envoyé spécial conjoint de Ban Ki-moon et de Nabil ElArabi pour négocier une solution pacifique à la crise syrienne. L’homme dispose d’une expérience hors du commun et d’une image de marque très positive, de sorte que cette nomination a été saluée par tous.

Que représente donc ce haut fonctionnaire international ? Qui l’a propulsé aux plus hautes fonctions ; quels furent ses choix politiques, et quels sont ses engagements actuels ? Devant toutes ces questions, la discrétion est de mise, comme si le titre qui fut le sien était un gage de neutralité.

Sélectionné et éduqué par la Fondation Ford et la CIA

Ses anciens collaborateurs louent sa prévenance, son intelligence et sa subtilité. Personnalité très charismatique, il a laissé une forte empreinte derrière lui car il ne se comporta pas simplement comme le « secrétaire » de l’ONU, mais plus encore comme son « général », prenant des initiatives qui revivifièrent une organisation enlisée dans la bureaucratie. Tout cela est connu et rabâché. Ses exceptionnelles qualités professionnelles lui ont valu le Prix Nobel de la Paix, bien que cet honneur devrait récompenser en théorie un engagement politique personnel et non une carrière de manager.

Kofi et sa sœur jumelle Efua Atta sont nés, le 8 avril 1938, dans une famille aristocratique de la colonie britannique de la Côte d’or. Son père était le chef tribal des Fantis et le gouverneur élu de la province d’Ashanti. Bien qu’opposé à la domination britannique, il fut un fidèle serviteur de la Couronne. Avec d’autres notables, il participa au premier mouvement de décolonisation, mais considéra avec suspicion et inquiétude l’agitation révolutionnaire de Kwame Nkrumah.

Quoi qu’il en soit, les efforts de Nkrumah aboutirent à l’indépendance du pays sous le nom de Ghana, en 1957. Kofi était alors âgé de 19 ans. Bien que n’ayant pas participé à la révolution, il devint vice-président de la nouvelle association nationale des étudiants. Il fut alors remarqué par un chasseur de tête de la Fondation Ford qui l’intégra dans un programme de « jeune leader ». À ce titre, il fut incité à suivre un cours d’été à l’université d’Harvard. Ayant éprouvé son enthousiasme pour les États-Unis, la Fondation Ford lui offrit des études complètes, d’abord en économie au Macalester College dans le Minnesota, puis en relations internationales à l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève.

La Fondation Ford, créée par le célèbre industriel Henry Ford, est devenue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un outil de la politique étrangère officieux des États-Unis, offrant un habillage respectable aux activités de la CIA [1].

La période des études de Kofi Annan aux outre-Atlantique (1959-1961) correspond aux moments les plus difficiles de la lutte pour les droits civiques des noirs (le début de la campagne de Martin Luther King à Birmingham). Il l’observa comme un prolongement de la décolonisation qu’il avait connu au Ghana, mais n’y participa pas non plus.

Satisfait de ses résultats académiques et de sa réserve politique, ses mentors états-uniens lui ouvrirent les portes de l’Organisation mondiale de la Santé, où il trouva son premier emploi. Après trois ans passés au siège de Genève, il fut engagé à la Commission économique pour l’Afrique, basée à Addis-Abeba. Cependant, ses diplômes étant insuffisants pour lui permettre d’ambitionner une carrière à la direction de l’ONU, il retourna aux États-Unis pour étudier le management au Massachusetts Institute of Technology (MIT) (1971-72). Il tenta un retour dans son pays d’origine comme directeur du Développement touristique, mais se trouva en conflit perpétuel avec le gouvernement militaire du général Acheampong, de sorte qu’il renonça et revint aux Nations Unies en 1976.

Une brillante carrière malgré des échecs tragiques

Il y occupa des fonctions variées, d’abord au sein de l’UNEF II (la force maintien de la paix mise en place pour séparer l’Égypte et Israël à la fin de la Guerre d’octobre 1973), puis comme directeur du personnel de l’Office des réfugiés (UNHCR). C’est à cette époque qu’il rencontra Maître Nane Lagergren qu’il épousa en seconde noces. Cette avocate suédoise est la nièce de Raoul Wallenberg, représentant spécial de la Suède en Hongrie durant la Seconde Guerre mondiale. Wallenberg est célèbre pour avoir sauvé des centaines de juifs persécutés en leur délivrant des passeports de complaisance. Il travaillait aussi pour l’OSS (prédécesseur de la CIA) comme agent de liaison des États-Unis avec la Résistance hongroise. Il disparut à la fin de la guerre ; il aurait été fait prisonnier par les Soviétiques afin de stopper l’influence US dans le pays. Quoi qu’il en soit, l’heureux mariage de Kofi Annan lui ouvrit les portes qu’il ne pouvait franchir, notamment celles des organisations juives.

Le secrétaire général Javier Perez de Cuellar choisit Kofi Annan comme assistant chargé des ressources humaines et responsable de la sécurité du personnel des Nations Unies (1987-90). Lors de l’annexion du Koweit par l’Irak, 900 employés de l’ONU se trouvèrent pris au piège. Kofi Annan réussit à négocier leur sortie avec Saddam Hussein. Il en tira un évident prestige au sein de l’Organisation. Il fut alors successivement chargé du Budget (1990-92), puis —sous le mandat de Boutros Boutros-Ghali— des Opérations de maintien de la paix (1993-96), avec une brève parenthèse comme envoyé spécial pour la Yougoslavie.

Selon le général canadien Romeo Dallaire, commandant des Casques bleus au Rwanda, Kofi Annan n’aurait pas réagi à ses très nombreuses sollicitations et porterait la responsabilité principale dans l’inaction des Nations Unies lors du génocide (800 000 morts, principalement des Tutsis, mais aussi des opposants Hutus) [2].

Un scénario identique se reproduisit en Bosnie où 400 casques bleus furent pris en otages par les forces bosno-serbes. Kofi Annan resta sourd aux appels du général Bernard Janvier et laissa perpétrer de prévisibles massacres.

Fin 1996, les États-Unis s’opposèrent à la reconduction de l’Égyptien francophile Boutros Boutros-Ghali comme secrétaire général. Ils parvinrent à imposer leur candidat : un haut fonctionnaire international issu de l’Organisation elle-même, Kofi Annan. Loin de jouer contre lui, ses échecs au Rwanda et en Bosnie devinrent ses atouts après qu’il les ait candidement confessés et promis de réformer le système pour qu’ils ne se reproduisent pas. Il fut élu sur cette base et prit ses fonctions, le 1er janvier 1997.

Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

Immédiatement, Kofi Annan mit en place un séminaire annuel de deux jours à huis clos pour une quinzaine d’ambassadeurs à l’ONU. Cette « retraite » (sic) est généreusement accueillie par le Rockefeller Brothers Fund au Centre de conférence de Pocantico (au Nord de New York). Le secrétaire général y discute avec les représentants des États qui le soutiennent, hors instances de l’ONU, de la réforme de l’Organisation et des relations internationales.

Dans ce contexte, il réaffecta les dépenses de l’ONU en fonction des priorités politiques et réduisit significativement le budget du secrétariat général. Il réorganisa le fonctionnement administratif autour de quatre objectifs (paix et sécurité, développement, affaires économiques et sociales, affaires humanitaires). Il créa un poste de secrétaire général adjoint pour le suppléer et se dota d’un véritable cabinet apte à appliquer rapidement les décisions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale.

La grande initiative de Kofi Annan fut le Global Compact, une mobilisation de la société civile pour un monde meilleur. Sur la base d’un dialogue volontaire, des entreprises, des syndicats et des ONG ont pu débattre et s’engager pour le respect des Droits de l’homme, celui des normes de travail et de l’environnement.

Dans la pratique, le Global Compact n’a pas eu les effets attendus sur le terrain. Il a par contre profondément dénaturé l’ONU, en relativisant le pouvoir des États-Nations et en reconnaissant celui de compagnies transnationales et d’associations qui n’ont de « non-gouvernementales » que le titre et sont en sous-main subventionnées par les grandes puissances. En érigeant des lobbies comme partenaires des États-Nations, Kofi Annan a enterré l’esprit de la Charte de San Francisco. Il ne s’agit plus de préserver l’humanité du fléau de la guerre en reconnaissant l’égalité en droit des États grands et petits, mais d’améliorer la condition humaine en faisant converger des intérêts privés. Le Global Compact, c’est le passage d’une logique presque unanimement acceptée selon laquelle le Droit international est au service du Bien commun, à une logique défendue par les seuls Anglo-Saxons pour qui le Bien commun est une chimère, tandis que la Bonne gouvernance consiste à coaliser le plus grand nombre d’intérêts particuliers. En définitive, le Global Compact a eu les mêmes effets que les galas de charité aux États-Unis : se donner bonne conscience avec quelques programmes médiatisés pour s’accommoder des injustices structurelles.

En ce sens, les mandats de Kofi Annan (1997-2006) reflètent la réalité de la période historique, celle d’un monde unipolaire voué à la globalisation de l’hégémonie états-unienne, au détriment des États-Nations et des peuples qu’ils représentent.

Cette stratégie emboîte le pas au dispositif mis en place par Washington dans les années 80 avec la National Endowment for Democracy, une agence qui, contrairement à son intitulé, vise à poursuivre l’action subversive de la CIA en truquant les processus démocratiques [3]. La NED subventionne, légalement ou pas, des organisations patronales, des syndicats ouvriers et des associations en tout genre. Tous participent en retour au Global Compact et infléchissent ainsi les positions des États-Nations qui n’ont pas les moyens de financer leurs propres lobbies. L’ONU ne se préoccupe plus de la Paix puisque le monde unipolaire a son gendarme, les États-Unis, mais absorbe toutes les formes de protestation pour mieux valider le désordre mondial et la globalisation progressive de l’hégémonie US.

Le discours lénifiant de Kofi Annan a atteint son apogée avec le Sommet du Millénaire.

147 chefs d’États et de gouvernements se sont engagés à éradiquer la pauvreté et à résoudre les principaux problèmes de santé dans le monde, dont le sida, sous quinze ans. Le bonheur universel ne nécessiterait aucune réforme politique, juste que chacun y mette un peu du sien en versant son obole. Que n’y avait-on pensé plus tôt ? Las ! Les Objectifs du Millénaire sont restés des vœux pieux, les injustices se poursuivent et nourrissent toujours la guerre et la misère.

Dans la même veine, lors de son discours devant l’Assemblée générale, le 20 septembre 1999, le secrétaire général exposa ce que l’on nomme la « doctrine Annan ». Arguant de sa propre impuissance au Rwanda et en Bosnie, il affirme que, dans ces cas là, les États ont failli à leur devoir de protéger leurs ressortissants. Il en conclut que la souveraineté des États, principe cardinal de la Charte de l’ONU, fait obstacle aux Droits de l’homme. Cette vision sera adoptée sous la dénomination « Responsabilité de protéger » par l’Union africaine, puis par l’ONU en 2005, lors du Sommet Mondial chargé du suivi du Sommet du Millénaire. La doctrine Annan est un avatar du devoir d’ingérence invoqué par les Britanniques pour guerroyer contre l’Empire ottoman et remis au goût du jour par Bernard Kouchner. Le concept rénové sera explicitement utilisé la première fois, en 2011, pour légaliser l’opération coloniale en Libye [4].

Par ailleurs, les mandats de Kofi Annan ont été marqués par le programme « Pétrole contre nourriture » qui fut imaginé par le Conseil de sécurité en 1991, mais ne fut effectif que de 1996 à 2003. Il s’agissait au départ de s’assurer que les revenus pétroliers de l’Irak seraient exclusivement utilisés pour satisfaire les besoins des Irakiens et pas pour financer de nouvelles aventures militaires.

Cependant, dans le contexte de l’embargo international et sous la supervision personnelle de Kofi Annan, ce programme est devenu un instrument des États-Unis et du Royaume-Uni pour saigner l’Irak tandis qu’ils occupaient la « zone de non-survol » (approximativement l’actuel Kurdistan autonome) jusqu’à ce qu’ils l’attaquent et le détruisent [5]. Durant des années, la population fut sous-alimentée et privée de médicaments. Plusieurs hauts fonctionnaires internationaux qui ont été chargés de ce programme l’ont qualifié de « crime de guerre » et ont démissionné après avoir refusé de l’appliquer. Parmi eux, le secrétaire général adjoint Hans von Sponeck et le coordinateur spécial Denis Halliday ont estimé que ce programme a provoqué le génocide d’1,5 million d’Irakiens, dont au moins 500 000 enfants [6].

Il fallut attendre l’invasion et la destruction de l’Irak pour que Kofi Annan se rebelle et dénonce le comportement de ceux qui lui avaient payé ses études, l’avaient propulsé au secrétariat général de l’ONU, et lui avaient décerné le Prix Nobel de la Paix. Il qualifia l’attaque de l’Irak d’illégale et s’inquiéta publiquement de ce que ce précédent réduise à néant le Droit international [7]. Washington répliqua brutalement en lançant une vaste opération d’espionnage à son encontre, à celle des membres de son cabinet, de sa famille et de ses amis. En définitive, Kojo Annan, le fils de Kofi, fut accusé d’avoir détourné des fonds du programme « pétrole contre nourriture » avec la bénédiction de son père. Or, techniquement, c’était impossible à l’insu des États-Unis et du Royaume-Uni. L’accusation ne parvint donc pas à convaincre les États membres de l’ONU et au contraire renforça l’autorité du secrétaire général [8]. Cependant, durant les deux dernières années de ses mandats Kofi Annan fut paralysé et contraint de rentrer dans le rang.

Retour à la case département

Après dix ans de secrétariat général, Kofi Annan poursuivit sa carrière dans des fondations plus ou moins privées.

En décembre 2007, les élections kenyanes dégénèrent. Le président Mwai Kibaki l’aurait emporté sur le candidat financé par Washington, Raila Odinga, prétendu cousin du sénateur Barack Obama. Le scrutin fut contesté par le sénateur John McCain qui appella à la révolution, tandis que des SMS anonymes dressèrent les ethnies les unes contre les autres. En quelques jours les émeutes firent plus de 1 000 morts et 300 000 déplacés. Madeleine Albright proposa la médiation de l’Oslo Center for Peace and Human Rights. Cet institut envoie deux médiateurs : l’ancien Premier ministre norvégien Kjell Magne Bondevik et l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, tous deux administrateurs du Centre.

À l’issue de cette « médiation », le président Kibaki fut contraint de se plier aux volontés US. Il put se maintenir dans ses fonctions, mais dut d’abord accepter une réforme constitutionnelle qui le prive de ses pouvoir au profit de son Premier ministre, puis ils dut accepter de prendre Raila Odinga comme Premier ministre. Jouant au vieux sage africain, Kofi Annan contribua à donner un vernis de légalité à un changement de régime imposé par Washington [9].

Kofi Annan exerce aujourd’hui deux responsabilités principales. Il est d’abord le président de l’Africa Progress Panel, une organisation mise en place par Tony Blair à l’issue du sommet du G8 de Gleeneagles pour médiatiser les actions du Ministère britannique de la Coopération (DFID). Malheureusement les promesses du G8 n’ayant pas plus été tenues que celles du Sommet du Millénaire, l’Africa Progress Panel a une activité réduite.

Reste la présidence de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) qui se propose de résoudre les problèmes alimentaires du continent noir grâce aux biotechnologies. En fait, l’AGRA est un lobby financé par les Fondations Billes Gates et Rockefeller pour diffuser les OGM produits par Monsanto, DuPont, Dow, Syngenta et autres. La plupart des experts indépendants de ces multinationales s’accordent à dire que, au-delà de la question du choc environnemental, l’usage d’OGM non reproductibles rend les paysans dépendants de leurs fournisseurs et instaure une nouvelle forme d’exploitation humaine.

Cependant, le double langage de Kofi Annan, qui se déclare satisfait de son entretien avec le président el-Assad lorsqu’il est à Damas et déçu lorsqu’il est à Genève, n’a pas levé les questions sur ses intentions réelles.[1] « La Fondation Ford, paravent philanthropique de la CIA » et « Pourquoi la Fondation Ford subventionne la contestation », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 5 et 19 avril 2004

Kofi Annan en Syrie

Que vient donc faire l’ancien haut fonctionnaire international en Syrie ? En premier lieu, sa désignation révèle que le rôle ne pouvait pas être tenu par Ban Ki-moon dont l’image est ternie à la fois par sa soumission aux États-Unis et par des affaires ininterrompues de corruption [10]. Kofi Annan dispose, lui, d’une image positive malgré son bilan.

Deuxièmement, un médiateur n’a de chance de réussir que s’il est choisi par les protagonistes. Ce n’est pas le cas. Il représente le secrétaire général de l’ONU et son homologue de la Ligue arabe. Il défend l’honneur et la réputation de ces institutions sans avoir d’instruction politique précise.

Si la désignation de M. Annan a été approuvée de facto par les membres du Conseil de sécurité et par ceux de la Ligue, c’est qu’elle satisfait des attentes contradictoires. Pour les uns, l’envoyé spécial conjoint ne doit pas rechercher la paix, mais habiller une paix qui a déjà été négociée entre grandes puissances afin que chacun garde la tête haute. Pour d’autres, il peut au contraire rejouer le coup kenyan et réussir sans violence supplémentaire un changement de régime.

Au cours des trois dernières semaines, l’action de Kofi Annan a consisté à présenter comme son propre plan, une version amendée de celui qui avait été élaboré par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov. Ce faisant, il rend ce plan acceptable par Washington et ses alliés. En outre, M. Annan a volontairement introduit une confusion en laissant entendre qu’il avait convaincu le président el-Assad de désigner un de ses vices-présidents, Farouk al-Shara, pour négocier avec l’opposition. Il se serait agi d’une concession syrienne au Conseil de coopération du Golfe. En réalité, le vice-président al-Shara est chargé de ces négociations depuis un an et l’exigence de l’Arabie saoudite et du Qatar est tout autre : que le président el-Assad démissionne parce qu’il est alaouite et que le pouvoir échoit à ce vice-président par ce qu’il est sunnite. Il semble donc que l’envoyé spécial conjoint soit en train d’inventer une porte de sortie pour les États qui ont agressé la Syrie et inventé la fable d’une révolution démocratique réprimée dans le sang.

[1] « La Fondation Ford, paravent philanthropique de la CIA » et « Pourquoi la Fondation Ford subventionne la contestation », par Paul Labarique, Réseau Voltaire, 5 et 19 avril 2004

[2] Shake Hands with the Devil : The Failure of Humanity in Rwanda, par Roméo Dallaire, Arrow Books Ltd, 2004. Version française : J’ai serré la main du diable : La faillite de l’humanité au Rwanda, Libre expression, 2004.

[3] « La NED, vitrine légale de la CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire/Однако, 6 octobre 2010.

[4] « Résolution 1973 », Réseau Voltaire, 17 mars 2011.

[5] « Annan : Génocide en Irak et Paix en Syrie ? », par Hassan Hamade, Réseau Voltaire/As-Safir, 22 mars 2012.

[6] « L’implication de l’ONU dans des crimes de guerre, entretien avec le comte Hans-Christof von Sponeck », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 16 mars 2007.

[7] « Pour Kofi Annan, le droit international ne garantit plus rien », par Sandro Cruz, Réseau Voltaire, 7 juillet 2005.

[8] « Le harcèlement de Kofi Annan », Réseau Voltaire, 13 décembre 2004.

[9] « Le dessous du prix Nobel de la paix 2009 », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 octobre 2009.

[10] « Lettre ouverte au deshonorable Ban Ki-moon », par Hassan Hamade, Réseau Voltaire, 25 janvier 2012.